Esseroth

Avatar du membre
Cromax
Messages : 395
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Esseroth

Message par Cromax » sam. 19 nov. 2022 13:35

Cauchemar en Aliaénon : Esseroth VI




Alors que la discussion s’achevait, c’était le tour de chacun de prendre son initiative personnelle pour déterminer les effets de cette ombre sur les terres des Collines Oniriques. Egregor parut subitement s’impatienter devant le discours de Mathis, puis l’intervention de Jorus visant à lui barrer la route. Il s’approcha du beau brun et lui fit face de toute sa hauteur, lui targuant d’un ton sévère :

« Soit. Mais ne vous avisez plus de vous dresser ainsi contre moi. »

Eaeria, sous le conseil de Mathis, l'approbation de Dracaena, et par manque de retour des autres aventuriers, se permit d’envoyer ses boules lumineuses vers celles d’ombre. Toutes, et à bonne vitesse, elles filèrent ainsi vers les cieux ombrageux. Lorsqu’elles entrèrent en contact avec ces orbes d’ombres, elles explosèrent dans l’air, semblant pulvériser instantanément ces curieuses manifestations obscures. Il n’en resta bientôt plus aucune à portée. Egregor, qui regardait la scène attentivement, s’exclama :

« Là ! Des débris sont tombés des orbes ! »

Mais nul autre ne les avait vus. Pas même Dracaena et Xël, pourtant attentifs à la situation. Pas même Eaeria, visiblement, qui regarda d’un air étrange son comparse esserothéen. Le mage de sang repoussa Jorus pour tenter d’en voir plus, mais resta quand même hors de la zone corrompue, guettant ces fameux débris évoqués pour les repérer.

Vint alors la tentative d’Yliria : Ses runes brillèrent dans sa main/ Le pouvoir infusé dans celles-ci se manifesta, et un fier taureau apparut face à elle, la toisant d’un air étonné. Il semblait totalement pacifique. Sous son contrôle, même. Mais elle ne dut pas lui donner le moindre ordre : Kaar tendit la main vers lui et la bête se tourna vers la corruption. Sans hésiter une seconde, le bovin cornu s’encourut vers celle-ci et y pénétra. Une fois dedans, il sembla un peu perdu. Kaar se tourna vers Yliria, paumé lui aussi.

« Et ? Et maintenant ? »

Mais le taureau fit vite reparler de lui : soudainement, il mugit bruyamment, raclant le sol partout autour de lui. Kaar, concentré, les yeux fermés, semblait lire ses pensées, et les répéter.

« Il souffre… Il… il se bat dans sa tête. »

Le taureau ne décolérait pas, tournant et tournant sur lui-même. Son corps ne semblait pas affecté par la corruption, cependant, vivace, il l’était toujours bien. Ce spectacle arracha un grognement sourd à Cornes d’Or. Tout le monde ici semblait avoir oublié l’énorme monstruosité carnivore à vos côtés. Bondissant fébrilement, agilement et terriblement (voir une telle masse s’élever avec légèreté du sol et lourdement retomber était un spectacle plutôt impressionnant), il s’engagea à son tour dans la zone corrompue. Prédateur en plein, il courut vers le taureau et lorsqu’il en fut proche, le croqua sans lui laisser la moindre chance de survie. Il souleva son cadavre de terre et se tourna vers le groupe, le dardant de ses yeux clairs. Kaar précisa :

« Il… Il a apaisé le taureau. Cornes d’Or ne semble pas souffrir de la corruption. Comme… comme s’il l’avait domptée. »

Après avoir été encordée, marquée, après palabres et derniers conseils pour la route, ce fut enfin au tour de Silmeria d’y aller. A la suite de tout ce monde, elle pénétra dans la zone d’ombre… Et ne sembla pas en souffrir.





[XP :
Akihito : 0,5 (discussion de groupe), 0,5 (marque sur Silmeria – laquelle est annulée ?)
Mathis : 0,5 (discussion de groupe), 0,5 (encordage)
Yliria : 0,5 (discussion de groupe), 0,5 (runes)
Jorus : 0,5 (discussion de groupe), 0,5 (bloquer Egregor)
Xël : 0,5 (discussion de groupe)
Dracaena : 0,5 (discussion de groupe)
Silmeria : 0,5 (discussion de groupe), 0,5 (tentative d’aller dans la corruption)]



[HRP : Silmeria, Akihito, les apartés (même courts) ne sont pas permis dans les phases en groupe : ça empêche les autres d’y participer. Ce n’est pas pour rien que la discussion générale se clôturait là et attendait désormais une dernière réponse et/ou une action ponctuelle. Le timing de la màj prend donc en compte vos interventions dans son déroulé.

On peut faire un tour de parole/action dans la discussion générale en réaction à ça. Suivant les mêmes règles que la semaine passée : on attend que tout le monde ait répondu pour poster à nouveau.]


[Jeu des mots : (points de la semaine passée)
Akihito : 20 points (coquecigrue, derechef, goguenardise, faix)
Jorus : 5 points (Brocard)]

Avatar du membre
Silmeria
Messages : 191
Enregistré le : sam. 5 janv. 2019 11:39

Re: Esseroth

Message par Silmeria » mer. 23 nov. 2022 22:09

Mes premiers pas dans la corruption. Si au départ, j'avais l'impression de traverser un petit matin brumeux, il s'avérait que quelque chose hantait cette noirceur. Il y avait cette... Singulière sensation, cette petite irritation qui laissait croire que quelque chose voulait ma place, cherchait à écraser mon âme, prendre le contrôle, quelque chose rampait dans les ténèbres de mon esprit pour au final échouer à le dompter. Chose qui ne fut pas le cas pour le bovin invoqué par cette vilaine Shaakt, celui-ci, après ces quelques pas dans l'ombre devint fou, ruait, meuglait jusqu'à ce que Corned'or lui même ne vienne mettre un terme à ses souffrances. J'observais le félin majestueux pourfendre de ses crocs dévastateurs cet animal enfin apaisé, une légère appréhension montait en moi. Et si celui-ci également devenait fou ? Si lui aussi s'enrageait et nous attaquait ? Je ne ressentais pas la moindre colère en moi, était-ce par ma condition d'Elfe Blanche ? Comme on l'avait remarqué à Kochii ? Cet animal de légende semblait lui aussi épargné par ce mal flottant...

Egregor mentionna quelque chose qui venait de chuter à la suite de l'explosion d'un des orbes de lumière, j'avais ressenti le choc de la déflagration dans le sol et dans mon diaphragme. Ne restait que quelques volutes de fumée qui n'appartenaient pas à la corruption, c'en était assez pour localiser l'endroit de la déflagration. Je me débarrassais de cette laisse improvisée sans la couper, simplement en relâchant le noeud pour mieux m'en déshabiller avant de cligner vers le lieu de ma prochaine enquête.

Au sol, là où la terre était noire, les plantes mortes sur pied, je vis un cadavre d'oiseau, un choucas des tours ou un corbeau, quelque chose d'équivalent. Un autre situé à quelques centimètres se détachait de la noirceur du sol. Il y avait quelque chose de suprenant... Je ne sais pas si c'était ma vision qui était troublée par la corruption et les volutes noires qui dansaient autour de moi, mais j'avais juré voir que l'ombre... Diminuait. Se résorbait autour des cadavres comme si elle les délaissait pour de dissoudre dans le néant. Quoiqu'il en soit, ces oiseaux avaient une sale mine, la corruption suintait littéralement d'eux, il y avait des coulures noirâtres et visqueuses dont la texture me rappelait le miel - en moins appétissant.

(" Fascinant... Je devrais pouvoir récupérer un peu de cette poix corrompue pour voir si c'est ça qui provoque une... Domination ? Ou si celle-ci est source de magie. Quoiqu'il en soit... ")

Je vidais la fiole de poison de dent de murènes au sol pour récupérer quelques échantillons de cette poix noire que je récoltais sur la flore. L'oiseau quant à lui, je l'enveloppais dans le chiffon de peau qui me servait à transporter mes bandes de viande séchées. Derrière moi, Cornedor était venu et reniflait les cadavres d'oiseaux.

" Tu sens quelque chose, mon grand ? " Demandais-je distraitement, ce n'était pas comme si j'attendais une réponse structurée de sa part, après tout.

"HEY, M'DAME SILMERIA, VOUS VOYEZ QUEK-CHOZE DE VOTRE COTE? ET VOUS VOUS SENTEZ BIEN? "

Beuglait l'Oudio, avec la grâce d'un herpès et un accent qui ferait pâlir d'envie les poissoniers à des kilomètres à la ronde. Si je ne prêtais pas attention à ses propos tout de suite, j'y répondais tout de même, toujours obnubilée par cette corruption que je parvenais à mettre en bouteille.

" Silmeria, tu ressens un truc particulier ou pas ? Faudrait pas qu'on perde trop de temps si on doit arrêter ce truc, donc si on pouvait se hâter de savoir de quoi il retourne ce serait tout aussi bien ! "

Elle plaisantait j'espère ? C'était là cette odieuse Shaakte qui avait peur du noir et qui était prête à multiplier les tentatives mollassonnes pour ne pas prendre le risque de rentrer dans la corruption, quitte à sacrifier ses runes, et voilà qu'une fois que je suis dedans, celle-ci se montre pressée ? Je ne démordais pas sur le fait que les Shaakts n'étaient que de la vermine, tout juste bons à se faire purger.

" Quelqu'un ou quelque chose essaie de me... corrompre. Je ressens un peu comme quand le Dragon d'Oaxaca a dévoré le âmes. Quelque chose d'intrusif, d'envahissant qui cherche à me dominer. " Ma réponse restait évasive, si elle voulait en savoir davantage, elle n'avait qu'à mettre un pied devant l'autre et essayer par elle même, à moins qu'elle n'ait vraiment peur du noir ? C'eut été ironique.

La fiole contenait quelque chose de sombre, je ne parvenais pas à en distinguer les reflets dans la noirceur qu'offrait ces volutes incessantes, je me sentais bien, presque enivrée par ce monde de noirceur, mais il fallait déjà le quitter, les aventuriers n'avaient fait que quelques timides pas dans l'ombre, seul Egregor et Papatte avaient été téméraire, peut-être cet Oudio qui, cédant à la curiosité avançait à grande enjambée pour mieux voir les oiseaux. J'enveloppais un oiseau dans le tissus, puis un second et y glissa la fiole de corruption brute.

Usant de l'Ombre, je clignais jusqu'à la bordure, ressentant alors un léger malaise, un début de migraine qui me conduisait à un léger vertige, des larmes noires coulaient le long de mes deux joues, je les essuyais sans attendre, il ne fallait pas qu'un de ces imbéciles ne confonde ça avec la corruption qui dévorait ces oiseaux. Egregor parlait déjà de retourner à Esseroth, je ne comprenais pas vraiment ce qu'il voulait, on avait fait tout ce chemin pour deux oiseaux morts à ramener ? Quoiqu'il y avait aussi Papatte, pour une fois que Silmeria ramenait autre chose que des cadavres, il fallait bien le reconnaître. J'allais m'y opposer, retourner en ville était une idiotie mais visiblement, tous voulaient rentrer pour trouver des réponses auprès de Xël ou Simaya, je levais au ciel un regard blasé, nous étions témoin de l'immensité de la corruption et à peine entrevue, il fallait déjà battre en retraite.

Mais soit, j'avais de quoi procéder à quelques essais afin de mieux comprendre la corruption, peut-être allais-je pouvoir en faire un poison ? Il fallait également décortiquer ces oiseaux pour mieux comprendre ce qui les avait dominé. Leurs entrailles étaient-elles noircies ? Putréfiées ? Comme si la corruption les avaient tués pour prendre possession de leur corps ou s'agissait-il d'une corruption magique qui prenait le pas sur le esprit, laissant leur corps intact, ne les utilisant comme de vulgaires marionnettes.

(" Tu sais, chouchoutte, ça me rappelle quand même la magie des Treize. ")
(" En même temps, il y a soixante nécromanciens parmi les Treize, dès qu'on s'approche de près ou de loin à l'ombre, on pourrait tout leur mettre sur le dos. ")

Je ne répondis rien, je renfermais mon précieux colis sous ma cape et m'approchais d'Akihito, lui tendant une main ouverte.


---------------------------

Récupère 2 oiseaux morts, une fiole de corruption, vide la fiole de poison de dent de murène.
La petite plume de la Mort.

Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
Au milieu des cercueils,
Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


Avatar du membre
Mathis
Messages : 95
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:30

Re: Esseroth

Message par Mathis » jeu. 24 nov. 2022 03:20

Egregor n’apprécia pas mes commentaires ni l’obstruction que Jorus tenta de faire. Pour ma part, je lui avais promis que je protégerais Esseroth ainsi que ses habitants, je n’allais donc pas le laisser se sacrifier ainsi inutilement. Je pus sentir son impatience, mais il obtempéra à notre demande. Par contre, Jorus eut droit à une réprimande bien claire de la part de notre intempestif esserothéen.

Encouragé par mes paroles et celles de Dracaena Eaeria mit à exécution ce qu’elle avait en tête. Ses orbes lumineux filèrent rapidement vers le ciel ombrageux et explosèrent au contact des orbes sombres. Je me souvins alors qu’elle m’avait expliqué, qu’une fois convoqués, ses orbes ne disparaissaient que lorsqu’ils explosaient. Plus aucun orbe de lumières ne tournait à présent autour d’elle et je supposai que ce serait le cas jusqu’à ce qu’elle en invoque d’autres.

Egregor qui observait la scène tout comme moi, s’exclama qu’il voyait les débris des orbes tout désignant l’endroit. Même en plissant des yeux, je ne voyais rien, même pas des poussières d’orbe.

Mon attention fut vite détournée vers Yliria qui avait utilisé ces curieuses petites roches magiques. Après avoir brillé un petit moment, celles-ci disparurent pour laisser place à un magnifique taureau ne présentant heureusement aucune agressivité. Suivant leur plan, Kaar tendit sa main droite vers l’animal et ce dernier pénétra dans la zone de corruption. Nous l’observâmes tous attentivement. Personnellement, je m’attendais à voir sa peau se flétrir, sa chaire se décomposer, mais il n’en fut rien, physiquement il était le même. Puis après un court moment, il se mit à beugler à tue-tête, grattant frénétiquement le sol à l’aide de ses sabots. Sans détourner mon regard de cette scène navrante, j’entendis Kaar expliquer que le taureau souffrait, que son esprit combattait la corruption. Je sentis un serrement intérieur que je gardai pour moi, ne voulant pas qu’on devine une faiblesse de ma part. Il ne s’agissait pas d’un être pensant comme nous, mais c’était tout de même un être vivant qui souffrait. Pensant tout d’un coup à Praline, je la cherchai du regard, et vit qu’elle était bien loin de la zone de corruption, cherchant sans doute une proie dans l’herbe encore verte.

Reportant mon attention sur le taureau, je le vis toujours aussi affolé, tournant sur lui-même. Avoir été archer, je lui aurais planté une flèche en plein cœur afin de le délivrer de ses souffrances, mais je ne possédais pas cette compétence.

Ce fut Corne d’Or qui agit pour le mieux. Il bondit dans la zone de corruption et courut jusqu’au taureau, une fois à proximité, il ouvrit son énorme mâchoire sur le cou de l’animal et la referma. Le taureau mourut instantanément. Corne d’Or avait eu pitié du taureau.

(Mais que lui arrivera-t-il à lui ?)

Comme s’il avait lu dans mes pensées, Kaar nous informa que corne d’Or ne souffrait pas de la corruption, il avait réussi à la maitriser.

Ce fut ensuite autour de Silmeria de se diriger vers la corruption. Dans son cas, il serait probablement plus difficile de distinguer les modifications psychologiques de cette femme, elle était déjà étrange et plutôt perturbante. Je l’observai attentivement et elle ne semblait souffrir aucunement. Se sentant apparemment à l’aise dans cette corruption, elle se débarrassa de la corde qui entourait sa fine taille.

Puisqu’elle n’était désormais plus d’aucune utilité, je tirai sur la corde et en examinai l’état avant de la rouler et de l'accrocher aux sangles de ma besace.

Je m'adressai ensuite à Egregor et Eaeria prioritairement.

« Pouvez-vous nous décrire ces débris? Car moi je ne les vois pas. Est-ce que certains de ces débris sont tombés au sol et si oui, est-ce que cela l'a détérioré ? »


Conscient de la quantité questions que je lui posai, je m'en excusai.

« Désolé de vous inonder de toutes ces questions, mais j'essaie de comprendre l'importance de ces orbes noirs dans la corruption et l’avancée de celle-ci.... Puis, je me demande, si vous les voyez et moi pas, serait-ce qu'il s'agit du sang provenant des orbes noirs qui seraient en fait, une sorte d'être vivant ? Ou bien, c’est parce que vous possédez d'autres pouvoirs qui vous permettent de les voir ? À moins que je ne les voie pas, car je suis originaire de Yuimen ? »
M'adressant à tous : « Qui d'entre vous peut voir ces débris dont parlent Egregor ? »


Puis je fis un discret sourire à Eaeria tout en commentant :

« Vos orbes de lumière seront sans doute beaucoup plus utiles que vous ne le pensiez. »

Jorus n’ayant pas entendu Eaeria expliquer ce qu’elle voulait faire s’étonna de l’explosion et nous demanda ce qu’il en était.

Apparemment contrarié par mes questions, Egregor décrivit tout de même les débris. Il avait vu ce qu’il appelait des machins noirs et difformes et qu’ils étaient trop petits pour corrompre le sol.

Eaeria ne s’avéra pas aussi optimiste que moi ou Draceana, elle réalisait les dangers et la puissance de ses pouvoirs.
Alors qu’Egregor s’avançait vers la corruption vers un point précis, Cornes d’Or reniflait les environs de Silmeria.

J'observai de ma position ce que faisait Silmeria, celle-ci nous annonça que les orbes noirs s’avéraient à être des oiseaux corrompus. Le mystère des orbes noirs était désormais résolu. Mais cela ne réglait en rien le problème.

Je décidai de marcher quelques mètres seulement le long de la frontière entre la zone corrompue et celle encore saine, sans la traverser, ce qui me permit de constater l’avancée constante de la corruption. Je m'accroupis ensuite en examinant toujours cette délimitation, je pus alors estimer sa vitesse de propagation qui était de quelques centimètres par seconde. Encore une semaine et elle atteindrait Esseroth. Nous avions plus de temps que je le croyais au départ, à condition que la propagation n’accélère pas son rythme.

