Le Port de Commerce

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2444
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Le Port de Commerce

Message par Yuimen » ven. 5 janv. 2018 12:35

Le port de commerce

Image


Yarthiss est une puissante cité gérée par une puissante famille de marchands dominant aussi bien les terres que les mers. Le port fluvial est au centre du commerce mais, petit à petit, celui de Tulorim lui fait de l'ombre, d’où des tensions entre les deux cités.

Le quartier du port possède les meilleurs marins que vous pouvez engager pour votre bateau, mais attention il y a aussi les pires coquins prêts à tout pour gagner des yus !

La particularité du port est qu'il est sur le fleuve, mais à cet endroit l'eau est profonde et le fleuve assez large pour que le commerce soit florissant.



Les bateaux sont rachetés à 1/4 de leur prix.


La demande doit être postée, avec le lien du post, dans le sujet d'Interventions GM.
Prix et explications des navires : Règle des voyages maritimes

Avatar du membre
Aenaria
Messages : 55
Enregistré le : mer. 18 mars 2020 16:32

Re: Le Port de Commerce

Message par Aenaria » ven. 8 janv. 2021 09:56

En moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, Ehemdim nous avait fait traverser la ville afin de rejoindre le port de commerce et ce qui se présenta devant moi était magnifique. Des bateaux au tonnage plus ou moins important étaient amarrés aux différents quais. J'en vins même à me demander comment il était possible pour de tels navires de voyager sur le fleuve.

- "Tu m'expliques comment ces navires peuvent voguer sur la Yarthe ?

- Le fleuve est très profond et aussi très large, ce qui permet une navigation optimale pour les navires que remontent le fleuve jusqu'au port."

Tout ceci m'impressionna, était-ce la création des dieux ou la création des hommes ? Ehemdim ne semblait pas connaître la réponse. Nous continuâmes d'avancer jusqu'à une petite baraque avec deux personnes à l'intérieur qui semblait donner des informations à des personnes se trouvant devant un comptoir. Nous attendîmes notre tour, pendant ce temps je pus discerner l'inscription sur l'écriteau pendant du comptoir : CAPITAINERIE. De toute évidence, une personnes était en charge de la gestion des quais et du bon fonctionnement du port.

En englobant un peu plus le paysage autour de moi, je pus discerner un grand nombre de navires à gros tonnage, mais aucune voile dehors, donc impossible pour nous de trouver le navire de Théodorus simplement à partir de la description qu'il avait pu nous en faire. Il y avait également quelques boutiques qui vendaient des produits à destination des marins et des navires ainsi que ce qui s'apparentait à un bar de marins. Nous avançâmes tranquillement jusqu'au comptoir de bois pour demander des renseignements.

- "Que puis-je faire pour vous ?

- Bonjour monsieur, nous cherchons le navire de Théodorus, il doit appareiller dans la soirée.

- Oh, vous devez être les deux elfes qui vont voyager avec lui pour protéger son navire ! Parfait. Son navire est au bout de quai 4 sur votre gauche.

- Merci beaucoup. Bonne fin de journée à vous."

Il nous gratifia d'un petit mouvement de la tête nous indiquant que notre entretien était terminé. Nous prîmes tranquillement la direction de la gauche afin de rejoindre le navire de Théodorus. Il y avait de l'animation sur les quais, beaucoup de marins s'affairaient à charger des navires, d'autres réparaient de très grands filets de pêches ou des cordes d'amarrages, certains rapiéçaient des voiles, bref tout le monde savait ce qu'il devait faire. C'était une véritable fourmilière, un peu à l'image d'un campement militaire en temps de guerre.

Tout en regardant ce petit monde qui travaillait, nous passâmes devant un groupe de cinq marins, qui discutaient et qui nous regardèrent passer d'un mauvais oeil. Ils n'avaient franchement pas l'air accueillant. Une personne passa près d'eux et en les voyant, elle baissa clairement les yeux, accélérant le pas. Le groupe se mit alors à rire en le voyant se comporter ainsi, lui lançant même des débris de nourriture à la tête. Ce genre de comportement avait tendance à me faire sortir de mes gonds mais ce n'était ni lieu ni le moment pour agir de la sorte. Nous n'avions plus qu'à croiser les doigts pour qu'ils ne fassent pas partis de l'équipage de notre navire, sinon il y avait fort à parier qu'ils nous chercheraient des poux.

