La Plaine de la Désolation

Avatar du membre
Ezak
Messages : 96
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Ezak » jeu. 28 avr. 2022 17:08

En croisant Madoka elle m’annonca que la brume qui approchait n’etait pas naturelle. Elle arguait en plus que le mot "brume" était inscrit en lettres de sang sur un arbre. J’avouai, que c’était inquiétant, il y avait alors peut-être de la magie à l’œuvre dans cette affaire. Tout en songeant aux mots de ma comparse humaine, j’entrai dans l’énorme tente nosverienne. Un cadavre m’attendait là, le bras tendu, figé vers le fond de l’habitation, comme si son dernier geste avait été de tenter de se saisir de quelque chose. Mais il n’y avait rien, ou plus rien à cet endroit. Je fis le tour du cadavre pour constater qu’il n’avait aucune plaie, pas une tache de sang ne venait souiller les vêtements du macchabée, ni le sol sous lui. Je me retournai pour sortir, constatant du même coup que Madoka était venue me rejoindre devant l’entrée. J’allai lui faire part de ma découverte quand d’un coup d’un seul, Mongoor se mit à illuminer. Mes yeux s’écarquillèrent car je ne connaissais que trop bien ce que cela voulait dire, des morts-vivants étaient proches.

Par réflexe, je jetai un regard au mort à mes pieds, mais il n’avait même pas frémi, alors l’éveillé devait être ailleurs. C’est alors que des bruits de pas me parvinrent très distinctement. Je posai mon index sur mes lèvres à destination de Madoka et l’attrapai par le bras pour l’attirer sous le couvert de la tente. Contre la paroi, mes yeux ne quittèrent pas le cadavre près de nous alors qu’une voix s’éleva. Ferme et féminine, elle nous ordonna de nous retirer. Je jetai un rapide regard à l’extérieur pour constater que la brume était déjà sur nous et avait encerclé le hameau. On pouvait distinguer une multitude de silhouettes, attendant avec discipline un ordre. Je jurai que ce devait être les morts-vivants, et que la femme présente n’était autre que leur maîtresse.

Je jetai un dernier regard au macchabée qui partageait notre repli avant de m’adresser à Madoka :

« Ne restons pas ici, rejoignons les autres. Les morts ne le sont plus vraiment. »

Je me dirigeai vers la maison principale et sur le chemin j’en profitai pour me retourner et regarder aux alentours pour avoir une vue globale de la situation. D’un rapide regard j’essayai d’estimer le nombre de morts-vivants et de jauger leur maîtresse. Elle était là et armurée des pieds à la tête, elle ne laissait pas paraître son identité, bien que son port, le caractère longiligne de son corps et la finesse de son gabarit laissait deviner une elfe. Elle avait l'air d'avoir sans dans son fourreau une forte belle épée. De la glace tournoyait autour d’elle, laissant deviner sa maîtrise de cette magie. Mes observations faites, je rentrai dans l’habitation pour prévenir les autres.

« C’est une saleté de nécromancienne ! Nous sommes cernés par des morts-vivants et ils doivent être au moins trois fois plus nombreux que nous à vue de nez. »

Cromax profita de mon entrée pour sortir, ce qui me poussai à lui faire parvenir un conseil. Devant l’habitation, il y avait un cadavre, il fallait qu’il s’en méfie.

« Méfiez-vous du mort sur le pas de la porte. Ce serait dommage que vous vous fassiez surprendre. »

Il me répondit par un signe de tête, pour marquer qu’il prit en compte mon conseil, et il sortit allant s’adresser à celle qui nous assaillait avec son bataillon des morts. Je laissai traîner mon oreille, bien attentif, alors que je commençai à me préparer.

Je rangeai mes lames dans leur fourreau.

Au-dehors, Cromax avait ouvert le dialogue sans se démonter devant notre assaillant, non sans vanter la puissance de notre groupe, lui renvoyant alors pression qu’elle tentait de nous mettre. C’était très bien, il fallait qu’elle sache que si elle se lançait dans cette attaque, elle risquait de ne pas s’en sortir. Cependant elle tînt sa position en affirmant qu’elle avait conscience de qui nous étions, et qu’elle ne nous laissait pas d’autres choix que de quitter ces montagnes.

Je jetai mon paquetage sur le sol.

Sibelle elle, sortit à son tour, et lui demanda sans fioritures si elle était coupable des crimes perpétués en ces lieux. L’assaillante s’en dédouana.

Je me débarrassai de ma masse et de mon fouet à ma ceinture.

Sibelle poussa l’interrogatoire jusqu’à demander des précisions sur l’identité du tueur, l’armurée de glace se fendit d’une réponse laconique désignant un mage, sans n’ajouter aucune autre précision. Elle se moquait clairement de nous, et j’en avais assez de ce jeu. Elle n’était pas coopérative, je ne comptais pas l’être et ça avait aussi l’air d’être le cas de mes compagnons d’aventures.

Enfin, j’attrapai ma lance.

Il était temps de tenter une ultime solution en jouant sur nos intérêts communs. Je n’étais pas dupe, de près ou de loin cette personne avait un rapport avec ce qui se passait dans ces montagnes, elle devait forcément être au courant des enjeux. Je donnai de la voix juste derrière la porte, sans sortir de la maison pour ménager mon effet de surprise. Ne disait-on pas que l’ennemi surpris est battu ?

« Vous avez dit « nous » ? Qui donc représentez-vous ? Vous nous menacez de mort, mais c’est justement cela que nous somme venus éviter. Si nous reculons le résultat sera le même alors le choix que vous nous proposez n’en est guère un. Nous sommes venus ici pour sauver des vies, toutes vies, la vôtre également. Œuvrez avec nous, au lieu de nous combattre, à moins que vous ne soyez qu’intéressée par la mort, nécromancienne... »


Elle répondit avec froideur :

« Vous vous trompez sur tant de points qu'il me serait impossible de tous vous les lister. Je représente ceux qui réussiront là où vous n'avez fait qu'échouer, aventuriers. Ce monde a besoin d'une révolution, d'un ordre nouveau et vous, vous êtes sur notre route. Repartez, c'est mon dernier avertissement."

Propos de femme folle que cela ! Rien de ce qu’elle disait n’avait de sens, ou n’en avait que pour elle. Et qui pouvait bien représenter ce « vous » vague qu’elle nous adressait comme si nous étions coupables d’on ne savait quel tort ? Quoi qu’il en fut, l’impasse s’était confirmée, nous allions régler ça dans le sang, et cela n’avait rien pour me déplaire. Je ne comptais pas montrer, ne serait-ce qu’une once de pitié.
Cromax tenta une dernière approche vaine, j’entendis le son caractéristique de lame de notre assaillante quitter son fourreau alors qu’elle affirma que le monde n’avait pas besoin de nous. C’était ce que nous allions voir ! Elle pouvait bien faire déferler sa horde qui nous surpassait en nombre, je jurai que je la réduirai à rien. Je n'avais pas une once de doute sur mes capacités. Le temps était venu qu'elle comprenne qui elle osait affronter.

D’une geste rageur, j’ouvris la porte avec fracas et vins me placer avec hâte entre Sibelle et Cromax pour lancer de toutes mes forces ma lance en direction de la poitrine de l’ennemie, avant de me saisir de mes lames, déjà porté sur mes prochains gestes.

( HRP :
- Masse d’armes et fouet rangés dans le paquetage.
- Lance sorti du paquetage
- Tente l'effet de surprise en sortant vivement.
- Utilisation de la CC Lancer au Rang 5 avec la lance en direction du torse de l’ennemie + CC de l’Elite
-Garde une distance de sécurité avec le cadavre devant la maison.
-Sors ses lames )

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 68
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Arkalan » ven. 29 avr. 2022 22:15

Nous nous organisons rapidement, conscient que la brume n’est pas un hasard. Surtout lorsque le mage de l’académie confirme mes dires qu’il pourrait bien s’agir d’un avertissement. J’observe d’un oeil discret Sibelle qui ravive les flammes tandis que la température chute brusquement.