Il n’était pas nécessaire d’entrer dans la zone corrompue pour enquêter sur celle-ci. Je ramassai mon poignard argenté et je tentai de gratter la surface du sol corrompu. Je vis alors que la corruption s’étendait d’abord en surface pour pénétrer par la suite dans le sol. Je pris ensuite ma gourde moyenne de soin et j’en déversai le contenu d'une potion moyenne de soin sur le sol tout en commentant à la voix haute.

« La terre est malade, elle a besoin de soin. »

Lorsque la potion toucha le sol, il ne se passa absolument rien. Mais je ne regrettais pas, il fallait essayer quelque chose.

Akihito se contentait d’observer la scène, alors que Yliria s’impatientait, demandant à Silmeria si elle ressentait quelque chose de particulier.

À ma grande surprise, cette dernière lui répondit qu’elle ressentait quelqu’un ou quelque chose qui tentait de la corrompre, qui tentait de la dominer. J’eus alors le réflexe de me relever et de reculer de quelque pas. Il n’était pas question quelque chose tente d’entrer dans mon cerveau pour me contrôler.

Bizarrement, Dracaena eut l’idée contraire de moi, et pénétra dans la zone sinistrée. Ce que fit également Jorus, demandant à Xël de faire venir Simaya jusqu’à nous.

Après avoir extirpé l’un de ces oiseaux qui gisaient au sol, Egregor revint vers nous. Demandant à Xël, s’il était prêt à nous ramener.
Je m’approchai également de Xël, annonçant :
« Je suis prêt également. »

J’avais bien une idée en tête, mais je préférais la présence de Simaya avant de la tenter. Pour l’heure, nous devions rentrer à Esseroth, partager nos observations, connaitre l’opinion de Simaya sur le sujet, et surtout trouver comment enrailler cette calamité.


((( Mathis a utilisé une moyenne potion de soin.
S’approche de Xël et d’Egregor, prêt à retourner à Esseroth. )))
Modifié en dernier par Mathis le lun. 28 nov. 2022 03:19, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Akihito
Messages : 250
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 14:26

Re: Esseroth

Message par Akihito » ven. 25 nov. 2022 00:14

Dans le chapitre précédent...

Evénement : Cauchemar en Aliaénon.

9 : Foutu rêve.

Convaincu qu'il s'agissait d'un nouveau rêve, Akihito s'assit et observa ses compagnons échanger, tester, pénétrer dans la corruption. Eaeria envoya ses sphères multicolores à l'encontre des orbes de corruption et comme elle lui avait annoncé avant qu'il ne s'endorme -peut-être rêvait-il déjà à ce moment là ?- toutes explosèrent avec fracas au moindre contact. Et à en juger par l'absence total de boules de corruption survivantes, c'était assez efficace.

« Joli badaboom, M'dame Eaeria. Z'aviez raison, vos sphère de lumière sont super efficace contre ces ptites boules ténébreuses, commenta Dracaena avant qu'Egregor ne s'exclame.

- Là ! Des débris sont tombés des orbes ! »

Akihito eut beau regarder dans la même direction que lui, il ne vit rien du tout. Et visiblement, c'était pareil pour tout le monde. Le rêve commençait-il à dérailler ?

Yliria parvint sans mal à invoquer un imposant taureau; une belle bête de près d'une tonne qui les regarda avec le regard bovin peu fûté lié à son espèce, visiblement pas certain de savoir ce qu'il faisait ici. Cet air perdu fit poser une question à l'enchanteur, tandis que sous l'impulsion de Kaar l'animal pénétrait dans la corruption. Les runes avaient-elles créées de toute pièce le taureau ? Ou bien la rune "Invoquer" n'avait fait que transporter ici un pauvre animal qui vivait jusque là tranquillement sa vie quelque part à travers le monde ? Les deux solutions étaient autant possible l'une que l'autre quand on avait assister aux miracles que ces mots divins étaient capables de faire. La deuxième option restait quand même un peu plus dérangeante si le taureau avait été subtilisé à une famille qui en avait besoin...

(Bah, pas la peine de se prendre la tête pour ça. C'est qu'un rêve et même si c'est le cas dans la réalité, c'était pas comme si on avait la possibilité de visiter chaque ferme pour trouver la bonne et y rendre la b... Et s'y excuser.)

Devant eux, le pauvre animal se mit à meugler toute sa peine, comme prit d'une violente migraine. Et à en croire Kaar, c'était grossièrement le cas.

« Il souffre… Il… il se bat dans sa tête. »

Souffrances qui furent promptement abrégées par Corne d'Or qui entra dans la corruption et abattit sa massive patte avant, le découpant sans difficulté. Quant à retrouver le potentiel propriétaire, il serait surpris que ce dernier soit satisfait d'un échange avec des quartiers de bidoche corrompues. Ce qui était surprenant en revanche, c'était que Corne d'Or, et Silmeria qui entra à sa suite dans la zone ténébreuses, ne furent eux pas affectés par cette corruption. Kaar l'attestait pour le félin colossal qui aurait 'dompté' l'effet; Hrist ne s'était elle pas ruée vers eux avec l'intention d'égorger quelqu'un à mains nues. Il semblait donc possible de résister à son emprise et les êtres vivants ne pourrissaient pas sur place également. Pour l'instant.

Hrist se dirigeait d'ailleurs en direction des orbes abattus, à la recherche de ces fameux débris. Mathis chercha à savoir si d'autres que lui avaient vu ces débris, ce que déclina l'Oudio avant de s'enquérir de ce que voyait l'Hinïonne. Les autres, Akihito compris, ne répondirent pas. C'était une réponse en soit.
Yliria et Xël échangeaient eux de choses qu'il ignorait, de mystères et autres choses qui n'étaient pas sensées se passer comme l'aéromancien l'espérait. Il semblait un peu dans le flou aussi mais était définitivement plus informé que les autres. Egregor répondit aux diverses sollicitations et s'avança finalement dans la corruption. Visiblement, il n'était pas plus gêné par les miasmes que l'assassin.

« Les orbes noirs, ce sont des... oiseaux. Corrompus, » finit par dire Hrist. Ce qui fit lever le nez instinctivement à l'enchanteur, mais il n'y avait visiblement plus de sphères sombres à proximité.

('Visiblement ça n'affecte pas les corps des vivants'. Raté, Yli. Après, des piafs c'est pas forcément plus fûté qu'un taureau, donc peut-être qu'eux n'ont simplement pas résister à la corruption.)

De son côté, Mathis eu une réaction des plus étranges. Déclarant que la terre était malade, il renversa une pleine potion de soin reconnaissable à son liquide rouge. Akihito se retint de rire devant une naïveté aussi touchante : même si ça marchait, il allait falloir des centaines de barriques de potions pour 'soigner' une zone aussi vaste. C'eut été un sort de purification d'un mage blanc, passe encore, mais faire passer un liquide guérisseur de blessure pour un engrais surpuissant...

(Foutu rêve.)

En tout cas, il y avait bien quelqu'un que ça intéressait de voir des oiseaux corrompus.

« Des... oiseaux? Enfer, billevesée et racines en tire-bouchon, je veux voir ça de plus près ! »

Une réaction étrangement enthousiaste. L'Oudio grand brûlé était un ornithologue macabre à ses heures perdues ?

(Foutu rêve.)

Yliria haussa la voix pour se faire entendre et demander à Hrist de plus amples informations sur ce qu'elle ressentait pour que le groupe puisse agir en conséquence. Dans un ton un peu indélicat, mais l'intéressée ne sembla pas s'en formaliser. Pour l'instant.

« Quelqu'un ou quelque chose essaie de me... corrompre. Je ressens un peu comme quand le Dragon d'Oaxaca a dévoré le âmes. Quelque chose d'intrusif, d'envahissant qui cherche à me dominer. »

Ca, c'était plus problématique. Il fallait...

« Bien qu’il soit possible d’y résister, cela ne m’ébaudit pas pour autant. Je crains encore que nos comportements ne changent. Il ne manquerait plus qu’Egregor abandonne au devoir qu’il s’impose pour devenir étalier à Esseroth, ou Yliria se fasse gourgandine ! »

Akihito jeta un regard médusé vers Jorus, qui venait de comparer Yliria à une fille de joie et qui continuait désormais sa tirade en parlant de Simaya qui attendait leur retour, avant d'en remettre une couche sur Egregor qui lui avait reproché de s'être mis sur son chemin.

« Je n’ai pas agi contre vous. Vous nous avez demandé notre aide pour protéger Esseroth et c’est ce que j’ai fait en tentant de protéger son protecteur. Gardez bien à l’esprit que si c’est à refaire, je serais derechef sur votre chemin ! »

(Foutu rêve.)

Est ce qu'il était tombé dans une version onirique où Jorus avec une terrible envie d'en finir avec son existence, pour parler ainsi à des personnes visiblement très sanguines ? Et il les connaissaient bien apparemment. Alors même s'il le disait sans animosité, cela ressemblait quand même fortement à une envie très prononcée de se mettre dans la mouise. Et le plus incroyable, c'est qu'Egregor ne sembla pas s'en embarrasser et après un remerciement -un remerciement !- évasif, il revint parmi eux un oiseau à la main, suivi peu de temps après par Silmerist. L'oiseau semblait avoir été plongé dans une pâte noire et visqueuse. Cela ressemblait à... De poix ? Bien qu'il n'ait aucune idée de pourquoi on aurait enduit des volatiles d'un imperméabilisant.

Egregor semblait lui finalement décidé à revenir à Esseroth, par les portails de Xël, tout comme Mathis qui le rejoignit. Hrist vint voir Akihito et sans un mot, tendit la main ouverte. Il haussa un sourcil avant de comprendre ce qu'elle voulait. Sa manière peu cavalière de lui demander de lui rendre les dagues qu'elle lui avait confié lui rappela un certain passage la veille : il lui rendit donc ses dagues avec un sourire amusé.

« De rien Aki. Oh, je t'en prie Silmeria. Mais si j'insiste, merci de me rendre mes armes que tu as gentiment gardé pour moi. Voyons, c'est tout à fait normal. »

Puis il sauta sur ses pieds avant de s'avancer au milieu du groupe. Il n'était pas sûr qu'Hrist prenne bien la plaisanterie ; il avait à plusieurs reprises par le passé soumis des plans que ses alliés avaient souvent royalement ignorés. Peut-être qu'ils étaient mauvais, tous, et qu'il était un mauvais stratège. Mais bon, qu'est ce qu'il risquait ici ? Se réveiller ?

« Bon bon bon, il serait temps qu'on s'organise un brin parce que là, il y a eu beaucoup de billevesées. J'ai rien contre un retour à Esseroth pour aller chercher Dame Simaya, mais je suis pas sûr d'être d'une grande utilité -désolé Xël, mais tu parles de Sans-Visage, de grottes et d'autres clampins que je connais pas. Et j'ai pas l'impression que tout le monde soit nécessaire pour aller chercher une personne, ou aller dans cette grotte. Surtout si vous finissez au final par revenir avec Dame Simaya ici. »

Il balaya l'assemblée avant de poursuivre en passant son regard sur chacune des personnes présentes.

« Je propose qu'une partie d'entres nous restent ici pour observer, réagir, tester et que l'autre retourne à Esseroth pour aller chercher Simaya et faire ce qui doit être fait. Dracaena semble vouloir étudier la corruption, moi j'ai pas vraiment d'intérêt à revenir à Esseroth quand je peux être plus utile ici. Mathis, Jorus et Egregor, vous avez l'air partie pour rentrer à Esseroth avec Xël. Lysandre, ce serait bien que vous restiez ici avec nous pour qu'on ait votre vision depuis le ciel -et revenir dard-dard prévenir Esseroth si ça commence à chauffer. Kaar, on risque de passer un peu de temps ici à étudier ou même explorer la corruption, et on est parti d'Esseroth sans vivres ou matériel de bivouac pour certains. J'aimerais dire que le groupe direction Esseroth pourrait revenir avec Simaya et tout ça, mais on sait pas ce qui va se passer dans cette grotte, ni quand ils vont revenir. Vous pensez que ce serait possible pour vous de faire un aller retour avec les pachys pour nous ramener le tout ? Peut être préparé en amont par le groupe de Xël pour vous éviter du temps ? Les collines aux alentours ont pas l'air de foisonner de vie et j'ai pas trop envie de me nourrir de ce qui peut sortir de ces miasmes. »

Il pointa du doigt l'oiseau ramené par Egregor et finit par les trois personnes qu'il n'avait pas cité jusque là.

« Yliria, je sais pas ce que tu comptes faire. Silmeria, on sait déjà que vous résistez un tant soit peu à la corruption donc je préférerais que vous restiez ici avec nous. Quant à vous, Dame Eaeria... Eh bien, si on reste ici, avoir une native d'Aliaénon avec nous pour nous renseigner sur notre environnement ne serait pas de trop ? Histoire qu'on ne fasse pas de grabuge involontairement en s'ébaudissant sur un champignon explosif ou sur une bestiole à l'apparence inoffensive mais qui pourrait nous arracher la main d'un coup de dent. »

Voilà, il avait exposé son plan. Il croisa les bras et attendit tranquillement qu'on vienne démonter son plan ou le suivre. il garda notamment un oeil sur Yliria : elle n'avait toujours pas réagit aux propos de Jorus. Il était curieux de savoir comment cette version onirique de la semi-shaakte au tempérament de feu allait gérer le problème.

(L'ignorer ? Lui retourner une insulte cinglante ? La bonne vieille boule de feu ? Eh, il peut avoir quelques avantages, ce foutu rêve.)



-----------
Mots placés : s'abaudir, clampins, billevesées.
Modifié en dernier par Akihito le jeu. 1 déc. 2022 17:32, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Jorus Kayne
Messages : 254
Enregistré le : ven. 21 déc. 2018 20:30
Localisation : Sur un navire en partance pour Eniod, normalement

Re: Esseroth

Message par Jorus Kayne » ven. 25 nov. 2022 21:29

Esseroth VII


Je ne cesse d’avoir en mémoire la bataille contre Oaxaca et l’impact majeur que Simaya y a joué. Nous lui devons tous beaucoup grâce à son intervention. Bien qu’elle soit originaire de la Lande Noire, elle considère Esseroth comme son foyer. Si elle a œuvré pour protéger mon monde, je dois faire de même pour protéger le sien et sa cité. Une cité dont le principal protecteur est Egregor. Un mage de sang particulièrement puissant et comptant certainement sur la balance des forces de Yuimen. Prendre le risque que celui-ci se retourne contre nous et contre ses propres idées vis-à-vis de son peuple, à cause de cette corruption est inenvisageable. Raison pour laquelle je me suis dressé face à lui, ou plutôt contre lui, vu sa réaction m’ordonnant de ne plus me dresser de la sorte. Lorsqu’un énorme bruit retentit, je me retourne vivement avant d’être écarté par Egregor, se rendant à la frontière actuelle de la zone en corruption et commente la présence de débris provenant d’orbes.

De son côté, Yliria parvient à user de ses runes pour invoquer un taureau et, à l’aide de Kaar, parviennent à l’envoyer dans la zone corrompue. Il mugit fortement et racle le sol. Kaar nous transmet les impressions de la bête. Celle-ci semble souffrir et une lutte dans sa tête semble se dérouler. L’animal ne cesse de se débattre jusqu’à ce que Cornes d’Or, qui restait calme jusque-là, ne se mette à sauter sur place avec une agilité qui contraste avec son imposante masse. Le voir ainsi, me donne l’impression qu’on a implanté dans le corps du super-prédateur, l’esprit d’un chien voyant son maître après une très longue attente. Finalement, il se rue dans la zone corrompue et fait taire le taureau. Kaar nous en explique que Cornes d’Or a agi ainsi pour apaiser l’animal souffrant. Pour autant, lui ne semble pas affecté par la corruption, comme s’il l’avait domptée.

Passé ce moment, la régicide se rend à son tour dans l’espace menaçant, entourée d’une simple corde qu’elle défait une fois arrivée. Nul autre n’a vu les débris et demande où ils se trouvent. Inquiet quant à l'explosion et le déplacement d'Egregor jusqu'à la limite de corruption, je vais le rejoindre et demander aux autres.

"C'était quoi ce bruit ?"

Ne sachant ce dont on parle, je ne comprends pas les propos de mes camarades. Seule la charm… seule Eaeria m’explique qu’il s’agissait de ses sphères de lumière.

(Tiens, elle n’est plus charmante à présent ?)

Yliria qui s’était rassurée de voir qu’aucune corruption ne s’était étendue sur les corps vivants, se voit un peu contredire par le mage de sang, qui se méfie d’un changement sur le long terme. Puis à Dracaena qui voulait recueillir les débris, Egregor réplique qu’il n’y a qu’un seul moyen de mettre la main dessus et exécute ses propres mots en pénétrant dans la zone que toussent craignent, sauf peut-être Cornes d’Or et Silméria. Même si dans son cas, c’est peut-être la corruption elle-même qui la craint. D’ailleurs, elle se penche vers le sol pour ramasser quelque chose et déclare que les orbes noirs sont en réalité des oiseaux corrompus. Yliria lui demande si elle ressent quelque chose de particulier, cherchant à savoir si elle perçoit la lutte dans son esprit comme le taureau précédemment.

"Quelqu'un ou quelque chose essaie de me... corrompre. Je ressens un peu comme quand le Dragon d'Oaxaca a dévoré les âmes. Quelque chose d'intrusif, d'envahissant qui cherche à me dominer." Explique-t-elle.

(Ha ? Voilà quelque chose de rassurant !)

(Pénètre à l’intérieur et si tu perds ton sarcasme, c’est qu’il y aura effectivement un changement important te concernant !)

Cette déclaration suffit à l’arbre mobile de se rendre à son tour dans la zone, afin de savoir précisément ce dont il retourne. Voyant que le nombre d’individu entrant à l’intérieur augmente, je commence à croire que rester en retrait n’est plus une option viable.

(On a beau avoir un peu plus d’information, on est loin d’avoir réglé le problème. Esseroth est toujours en danger et on n’a pas la moindre idée d’où cela vient, ou comment en venir à bout !)

"Bien qu’il soit possible d’y résister, cela ne m’ébaudit pas pour autant. Je crains encore que nos comportements ne changent. Il ne manquerait plus qu’Egregor abandonne au devoir qu’il s’impose pour devenir étalier à Esseroth, ou Yliria se fasse gourgandine !"

(Brrrr, c’est quoi cette horrible sensation glacée dans le dos ?)