Je croyais que Yarthiss était une ville remplie d'aventuriers en tout genre, pourquoi donc nous lancer un tel regard. Nous n'étions pas les premiers elfes qui croisaient leur route, alors que nous voulaient-ils exactement. Ehemdim leva simplement les épaules et continua d'avancer tranquillement alors que des pensées bien sombres m'accaparaient l'esprit. J'avais un véritable mauvais pressentiment sur le comportement de ces cinq bonhommes... Alors que nous venions tout juste de passer devant le quai numéro trois, des bruits de pas, d'un petit groupe, arrivèrent jusqu'à mes oreilles.

(Ca sent pas bon.)

Ehemdim tourna comme par habitude la tête vers moi après avoir reçu ce message mental de ma part et ne put qu'approuver en ânonnant légèrement. Nous continuâmes notre route à un rythme tranquille alors que nous savions que les pas se rapprochaient de nous. Une fois que nous fûmes en vue du panneau indiquant le quai numéro quatre, nous nous regardâmes et acquiesçant en même temps, nous fîmes volte-face pour découvrir le petit groupe de marins que nous avions croisé un peu plus tôt, à côté de la capitainerie. Ehemdim avisa un tas de caisse qui attendait probablement d'être chargé sur un navire et se posta en tailleur à leur sommet.

- "Je te rappelle que nous devions nous battre avant de partir, voici de quoi finir de te tester.

- Merci camarade, c'est trop d'honneur que vous me faites-là."

Les cinq hommes approchèrent à bonne distance de ma personne. Pendant qu'ils prenaient la pose pour me faire peur, je pris soin de délester de mon sac, histoire de gagner en agilité dans les mouvements à venir. J'avais dans l'idée qu'ils n'étaient pas venus là pour jouer aux cartes avec nous.

- "Que font deux gris sur notre port ?

- Je ne savais que le port de Yarthiss portait votre nom. Je suis désolée de la méprise.

- La quoi ?"

(Oh la la...)
(Tout dans le pantalon et rien dans la tête de toute évidence !)
(Il y a de ça.)
(Ce n'est sans doute pas la première fois que tu croises des simples d'esprit Crystallia.)
(Et certainement, pas la dernière.)

- "Nous ne vous avons rien fait, vous ne nous avez encore rien fait, alors restons-en là.

- Depuis quand les femelles donnent des ordres ?!

- Depuis quand une paire de couilles se croit tout permis ?"

J'affichai de la malice sur le visage pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas à faire à une faible femme qu'il pouvait détrousser comme bon lui semblait. Notre petit groupe venait d'attirer l'attention des marins qui s'affairaient autour de nous. Ils arrêtèrent ce qu'ils faisaient et se mirent à faire un cercle autour de nous, comme si nous étions une soudaine nouvelle attraction. J'entendis des murmures dans l'assemblée et un nom qui revenait régulièrement, Krakos. Ce devait être le nom de mon interlocuteur. Ce dernier avait d'ailleurs le rouge qui lui montait aux joues, je l'avais énervé apparemment.

- "Les femelles qui ne montrent aucun respect, je les baise, fort et violemment, jusqu'à ce qu'elles pleurent.

- Si tu crois me faire peur, j'ai été violée à plusieurs reprises par Liam de Falek, le régent du camp d'Omyre, avant de finir par lui couper la tête pour me venger. Tu ne me fais pas peur et ta petite bande encore moins Krakos.

- Sois tu me donnes ta bourse, soit mes copains et moi on te saigne, comme un gros porc.

- Toi et tes copains, vous avez l'habitude de faire payer les gens comme ça ? Pour avoir le droit d'arpenter TON port ?

- C'est ça ou bien ils leurs arrivent de fâcheux ennuis."