Quelque chose se prépare, je peux le sentir. J’entends alors distinctement des pas dans la neige. Je m’approche d’une fenêtre, entrouvrant doucement le volet pour distinguer l’origine du bruit. Je le savais. Une elfe dont je n’ai aucun doute sur l’espèce malgré qu’elle dissimule son corps derrière une armure finement travaillé certains détail ne trompent pas. Menaçante, arrogante, hostile alors que Cromax sort de la maison pour tenter de discuter tandis que les deux humains se mettent à l’abri du froid glacial qui règne dehors. Je tends l’oreille tout en faisant tournoyer une flèche entre mes doigts, luttant contre mon désir de tirer sans sommation. Il est clair qu’elle n’est pas là pour négocier et à en croire le chevalier Kendran, elle n’est pas venue seule pour nous chasser.

Sibelle décide de s’exprimer, ne pouvant visiblement pas s’empêcher d’ouvrir le bec à la moindre occasion. Pour, évidemment, poser une question dont on se fiche bien. Quel importance si c’est elle qui a massacré les gens de ce hameau, va t-elle s’attaquer à moi si j’abats la menace qu’est cette femelle Shaakt face à nous ? Fort heureusement elle quitte également la maison. Maison dans laquelle le Chevalier décide de hurler derrière la porte, comme si le vacarme qu’il faisait avec ses affaires n’était pas suffisant.

Rien n’y fait, d’ailleurs il n’y avait rien à faire. On ne peut pas négocier avec ces engeances que sont les femelles Shaakts. Le combat s’engage et j’y participe avec plaisir. Je bande mon arc et prends un instant pour viser un point faible de l’armure, espérant ainsi passer à travers.

( Utilisation de la technique tir chirurgical rang 2 + passif du tireur d’élite sur la necromancienne)

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 183
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Sibelle » sam. 30 avr. 2022 04:03

Alors qu’il ne manquait plus que Ezak et Faëlis à l’intérieur, Madoka, impatiente, décida de sortir, arguant qu’elle en aurait encore le temps avant l’arrivée de la brume et qu’elle en avait plus qu’assez d’attendre. Je me contentai de froncer les sourcils, je n’avais pas d’ordre à lui donner, même si je trouvais qu’elle prenait un grand risque.

À peine quelques minutes plus tard, ils revinrent tous les trous et nous pûmes refermer les ouvertures. Pour ma part, je m’affairai à m’assurer que le feu demeure allumé, rejetant l’air à l’extérieur, empêchant autre chose d’y entrer.

Le mage Andreï nous confirma que le signe découvert par Arkalan s’avérait être un avertissement et sûrement un mauvais présage.
De son côté, Ezak, nous prévint de la présence de mort-vivant aux alentours et, nous demanda de nous méfier des cadavres qui pourraient se « réveiller » sans prévenir. Je fus un peu perplexe devant de tels propos, mais je lui fis confiance, je ne savais pas ce qu’il avait vu, mais son ton de voix et l’expression de son visage étaient convaincants.

Je fermai les yeux et me concentrai sur les bruits extérieurs. J’entendis nettement des pas dans la neige. Ils étaient si distincts que cette fois, mes compagnons l’entendirent aussi. Lorsque les pas s’arrêtèrent, une voix forte et glaciale nous somma de rebrousser chemin. Notre refus d’obéir nous mènerait à la mort.

Cromax fut le premier de nous tous à réagir, entrouvrant d’abord la porte pour observer l’extérieur, il sortit ensuite.

Pour ma part, je demeurai immobile témoin de la discussion qui prenait part à l’extérieur. Cromax fit savoir à la dame que nous ne la craignions point, lui vantant ses mérites et ceux qu’il croyait nôtres. Puis il demanda la raison de sa requête, de ses menaces, lui demandant de s’expliquer clairement et tentant de régler la situation par la discussion plutôt que par les armes. Elle ignora les questions légitimes de notre compagnon, se contentant de répéter la menace de nous tuer si nous refusions d’obtempérer. Une fois de plus, elle répéta que notre présence présentait un plus risque qu’une aide.

Curieuse de voir cette femme arrogante, et surtout par le désir de vouloir prendre part à la conversation, je sortis à mon tour de la maison, sans précipitation, prenant soin de bien fermer la porte derrière moi. Écoutant les conseils d’Ezak, je fis attention à ne pas marcher trop près des cadavres et je rejoignis Cromax pour prendre place à sa droite. Ce ne fut qu’à ce moment que j’observai la propriétaire de la voix glaciale, et probablement celle de la chouette venue en éclaireuse. Grande et mince, sa silhouette s’apparentait aux elfes blancs ou peut-être aux gris… ou peut-être pas. Équipée d’une armure aux apparences de glace, elle ne nous dévoilait que la couleur de ses yeux, un bleu froid céruléen. Ce qui était certain, c’était qu’elle n’avait pas froid aux yeux. Contrairement à nous, elle semblait être dans son élément dans cet univers montagneux et froid.

Malgré les plusieurs questions que j’avais en tête, je n’en posai qu’une afin de m’assurer qu’elle ne pourrait aussi facilement l’ignorer.
« Avez-vous tué ces gens ? » dis-je tout en désignant le cadavre près de la porte d'entrée.

J’avais l’impression qu’elle m’observait quelques secondes avant de me répondre froidement qu’un autre qu’elle s’était chargé de ces gens. Sa réponse bien réfléchie ne m’apporta pas la lumière que j’avais espéré, ne sachant si cette autre personne faisait partie des siens ou pas.

Tenace, je questionnai encore :

« Qui ? »

Sa réponse fut aussi brève que ma question : « Un mage ! »

(Maître Dan ??? )
Cette hypothèse se formula rapidement dans mon esprit puisque c’était le seul mage dans ses lieux dont je connaissais l’existence. Il était donc fort possible qu’il s’agisse d’un autre mage aussi qualifié que ce dernier.

Ce fut à ce moment de mes réflexions que nous pûmes entendre Ezak crier de sa cachette derrière la porte. S’adressant à la dame glaciale, il tenta lui aussi d’en savoir plus sur son identité, tout en l’informant de la raison de notre présence : sauver des vies. Il termina en faisant allusion à ses pouvoirs de nécromancienne. Je considérais que le discours de Ezak, comme l’avait été celui de Cromax auparavant, était pertinent, mais je doutais que la réponse le fût autant. Et de fait, après avoir fixé la porte, endroit précis d’où nous provenait la voix du kendran, elle nous répondit d’une façon condescendante que nous étions dans l’erreur et qu’elle représentait ceux qui allaient réussir là où nous avions échoué.

(Comment peut-on avoir échoué avant même d’avoir commencé ? )

Tout fut plus clair pour moi, lorsqu’elle parla d’une révolution, d’un ordre nouveau… elle devait sans doute faire partie de ceux qui voulaient réveiller l’esprit endormi. Elle nous ordonna une dernière fois de repartir d’où nous venions.

Persévérant, Cromax tenta une fois de plus de connaître ses motivations, en précisant que nous n’étions point intimidés par ses menaces et que nous ne quitterions pas les montagnes sans raison valable. Pour soutenir ses propos, je croisai mes bras, tout en ne lâchant pas la dame du regard.

Elle termina la discussion en expliquant que nous étions trop imprévisibles et trop attachés à nos libertés pour qu’ils puissent envisager de se rallier à nous. Et pour clore la discussion, elle tira son épée de la main droite et en fit apparaître une de glace dans sa main gauche.

Les hostilités venaient d’être déclarées. Et ce fut seulement à ce moment que je remarquai de vagues silhouettes camouflées dans la brume, malgré ma bonne vision, je ne pus les distinguer davantage.

En quelques secondes, un être de feu et d’ombres sortit du corps de Cromax pour prendre place à sa gauche. Une silhouette féminine qui semblait fort jolie. Mais je ne m’y attardai pas trop, tentant plutôt de contrôler ma surprise et de réfléchir à ce que je pouvais faire.

Ne pouvant agir à cette distance, je décidai de prendre ma forme ailée. Ainsi si la chouette revenait pour porter secours à sa maitresse, je serai prête. Faisant quelques pas de côté, je me transformai progressivement, sans perdre une seconde la scène. Cromax fit apparaitre un arc remarquable, Ezak surgit presqu’en même temps entre nous deux, lance à la main.

((( Sans perdre des yeux la scène,
Sibelle se transforme en hippogriffe )))

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Faëlis » sam. 30 avr. 2022 09:46

La chouette alla se perdre dans la brume, une brume de plus en plus étrange. Elle semblait curieusement localisée, et progressait avec une rapidité inhabituelle. Peut-être était-ce normal en ce pays ? Mais en bas, Arkalan fit remarquer qu'un des morts avait apparemment tracé le mot « brume » dans sa langue, comme un avertissement...

