Commanderie d'Opale

Avatar du membre
Yliria
Messages : 255
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 18:57
Localisation : Au cœur des mers

Re: Commanderie d'Opale

Message par Yliria » dim. 4 oct. 2020 21:00

Intervention de Guilde pour Jorus

- Vous choisissez vos mots étrangement, Jorus Kayne, mais soit, vous souhaitez donc malgré tout faire partie des Danseurs d'Opale, j'en prends bonne note. Quant à votre supposition qu cet entretien suffit, je vous le répète, nous sommes avant tout un ordre martial. Sauf si vous êtes dotés d'aptitudes pouvant nous être utiles d'une autre façon, il nous faudra vous tester, bien entendu. Et pour vous répondre, je suis certaine que vous n'êtes pas envoyé par le clergé. Le simple fait que vous en fassiez l'hypothèse me suffit. Jamais le clergé n'engagerait d'humains, en premier lieu, et notre existence est, pour le moment, un secret qu'il ne partage pas, ce qui nous est fort utile et doit rester ainsi.

Elle porte sa main à son cou et sort un pendentif qu'elle retire avant de le présenter à Jorus. Fait d'argent, il prend la forme d'une demi lune accompagné d'une petite pierre ronde représentant une lune complète,mais éclipsée.

- Ceci est notre symbole, un moyen de nous reconnaître entre nous. Nous allons vous tester et, si vous réussissez le test, vous en obtiendrez un similaire en rejoignant nos rangs. Cela dit, je n'avais pas prévu de tester qui que ce soit aujourd'hui, aussi je vous demanderai simplement d'attendre jusqu'à demain pour passer notre test si vous le souhaitez toujours.

Elle reprend sa plume et la trempe dans son encrier toujours ouvert., se gardant pourtant de reprendre ses écrits.

- Je reste à votre disposition si vous avez d'autres questions. Je ne répondrai à aucune concernant le test cependant, vous devrez y faire face sans aucune autre préparation que votre forme actuelle. N'hésitez pas à faire un tour des lieux et poser des questions ou vous entraîner. Cet endroit vous est ouvert, Jorus Kayne.

Si Jorus pose encore des questions elle y répond avec diligence, sinon elle lui sourit et lui souhaite une bonne journée avant de se replonger dans ce qui semble être une longue, très longue lettre.

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 100
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Commanderie d'Opale

Message par Sibelle » mar. 6 oct. 2020 12:52

De celui qui part ou de celui qui reste, Sibelle avait toujours choisi la première option. Elle espérait ainsi s’éviter le vide ressenti à ses côtés dans les endroits familiers partagés avec le compagnon en question.

Si elle excellait dans les combats, il n’en était rien en ce qui concernait les relations humaines ou elfiques. Offrir un petit présent et une petite part d’elle-même, c’était tout ce qu’elle avait réussi à faire pour démontrer à Jorus qu’elle l’avait apprécié.
Elle partit donc sans un regard à l’arrière, quittant cet archipel d’îles tout en se dirigeant Nord-Est vers le continent le plus près qui s’avérait être Nirtim.

Prenant un rythme régulier de vol, comme elle l’aurait fait en marchant, elle s’éloigna des iles pour se retrouver au-dessus de l’océan, contemplant de haut l’immensité de celui-ci, prenant conscience du vide qui l’entourait et du petit espace qu’elle en occupait. Malgré son calme apparent, l’océan fourmillait d’activité et afin de l’observer davantage Sibelle choisit de voler tout juste au-dessus des flots. Sa vision acérée du rapace pouvait percevoir dans cette belle eau claire, les bancs de petits poissons filer à toute allure. Ce fut avec fascination qu’elle les surplombait, suivant même à quelques reprises leurs courses aléatoires sur quelques centaines de mètres pour ensuite reprendre la trajectoire de sa propre destination.