Un étrange frisson me parcourt le dos. Qu’importe, nous sommes venus ici pour savoir ce qui se passait, mais loin de vouloir faire une simple inspection, il nous faut mettre un terme à la propagation et cela ne sera possible sans y mettre les pieds. Je prends une grande inspiration et pénètre à mon tour, avant de me retourner vers Xël.

"Je crois que Simaya attend notre retour ! Il peut être bon de la faire venir ici, avant qu’elle ne se rende dans la fameuse grotte. Histoire de savoir à quoi elle doit s’attendre. A toi de voir."

Puis je reprends ma marche jusqu’à rejoindre Egregor.

"Je n’ai pas agi contre vous. Vous nous avez demandé notre aide pour protéger Esseroth et c’est ce que j’ai fait en tentant de protéger son protecteur. Gardez bien à l’esprit que si c’est à refaire, je serais derechef sur votre chemin !"

Si les premiers pas n’ont pas été difficiles, la suite est différente. Une étrange présence se fait dans mon esprit, malveillante, sournoise. Comme si je sentais qu’un individu avec de sombres intentions, faisait le tour de ma demeure, guettant la moindre faille, le moindre accès pour s’infiltrer à l’intérieur. Calme au début, la présence devient soudainement plus agressive. Mon esprit est pris dans une sorte de brouillard, qui cherche à saper ma volonté. Mais la magie du Dragon Noir m’a appris que ma volonté était plus forte que je ne le pensais et par un effort, j’éloigne le brouillard qui entourait mon esprit, ainsi que cette présence malveillante. Seul un mal de crâne me reste de cette lutte interne.

Non loin de moi, Egregor ne répond pas à ma remarque ramasse un des débris au sol et dévoile la silhouette d’un oiseau corrompu. Noir, dégoulinant d’un liquide visqueux tout aussi sombre, il gît mort dans les mains du mage de sang. Quelques pas après avoir fait demi-tour vous nous, il commente cependant ma dernière intervention à son égard.

"Soyez remercié pour ça. Mais la prochaine fois, faites-le à bon escient."

De son côté, Kaar semble crispé, à l’image de ses mots la mâchoire serrée.

"Je comprends pourquoi Cornes d'Or voulait venir, si certains des siens ont subi cette corruption. Il veut comprendre, lui aussi."

Je suis Egregor qui revient vers le reste du groupe et demander à Xël de nous ramener à Esseroth. Je jette un regard sur le paysage dévasté, sentant une mauvaise impression quant à notre retour.

(Egregor ne va certainement pas aimer !)

Je me rapproche du mage de sang et pose une main sur son épaule pour l’empêcher d’approcher de trop près, ceux qui n’ont pas pénétrer la zone corrompue.

"Pardonnez-moi, mais je pense que retourner à Esseroth est risqué. On ne sait toujours rien de cette corruption. Je l’ai senti essayer de prendre le dessus sur moi, mais si j’ai réussi à la repousser, je ne l’ai pas vaincue. Je pense qu’elle est déjà en moi, en chacun de ceux ayant pénétré à l’intérieur. Si vous retournons à Esseroth, nous prenons le risque de devenir la source d’une nouvelle contagion, au cœur même de la cité. Vous vouliez que je m’oppose à vous avec un peu plus de sagesse dans l’intérêt de la cité Egregor ? Alors je vous laisse libre de choisir si ce risque mérite d'être pris. Je ne sais pas combien de temps Esseroth dispose avant que la ligne de corruption ne l’atteigne, mais notre retour pourrait la condamner bien plus rapidement que prévu." Je lâche finalement le mage, lui laissant le choix d’agir selon sa conscience et parle assez fort pour que tous m’entendent. "Nous sommes à présent touchés par la corruption. Libre à vous de retourner à Esseroth, en prenant le risque de propager la corruption par notre présence ! Quant à moi, je ne reviendrais pas ! Je compte bien continuer ma route, jusqu’à trouver la source et y mettre fin !"


....
Mots : s’ébaudir, étalier, gourgandine ;) et derechef
Modifié en dernier par Jorus Kayne le jeu. 1 déc. 2022 22:02, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Xël
Messages : 252
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 14:50

Re: Esseroth

Message par Xël » ven. 25 nov. 2022 22:03

J’observe attentivement tandis qu’Eaeria fait son expérience avec ses boules et qu’un taureau invoqué par Yliria pénètre la brume. Je constate d’abord, rassuré, qu’il ne se met pas à se décomposer sur place. Après un court instant il paraît en souffrance luttant, selon Kaar, dans son esprit. Le spectacle est pénible à observer et me rappelle ce moment où Elurien luttait contre la présence de Vallel dans son esprit. Le souvenir me fait serrer les poings avant que Cornes d’Or ne me fasse sursauter alors qu’il bondit dans la brume pour le croquer et mettre fin à son trouble.

Je soupire, certain que pénétrer dans cette zone est une mauvaise idée. Mais la Régicide est décidé et disparait pour réapparaître dans la zone d’ombre sans sembler en souffrir. J’observe toujours, attentif malgré la surprise, prêt à agir répondant à Yliria sans relâcher ma vigilance quand elle me demande si ce que j’ai vu à Nagorin agissait de la même façon.

« Je n’ai pas essayé d’y tremper le pied … Et les Ouessiens ont refusés de répondre à mes questions. Comme d’habitude … »

Silmeria poursuit sa promenade, révélant que les boules sombres sont des oiseaux corrompus. Egregor en ramasse un à son tour, dégoulinant d’un liquide noirâtre. Mathias pendant ce temps essaie de soigner la terre avec une potion alors que je me plains du vocabulaire qu’ils utilisent tous depuis le début du voyage. Avouant que j’ai parfois du mal à les comprendre.

« Je ne sais pas si c’est vous, moi, l’air d’Aliaénon ou la corruption mais depuis quelques jours je comprends plus qu’un mot sur deux quand vous ouvrez la bouche… »

Egregor rétorque alors que je dois en effet être un peu déstabilisé car ça ne fait qu’un jour que nous sommes là et il a raison.

Les avis divergent alors, certains veulent retourner à Esseroth tandis que d’autres préfèrent continuer l’exploration. Akihito me paraît même être agacé d’avoir peu d’informations. Je m’explique alors assez fort pour que tous puissent m’entendre.

« Je pense que l’origine de la corruption vient de la source magique du Sans Visage. Je pense qu’il n’est pas mort et qu’il a trouvé un moyen de se rendre plus puissant pour vaincre ses ennemis de toujours, les Titans. Cette source ressemble à une immense sphère et se trouve dans une caverne au milieu de la Lande. C’est un endroit où il y réside une puissance que je ne peux pas vous décrire. Je peux simplement vous dire qu’à proximité de cette sphère j’ai cru que mon corp allait exploser, c’est Sibelle qui a dû m’en sortir. On y entends aussi une petite voix, nous poussant à protéger le lieu et ce qu’il dissimule. Une voix qui a réussi à faire plier l’esprit de Simaya. »

Je marque une courte pause avant de continuer.

« Je veux m’y rendre avec elle car nous avons eu plus ou moins la même hypothèse ou en tout cas qui mérite d’être vérifié. Ça ne me dérange pas de faire plusieurs groupes mais vous devez comprendre que je n’aurais aucun moyen de vous retrouver. Vous serez livrés à vous même pour voyager et ce monde est aussi vaste que Yuimen.»

Sur ces mots je me concentre pour préparer mon portail.

« Je le laisserai ouvert pour ceux qui veulent retourner à Esseroth pour mieux préparer une autre expédition ou chercher des informations, pour les autres je vous souhaite bon courage et soyez prudents. »

Je déclare ces mots avec sincérité, prêt à ouvrir un passage.

Avatar du membre
Dracaena Paletuv
Messages : 14
Enregistré le : mer. 7 sept. 2022 01:58

Re: Esseroth

Message par Dracaena Paletuv » sam. 26 nov. 2022 00:53

BADABIM! BADABOUM! Les sphères d'Eaeria s'étaient envolées et avaient provoquées de MA.GNI.FIQUES explosions au contact des orbes noires de la corruption. J'étais tout émoustillé en voyant ça, en ressentant le souffle, l'impact, l'onde de choc me traverser alors que j'étais pourtant éloigner. C'était magistral! Un potentiel destructeur pareil, ça se voyait pas tous les jours! Et, ça, c'était Eaeria qui se "retenait" si je comprenais bien. Prodigieux. Tout juste pro.di.gieux!

Mon esprit fourmillait de question concernant ce que je venais de voir: ça, c'était à considérer comme des "grosses" ou des "petites" explosions? Est ce que l'affinité élémentaire jouait? Qu'est ce qui se passait dans le cas d'utilisation d'une sphère d'un autre élément? Plein d'entrain, je mis une tape amicale à l'épaule d'Eaeria, lui déclarant:

"Joli badaboom, M'dame Eaeria. Z'aviez raison, vos sphère de lumière sont super efficace contre ces ptites boules ténébreuses."

Mais... la visage de cette dernière n'était guère emplit de fierté, de joie ou de satisfaction. Juste... du stress. Et du malaise. C'était...triste, une fois de plus. Pour tous ses beaux discours d'acceptation de son entourage et d'appréciation de ses capacités, je voyais juste quelqu'un... d'insatisfait... Nan, nan, insatisfait c'tait pas le mot.
"Effrayé". Effrayé par soit même. Dégouté aussi ptet. Pas le dégout dans l'sens "j'ai envie de vomir", mais plus dans un sens de honte. De mépris malheureux. Triste, vraiment triste, de voir quelqu'un autant ne pas aimer ce qu'il est... Ne pas voir le bon coté des choses, ne pas prendre conscience du "cadeau" qu'il possède...

Essayant de prendre un ton agréable, presque motivant, je me penchai légèrement derrière la femme dorée avant de lui dire, très bas, presque d'un murmure, essayant de n'être entendu que d'elle:

"Vous voyez qu'il peut être utile, le coté destructeur de votre pouvoir!"

Elle eu un petit sursaut face à mon geste amical, visiblement tellement plongée dans ses pensées négatives et son inquiétude qu'elle en avait oublié l'existence des gens autour d'elle. Même le blondinet lui fit des compliments, accompagné de quelques mots d'encouragement. Mais, évidement, la seule réponse à laquelle notre sympathie eu droit fut juste plus de négativité.


"Par chance, l'explosion ne nous a pas tous touchés. C'eut été catastrophique."


C'est dans ce genre de situation que je regrettais le fait que mes expressions faciales ne soient pas facilement compréhensible pour les gens peu habitués aux oudios. Parce que la, vraiment, mon air blasé allait apporter un petit je ne sais quoi au soupir que je m'apprêtais à pousser. Mais je n'eu pas le temps de manifester ma frustration face à la réaction de la ptite dame: Egregor-sent-le-roquefort, qui était tout excité depuis le kaboum, se mit à parler de débris tombant des orbes de ténèbres.

Des débris...

...

Nan, même en plissant les yeux, je ne voyais rien... C'était ptet juste moi? J'avais déjà eu des cas comme ça où des trucs dur à voir pour moi étaient simples à repérer pour les gens avec des globes oculaires en chair. Ptet le coté mouillé qui faisait ça? En tout cas, pas de raison de me retenir de poser la question: peu de risque que je passe pour un idiot vu le palmarès du groupe jusqu'à présent.


"Moi, j'vois pas les débris. J'pensais que c'était mes yeux végétaux qui repère pas toujours les mêmes choses que les vôtres, mais du coup, j'suis pas le seul? En tout cas, si quelqu'un arrive à mettre la main sur un de ces débris ça pourrais nous avancer...Et au pire, si on trouve d'autre orbes, on pourrait toujours essayer de refaire d'autre débris...

La, tout de suite en tout cas, j'me demande surtout si avoir explosé ces boules de ténèbres va provoquer une résorption de la corruption de la zone..."


Puisque bon, les badaboum et tout, c'était bien rigolo, mais concrètement, le coté cathartique et spectaculaire mis à part, ça avait apporté quoi? Me fallait en avoir le cœur net, et voir de plus près tout le bousin.

J'avais pas trop suivit ce qui c'était passé autour de moi en dehors des explosions, mais j'me souvenais avoir aperçu rapidement du coin de l'œil la bestiole d'Yliria souffrir d'un espèce d'un mal bizarre avant de se faire achever par le toutou cornu, ainsi que Silmeria rentrer dans la corruption. Elle pourrait déjà me donner un ptit état des lieux, et aussi, fallait espérer qu'elle ne subisse pas à la longue le même sort que la pauvre vache sacrificielle passée avant. Je me mis à hurler un bon coup, pour être sur qu'elle m'entende:


"HEY, M'DAME SILMERIA, VOUS VOYEZ QUEK-CHOZE DE VOTRE COTE? ET VOUS VOUS SENTEZ BIEN? "

" Les orbes noirs, ce sont des... oiseaux. Corrompus. " J'entendis au loin.

Des...oiseaux? Des OISEAUX?! Ca n'avait aucun sens. Et c'était parfait! Ce monde restait cohérent dans son coté surprenant, et ça n'en était que plus motivant! Je fus par contre tiré de mes pensées par Egregor-insérer-ici-une-rime-en-"or" qui me répondit comme il savait si bien le faire: en étant le plus désagréable possible!


« Pour mettre la main sur les débris, il n'y a pas trente-six solutions.»


Et, sans attendre, il s'engouffra dans la zone de corruption.

Y avait pas à dire, j'aimais pas le bonhomme, mais j'pouvais pas lui retirer sa détermination.

Pour moi, la question était réglée: visiblement la corruption semblait dangereuse pour certains, mais d'autre comme Silmeria et le toutou cornu avaient réussi à y résister, et de toute façon, toutes les réponses que l'on pouvait chercher allaient se trouver à l'intérieur de cette zone des mort(elle). Ma décision était prise! Hors de question de rester comme un lâche à l'arrière sans oser aller triporter l'inconnu pour mieux le comprendre. Vivement, je déclarai:


"Des... oiseaux? Enfer,billevesée et racines en tire-bouchon, je veux voir ça de plus près!"


Et, sans attendre, je franchis à grand pas la frontière séparant les deux zones, me retrouvant désormais du coté noirâtre de la région. Et à peine une racine posée dedans que je sentis un truc essayer de me pénétrer.

Pas comme un groupe de termite zélé ou une pratique reproductrice et récréative bizarre de tas de chair. Non, quelque chose essayait de me pénétrer l'esprit. Pendant trois longues secondes, je sentis mon corps, mon âme, et ma volonté ne plus m'appartenir. Je sentis quelque chose essayer de me dire qui j'étais, où j'étais, et ce que je devais faire. Je me mis à regarder ma main, ouverte, ayant du mal à la faire faire quoi que ce soit.

Trois longues secondes...

Mais... Dans toute la grandeur des choses, et le gigantisme de l'existence.

Ca n'était rien d'autre: que trois pauvres secondes.



Je refermais les doigts de ma mains d'un coup sec les enroulant et déroulant vivement, puis les faisant danser dans l'air, laissant s'échapper un petit ricanement: je ne m'étais pas soumis à mon propre dieu, à mon propre peuple, et à la nature elle même, alors c'était une petite ombre à la con venant d'un autre monde qui allait me faire craquer aussi rapidement. Si cette entité qui avait essayée de me siphonner l'esprit m'entendait, et bien elle pouvait aller se faire voir: si elle cherchait à me briser le psyché pour rentrer dans un quelconque rang, qu'elle fasse la queue! Et puis de toute façon, essayer de manipuler le mec avec l'esprit déjà un peu brisé/cinglé, c'était d'un cliché...


En tout cas, cette entité était visiblement pas super efficace, vu que tous les autres pignoufs à être rentré avec moi dans la zone corrompue semblaient aller très bien. Ptet qu'elle ne fonctionnait que sur les vaches et les trucs inertes?

En tout cas, Egregor-littéralement-gore se manifesta avec une nouvelle expression. Comme quoi, il ne savait pas juste montrer la colère, l'agacement, le mépris et l'irritabilité: il savait aussi montrer le dégout! Il tenait dans ses mains un oiseau mort, sorte de corbeau dégoulinant d'un liquide noir, presque des ténèbres liquides.
Plusieurs des gens du groupes se mirent à en récupérer dans des fioles, ça et plusieurs autres échantillons de la zone: terre, cailloux, plantes, etc. Je pestais intérieurement de ne pas avoir plus de fioles avec moi, les seules présentent dans mon baluchons étant cette remplis du trucs dégueulasse fournis par l'aubergiste d'Esseroth. Et, elles, elles étaient réservées pour les urgences.

Je me mis à me promener un peu de ça de la, observant sous tous les angles l'oiseau mort, et ses congénères que je fini par apercevoir par terre. Je me mis à regarder le sol, les arbres, les pierres, pour essayer d'y déceler quoi que ce soit d'anormal... Enfin, de plus anormal que leur état actuel. Essayer de trouver une source, ou de voir si le liquide noirâtre des piafs se trouvait aussi ailleurs. Je caressai aussi le sol de mes racines, hésitant à les y planter. Les arbres du coins avaient l'air...empoisonné, mais j'étais curieux de pouvoir "gouter" cette terre corrompu, voir si mes sens végétaux réussiraient à y déceler des informations nouvelles.


Mais progressivement, ma concentration fut perturbée par un certains remue-ménage ayant lieux du coté des autres. Tendant un peu "l'oreille" pour écouter de quoi ils discutaient, je compris très rapidement que ça parlait de retourner à Esseroth. Déjà?! Mais...Mais on venait à peine d'arriver aux trucs intéressants! Pris de panique, je répondis à leurs questionnements sur si on était prêt à rentrer ou non:


"Attendez attendez attendez une seconde la les Clampins copains! S'pas pour faire dans le Fla-Fla, et j'suis pas un Fesse-mathieu, mais j'ai pas tout à fait terminé de mon coté. J'ai pas tout suivit, mais si on doit rentrer, laissez moi juste ramasser quelques trucs en plus...Raaah, et j'ai plus rien pour les liquides! BON!"


Et, sans perdre de temps, je me mis à amasser un maximum d'élément et d'échantillons que je pouvais trouver, les fourrant dans mon baluchon en faisant bien attention à ne pas casser les trois fioles d'extrait de bouche d'aubergiste: branches, morceaux d'écorces et pierres, j'en mis divers paquet dans mon barda. Puis, me saisissant de la bourse que j'avais volé sur un cadavre emmené avec moi à Aliaénon, j'en vidai le maigre contenu dans le baluchon avant de remplir cette dernière d'autant de terre que possible.
Enfin, cherchant sur le sol où se trouvait les autres cadavres d'oiseaux, j'en attrapai un du bout des doigts, le tenant par les pattes, en faisant attention à ne pas toucher le liquide noirâtre qui en coulait, et je le déposai dans le seau que m'avait précédemment donné le marchand, me redressant fièrement (en tout cas aussi fièrement qu'un type avec un baluchon surchargé, une bourse pleine de terre et un seau avec un corbeau crevé et coulant dedans pouvait l'être), je déclarai:


"Okay, c'est bon, maintenant je suis prêt! On rentre par portail j'imagine?"