Le froid tombait rapidement, et, aussitôt, Sibelle décida de raviver le feu d'une des maisons. Apparemment, il y avait vraiment quelque chose d'inquiétant en cours ! Faëlis se laissa prestement tomber du toit et rejoignit bien vite les autres à l'intérieur.

Il était temps car à ce moment là, le sinistre nuage arrivait sur eux et engloutissait le village. Les derniers doutes sur le caractère surnaturel de la chose se dissipa lorsqu'une étrange femme en armure de glace se présenta devant eux. Entourée de glace dansante, elle les averti qu'ils devaient rebrousser chemin au plus vite.

Certains tentèrent d'entamer des pour-parlés, mais elle n'était guère bavarde. Pour elle, ils avaient échoués à on-ne-sait quelle tâche, tandis qu'une révolution se préparait. Mais l'information la plus intéressante, et la plus sinistre, vint d'Ezak. La lame de celui-ci brillait d'une étrange lueur, ce qui, d'après lui, indiquait l'approche de mort-vivants. Comme si l'elfe n'en avait pas déjà assez affronté dernièrement !

Alors que l'étrange créature provoquait ouvertement le demi-dieu de la liberté en mettant cette notion en doute, Faëlis compris que la situation allait dégénérer. Secoua la tête, il commença à invoquer sa lumière sur ceux qui semblaient els plus farouchent combattants du groupe.

(((Lancement de Aura fortifiante rang 2 (+1 au jet de blessure pour le combat) sur Cromax, Sibelle et Ezak)))
Image

Avatar du membre
Madoka
Messages : 98
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : En pleine mer

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Madoka » sam. 30 avr. 2022 17:10

((hrp : grosse panne internet chez moi, j'ai un voisin sympa qui m'a filé son wifi, que j'arrive à capter du jardin avec mon téléphone.
Du coup je fais court pour ce tour. Désolée

- Mado suit ezak dans la cabane
- reste aux aguets, surveille les abords de la cabane et attaque si une créature s'approche trop de ceux des PJ qui sont dehors.))

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 422
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Gamemaster6 » sam. 30 avr. 2022 23:46

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre 1 : Promenons-nous dans la toundra

- Ce monde n'a pas besoin de gens comme vous.

L’absolu décrété par l’étrangère masquée n’avait guère plu aux fiers aventuriers finalement décidés à en découdre. Séparé de Lysis, Cromax attaqua sans prendre un instant, une puissante flèche filant tel le vent, accompagnée par une main d’ombre de sa faera tandis qu’une lance filait également droit vers la femme qui les prenait de haut, lancée par un Ezak tout aussi remonté. Des attaques redoutables, lancées avec une précision sans faille, capables de toucher et tuer n’importe qui se mettant sur leur route. L’étrangère ne bougea pas, impassible. Et sous les yeux des aventuriers qui pensaient sans doute le combat terminé avant même qu'il n'ait commencé, une barrière de glace surgit du sol, leur bloquant la vue alors que leurs attaques se fracassaient dessus. Celle de Lysis disparut purement et simplement tandis que celle de Cromax se ficha profondément dans la barrière, fissurant cette dernière, permettant à la lance envoyée par Ezak de pulvériser la protection de glace qui éclata en des centaines d’éclats qui disparurent aussitôt. Malgré leurs attaques infructueuses, cela permit à la flèche d’Arkalan de poursuivre sa route pour ne rencontrer hélas que le vide avant de disparaitre dans la brume qui avait repris son avance dans le village. Et là où se tenait juste avant l’étrangère, seule, se trouvaient à présent avec elle deux étranges créatures serpentines semblant faites de glace et qui ondulaient autour de celle qui leur barrait la route, toujours immobile.

Image

- Vous avez donc fais votre choix.

Et dans un ensemble parfait, les deux créatures serpentines fixèrent soudainement le trio se trouvant face à eux. Un blizzard glacé s’abattit alors sur eux, les aveuglant soudainement et Cromax put sentir une douleur lui percer la jambe droite. Une blessure légère, bien que douloureuse, encore intensifiée par le froid qui régnait. Ezak s’en tira mieux, davantage protégé contre le froid que son compagnon sindel tandis que Lysis souffrait davantage de cet assaut, sa nature l’opposant directement à ce froid mordant qui la frappa de plein fouet.

Sibelle, de son côté, pu aisément prendre sa forme d’hippogriffe et assister aux assauts infructueux de ses compagnons. Trop proche du trio ayant engagé les hostilités, le blizzard l’enveloppa également, réduisant sa vision comme tous les autres malgré son acuité supérieure et son poitrail subit également la morsure du froid s’abattant sur la zone. Voler dans ses conditions allait être difficile, mais peut-être valait-il mieux sortir de cette tempête au plus vite.

Dans la maison, ceux restés en retrait purent assister au début du combat et voir, impuissants, leurs compagnons devenir des silhouettes dans ce qui ressemblaient à une tempête de glace. Faëlis parvint pourtant à leur porter assistance, mais cela serait-il d’une quelconque utilité ? Car tout autour d’eux, une quinzaine de silhouette sortirent de la brume et encerclèrent la maison, affichant leur vraie nature physique bien qu’étrange, à mi-chemin entre des morts et de la glace. Armées de haches, masses, marteaux et autres armes brutales, ils commencèrent à s’attaquer à l’habitation, cherchant à entrer en détruisant les parois même du refuge sans même essayer d’en ouvrir la porte.

Image

- Prêtons leur main forte, Andreï.

La voix d’Hereld perça par-dessus le bruit des assauts répétés sur le bois de la maison et, joignant le geste à la parole, il tira un épais grimoire de sa besace et, levant la main vers un groupe qui approchaient dangereusement d’une fenêtre, fit naitre lui aussi une tempête, mais de neige, qui repoussa les envahisseurs, deux d’entre eux restant au sol, visiblement défaits par le mage. Andreï, lui, marmonna quelques mots et d’étranges miroirs de glaces se formèrent près de chacun des aventuriers présents dans la maison.

La situation était difficile. Dispersés, encerclés, aveuglés et pour certains, blessés, il fallait rapidement qu’ils trouvent une solution, ou leur périple s’arrêterait prématurément


***
Récapitulatif :

Cromax : blessure légère à la jambe droite
Lysis : Blessure grave au torse
Sibelle : blessure légère au torse
Ezak : a le nez qui coule

Bonus de situation actifs :

+1 aux jets de blessure pour Ezak, Cromax et Sibelle.
Miroirs de glace : Madoka, Faelis, Arkalan

Madoka : Je n’ai pas bien compris si tu sortais ou non, donc j’ai considéré que tu restais dans la maison au vu de ce qu’il se passait, puisque ceux qui vous attaquent ne s’occupent nullement des trois autres pour le moment.

Les deux mages vont bien sûr vous aider et vous êtres libres de leur proposer une action particulière qui vous semble judicieuse. Garder en tête qu’ils ont leur volonté propre et qu’ils n’obéissent pas aveuglément à ce qu’on leur dit.

Come toujours, questions, discord, tout ça, vous connaissez la chanson.
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 68
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Arkalan » mar. 3 mai 2022 18:58

Comme je m’y attendais, la situation dégénère et la négociation tourne en notre défaveur. La sorcière disparait derrière un mur de glace et bien qu’il se brise sous les coups de ceux qui sont dehors pour laisser passer ma flèche, celle-ci ne trouve pas sa cible et se perd dans un blizzard qui rend la visibilité difficile.

Alors que les trois bagarreurs deviennent des silhouettes dans le brouillard, d’autres en émergent. Mélange de nécromancie et de cryomancie, elles approchent pour s’attaquer à la maison dans laquelle nous sommes réfugiés. En infériorité numérique, tenir ce bâtiment est notre seule chance.

Les mages agissent, faisant apparaître des miroirs qui troublent quelques instants ma perception de l’espace tandis qu’un autre sort repousse des assaillants qui s’approchent de la fenêtre.

« Trouvez un moyen pour que les autres nous rejoignent ! »

Criais-je à l’attention des académiciens pour couvrir le vacarme des coups qui s’abattent contre le bois de la maison. J’encoche une flèche, toujours en position proche de la fenêtre et tir en direction d’une créature qui se rapproche de moi. Si l’autre groupe se décide à se replier, je dois pouvoir les couvrir.