Puis peu à peu le ciel s’assombrit. Elle prit alors de l’altitude et vola au-dessus des nuages afin d’éviter la pluie ou encore pire, les orages. Volant paisiblement, sans aucune distraction, elle se perdit bien vite dans ses réflexions. Elle pensa d’abord à Azalée, sa première vraie amie, puis au détestable petit gobelin nommé Fenouil. Elle se remémorait avec un sourire la fois où elle avait pris le petit être vert en chasse. Ce dernier lui avait glissé entre les doigts et s’était faufilé dans l’auberge se cachant lâchement derrière un géant au pelage fauve : Sirat. Le gobelin avait avalé la clé qu’il avait volée. Sibelle était prête à l’éventrer pour retrouver l’objet, mais Sirat était intervenu prenant la défense du petit. Ce sacripant de créature verte avec son air naïf et ses gros yeux globuleux avait réussi, seul Yuimen sait comment, à enjôler l’humoran. Il s’en était suivi un combat régulier entre Sibelle et Sirat et ce dernier avait terminé vainqueur. Reconnaissant sa défaite, Sibelle lui avait offert une tresse de ses cheveux… tout comme elle l’avait fait à Jorus quelques heures plus tôt. Contrariée, elle lança un cri perçant.

(Pourquoi faut-il que je pense encore à lui… Je souhaite ne plus jamais le rencontrer. )

Le pensait-elle réellement ? Elle-même l’ignorait. Une chose était certaine par contre, c’est qu’elle en voulait à ce combattant qui l’avait ignoré insolemment et qui l’avait trahi pour faire copain-copain d’abord avec les harpies et ensuite avec la fillette-assassin. Il avait raison pourtant sur un point, il était préférable que leur destin réciproque s’éloigne à tout jamais. Et puis, la compagnie de Xël s’était avérée plus agréable pour la guerrière.

La nuit approchait et elle commençait à se sentir affamée et fatiguée. Les nuages s’étaient dispersés et offraient aux habitants de l’océan, un ciel étoilé. Volant de nouveau à basse altitude, Sibelle scrutait l’horizon à la recherche d’un lieu pour se poser.
Modifié en dernier par Sibelle le sam. 10 oct. 2020 21:45, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Jorus Kayne
Messages : 95
Enregistré le : ven. 21 déc. 2018 20:30
Localisation : Dans une belle merde sur Aliaénon

Re: Commanderie d'Opale

Message par Jorus Kayne » jeu. 8 oct. 2020 21:20

La Sindel prend acte de mon désir de faire partie des Danseurs d’Opale. En ce qui concerne ma supposition, elle précise qu’il s’agit d’un ordre avant tout martial et que c’est cette aptitude qui me sera utile, à moins d’un talent particulier exploitable.

(Oui absolument ! J’ai un humour…)

(Complètement incompris !)

(Rabat-joie !)

L’elfe grise poursuit en confirmant que je serais effectivement testé, même si elle doute que je fasse partie du clergé. Il aurait été idiot de clamer cette hypothèse haut et fort. Cependant la véritable raison est que l’existence de l’ordre est secrète même auprès du clergé. Avoir connaissance de son existence semble être un privilège pour moi qui ne suis pas Sindel.

Elle porte ensuite la main à son coup pour présenter un pendentif en argent, forant un croissant de lune associé à une pierre ronde en son coeur, semblable à une lune complète. Elle m’explique que ce symbole est celui de l’ordre que les membres utilisent pour se reconnaître. Ce n’est qu’après avoir réussi le test que j’en obtiendrais un également. Cependant, le test n’aura pas lieu ce jour même, me laissant patienter jusqu’à demain.

Alors qu’elle s’apprête à reprendre son travail, plume en main, elle prend le temps de me dire qu’elle reste disposée à répondre à mes questions, en dehors du test à venir. De plus, ce lieu m’est ouvert pour une éventuelle exploration ou de poser des questions à ceux qui y résident.

(Donc quelle est la suite ?)