Des murmures dans la foule, des têtes qui acquiesçaient, de toute évidence j'étais tombée sur le petit caïd du coin. Bien je n'avais plus qu'à lui faire entendre raison en faisant en sorte que ma magie ne se dérègle pas de nouveau. Au pire, je pouvais tout faire à l'épée, ce serait un bon entrainement. J'attrapai le pommeau de mon épée qui était accrochée dans mon dos et sortit lentement ma lame de son fourreau. Voir son tranchant me rappela de bons souvenirs, j'avais fait couler quelques litres de sang avec cette lame. Pointant le bout de mon épée en direction de son cou, je lui lançai un ultimatum.

- "Renonce ou tu serviras de repas aux poissons.

- Jamais. Les gars vous savez ce que vous devez faire."

Il claqua des doigts avant de faire un signe vers l'avant, vers moi et ses quatre petits copains sortirent tous un couteau de leur ceinture. Je baissai le bras et jetai un rapide coup d'oeil vers mes adversaires. Ce petit repérage me permit de constater qu'ils ne portaient absolument aucune protection, il me suffirait de les toucher aux bons endroits pour les neutraliser sans les tuer. Ce serait alors à la milice locale de s'en occuper et je pouvais mettre ma main à couper que toute la ville viendrait se décharger sur eux.

Les autre sous-fifres de Krakos continuaient doucement d'avancer jaugeant leur adversaire. Ils n'avaient pas la moindre idée de quoi j'étais capable. Je pouvais les arrêter en une seconde si je le voulais mais cette attaque prenait du temps à lancer et il y avait trop de victimes potentielles. Les marins se séparèrent, deux sur ma droite et deux sur ma gauche, le coup classique de l'encerclement. L'un d'eux allait probablement essayer de me prendre en traite pour me frapper par derrière, la prudence était donc de mise dans ce combat.

Je tournai légèrement la tête pour voir où allait se positionner les deux hommes qui me contournaient par la droite, erreur monumentale. Les deux hommes sur ma gauche en profitèrent pour littéralement se jeter sur moi comme deux malpolis. Je sautais vers l'arrière, fis une roulade et me relevai prestement avant de me retourner. J'avais pris de la distance par rapport aux hommes et de fait, agrandit le cercle de nos observateurs. Ils m'avaient sérieusement chauffé ces quatre crétins, ils allaient voir de quel bois je me chauffais.

Les quatre marins formèrent alors une ligne me faisant face, arme au poing, attendant d'en découdre. Je pris un bon appui dans le sol, pointai mon épée vers le marin au centre à droite, histoire de ne pas terminer ma course dans la foule et de blesser quelqu'un au passage, ce n'était pas le but de la manœuvre. Poussant sur mon pied d'appui, je me lançai dans une course frénétique et rapide vers ma cible avec pour seule et unique intention de l'embrocher sur ma lame. Surpris par ma charge éclair, il ne put rien faire et arriva ce qui devait arriver, il termina transpercé de part en part.

Je trainai ma première victime pratiquement jusqu'au pied de Krakos avant de lui asséner un coup de pied dans le ventre afin de l'enlever de mon arme. D'un petit moulinet du poignet, j'enlevai le sang de ma lame qui atterrit en parti sur le visage du chef de bande. Serrant les dents, je pris mon épée à deux mains et assénai un regard empli de haine dans sa direction.

- "Au suivant !

Je me retournai et découvris que mes adversaires s'étaient rapprochés de nouveau de ma position et que leurs visages affichaient maintenant une tout autre expression. Je les avais énervés, quoi de plus normal dans de telles circonstances. Je toisai les trois hommes restants du regard et pris deux secondes pour réfléchir très vite. J'étais maintenant prise en tenaille, je venais de lancer une pique monumentale à leur chef qui se tenait derrière moi. Il n'avait qu'à sortir une lame et me planter dans le dos comme un lâche qu'il devait être. Mes adversaires semblaient attendre mon prochain mouvement comme si ils avaient été échaudés par ce que je venais de faire.