(( demande aux mages d’aider Cro, Ezak et même Sibelle à revenir dans la cabane. Tir simple sur une créature proche de la fenêtre))

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 183
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Sibelle » mer. 4 mai 2022 01:34

Alors que les plumes prenaient place sur mon corps désormais mi-aigle, mi-cheval, je vis la flèche de Cromax et la lance d’Ezak filer à toute allure vers la même cible, la dame froide et condescendante. Mais avant que les deux projectiles n’arrivèrent à destination, une barrière de glace s’érigea spontanément à partir du sol, leur faisant obstacle. Obstacle brisé en éclat par l'action combiné des deux traits.

Je vis également une flèche quitter la maison pour filer droit sans rien atteindre.

Deux petits serpents de glace prirent forme et encerclèrent leur maîtresse, puis nous fixèrent de leurs yeux glacés. Sitôt un blizzard m’obstrua la vue, malgré l’acuité aiguisée de celle-ci. Une morsure glaciale envahit mon poitrail et m’indisposa suffisamment pour que je renonce à m’envoler.

Malgré la tempête, je pus discerner difficilement plusieurs silhouettes, qui s’approchèrent de nous et encerclèrent la maison. Je pus deviner un corps de glace, mais rien de plus. Ils ne mirent pas de temps à atteindre la maison et à tenter d’en briser les murs afin d’y pénétrer. Je savais les autres encore en sécurité à l’intérieur et puis, ils n'était pas démunis de moyens, loin de là.

Je décidai alors de charger la dame. Sans préambule, je galopai le plus rapidement dans sa direction, espérant me rendre le plus près possible avant de subir une attaque de sa part.

(((Sibelle galope jusqu’à la dame pour l'attaquer par la suite . )))
Modifié en dernier par Sibelle le mer. 11 mai 2022 02:15, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Faëlis » mer. 4 mai 2022 19:29

Aussitôt, le blizzard se déchaîna. Dehors, l'elfe blanc ne vit pas tout ce qui se passait, mais le feu et la glace s'entremêlaient tandis qu'un terrible combat magique commençait. Dans le même temps, arrivant de l'extérieur, d'étrange morts glacés déferlèrent sur la maison, frappant les murs de leurs armes comme pour les défoncer. Arkalan, l'archer sombre, exhorta les mages à soutenir ceux qui étaient dans le village, tout en tirant une flèche sur l'un des morts qui tentaient d'entrer.

Sans attendre, Faëlis fit de même. Il se concentra sur sa magie de lumière, éternelle ennemie des mort-vivants, pour tirer une fléché étincelante vers la créature la plus proche.

(((Tire de flèche avec munition élémentaire de lumière sur un des mort-vivants par la fenêtre)))
Image

Avatar du membre
Cromax
Messages : 331
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Cromax » jeu. 5 mai 2022 09:49

Nos attaques sont vaines, et c’est avec frustration et colère que je vois nos projectiles et sort se planter dans un mur de glace, détruit très vite, mais protégeant cette satanée lâche. Elle veut se battre, elle veut nous tuer, alors pourquoi se cacher lâchement de la sorte ? Un blizzard accru nous prend en pleine face, et je sens un grêlon fendre la peau de ma jambe. Rien de grave, mais assez pour sentir la rage monter en moi. D’autant que Lysis, elle, est davantage blessée, au torse, par la magie de glace.

Des silhouettes semblaient cerner la maison : sans doute les morts dont Ezak parlait. Nous ne pouvions perdre du temps à nous occuper d’eux : les mages de l’académie et la puissance des aventuriers coincés là devrait suffire à les repousser. Quant à moi, mon rôle est clair : il faut que je bute la connasse et ses sbires, deux serpents de glace aux airs menaçants se tortillant autour de leur maîtresse. Mais avant, il faut que Lysis se remette à l’abri. Nous le sentons tous deux : elle pourrait subir davantage de blessures si elle reste là. Aussi, elle laisse d’abord rugir sa soif de sang. Usant de sa magie de feu, cette fois, elle canalise cette dernière sur la nécromancienne. Elle veut la faire brûler, se consommer de l’intérieur. La faire s’embraser. Une fois son sort lancé, elle vient se fondre en moi à nouveau. Je sens la rancœur l’habiter. Et ce sentiment glisse en moi, renforçant ma détermination.

Je suis encore trop loin de mon ennemie, et il est temps d’y aller franchement. Elle va connaître le prix de mon ire. Usant de ma vitesse au maximum de sa puissance, je fonce vers la garce, sortant au plus vite de cette foutue tempête et tentant de la contourner pour surgir derrière elle, tentant d’avoir pour moi l’effet de surprise. Mon arc s’est changé en une pique, que je tiens devant moi pour menacer l’inconnue, la tenant à distance et, prochainement, la transpercer de part en part.


[HJ : Lysis lance le sort « bûcher » sur la nécromancienne et se fond en Cromax.
Cromax, lui, charge à sa vitesse maximale et contourne la nécromancienne pour atterrir dans son dos, une lance à la main]

Avatar du membre
Madoka
Messages : 98
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : En pleine mer

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Madoka » ven. 6 mai 2022 15:41

Le temps des paroles est terminé et tout s’enchaine rapidement. Grâce à sa magie, l’inconnue se protège des premières attaques et riposte aussitôt. Deux étranges serpent de glace apparaissent à ses côtés, fixant nos alliés qui se retrouvent l’instant d’après englobés dans un blizzard épais.

Mais nous n’avons guère le temps de nous organiser pour leur prêter main forte car les créatures à peine discernées jusque là marchent maintenant vers nous, sortant de la brume par paquet. Des créatures humanoïdes à la peau crevassée, putréfiée et recouvert de glace, comme faisant partie d’eux. Et ces parfaits rejetons d’une sorcière mêlant nécromancie et magie de glace s’en prennent à la cabane, tentant de fracasser les murs de bois de leurs haches et marteaux.

Les deux universitaires, malgré leur manque d’expérience sur le terrain, réagissent promptement. Hereld créé une bourrasque digne d’une tempête de neige concentrée et l’envoie contre un petit groupe proche d’une fenêtre et Andreï fait apparaître des murs de glace devant chacun de nous.

Mon sabre et ma dague déjà dégainée, j’observe les mouvements de chacun avec attention. Faëlis et Arkalan s’arment de leurs arcs et visent à leur tour les créatures s’approchant des fenêtres. Deux mages, deux archers … inutiles de troquer mes armes contre mes lames. Les yeux partout à la fois, je scrute fenêtres et murs, prête à bondir sur la première créature qui passera nos défenses.




((hrp : Toujours pas de connexion à la maison :/ j’ai pas accès à discord du coup.
Madoka a ses deux armes en main : sabre main droite / dague main gauche.
Attaque avec son sabre pour trancher quiconque parvient à franchir une fenêtre ou fait un trou dans un mur.))

Avatar du membre
Ezak
Messages : 96
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Ezak » ven. 6 mai 2022 16:54

Ma lance partie à la suite d’une flèche de Cromax et les deux projectiles eurent le même sort, allant s’écraser contre une barrière de glace qui surgit de sol en un instant. Je fronçais les sourcils devant cette apparition inattendue pendant que sous mes yeux la barrière magique éclata en plusieurs morceaux au deuxième impact, dévoilant deux sortes de serpent de glace tournoyant autour de notre ennemie. Leur regard vindicatif prit notre direction avant qu' un blizzard s’abattit sur nous m’obligeant à me protéger le visage d’une main, surpris par la violence du froid, mais sans m'accasionner plus de dommage heureusement. Il m'empêcha de voir correctement aux alentours, si bien que je ne vis pas les silhouettes qui auparavant encerclaient le hameau prendre d’assaut la maison sur ses flancs et son arrière.

J’hésitai un instant à retourner sur mes pas pour les attaquer avant de me raviser. Une bonne distance nous séparait de la nécromancienne, si elle pouvait se protéger magiquement nous ne l’attendrions jamais. Il fallait arriver à être à son contact et l’empêcher de nous harceler de loin avec sa magie et ses étranges invocations. Une fois neutralisée, les morts ne seraient plus un problème.

En quelques secondes j’avais compris la dangerosité de notre adversaire. Entre l’art de la nécromancie, et sa magie de glace j’avais là une ennemie coriace mais je comptais bien relever le défi. N’était pas né le jour où l’on dirait que j’avais reculé devant un péril.
Conscient du danger je raffermis ma concentration pour développer mon adresse guerrière et je m’élançai en direction de la magicienne avec toute la vitesse que me permettait mes bottes des cieux je voulais filer sur elle pour l’empaler de mes deux lames.

