Les Ponts

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2329
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Ponts

Message par Yuimen » sam. 6 janv. 2018 15:08

Les Ponts
Image

Seules les âmes héroïques parviennent à cette zone des Enfers, une fois passée la zone des Portes. Suspendus bien loin au-dessus de la zone damnée, les ponts sont au nombre de sept. Ils sont, pour les morts qui les empruntent, synonyme d’épreuves pour le salut. Leur traversée n’est guère une sinécure, et chacun propose un test différent qui ira chercher l’âme dans le moindre de ses retranchements. Regrets, rancœurs, colères, auto-trahison, la moindre faiblesse fera échouer l’âme, qui tombera alors dans les limbes de la Zone Damnée.

Les différentes parties du pont sont reliées entre elles par de grandes arches effrayantes, séparant des décors parfois fort différents, qui dépendent de la personne qui les traverse. Purgatoire de feu et de torture, effluves pestilentielles et vapeur verdâtres, obscurité totale, lumière trop vive, ou pays de glace, voilà tant de décors que l’âme héroïque pourra passer, en affrontant à chaque fois une épreuve personnalisée. La nature même du pont dépend de l’âme : droit et solide, en pierre, mais rempli de pièges et de chausse-trapes. Pont suspendu en bois pourri et fragile. Sente de métal étroite et glissante… Nul ne peut prévoir ce qu’il pourra trouver sur ces ponts, en travers de son chemin.

Si d’aventure l’âme héroïque parvenait à réussir les sept épreuves, il lui serait donné trois choix : la résurrection dans un corps similaire à celui qu’il avait avant sa mort, moyennant quelques sacrifices, la réincarnation en une personne nouvelle, ou même en un animal, ou l’envoi vers la zone de Repos, pour les âmes en fin de parcours.

Avatar du membre
Virina
Messages : 3
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:31

Re: Les Ponts

Message par Virina » dim. 10 mars 2019 20:08

Pont 6- Intro

Aveuglée par la lumière, elle ferma ses yeux immédiatement alors que celle-là les ouvrit lentement. Mais yeux fermés ou ouverts et aveuglés, les deux Virinas ne virent leur pieds et ces derniers manquèrent les étroites marches destinées sans aucun doute à une créature de taille inférieure à la leur. Ce fut donc avec fracas qu'elles atterrirent sur un dur plancher de pierre sur le dos pour celle-ci et sur le ventre pour celle-là.

Elles venaient à peine d'arriver dans cette nouvelle pièce que le maître des lieux s'empressât de les apostropher de son agréable voix de ténor sur un ton des plus méprisants et condescendant.

"Avec tous ces pièges qui entravaient votre route, vous n'avez pas compris que vous n'étiez pas les bienvenues ici ?"

Tout en s'approchant d'elles de sa démarche féline, il poursuivit d'un ton moqueur.

"Il est vrai que vous n'êtes que des orques... Et je me permets donc une petite devinette tout à fait appropriée à la situation... Qu'est-ce qui est plus stupide qu'une orque ? "

Il laissa quelques instants aux Virinas pour qu'elles répondent, sachant pertinemment qu'elles ne le feraient pas, ou du moins il ne les écouterait pas. Il voulait simplement faire de l'effet. Plus intelligentes qu'il ne le paraissait, les Virinas avaient bien compris la pique, mais elles demeurèrent silencieuses, se contentant de se relever et d'examiner la pièce la balayant du regard de haut en bas et de gauche à droite et de droite à gauche et de bas en haut. .

Ayant d'abord vu le plancher de marbre gris et noir en premier puisqu'elle s'y était collé le nez, elle s'attarda donc au plafond, sobre, haut en son centre ou pendait un lustre de métal noir massif, bien travaillé, mais nullement excentrique ou surchargé d'ornement, et plus bas sur les côtés dont le droit était affublé d'une trappe et d'un menu escalier.

Affalée sur le dos dès son arrivée, le souffle court, elle n'avait pas pu manquer ce haut plafond sombre dénudé de toute fresque n'ayant pour toute parure un imposant lustre dont la couleur se fondait avec celui-ci. Elle s'attarda donc aux murs. À part quelques bibliothèques bien garnies et ordonnées de chaque côté du trône, les murs de pierres grises, dépourvus de tentures n'avaient que quelques grands miroirs comme garnitures.

Terminant leur observation sur le plancher, elles demeurèrent perplexes à l'observation de nombreux coussins différents de formes et de tailles n'ayant commun que la couleur rouge, en partie ou en intégralité et parsemés irrégulièrement sur la pierre froide,

" Et bien, deux orques pardi, Hahaha !" Termina-t-il tout en s'esclaffant. Les Virinas n'avaient pour leur part, pour ainsi dire aucunement réagi, pas même une haussement de sourcils ne venait entraver leur mine impassible, trop concentrées qu'elles étaient à détailler la grande salle dans laquelle elles venaient de pénétrer. L'intervention du bellâtre les ayant sorties de leur observation respective, elles s'attardèrent finalement sur celui-ci.

Imbu de sa personne, sa description, s'il avait eu à la faire, aurait pu ressembler à ceci:
" Si je voulais me décrire en quelques mots je choisirais ceux-ci : beauté, grâce et raffinement. Bel homme, je suis : de magnifiques mèches blondes encadrent mon visage fin, mes yeux d’un bleu saphir, souligné d’un trait noir, surplombent un nez droit. Et puis, une délicate moustache orne ma bouche bien dessinée. Tant de beaux attributs sur la même figure! Choyés sont les gens qui ont le loisir de m’admirer! Mon corps n’est pas en reste. De taille respectable -1m78- ni freluquet ou décharné, il est pourvu de muscles sculptés à partir d’exercices réguliers et raffinés. Ce serait une honte de ne pas mettre en valeur une telle œuvre d’art. Ainsi, élégamment vêtu, toujours je suis. Je ne vous détaillerai mes vêtements puisque je les change régulièrement. Notez cependant que le rouge en petite quantité ou abondamment sera toujours présent. Je respecte les chats pour leur démarche gracieuse et leur indépendance que j’ai adoptées avec aisance.Je me passionne pour les arts, danse, peinture, musique, poésie, tout me réussit." Mais heureusement, il n'en fit rien. Et l'observation des Virinas se résuma plutôt ainsi:

( Taille inférieure à la mienne. à la mienne également. Musculature présente, mais plus fine que grossière. Démarche gracieuse et légère : souple et peut être rapide. Cheveux entretenus et visage maquillé: vaniteux.. Armes attachées de chaque côté de la ceinture: ambidextre. Armes courtes ou de poing: combat corps à corps ou rapproché.

Ayant remarqué qu'il était victime d'un examen approfondi, il sourit et se contenta de se présenter sommairement.

"Je suis Sihtam, et j'ai le bonheur de vous annoncer que n'étant pas les bienvenues dans ma demeure, vous allez devoir payer de votre vie pour votre effronterie "

Ces dernières paroles marquèrent sans conteste le début des hostilités.
Image

Répondre

Retourner vers « Enfers »