Jeu de mot(let pour jambette): billevesée , Clampins , Fla-Fla , Fesse-mathieu !

Avatar du membre
Yliria
Messages : 391
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 18:57
Localisation : À la fin d'une Ere

Re: Esseroth

Message par Yliria » sam. 26 nov. 2022 03:20

<< Précédemment


Concentrée sur mes runes, je laissai la magie de Yuimen, rassurante, agir. Elle fonctionna sans peine et un taureau apparut devant moi. Il semblait perdu, mais calme, ce qui était en soit une sacrée prouesse. Rien n’avait mal tourné pour le moment. C’était le moment de voir si ma théorie fonctionnait. Kaar prit le contrôle de l’animal et celui-ci partit dans la corruption au petit trot. Je l’observai franchir la frontière de la corruption et… Rien. Du moins au début. Il sembla s’énerver, meuglant en grattant le sol, comme s’il cherchait às e défendre ou souffrait. Kaar indiqua qu’il se battait… dans sa tête ? La corruption aurait donc un effet sur l’esprit et non sur la chair ? Voilà qui était étonnant et passablement inquiétant.

J’allais demander à Kaar de rappeler le taureau pour le garder sain et sauf lorsque Cornes d’or, après avoir grondé, se chargea de mettre fun aux souffrances de l’animal en le tuant, purement et simplement. Je pinçai les lèvres. J’aurai préféré que le pauvre animal en réchappe vivant… Et tout cela ne servit à rien, parce que Silmeria n’en fit qu’à sa tête et entra malgré tout dans la corruption. Je me frottai l’arrière du crâne.

- Bon... visiblement ça n'affecte pas les corps des vivants... mieux valait en être sûr

Du moins pas immédiatement, même si ce n’était pas garantit qu’il n’y avait pas un genre de période d’incubation. Egregor semblait croire que je n’avais pas envisagé cette possibilité, mais je n’essayais pas de le corriger. On était loin d’avoir tenté assez de choses pour faire la moindre affirmation définitive. Je me tournai vers Xël. C’était lui qui avait le plus de connaissances de ce genre de choses ici.

- Ce dont tu parlais agissait de la même façon ?

- Je n’ai pas essayé d’y tremper le pied… et les Ouessiens ont refusés de répondre à mes questions. Comme d’habitude…

Cela ne m’avançait guère… Et déjà Egregor s’avançait vers la corruption. Je serrai les mâchoires. C’était de l’inconscience pure et simple à ce stade, mais ils faisaient bien ce qu’ils voulaient. Ils étaient assez grands pour se démerder. Encore que je me demandasse s’ils avaient tous toute leur tête en voyant Mathis déverser le contenu d’une fiole de potion directement dans la terre. Je levai les yeux au ciel avant de pouvoir me retenir. Il croyait quoi, que ça allait soigner des centaines de kilomètres carrées ? Ou même avoir le moindre effet ? Sans surprise, il ne se passa rien. Et les autres qui pataugeait là-dedans… Il fallait qu’ils sortent.

- Silmeria, tu ressens un truc particulier ou pas ? Faudrait pas qu'on perde trop de temps si on doit arrêter ce truc, donc si on pouvait se hâter de savoir de quoi il retourne ce serait tout aussi bien !

- Quelqu'un ou quelque chose essaie de me... corrompre. Je ressens un peu comme quand le Dragon d'Oaxaca a dévoré les âmes. Quelque chose d'intrusif, d'envahissant qui cherche à me dominer.

Comme lorsque le Dragon d’Oaxaca avait dévoré les âmes ? Je plissai les yeux. L’effet n’était pas le même, mais la magie d’Aliaénon était bien différente de celle de Yuimen après tout… Et le fait que les orbes soient en fait des oiseaux corrompus… ça ne collait pas trop avec le Dragon Noir. Et puis il avait été détruit.

(Techniquement il a été emporté ailleurs par Brytha)

(Vrai… Et les chances qu’il soit en vie et sur Aliaénon ?)

(Elles existent, mais au vu du nombre de monde dans cet univers, ce serait quand même une sacrée coïncidence. T’as plus de chance de te faire frapper par la foudre huit fois d’affilée et d’en sortir indemne.)

Et puis ça ne coïncidait pas vraiment. Il s’était passé des mois depuis la bataille et le problème venait juste d’apparaître. Même avec les temporalités différentes, ça ne collait pas. Ce qui était étrange, par contre, c’était le fait que tout ça arrivait pile après la mort du Titan de magie et l’explosion du fluide. De là à en voir une corrélation, il n’y avait qu’un pas. Mais quel était le rapport…

Je sortis de mes réflexions en avisant Jorus faire lui aussi le trajet jusque dans la corruption. Ils étaient tous fous ou …

- Bien qu’il soit possible d’y résister, cela ne m’ébaudit pas pour autant. Je crains encore que nos comportements ne changent. Il ne manquerait plus qu’Egregor abandonne au devoir qu’il s’impose pour devenir étalier à Esseroth, ou Yliria se fasse gourgandine !

Je clignai des yeux en le fixant. Qu’est-ce qu’il racontait cet abruti ? Il finit par disparaître dans la corruption et je me demandais brièvement si cela n’allait effectivement pas agir sur son esprit et le rendre encore plus crétin qu’il ne l’était déjà. Je soupirai en me pinçant l’arête du nez. On était mal parti avec cette histoire. J’attendis néanmoins que lui et Egregor sortent de la corruption. Sur le court terme ça ne semblait pas avoir d’effet particulier, mais vu la tronche des oiseaux touchés…

Tout le monde semblait se rassembler, Akihito partant dans un discours pour expliquer un plan ou chacun avait un rôle, plus ou moins. Cela faisait sens. Sans vivre, on n’irait pas bien loin et si Xël avait une idée de l’origine, il fallait aller voir ça de plus près. Jorus, étonnamment lucide, préconisa la prudence en émettant l’hypothèse que la corruption puisse se répande depuis ceux ayant été en contact avec elle. Brillante idée. Ça aurait été encore mieux s’il n’était tout simplement pas entré dedans à l’origine, cet abruti ! Si sa théorie s’avérait exacte, ou si on la suivait, Silmeria, Egregor, Jorus et Dracaena devaient rester ici. Sauf que rien ne semblait pointer dans cette direction, donc il s’inquiétait sans doute pour rien. ET puis rester ici… Mais pour faire quoi, exactement ? Je me tournai vers Akihito.

- Je vais retourner à Esseroth. Je vois mal ce qu’on peut faire de plus ici. On a vu ce que la corruption fait. Elle cherche à corrompre l’esprit et c’est sans doute une fois qu’elle y est parvenue qu’on devient comme ces oiseaux. L’important maintenant, c’est de trouver comment la détruire et…

Elle se tournai vers Jorus

- ... Honnêtement, marcher au hasard dans cette mer d’obscurité qui va te consumer et te transformer en tas de chair suintant cette espèce de mélasse noirâtre me semble être la pire des idées. Et la fixer ne va servir à rien. Si Simaya peut aider à localiser la source, ce sera plus efficace que rester ici à attendre que la solution tombe du ciel.

Je concluai en haussant les épaules.

- Tout le monde devrait rentrer, mais vous faites comme vous voulez. On a ce pour quoi on est venu, je vois pas l’intérêt de s’éterniser plus que nécessaire. Surtout qu’il vous faudra rentrer par vos propres moyens. La corruption avance et dans quelques heures, faire un portail ici sera tout bonnement impossible.

Je retournerai à Esseroth. Je n’avais de toute façon aucune raison de rester ici. Eux non plus, à mon avis, mais je n’allais pas leur dire quoi faire.

Avatar du membre
Cromax
Messages : 395
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Esseroth

Message par Cromax » sam. 26 nov. 2022 04:05

Cauchemar en Aliaénon : Esseroth VII



Collines Oniriques


Après expériences et tentatives diverses, les aventuriers se retrouvaient dans une situation incertaine : devaient-ils rentrer à Esseroth pour prévenir les habitants et quérir l’aide de Simaya, ou rester sur place pour tenter d’en apprendre encore plus sur la corruption ? Selon Akihito, la solution résidait en la séparation du groupe. À ses paroles, Lysandre réagit le premier :

« Je resterai, oui. Je fais rapidement le vol jusqu’à la cité, en cas de nécessité. Par contre… si je peux éviter de rentrer là-dedans… »

Il jeta un œil apeuré au cadavre d’oiseau tenu par Egregor. Ce dernier prit la parole également, répondant aux propos de l’ynorien :

« Pourquoi devrait-on revenir ici spécifiquement ? On sait maintenant que la situation est la même sur des centaines de lieues de part et d’autre de ce point. Quelle qu’en soit la source, je ne crois pas que nous la trouverons au hasard sur notre route. Vous comptez vraiment rester ici un jour de plus ? »

Il porta son attention sur Jorus, alors que Kaar faisait signe à Akihito qu’il était prêt à suivre son plan malgré tout. Egregor réagit aux inquiétudes de l’homme du sud d’Imiftil.

« Vos paroles m’effraient, Jorus de Yuimen. Si nous sommes contaminés par la corruption, d’une façon ou d’une autre, nous devrons limiter au possible les contacts avec Esseroth et ses habitants. Nous ne pouvons cependant nous permettre de rester là sans rien faire ni les prévenir. Xël… »

Il se tourna vers l’aéromancien.

« Ouvrez donc votre portail vers l’extérieur des murs d’Esseroth. Comme le disait Simaya hier, je ne crois pas que séparer votre groupe soit la meilleure idée, mais vous êtes tous libres d’agir selon votre conscience. »

Eaeria, sur ces mots, répondit enfin à Akihito.

« Désolée, Akihito, mais je ne serai ici d’aucune utilité : je ne connais rien à ces landes, contrairement à Kaar ou Lysandre. Je n’ai jamais quitté la cité d’Esseroth et n’ai jamais parcouru les Collines Oniriques. Ma place, je le crains, est en ma cité. Ma venue ici n’a déjà été qu’un concours de circonstances. »

Elle jeta un œil à Dracaena. Elle avait été là pour l’accompagner.


Lorsque le portail de Xël serait ouvert, certains le traverseraient. C’était le cas d’Egregor et D’Eaeria. D’autres resteraient sur place, comme Kaar et Lysandre, prêts à recevoir de nouveaux ordres ou partir an compagnie de la horde de Pachylaires. Cornes d’Or, de son côté, finissait de grailler le taureau invoqué par Yliria, désormais sorti de la zone de corruption. Il n’avait pas l’air de souhaiter prendre le portail.



Esseroth

Ceux qui traversèrent le portail arrivèrent donc devant les portes closes d’Esseroth. Bien vite, aperçus par quelque gardien, celles-ci s’ouvrirent et Simaya se précipita à leur rencontre.

« Alors, que s’est-il passé ? Qu’avez-vous découvert ? »

Egregor, maussade, présenta à la belle blonde l’oiseau corrompu, et précisa :

« La corruption avance bel et bien, venant de la Lande Noire, et pourrissant toute vie sur son passage. Si les esserothéens pourraient y résister, cela détruirait la cité sans aucun doute. La consumerait d’ombres, comme l’est ta région d’adoption. Xël a une hypothèse là-dessus, liée au Sans-Visage et à sa grotte… »

Simaya regarda d’un air affligé l’oiseau mort, puis porta son attention à Xël, interrogative du regard. Egregor, en ultime baffouille, précisa :

« Aucun de ceux ayant pénétré la corruption, et c’est mon cas, ne doit pénétrer Esseroth. Le risque d’une corruption est trop grand. »

Eaeria sembla affectée, à ce propos, mais ne prononça mot.



[HJ : Libre à vous de traverser ou non le portail de Xël. Si vous vous retrouvez à Esseroth, la Discussion générale est ouverte avec Simaya et consorts. S vous restez sur place, indiquez juste dans votre RP vos actions et tentatives. Indiquez au plus vite dans la partie coordination si vous restez sur place ou si vous partez à Esseroth.]


[XP :
Silmeria : 1 (situation générale), 0,5 (recherches actives), 0,5 (discussion)
Mathis : 1 (situation générale), 0,5 (recherches actives), 0,5 (discussion)
Akihito : 1 (situation générale), 0,5 (discussion)
Jorus : 1 (situation générale), 0,5 (discussion)
Xël : 1 (situation générale), 0,5 (discussion)
Dracaena : 1 (situation générale), 0,5 (recherches actives), 0,5 (discussion)
Yliria : 1 (situation générale), 0,5 (recherches actives), 0,5 (discussion)]


[Jeu des Mots :
Akihito : 15 points.
Jorus : 20 points. (Joli, l’étalier pour Egregor.)
Dracaena : 15 points – 2 points (Fesse-Mathieu n’a pas été utilisé de manière pertinente)]

Avatar du membre
Mathis
Messages : 95
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:30

Re: Esseroth

Message par Mathis » jeu. 1 déc. 2022 02:48

Après qu’Egregor et moi avions annoncé à Xël que nous étions prêts à retourner à Esseroth, Akihito décida de nous expliquer en long et large la raison pour laquelle il souhaitait demeurer là et poursuivre son enquête. Ce qui me surprit grandement puisqu’il était resté là, immobile, observant certes, mais aucune autre action qui aurait pu laisser penser qu’il enquêtait. Qu’il décide de rester, soit, c’était son choix et je n’avais rien contre. Qu’il souhaite la présence de Kaar ou de Lysandre, je le comprenais bien. Cependant, je ne pouvais m’expliquer qu’il veuille également jouir de la présence de la belle Eaeria. Et je me devais d’avouer que j’aimais bien la compagnie de cette femme et que j’aurais préféré qu’elle nous accompagne sur Esseroth. Je n’en dis pourtant rien, c’était à elle de prendre librement ses décisions.

Ce fut au tour de Jorus de s’approcher d’Egregor et d’annoncer que non seulement il ne se rendrait pas sur Esseroth, mais il craignait que la corruption soit contagieuse et que nous la répandions tous sur Esseroth, si nous nous rendions sur Esseroth.

Xël quant à lui nous répéta une fois de plus qu’il croyait fermement que la source de cette corruption provenait de la source magique du Sans Visage. Il émit l’hypothèse que ce dernier n’était pas mort et qu’il avait trouvé un moyen d’augmenter sa puissance afin de vaincre les titans. Il expliqua que la source prenait la forme d’une sphère immense dans une caverne au milieu de la lande. Lorsqu’il s’en était approché, une voix s’insinua dans son esprit lui implorant de la protéger. Si ce n’avait pas été de sa compagne d’aventure, nommé Sibelle, il n’en se serait pas sorti vivant.

(Sibelle… Quelle idée d’affubler un enfant de ce nom… Elle devait être moche ou quelconque pour que ses parents la prénomment ainsi, pensant ainsi amoindrir cette faiblesse physique.)

Il termina en nous proposant de nous ramener à Esseroth, mais que de son côté, il prévoyait ensuite se rendre avec Simaya à cette fameuse source.

Dracaena, affublé d’un oiseau noir mort, s’approcha de nous prêt à franchir le portail lui aussi.
Yliria considérait qu’il était inutile d’errer dans cette corruption sans but précis. Elle approuvait la suggestion de Xël de retrouver la source de la corruption. Elle trouvait plus logique que tous quittent ses lieux, mais elle laissait à chacun prendre leur propre décision.
Les esserothiens prirent à leur tour leur décision. Lysandre acceptait la mission qui lui était confiée et Kaar ramènerait les pachylaires à Esseroth. Je ne pus retenir un sourire sincère lorsque Eaeria affirma qu’elle était beaucoup plus utile à Esseroth.
Le discours alarmant de Jorus fit mouche. Très protecteur de sa cité, Egregor prit au sérieux le danger de contagion et demanda à ce que le portail nous apporte non pas dans la cité, mais à l’extérieur, tout juste derrière les portes.

Lorsque le portail s’ouvrit, je le traversai tout de suite après Eaeria, Praline sur mes talons.
Tel que demandé par Egregor nous arrivâmes devant les portes closes d’Esseroth. Les gardiens nous ayant aperçus, ouvrirent les portes afin de laisser passer Simaya.

Sans perdre une seconde supplémentaire, elle s’informa sur nos découvertes. Egregor prit le premier la parole. Et tout en montrant l’oiseau, ou ce qui en restait, il expliqua que la corruption avançait et prenait origine de la lande noire. Les esserothéens pourraient y résister, un certain temps du moins, mais la cité serait détruite et transformée. Influencé par les propos de Jorus, Egregor interdit la présence dans la cité à tous ceux y avant pénétré.

Ayant finalement changé d’idée, Akihito nous avait suivis dans le portail. Bien qu’il dit non convaincu par le risque de contagion, il proposa que personne n’y entre, demandant des vivres.

Avant de parler de la contagion, je répondis à la question de Simaya:

« Pour ma part, je ne suis pas entré dans la corruption, je suis demeuré à la frontière de celle-ci. En examinant de plus près son avancée. J'ai pu constater qu'elle était constante, et de quelques centimètres par seconde. Sauf erreur de ma part, j'ai estimé qu'elle atteindrait Essseroth en à peine une semaine... Alors que l'on croyait au départ, qu'elle y arriverait en quelques heures. Il ne faut par contre pas s'ébaudir trop vite, nous devons trouver le moyen de l'arrêter. Tout en demeurant à la frontière, j'ai gratté mon épée sur le sol pour constater qu'elle s'étendait d'abord en surface pour s'étendre ensuite en profondeur... ce qui nous informe que la corruption ne vient pas du sol. »

Après avoir écouté les commentaires d'Egregor et de Akihito à propos de la contagion, je rajoutai:

« En tentant de ne pas être trop babillard, je vais vous donner ma réflexion sur la contagion. Je ne crois pas qu'il s'agit de coquecigrue, la contagion est une possibilité bien réelle. Je pense par contre que cette contagion est plutôt de contact. Ainsi, même s'il faut agir avec cautèle, je ne pense pas que la quarantaine de tous à l'extérieur d'Esseroth soit utile. Ainsi je pense que tous ceux qui n'y ont pas pénétré pourront passer sans condition. Pour ma part, je laisserai ici la dague qui a touché la corruption. Elle n'a touché aucun de mes atours, donc ne les a pas souillés. »

Puis tout en regardant l'oiseau que Egregor avait en main.