(Dans un premier temps je vais demander où je peux dormir. Cette nouvelle vision des étrangers est assez récente et je ne voudrais pas rencontrer des arguments d’individus opposés en usant de leurs lames pendant que je dors.)

(C’est prudent.)

(Mais je voudrais savoir s’il y a un herboriste ou un alchimiste pour en savoir plus sur les plantes ici. Dans mon grimoire j’ai remarqué que beaucoup de plantes n’existent que dans certaines régions. Je pourrais le partager avec des herboristes des autres continents.)

(Pense également à te munir de quoi soigner tes blessures. Je ne parle pas de potions, mais de bandages, d’onguents et autres produits qui peuvent aider la guérison de blessures graves.)

(Ha oui, tu parles de la mésaventure dans la jungle avec Yürlüngür. C’est pas bête !)

Je me lève pour remercier la maître d’arme, mais avant de lui laisser la possibilité de reprendre le cours de sa tâche, j’ai quelques demandes à lui soumettre.

"Je vous remercie du temps que vous m’avez accordé et s’il y a bien une chose dont je rêve c’est une bonne couche ! D’ailleurs, savez-vous où je peux aller pour dormir en toute tranquillité ? Avant de m’en retourner hors de ce continent, je souhaiterais l’explorer un peu. Je suis un des rares non Sindel à avoir fouler le sol du Naora depuis des millénaires, je ne peux partir sans admirer les richesses de ce lieu. Dans cette optique, j’aurais également le désir de trouver quelques onguents et bandages pour le cas où quelques imprévus trouveraient place sur mon chemin. Cela peut attendre le teste, mais je souhaiterais également rencontrer un herboriste lorsque j’en aurais le temps. Je voudrais apprendre à me débrouiller avec ce qu’offre la nature !"
Modifié en dernier par Jorus Kayne le ven. 9 oct. 2020 21:09, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 100
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Commanderie d'Opale

Message par Sibelle » ven. 9 oct. 2020 03:00

Après une petite demi-heure de recherche, Sibelle aperçut au loin une île presque dépourvue de verdure et essentiellement conçue d’un groupe de rochers à fleur d’eau dans la mer. Fatiguée de cette journée de vol, Sibelle décida de s’y rendre sans tarder.

Ce ne fut que lorsqu’elle fut à proximité qu’elle remarqua tout en bas un navire échoué. Elle décida donc de s’y rendre afin de s’y reposer lorsqu’un cri particulier attira son attention. De l’autre côté du récif, un espèce de démon ailé volait à toute allure dans sa direction tout en émettant d'effrayants cris rauques. D’une taille bien supérieure à la sienne, cette créature à la gueule béante disposait d’une tête de dragon alors que son corps était celui d’un long lézard écailleux. Ses ailes membraneuses, apparentées à celles des chauves-souris battaient l’air à toute vitesse en direction de l’hippogriffe.

Sibelle ne mit pas longtemps à comprendre qu’elle venait de pénétrer dans le territoire de chasse de cette affreuse bête munie de nombreuses cornes pointues commençant à l’arrière de sa tête et parcourant son long cou.

Elle ne désirait pas terminé au creux de l'estomac du prédateur, mais il n’était tout de même pas question de rebrousser chemin. Dans l’état de fatigue dans lequel elle se trouvait, il pouvait s’avérer aussi dangereux de poursuivre son vol que d’affronter le démon ailé. Elle replia donc vivement ses ailes et piqua, nez baissé, vers l'épave espérant que la bestiole enragée n’eût le temps de la rejoindre.

Aussitôt atterrie sur le plancher de bois maculé de sang du pont du bâtiment, elle reprit sa forme d’elfe. Sans perdre une seconde, tout en courant, elle se fraya un passage parmi les débris, repoussant les toiles déchirés. Passant ensuite sous le grand mat cassé en son milieu, elle réussit à rejoindre la dunette. Mais au lieu de monter les marches pour s'y rendre, elle lui préféra la porte qui menait à la cabine du bâtiment. Aussitôt franchie, elle la referma d’un coup sec derrière elle et s’y adossa.

