Les Monts Eternels

Répondre
Avatar du membre
Ezak
Messages : 177
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: Les Monts Eternels

Message par Ezak » lun. 4 mars 2024 11:30

Je sentis le pouvoir de la bague s’activer au même instant où, l’esprit leva une main vers moi, puisqu’il était conscient du plan que j’avais été contraint de révéler pour le bien de la coordination du groupe. Mais il hésita un instant, un temps de trop qui me permit d’accomplir la permutation.

Alors qu’un déchaînement de violence sans nom s’abattit sur l’esprit, à la place à laquelle je me trouvais quelques instants auparavant, j’apparu face à Freida. La main de Turé n’était plus là pour lui causer du mal alors elle n’hurlait plus à la mort. Elle semblait dormir, à nouveau. Mais cela n’avait rien avoir alors le répit paisible dont étaient victimes les princesses des contes. Famélique, le visage émacié, elle avait payé un lourd tribut pour que Turé puisse se régénérer. Sans doute, la ponctionnait t’il depuis le début du combat. Un voile de tristesse déroula devant mes yeux, en voyant sa respiration si faible et quand une pensée terrible me traversa l’esprit. Son enfant… À ce stade, il n’était plus sûr qu’il soit en vie et cette pensée me morcela de l’intérieur. C’était sa volonté de survivre pour protéger ce qui lui restait de famille qui m’avait touché chez elle. Sa force de prioriser la fondation, plutôt que la vengeance qui m’en avait rendu proche, moi qui avais pris la responsabilité de redorer le blason des d’Arkasse, bien trop terni par un père avide que je haïssais et aimais à la fois. Alors si elle perdait son enfant, c’est tout son monde qui s’annihilerait.

Outre la tristesse, un autre sentiment m’accapara, une colère que je nourrissais depuis longtemps déjà et qui avait pris une autre tournure depuis la Charnier des Âmes. Une haine montante contre ces divins dont la place n’était pas sur notre sol et qui le foulaient avec leur lot d’indifférences pour nos âmes fragiles, avec leur dévastation inconsidérée, des drames que permettaient leur surpuissance inégalable par nous les mortels. Et voilà que Turé avec ce qu’il avait fait à Freida illustrait parfaitement le danger des divins. Ceux-là qui nous traitaient comme des locataires bons à être éjecter d’une maison dont ils se considéraient maître et qu’ils ne faisaient pourtant que menacer et détruire, sans jamais venir la fortifier !

Combien de temps encore, nous, mortels, serions obligés de subir les caprices des divins ? Quand pourrions-nous enfin être chez nous et dicter nos règles ?

Ce jour peut-être…

Car Turé, enfin, en avait eu pour le mal qu’il avait causé. On avait gagné ! Restait plus qu’à l’achever ! Mais le maître de la brume hurla un NON catégorique qui me fit tourner la tête. Quelle était encore cette folie ? IL voulait la puissance de l’esprit pour sa sœur. Ce ne fut pas une grande surprise. Jamais ils ne s’étaient cachés sur le fait qu’ils avaient un autre objectif, et le faisceau d’indice amenait forcément à une solution de la sorte. Depuis longtemps, pour un esprit un peu vif, cette éventualité avait été mis sur la table. J’étais de ceux-là, alors, l’idée ne me surpris guère. Mais le « peu importe les conséquences » m’inquiétait.

Le Maître de la Brume avait montré qu’il était puissant. À sa place, si on me refusait le choix de faire revenir un proche, oui, j’en prendrais un autre au camp d’en face en retour, et cela, sans la moindre hésitation. Ce n’est assurément pas ce qui m’empêcherait de dormir, surtout en se disant qu’il n’avait de toute façon pas grande chance de survie. Il avait donc rien à perdre. Il fallait éviter la confrontation face à lui.
Dan hésitant, se tourna pour demander notre avis. Sibelle et Faëlis acceptèrent d’emblée. Estomaqué, je les observai d’un air ahuri. Vraiment ? Là ? Comme ça ? Sans demander le procédé ? Sans s’enquérir de ce qu’il y avait à perdre ? Madoka elle était contre. Mais là aussi j’étais dérangé. Et l’honneur alors ? Une combattante avait à presque elle toute seule détruit les piques qui nous menaçaient et qui auraient pu tuer beaucoup d’entre nous. Personnellement, elle avait sauvé ma vie. Et en tant que guerrier, à un autre guerrier je ne pouvais laisser cela passer sous silence sans en éprouver une grande honte. D’un autre côté, elle n’avait pas tord ; fallait-il envers et contre tout, même au prix de la vie sur Yuimen, honorer cet acte et cela coûte que coûte ? Cela c’était un dilemme de gens de bien, de personne civilisée, éduqués et réfléchis, de ceux qui portent sur les épaules de nombreuses responsabilités. La situation n’était pas simple, loin de là. Ni oui, ni non, je fis valoir mon point de vue en me rapprochant de l’esprit pour empêcher tout esprit rebelle de se soustraire au processus du groupe, peu importe la décision qui serait prise. Au hasard, ceux qui avaient perdu un membre cher, ceux dont les flèches - souvent inutiles - ne prenaient pas en compte la situation de leurs alliés, ou ceux qui trop sûrs de leur puissance divine mettaient en danger les leurs tout en jouant constamment les donneurs de leçons.

« Non ! Si ça finit en combat entre nous, c’est la meilleure chance de l’esprit de profiter de notre division. Moi, je pense qu’elle a sauvé bien des vies aujourd’hui, dont la mienne, et elle l’a payée de sa vie, alors il mérite une chance de nous convaincre. Dîtes, ce qu’il en est ! Quel est votre plan ? S’il n’y a ne serait-ce qu’une chance que ça permette à Turé de survivre, je ne marche pas. »

Le mage l’affirmait : Nous n’avions rien à perdre, et cette réponse me plongea dans une longue réflexion. J’ai tenté de croire mais… Sibelle resta sur la ligne, mais siffla la sentence du demi dieu. « Moi pas. » Deux mots et un geste surtout. Aucun respect pour le processus, une sentence encore une fois rendu par un divin qui n’en avait rien à faire de ce que nous petits mortels avions à palabrer dans cette assemblée ! Oh ! Non ! Surtout pas ! Avions-nous seulement le droit ?
Deux mots et un geste de mépris. D’une longue liste de gestes et de mots de mépris venus de ces être divins qui n’en avaient rien à cirer de ce que l’on pouvait penser, nous mortels. Et à quoi bon ? Hein ? De toute façon nous n’étions pas assez puissants pour pouvoir se dresser sur le chemin. Il n’y avait qu’à nous mettre sur le fait accompli et on éructerait, pleurerait, nous piquerions notre petite crise et puis ça passerait. N’est-ce pas ?

Crispation de colère….

Il m’avait déjà empêché de tenter mon plan, juste parce que son petit égo divin n’avait pas supporter les menaces de l’esprit !

(Combien de temps encore nous mortels serions obligés de subir les caprices des divins ?)

Acouphène de rage…

Il avait déjà imposé les shaakts quand la majorité du groupe n’en voulait pas !

(Quand pourrions-nous enfin être chez nous et dicter nos règles ?)

Cécité d’une furie en devenir…

Il se jugeait mieux placé que Freida pour savoir qu’elle devait être sa réaction face à son propre malheur !

(Combien de temps encore nous mortels serions obligés de subir les caprices des divins ?)

Explosion de fureur…

Si on n’était pas avec lui on était contre lui !

(Quand pourrions-nous enfin être chez nous et dicter nos règles ?)





MAIS BORDEL DE MERDE QUAND POURRIONS NOUS ENFIN CESSR D’ÊTRE LES JOUETS DE LEURS CAPRICES ?!

Ce jour peut-être…

Car il était hors de question que je fasse encore l’impasse, que je leur laisse dicter l’ordre du monde ! De notre monde à nous les mortels ! Je place mon corps comme un rempart face à Lysis , le pouvoir de Zewen entre mes mains. À mon tour de décider ! À mon tour d’user du pouvoir divin ! À mon tour d’être capricieux ! Goûte ! Allez vas-y ! Bois jusqu’à la lie, ta propre médecine demi-dieu et étouffe toi avec !