« Les échantillons divers ramassés ne devraient pas, à mon sens, traverser l'enceinte d'Esseroth. Les analyses diverses devraient se faire ici... En ce qui concerne ceux qui ont traversé la zone, on pourrait improviser ici un abri pour leur permettre de se nettoyer, et de porter des vêtements n'ayant pas été en contact avec la corruption en portant une attention toute particulière aux chaussures. Leur permettant ensuite d'entrer dans la cité. » Ayant fait mon rapport en un premier temps et ma réflexion dans un second, j'attendis l'opinion des autres.

Jorus ne voulant sûrement pas se retrouver seul sur les collines nous rejoignit aux portes d’Esseroth, et élabora ses théories semblables aux miennes au sujet de la contagion.

Je fus surpris de voir que Silmeria avait aussi traversé le portail, elle semblait tellement heureuse dans cette zone dévastée.
(Étrange femme. )

Elle ne partageait aucunement l’avis des autres au sujet de la corruption. Je devais avouer que son raisonnement tenait la route. Étant resté à l’extérieur de la corruption, je n’avais ressenti aucune tentative de corruption. Par contre, je n’étais pas de son avis au sujet de ses échantillons recueillis. Je pensais qu’ils ne devaient pas entrer à l’intérieur de la cité.

Yliria se rangea de l’avis de Silmeria, expliquant que le processus n’était pas instantané et qu’il était possible d’y résister. Dracaena partageait l’opinion des deux aventurières et suggérait de cesser de spéculer sans y apporter des preuves.

Xël ne fit aucunement mention de la possible contagion de la corruption, il répondit plutôt à la question de Silmeria. Il lui répéta qu’il croyait que l’origine se trouvait dans la grotte où ils l’avaient trouvée. Il était persuadé que le Sans-Visage était toujours vivant et envisageait de visiter trois lieux différents sur Aliaénon.

Après nous avoir tous écoutés patiemment et après avoir consulté Egregor du regard, Simaya prit la parole. Elle était consciente que nous devions être prudents quant aux possibles risques de contagion de la corruption, tout en évitant de tomber dans la paranoïa. Ainsi, elle nous annonça qu’elle ferait appel à Aetheris. Elle ne nous en dit pas plus en quoi il pouvait nous être utile, mais seule la prononciation de son nom fit arracher un grognement à Egregor.

(Il s’agit sûrement d’une espèce de sorcier qui détecte la corruption.)

Tout comme je l’avais suggéré, elle interdit l’entrée de tout objet corrompu. L’analyse des échantillons se feraient où nous étions, une tente y serait érigée à cet effet.

J'approuvai du chef les décisions d'Egregor et de Simaya en ce qui concernait la corruption.

En ce qui la concernait, elle ne pouvait plus attendre, elle désirait se rendre dans ladite grotte et souhaitait que nous l’accompagnions tous.

Puisqu’elle désirait partir sur-le-champ, je lui fis part immédiatement de mes intentions:

« Je pars avec vous vers la grotte, Simaya. »

Je déposai au sol, la dague qui m'avait servi à gratter la corruption.
Puis me tournant vers les autres.

« Puisque Xël nous a affirmé que la source était très puissante et qu'il y serait resté sans la présence de sa compagne d'aventure, je pense qu'il serait sage que nous y allions en grand nombre. »

Simaya s’approcha du rempart, leva son regard et murmura quelques mots que nous ne pûmes entendre. Bizarrement, le garde là-haut, l’avait entendu puisqu’il leva son pouce en l’air en signe d’acquiescement.

De mon côté, ce furent mes sourcils qui s’étaient relevés de surprise.

Eaeria nous expliqua ce qui venait de se passer. Cet homme là-haut était leur guetteur et il jouissait des sens surdéveloppés : vue, ouïe et odorat. Un atout indéniable pour le poste qu’il occupait. Le collègue à ses côtés n’était pas en reste puisqu’il pouvait communiquer par télépathie à tous les esserothéens présents dans la cité.

(Il faudra vraiment que je visite cette ville en compagnie d’Eaeria dès la mission terminée...cette ville me fascine de plus en plus.)

Egregor, Lysandre et Earia ne nous suivraient pas dans la grotte, s’occupant plutôt d’organiser une éventuelle évacuation, ainsi que de mener à bien les expérimentations.

Puis, les portes s’ouvrirent afin de laisser le passage à un homme portant des paniers remplis de vivres divers et alléchants.

Ce dernier, doté d’yeux rieurs, d’un sourire espiègle portant des cheveux en bataille se terminant à la nuque, nous convia à nous servir de la nourriture qu’il nous apportait.

Alors que Akihito discutait du revers de la médaille de posséder ces sens sur développés arguant que cela pouvait même en devenir une plaie, je l’écoutai à peine, distrait par ce qui se passait sous mes yeux : Eaeria qui se précipitait en direction d’Aethéris.

Je ne pus cacher une grande déception et une moue surprise lorsque je la vis sauter sur la bouche de l'aubergiste. Cependant, ma bonne humeur revint rapidement lorsque je vis Lysandre et Egregor faire de même. Même si ce dernier ne semblait pas du tout enchanté d'accomplir ce « rituel de retrouvailles »

Une fois de plus, ce fut Earia qui éclaira nos lanternes. La salive de cet homme s’avérait un remède à tous les maux possibles. En partageant sa salive, nous nous assurions d’être décontaminés. Si leur manière de faire nous déplaisait, il pouvait verser de la salive dans un flacon ou directement dans notre bouche. Malgré son air sympathique, je ne pouvais me résoudre à utiliser leur méthode.

Akihito présenta une gourde vide à Aethéris. Silmeria fit de même, mais avec une fiole, prétendant par contre ne pas utiliser cette salive pour elle, mais pour faire des expériences sur les objets corrompus. Xël pour sa part, n’hésita pas une seconde à partager sa salive avec l’aubergiste, imité par Jorus quelques secondes plus tard. Dracaena déclina poliment l’offre salivaire de Aetheris et Yliria pour sa part, s’en éloigna.

Pendant que Eaeria expliquait les vertus de la salive de Aetheris, je m'étais approché d'elle.

Je lui parlai à voix basse, signifiant ainsi que je ne m'adressais qu'à elle. Sachant bien que l'un des gardiens entendrait tout et qu'il pourrait en être de même pour quelqu'un doté d'une ouïe fine dans le groupe. Mais j'espérais que si c’était le cas, qu'ils sauraient respecter mon désir de pudeur.

« Je serais plus rassuré si je pouvais être décontaminé. Mais j'avoue qu'embrasser Aetheris me met mal à l'aise. Et j'ai peur que de le voir cracher dans ma gourde me dégoûte. »

J'hésitai un moment puis je repris, d'une voix qui se voulait douce et charmante. .

« Puisque vous avez sûrement encore de sa salive dans votre bouche, accepteriez-vous de me le partager dans un baiser ? »

J’avais fait cette requête sans arrière-pensée espérant de ne pas me mériter une gifle ou l’attaque de l’une de ses orbes lumineux.

Voyant que peu d’entre nous avait accepté de recueillir sa salive à même sa bouche, Aethéris nous rassura qu’il n’y avait rien de sexuel ni de romantique à ce geste. Il rajouta qu’il exprimait son affection autrement, et personnellement, je préférais ne pas le savoir.

Puis Egregor expliqua a Silmeria qu’Athéris était bien le seul à posséder ce pouvoir. Comme il me l’avait expliqué lors de notre discussion sur le dos du pachylaire, les pouvoirs arrivaient au hasard sans raison apparente.

Je reportai mon attention sur Eaeria qui n’avait pas encore répondu à ma demande. Il prit d’abord le temps de répondre à Dracaena, que le voyage lui avait plu, et qu’elle était plus rassurée au sujet de ses pouvoirs et l’en remercia.

Lorsqu’elle se tourna enfin vers moi, je sentis la nervosité monter en moi, mais je tâchai de ne pas le faire paraître.
D’une voix toute sensuelle, elle refusa le baiser demandé afin de ne pas risquer de se faire corrompre de nouveau, et elle rajouta aussitôt qu’elle aurait accepté, si je m’étais décontaminé avant, me suggérant de vaincre la corruption.

Mon sourire s’élargit, mes yeux devinrent pétillants et je sentis mon désir s’épanouir et prendre plus de place. Je ne m’en inquiétai guère, sachant que mes vêtements s’avéraient suffisamment amples pour ne rien dévoiler de mes pensées. Puis, me gratifiant d’un clin d’œil, elle rajouta :

« Ne vous méprenez pas, cependant : ça sera purement romantique et sexuel. »
Ses paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Tout en détachant l’une de mes gourdes de ma ceinture, je lui répondis rieur :

« Vos arguments sont plus que convaincants… accordez-moi quelques secondes. »

Je me dirigeai sans tarder vers Aetheris, lui tendant ma grande gourde magique :

« Je prendrais bien une bonne dose de votre salive, s’il vous plait. »

L’esserothéen s’exécuta sans tarder. Je le remerciai, puis tournai immédiatement les talons en direction de ma future belle dulcinée, tout en ingérant toute la dose de salive que je venais de recevoir. Puis rangeant ma gourde à ma ceinture, je ramassai un des cristaux que j’avais ramassé à notre voyage et le tendis à Eaeria.

« Voici un éclat de cristaux que j’ai recueilli suite à une explosion lors de notre avancée sur le pachylaires. J’aimerais que vous le fassiez analyser afin de savoir s’il possède des facultés particulières. Et s’il vous plait, et si son analyse révèle qu’il n’est pas nocif, je vous en fais cadeau. »

Après lui avoir offert, je lui rendis à mon tour un léger clin d’œil et lui répondis de ma plus belle voix de ténor.

« Voilà, je suis purifié de toute corruption, j’aurais bien aimé avoir un avant-goût de vos baisers avant de partir... mais je ne vous force pas la main, c’est à vous de décider si vous pouvez vous retenir jusque-là. » Terminai-je tout en souriant, en y ajoutant une pointe d’humour sincère, dépourvue de vanité ou d’harcèlement de ma part.

Une fois qu’elle aurait accepté ou non ma délicate requête, je traversai le portail à la suite de Silmeria.



(((Mathis dépose sa dague contaminée au sol
- Fait remplir sa gourde par Aethéris
- Demande un avant gout a Eaeria
- Remet 1 cristaux des collines onirique à Eaeria
- Traverse le portail avec Simaya,
Jeux de mots : s’ébaudir, babillard coquecigrue, cautèle, atours, )))

Avatar du membre
Akihito
Messages : 250
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 14:26

Re: Esseroth

Message par Akihito » jeu. 1 déc. 2022 17:32

Dans le chapitre précédent...

Evénement : Cauchemar en Aliaénon.

10 : Panacée gluante.

C'est avec une certaine déception qu'Akihito ne vit pas Yliria exploser de colère, ou au moins remettre à sa place Jorus. C'aurait pu être un beau point de départ pour que le rêve s'arrête. Mais non : elle resta polie et se contenta de pointer du doigt la stupidité de Jorus, ce qui était déjà une bonne chose en soi. Presque trop... Sensé, venant de "La terreur de la mort" en personne.

« Je vais retourner à Esseroth. Je vois mal ce qu’on peut faire de plus ici. On a vu ce que la corruption fait. Elle cherche à corrompre l’esprit et c’est sans doute une fois qu’elle y est parvenue qu’on devient comme ces oiseaux. L’important maintenant, c’est de trouver comment la détruire. »

... Puis vint la vague de refus arriva. Concrètement tout le monde voulait rentrer à Esseroth, à l'exception de Lysandre qui était partant pour rester à proximité en soutien. Peut-être qu'il se sentait coupable de son impuissance lors du combat d'hier ? Alors que tout le monde se dirigeait vers le portail qu'avait invoqué Xël -certains comme Dracaena ramenaient même des oiseaux corrompus avec eux-, il tapota sur l'épaule de l'homme-oiseau.

« Aucun intérêt que nous deux soyons les seuls isolés ici, Lysandre. »

Derrière eux, ils laissèrent Kaar dont les amis Pachylaires ne pouvaient emprunter le portail de l'aéromancien, trop petit. Il n'allait pas avoir de mal à retrouver le chemin, de toute façon.

Ils se retrouvèrent de nouveau proche d'Esseroth, devant ses portes mêmes. Ce qui impressionna une nouvelle fois Akihito sur la commodité d'un tel pouvoir, en plus de le faire douter une nouvelle fois : était-il vraiment dans un rêve ? Ce réveil était plus long que les autres et pour l'instant, aucune incongruité majeure n'était survenue. Bon, il y avait bien ici et là des réactions bizarres ou des paroles incongrues, mais rien de farfelue : pas de pachydermes roses volants à haut de forme, pas de Valyus descendant finalement pour qu'ils échangent leurs sous-vêtements. Là, il n'y avait que SImaya qui accourait finalement vers eux en prenant des nouvelles, et elle semblait s'être remise de sa fatigue passée.

« La corruption avance bel et bien, venant de la Lande Noire, et pourrissant toute vie sur son passage. Si les esserothéens pourraient y résister, cela détruirait la cité sans aucun doute. La consumerait d’ombres, comme l’est ta région d’adoption. Xël a une hypothèse là-dessus, liée au Sans-Visage et à sa grotte… Aucun de ceux ayant pénétré la corruption, et c’est mon cas, ne doit pénétrer Esseroth. Le risque d’une corruption est trop grand. »

(... Bon, y en a quand même un paquet, des réactions bizarres.) pensa l'enchanteur en roulant des yeux. Selon Egregor, la corruption était comme une maladie qui pourrait se propager dans la ville. Il se basait sur quoi ? Sur les délires de Jorus ? Effectivement, c'était une des possibilités. Mais c'était tout aussi probable que le total contraire, puisqu'elle n'avait aucun fondement. Il s'avança nonchalamment, saluant au passage la blonde magicienne.

« Pas que je sois très convaincu par votre histoire de contagion, mais admettons que ce soit le cas. Alors plus personne ici ne peut entrer dans Esseroth. Si la simple présence d'un visiteur de la corruption peut contaminer d'autres personnes, nous sommes donc tous potentiellement malades. Même vous, dame Simaya. »

Il jeta un nouveau regard aux alentours. Et jusqu'ici, personnes semblait vraiment se soucier de quoi mettre dans leur bouche dans les jours à venir. Ca parlait de jouer les aventuriers et d'aller dans des grottes perdues au milieu d'un territoire souillé mais pour prévoir la base, il n'y avait plus personne.

« Et quoi qu'on fasse, il va bien falloir trouver des vivres. Monte-charge depuis les murs ou déposés à l'entrée de la ville, comme vous voulez, mais sinon le repas de ce midi risque d'être frugal. »

Mathis, lui, déclara que ses analyses et estimations donnaient tout au plus une semaine à Esseroth avant que cette dernière ne soient atteinte par la corruption à son rythme actuel. Le mal ne semblait pas non plus venir du sol, puisque ce dernier était contaminé à mesure que les ombres avançaient. Deux remarques intéressantes... Qui furent suivis d'une autre qui l'était beaucoup moins selon Akihito.

« En tentant de pas être trop babillard, je vais vous donner ma réflexion sur la contagion. Je ne crois pas qu'il s'agit de coquecigrue, la contagion est une possibilité bien réelle. Je pense par contre que cette contagion est plutôt de contact. Ainsi, même s'il faut agir avec cautèle. Mais je ne pense pas que la quarantaine de tous à l'extérieur d'Esseroth soit utile. Ainsi je pense que tout ceux qui n'y ont pas pénétrer pourront passer sans condition. Pour ma part, je laisserai ici la dague qui a touché la corruption. Elle n'a touché aucun de mes atours, donc ne les a pas souillé. »

Découragé, il ne prit pas la peine de répondre et laissa Jorus abonder dans son sens. La contagion était une POSSIBILITE, par contre sa propagation son contact était elle peu probable ? Tout ça ne se basait sur rien de concret. Et on ne parlait pas d'un petit rhume qui pouvait infecter une partie des habitants, mais d'une catastrophe capable de raser la ville entière. C'était un mélange improbable d'hypothèses extrapolées et de mesures à moitié efficace.

(Quitte à envisager le pire des scénarios, autant prendre toutes les mesures nécessaires, bon dieu.)

(J'avoue qu'une partie de leur raisonnement m'échappe à moi aussi.)

(Tiens Amy, t'es de retour ?)

(C'est pas comme si je pouvais quitter la Kizoku sur Aliaénon, rappelle toi.) grincha la Faëra. (Mais bon, on dirait que tu as pour toi l'avis d'Yliria et Silmeria. Ou Hrist, je sais pas trop qui est aux commandes.)

(Elle parle d'expériences à mener sur des pigeons corrompus et a appelé Corne d'Or par son nom et pas par quelque chose de type "Papatte" ou "le gros chat".)

(Mmh. Hrist ?)

(Hrist,) confirma l'Ynorien. Si les arguments de Silmerist au sujet de Corne d'Or qui s'était jeté dans la corruption malgré son instinct étaient un peu plus logiques aux yeux de Akihito, ils se basaient quand même sur l'interprétation du comportement d'une bête sauvage. Une bête sauvage qui avait 'reconnu leur valeur', et Akihito n'était pas sûr si c'était une preuve d'intelligence ou non à la vue de comment c'était déroulé le combat.

La semi-shaakte exprima elle son accord avec l'Hinïonne, avant d'aller dans le sens de son ami.

« Je comprends ton inquiétude, mais tu extrapoles avec rien de plus qu'une idée infondée. Suffit de voir comment évolue la corruption pour se rendre compte qu'une contagion n'a pas de sens avec sa manière d'agir. Ce n'est pas une maladie, ça ressemble à une lente gangrène. Le plus sage aurait été de ne pas y entrer à la base, de toute façon...

- Je pense que l’origine de la corruption vient de la source de magie du Sans-Visage, dans cette fameuse grotte où nous t’avons retrouvé. Je pense qu’il est encore en vie et qu’il a trouvé un moyen d’être assez puissant pour vaincre les Titans et que ce qu’il a trouvé le corromps. »

Et voilà qu'arrivait Monsieur Aliaénon. Xël, de par son expérience, semblait vraiment être la clé de compréhension pour déchiffrer ce nouveau monde, et il semblait finalement se rendre compte de ce rôle. Déjà avant d'ouvrir le portail, il avait expliqué un peu plus en détail ce qu'était cette fameuse grotte, même si lui ne semblait pas vraiment savoir ce qui s'y trouvait exactement.