Pendant qu’elle reprenait son souffle et qu’elle laissait ses yeux s’habituer à la pénombre, elle tendit l’oreille, s’intéressant autant aux bruits intérieurs que ceux à l’extérieur. Ses pieds sur la marche supérieure de l’escalier, elle demeurait immobile, se concentrant sur les bruits de déplacement qu’elle percevait tout en bas, tentant d’en deviner l’origine en attendant d’y voir plus clair et s’y aventurer. Au bout d’une minute ou deux, elle déduisit que les légers couinements et les petits pas furtifs provenaient de rongeurs. Ses yeux percevant enfin les marches, elle allait les descendre lorsqu’un violent et inquiétant craquement des planches du pont parvint à ses oreilles. Il n’y avait pas de doute. Le lézard ailé venait de prendre pesamment place sur le pont du navire et cherchait l’hippogriffe. Si elle avait été au sommet de sa forme, Sibelle serait sortie de sa cachette et aurait affronté l’ennemi, persuadée de le vaincre. Malgré l’impulsivité et la témérité dont elle savait faire preuve, son expérience de combattante et la conscience de son état de fatigue, lui fit prendre la bonne décision. Elle resterait tapie dans un coin, le temps de reprendre des forces.
Modifié en dernier par Sibelle le lun. 12 oct. 2020 17:41, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 100
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Commanderie d'Opale

Message par Sibelle » dim. 11 oct. 2020 01:18

Tentant de faire le moins de bruits possible, sa dague dans la main droite, elle descendit lentement les cinq marches une à une, s’arrêtant au moindre grincement afin de tendre l’oreille et de s’assurer que son prédateur ne se manifestait pas.

Apeurés par sa présence, les premiers habitants de la cabine s’éloignèrent d’elle. Enfin, c’est qu’elle en déduisit puisque les bruits semblaient s’éloigner au lieu de se rapprocher.

Tout de même sur ses gardes, elle s’assit en tailleur, le dos contre un mur. Recouverte de sa cape, elle entreprit de méditer. Elle ne prit pas le risque de retirer besace, ni armure. Seule sa dague était à présent rangée et pendait à sa ceinture.

Bien qu’exaltant, le vol avait épuisé ses dernières forces. Quelques heures de repos s’avéraient donc nécessaires, voire même cruciales à sa survie.

Prenant de longues et profondes respirations, elle entra rapidement dans un état de transe propre à la méditation.

***
En colère, du haut du ciel, elle cherchait sa proie sans la trouver. Pourtant, ses yeux perçants scrutaient les hauts sommets du massif des Jumeaux. Elle pouvait distinguer le moindre relief, mais aucune trace de l’humoran. Puis, lasse de chercher, elle reprit de l’altitude et vola sans but, profitant simplement du plaisir de voler gouttant à ce précieux sentiment de puissance et de liberté.
***
Perplexe, Sibelle ouvrit ses yeux. Non seulement, il était rare qu’elle rêvât, mais ce rêve-là, elle l’avait déjà fait lors de sa dernière mission sur Aliaénon, lorsqu’ils s’étaient reposés dans une grotte, elle et Xël. La seule différence était le lieu de son exploration. Lors du premier rêve, elle survolait les landes alors que dans celui-ci, elle surplombait de gigantesques montagnes qu’elle avait reconnues : Les massifs des Jumeaux.

Si le premier rêve l’avait perturbée et avait annoncé sa capacité de voler, ce dernier l’intriguait par le lieu où il se déroulait. Certains disent que la nuit porte conseil. Sibelle ne croyait pas en ses balivernes, mais quoiqu’il en fût, elle connaissait désormais sa destination.
Sibelle fouilla dans sa besace et sortit les dernières réserves de nourritures qui lui restaient à savoir deux bouts de viandes séchées et un quignon de pain qu’elle dévora jusqu’à la dernière miette.

