L'Arène de Tulorim

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2463
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

L'Arène de Tulorim

Message par Yuimen » ven. 5 janv. 2018 10:57

L'arène de Tulorim

Image

De tout temps les combats ont fasciné le petit peuple. L'arène fut bâtie il y a peu, après qu'une semblable ait été ouverte à Kendra-Kâr, par ordre du conseil de Tulorim. L'arène de Tulorim est cependant bien différente de celle de Kendra-Kâr car les combattants n'y sont pas humains mais d'origine monstrueuse. Ceci fut fait dans l'espoir de réduire les attaques des coupe-jarrets dans les ruelles en leur offrant la possibilité de se défouler légalement... Régulièrement l'arène est ouverte et les gradins sont remplis par une population hétéroclite d'hommes, de nains, de rares elfes et de diverses autres races venant du continent d'Imiftil. Gens de Tulorim et gens de passage, tous viennent assister au spectacle. Certains tentent leur chance face aux monstres de l'arène dans l'espoir d'empocher une récompense. Mais les monstres de Tulorim sont forts et peu parviennent à les battre.

Le combat se fait en libre et sera noté comme un combat classique, la récompense sera une prime de x * 10 yus (x = lvl de la bête) en plus des récompenses classiques de combat.

Les pjs ne peuvent effectuer que deux combats par mois.

Avatar du membre
Relonor
Messages : 84
Enregistré le : ven. 21 déc. 2018 20:38

Re: L'Arène de Tulorim

Message par Relonor » lun. 6 juin 2022 14:48

Chapitre 2 - Un pouvoir plus terrifiant que la mort.

VIII.3 Le champion et le monstre.



Après ce petit plaisir personnel, Relonor se rend en direction de l’arène de la ville. Il achète une place dans les tribunes pour observer et mieux appréhender l’épreuve qu’il compte passer. Les spectateurs sont venus en masse pour assister à l’affrontement qui va avoir lieu. Situé sur les hauteurs, l’elfe noir voit tout ce qu’il se passe, même si la zone de combat est assez éloignée. Sur une estrade, un homme utilise un porte-voix pour s’adresser à la foule.

"Mes très chers amis. Vous êtes venus en masse aujourd’hui pour voir l’affrontement de votre champion ! Il a défait les terribles Dommon, les sauvages Smilodon et les électrifiant Woger, parmi ses combats les plus spectaculaires. Ses nombreux exploits sur le Nirtim, lui ont valu de se voir offrir une armure faite par les meilleurs forgerons torkins. Veuillez acclamer votre chouchou, Grahène, le fléau des monstres !"

Sous les acclamations de la foule, un homme se présente au centre de l’arène avec une armure rutilante. D’un mélange de gris clair et de jaune or, son armure lourde brille à la lueur du jour. Il possède un énorme bouclier se terminant par une pointe, arborant un lion rugissant dans les mêmes tons que son armure. Comme il a été annoncé, ce n’est pas sa première prestation, mais l’ovation du public va bien au-delà d’un simple coup de cœur. Le fameux Grahène pousse la foule à continuer les acclamations, avec de grands gestes de son bras libre en direction de la foule. Cela dure si longtemps que Relonor commence à se lasser de cette absence de vrai spectacle.

Au premier signe de lassitude du public, le porte-voix fait une nouvelle annonce.