« Je pense que l’origine de la corruption vient de la source magique du Sans Visage, qu’il n’est pas mort et qu’il a trouvé un moyen de se rendre plus puissant pour vaincre ses ennemis de toujours, les Titans. Cette source ressemble à une immense sphère et se trouve dans une caverne au milieu de la Lande. C’est un endroit où il y réside une puissance que je ne peux pas vous décrire. Je peux simplement vous dire qu’à proximité de cette sphère j’ai cru que mon corp allait exploser, c’est Sibelle qui a dû m’en sortir. On y entends aussi une petite voix, nous poussant à protéger le lieu et ce qu’il dissimule. Une voix qui a réussi à faire plier l’esprit de Simaya. »

« J’ai conscience que vous pouvez vous sentir perdus si vous n’êtes jamais venu et je suis disposé à répondre à vos questions si vous les posez avec des mots que je peux comprendre … Aussi je sais que vous ne tenez pas à ce qu’on se sépare mais voilà les différents lieux où j’aimerais jeter un oeil pour en apprendre plus sur la corruption. Elscar’loth, c’est une cité au coeur de La Lande Noire, peut être que les sorciers qui vivent là-bas peuvent nous en apprendre plus si la corruption ne l’a pas encore atteinte. Nagorin, je veux savoir si la corruption qui s’échappait du Temple s’étend de la même manière et si ils ont trouvés des solutions à ce problème. Enfin… Arothiir, c’est là-bas que j’ai réussi à entrer en contact avec le Sans-Visage la première fois, peut-être que je pourrais le faire à nouveau… »

Ce fut quelque chose qui fit plaisir à Akihito : c'était tout de suite plus simple quand celui qui avait les informations se rendaient compte qu'il pouvait les partager et qu'il pouvait aussi donner un sens, une direction au groupe. Finalement, le dernier membre du groupe prit la parole, en la personne de l'Oudio; et il rejoignit le groupe qui pensait qu'il n'y avait
probablement pas de contagion possible et que si c'était cas, il fallait prendre plus que des demi-mesures. Le tout dans une longue tirade propre au personnage dont la langue était bien pendue et décidément pas en bois.

Simaya reprit donc la parole et apporta un peu de bon sens pour son compatriote, après avoir pris des nouvelles de Kaar.

« Dites-moi, où est Kaar ?

- Il va bien, il ramène les Pachys.

- La prudence est de mise, je crois que tout le monde est d’accord là-dessus. Mais pas la paranoïa. Pour ceux qui voudraient entrer en ville, ou être certains de n’être pas contaminé, nous pouvons faire appel à Aetheris. Aucun de vos objets corrompu ne devra entrer dans la ville, en revanche. Un laboratoire portable pourra être installé ici, sous tente pour mener les recherches sur ces… choses noires. Quant à moi, il est hors de question que je reste un instant de plus ici. Je dois me rendre dans cette grotte au plus vite, surtout s’il y a une possibilité de lien avec cette corruption. Je ne crois pas qu’il soit pertinent de nous séparer. À moins que certains aient des compétences vraiment spécifiques en analyse de décrépitude ou en organisation d’évacuation d’une ville en situation de crise, je crois que vous devriez tous m’accompagner. Ou vous rendre à Elscar’Olth, comme le suggérait Xël. Mais ensemble. »

Elle se tourna ensuite vers les remparts, et sembla parler à voix basse près de celles-ci, bien trop bas pour que quiconque puisse l'entendre. Pourtant, un pouce fut brandit au dessus des remparts, comme en signe d'acquiescement. Une réponse à ce mystère fut vite donnée par Eaeria.

« Notre guetteur : ses sens sont décuplés. Vue, ouïe, odorat. Impossible que quoique ce soit passe à des lieues de la ville sans qu’il s’en aperçoive. Et à son côté, un télépathe relié à tous les esserothéens présents en ville. De quoi faire passer aisément des messages, individuels ou de masse.

- Votre guetteur peut tout entendre ou voir sur une si grande distance ? Ca doit être une plaie au quotidien d'entendre des dizaines de conversations et autres goualantes. Ou de sentir les latrines de tout Esseroth ? De quoi débagouler sec, commenta l'Ynorien : un pouvoir aussi pratique pouvait aussi être un lourd fardeau.

- Je resterai ici pour organiser l’évacuation et diriger les expérimentations. Lysandre, Eaeria, j’imagine que vous en ferez de même ? »

A la question d'Egregor, les deux concernés hochèrent la tête. Comme l'avait avoué la jeune femme avant de quitter les collines oniriques, elle n'était pas vraiment une aventurière par essence et serait plus à l'aise auprès de son peuple et de son.. Evacuation. Une solution que Akihito trouvait un peu précipité s'ils avaient une semaine pour agir, mais s'ils n'arrivaient pas à arrêter la corruption d'ici là... Chaque heure d'avance serait précieuse, sans aucun doute.

Des portes de la ville, une silhouette solitaire émergea, deux lourds paniers chargés de victuailles. La peau sombre de l'homme et ses cheveux immaculés lui rappelaient quelque part Yliria, le sourire narquois en moins.

« Alors, on a besoin d’un aubergiste ? Je vous ai apporté de quoi subsister. Vous m’en direz des nouvelles. »

(... Et les baisers langoureux en moins également,) pensa pour lui l'enchanteur quand il vit avec surprise Eaeria se jeter au cou du nouvel arrivant pour l'embrasser longuement, et avec beaucoup de passion. Une passion non partagée visiblement, puisqu'après de longues secondes, ce furent au tour de Lysandre puis d'Egregor -ce dernier avec une certaine réticence- d'embrasser à leur tour l'aubergiste. Et le tout trouva une réponse parfaitement 'logique'.

« La salive d’Aetheris soigne tous les maux : blessures, fatigue, maladies. Une panacée universelle à notre portée. Allez-y, si vous craignez d’être contaminé. Enfin, si l’embrasser vous gêne, il peut toujours vous baver dans la bouche, ou dans un flacon pour que vous le buviez ensuite. »

(Je te JURE que tu n'es plus en train de rêver.)

(Ton argumentaire manque de poids, ma chère.) répondit Akihito en regardant le ballet de langues qui se déroulait devant lui. Une réponse qui fit partir une Amy exaspérée dont la présence disparue de l'esprit du jeune homme. Maintenant, alors que Simaya demandait à la cantonade qui allait partir et où, l'Ynorien s'intéressa d'abord à la salive plus qu'intrigante d'Aetheris.

« Votre salive a des propriétés surprenantes, Aetheris. j'en ai pas besoin pour l'instant, mais sait-on jamais... Vous pourriez m'en bailler un peu ? »

L'Esserothéen s'exécuta sans sourciller, remplissant sa gourde magique en partie ainsi que la fiole d'Hrist qui souhaitait l'inclure dans ses expériences avec la corruption. Parmi les autres aventuriers, Xël et Jorus prirent l'initiative d'être embrassé, bien que pour le premier cela paraisse inutile aux yeux d'Akihito, comme ce dernier n'avait vraisemblablement pas été au contact de la corruption. Yliria, sans surprise, refusa de le faire. De même pour Dracaena, qui assura avoir toujours un cadeau de la part de l'aubergiste. Sans doute s'étaient-ils déjà croisé la veille. En revanche, Mathis semblait moins emballé par l'idée... Et tenta une approche pour le moins audacieuse avec Eaeria.

« Puisque vous avez sûrement encore de sa salive dans votre bouche, accepteriez-vous de me le partager dans un baiser ?

- Vous voudriez que je prenne le risque de me faire corrompre à nouveau pour une tentative vouée à l’échec ? Je n’aurais pas dit non, si vous aviez purgé tout mal de votre corps. Peut-être si vous réussissez à vaincre cette corruption ?

- Vos arguments sont plus que convaincants… accordez-moi quelques secondes. »

(Heu... Gné ? il se passe quoi là ?)

Ces deux là s'étaient rapproché quand ? Pendant la nuit ? Puis Akihito se rappela qu'il était dans un rêve et que c'était sans doute l'élément déclencheur qui allait tout faire basculer dans la folie. Foutu pour foutu, il se tourna vers Xël qui essuyait sa bouche d'un revers de main.

« Tu marques un point, Xël. J'ai aucune foutu idée de ce que je dois faire ici, ni de ce que sont les lieux que tu viens de dire. Alors pour le moment, je vais m'en remettre à ton jugement et te laisser m'envoyer où tu penses que je serai le plus utile. Tu sais ce dont je suis capable. Par contre, comme on est pressé par le temps je sais pas si c'est une si bonne idée que ça de tous se suivre. Vous suivre avec Dame Simaya pour au final juste être spectateur d'une conversation ou d'un lieu dont les tenants et les aboutissants m'échappe, autant être utile autre part plutôt que jouer le pot de fleur.

- Je te vois mal prier un Dieu que tu ne connais pas et Nagorin est une cité interdite d’accès. J’ignore pourquoi j’ai eu plusieurs passe-droit, j’admets que j’espère pouvoir encore en profiter. Il reste Elscar’loth mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée de t’y envoyer seul. Allons à la grotte comme le propose Simaya. »

Une proposition qui fut accueillit par tout le monde qui décida d'emboucher le pas au mage. Chacun y alla de ses propres adieux et remerciements, notamment l'Oudio et la maîtresses des orbes de lumière qui semblaient eux aussi avoir noués des liens plus solides -ce qui était plus logique, puisqu'il avaient passé tout le trajet en pachy ensemble. Silmerist s'intéressa elle à la présence d'autres Esserothéens avec des propriétés curatives comme celles de l'aubergiste, ce qu'Egregor réfuta.

Jetant un oeil à la fiole de salive à la main de l'Hinïonne, il se fit la réflexion que cette dernière était probablement magique : une identification de cette dernière pourrait donner un aperçu plus précis de ses propriétés et donc de l'utiliser plus efficacement. Mais il reporta son analyse à plus tard, en voyant le bellâtre Kendran sortir un cristal de magie trouvé dans les collines. Maintenant qu'il y pensait, il l'avait bien vu en ramasser un aussi quand il avait exploser le cristal avec son fluide de lumière.

« Voici un éclat de cristaux que j’ai recueilli suite à une explosion lors de notre avancée sur le pachylaires. J’aimerais que vous le fassiez analyser afin de savoir s’il possède des facultés particulières. Et s’il vous plait, et si son analyse révèle qu’il n’est pas nocif, je vous en fais cadeau.

- C'est sans danger pour eux, Mathis, intervint Akihito en sortant son propre morceau. C'est basiquement de la magie d'Aliaénon condensée, brute. Et comme apparemment, y a que nous qui pouvons y faire appel... Pour Eaeria, ça ne sera rien de plus qu'un cristal qui agrémentera ses atours, sauf si Esseroth a un moyen de les raffiner et les rendre utilisables. Et ça m'intéresserait plutôt si c'est le cas. »

De son côté, Simaya invoqua un portail similaire à ceux de Xël et s'y engouffra, invitant ce dernier à la suivre. Peu désireux de gâcher l'éventuel médicament universel qu'il avait dans sa gourde, il se rapprocha une nouvelle fois de l'aubergiste et tendit la main après avoir piocher allègrement dans les paniers de provisions qu'il avait apporté.

(C'est dégueu, mais c'est un rêve,) se rassura le mage.

- Vous pouvez me redonner un peu de votre salive dans ma main ? Je dois tester quelque chose. »

Une le liquide vaguement transparent et gluant dans la main, il se concentra dessus avant d'annoncé à Xël :

« Si on en a fini d'être babillard et de faire des badauderies, je suis prêt quand tu es prêt. »



-----------
Analyse magique de la salive de Aetheris.
Récupères X provisions.
Passe le portail à la suite de Xël.

Mots placés : atour, babillard, badauderies, bailler, débagouler, gouallantes.
Modifié en dernier par Akihito le lun. 5 déc. 2022 18:22, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Jorus Kayne
Messages : 254
Enregistré le : ven. 21 déc. 2018 20:30
Localisation : Sur un navire en partance pour Eniod, normalement

Re: Esseroth

Message par Jorus Kayne » jeu. 1 déc. 2022 22:03

Esseroth VIII


Rejoindre Esseroth ne me plaît pas. Je crains trop que nous puissions la corrompre et ravager ainsi toute la cité et ses habitants. Pourtant, nombreux sont ceux qui veulent y retourner. Même Yliria, rejointe par Egregor, cherchent à me dissuader de m’y aventurer seul dans un milieu aussi hostile. Pourtant, le mage de sang prend ma mise en garde au sérieux. S’il semble déterminé à rejoindre la cité, il limitera les contacts au maximum.

"Si vous prenez garde à mes craintes, je prends garde aux vôtres et vous suis !"

Ainsi, notre exploration des lieux se termine et Xël nous ouvre un passage retour. Même Lysandre et Akihito qui prévoyaient de rester sur les lieux n’en feront rien. A notre retour, nous retrouvons Simaya en meilleure forme, devant les portes d’Esseroth. Egregor confirme les propos de l’éclaireur, avec cependant des craintes avérées plus sombres. Il fait mention de la grotte du Sans-Visage, dévoile la carcasse du corbeau, puis ordonne que ceux ayant pénétré dans la zone de corruption, ne doivent pénétrer dans la cité. Des propos repris par l’oranais, bien que doutant un peu de cette possibilité. Il pousse cependant l’interdiction à pénétrer en ville à tout le monde présent, même Simaya, de crainte que nous l’ayons contaminée. Le blondinet rejoint également l'idée, mais privilégie une contagion par contact direct. Néanmoins, il détaille une vérification sur place à l’aide d’une dague et explique que la contagion ne vient pas du sol. Pour ce qui est des éventuels tests et analyses, il estime qu’il faudra les réaliser hors de la cité. Cependant, il faudra faire cela rapidement, car il estime que nous n’avons qu’une semaine avant que la zone contaminée n’atteigne Esseroth.

J’écoute les propos avec attention, avant de moi-même prendre le relais.

"J’ai la même impression concernant la contagion. Un simple contact suffirait à contaminer. Cependant, nous ne pouvons nous permettre de nous tromper. Je pense que tous ceux qui ont été présents ne doivent pas entrer en contact avec qui ou quoi que ce soit de la cité. Le lieu où nous nous trouvons doit être surveillé de très près, même après un éventuel départ. Si la contagion devait reprendre à cause de notre présence ici, Esseroth devra être évacuée immédiatement !"

Je tourne mon regard vers Mathis avant de poursuivre.

(C’est parce qu’il est d’accord avec toi que c’est plus un blondinet ?)

"Si effectivement nous ne disposons que d’une seule semaine pour agir, nous ne pouvons nous permettre d’attendre ! Certes, des informations supplémentaires seront la bienvenue, mais nul ne sait quand nous les obtiendrons. Préparez un exode en dehors de la cité, rassemblons des vivres et préparons-nous mettre fin à ceci dès que possible !"

Puis je porte mon attention sur Simaya.

"Vous vouliez explorer une grotte si je ne m’abuse ? Si j’ai vrai dans mes craintes de contagion, notre retour ne pourra se faire qu’au terme de la corruption. Un potentiel voyage sans retour pour ceux qui s’y rendront !"

Si mes craintes semblent avoir touché l’esprit de certains, ce n’est pas le cas de tout le monde. Silméria évoque le comportement de Corne d’Or pour étayer l’hypothèse qu’il n’aurait pas pénétré à l’intérieur, s’il avait senti un éventuel danger de contamination par la suite comme je l’imagine. Puis elle désigne les oiseaux corrompus, étant restés sur le territoire ravagé. Enfin, après avoir murmuré quelque chose au mage de sang, elle clame des expériences à faire et l’importance de ne pas pique-niquer à l’extérieur. Je n’ai que faire des propos de cette femme. Là où ça fait le plus mal, c’est qu’Yliria la rejoint !

"Je suis d'accord avec Silmeria. Le processus n'est visiblement pas instantané et on peut y résister et donc empêcher la corruption. Une quelconque forme de contagion est improbable. Si cela avait été le cas, les oiseaux touchés auraient répandu la corruption partout déjà, or elle avance toujours de la même façon et ils restent dans son sillage. " Puis elle se tourne vers moi. "Je comprends ton inquiétude, mais tu extrapoles avec rien de plus qu'une idée infondée. Suffit de voir comment évolue la corruption pour se rendre compte qu'une contagion n'a pas de sens avec sa manière d'agir. Ce n'est pas une maladie, ça ressemble à une lente gangrène. Le plus sage aurait été de ne pas y entrer à la base, de toute façon..."

De son côté, Xël confirme son souhait de se rendre dans la grotte, d’où proviendrait la source de magie du Sans-Visage. Il le pense en vie, qu’il a trouvé un moyen de vaincre les Titans, mais au prix d’une corruption de son être. Mais plus encore que ce fameux lieu, il désire se rendre vers d’autres endroits : Elscar’loth, la cité au cœur de la Lande Noire, où les sorciers pourraient avoir percé quelques secrets sur la corruption, Nagorin, d’où une autre corruption s’échappait d’un Temple, voir si elle se propage de la même manière et s’ils ont trouvé une solution, ainsi que Arothiir, lieu de son premier contact avec le Sans-Visage.

L’oudio rejoint le groupe de ceux-qui-ne-pensent-pas-que-l’on-risque-de-contaminer-la-ville, argumentant sur l’absence de créature contaminée hors de la zone en question. Je n’écoute déjà plus ce genre de propos.

(Je comprends pas ! Qu’y a-t-il de mal à rester dehors pour éviter une éventuelle corruption ? Ils tiennent tant que ça au confort d’une auberge qu’ils préfèrent risquer une ville entière, juste parce que c’est peu probable ?)

(Je doute de toute manière que vous resterez aussi longtemps, vous n’avez qu’une semaine pour trouver une solution !)

(Oui et bien ce n’est qu’un problème à résoudre, on doit toujours trouver par qui, comment le Titan de la magie a été tué et ce qu’il ou elle compte faire à l’avenir. La seule chose dont je suis sûr, c’est que si le groupe continue à penser de la sorte, je vais pas me prendre la tête bien longtemps et chercher de mon côté !)

(Je comprends ce que tu dis, mais ce n’est pas un peu extrême comme raisonnement ? Si tous pensent ainsi, qui sera là pour les convaincre que c’est une mauvaise idée ?)

(Mmmm…je suis pas complètement convaincu, mais d’accord. Avec eux, c’est comme si je pissais dans le vent, mais je te préviens, si le vent se retourne contre moi, je décarre illico avant de m’en prendre plein la tronche !)