J’hurlai en direction du mage de la brume : « Faîtes-le maintenant ! » Et sonna ma sentence : « NI »

HRP : utilisation de la rune NI sur mon corps tout en tenant de m’interposer face aux attaques contre l’esprit. Priorité à Lysis.

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 547
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: Les Monts Eternels

Message par Gamemaster6 » dim. 17 mars 2024 21:19

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre Final : A travers la glace

Image

Leur ennemi à leur merci, le groupe n’avait qu’une chose à faire : se mettre d’accord sur la suite des événements. Le sort du monde était l’enjeu le plus important qui était. Certains étaient prêts à le risquer, d’autres beaucoup moins. L’attaque de Cromax pris tout le monde par surprise, qu’ils soient aventuriers ou mages. Sibelle et Ezak furent les plus prompts à réagir. La première ne fit guère la différence, vu la distance séparant Cromax de sa cible. Ezak, lui, tenta un pari risqué. Son cri, alors qu’il énonçait le nom de la rune, fut rapidement couvert par le bruit des lames et des flammes qui le percutèrent de plein fouet. Les flammes l’enveloppèrent et, pendant un instant, tout le monde, lui compris, cru que c’en était fini du chevalier Kendran.

Les flammes disparurent soudainement, révélant un Ezak intact, si quelque peu secoué par l’expérience et semblant briller étrangement. La rune qu’il portait, elle, avait disparu. Le Frère, lui, voyant une opportunité, ne perdit pas de temps.

- Je saurai m’en souvenir, Kendran.

Il leva son bâton et prononça d’une voix éthérée des mots que personnes ne put comprendre (pas même les faëras.) et son arme s’illumina d’une lueur verte iridescente alors que l’esprit se mit convulser. Le Frère tendit sa main libre vers sa sœur qui se mit également à convulser alors que l’armure qui la protégeait commençait à se craqueler. Quelque chose produisait, mais difficile pour quiconque de comprendre exactement de quoi il s’agissait. Même les mages de l’Académie semblaient incapables d’expliquer le phénomène.

De son côté, Madoka trouva sans peine le grimoire et le prit pour le lancer. Dès qu’elle posa la main dessus, un froid intense s’empara d’elle. Une voix se mit à murmurer dans son esprit. Une voix lui ordonnant d’amener le grimoire à son propriétaire. Une voix irrésistible. Si irrésistible qu’il lui était impossible de refuser. Elle avait parfaitement conscience de ce qu’il se passait mais ne pouvait aller à l’encontre de l’ordre si impérieux qui lui était donné. Elle se tourna vers l’esprit et se mit à avancer vers lui, chaque pas menaçant de faire l’exact opposé de ce qu’elle cherchait à faire. Si elle voulait avertir ses compagnons, il fallait qu’elle trouve une solution. Et vite.



Consignes pour ce tour

Encore désolé pour le retard.

Vous êtes libres d'agir selon vos convictions pendant ces quelques instants. Madoka ne semble pas particulièrement étrange excepté le fait qu'elle ne parle pas et ne se détourne pas de l'esprit. Madoka, tu n'as donc pas le contrôle de ton corps depuis que tu as ramassé le grimoire, mais tu as la possibilité de prononcer un mot en y mettant toute ta volonté. Choisis judicieusement.

Bobos et co
Cromax : blessure légère au torse
Sibelle : blessure légère au torse
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Madoka
Messages : 174
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : Les Monts éternels

Re: Les Monts Eternels

Message par Madoka » sam. 23 mars 2024 12:04

Je vois l'arme de l'esprit à plusieurs pas de là. Je m'avance lorsqu'un cri attire l'attention de tous. J'observe sans bouger, sidérée, ce qui se passe devant nous. Qu'il veuille laisser une chance à un frère de sauver sa sœur lorsque la question se posait était déjà difficilement compréhensible compte tenu des risques majeurs pour le reste de notre monde ... mais prendre soit même le risque d'y passer pour sauver notre plus grand ennemi, c'est inconcevable. Que se passe-t-il dans leurs têtes pour accepter que la vie d'une déjà morte vaut plus que la survie de notre monde ?

Ezak fait barrage de son corps en hurlant un mot inconnu, une seule syllabe ... avant que ne se déchaine sur lui la fureur du feu et des lames. Trop rapides, trop déterminés, ni Cromax, ni Lysis ne parviennent à éviter le martyr en devenir ; mais, lorsque les flammes disparaissent, comme annihilées par une force équivalente, Ezak apparaît indemne, son corps encore entouré d'une étrange lueur.
Je me surprends moi-même à ne réagir que d'un mouvement d'épaules. Trop c'est trop, j'en peux vraiment plus de leur magie et leur tour de passe-passe.

L'ennemi est sauf ... voilà le seul élément navrant de ce grandiloquent sacrifice. Le sorcier est, enfin, prompt à réagir et entame son je ne sais quoi afin de sauver l'une en affaiblissant l'autre. Son désir est fort, de là naît selon moi sa trop grande confiance en ce sortilège censé empêcher l'esprit de riposter ; sans compter que nous ne savons pas ce qu'il est réellement en train de faire ; mais l'esprit n'est pas encore défait et peut encore riposter.

Je me hâte vers le grimoire et le ramasse. Un froid intense me traverse les bras et le corps, glacial, presque insoutenable ; je serre les dents et le lance de toutes mes forces. ((S'il te reste de la force, utilise-la donc pour perdre ton temps à ramener ton joujou pendant qu'l'autre te pompe tes forces.)) me dis-je alors qu'une voix étrange envahit le néant du cristal où nous nous trouvons.

Ma vision se trouble, j'ai l'impression de ne plus rien voir autour de moi ; sans doute à cause du froid qui continue à me glacer le sang même sans le grimoire. La voix étrange devient plus présente, plus intime, je l'entends malgré sa faiblesse, comme un murmure, une pensée tenace ... une demande tenace, presque un ordre. Curieuse, je m'y attarde. La demande se fait ordre, celui de ramener le grimoire à son propriétaire.
((C'est ça ouais, compte là d'ssus !!))
Me retournant, ma vision se trouble plus encore, je parviens à peine à distinguer mes compagnons, dissimulés derrière un voile givré ; mais je perçois l'esprit, face à moi. Une voie lumineuse et aveuglante mène à lui. Je ricane intérieurement et hausse les épaules, m'apprêtant à lui montrer l'endroit où est son précieux joujou et qu'il peut aller se le chercher lui-même.
Mon bras ne bouge pas, comme congelé. Mes doigts persistent et je sens entre eux une chose que je ne vois pas, que je n'ai pas besoin de voir.
((Qu'est-ce tu fous ?)) me demandé-je sans réponse.

La voix persiste aussi, de plus en plus irrésistible, de plus en plus impérieuse, elle est partout dans mon corps. Grimoire en main, mon corps avance inexorablement. Je lutte de toutes mes forces. J'essaye de retirer une main, je dois au moins parvenir à bouger une main, un bras, je n'ai pas besoin de plus. J'oublie mes jambes, elles ne sont plus miennes ; j'oublie la peur, elle me ralentirait ; un bras.

((Mais bouge bordel !!)) Je m'entends à peine, la voix est devenu un flot constant d'injonction mêlant force et douceur.

Un bras, pour guider ma main vers ma dague. ((Essaye donc d'me faire avancer quand j'm'aurais planter le pied dans le sol.))

Je ne sais même plus à qui je parle. J'ai avancé de deux pas déjà, deux pas seulement et la voix commence à me faire perdre la tête. Mon bras est resté totalement immobile. Je n'arrive même plus à fermer les yeux pour éviter la vue de celui qui attend, espérant qu'au moins il est torturé de l'intérieur par le flux verdâtre qui l'entoure.
Mon regard ainsi bloqué, je ne parviens pas à voir celui qu'il me faut. Andreï peut comprendre ce qui m'arrive, il pourrait leur expliquer ou mieux, avec Hereld, ils pourraient créer un mur ou me glacer complètement pour m'empêcher de bouger ... mais je ne le vois pas, je ne sais même pas s'il a survécu.
Il a dû me voir maintenant, mais est-ce que je peux me contenter d'attendre que quelqu'un réagisse ... ils doivent tous être en train de se crêper le chignon en ce moment. Je dois les prévenir.