[HJ :
- Posture : Adresse de guerre (Rang 5)
- CC : Charge d’estoc (Rang 5) + CC de l’Elite sur la necromancienne
- Bonus des bottes sur la vitesse et le jet de blessure

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 422
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Gamemaster6 » sam. 7 mai 2022 17:25

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre 1 : Promenons-nous dans la toundra


Encerclés, les aventuriers réfugiés dans la maison de bois pouvaient ressentir le vacarme que les coups répétés des barbares de glace donnaient contre la maison et ce jusque dans leurs os. Les haches marteaux et autres armes frappaient durement, entamant le bois heureusement solide de l’habitation. Les deux archers firent leur œuvre. Arkalan décoche un tir qui frappa un des assaillants en pleine tête, traversant son œil jusqu’à ressortir de l’autre côté dans un brut écœurant. La cible se figea avant de s’écrouler, définitivement morte cette fois. Faëlis, lui, tira une munition d’une lueur éclatante qui perça le torse d’une autre créature qui, même si elle tituba, resta debout et se remit à l’œuvre, commençant à arracher des morceaux de murs avec violence.

Les deux mages se retournèrent dans un ensemble parfait vers le shaakt qui leur sommait d’aider leurs compagnons dehors, ce à quoi Andreï répondit, d’un air dédaigneux.

- Si vous voyez à travers cette purée de pois, je vous en prie, faites. Je ne distingue même pas le corps qui se trouvait devant la porte.

Hereld, lui, se contenta d’envoyer un imposant pic de glace sur un autre des assaillants, le transperçant de part en part et le clouant purement et simplement au sol, où il se débattit, cherchant à se relever malgré la blessure qui aurait dû être mortel.

- Si nous sortons, nous devons le faire en groupe, ou nous risquons d’être submergés de tous les côtés. Pensez-vous que vos compagnons peuvent tenir encore quelques instants ?

La question méritait en effet d’être posée au vu de la situation qui avait bien faillit leur couter cher. Mais dans un ensemble parfait, les trois aventuriers luttant contre l’étrangère et les serpents de glace se mirent en action. Sibelle, sous son imposante forme d’hippogriffe, fila à toute allure, prête à réduire en charpie ses ennemis. Lysis, malgré la blessure qui lui faisait, pour la première fois de sa longue existence, ressentir la douleur réservée d’ordinaire aux mortels, créa un puissant jet de flamme qui illumina la zone et fit fondre instantanément la neige se trouvant juste sous elle avant de disparaître, retournant auprès de Cromax qui, lui, disparut, bougeant à une vitesse telle qu’aucun œil ne pouvait l’apercevoir, avant de réapparaître dans le dos de son adversaire, son arc devenu pique, prêt à la pourfendre. Ezak, seul indemne de leur groupe, se rua lui aussi en avant, utilisant ses années d’entrainements et d’expérience pour tenter de pourfendre celle qui leur barrait la route.

Le choc fut terrible. Mettant toute sa force et sa concentration dans son attaque, il en négligea sa propre protection. Un violent coup de la lame de son adversaire lui entailla profondément le bras gauche sur toute sa longueur. Une blessure gravissime, mais qui ne l’arrêta pas. Et tandis que son ennemi prenait feu, s’embrasant sous le sort de Lysis, ses deux lames la transpercèrent de part en part, s’enfonçant jusqu’à la garde et ressortant dans son dos. Nul cri n’accueillit les flammes ou les puissantes lames. Un silence de mort suivit, puis l’étrangère vacilla avant de s’effondrer, soulevant un nuage de neige qui éteignit les flammes. Sa lame de glace disparut et elle cessa de bouger.

Ce qui ne fut pas le cas des deux serpents de glace qui sifflèrent à l’unisson. L’un se jeta sur Ezak, plantant ses crocs de givre dans son épaule droite, recouvrant sa peau d’une douloureuse couche de glace qui lui engourdit totalement le bras, le rendant inutilisable sans un minimum de soin. L’autre chercha à faire de même sur Cromax, mais fut tenu en respect par l’arme d’hast de la sentinelle. La situation venait d’effectuer un brusque revirement, mais le combat n’était pas encore terminé. Car le silence englobait désormais tout le champ de bataille. Les assiégés réfugiés dans la cabane goutèrent au calme, mais purent voir la dizaine de créature se tourner vers le trio, dardant leurs regards vides vers ceux qui semblaient triomphants.


***
Récapitulatif :

Cromax : blessure légère à la jambe droite
Lysis : Blessure grave au torse
Sibelle : blessure légère au torse
Ezak : Une blessure grave au bras gauche et une handicapante au bras droit.

Il reste 11 morts-vivants… ben vivants .. enfin morts, mais vivants… Enfin vous avez compris. Ils se dirigent tous vers Ezak, Cromax et Sibelle. Plus les deux serpents pas contents.

Bonus de situation actifs :

+1 aux jets de blessure pour Ezak, Cromax et Sibelle.
Miroirs de glace : Madoka, Faelis, Arkalan

Madoka, tu ne peux pas anticiper une action adverse tel que tu le fais depuis deux majs. Soit, tu me décris une attaque sur un ennemi, même sans dire précisément lequel, soit tu n’attaques pas. Les majs sont en fonction de vos actions, donc je ne peux pas faire une action en fonction d’un truc que tu anticipes sans agir si je ne fais pas la maj, tu vois le souci ? Fais attention pour la suite. [:Dange:]
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 183
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Sibelle » mer. 11 mai 2022 02:42

Pendant que je me dirigeais vers la dame de glace, Ezak en fit autant. Quant à Cromax partit à vive allure et la contourna, alors que sa chaude amie lança une flamme rougeoyante en direction de notre ennemie commune.

J’avais craint un court instant que cette arrogante dame fut presque invincible, mais il n’en était rien. En effet, assaillie par les flammes de Lysis et les lames de Ezak, elle s’effondra sur le sol sans émettre le moindre son. La neige éteignit les flammes qui la recouvraient et sa lame de glace disparut.

Enfin arrivée à leur hauteur, je remarquai perplexe, les lames d’Ezak, immaculées, comme si elles n’avaient pas servies… alors que je les avais bien vues transpercer notre ennemie. Mais je n’eus pas le temps d’y réfléchir davantage puisque les deux serpents de glace émirent un sifflement avant d’attaquer. Le premier sauta sur Ezak et planta ses crocs acérés dans l’épaule de ce dernier. Je ne m’attardai donc pas à voir ce que faisait le second. Blessé à son épaule, Ezak aller avoir besoin de mon aide.

Sans perdre une seconde, je fis un quart de tour afin de bien me positionner, je plantai mes serres au sol pour avoir un meilleur appui, puis je décochai une violente ruade au serpent de glace qui se trouvait à présent derrière moi.


(((Sibelle utilise ses deux sabots arrière pour effectuer une violente ruade envers le serpent de glace qui s’était attaqué à Ezak )))

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 68
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Arkalan » jeu. 12 mai 2022 18:40

Ma flèche transperce le crâne de ma cible et la rend inerte, morte pour de bon. Je ne me préoccupe pas de ce que font les autres aventuriers, trop perplexe par la réaction des mages que nous escortons. Particulièrement par celle de celui qui se nomme Andreï. Il me répond d’un air dédaigneux de commencer si je parviens à voir dans ce brouillard, arguant qu’il ne parvient même pas à distinguer le cadavre devant la porte. Je darde vers lui un regard méprisant, lourd de sens, sans doute suffisant pour lui faire comprendre que si sa seule utilité est de faire apparaître des statues de glace alors il ferait mieux de la fermer. Son collègue Shaakt se montre plus efficace, projetant un projectile fatal vers une créature avant de me demander si mes compagnons peuvent tenir encore quelques instants. A t-il une idée derrière la tête ? Cynique, je rétorque simplement:

« Ont-ils le choix ? »

Je dirige à nouveau mon regard vers les silhouettes à peine visible, incapable de discerner quoi que ce soit. Cependant une chose nouvelle se produit, les morts qui attaquaient la cabane s’en détournent pour marcher vers les combattant restés dehors.

« Vous ne pouvez pas chasser ce blizzard ? »

Demandais-je avec un soupir avant d’encocher un nouveau projectile pour le décocher vers une créature avant qu’elle ne s’éloigne de trop, espérant faire un ennemi de moins.