Puis décidée à reprendre la route, elle gravit les marches et ouvrit doucement la porte, espérant que le monstre ailé soit retourné sur ses rochers.

Avatar du membre
Sibelle
Messages : 100
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 00:32

Re: Commanderie d'Opale

Message par Sibelle » jeu. 15 oct. 2020 03:38

À peine avait-elle entrebâillé la porte et aperçut le démon ailé, que celui-ci se leva d’un bond. Elle la referma prestement, mais le monstre l’avait vu et s’était élancé vers elle. De sa corne acérée, il transperça violemment la protection de bois. Sa protubérance passa à quelques centimètres du visage de la guerrière et érafla son oreille droite. L’ayant sous les yeux, elle put remarquer qu’il s’agissait d’une pièce d’armure en acier. Elle ne poussa pas plus loin son inspection et préféra descendre de deux marches. La bête apparemment enragée n’en avait pas terminé avec l’elfe blanche. Elle secouait de toutes ses forces la porte, dans laquelle son arme était prisonnière, faiblissant ainsi son chambranle, la menaçant de céder.

Sibelle attendit patiemment le moment opportun son sabre de l’esprit en main gauche et son épée courte dans la droite.
Lorsque la porte finit par sortir de ses gonds, Sibelle se précipita à l’extérieur. Le gros lézard agitait rageusement sa tête d’un côté et de l’autre, la frappant tantôt contre le reste du mat central ou contre le bastingage dans le but de se débarrasser de ce gênant panneau de bois. Ces efforts ne furent pas vains puisqu’il finit par céder et éclater en morceaux.

Sibelle était une combattante aguerrie lorsqu’il s’agissait d’un adversaire humanoïde. N’ayant aucunement l’âme d’une chasseuse, elle se savait moins habile à contrer son vis-à-vis. Cela ne la décourageait pas pour autant. Guerrière dans l’âme, aucun ennemi ne lui faisait peur.
Avant qu’elle ne puisse esquisser le moindre geste, l’affreux lézard s’était retourné vers elle, lui faisant face, la bouche grande ouverte et les ailes déployées. D’une taille de plus de deux mètres, sa tête s’avérait inaccessible pour l’épée de la guerrière. Son long cou étant protégé par une robuste armure en plaque d’acier orné de pointes aiguisées, il ne restait plus que le poitrail à découvert. Avec rapidité Sibelle s’avança de quelques pas, sabre tendu visant le ventre de son vilain adversaire. Aussi rapide que sa rivale, le lézard déplia son cou et du bout de son museau ferré, il intercepta le sabre et l’envoya valser à quelques mètres plus loin.

Ambidextre, la guerrière disposait toujours d’une arme dans sa main droite, ce qui lui était d’ordinaire suffisant pour combattre un ennemi... sur deux pattes. Elle ne perdit pas une seconde et courut vers la bête, légèrement penchée vers l’avant, tenta d’atteindre de son épée le flanc de l’animal. Ce dernier esquiva à la dernière minute battant de ses larges ailes pour s’élever légèrement. Sibelle passa donc sous la bête qui à quelques mètres du sol, balança sa lourde queue qui happa la guerrière et la propulsa violemment dans les airs, subissant le même sort que son sabre, mais atterrissant malheureusement loin de celui-ci.

Tombant abruptement sur le dos, elle perdit le souffle quelques secondes. Heureusement, sa chute fut légèrement amortie par son bras gauche qui encaissa le choc et se fractura. La guerrière voulut se lever pour reprendre ses attaques, mais c’était sans compter sur la rapidité du monstre qui redescendit au sol tout en posant l’une de ses serres sur l’abdomen de la guerrière. Avant qu’il n’eut le temps d’approcher sa grosse gueule de sa victime, cette dernière profita de la proximité de son adversaire. Son bras droit libre et armé, Sibelle se servit de son épée pour trancher la patte griffée qui la retenait prisonnière. La patte se sectionna d’un coup, le sang gicla par jets de sang, rythmés par les battements cardiaques de la bête. Émettant un effrayant cri guttural, le lézard blessé s’envola pour poser sa patte valide en équilibre sur le garde-corps de la dunette.