Il me fallait réfléchir et vite, une nouvelle charge ne les surprendrait pas le moins du monde. Attendre qu'ils viennent sur moi, trop risqué. Taper sur le chef, je voulais le garder pour la fin. Une idée Aenaria, une idée... Je me mis à regarder autour de moi plus en détails et aussitôt, cela me frappa. Nous étions juste au bord du quais, la foule ne nous entourait pas complètement, bien au contraire. C'était un quai de chargement, on y trouvait donc des caisses bien empilées, des tonneaux d'alcool prêts à s’enflammer et bien évidemment des filets de pêcheurs qui pouvaient facilement servir d'entraves. La voilà ma solution !

Ne demandant pas mon reste, je courus vers les caisses et les tonneaux tout en essayant de mobiliser mes fluides de feu. J'avais une petite idée derrière la tête mais il fallait que je sois organisée. En premier lieu je mis un coup d'estoc dans le premier tonneau qui se trouvait à ma hauteur. En l'éventrant, une odeur d'alcool très forte se dégagea du liquide qui en sortit. Parfait, mon plan se mettait en place. Je pris soin de mettre encore un peu de distance entre la marre. Utilisant ensuite ma grande taille, je sautais sur une première caisse, avant de grimper d'un étage puis d'un autre encore. Mes trois sauts me permirent de me retrouver en hauteur et à bonne distance du liquide alcoolisé. Je regardai dans la direction des hommes de Krakos, ils s'étaient regroupés autour de leur chef.

- "Alors les gars, vous avez peur d'un peu de grimpette ?'

Il ne m'en fallut pas plus pour les provoquer et les faire sortir de leurs gonds. Tenant toujours mon épée dans ma main droite, je secouai ma main gauche afin de mobiliser mes fluides de feu. Ouvrant et fermant les doigts en rythme, je fis affluer ma magie dans ma main et claquant des doigts, je tentai une première fois de faire apparaître une petite boule feu dans ma paume mais sans succès. Les trois hommes avancèrent et mirent enfin les pieds dans l'alcool. Deuxième claquement de doigt et une petite étincelle apparut. Allez Naria, tu peux le faire bon sang ! Troisième claquement de doigt et ce fut le bon ! Une petite boule de feu se matérialisa dans ma paume.

Et maintenant, la partie la plus compliquée, la visée. Je n'avais qu'une chance mieux valait ne pas me rater. Inspirant profondément, je visualisai dans ma tête la trajectoire que devrait prendre la boule de feu avant d'atteindre son objectif. Puis je projetai ma main en direction de l'alcool dans lequel les hommes de Krakos pataugeaient actuellement tout en croisant intérieurement les doigts. Ma boule de feu atteignit immédiatement la cible et alluma un feu des plus mémorables sur le quai. Les trois hommes de Krakos s'embrasèrent, n'ayant d'autre choix que de sauter dans l'eau afin de se sauver la vie.

Je descendis de mon point de vue d'un simple saut, avisai un filet de pêche qui se trouvait non loin et le lançai au dessus des trois hommes du chef de clan. Bien coincés, ils ne me gêneraient pas pour la suite. Krakos fit le tour du feu qui diminuait à vue d'oeil avant de se poster devant moi. Son visage changea, il était vraiment en colère et prêt à me sauter à la gorge. Qu'il laisse sa rage sortir, c'était tout à mon avantage. Tenant fermement mon arme dans ma main droite, je n'avais plus qu'à attendre son attaque et à bien y regarder, elle était imminente.

Krakos me regarda de pied en cap, puis afficha un sourire mauvais sur le visage avant de sortir une lame de son dos, même style que ses camarades. Il la passa rapidement d'une main à l'autre, tentant désespéramment de m'impressionner mais j'avais vu bien pire que cela. Puis d'un coup, il fondit sur moi à toute vitesse. J'eus tout juste le temps de me décaler sur la gauche, de laisser traîner mon pied droit sur la route avant de le voir trébucher sur cet appendice qui était malheureusement resté sur sa trajectoire. Il tituba et du plat de ma lame je le tapai violemment derrière la tête, ce qui eut pour effet de le faire lourdement chuter face contre terre.