"Aujourd’hui et devant vos yeux ébahis, l’arène vous propose un affrontement digne du fléau des monstres." Le calme s’installe rapidement dans l’arène, tandis que le martèlement de tambours, installés un peu partout, font naître une ambiance stressante. "Cette créature vient des tréfonds des cavernes de l’Imiftil. Tiré au plus profond de sa tanière, cette créature a semé la mort tout autour d’elle. De nombreux chasseurs ont péri afin de vous offrir à vous, cher public, un spectacle grandiose et à notre champion, un défi à sa mesure." Un énorme hurlement sauvage se fait entendre. "Jamais vous n’en avez vu ici et pour cause, jamais une telle créature n’a foulé le sol de cette arène ! Cette chose est monstrueuse..." Un énorme choc retentit contre une des nombreuses portes de l’arène. "...et terriblement puissante !" Deux nouveaux chocs se font entendre. "Devant vos yeux ébahis, veuillez applaudir…" Encore une fois, un coup se fait entendre, puis la porte se brise au suivant, laissant apparaître à la lueur du jour, un monstre plus grand qu’un homme. Deux cornes sur la tête, une fourrure rouge sur une importante partie de son corps. Des mains monumentales par rapport à sa physionomie et une queue qui fouette l’air de colère. "…le Stalas !"

L’ensemble du public est pris d’une frayeur et certain moins courageux, quittent rapidement les gradins. Loin de faire preuve de couardise, Grahène reste de marbre devant ce monstre. Une attitude qui impose le respect, même à Relonor.

Le monstre semble se protéger d’une attaque ennemie, en passant ses membres devant son visage. Mais l’elfe noir, comprend la réelle intention de la bête : se prémunir des rayons solaires. Visiblement comme le shaakt, cette créature est sensible aux fortes lumières. A la différence de l’elfe noir, elle possède un instinct sauvage et primaire hors norme. Comprenant que l’individu est une menace, elle sur rue sur lui. Le guerrier ne bronche pas et attend le dernier moment pour esquiver d’un bond sur le côté, pour laisser le monstre percuter les murs de l’arène. Profitant d’un moment de faiblesse, le champion vient frapper le monstre à l’arrière de sa patte gauche, là où devrait se trouver les douloureux tendons. La lame tranche la chair et provoque la colère du Stalas. D’un geste de la main en se retournant, il balaye son adversaire qui termine sa course plusieurs mètres plus loin et regarde derrière lui. Si le public se réjouit du duel en l’acclamant, Relonor s’interroge sur le comportement du guerrier qui quitte son adversaire des yeux.

(Mais à quoi il joue ? Il vient de se faire balayer d’un revers de la main, pourquoi il regarde à l’autre bout de l’arène ?)

Dans les moments qui suivent, Relonor observe la technique de Grahène. Celle-ci n’a visiblement rien à lui envier. Durant la bataille de Kochii, il a vu bon nombre de guerriers Hinïons dont la technique était meilleure. La différence réside peut-être dans le fait que ces elfes blancs ne sont pas du genre à se pavaner de la sorte. Ou est-ce l’équipement qui fait la différence ? Si l’elfe noir ne possède pas un attirail important, il a tout de même une relique qui lui sert de bouclier, ainsi qu’une lame qui ne doit jouir d’aucune rivale dans cette ville. La bête charge de nouveau, mais il manque complètement son coup, marchant avec difficulté avec sa blessure à la patte et se voit affligé d’une nouvelle blessure grave. Quelque chose dérange l’elfe noir, comme une sensation désagréable, à laquelle définir son origine est indéterminable. Une démangeaison impossible à assouvir le long de l’affrontement.

Le reste du combat est à sens unique. La créature charge et frappe, tandis que son adversaire esquive, se prend quelques coups, se place correctement pour enfin atteindre le monstre, à la plus grande joie du public. Petit à petit, le Stalas finit par être abattu d’un coup de lame en travers de la gorge, trop affecté par ses blessures pour se défendre. Une mise à mort qui fait jubiler l’intégralité du public, du moins presque tout le public.

(Le Stalas est pourtant une créature particulièrement redoutée. Il n’aurait jamais dû être malmené de la sorte, même avec une lumière particulièrement éblouissante ! Mais si je dois affronter un monstre comme lui, je vais devoir utiliser de nouveaux tours. En particulier si je veux garder l’existence de Baalsameth aussi secrète que possible.)

C’est donc avec une idée en tête, que le shaakt quitte l’arène.