Maculé de sang, le bras gauche plié contre sa poitrine, Sibelle se releva.

Elfe blanche contre bestiole ailée, les deux adversaires reprenaient leur souffle guettant son vis-à-vis, prêt à riposter à la moindre attaque. Ce fut le reptile qui reprit les hostilités se lançant à ailes déployées sur la guerrière. Son plan en tête, épée brandie devant elle, Sibelle demeura immobile jusqu’au dernier moment. Lorsque la bête fut juste devant elle, elle fit un pas de côté et abaissa son épée dans le but bien arrêté de lui trancher le bras. Mais la bête s’éleva légèrement et l’épée déchira plutôt son aile membraneuse. Ainsi handicapée d’une jambe et l’aile déchirée, la bestiole ne pouvait plus guère marcher, ni s’envoler. Elle demeurait toutefois menaçante. Demeurant à une certaine distance de la gueule béante et de la queue préhensile, Sibelle courut dans la direction opposée sur quelques dizaines de mètres. Détrompez-vous, la guerrière ne prenait pas la fuite. Elle tourna soudainement les talons et chargea le lézard handicapé. Tout au long de sa course, ses muscles prirent du volume, de la masse, de la puissance. Ses ailes prirent naissance dans son flanc, son nez se mua en bec et ses bras en serres. L’hippogriffe avançait rapidement sur trois membres, l’une de ses serres étant toujours amochée malgré le changement de forme. Que cela ne tienne, elle s’arrêta abruptement à la hauteur du lézard immobile et tourna rapidement sur ses sabots et tout en s’appuyant sur sa patte avant et s’aidant de ses ailes, elle décocha une violente ruade dans la monstrueuse gueule de son adversaire qui chuta lourdement sur le sol. Sans pitié, la fierté d’Azur enragée rua encore et encore par accès de colère, s’arrêtant seulement lorsqu’elle entendit le lézard lancer son dernier souffle.

L’hippogriffe prit le sabre en son bec puis s’envola à quelques mètres du bateau pour se poser sur un rocher à fleur d’eau. Reprenant peu à peu sa forme d’elfe, les dents serrées par la douleur, Sibelle fouilla dans son sac. Cherchant une fiole de soin, sa main s’arrêta sur un curieux objet légèrement collant. L’extirpant de sa besace, elle observa avec attention ce cristal rouge luisant et translucide qui avait une odeur de miel. Intriguée, elle le porta à sa bouche et constata qu’il avait le bon goût d’une sucrerie. Elle le suça et en ressentie un surprenant bien-être, constatant que son bras était miraculeusement guéri. Prudente et perplexe devant une telle magie, elle le retira de sa bouche, l’essuya et le rangea dans une petite bourse attachée à sa ceinture.

Du haut du bastingage du bateau, de nombreuses paires d’yeux noisette l’observaient. N’ayant aucunement conscience de ses observateurs silencieux, Sibelle se défie de son armure et de sa tunique et entreprit de sa laver de tout ce sang qui la recouvrait. Elle lava ensuite sa tunique, l’essora et l’étendit à côté d’elle. Puis, elle entreprit de nettoyer son armure. Enfin, elle s’allongea sur le dos afin de récupérer un peu.
Après une petite demi-heure, elle se leva, enfila son vêtement désormais sec et son armure. Lorsqu’elle mit son sac en bandoulière quelque chose s’y échappa et tomba dans une fissure du rocher. Elle eut à peine le temps de constater qu’il s’agissait d’une graine que celle-ci germa et qu’une plantule s’extirpait de la fissure. N’y connaissant nullement en agriculture, elle émit une hypothèse.