Aucun son sort de ma bouche à peine entrouverte. Je jure et hurle contre la voix qui ne réagit pas. Elle ne discute pas, elle commande et domine. Je hais la magie, je hais tellement la magie. Je lutte pour rester à flot, sentant ma peur de perdre le contrôle fluer vers ce qui me reste de concentration, si elle me submerge, je suis finis.
Je lutte intensément pour bouger ma langue, pour ressentir ma gorge ; ouvrir la bouche me demande déjà un effort impensable, la garder entrouverte me fait mal jusque dans mes os ... mais ce sale type et sa magie n'auront pas le dernier mot.

Tout mon être tremble sous l'effort, ma langue bouge si peu et ma gorge est si serrée que le premier mot ne sort pas, pas même un souffle, le deuxième grince au fond de mon corps, les suivants sont tels des prisonniers griffant les murs de leur cellule dans l'espoir de sentir l'air extérieur. Le dernier mot, ultime effort avant de m'écrouler, sort péniblement.

« En sor ce lée. »

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 262
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Les Monts Eternels

Message par Sibelle » sam. 23 mars 2024 12:47

J’avais tenté de faire obstacle à Cromax, mais j’étais trop loin pour ça. Ezak par contre plus près fit barrière de son corps tout en criant au frère d’agir maintenant. Et pendant ce temps, les flammes l’encerclaient et les lames le transperçaient… il s’était sacrifié pour sauver une dame de glace. Puis, il réapparut intact, comme si une magie extérieure lui était venue en aide… Dan ? Andrei ? Le sorcier de Brume ? Chose certaine, il ne s’agissait pas de l’esprit de glace. Devant ce court laps de temps accordé, le frère se mit aussitôt à la tâche afin de ranimer sa sœur. La main de son frère tendue vers elle, elle commençait à bouger, la magie une fois de plus faisait son œuvre.

Contre la réanimation de la soeur, en faveur de tuer immédiatement l’esprit, Madoka s’empara du grimoire. Alors que je pensais qu’elle allait le remettre à Andrei, je la vis se figer. Son visage exprimait de la douleur, sa bouche s’ouvrait et se refermait, comme si elle essayait en vain de dire quelque chose sans pouvoir le faire. Intrigué, sourcils relevé, je ne comprenais pas ce qui se passait, jusqu’à ce que je la vis se diriger vers l’esprit.

( Elle voulait le tuer… alors qu’à présent elle va l’aider ? )


Cela n’avait pas de sens, cette Madoka farouche ne pouvait radicalement changer d’idées en si peu de temps. Mais je ne pouvais m’attarder sur ses motivations, je n’avais qu’une chose à faire et c’était de lui barrer la route. Je venais tout juste de prendre cette décision lorsque je l'entendis prononcé, avec difficulté, le mot ensorcelé.

Je courus alors vers Madoka et je la chargeai la poignant par la taille et la poussant pour la faire tomber au sol. Bien que je ne sois pas plus corpulente qu’elle, je comptais sur ma force pour la faire basculer au sol


(((( Sibelle fonce sur Madoka tête baissé, la poussant tout en l’empoignant par la taille pour la faire tomber au sol.
Aptitude rp: Puissance surhumaine, tolérance à la douleur améliorée, amortissement de chute améliorée
)))

Avatar du membre
Ezak
Messages : 177
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: Les Monts Eternels

Message par Ezak » dim. 24 mars 2024 20:02

Squelette : Ezak se jette comme Sibelle sur Madoka pour la maintenir en utilisant la rapidité de ses bottes pour mettre plus d’impact.

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 143
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: Les Monts Eternels

Message par Arkalan » lun. 25 mars 2024 06:41

Arkalan se dirige vers Madoka avec sa dague pour détruire le grimoire sans le prendre en main

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 226
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Les Monts Eternels

Message par Faëlis » lun. 25 mars 2024 11:30

Les flammes engloutirent le kendran... avant de disparaître pour le laisser parfaitement intact. Par on ne savait quelle incroyable sorcellerie, il avait contenu le pouvoir de son adversaire ! Du moins pour cette fois...

Le mage en profita pour commencer à incanter. L'esprit se mit à convulser, en même temps que le corps brisé de sa sœur. Faëlis n'eut cependant guère le temps d'y prêter plus attention : Madoka avait récupéré le grimoire et s'avançait vers eux. Dans un premier temps, ils n'y prêtèrent pas attention, jusqu'à ce qu'elle parvienne à souffler difficilement un mot.

Elle avait été envoûtée par l'esprit ! Ce livre était comme liée à l'entité, ils avaient déjà pu le constater. L'esprit utilisait Madoka pour récupérer son arme ! Tous se jetèrent sur elle. L'elfe blanc était comme dépassé, que pouvait-il bien faire face à une telle magie ? Il chercha frénétiquement dans son sac, dérangé par l'énorme objet qui en encombrait une bonne partie... puis s'arrêta. Sa main se referma dessus.

Une telle abomination contenait peut-être encore une part du pouvoir de son origine, non ?

Il le tira du sac et se jeta en avant, visant le grimoire. Si celui-ci était lié à l'esprit, alors peut-être... Sa main lui faisait mal rien qu'à le tenir, lorsqu'il l'abattit sur le grimoire.

Le croc du dragon noir.

(((Faëlis tente de planter le croc du dragon noir dans le grimoire et croise les doigts pour ne pas exterminer toute forme de vie sur le continent.)))

Avatar du membre
Cromax
Messages : 577
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Les Monts Eternels

Message par Cromax » lun. 25 mars 2024 12:43

Squelette :

Voyant Ezak faire, Cromax va souffler : « Abruti ! », et soupirer quand le mage va œuvrer.

Quand Madoka fait « diversion », Cromax va réitérer son attaque sur l’esprit : Double attaque simple avec la posture de Danse des Lames active. Lysis lance à nouveau une boule de feu rang 5.

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 547
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: Les Monts Eternels

Message par Gamemaster6 » dim. 31 mars 2024 22:59

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre Final : A travers la glace

Image

Saisis de spasmes violents, l'esprit et la Soeur semblaient incapables de bouger ou d'agir. Le Frère, lui continuait son rituel sans se soucier de tout ce qu'il se passait autour de lui. L'armure protégeant le corps de sa sœur se fendit, révélant un corps craquelé, couleur de cendre. Son visage était ravagé, seul un œil était encore visible et une partie du visage laissait la chair à vif, l'os du crâne visible par endroit alors qu'un tube s'échappait de sa bouche, visiblement relié à son masque maintenant sur le sol. A chaque seconde que son frère gardait son sort actif, le corps semblait se régénérer et guérir. Le visage du mage était tendu, concentré, mais plein d'espoir pour l'être qui gisait à ses côtés.

Mais loin de ses préoccupations, les aventuriers se jetèrent de concert vers Madoka. Il ne fut pas très difficile pour Ezak et Sibelle de la mettre au sol, bien que la violence du choc fit apparaître quelques taches de lumière dans les yeux de l'assassin. Compagnons ou non, ils n'y allèrent pas de main morte. Et à juste titre. Le grimoire échappa aux mains de l'Ynorienne et tomba au sol, rapidement rejoint par Arkalan qui, à sa plus grande surprise, vit son poignard rebondir sur la couverture du tome sans même l'érafler, comme s'il avait frapper dans une plaque de mithril naine. Puis vint Faëlis et son croc du dragon noir. Lui n'eut pas ce problème. Le croc perfora le grimoire d'un seul coup et un hurlement strident s'en échappa. Suivi par un deuxième lorsque l'esprit lui-même se mit à hurler avant même que Cromax ne l'atteigne de ses lames et Lysis de ses flammes. Si l'esprit vit sa tête rouler sur le sol et son corps être carbonisé sur place, le hurlement lui, ne faiblit pas. Frappé par la magie de Mort qui imprégnait le croc d'un être surpassant les divins, le grimoire finit par se taire pour finalement se flétrir et devenir un petit tas de poussière sans aucune magie ou malice. Le hurlement s'interrompit alors. Le corps de l'esprit se disloqua. la prison de Freida disparut, laissant la jeune femme libre, mais inerte sur le sol. Andreï, allongé près d'Hereld sembla retrouver un peu de couleur et sa respiration reprit plus calmement. Le silence, lui, fut total.