Avatar du membre
Relonor
Messages : 84
Enregistré le : ven. 21 déc. 2018 20:38

Re: L'Arène de Tulorim

Message par Relonor » dim. 19 juin 2022 21:30

Chapitre 7 - La force de l'ombre.

VIII.8 Premiers pas dans l'arène.


Après s’être restauré et avoir rassemblé ses affaires, Relonor profite d'une dernière nuit avant de se rendre à l'arène. La veille, il a pris soin de disposer dans ses équipements certain de ses sorts, comme la furie zéphyrienne sur son torse, ou même âme possessive sur ses épaulettes. Il est désormais temps pour lui de retrouver ses hommes et un fait d’armes lui sera bénéfique pour que ce soit eux, qui le retrouvent. Bien sûr, il pourrait jouer les gros bras, menacer telle ou telle personne de révéler des informations ou même de les payer. Cependant, après son échange avec Thimoros, l’elfe noir souhaite agir différemment, en cherchant à obtenir une bonne notoriété, tandis que ses méfaits seront réalisés dans l’ombre.

Comme lors de sa précédente visite, l’arène est particulièrement bruyante depuis l’extérieur. Un indice du nombre de spectateurs présents, propice à relayer avec efficacité sa future victoire. Passant par la porte destinée aux participants, il arrive vers une sorte de bureau. Encadré par deux hommes torse-nu, laissant voir des muscles saillants et deux hallebardes menaçantes, un scribe gère une sorte de pupitre, plume à la main pour écrire.

"Un nouveau venu, il me semble ! Veuillez décliner nom et prénom je vous prie !" Déclare-t-il d’une voix nasillarde.

Ne voulant pas que le nom que sa garce de mère soit associé à sa réussite, Relonor préfère se contenter du strict minimum.

"Relonor !"

La réponse ne plaît guère au scribouillard qui se met à parler pour lui-même, bien qu’assez fort.

"Encore un qui n’a pas de patronyme ! Bon on va quand même demander. Etes-vous connu pour un fait d’armes en particulier ?" Demande-t-il sans décoller le nez du formulaire d’inscription.

(Mmm devrais-je en parler ? Après tout, je suis venu pour me faire connaître !)

Alors qu’il prend l’absence de silence pour une réponse, l’homme à la plume est arrêté avant d’avoir notifié ce qu’il pensait comme une évidence.

"J’ai participé à la guerre entre l’armée d’Omyre et l’alliance des races menée par Kendra Kâr, et y ai survécu !" Clame fièrement l’elfe noir.

"Et encore un ! Je suppose que vous avez une preuve à nous présenter ? C’est que vous n’êtes pas le premier à le prétendre !" Se moque l’humain.

(Une preuve ? Ho que oui !)

Mettant en alerte les gardes qui brandissent leurs armes vers lui, le shaakt présente sur le bureau du scribe une épée dans son fourreau.

"Je vous laisse observer !"

Intrigué, son interlocuteur personnel se saisit de l’arme et découvre une lame au matériau unique et à la conception dépassant de loin les plus hauts standards des forgerons.

"Qu’elle est cette chose et en quoi est-elle faite ?" S’étrangle l’homme qui semble en savoir plus sur les armes qu’il n’y parait.

"Cette lame a été forgée sur l’île des dieux, à partir d’un fragment de dent du dragon noir d’Oaxaca !" Décrit Relonor le plus simplement du monde.

"Parfait, parfait !" Dit-il en rendant à regret l’arme à son propriétaire. Il reprend ensuite avec plus d’enthousiasme. "Nous déclinons toutes responsabilités quant à votre mort et dans le cas où cela arriverait vos effets personnels deviendront la propriété de l’arène…"

(Je comprends mieux son changement de comportement !)

"…Si vous parvenez à sortir vainqueur, vous toucherez une solde correspondant à la dangerosité de menace de la créature. Est-ce clair et avez-vous des questions ?" Demande l’employé en charge des inscriptions.

"Que vais-je affronter ?" Interroge simplement le shaakt.