((Tir simple sur un mort vivant. Bonus de tireur d’élite ? ))

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Faëlis » jeu. 12 mai 2022 19:46

La flèche se ficha dans une créature, sans parvenir à l'abattre. L'archer sombre à côté eut plus de succès, mais il apparut bien vite qu'ils risquaient de vider leurs flèches avant d'arriver au bout de ces abominations !

Dehors, le combat résonnait de cris et de chocs violents et de cris. Le bruit des lames résonnait d'accords inquiétants, d'autant que, subitement, les mort-vivants firent demi-tour pour se diriger vers la cours ! Faëlis se déplaça prestement dans cette direction. Le blizzard sévissait toujours, mais il devina qu'Ezak était lourdement blessé ! Aussitôt, il invoqua sa magie de soin tout en criant aux mages à l'intérieur :

« Ils vont avoir besoin d'aide ! Les forces ennemis se concentrent ici ! »

(((Sort de la maison avec la capa "changement de distance si besoin, Souffle de Gaïa rang 2 sur Ezak (réussite auto grâce au soutient luminescient, réduit la blessure de deux rang)))
Modifié en dernier par Faëlis le ven. 13 mai 2022 12:13, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Madoka
Messages : 98
Enregistré le : lun. 31 déc. 2018 17:29
Localisation : En pleine mer

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Madoka » jeu. 12 mai 2022 20:42

Répondant à la demande du Shaakt, les deux mages s’avèrent peu optimistes quant à la possibilité de permettre aux autres de nous rejoindre ; en cause le violent blizzard entre eux et nous.
Hereld, cependant, propose que l’on sorte d’ici tous ensemble, une expédition risquée mais utile seulement si nous estimons nos compagnons capable de tenir dehors plusieurs minutes.

A cet instant, tandis que les flèches et les sorts repoussent l’assaillant, un profond silence s’abat sur nous. Tout s’est arrêté. Les morts vivants glacés cessent leur assaut et se retournent comme un seul homme vers le centre de la tempête, leurs yeux sans vie braquées vers nos compagnons. En écho à Faëlis, je réagis :

« Ils ne pourront pas tenir bien longtemps si ceux-là rejoignent leur maître. On doit sortir, maintenant. »

D’un coup d’œil discret à la porte j’avise un mort-vivant, encore dos à la cabane et le regard ailleurs, sa position me permet de passer sous le porche d’entrée. Rapide et aussi discrète que je puisse faire, je fonce sur lui et tente de le prendre par surprise d’une attaque directe de mon sabre au niveau de la gorge.


((attaque d’aile-argent Rang 4 + capa combat assassin.))

Avatar du membre
Cromax
Messages : 331
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Cromax » ven. 13 mai 2022 12:36

La charge est mortelle. Efficacement meurtrière. Si Sibelle n’a pas le temps d’arriver jusqu’à la nécromancienne, ni moi d’ailleurs, je vois cette dernière s’effondrer, flamboyante, le corps transpercé des deux lames du kendran. L’étrangère tombe dans la neige, éteinte comme le feu qui s’était emparé d’elle. Elle ne nous posera plus souci. Mais le combat n’est pas terminé pour autant : Ezak se retrouve grièvement blessé par le chant du cygne de notre ennemie, et ses deux serpents de glace nous menacent toujours dangereusement. L’un s’en prend à lui, et l’autre tente de me percer de ses crochets glacés. En vain heureusement, car j’arrive à le tenir à distance respectable. Mais ce n’est pas tout : plus loin, en direction de la maison, les coups de haches des morts-vivants ont cessé contre la maisonnée, et ce sont plusieurs créatures, ombres mortelles, qui avancent vers nous désormais. Ils se désintéressent par chance de nos comparses enfermés là, préférant sans doute un esprit vengeur pour nous faire payer le meurtre de leur maîtresse.

Je vois Sibelle prendre le parti de défendre Ezak. Une bonne chose. Et de mon côté, la décision est rapide aussi. Je suis presque surpris de sentir Lysis sortir à nouveau de mon corps pour reprendre, encore blessée au torse, sa forme humanoïde. Je n’y prête guère plus attention, et dégaine ma seconde arme. Le duo métamorphe prend la forme de deux sabres aiguisés, légèrement courbés. Mes muscles se contractent, mon regard est fermement fixé sur mes ennemis. Et je fais pleuvoir sur eux nombre de coups pour les hacher menu, en venir à bout définitivement, dans une danse agile et avec une détermination sans faille.

Lysis, elle, me laisse me charger de ces créatures de glace. Elle se tourne vers les ombres mort-vivantes qui approchent. Elle lève les bras vers les cieux pour y invoquer une boule incandescente, une comète terrible prête à s’abattre sur ces créatures. Prudente, elle gère néanmoins la puissance de son sort, afin de ne pas mettre en danger les aventuriers dans la cabane, voire ceux qui viendraient attaquer ces sbires par derrière. Le point de contact est simple : la première ligne des morts-vivants, espérant en toucher le plus possible pour mettre fin à leur avancée, n’en laisser que des résidus fumants et quelques survivants à défourailler ensuite.


[HJ : 100 lames rang 5 sur les deux serpents de la part de Cromax avec deux sabres. Comète rang 3 centré sur la première ligne de morts vivants de la part de Lysis]

Avatar du membre
Ezak
Messages : 96
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Ezak » sam. 14 mai 2022 06:36

Je filai à toute vitesse, propulsé par le pouvoir de mes bottes et j’arrivai bien vite à la hauteur de la nécromancienne que je pourfendis de mes deux fidèles lames au moment où tout son corps s’embrasa. Le coup fut fatal mais la contre-attaque terrible car une son épée vint m’entailler profondément le bras sur toute la longueur. Je serre les dents et grogne presque dans un mélange de colère et de satisfaction au moment où le corps de l’ennemi tombe en faisant évaporer de la neige sous elle qui la laissa fumante.

Je fus interloqué quand je constatai que mes lames étaient immaculées comme si elles n’avaient transpercé que du vide. Un trouble qui me déconcentra assez pour m’empêcher d’apercevoir le serpent de glace qui, vengeur, se jeta sur mon épaule pour la croquer. La morsure fut saisissante, et en un instant je ressentis une sensation de froid si violent dans le membre que j’eu la paradoxale impression qu’il est en feu. Sous mes protections je peux le sentir presque craqueler et se durcir, avant qu’il ne s’engourdisse complètement. Je le pris mal, et pour la première fois du combat je pus sentir ma colère monter.

Pour ne rien arranger les morts vivants qui assaillaient la cabane, se mirent à se diriger vers nous. Mes suppositions et ma stratégie s’étaient avérées sacrément infondées. L’invocatrice était vaincue mais ses créatures continuaient à sévir. Moi qui aimais avoir un coup d’avance frustré par ma mauvaise analyse de la situation. Cela m’avait mis dans une situation délicate et je détestais quand tout n’était pas parfait. Mais je ne comptais pas me laisser abattre. J’avais fait la bataille de Kochii, qui m’avait appris l’art de survivre dans des situation sapriori inextricables. Le geste que j'avais employé tant de fois m'étais devenu une seconde nature. J’attrapai ma gourde et vidai une dose de potion sur mon bras, avant de me lancer dans un enchainement des plus brutales sur les serpents.



( HJ : - Prise de potion sur bras en incapacitante
- Enchainement brutal rang 5 sur les serpents des deux lames + CC de l’Elite.
-Posture Adresse de guerre toujours active.)

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 422
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Gamemaster6 » dim. 15 mai 2022 11:51

L'Aube d'un hiver sans fin


Chapitre 1 : Promenons-nous dans la toundra

Au beau milieu du village, le combat continuait malgré les blessures de certains. Les morts continuaient d’avancer vers ceux bataillant férocement contre les serpents de glace qui semblaient leur donner du fil à retordre. Sibelle, cherchant une occasion de frapper, décocha une violente ruade que le serpent le plus proche esquiva aisément, agile et rapide comme il était, sifflant de rage en direction de l’hippogriffe qui osait ainsi l’attaquer. Ses mâchoires claquèrent dans le vide, ratant de peu la croupe de l’animal roux.
De l’autre côté du champ de bataille, une flèche tirée par Arkalan se ficha dans le dos d’un des morts sans même le ralentir, comme s’il ignorait purement et simplement qu’on lui avait tiré dessus, continuant sa route vers ceux qui se battaient au dehors. La demande du shaakt aux deux mages ne trouva nulle réponse positive, Hereld secouant la tête.