- NON ! RIELLE !

Cela ne dura qu'un court instant. Le Frère, penché au-dessus du corps de sa sœur, semblait désespéré. Le corps ravagé avait en partie guéri, mais à la destruction du grimoire, toute l'énergie qui alimentait son sort avait disparu et celui-ci était inachevé. Sa sœur gisait là, respirant péniblement, son unique œil fixant son frère. Elle leva le bras et sa main vers le visage affligé de son frère et tous purent entendre le bruit affreux des os qui se brisaient lorsque son frère attrapa délicatement ses doigts.

- Tout est fini...


Consignes pour ce tour

Vous avez vaincu l'esprit... ou du moins vous pensez l'avoir fait. Andreï est toujours au sol et Hereld à ses côtés. Dan observe avec tour à tour la Fratrie et les cendres du grimoire. Freida est libérée de sa prison de glace mais est au sol, inanimée. Vous agissez comme vous le voulez, pour vous féliciter ou agir d'une autre manière vis à vis des autres PNJ présents.
Au vu des soucis des posts squelette etc, les xps du combat et de toute la situation seront donnés à la fin du prochain post, histoire que ce soit juste pour tout le monde et que vous ayez le temps de poster. Bien vu Faëlis pour le croc du dragon [:bonnard:]

Bobos et co
Cromax : blessure légère au torse
Sibelle : blessure légère au torse
madoka : blessure bénigne à la tête
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 226
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Les Monts Eternels

Message par Faëlis » lun. 1 avr. 2024 10:26

Le croc se planta dans le grimoire. Un hurlement terrible retentit, alors que la couverture se racornissait et que l'esprit lui-même s'effondrait. Le hurlement s'éloignait, se consumait, et l'air lui-même semblait vibrer de la souffrance de l'esprit. Et, enfin, le silence retomba, froid et mortel. L'être divin avait rencontré un pouvoir pire que celui des dieux, et l'elfe blanc regardait avec horreur son œuvre accomplie sur un coup de tête.

Il n'avait pas seulement libérée Madoka. Il avait littéralement annihilé l'esprit.

Derrière, Dan était figé. Hereld comme Madoka semblaient reprendre vie. Freida vit son cercueil de glace tomber en poussière et elle s'effondra, épuisée mais vivante.

Le mage noir, en revanche, poussa un cri de désespoir. Il avait retiré à sa sœur une partie de son armure, dévoilant un corps ravagé qui commençait à se régénérer. Mais le croc n'avait pas fait que détruire le grimoire. Il avait anéanti l'esprit lui-même et par là même l'énergie dont il avait besoin pour la sauver. Avec un cri de désespoir, il tenta de serrer sa main, sans obtenir d'autre effet qu'un craquement sinistre. Elle n'était pas régénérée, et elle risquait même de mourir pour de bon très bientôt.

-Non ! Ce n'est... ce n'est pas ce que je voulais !

Faëlis se rua vers elle. Il voulait libérer Madoka ! Mais ce croc... ce maudit croc ! Comment avait-il pu supposer qu'il serait capable de l'utiliser ? Comment avait-il pu supposer que quelque chose de bon pourrait venir d'un pouvoir aussi maléfique ?

L'elfe blanc se laissa tomber à côté de la mourante, son corps rayonnant de lumière alors qu'il appelait toute sa puissance de guérison... faible au demeurant, mais il était prêt à lui donner tout ce qu'il avait. Toute la lumière de son corps, quand bien même ce ne serait qu'une étincelle face à la noirceur infinie du dragon noir.

(((souffle de Gaïa rang 2 avec capacité de l'émissaire de la lumière « Régénération de la lumière »)))

Avatar du membre
Cromax
Messages : 577
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Les Monts Eternels

Message par Cromax » sam. 6 avr. 2024 16:15

Madoka est plaquée au sol sans retenue. J’en ai presque du regret de n’avoir pas essayé de la saisir moi-même pour la protéger de ces assauts. Mais il fallait que je frappe l’esprit. Pour mettre fin à sa vie. Il hurla, juste avant que mes lames ne l’étêtent et que son corps glacé ne soit carbonisé par les flammes de Lysis. Il n’est plus. Mais je n’en suis peut-être pas totalement la cause : Faëlis vient de poignarder le grimoire avec un objet que je reconnaitrais entre mille : un morceau de dent du Dragon Noir, vaincu sur les Plaines de Kochii. Un objet que je me suis refusé de ramasser, de par la malfaisance pure qui s’en dégageait.

Le grimoire se désintègre sous nos yeux, se raccrapotant et se changeant en poussière. Un objet maudit en moins, très certainement lié à la vie de l’esprit de glace, dont le corps disparut à son tour, démembré de toutes parts. Freida est libérée de sa prison, et je ne prête aucune attention au mage d’esprit et à sa sœur : je me dirige vers Freida. Ezak se joint au mouvement, et je me tourne vers lui avec fougue, lames toujours en main.

« Quelle folie t’a pris ?! Une vie, déjà donnée à Phaïtos, contre le risque de voir le monde recouvert d'une glace mortelle ? »

La colère monte en moi, et je l’expulse d’un soupir nerveux.

« Tu mériterais que je te tue, chevalier. Par chance, l'esprit est mort et je suis conciliant. »

Il affirme que si je tente de le faire, il m’emporterait avec lui. Le voilà bien sûr de lui. Mais je ne relève guère : c’est bien inutile. Il prétend que nous n’avons pas les mêmes valeurs, que toute relation est impossible entre nous. Quel pathos ridicule. Là encore, je ne relève pas alors que nous approchons du corps de Freida. Il se penche vers elle pour tenter de lui donner une potion. Un rire amer sort de ma gorge.

« Tu tentes de réparer ton choix, kendran ? Tu l’as laissée souffrir dans sa prison en épargnant un peu plus longtemps l’esprit pour sauver celle qui t’a aidé en combat. Celle dont je ne retiens que la seule rencontre que j’ai eue avec, lors de laquelle elle tenta de nous tuer. »

Si elle meurt, si elle y reste, ça sera partiellement sa faute. Il a tout risqué pour sauver cette créature de métal immortelle, cette morte-vivante et contenter son frère nécromancien. Il a risqué la vie de Freida, il a risqué la vie de tout le groupe, et à plus grande échelle, la vie de tout ce monde. Si l’esprit avait récupéré son grimoire, s’il avait pu survivre, ses plans auraient pu être mis à l’action, et nous n’aurions plus rien à y faire. Effectivement, lui et moi n’avons pas les mêmes valeurs. Ses choix ne sont faits que par égoïsme, par une dette ridicule qu’il pense avoir pour elle. Des choix dont il n’a certainement pas mesuré les conséquences possibles. Si Faëlis n’avait pas été là. Si je n’avais pas été là… peut-être aurait-il mis sa fierté de côté en constatant les effets de ses actes irréfléchis. Mais non, là, il se contentera de se draper de fierté mal placée en réfutant toute possibilité qu’il ait fait une erreur. Je guette le mage penché sur le corps inerte de sa sœur. La seule conséquence des miens, en vérité. Et je n’en ai cure, ni du trépas de l’une, ni du chagrin de l’autre. Je m’adresse à lui de loin.

« Accepte son sacrifice, elfe. Il a permis de sauver ce monde. Son âme pourra rejoindre les enfers en paix. »

Avatar du membre
Madoka
Messages : 174
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : Les Monts éternels

Re: Les Monts Eternels

Message par Madoka » dim. 7 avr. 2024 00:32

Le corps de l'esprit est de plus en plus proche. Un rictus amer et invisible secoue mon âme car, à défaut de lui tenir tête, au moins mon vœux est exaucé : il souffre. Son corps est saisi de spasmes violents, l'empêchant de bouger ou réagir ... mais si personne m'arrête, tout cela pourrait virer au drame.