Contrairement au groupe opposé à ma mise en garde, je porte attention à quelques individus en particulier, comme Egregor dont le délai d’une semaine lui semble particulièrement court. Quant à Simaya et à la crainte de contaminer la ville, elle propose de faire appel à Aetheris. Cette seule évocation provoque un grognement de la part du mage de sang qui m’interpelle autant qu’il m’inquiète. Elle poursuit en ordonnant cependant qu’aucun objet corrompu ne doit cependant pénétrer l’enceinte de la ville et pour ceux qui voudront faire des expériences, un laboratoire portable sera mis en place ! Alors qu’elle apprend que Kaar arrive avec nos montures, je m’interroge sur l’étrange pouvoir derrière le côté portatif d’un laboratoire.

(Je crois que le dernier que j’ai vu, ça devait être dans la Tour d’Orsan. Le premier était aussi dans une tour. Comment on peut…déplacer une tour ?)

(C’est pourtant évident ! On commence d’abord par sortir un pion ! On peut aussi sortir un cavalier, mais on reste bloqué par le fou.)

(… ?)

(Je t’expliquerais un jour…ou pas. Te connaissant, il faudrait l'éternité pour apprendre juste les bases !)

Je suis tiré de ma conversation interne par Simaya qui ne compte pas rester ici plus longtemps.

"Quant à moi, il est hors de question que je reste un instant de plus ici. Je dois me rendre dans cette grotte au plus vite, surtout s’il y a une possibilité de lien avec cette corruption. Je ne crois pas qu’il soit pertinent de nous séparer. À moins que certains aient des compétences vraiment spécifiques en analyse de décrépitude ou en organisation d’évacuation d’une ville en situation de crise, je crois que vous devriez tous m’accompagner. Ou vous rendre à Elscar’Olth, comme le suggérait Xël. Mais ensemble."

Puis elle murmure quelque chose en fixant le haut des murailles, avant d’expliquer qu’ils disposent d’un duo doté pour l’un de sens aiguisés et l’autre de communiquer sans parler avec qui il le souhaite. Parfait pour transmettre des messages rapidement.

Alors qu’Egregor explique rester ici pour préparer l’évacuation de la ville et diriger les expérimentations, Lysandre et Eaeria faisant de même, les portes s’ouvrent, laissant sortir un homme les bras tenant des paniers. Tandis qu’il explique qu’ils sont remplis de vivres, Eaeria se précipite à lui pour l’embrasser goulûment. Un frisson me parcourt le dos au souvenir de mon rêve, jusqu’à ce que l’homme en question se désintéresse d’elle pour faire de même avec Lysandre qui s’est approché de lui. Ma surprise atteint son paroxysme lorsque Egregor fait de même, bien qu’il donne l’impression de traîner les pieds.

"La salive d’Aetheris soigne tous les maux : blessures, fatigue, maladies. Une panacée universelle à notre portée. Allez-y, si vous craignez d’être contaminé. Enfin, si l’embrasser vous gêne, il peut toujours vous baver dans la bouche, ou dans un flacon pour que vous le buviez ensuite." Explique Eaeria.

Simaya se tourne finalement vers Xël pour lui annoncer qu’elle est prête à partir. Akihito décide de s’en remettre à Xël pour la prochaine destination, demandant au préalable un peu de bave dans sa gourde. Mathis se joint également au groupe, en laissant la dague qui lui a servi à gratter le sol. Si Silméria s’intéresse aux propriétés curatives de la salive sur la corruption, Xël s’en va profiter à son tour du pouvoir en question, en opérant de la même manière que ses prédécesseurs. Pendant que tous prennent des décisions, la mienne est déjà prise depuis bien longtemps. Je prends cependant le temps de répondre à Yliria au sujet de mes craintes qu’elle pense infondées.

"Je suis assez d'accord, ma supposition ne repose sur rien, mais rien de tangible ne me contredit non plus. Concrètement, soit j'ai tort et je passe pour un con en nous faisant rester dehors, soit j'ai raison et on évite un carnage ! Le choix a vite été vu et je suis pas à ça près !" Ce à quoi elle répond que ce n’est pas stupide, mais juste peu probable.

Une fois que Xël a terminé son traitement, je hausse les épaules en regardant les autres dégoûtés.

"Bof, j'ai déjà fait pire !" Avant de me joindre pour subir un lavage buccal à mon tour. Je tiens cependant à mettre les choses au clair. "En général, je suis bourré lorsque j'embrasse des hommes. Donc il faudra qu'on s'en mette une pleine tête à l'occasion."

"Sachez quand même qu’il n’y a rien de romantique ou sexuel à cela : c’est purement pratique. Vous n’avez pas idée de comment j’exprime mon affection." Réplique-t-il après m’avoir appliqué son traitement.

(Voilà qui attise ma curiosité !)

Puis, vérifiant que je n’ai rien de coincé entre les dents, après être passé derrière tant d’individu, je me tourne vers Xël demandant quand nous partons. Finalement, peu auront accepté de subir le traitement proposé. En ce qui concerne le départ, il se fait immédiatement, à la demande de Simaya. J’en profite donc moi aussi pour faire le plein de bave et remplir mon estomac.

"Je vous conseille de vous restaurer autant que possible. On ne sait pas quand nous auront la possibilité de manger, ni même si nos vivres resteront intacts dans la zone !" Puis prenant de quoi me sustenter, je me tourne vers Aetheris, avec une gourde en main. "Si certains sont réfractaires à votre salive, ils le seront certainement moins si elle leur permet d’éviter la mort. Si vous êtes d’accord, pourriez-vous remplir autant que possible nos gourdes de votre salive ?"

Une fois que cela est fait, je replace ma gourde, vérifie que tout mon équipement est prêt et ramasse un des paniers de vivres. Je me dirige ensuite vers Egregor :

"Je concède que mes craintes sur une propagation sont injustifiées et peu probable, moi-même je l’admets, cependant le doute n’est pas permis au vu de ce qui pourrait attendre Esseroth. Surveillez bien cette zone et agissez en conséquence. Je sais que vous ferez au mieux pour le bien de vôtres !"

Suite à cela, je m’empresse de disparaître à mon tour au travers du portail.

(Activez le téléporteur Scotty !)

(Mais qu’est-ce que…non, oublie. Je veux même pas savoir !)

Avatar du membre
Xël
Messages : 252
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 14:50

Re: Esseroth

Message par Xël » ven. 2 déc. 2022 21:41

Le passage du portail se passe sans encombre. J’ai toujours une légère crainte qu’un jour il y ait un accident. Qu’il s’ouvre trop haut, ou en plein dans un mur, dans le terrier d’une bête sauvage. Ce n’est pas le cas ici, nous apparaissons devant les portes de la cité où Simaya vient vite nous rejoindre pour demander des nouvelles. C’est Egregor d’un air maussade qui lui fait un compte rendu de ce que nous avons découvert, dévoilant l’oiseau mort et l’informant sur ma théorie. Elle me jette un regard curieux tandis que le mage de sang conclue ses explications en lui faisant part du risque d’une contagion venant de ceux exposés à la corruption, ouvrant une conversation animé entre tout le monde. Je m’en désintéresse pour expliquer mon point de vue à Sim’.

« Je pense que l’origine de la corruption vient de la source de magie du Sans-Visage, dans cette fameuse grotte où nous t’avons retrouvé. Je pense qu’il est encore en vie et qu’il a trouvé un moyen d’être assez puissant pour vaincre les Titans et que ce qu’il a trouvé le corromps. »

Je soupire avant de m’adresser plus largement aux aventuriers. Espérant attirer leur attention afin de rapidement poursuivre notre but, éviter une catastrophe.

« J’ai conscience que vous pouvez vous sentir perdus si vous n’êtes jamais venu et je suis disposé à répondre à vos questions si vous les posez avec des mots que je peux comprendre … Aussi je sais que vous ne tenez pas à ce qu’on se sépare mais voilà les différents lieux où j’aimerais jeter un oeil pour en apprendre plus sur la corruption. Elscar’loth, c’est une cité au coeur de La Lande Noire, peut être que les sorciers qui vivent là-bas peuvent nous en apprendre plus si la corruption ne l’a pas encore atteinte. Nagorin, je veux savoir si la corruption qui s’échappait du Temple s’étend de la même manière et si ils ont trouvés des solutions à ce problème. Enfin… Arothiir, c’est là-bas que j’ai réussi à entrer en contact avec le Sans-Visage la première fois, peut-être que je pourrais le faire à nouveau… »

Mes paroles semblent être écoutés car le feuillu déclare vouloir accompagner l’Esserothéenne dans la grotte comme il l’avait promit. Elle prend alors la parole pour calmer les craintes et apporter un peu de raison. Elle cite le nom d’Aetheris, quelqu’un que je ne connais pas, qu’Egregor ne semble pas apprécier et qui peut à priori avoir un effet sur un eventuelle contamination. Elle propose de monter un laboratoire devant la cité et une fois rassurée sur l’absence de Kaar elle annonce sa volonté de vouloir se rendre dans la grotte et rappelle son conseil de ne pas nous séparer. Elle fait ensuite signe à des hommes sur les remparts tandis qu’Egregor annonce rester à Esseroth pour organiser les recherches et une possible évacuation, accompagné par Lysandre et Eaeria.

Sortant de la cité, un type à l’air narquois, à la peau grise et aux cheveux blancs nous apporte des paniers chargés de vivres. Il se présente comme l’aubergiste et se vante de sa nourriture avant qu’Eaeria ne lui saute à la bouche pour l’embrasser. Puis c’est au tour de Lysandre et même de … Egregor. Je ne peux retenir un sourire et un haussement de sourcil surpris avant d’avoir les éclaircissements d’Eaeria.

« La salive d’Aetheris soigne tous les maux : blessures, fatigue, maladies. Une panacée universelle à notre portée. Allez-y, si vous craignez d’être contaminé. Enfin, si l’embrasser vous gêne, il peut toujours vous baver dans la bouche, ou dans un flacon pour que vous le buviez ensuite. »

Boire de la bave au goulot, voilà une idée qui me dégoûte. Akihito me défait de ma grimace écoeuré en proposant de se rendre où il pourrait être plus utile. Puis j’écarquille les yeux quand il tend sa gourde à Aetheris pour la remplir de bave. Je lui réponds une fois le dégoût passé.

« Je te vois mal prier un Dieu que tu ne connais pas et Nagorin est une cité interdite d’accès. J’ignore pourquoi j’ai eu plusieurs passe-droit, j’admets que j’espère pouvoir encore en profiter. Il reste Elscar’loth mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée de t’y envoyer seul. Allons à la grotte comme le propose Simaya. »

Je me tourne alors vers elle.

« Je t’accompagne. Laisse moi un instant. »

Je me dirige d’un pas décidé vers l’aubergiste.

« Permettez ? »

Je l’embrasse à mon tour, en profitant pour me défaire de ma fatigue due à mon portail avant de plaisanter.

« Vous allez faire beaucoup de jaloux. »

Je récupère des vivres que je mets dans mon sac avant de rejoindre Simaya qui visiblement à convaincue tout le monde de l’accompagner. Je la laisse ouvrir un portail tandis que je donne un dernier conseil d’un air grave.

« Vous allez vraiment ressentir la magie pulser dans vos veines. Gardez votre calme et ne jouez pas aux idiots. »

Je me lance alors à la suite de Sim’.

Avatar du membre
Silmeria
Messages : 191
Enregistré le : sam. 5 janv. 2019 11:39

Message par Silmeria » sam. 3 déc. 2022 01:13

Nous venions tout juste d'apparaître devant Esseroth que déjà, Simaya sortait par la grande porte pour venir à la rencontre de notre expédition, rejoignant immédiatement Egregor qui se traînait jusqu'à elle, la mine basse, limite vaincu par ce dont il venait d'être témoin. Il présentait un des oiseaux morts, lui annonçant qu'ils étaient porteurs de corruption et contre toute attente... Il marqua une pause et sans équivoque, s'opposa à ce que tous ceux qui étaient en contact avec la corruption soient maintenus hors de la ville.

N'écoutant que ma stupeur, je m'approchais de lui, le toisant d'un regard aussi surpris que circonspect.


" Vous n'avez pas remarqué ? Cornedor n'a pas hésité à entrer dans la corruption pour tuer le taureau, il était encore en train de consommer sa chair quand nous sommes partis. Un animal doté d'un si bon flair ne serait pas rentré dans la corruption si ça avait mis sa meute en danger. De plus. "

Il fallait le mettre en confiance sans pour autant l'offenser, il avait peur pour les siens, sa ville, ses amis, sa famille peut-être, jamais il ne voudrait connaître pareil sort que Simaya.

" Ces oiseaux corrompus sont restés liés à la corruption, jusqu'à preuve du contraire vous n'en avez jamais vu ailleurs ? Les animaux corrompus sont très certainement liés a la corruption en elle même. C'est pourquoi ceux qui ne sont pas entrés dans ces volutes noires n'ont pas ressenti la moindre tentative de possession. "
Je préférais procéder par étapes afin de lui faire comprendre que son excès de prudence allait nous coûter un temps précieux et que pendant que nous serions dehors, sans possibilité d'établir un quartier général fixe, nous ne ferions que nous disperser davantage.



" Vous l'avez senti vous aussi. Cette emprise... ces crochets qui ont glissés sur votre esprit sans pouvoir le corrompre. Et maintenant, vous laissez votre détermination se corrompre, non pas par cette présence dans l'ombre mais par l'ignorance d'un propos non réfléchi. "


Je lui présentais mes oiseaux. J'aurai aimé les ouvrir afin de voir si leur intérieur était corrompu ou s'il ne s'agissait que d'un sort psychologique, se contentant de prendre possession de l'être tout en épargnant sa vie car incapable d'animer un corps mort.

" J'ai une série d'expériences à faire pour mieux comprendre la corruption, j'aimerai bien ne pas perdre de temps à pique-niquer dehors. ''

Mais mes propos furent mis de côté, ensevelis par une avalanche de questions, de propos offusqués ou de demandes diverses, Egregor submergé annonça tout de même que les oiseaux corrompus n'entreraient pas dans la ville mais qu'il pouvait faire monter un laboratoire de fortune afin qu'on puisse y étudier ces spécimens afin d'en savoir davantage sur ce qui avait transformé ces oiseaux, probablement normaux au demeurant en orbes d'ombre flottant avec langueur au dessus de la déferlante de corruption.

La Shaakte en vint même à prendre mon parti, je dois reconnaitre ne pas avoir anticipé pareille chose, mais il fallait remettre le contexte, j'alimentais tant de haine à l'égard des Shaakts que j'ai souvent eu tendance à croire que dès que j'en croisais un, celui-ci partageais ma rancœur et mon amertume. Celle-ci ne semblait pas particulièrement apprécier qu'on lui interdise l'accès à la ville. Elle essayait même de faire entendre raison au responsable de cette suspicion soudaine chez Egregor.

Xël à son tour, pris parole pour mentionner une nouvelle fois le sans-visage, sa grotte, la Lande-morte-où-tout-est-mort-sauf-la-mort ce qui nous avançait pas beaucoup plus. J'avais l'impression de tourner en rond, d'abord on quitte les collines pour venir ici, maintenant on quitte dans la foulée Esseroth pour aller trouver un Sans-visage absent depuis des plombes et présumé mort par la terre entière. Concernant la solidité du plan, j'émettais quelques réserves dans un silence agacé.

" Bon, on lui demande qui c'est, le sans-visage ? Parce que là j'y vois pas plus clair que dans le cul d'un Shaakt.
"Beh en tout cas, on va bien se faire foutre avec la réponse d'Aigre-gor-le-Castor. En même temps, tout le monde lui tombe dessus pour lui demander quelque chose. "
" Sûr que s'il avait autant de bouche que de sourcils à froncer, il pourrait répondre à tout le monde. "

Un nouveau personnage entre alors en lice, les bras chargés de victuaille, arborant l'air ravi du conquérant victorieux de retour parmi les siens. Et quant à la suite, j'avais l'impression d'être témoin d'un de ces fantasmes farfelu de Silmeria sur sa façon de percevoir le monde et les gens autour d'elle.

(" Heeu... ")
(" Mais... Quoi ? ")
(" Alors... Autant madame je veux bien... Mais là. Noooon ? Il va pas... ")
(" Si, on dirait qu'Egregor aussi. ")
(" Ahahaha... Attends. ")
(" Il lui bave carrément dans le gosier là. ")
(" Mais... C'est sa langue qu'on devine sous la joue de... Machin ? ")
(" Aetheris.")
(" Asmermix")
(" Magimix. ")
(" Non mais vraiment, on est en train d'assister à ce que je crois ? ")
(" Oui oui, ils sont en train de se languer comme des crasseux ")
(" Ooooh, il se détachent enfin. ")
(" Rho... Egregor a les lèvres brillantes de bave... Je ne pourrai plus jamais imaginer le prendre au sérieux maintenant. ")
(" Ils doivent être sacrément bons, ses casse-croûtes pour que tout le monde lui suce la glotte en remerciement. ")
(" Ah mais noooon, écoutez la dame. La salive d'Asmermix est un antidote à beaucoup de maux qui ravagent ce monde. Pas étonnant qu'ils en avalent un bon pichet par peur de la corruption. ")
(" Je préfère encore la corruption.")
(" Plutôt embrasser Karsinar. " )
(" Regarde, Aki-chou lui propose sa gourde. On pourrait lui donner une fiole histoire de voir si ça peut servir ? ")
(" Pour mélanger à la corruption ? Histoire de voir comment ça réagit ? ")
(" On pourrait faire tellement plus d'essais, est-ce que la corruption récupérée pourrait continuer de corrompre les plantes, les animaux, les hommes. Mais je trouve ça étrange qu'ils aient une si grande confiance en ses talents de... Guérisseur pour ce qui est de les débarrasser de la corruption, sinon Egregor aurait fait mander Aetheris sur le champ plutôt que de nous empêcher de rentrer en ville.")
(" Asmermix ! ")
(" Non ! Magimix ! C'est lui qui a cuisiné le miam !")

Ignorant pour l'instant les moqueries de mes âmes-soeurs, j'offrais à Aetheris une main tendue à laquelle une fiole vide s'offrait à lui, lui demandant de verser sa précieuse bave à l'intérieur tout en le priant de ne pas en mettre à côté. Il s'éxécuta et me demanda d'un air gênant si j'étais sûre de ne pas en vouloir une pour moi. A qui pensait-il que cette fiole était destinée ? Restait à savoir si je mènerai mon expérience à bout ou si je la garderai pour moi si jamais la corruption venait à prendre le dessus. Celle du supposé Sans-visage ou celle des Sylphes.