- Si cela était possible, nous l’aurions fait, vous pouvez me croire.

Décision est prise de sortir alors, pour porter secours à ceux risquant d’être pris en tenaille. Madoka, silencieuse, se glissa sans peine derrière un des soldats morts et, d’un coup de lame précis, lui transperça la gorge. Ce que le mort n’apprécia guère, tenant visiblement à son larynx. Un poing ferme et couvert de glace frappa l’assassine en retour, lui percutant le côté de la mâchoire. Une attaque sans gravité, mais tout de même douloureuse pour la jeune ynorienne. Faëlis, toujours prêt à supporter ses compagnons, invoquant ses fluides et soigna la blessure d’Ezak qui, après avoir lui-même bu une potion pour stabiliser son bras, la fit presque disparaître, lui permettant d’agir. Et les enfers commencèrent à pleuvoir sur les adversaires restants.
Lysis et les deux mages, visiblement décidés à annihiler tout ce qui restait, lancèrent une série de sorts dévastateur. L’immense boule de feu qui traversa le ciel désintégra purement et simplement cinq des morts qui s’étaient approchés, vaporisant leurs corps et la neige qui se trouvait en dessous dans un rayon de 6 mètres, laissant un sol nu et carbonisé en dessous et offrant à Madoka une bouffée de chaleur bienvenue dans cette atmosphère gelée. Hereld et Andreï, eux, lancèrent chacun un pic de glace, pulvérisant deux autres morts, réduisant encore un peu plus leur nombre qui tomba à moins d’une demi-douzaine en l’espace de quelques secondes.

Comme mus par une certaine coordination, l’Elite et le Demi-Dieu, eux, se changèrent chacun en une tempête de lames si rapides que leurs adversaires n’eurent pas la moindre chance. Les deux serpents se firent complètement submerger par les assauts des deux combattants, se faisant réduire en miettes sans même pouvoir réagir, disparaissant bientôt en une pluie de fragments glacés qui saupoudrèrent le sol enneigé. Coïncidence ou non, le blizzard disparut alors, redonnant aux aventuriers la possibilité de se rejoindre et de communiquer plus aisément. Les morts restants, eux, commencèrent à se diriger vers la brume qui entourait toujours le village, mais commençait à reculer lentement. Leur victoire semblait total.

- Nous nous reverrons, aventuriers. Savourez votre victoire, elle ne durera pas.

Là, à la frontière de la barrière brumeuse, celle qui les avait enjoint à quitter les lieux se tenait, droite et visiblement indemne, du moins de ce qu’ils pouvaient en juger. Elle ne leur laissa pas le temps de réagir et s’enfonça dans la brume, se soustrayant à leur vue alors que le brouillard se retirait. Le silence se fit alors, seulement troublé par le hululement d’une chouette qui se réverbérait en écho depuis les monts qui les surplombaient. Le combat était terminé et il était sans doute temps pour les aventuriers de soigner leurs blessures. Ou partir à la poursuite de cette brume qui avait failli couper court à leur expédition avant même qu’elle ne commence.


Récapitulatif :

Cromax : blessure légère à la jambe droite
Lysis : Blessure grave au torse
Sibelle : blessure légère au torse
Ezak : Une blessure grave au bras gauche et je te retire ta potion.

Madoka : Une blessure bénigne à la tête
Arkalan : tu montes d’un niveau, GG ! Distance j’imagine ?

Tous : Combat intense dans le village : 3xp

Libre à vous de décider quoi faire. Il reste quelques morts qui battent en retraite vers la brume qui se retire. Vous pouvez poursuivre et tenter d’entrer dedans ou vous pouvez panser vos blessures et prendre le temps qu’il vous faut, le choix est vôtre. La brume se retirera rapidement, ne vous laissant que peu de temps pour agir ( A savoir cette maj-ci).
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Ezak
Messages : 96
Enregistré le : mar. 22 déc. 2020 06:18

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Ezak » mar. 17 mai 2022 15:12

J’envoyai valser mes armes en direction des serpents dans un enchaînement rapide et dévastateur et Cromax en fit de même. Nos lames taillèrent, découpèrent, annihilèrent même les serpents de glace dans une danse macabre. Nous ne nous gênâmes pas l'un l'autre, tout fut fluide comme si cela avait été répété, échangeant nos cibles dans un rythme tel qu’ils n’eurent pas un temps de repos, et, à la fin il ne resta plus de nos ennemis qu’une poussière de glace qui alla s’échouer sur le sol enneigé.

Je jetai un rapide coup d’œil à Cromax et lui fit un léger signe de tête. Si je n’aimais pas beaucoup le personnage, je respectais toujours un guerrier adroit à qui je pouvais offrir mon dos. Notre combat terminé, celui contre les morts vivants le fut aussi rapidement, ceux-ci se faisant décimer par une multitude d’attaques magiques.

Les derniers battirent en retraite, se dirigeant vers la brume, qui, elle-même, semblait reculer. Mon regard qui accompagnait cette fuite prit rapidement des allures de stupéfaction quand il tomba sur la nécromancienne ! Oui, elle était là, debout, à la limite de la brume posée aussi fièrement qu’au départ. Je dû y regarder à deux fois alternant mon regard entre sa présence, et le sol où elle était il y avaitquelques secondes à peine étalées.

Comment par les tous les dieux cela avait seulement été possible ? Comment avait-elle fait ça ? Et comment avait-elle pu s’en sortir sans avoir laissé de traces de sang, sans même semble subir les séquelles de son incinération ? Je jurai que ce qu’elle avait encaissé aurait pu venir à bout de n’importe quel adversaire normalement constitué.

L’Invincible Nécromancienne des Givres nous exhorta à profiter de cette victoire avant de disparaître dans la brume en tournant les talons.


Mais quelle…

« Lâche ! » hurlai-je à son encontre alors que la brume commençait déjà à se retirer.

D’un geste rageur, j’attrapai ma lance plantée sur le sol et me dirigeai vers Sibelle sous sa forme d’hippogriffe. Tout n’était pas encore fini. Sans guide, il nous fallait au moins une piste.

« Sibelle, tentons de la poursuivre ! »

L’hippogriffe acquiesça et je lui grimpai dessu alors qu’elle plia les pattes pour faciliter mon ascension. Je m’agrippai fortement à elle le regard empli de détermination, et alors qu’elle prenait son élan pour prendre son envol, je la conseillai.

« Nous ne savons pas qu’elles sont les propriétés de cette brume. Je serais vous, je me contenterais de la poursuivre sans y pénétrer. »

En effet, je craignais que sans visibilité, de chasseur nous passions rapidement à proie. M’écouterait -elle ou son instinct lui dicterait-il autre chose ? Une fois dans les airs elle seule serait en possession de nos destins.

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Faëlis » ven. 20 mai 2022 20:07

À l'extérieur, la bataille battait son plein. Sibelle s'était littéralement changée en hippogriffe pour combattre. Les flammes se déversaient pour anéantir les morts gelés et les épées frappaient de tout côté. Serpents et mort-vivants furent bientôt décimés... mais pourtant, c'est une voix qui commençait à être familière qui se fit entendre : la dame de glace les nargua, promettant qu'elle aurait sa revanche...

Sans plus tarder, Ezak et Sibelle voulaient se lancer à sa poursuite. Faëlis jura en criant :

« Attendez ! »

Mais il était déjà trop tard. Ils s'envolaient, malgré leurs blessures ! L'elfe invoqua sa magie blanche pour soigner une dernière fois le guerrier avant qu'il ne disparaisse de son champ de vision.

Cromax disparut aussi à la vitesse de l'éclair, et seule une poignée restait sur place. Faëlis se tourna vers les deux magiciens :

« Avez-vous une idée de ce qu'était cette chose ? Un esprit semblable à celui que vous avez décrit ? Avez-vous un moyen magique de la suivre ? »

Tout en disant cela, il gardait un œil prudent autour de lui. L'attaque avait été foudroyante et il espérait bien n'être pas de nouveau surpris...

(((Souffle de Gaïa rang 2 sur Ezak, réussite automatique grâce au lien de lumière)))
Image

Avatar du membre
Arkalan
Messages : 68
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 14:56

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Arkalan » ven. 20 mai 2022 21:22

Le combat cesse. Pas à cause de mon projectile, ma cible a poursuivi sa route comme si de rien n’était. Pas plus grâce à la femelle humaine aux yeux bridés qui se précipite à l’extérieur pour se faire gifler. Je mets la fin du combats sur le compte des sortilèges qui s’abattent sur le village et font subir un coup dur aux créatures.