Alors qu'il tentait de se retourner pour récupérer son arme qui lui avait échappé, je me postai à sa hauteur et posai mon pied sur son torse avant de lui mettre ma lame sous le cou.

- "Dans ma grande mansuétude, je vais te laisser la vie sauve Krakos. Je pense que les habitants de cette ville ont pas mal de choses à te reprocher. Toi et tes hommes avaient de la chance que je sois dans un bon jour."

Quelques secondes de silence passèrent avant que la foule ne se mettent à applaudir. Je regardai un peu ébahie la scène qui se déroulait autour de moi. Des sourires s'affichaient sur les visages, je ne cherchais pas la reconnaissance des personnes travaillant sur les quais mais de toute évidence elle m'était acquise. Je voulais simplement régler un problèmes leur enlever une épine du pied et les débarrasser de cette petite bande. Alors que les applaudissements continuaient au même rythme, un groupe arrivant de derrière la foule chercha à se frayer un chemin pour arriver jusqu'à moi. Ce petit groupe était constitué du capitaine du port ainsi que d'hommes en armure, probablement la milice. Le capitaine ouvrit grands les yeux devant la scène qui se présentait à lui avant de m'interpeller.

- "Je peux savoir ce qu'il se passe ici ?! Pourquoi est-ce que j'ai un corps sur mon quai ? Et qui est sous votre pied madame ?

- Elle n'y est pour rien ! C'est la bande de Krakos qui lui a cherché des ennuis. Elle n'a fait que se défendre.

- Elle nous a tous défendu !

- Ouais !

- Il faut la remercier !"

La foule se manifestait, visiblement je leur avais ôté une sacré épine du pied. Voulant montrer que je n'étais pas un hostile, je rengainai mon épée mais ne retirai pas mon pied de la cage thoracique de Krakos.

- "Je ne cherche aucunement les ennuis, ce sont eux qui viennent à moi. Il m'a cherché, son groupe m'a attaqué le premier, je n'ai fait que me défendre. Les personnes ici présentes pourront toutes vos témoigner de la légitimité de mon action.

Aussitôt la foule acquiesça massivement de la tête. Des "ouais" fusèrent parmi les personnes agglutinées, des poings se levèrent. Le capitaine du port en regardant ce qu'il se passait autour de lui ne put que se détendre en comprenant que je n'y étais pour rien. Au contraire, il s'avança vers moi et une fois à ma hauteur me tendit sa main droite. Par politesse, je la serrai, ne sachant pas encore trop à quoi m'attendre.

- "Il semblerait que je me sois trompé au premier regard. Vous avez ce qui vous semblait juste, merci."

Il tourna la tête vers Krakos qui était toujours au sol.

- "Quant à toi, ton règne de terreur semble enfin terminé."

Il siffla entre ses dents et aussitôt les miliciens approchèrent. D'un signe de la main, il leur indiqua Krakos. Puis il revint vers moi.

- "Le reste de la bande ?

- Coincé par un filet de pêche dans l'eau.

- Rompez soldat. Il me semble qu'un marchand vous attend."

J'enlevai mon pied de Krakos et me mis au garde à vous, avant de saluer de la tête, le capitaine du port. Ehemdim qui était resté stoïque descendit de son point d'observation pour me rejoindre. D'un petit signe de tête, il me félicita et me gratifia d'un clin d'oeil puis m'indiqua de la main droite la route à suivre pour rejoindre le navire de Théodorus. Il resta silencieux durant le peu de temps qu'il nous fallut pour rejoindre le navire de Théodorus. Aurais-je le droit à des remontrances dans un futur proche ? J'espérais que non, je n'avais pas tremblé. Le débriefing aurait probablement lieu dans la soirée. Les voiles avec des oiseaux apparurent devant nous ainsi que le reste du navire, et quel navire ! Je compris enfin pourquoi Théodorus avait besoin de soldats à son bord. Une nouvelle aventure nous attendait.

Répondre

Retourner vers « Yarthiss »