Dans la foulée, je demandais à Egregor ce qu'il en était de ce pouvoir unique, comment un peuple pouvait privilégier le bien être d'une personne au profit de toute sa population. A Omyre, il aurait été enchaîné dans la Tour Noire sous la protection des Treize - tout est relatif question nombre - et sa vie se résumerait à baver dans des élixirs pour effacer les maux qui accablaient le monde. Le voir gambader sans surveillance m'hérissait le poil. Pire encore, Egregor confirmait qu'il était le seul à être doté d'un tel pouvoir, ce qui rendait son existence plus précieuse encore. Cependant, il spéculait de façon étrange, prétextant que son fluide curait toute contagion et que la corruption en faisait bien parti, pour peu qu'elle soit contagieuse. Et dix minutes plus tôt, il m'emmerdait, moi et moi oiseau mort, nous interdisant de rentrer en ville.

Je sentais la colère monter en moi, les Sylphes de nouveau déversaient leur fiel sur la terre autour de moi, j'avais envie de cligner en haut des murailles et y écraser la fiole de corruption pour voir si il avait toujours une confiance si aveugle en son précieux camarade mais...

Maiiiiis ! C'était à mon tour de prendre le contrôle. C'est toujours comme ça, Hrist s'énerve, elle s'enivre de colère et puis... Perd pied et je prends le relais. C'est toujours plus amusant quand je suis présente... Je voyais Xël se préparer à ouvrir un portail comme il l'avait fait plus tôt, il était déjà là à nous annoncer le départ. Mais vers où ?

Je ne sais pas où je vais, mais une chose est sûre, c'est que j'y vais. Je sentais déjà qu'on allait bien s'amuser. J'époussetais la robe des Sylphes d'un coup de revers de la main, mon humeur plus légère fit s'évanouir le flux de miasmes qui en découlait. Presque à sautiller sur place, attendant le portail, mon estomac noué me rappelait bien vite qu'il était vide depuis la veille et qu'il fallait remplir ma besace de quelques victuailles que je piochais, alternant ces pains ronds et dorés dans lesquels se trouvait viande juteuse et légumes huilés, quelques fruits secs et des bandelettes de viande séchée.

(" Tiens... C'est pas Sissi qui a cuisiné... On va pas frôler la mort aujourd'hui. ")


-----------------

Accompagne la troupe par le portail.
La petite plume de la Mort.

Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
Au milieu des cercueils,
Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


Avatar du membre
Yliria
Messages : 391
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 18:57
Localisation : À la fin d'une Ere

Re: Esseroth

Message par Yliria » sam. 3 déc. 2022 02:00

<< Précédemment


Finalement, et à ma grande surprise, tout le groupe traversa le portail nous ramenant devant les murailles d’Esseroth. Seuls Kaar et Lysandre resta pour ramener les pachylaires Je jetai un dernier regard à Kaar qui avait pourtant voulu nous accompagner, mais les choses étant ce qu’elles étaient, mieux valait qu’il ne vienne pas. Je le saluai avant que le portail ne se referme, espérant que rien ne lui arrive d’ici à ce qu’il revienne.

(Tu tiens à lui alors que tu le connais à peine. C’est… étonnant.)

Je ne relevai pas. Kaar et les gens d’ici n’étaient pas comme les yuiméniens. Leur mode de vie, leur monde, tout était différent et ils semblaient, lui en tout cas, plus naïfs, moins informés des horreurs réelles que le monde pouvait recéler. Je n’avais bizarrement pas envie qu’il les découvre. Je soupirai et me sortis ça de la tête. Il fallait se focaliser sur l’essentiel. Et, présentement, l’essentiel consistait en une recherche à l’aveugle pour trouver la source d’une corruption dont on ignorait tout… même en enquêtant dans la Mer Verte on avait plus d’éléments…

En quittant le portail, Simaya, visiblement en meilleure forme que la dernière fois que nous l’avions vu, vint à notre rencontre et s’informa des derniers événements. Rien d’encourageant, hélas, mais au moins nous avions eu quelques réponses. Restait à savoir si elles seraient utiles ou non… S’ensuivit alors un débat concernant l’idée de Jorus et la contagion de la corruption. Et on ne devait pas rentrer dans la ville, et Mathis qui pensait que c’était qu’au toucher, alors que Jorus pensait qu’il fallait éviter le moindre risque. Seule Silmeria apporta un argumentaire que je pouvais accepter.

- Je suis d'accord avec Silmeria. Le processus n'est visiblement pas instantané et on peut y résister et donc empêcher la corruption. Une quelconque forme de contagion est improbable. Si cela avait été le cas, les oiseaux touchés auraient répandu la corruption partout déjà, or elle avance toujours de la même façon et ils restent dans son sillage.

Je tournai mon regard vers Jorus. Je n’avais rien contre lui, mais on était en permanence en train d’avoir des idées contraires. Je ne voulais pas qu’il croit que je lui en voulais ou je ne savais quoi d’autre.

- Je comprends ton inquiétude, mais tu extrapoles avec rien de plus qu'une idée infondée. Suffit de voir comment évolue la corruption pour se rendre compte qu'une contagion n'a pas de sens avec sa manière d'agir. Ce n'est pas une maladie, ça ressemble à une lente gangrène. Le plus sage aurait été de ne pas y entrer à la base, de toute façon...

- Je suis assez d'accord, ma supposition ne repose sur rien, mais rien de tangible ne me contredit non plus. Concrètement, soit j'ai tort et je passe pour un con en nous faisant rester dehors, soit j'ai raison et on évite un carnage ! Le choix a vite été vu et je suis pas à ça près !

- Ce n'est pas stupide en soit, simplement peu probable vu ce qu'on sait.

(Ça va vachement éviter qu’il pense que t’as quelque chose contre lui.)

(Oui bon… j’étais pas d’accord et le suis toujours pas. Je vais pas faire semblant d’être ravie de ses idées alors que je les trouve ridicules…)

La voix de Xël interrompit toute réponse qu’Alyah aurait pu avoir et je l’écoutai d’une oreille attentive.

- J’ai conscience que vous pouvez vous sentir perdus si vous n’êtes jamais venu et je suis disposé à répondre à vos questions si vous les posez avec des mots que je peux comprendre … Aussi je sais que vous ne tenez pas à ce qu’on se sépare mais voilà les différents lieux où j’aimerais jeter un oeil pour en apprendre plus sur la corruption. Elscar’loth, c’est une cité au coeur de La Lande Noire, peut être que les sorciers qui vivent là-bas peuvent nous en apprendre plus si la corruption ne l’a pas encore atteinte. Nagorin, je veux savoir si la corruption qui s’échappait du Temple s’étend de la même manière et s’ils ont trouvés des solutions à ce problème. Enfin… Arothiir, c’est là-bas que j’ai réussi à entrer en contact avec le Sans-Visage la première fois, peut-être que je pourrais le faire à nouveau…

Encore une foule de noms d’endroits inconnus qui allait fallait découvrir à un moment. Au moins c’était un peu plus clair. Dracaena termina de parler de la contagion juste après et semblait lui aussi être d’accord sur le fait que tout ça ne reposait sur rien de bien concret. Au final, on n’allait pas rentrer dans la ville puisqu’on repartait aussitôt au vu de l’urgence de la situation. Régler ce souci en une semaine… je ne savais pas si c’était faisable.

Après que Simaya ait déclarer vouloir partir immédiatement, elle murmura quelque chose en se tournant vers les remparts, me laissant dubitative. Earia se chargea de nous expliquer qu’un de leur guetteur avait des sens surdeveloppés et qu’un autre pouvait converser parla pensée avec n’importe qui. Voilà qui était à la fois pratique et… un peu de la triche…

(Monde différent, moyens différent…)

Les portes s’ouvrirent un peu plus tard, laissant passer un individu aux cheveux blancs, au sourire narquois et aux bras chargés de vivres. Je me demandais s’ils s’agissaient des fameux pains poussant dans les arbres… puis oubliais de poser la question quand Earia se précipita vers lui et…

(Wahou ! Quelle galoche ! Prends en de la graine !)

Je soupirai sans parvenir à détourner les yeux du spectacle surprenant. Puis Lysandre l’embrassa à son tour et je haussai les sourcils avant de voir Egregor, très peu enthousiaste, faire de même. C’était quoi ? une tradition d’esseroth ? heureusement, Earia se chargea de nous donner des explications… étranges.

- La salive d’Aetheris soigne tous les maux : blessures, fatigue, maladies. Une panacée universelle à notre portée. Allez-y, si vous craignez d’être contaminé. Enfin, si l’embrasser vous gêne, il peut toujours vous baver dans la bouche, ou dans un flacon pour que vous le buviez ensuite.

Comment ça nous baver dans la bouche ? Ou dans une fiole ? Je ne pus retenir une grimace à l’idée et m’écartai imperceptiblement, encore plus lorsqu’Akihito alla demander un flacon de bave. Je le fixai d’un air dégoûté. Je crois que le voir embrassé ce type m’aurait moins perturbé. Xël et Jorus embrassèrent chacun le dénommé Aetheris et Silmeria et Mathis optèrent pour la potion de bave. Je m’écartai un peu avant de signifier clairement mon refus total de faire le moindre des trucs qu’ils proposaient.

- Je passe...

je me dirigeai alors vers Xël, Simaya et les autres, quand Alyah m’interpella, ricanant doucement, ce qui n’était jamais bon signe.

(Alors, apparemment, Akihito est encore en train de penser qu’il est dans un rêve.)

(Pardon ? Dans un rêve ?)

(Oui, comme celui que tu as eu toi aussi. Apparemment lui était dans une boucle infinie de moment réaliste bizarre et il pense encore y être.)

(Ah… ça explique la fiole de bave, j’imagine. Elle veut que je lui dise qu’il ne rêve pas ?)

(Si tu peux oui. Faut que tu fasses en sorte qu’il te croie)

Je me tournai vers Akihito pour le voir se faire baver dans la main par Aetheris et le fixai, incapable de ne pas grimacer. Je retournai auprès des autres. J’allais attendre qu’il ait fini de se faire baver dessus par un mec. C’était vraiment dégueu…

(Dis celle qui lui a bavé dans la bouche sur le dos d’un Sindel transformé en dragon…)

(Je ne lui ai pas bavé dans la bouche !)

(Tu penses que c’est un plan à trois du coup, vu que vous étiez sur le dragon qui était en fait Cromax ?)

Je grognai intérieurement et ignorai l’insupportable rire d’Alyah pour m’arrêter près de Simaya et des autres.

- Quand vous êtes prête...

Et elle le fut bien vite, ouvrant un portail et s’y engouffrant sans attendre. Je lui emboitai le pas, entendant la mise en garde de Xël sans avoir le temps d’y réfléchir avant d’avoir déjà à moitié passé le portail. Comment ça la magie va pulser dans mes veines ?

Avatar du membre
Dracaena Paletuv
Messages : 14
Enregistré le : mer. 7 sept. 2022 01:58

Re: Esseroth

Message par Dracaena Paletuv » sam. 3 déc. 2022 02:48

J'entendais les gens discuter de risque de contagion ou pas risque de contagion, et moi je me dis juste que c'est un peu mettre la charrue avant les bœufs de partir du principe que cette corruption se répandrait juste comme ça.

"Vous savez... Si s'te corruption était si contagieuse que ça... ou plutôt, si on pouvait être des sources de contagion, alors j'pense que ça serait le cas pour tous les êtres vivants ayant touché la dite corruption. Hors, on en a pas vu un seul en dehors, on a pas vu une seule tache d'ombre ou de ténèbres à l'extérieur de la zone maudite, ni même un peu de liquide dégueu noir ou même ne serait- ce qu'une trace d'une plume ou d'une branche influencée par la tout ça.

Même sans parler d'animaux se déplaçant, le simple vent, dans une région montagneuse comme ça, a du souffler branche et terre empoisonnée partout autour. Pourtant, rien.

Et effectivement, le gros toutou, vu son comportement, a probablement déjà fait de l'aller et du retour dans le coin. Et ptet que ses cornes bling-bling le protègent du "maaaaal", mais visiblement, il a pas l'air d'avoir été dérangé plus que ça.

Si vous voulez être sur, allez vous cherchez un cobaye adapté, faite lui un câlin, et voyez comment il réagit! Mais de toute façon, si les estimations sont bonnes, ont a visiblement pas le luxe d'attendre, et j'suis quasiment sur que, dans cette semaine restante, nous comme plein d'autre vont avoir à faire du va et vient dans le coin.

En un mot comme en cent: si l'éthique c'est qu'une suggestion à vos yeux , faites des test si vous voulez être sur que Esseroth sera sans danger si les gens ayant visité/touché/planté leurs racines dans la corruption peuvent la transmettre en dehors de cette dernière, ou alors acceptez le fait que faudra de toute façon mettre les mains dans ce foutoir pour en voir le bout. Mais surtout, ne spéculez pas sur du vide."


Ayant dit ce que j'avais à dire, je me désintéresse du reste du groupe en apercevant Simaya arrivant à nos cotés. Je me dirige dans sa direction, tout en gardant une certaine distance, de un pour pas faire paniquer les autres paranos, mais aussi parce que bon, pas sur que la madame soit très heureuse de me voir. Je me met à l'épeler.

« M'dame Simaya, content de vous revoir en meilleure forme. J'vous avait promis de vous accompagner à la grotte du Sans-Visage, si ma présence vous va, j'suis prêt à tenir mes dires! »


Pour moi, la question était déjà réglée: je suivrais Simaya la où elle ira, en tout cas, si elle se rendait bien la où se trouvait la potentielle âme physique d'une divinité. Après ça, à mon plus grand déplaisir apparu l'aubergiste dégueulasse, qui s'engagea dans une série d'échange de salive avec les locaux. J'savais que cette dernière était supposée soigner, mais ça restait toujours un peu déroutant de voir ces échanges de fluides. Je remarquai que Egregor-n'aime-pas-les-bisous-sur-le-corps était visiblement le moins fan du principe, mais celui qui y passa presque le plus de temps, ce qui me fit bien rire. L'empressement d'Eaeria, lui, m'inquiéta légèrement: est ce que ses sphères lui drainaient tant d'énergie que ça? Après ça, certain de mes compagnons décidèrent de profiter des propriétée curatives de l'aubergiste rejoignirent la cure baveuse du faux vieux.

"Z'avez définitivement des pratiques affectives particulières, chez les êtres de chair..." Dis-je d'un air légèrement amusé. Puis, je commençai à me diriger vers Simaya, tout en gardant la même petite distance de sécurité.

"Etudier cette corruption m'intéresse bien, mais je suis sur que les gens ici feront un meilleur travail que moi..."
Et je n'avais aucun problème à laisser bosser les autres à ma place et prendre connaissance le résultat de leurs recherches ensuite.
"De plus, quelque chose me dis qu'on comprendra bien plus comment fonctionne ce phénomène si l'endroit où l'on se dirige en est réellement la source. Et de toute façon, je l'ai déjà dis: j'vous accompagne, donc, j'attends votre signal et vos ordres!"
Je me tournai un petit moment vers l'aubergiste, essayant de lui adresser un grand sourire tout aussi narquois que le siens, bien qu'il ne devait pas réaliser qu'il s'agissait d'un sourire. Y mettant le ton, je dis:

"Et je n'aurais pas besoin de vos "fluides" pour le moment. Mais, j'ai toujours votre cadeau avec moi et je compte bien revenir vous donner mon avis sur son efficacité, comme promis."

D'un seul coup, une réalisation me frappa.

"Ah, en parlant de promesse, avant de partir, juste un instant!"

Je me dirigeais rapidement vers Eaeria, essayant tout de même de garder un peu de distance avec elle pour ne pas l'intimider.

"M'dame Eaeria, encore merci de m'avoir conduit jusqu'ici. J'bien compris que c'était pas prévu pour vous de sortir à la base, et z'avez du utiliser votre pouvoir un peu à contre cœur, j'm'en excuse. Mais, vous avez été cool avec moi, alors j'sais pas trop ce qui nous attends après, mais j'ai bien l'intention de rev'nir à Esseroth après, vous m'devez toujours une visite des monuments de la ville."

-J’ignore si j’ai ’coulé’ avec vous, mais ce voyage m’a plu, au final. Et l’usage de mes pouvoirs m’a rassurée, d’une certaine manière. Merci pour ça. »

J'avais essayé d'avoir le ton le plus amical et sympathique possible. J'étais pas un ingrat envers les gens gentil envers moi, et j'm'en voulais tout de même un peu d'avoir autant insister sur ses pouvoirs. J'savais pas trop quand est ce que je la reverrais, mais au cas où, autant laisser une bonne potentielle dernière impression. eT Et vu le sourire qu'elle me rendit, elle avait visiblement elle aussi eu envie de manifester de la sympathie. Et si mes remarques pouvaient l'aider à désormais ne pas brider son potentiel, je n'en étais que plus heureux.

Bien, très bien. J'aimais bien les gens comme ça.

Je pointai mes doigts dans la direction d'Eaeria, cherchant à faire un signe amusant, puis je retournai rapidement auprès de Simaya.

"Ayè, enfin prêt! J'attends vos ordres, patronne!" Dis-je d'un ton mi-enjoué, mi-déterminé.


Xel ouvrit le portail vers notre prochaine destination, et Simaya n'attenda pas une seconde avant de foncer dedans. Motivée par la peur, la colère, l'espoir ou une sacrée envie d'en finir avec tout ce foutoir, j'pouvais pas dire, mais au moins, j'pouvais palper la détermination. Moi, je savais ce qui me motivait: la curiosité, le désir d'avancer, la peur peut être? Mais surtout, suuuuurtout: la chance de voir quelque chose que peu de personne auraient pu voir: l'âme d'un dieu. Si je voulais me battre contre la nature, il me fallait en explorer les fondements des fondateurs!

J'emboitai le pas juste après elle, mon barda toujours sur moi, presque avec entrain. Je ne savais pas à quoi ressemblait ce qui se trouvait derrière ce portail, mais rien que de l'imaginer je sentais la chaleur de l'excitation monter en moi. Avec entrain, je me mis à meumeumer joyeusement une musique me passant par la tête. Ha, ils devaient tellement se dire autour de moi que j'étais naïf ou fou... Alors que tout ce que je faisais, c'était apprécier les petits plaisirs de la vie et ne pas laisser le reste me prendre le chou... Même si le petit plaisir était un organe divin et destructeurs et que le reste était un risque de mort ou perte de l'identité...

Ca, c'était juste un mardi mouvementé!

Répondre

Retourner vers « Aliaénon »