Et justement, apparaissant comme des éclairs au centre de ma vision obscurcie, Sibelle et Ezak foncent droit sur moi. Je n'ai pas le temps de craindre qu'ils soient trop mous pour prendre le dessus sur la force qui anime mon corps, que ce dernier se cabre en arrière avec violence, stoppant net mon avancée funeste. C'est rapide mais je ressens le picotement de mes doigts délivrés de l'intense froideur du livre ; avant de perdre mon souffle en tombant lourdement sous le poids et l'élan de mes compagnons. Le choc est rude mais mes sensations sont enfin miennes, ma vue se détériore brusquement mais là encore c'est une sensation et une douleur que je connais bien et qui ne peuvent être que le résultat d'une première réussite ... je suis libérée de ce maudit grimoire. La douleur à la tête m'empêche à peine de reprendre mes esprits ; la main déjà sur la poignée de mon sabre, je me redresse sur mon coude, la tête encore prise de vertige.
Là à mes pieds, le grimoire est offert, mais alors que je me redresse, l'arme de l'elfe noir rebondit dessus comme sur le plus résistant des métaux. Une seule chose reste à faire, tuer l'affaibli ; mais Faëlis lui, réussit l'impossible. Je discerne à peine ce qu'il tient en main mais cette chose transperce le grimoire comme s'il n'était plus que du bois mort et un hurlement strident explose du livre aux tripes meurtries.

Le hurlement de la force conservée dans le grimoire est terrifiant, la douleur, la rage, la fatalité et la négation, tout est là dans ce hurlement à deux voix. Grimoire et esprit hurlent à la mort, avant que Cromax et Lysis achèvent le corps. Le hurlement persiste après la chute du corps décapité et calciné, le hurlement persiste encore lorsque le grimoire se consume entièrement et ne soit plus qu'un tas de cendres ; le hurlement faiblit et disparaît enfin, lorsque le corps lui-même se disloque et que la prison de Freida s'ouvre et que son corps tombe au sol, inerte ...

Le silence est total, malaisant et rapidement couvert par le cri de désolation du sorcier qui vient de perdre l'unique solution à son problème. Attirée par son cri, mon regard se pose alors sur ce qu'est, qu'était l'être sous l'armure. Une grimace de dégout déforme ma bouche.
((Ecoeurant.)) Me dis-je à part, tant pour la vue immonde de ce corps à moitié craquelé et noirâtre, au visage en parti dépouillé de sa chair et la bouche obstrué par une sorte de tube relié à son masque ; que pour l'acharnement d'un être à ne point vouloir accepter la mort de l'autre au point d'en faire un sujet hybride souffrant mille tourments.

Faëlis accourt aussitôt vers eux, coupable malgré lui de la fin du sortilège dont si peu avaient refusé de consentir. L'arme qu'il avait utilisé n'était pas censé avoir cet effet donc, mais le moment n'est pas aux questions, en tout cas pas tant qu'il tente désespérément de compenser le sortilège par sa propre magie. Sans surprise, les désaccords de Cromax et Ezak s'enveniment jusqu'à l'irréconciliable ; mais en moi une impression tenace persiste.
Je ne peux me résoudre à ce que l'esprit soit complètement défait, j'ai encore le souvenir dans mes muscles de son emprise et celui de la voix du grimoire, similaire sans être identique à celle de l'esprit lorsqu'il s'exprimait ici-même ... ici, dans son antre. Ils sont un certain nombre à pouvoir être gangréné par l'esprit, Freida qui était sans défense, Andreï qui a porté le grimoire si longtemps et le sorcier au désespoir ferait un hôte puissant. Tout cela ne m'aide pas à trouver grâce à ce qui vient de se passer.
Je m'approche du Maître magicien muet dont le regard semble aller du grimoire à la fratrie tandis que le mien furette de partout tel une proie isolée.

« Est-ce qu'il est vraiment mort ? dis-je alors en reprenant les mots de Cromax. Son hurlement avait l'air plus que réel, mais on est encore dans son domaine, il pourrait réussir à nous tromper ... après tout, j'ai peut être pas été la seule à me faire avoir comme avec le grimoire. Avec votre arme, vous sentez toujours une résonance avec l'esprit ? Il est encore là ? »

Avatar du membre
Ezak
Messages : 177
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: Les Monts Eternels

Message par Ezak » dim. 7 avr. 2024 17:47

Nous arrivons a stoppé Madoka. Faelis dans une tentative d’aide utilise l’un des crocs du dragon noir pour percer le livre, il y arrive. En résulte la mort de l’esprit mais aussi de l’Invincible. Faëlis s’en veut, il ne s’attendait pas à ça. Trois contre deux. Il composait la majorité des aventuriers ne voulant pas sa mort. Moi, j’ai fait tout ce que j’ai pu et mon honneur est sauf. Celui de Sibelle est sauf. Celui de Faëlis ne l’est pas moins malgré son erreur. Voici ce que c’était la noblesse d’âme. Nous avions essayé de sauver tout le monde, y compris les braves. Devais-je être étonné que seul des elfes blancs, nos plus fidèles alliés lors de la bataille de Kochii était capable de comprendre cette notion. Brave peuple à qui je ne donnais pas assez son respect.

J’ai un mot pour le Maître de la Brume :


« J’ai fais tout ce qui était en mon pouvoir, désolé. »


Avant de me faire interrompre par un Cromax enragé. Je l’accueille avec un calme difficilement maintenu lorsqu’il arrive menaçant. Ce qui m’agace le plus c’est son « mais je suis conciliant. » Oh ! Tellement grand seigneur ! Tellement supérieur aux autres qu’il a le droit de vie et de mort sur chacun. Il s’attendait à quoi ? « Merci seigneur Cromax, je suis si touché par votre capacité à pardonner. Voulez-vous que je vous lustre votre divin membre ? Ah non tiens ! Transformez-vous en femme que je puisse habiter votre divine et solide maison. » Ce type m’écœurait…

Contrairement à lui je rangeai mes armes, mais sous cape, je tenais un objet fermement. Quelque chose que je lui enfoncerai dans la gueule si jamais il ne posait qu’un seul doigt sur moi. Il venait d’ouvrir mon droit à la légitime défense. Détaché, je le prévînt :


« Essayes-donc et je jure que t’emporterai dans la tombe avec moi. Tu me fais pas peur, tout divin que tu es…» Puis en me se dirigeant vers Freida je continuai à haute voix.

« Toi et moi n’avons pas les mêmes valeurs. Tu ne me supportes plus et c’est réciproque. Restons-en là. La chose qui nous réunissait vient d’expirer. Bon vent. »

Et alors que me baisse vers Freida il continua essayant de m’accabler. Oui, c’était l’heure de la petite leçon de Cromax ! Comme il en dû avoir une chaque jour depuis le début de cette aventure. Il m’accusait d’avoir risqué la vie de Freida en la laissant dans le cristal alors que c’est le contact de Turé qui lui faisait de mal. Mais c’était Cromax, j’étais habitué. Monsieur donneur de leçon, alors qu’il était d’une telle imperfection que s’en devenait, à force, une mauvaise comédie. Toujours de plus en plus ridicule à mesure que les failles de cet individu s’exposaient au grand jour.

« C’est bon ? Tu as finis de pleurnicher ?Alors maintenant je vais être factuel. Dan à laissé le choix au groupe. Nous sommes un groupes six aventuriers. Nous étions trois à vouloir qu’elle vive. Vous étiez deux contre avec Madoka puisque Arkalan s’est abstenu de choisir. Tu as voulu imposer ton choix, comme toujours… Parce que tu as aucune considération pour notre libre arbitre. C'était pareil pour les elfes noirs, tu nous as nié notre liberté de choisir alors que la moitié du groupe n'était pas d'accord avec toi. Tu es sûr d'être le demi-dieu de la Liberté ? Ou un dictateur qui impose par ce qu'il est plus puissant ? Tu me fais plus penser à tes semblables Oaxaca et Turé qu'autre chose...

Tiens regardes il y a Sibelle là-bas. Tu veux pas me foutre la paix et aller voir là-bas si j’y suis ? Elle aussi elle a tenté de s’interposer face à toi, mais avec moins de réussite . Je suis sûr qu’elle attend avec impatience ta petite leçon quotidienne. On ne peut plus s’en passer ! Merci Seigneur Cromax pour votre divin enseignement… »
Modifié en dernier par Ezak le dim. 7 avr. 2024 19:50, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 143
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: Les Monts Eternels

Message par Arkalan » dim. 7 avr. 2024 18:06

-Arkalan reste méfiant et scrute les « alentours » à la trace du moindre mouvement avant de déclarer, presque pour lui même, sans plus chercher à couvrir les disputes.