Je baisse mon arc tandis que la nécromancienne nous encourage à savourer une courte victoire. Tout le cynisme Shaakt, je sais de quoi je parle. Je m’apprête en effet à en profiter en invitant les autres à profiter du reste de la journée pour mettre de la distance entre nous et cet endroit. Mais c’était sans compter la témérité de nos trois négociateurs talentueux qui décident de se lancer à la poursuite de la sorcière. Je suis tiraillé entre le dépit et la colère mais ça ne dure qu’un instant, le temps de me rappeler que l’enfer c’est les autres.

Je me détourne de la fenêtre pour me diriger vers la table, prenant vivres et matériel sans toutefois trop m’alourdir : une corde et un grappin pour l’escalade.

« Reculer c’est abandonner. Rester ici c’est attendre la mort. On ne peut que avancer. »

Je me dirige vers la porte alors que le groupe se sépare déjà.

« Libre à vous de le faire avec moi ou avec des gens qui se lancent à la poursuite d’un ennemi dont on ne sait rien dans un brouillard étrange. Je compte bien empêcher cette sorcière de nuire. »

Oh non je ne laisserai pas les Shaakts s’emparer d’un pouvoir divin endormi. Je quitte la maison à mon tour pour aller vers les montagnes. N’accordant ni un regard ni un mot pour les aventuriers encore présent. J’ignore qui va me suivre mais je compte bien dissimuler mes traces pour ne pas être suivi par des gens hostiles et je cherche rapidement une trace humaine à suivre pour trouver une route à travers les montagnes. Après tout, il y a peut être un autre survivant ou alors d’autres symboles étranges marqués sur des troncs.

((Part vers les montagnes en utilisant ses compétences masquage de trace + pistage. Prend des vivres et du matériel d’escalade sur la table avant de partir.))
Modifié en dernier par Arkalan le sam. 21 mai 2022 19:59, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cromax
Messages : 331
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Cromax » sam. 21 mai 2022 14:43

Nous ne laissons guère de chances aux serpents cristallins, qui tombent sous mes coups et ceux d’Ezak, rapides et furieux. Ils ne sont bien vite plus que taillades glacées sur le sol de neige. Les morts-vivants, eux, explosent dans une gerbe de feu venue des cieux. Une bonne partie d’entre eux en tout cas. Le combat est gagné : ce n’est pas les quelques-uns qui restent qui nous causeront du tort. Je regarde un instant autour de moi, pour vérifier l’état de mes compagnons. Aucun n’est tombé, même si les blessures touchent plusieurs d’entre eux. Potions et magie de lumière viendront à bout de ces heurts très vite, comme en témoigne rapidement Ezak, dont la plaie disparait presque instantanément grâce à Faëlis et à un liquide rouge projeté sur sa plaie immonde au bras.

Mais nous n’avons guère le temps de fêter notre victoire qu’une voix désormais bien connue nous apostrophe. Je n’en crois pas mes oreilles, dans un premier temps, et l’apparition qui nous lorgne m’apparait presque comme une illusion. La nécromancienne élégamment armurée nous provoque, précisant que nous nous reverrons bientôt, et que notre victoire sera de brève durée. Estomaqué, je regarde la position où nous l’avions laissée mourante – ou morte – l’instant d’avant. Elle n’y est plus. Et nul ici ne l’a vue bouger.

(Quel est le…)

Aussitôt, elle tourna les talons et s’enfuit dans sa brume, ne laissant derrière elle qu’un hululement moqueur. Lysis s’approche de moi, et je me rends seulement compte des heurts l’affligeant : une marque glacée lui barre le poitrail normalement de cendre et de feu. Je ressens en moi, comme si elle était mienne, la douleur de la blessure. Un sentiment nouveau, et désagréable au plus haut point. Et comme un taureau chargeant un provocateur zélé, je vois rouge. Pas le temps de tergiverser des heures, sinon cette catin des glaces va nous échapper. Ce qu’elle est : nous n’en savons pour l’instant rien. Pas une simple mortelle en tout cas, la chose est désormais certaine.

Lysis, meurtrie, se fond en moi. Je n’ai que le temps d’apercevoir Ezak grimper sur Sibelle avant de moi-même prendre ma décision, teintée de rage et de colère : Partir furieusement à la poursuite de cette félonne inmortelle. Et sous la forme d’un harfang des neiges - ou à peu près, ayant aperçu ce gracieux animal lors de la première partie de notre voyage dans les steppes enneigées de Nosveris - je file à toute vitesse dans les airs. Autant se fondre dans le décor, si je peux ne pas me faire remarquer. Je n’abandonne pas les autres, bien sûr, mais ils sont saufs désormais, et je me dois de donner un cap à cette expédition, qui déjà s’annonce vengeresse. Je cherche à rattraper cette pourriture, qu'importe la brume, qu'importent les morts. La douleur de Lysis m’accompagne, son corps blessé, mais plus encore : sa fierté meurtrie.

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 183
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: La Plaine de la Désolation

Message par Sibelle » sam. 21 mai 2022 15:03

Ma ruade fut violente et puissante et aurait pu décrocher une mâchoire ou une tête tout entière si l’adversaire en avait possédé une, et surtout si elle avait atteint sa cible. Mais l’être de glace, apparemment agile, esquiva sans peine mon attaque et tenta de riposte par une morsure dans ma croupe. Heureusement, même sous cette imposante forme, j’ai pu, sans difficulté, éviter ses dents de glace.

Mes compagnons eurent plus de chance que moi. Bref, il ne s’agissait pas de chance en fait, tous les deux très habiles de leurs lames, ils utilisèrent de concerts sans même se consulter des techniques de combat similaires en efficacité donc une que j’affectionne tout particulièrement et qui me permit de me sauver la vie contre les orques lorsque nous étions moi et Sirat confinés dans le grenier du palais de père d’Ezak.

Les lames de mes deux acolytes accélèrent si rapidement que les deux serpents glacés furent décapités en mille morceaux sans même avoir eu la chance de riposter.

Ce fut à ce moment que le vent glacial et violent mourut nous et nous permirent de voir ce qui restait des morts vivants. Je constatai alors que nos compagnons demeurés dans la cabane avaient réussi à en tuer plusieurs. Les morts vivants se retirèrent lentement suivant cette brume qui se retirait aussi.

Alors que je pensais retrouver ma forme elfique, une voix froide et condescendante se fit entendre.

- Nous nous reverrons, aventuriers. Savourez votre victoire, elle ne durera pas.


Je reconnus cette voix facilement et en me levant la tête, je la vis là, à la limite de la brume, fière, droite, imbue d’elle-même et surtout sans aucune blessure apparente.

Celle-là même qui se disait de loin supérieure à nous tous s’enfuyait, défaite. Même si son arrogance lui interdisait de l’avouer, elle n’avait pas fait le poids contre nous. Même si elle semblait intacte, il était certain qu’elle avait perdu de ses capacités, sinon, elle nous aurait attaqués sans pitié, encore et encore jusqu’à notre mort.

(Tu ne partiras pas comme ça, maudite prétentieuse, je te poursuivrai.)

De colère, je me surpris à piaffer comme un cheval, si ce n’était que c’était mes griffes et non des sabots qui grattèrent le sol. Alors que je songeai à galoper vers elle, elle prit la fuite. Ezak aussi enragé que moi courut dans ma direction et me suggéra de partir à sa poursuite. J’acquiesçai d’un signe de la tête et sans perdre une seconde, je fléchis mes genoux avant. Geste désormais inutile, Ezak avant pris l’habitude et étant suffisamment agile, monta sur mon dos sans difficulté.

Je galopai alors à toute vitesse vers l’endroit où elle s’était montrée avant de fuir comme une lâche, puis je déployai mes ailes et je m’envolai.

Ezak, me conseilla de me contenter de suivre la brume sans la pénétrer. Son conseil était avisé et sage, mais ma rage prit le dessus sur la raison. Je fonçai donc sans ralentir vers la brume, ne craignant pas de la traverser. Me fiant à ma vue acérer et mon ouïe aiguisée.

((( Sibelle montée d'Ezak, file à toute vitesse à la poursuite de la dame glacé, ou de la chouette, traversant la brume. )))

Répondre

Retourner vers « Principauté d'Henehar »