"Vous le saurez une fois à l’intérieur, pas avant ! Nous avions un adversaire à votre hauteur, mais il a été défait par notre champion, il y a quelques jours. Au vu de votre preuve, nous allons vous présenter ce que nous avons de mieux sous la main !" Rétorque l’homme visiblement impatient.

Suite à cela, Relonor est poussé dans un couloir, pour ne pas dire malmené. Il a presque la sensation d’être une bête qu’on envoie à l’abattoir. Tandis que son tour arrive et que les spectateurs s’impatientent le guerrier se concentre.

(Si je veux m’assurer une bonne réputation, je ne dois pas montrer de pouvoirs de l’ombre. Bien que cette ville soit plus tolérante que Kendra Kâr, mieux vaut cacher ce type de fluide. De plus, il est préférable que je ne montre pas tous mes atouts, si quelqu’un chercherait à en savoir sur moi. Je ne peux donc pas user de mon invocation. Il va falloir que je me focalise sur ma magie aérienne, combinée à mes aptitudes aux armes !)

Dehors, une voix calme la foule impatiente.

"Très cher public. Récemment, des rumeurs évoquaient des survivants ayant guerroyés durant la bataille aux portes d’Oranan et bon nombre de participants ont cherché à s’en servir comme excuse pour gagner une renommée qu’ils ne méritaient pas !" Suite à cette déclaration, la foule crie son désaccord face à cette pratique. "Aujourd’hui, nous avons l’immense honneur de vous présenter un puissant guerrier qui a combattu l’effroi même ! Il a combattu dans cet enfer et en est ressortie vivant ! Nos plus grands experts ont confirmé la preuve qu’il a présentée lors de son inscription. Espérons qu’il ne s’agit pas là d’un vulgaire détrousseur du cadavre d’un valeureux guerrier, nous le saurons s’il sort victorieux du défi qui l’attend !" De nouveau, la foule hurle son désaccord de cette pratique.

(Je vois. Ils comptent me faire combattre leur plus forte créature et me faire passer pour un vulgaire voleur si je ne sors pas vainqueur, récoltant en bénéfice ma précieuse arme et ma relique !)

"Nul ne l’a jamais vu ici et c’est avec honneur qu’il a choisi notre arène pour dévoiler sa force ! Veuillez accueillir Relonooor, le shaakt à la lame de dragooon !" Reprend la voix tandis que les portes s’ouvrent, éblouissant le l'elfe noir, qui s’était rapidement habitué à la pénombre.

Quelques pas hésitant à la lumière du jour et la foule hurle sa joie de voir un participant de renom mondial. L’elfe noir cherche à s’acclimater au maximum à la forte lumière, avant de voir débouler son adversaire.

(Est-ce qu’ils auraient fait exprès de me laisser dans le noir durant tout ce discours, juste pour plus facilement m’aveugler à la lumière du jour ?)

Un peu partout autour de l’arène, des hommes s’activent pour ériger des herses en métal, enfermant l’ensemble de l’arène. Dans le tumulte engendré par l’assemblage de la protection, une série de cris animale se fait entendre.

"Ne perdons pas de temps inutilement, le défis du jour semble lui aussi impatient de rencontré un tel adversaire !" Scande l'homme équipé d’un porte-voix.

(J’ai l’impression que je suis dans le vrai !)

De nombreux coups retentissent sur la porte en bois en face du shaakt, tandis que le porte-voix commente à nouveau.

"Responsable de la mort de nombreux participants. Le piétineur de guerriers, le monstre à la cuirasse impénétrable, l’empaleur de compétiteurs, veuillez accueillir…"

Après une nouvelle série de chocs, la porte se brise finalement, dévoilant à Relonor son adversaire. Un monstre à quatre pattes déboule sur le sol de l’arène. Plus de deux mètres au garrot, voir deux mètres cinquante. Le corps recouvert de larges cuirasses et la colonne vertébrale bardée de pics. Bien moins dangereuses cependant, que celles présentes sur la gueule de l’animal : deux larges sur les côtés, une au bout du museau et encore quelques-unes à la naissance du cou. La foule hurle de joie à sa venue.