« L’esprit serait mort mais nous sommes toujours coincé ici … »

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 262
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Les Monts Eternels

Message par Sibelle » lun. 8 avr. 2024 14:55

Je ne fus pas la seule à foncer sur une Madoka qui semblait ensorcelée, Ezak fit de même. À nous deux, nous la projetâmes facilement au sol. En tombant, elle échappa le grimoire qui gît un moment sur le sol. Le poignard lancé par Arkalan n'eut aucun impact sur le grimoire qui résista à l'assaut de l'arme blanche et demeura intact. Il en fit autrement de l'arme de Faëlis, le croc du dragon noir, l'avaleur d'âmes, qui pénétra dans le grimoire aussi facilement qu'un couteau dans le beurre, libérant du même coup un hurlement aigu et perçant, suivi de celui de l'esprit. La tête de ce dernier, tranché par Cromax, se sépara de son corps carbonisé par Lysis. Lorsque le grimoire à l'agonie se tut, il flétrit et se réduisit à un tac de poussière.

(Le grimoire... c'était la clé.... si on avait su... )

Puis tout se passa rapidement, le corps de l'esprit se brisa, Freida fut libéré de sa prison, mais demeura inconsciente.

La fin du grimoire ne réjouit pas tous les gens présents puisqu'il signifiait aussi l'interruption du sort de reconstitution du sorcier de la brume, donc la fin de sa sœur.

Ne sachant que faire pour Freida et la sœur et voyant Faelis s' occuper de cette dernière, je me dirigeai plutôt vers Hereld et Andréi. Ce dernier flétri, affaibli et étendu au sol, respirait difficilement.
Présentant une grande potion de soin à Hereld, je lui dis:

"Je ne connais pas son mal, mais peut-être que cette potion de soin pourra l'aider."

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 547
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: Les Monts Eternels

Message par Gamemaster6 » lun. 8 avr. 2024 23:01

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre Final : A travers la glace

Image
Le bruit du combat n'était plus, mais celui des disputes et des invectives prenait sa place. Des camps se formaient, peut-être avec raison, mais une chose était certaine, le combat était bel et bien terminé cette fois. Dan, sortant de sa stupeur, secoua la tête à la question de Madoka.

- Nous étions dans sa prison, pas son domaine. Je vais pouvoir nous en faire sortir, maintenant que sa menace n'est plus. Donnez-moi quelques instants.

Armé de son sceptre qui recommença à luire, il se mit à marmonner des mots incompréhensibles, essayant visiblement de faire quelque chose que personne ne comprenait vraiment. De son côté, Sibelle approcha la potion d'Andreï. Elle put remarquer que le vieux mage semblait encore plus âgé qu'avant, comme si une dizaine d'année était passé en un éclair. Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, il sourit, sa voix rauque franchissant péniblement ses lèvres.

- Je suis simplement vieux, une potion n'agira guère contre le passage du temps. Mais merci.

Hereld secoua doucement la tête en direction de Sibelle. Elle ne pouvait visiblement pas faire grand chose pour le vieux mage humain. L'âge ne se guérissait pas d'une simple potion. La fatigue et la douleur, en revanche, s'évapora rapidement du visage de Freida lorsqu'Ezak lui fit boire la potion. Elle ouvrit les yeux, un peu hébétée. Elle semblait aller bien, mais elle ne tenta pas de se relever et resta allongée, visiblement choquée par sa récente expérience d'emprisonnement. Une expérience loin d'être agréable, à en juger par son corps d'une froideur cadavérique et frissonnant.

Le Frère, lui, restait prostré auprès de sa sœur, comme si plus rien ne comptait. Mais les paroles de Cromax lui firent tourner la tête et le parangon de la liberté put sentir tous les poils de son corps se hérisser. Cela ne dura qu'un instant, mais croiser le regard du frère lui fit froid dans le dos, comme si un monstre terrifiant lui accordait soudainement un regard. Puis la sensation cessa dès que le mage tourna de nouveau le visage vers sa sœur. Faëlis avait bien tenté de l'aider, mais si son sort semblait avoir eu un effet, il vit rapidement le mal ronger à nouveau le corps de la victime. D'un soupire résigné, le Frère leva la main, et l'armure qui avait quitté le corps de la sœur se reforma autour d'elle, l'engonçant à nouveau dans cette carapacé bleutée, cachant son corps aux yeux des autres.

- Je vous remercie d'avoir essayé, elfe. Hélas, le mal qui al ronge ne saurait être soigné par votre seule magie. Croyez-moi, j'ai déjà essayé.

Il commença à se relever en prenant dans ses bras le corps de sa sœur tandis que Dan terminait son incantation. Des fissures apparurent tout autour d'eux, se multipliant à chaque seconde avant que, dans un bruit de verre brisé, la prison ne vole en éclat. Tous purent apercevoir le plafond et les murs de la forteresse où ils étaient auparavant. Il semblait que l'esprit avait réellement été détruit et que le pire était définitivement derrière eux.


consignes du tour
Vous êtes libres. Littéralement, en plus. A vous de décider de ce que vous voulez faire ensuite. Papoter, partir, démonter la forteresse, ou toute autre action que vous pensez légitime. Il semblerait que vous ayez vraiment vaincu l'esprit pour de bon. Mais à quel prix ?



Gains d'exp

Cromax : Combat contre l'esprit : 4xp ; Discussion et dissention : 1xp
Madoka : Combat contre l'esprit : 4xp ; Possession : 1xp
Ezak : Combat contre l'esprit : 4xp ; Discussion et dissention : 1xp
Sibelle : noté quand complété
Faëlis : Combat contre l'esprit : 4xp ; Discussion et dissention : 1xp
Arkalan : noté quand complété

Bobos et co
Cromax : blessure légère au torse
Sibelle : blessure légère au torse
madoka : blessure bénigne à la tête
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 262
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Les Monts Eternels

Message par Sibelle » sam. 13 avr. 2024 15:41

L’esprit était anéanti, nous avions réussi. Mais curieusement alors que l’ambiance aurait dû être à la fête, elle était au deuil et à la dispute. Faëlis s’était préoccupée de la soeur, tentant de sa magie de venir en aide à la sœur. Ezak s’était dirigé vers Freida tout en disant ses quatre vérités à Cromax. J’étais en colère également, mais je la gardai pour moi, ne sachant pas quand elle éclaterait. Le comportement de Cromax m’avait grandement dessus, je l’avais cru ouvert d’esprit, et il s’est plutôt montré borné, s’en tenant à sa première idée, refusant de la changer. Je pris une grande respiration afin de me calmer. Je n’avais pas l’intention de me disputer… pas maintenant. Je me préoccupai plutôt des deux académiciens.

J’entendis maître Dan répondre à la question de Madoka. Nous étions dans la prison de l’esprit et il était en mesure de nous en sortir. Cela dit, il se mit à murmurer une sorte d’incantation incompréhensible… pour moi du moins et son sceptre se mit à luire.

Andreï refusa poliment la potion que je lui avais offerte. D’une voix rauque et éteinte, comme celle des humains très âgés, il expliqua qu’il était simplement vieux et que la potion n’aurait donc pas effet. Les humains avaient une courte vie, les rides apparaissaient sur leur visage alors que nous étions, elfes, à peine matures. Lorsqu’il me sourit, la présence de ses rides s’accentua davantage. Même si je ne connaissais rien à la magie, je compris que le grimoire lui conservait une “certaine jeunesse”. Là, j’avais l’impression qu’il avait vieilli de quelques décennies en l’espace d’un simple combat.
Herels pour sa part, se contenta de hocher doucement la tête, je ne pouvais rien faire pour Andreï.

Du coin de l’oeil, je pus m’apercevoir du réveil de Freida qui demeura tout de même allongée, Ezak à ses côtés.
Pour ce qui était de mage sombre, il leva une main et l’armure de glace recouvra de nouveau sa sœur, cachant ainsi pudiquement la vue de son corps meurtri. Il se releva tenant sa sœur dans ses bras.

Puis des fissures apparurent autour de nous, Dan avait vraisemblablement réussi à fragiliser les parois de la prison. Je restai immobile à regarder, sachant pertinemment que cette prison était magique. Je ne pouvais rien faire d’autre qu’attendre qu’elle vole en éclat. Ce qui arrivant un bref instant après.