« Un poirier ? »

Et comme s’il avait attendu qu’elle lui annonce sa destinée, la plantule reprit sa croissance de façon fulgurante jusqu’à atteindre la taille adulte, former de jolies petites fleurs blanches composées de cinq pétales chacune et regroupées en ombelles. Bien vite, les fleurs se fanèrent pour former des fruits… des poires précisément.

Bien que la graine disposait suffisamment d’eau et de soleil, la guerrière supposa qu’un phénomène magique était à l’origine de sa croissance accélérée. Ce qui s’avérait vrai. Par contre, la guerrière pensait, à tort, que ce récif de pierre en était la cause. Ne voulant demeurer plus longtemps dans ce lieu qu’elle croyait magique, elle reprit sa forme ailée et s’envola.

Puisqu’elle partit sans un regard en arrière, elle ne vit pas les petits êtres poilus et amaigris qui l’observaient avec admiration.

« C’est une déesse rousse, notre déesse ! Elle nous a délivrés du monstre ailé ! » Lança l’un d’eux apparemment le benjamin.
« Qu’est-ce que tu racontes ! » maugréa un plus vieux.

« Pourquoi nous laisserait-elle en plan ainsi si elle était notre déesse ? » Rajouta-t-il

« Ne nous aurait-elle pas apportées avec elle ?... Il s’agit simplement d’une guerrière. » Conclut ce dernier les bras croisés.

« Une guerrière qui se transforme en magnifique cheval-aigle ? En plus de nous avoir débarrassés du monstre, elle nous a fourni à manger. Regarde cet arbre fruitier qu’elle a fait pousser. Elle a risqué sa vie, puis s’est réparée toute seule… ce n’est surement pas le petit bonbon qui l’a guéri ? ... Elle ne peut être rien d'autre qu'une déesse ! »

Il peut être étonnant à quel point, il pouvait être si près de la vérité et le nier.

Bref, ce jeune homme doué d’un certain charisme convinc peu à peu les autres, si bien que même le plus vieux commençait à douter de ses propres objections.

Pendant ce temps, sans se douter de la présence de ces illuminés, Sibelle poursuivait sa route vers le prochain continent : Nirtim.

((( -combat contre un Wyverne
Utilisation du sucre d’orge (1 seule utilisation) et de la graine magique)))

Avatar du membre
Yliria
Messages : 255
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 18:57
Localisation : Au cœur des mers

Re: Commanderie d'Opale

Message par Yliria » sam. 17 oct. 2020 23:03

Intervention de Guilde pour Jorus

La maître d'arme hausse un sourcil aux demandes du jeune homme, mais se garde de tout commentaire, lui répondant avec le même ton que précédemment.

- Pour vous trouver une couche, adressez-vous au nouvel intendant. C'est un Sindel aux cheveux long attachés avec une broche d'or, et il est souvent habillé en blanc, pour qu'on le remarque. Son nom est Falwë et il est probablement près des cuisines à cette heure. Il vous fera préparer une chambre et pourra vous faire visiter, si vous le souhaitez. Pour un herboriste... il y a l'apothicaire Tseran, qui se trouve non loin de la place d'honneur, je pense que vous y trouverez votre bonheur. Dans un registre moins... officiel dirons-nous, il y a souvent des vendeurs un peu louches dans les quartiers populaires, mais il faut tomber dessus et cela peut s'avérer difficile pour un étranger qui ne connaît pas vraiment la ville.

Elle touche nonchalamment la chaînette pendant à son cou avant d'ajouter.

- Si vous avez besoin d'un guide, n'hésitez pas à demander à l'un de nos membres présents. J'allais oublier ! Demain, soyez prêts aux aurores... juste un conseil.

Elle laisse flotter cette dernière phrase sans rien ajouter de plus, se contentant d'un regard qu'aucun qualifierait de taquin.

Répondre

Retourner vers « Nessima »