Je vis alors les murs et le plafond et le plancher de la forteresse.

Je reportai mon attention sur Hereld et Andreï.

“ Notre mission n’est pas encore terminée, il nous faut vous ramener à l’académie.”
Puis m’adressant tout particulièrement à Andreï.

“ Je vous porterai, je suis suffisamment forte pour le faire sans effort.”

((( Voici le lien du précédent post à présent complété.

Avatar du membre
Cromax
Messages : 577
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Les Monts Eternels

Message par Cromax » sam. 13 avr. 2024 16:21

Ezak, sans doute vexé par la vérité que j’ai citée concernant les risques qu’il a pris pour Freïda, semble pertinent de me faire la morale. Il s’en prend à la nature de mon essence semi-divine, à cet aspect qui a toujours régné sur ma vie. Je n’ai jamais laissé personne me dicter ce que je dois faire. Toujours, j’ai agi librement et sans pression. Que j’ais été puissant ou non. L’humain révèle par là son visage : le jaloux. Il aimerait être aussi fort. Il aimerait être un divin. Enfin, c’est la conclusion que je tire face à son jugement définitif concernant les êtres de cette nature.

À la fin de sa démonstration foireuse, il me dit d’aller voir Sibelle. Mais je n’ai rien à reprocher à l’elfe blanche : seul lui s’offusque à la moindre de mes paroles, s’emportant comme si j’en avais à sa personne. Il pète une durite, se rend ridicule à provoquer vainement. Je soupire, un peu las de son attitude.

« Le seul qui veux faire la morale ici, c’est toi, Ezak. Je n’ai pas choisi d’être divin, ni puissant. Et dans ma vie, j’ai toujours fait les choix qui m’étaient dictés par ma propre logique. Même face à de plus puissant, même en me confrontant à leur vengeance. Me trompant, parfois, évidemment. Mais l’assumant ensuite, ce que ta fierté ne semble pas pouvoir faire. »

Je secoue la tête.

« Le plus grand nombre ne signifie pas la réponse la plus saine. Loin de là. Et la preuve est là : les elfes noirs ont fini par nous aider à garder l’entrée de ce temple des glaces, se sacrifiant pour notre but. Et l’esprit est mort, car c’était notre but. Aucun risque ne devait être pris. J’ai eu raison d’agir de la sorte, que ça te plaise ou non, en témoigne le danger que Faëlis a écarté en détruisant le grimoire : même vaincu, il demeurait une menace. À aucun moment je n’ai souillé votre liberté : j’ai juste fait des choix qui me sont propres et les ai assumés sans me laisser contrôler par quelque pouvoir, pas même celui du nombre qui te semble si cher. Et j’attends à ce que chacun se comporte comme ça, selon ses propres idées, selon ses propres valeurs. Et pas en ânonnant bêtement comme un mouton qu’on mène à l’abattoir. »

Je me détourne de lui. Qu’il comprenne ou pas ma démarche, je n’en ai plus cure. Qu’il reste coincé dans sa logique ne m’importe guère. Je me tourne vers Faëlis et Madoka :

« Bien vu pour le grimoire. Vous avez l’un et l’autre pleinement participé à la résolution de notre problème. À la réalisation de notre objectif. »

Je me tourne vers Hereld, vers Andreï.

« Vos terres sont-elles encore en danger ? Nous sommes-nous acquittés de notre tâche en vous menant ici vivants ? »

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 226
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Les Monts Eternels

Message par Faëlis » sam. 13 avr. 2024 17:24

Hélas, ainsi qu'il le redoutait, il n'y avait rien à faire. Le mage reforma l'armure de glace autour de sa sœur, dont l'elfe comprenait à présent qu'il s'agissait d'une prison autant que d'un moyen de la garder en vie. L'homme le remercia, mais, pour lui, il n'y avait rien de plus à faire.

Tentant de lui redonner un brin d'espoir, Faëlis murmura :

« J'ai pu obtenir audience auprès des dieux, une fois. Ce n'est pas chose facile, mais cela mérite d'être tenté. Vous êtes un puissant magicien, peut-être pourrez-vous accéder à Nyr ? »

Une bien piètre consolation, il le sentait lui-même en la formulant, mais il n'avait hélas rien de plus. Alors qu'Ezak et Cromax continuaient à se disputer, comme à leur habitude. Madoka s'inquiétait de la possible survie de l'esprit. Pour l'elfe blanc, cependant, la situation était claire :

« Le pouvoir du dragon noir était capable de triompher même des dieux. Je doute que l'esprit ait pu en réchapper. »

Mais alors même qu'il formulait cela, un doute se fit : après tout, la créature était douée en manipulation... Mais parallèlement, Dan achevait son incantation et détruisait la prison magique, les ramenant à la réalité. Sibelle conclue fort à propos en déclarant qu'il restait une dernière quête : ramener les blessés à bon port. Ce qui ne serait pas facile, vu l'état dans lequel se trouvait Andeï et Freida.

Cromax le félicita pour son action, mais celle-ci gardait un goût amère dans la bouche de l'elfe blanc. Le gris avait eu ce qu'il voulait, et

« Réaliser notre objectif ? Oui, nous avons réalisé notre objectif. Mais au vu des moyens déployés et du prix à payer, j'ai du mal à y voir une victoire. Satisfaisiez-vous d'avoir remplis les objectifs si vous voulez. Pour moi, les objectifs ne font pas tout. Un être avec un cœur et un sang ne peut que chercher au-delà d'un résultat froid et mathématique. »

Mais discuter ne mènerait sans doute à rien. Tout ce qu'il voulait, c'était partir d'ici.

« Laissons ce lieu revenir à la paix de Yuia, les Fenris ne seront plus un problème. Si vous nous confirmez, Dan, que l'esprit est vaincu, alors nous avons de la route à faire. Il y a eu suffisamment de vies gâchées. »

Il s'approcha de Madoka :

« Vous allez bien ? Cela n'a pas dû être facile. Si vous avez mal au crâne, je peux essayer de dissiper ça... »

Il était peu probable qu'elle accepte, vu son rejet de la magie, mais c'était la moindre des choses de demander à une dame !

Avatar du membre
Madoka
Messages : 174
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : Les Monts éternels

Re: Les Monts Eternels

Message par Madoka » sam. 13 avr. 2024 19:38

Dan reprend ses esprits et me répond. J’avais oublié que ce que j’avais fini par nommer domaine de l’esprit n’était que sa prison ; une prison, certes. Pour le maître magicien, tout est réellement fini, l’esprit n’est plus en mesure de menacer le monde.
Une fin brutale mais tout aussi mystérieuse que son existence, une fin dont tout le monde fut témoin et pourtant je ne ressens rien, aucun soulagement ni une once de réjouissance. J’entends Dan prévenir qu’il lui faudra quelques minutes pour nous faire sortir de cette prison et là encore, je ne me sens pas concernée.
Je l’observe manier son sceptre et prononcer des mots étranges à voix basse ; je l’observe parce que je n’ai rien d’autre à faire … je reste là, plantée, hébétée ; comme lui un instant avant.

Des voix me parviennent. Andreï est vivant, sa voix rauque et fatiguée d’un vieil homme blessé résonne faiblement jusqu’à moi ; tout comme les remerciements du sorcier à Faëlis pour sa tentative. Sa sœur est à nouveau dans son linceul de métal.
Ezak et Cromax ont des mots durs, preuve que eux ne sont pas atteints du même mal que moi. La voix de Faëlis sonne à mes oreilles. Se voulant rassurant, il ajoute qu’il est peu probable que l’esprit a pu réchapper au pouvoir du dragon noir, capable de triompher des Dieux. Je ne suis que plus perdue encore, comme si j’avais manqué un moment crucial pendant que je n’étais plus maître de mes sens. Mes yeux observent Faëlis mais mon attention est autre part, essayant de sonder mon esprit à la recherche d’un souvenir, d’une présence, d’un murmure … mais rien, il n’y a plus rien, mon problème vient d’ailleurs.


Autour de nous, le néant de glace se fissure en plusieurs endroits. Les fissures se multiplient encore et encore jusqu’à complètement fracturer la prison de glace qui explose et vole en éclat. De la prison de verre et de glace, il ne reste plus rien. Nous nous retrouvons au milieu de la forteresse, sans âme qui vive, a priori.

Je sens le regard de Cromax sur moi et l’écoute nous féliciter, Faëlis et moi pour nos actes, notamment vis-à-vis du parchemin. L’elfe blanc ne partage pas vraiment le sentiment d’une mission bien accomplie et semble même plus affligé que victorieux ; pour ma part, je réagis à peine malgré l’envie de partager ce sentiment de victoire et dis d’une voix presque éteinte.

« Je dirais pas pleinement, j’ai bien failli tout faire foirer en voulant le dépouiller de ce maudit grimoire. »

Je lève les yeux. Les murs par endroit effondrés, le sol poussiéreux et gelé, le plafond en vue, les portes, les piliers, enfin du relief, enfin autre chose que du vide. La vue sur le monde me permet de me recentrer sur quelques pensées concrètes.

Le Maître magicien est toujours à mes côtés et, avant de rejoindre Andreï et Hereld, je m’adresse à lui :

« Vous êtes le mieux placé pour savoir si l’esprit de Yuia est définitivement éradiqué ; mais restez sur vos gardes, n’oubliez pas qu’un autre veut votre mort, le Taurion a sûrement des complices. »

Il hoche gravement de la tête. Bien conscient des risques, il n’ignorait jamais une menace. Il me remercie ensuite de m’en inquiéter. Une phrase que je n’imaginais pas entendre de la part d’un être, il faut bien l’avouer, supérieur à beaucoup de ce monde. J’essaye difficilement d’esquisser un sourire sincère mais n’y parviens qu’à moitié.

« C’est le moins que je puisse faire, quand on patauge ensemble dans la même mélasse on veille les uns sur les autres … même si je suis bien consciente que vous n’avez nul besoin de nous autres. Et tant qu’on parle de menace, tous les alliés de l’esprit, les Fenris et ses suiveurs, ils continueront le combat par vengeance ou vous pensez qu’ils ne sont plus sous emprise ?
- Difficile d'être catégorique, mais je pense que sans l'influence de l'esprit, ils devraient cesser les hostilités. Enfin ... autant que le peuvent les Phalange de Fenris.
- Restons vigilant donc, d’autant que nous avons deux blessés et un long et difficile voyage de retour à faire. Vous nous accompagnerez jusqu’à l’académie ?
- Bien évidemment. Je ne vais pas vous abandonner en haut d'une montagne. Dit-il alors avec un bref sourire.
- Tant mieux pour nous ! dis-je en tentant encore sans grand succès de sourire en retour.»

Je prends congés du Maître magicien, indiquant vouloir m’enquérir de l’état d’Andreï. Je capte alors le regard qu’il porte à son tour sur le vieil homme, un étrange regard que je ne décrypte pas.

Faëlis se rapproche alors que je me mets en marche. Il me demande si je vais bien, s’inquiète de mon état et me propose gentiment de dissiper au moins quelques maux physiques. A son air, je sais qu’il ne s’attend pas à une réponse positive, je ne risque donc pas de totalement le navrer.

« C’est très aimable, dis-je en parvenant enfin à esquisser un sourire sincère bien que bref. Mais ce n’est pas physiquement que le bât blesse. De ce pas, je me rendais auprès de Andreï ; lui et Freida sont les plus mal en point, pensez-vous que vos talents puissent leur être utile ? »

A l’approche des deux académiciens, je me rends compte à quel point Andreï a changé et vieilli. Je ramasse la gourde que je lui avais confiée et l’accroche à ma ceinture en m’accroupissant à ses côtés, cachant au mieux mon inquiétude quant à son état de santé.

« Outch, très cher … vous avez bien morflé. Vous avez une volonté de battant, mais il serait sage de demander à votre patron ici présent quelques mois de repos bien mérité, au chaud et à l’abri dans l’enceinte de l’académie, et pourquoi pas l’interdiction de repartir à l’aventure pour sauver le monde, laissez-en aux jeunots ! »


((hrp : j’avoue ne pas me souvenir si ou laquelle il a utilisé pendant le combat, je te laisse gérer ce détail chef !))

Avatar du membre
Ezak
Messages : 177
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: Les Monts Eternels

Message par Ezak » dim. 14 avr. 2024 06:31

Ezak semble ne pas réagir au propos de Cromax. L’a t’il seulement écouté ? Son attention est rivé vers Freida qu’il aide à se relever. 

« Notre mission est finit… Ça va aller ? »

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 143
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: Les Monts Eternels

Message par Arkalan » dim. 14 avr. 2024 10:24

- semble hésiter à quitter les lieux

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 547
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: Les Monts Eternels

Message par Gamemaster6 » dim. 14 avr. 2024 19:55

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre Final : A travers la glace

Image

Malgré quelques dissensions, le groupe semblait avoir trouver un objectif en commun : soigner ses blessés et revenir en un seul morceau à leur point de départ. la fatigue des derniers jours se faisait sentir, échauffant les esprits et affaiblissant les corps mis à rude épreuve. Désormais libres dans la forteresse de glace, ils pouvaient aller là où bon leur semblait.

Freida, péniblement agrippée à Ezak, ne semblait guère en état de faire un quelconque voyage. Elle hocha néanmoins la tête à la question d'Ezak. Apparemment, même un évènement aussi difficile que celui qu'elle venait de vivre ne semblait pas avoi entamer sa détermination, seulement son corps. Pour le moment, en tout cas. Andreï, lui, n'avait pas l'air en meilleure forme, mais il refusa nettement la proposition de Sibelle, ajoutant un très ferme :

- Je ne suis pas encore mort.

Au moins les paroles de Madoka eurent le mérite de lui tirer un grognement bougon malgré ses yeux amusés, alors qu'Hereld secouait la tête.

- Ne vous en faites pas, je veillerai à ce qu'il reste sagement au chaud. Toute cette escapade n'était pas son idée, de toute manière.

Dan, lui, était revenu vers le groupe après avoir détruit la prison. Le maître magicien semblait plus détendu, comme si un poids lui avait été subitement retiré. Le fardeau qui pesait sur ses épaules n'étant plus, c'était un souci en moins qu'il aurait à se faire. Ce fut lui qui répondit à la question de Cromax.

- Ses terres seront toujours en danger, mais au moins le plus immédiat a été résolu. Vous avez tous accompli votre mission sans faillir. J'ai peur que le monde entier ne soit guère au courant de la catastrophe que nous venons d'éviter, mais vos noms et vos faits seront transmis aux futures générations de ces terres, vous pouvez en être sûrs.

En silence, ignorant désormais le groupe, le Frère ramassa le corps inerte de sa sœur et se dirigea d'un pas lent vers la sortie de la pièce. Il ne semblait nullement avoir envie de participer aux discussions. Dan l'observa un instant, avant de conclure.

- Peut-être serait-il temps de sortir d'ici et de se trouver un endroit sûr pour nous reposer. Nous en avons tous besoin.

En descendant, ils pourront constater l'étrange silence qui règne dans la forteresse et l'étonnante absence des guerriers shaakts, vivants et morts. Comme s'ils s'étaient volatilisés. Les corps des Fenris, eux, sont toujours bien là, mais étrangement congelés, comme s'ils avaient passé bien plus que quelques heures dans le froid.

Consignes

Cette fois-ci vous avez deux semaines parce que c'est un rp un peu plus libre pour que vous puissiez débriefé sur les récents évènements. J'ouvre de nouveau le cha discord et vous pouvez interagir entre vous ou avec les PNJ, que ce soit sur le chan ou en mp, pour les plus secrets d'entre vous.

Gains d'exp
Madoka : discussion avec Dan, discussion de groupe : 1xp
Sibelle : xp complétés , discussion de groupe : 0,5xp
Cromax : dissenssion avec Ezak, Discussion de groupe : 1xp
Faëlis : Discussion de groupe : 1xp
Ezak : noté quand complété
Arkalan : noté quand complété

Bobos et co
Cromax : blessure légère au torse
Sibelle : blessure légère au torse
madoka : blessure bénigne à la tête
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Répondre

Retourner vers « Royaume Perdu de Nosveria »