"… le rhooox !" Termine le porte-voix, satisfait d’avoir captivé le public jusqu’à la toute fin.

En face de la bête, une seule personne paraît peu satisfaite de voir une telle créature.

(De tous mes adversaires potentiels, ils m’ont présenté une menace avec une protection naturelle plus solide que ma propre armure et potentiellement capable de résister à n’importe quelle lame. Sauf que je possède une arme plus redoutable encore ! Mon seul souci est que je dois offrir un combat remarquable, si je veux que l’on parle de moi. Commençons par voir de quoi cette chose est capable !)

Avec les nombreux surnoms du rhox, la bête est à n’en pas douter, habituée à être présente. Peu de temps après être venu dans l’arène, elle identifie Relonor comme son adversaire et le prend pour cible. Deux raclements de sol de sa patte avant droite et la voilà qui charge le guerrier. Face à une telle force, l’elfe noir doit choisir rapidement.

(Impossible de bloquer un truc pareil.)

Le shaakt esquive, délaissant toutes chances de contre-attaquer à cause de son armure imposante. La bête manque de peu de le percuter et s’en va affronter la résistance des murs de l’arène, qui font craindre de peur les spectateurs justes au-dessus, tandis que le reste se réjouit de ce début de duel.

(Pas le choix, sans l’aide de ma magie, je vais finir dans un sale état !)

Il monopolise le sort stocké dans sa poitrine et laisse la magie faire son œuvre. Un courant d’air englobe ses mouvements et le font agir avec plus de célérité. Alors que le rhox se remet du choc contre les murs, une lame vient le frapper derrière la cuisse. Une arme elfique de grande qualité, mais juste assez pour trancher un bout de gras et accroître la fureur de la bête. Elle se retourne avec vivacité et sans s’en rendre compte, atteint Relonor qui brandit sont bouclier devant lui et se voit voler en arrière. Le choc est rude, mais encore supportable. Courbé à quatre pattes en contemplant le sol sableux de l’arène, l’elfe noir crache une gerbe de sang avant de se relever pour voir un nouvel assaut de son adversaire.

(Il charge comme un idiot. Mais si j’arrive à lui faire percuter les murs, j’aurais une brève ouverture pour agir !)

Il profite des dernières parcelles de son sort pour esquiver la charge. Le rhox atteint encore le mur et le shaakt profite de cet instant pour, non pas le frapper, mais user d’une toute nouvelle magie. Il rassemble ses fluides d’air et les dirige vers la cible pour lui extraire l’air des poumons. Pourtant, les choses ne se passent pas correctement. Relonor sent que sa magie n’agit pas comme elle le devrait.

(Je dois certainement ajuster ma magie pour un adversaire de ce gabarit.)

Il réitère sa tentative et cette fois, il perçoit dans les agissements du monstre un changement perceptible dans sa respiration. Ses mouvements plus grossiers, inquiète désormais bien moins le guerrier qui contourne aisément son corps. Hélas, cette suffisance lui vaut un puissant coup, car si la bête est moins précise, ses assauts n’en restent pas moins large. La queue balaie l’espace derrière le quadrupède et percute le shaakt qui ne s’y attendait pas. Il y perd son arme, son bouclier, mais également un peu de fierté en se tenant le flanc gauche. Au travers d’une armure perforée, on peut entrevoir une blessure profonde saignant abondamment, frappée par l’un des pics de la queue.

(Bordel de merde ! Je devrais invoquer Baalsameth. Avec lui, je serais en mesure de guérir rapidement et de venir à bout de cette chose sans problème. Mais j’ai d’autres plans en tête et je ne peux me permettre de dévoiler tous mes atouts à de futurs adversaires plus coriaces. Fichtre !)

Relonor se hâte donc de laisser couler deux potions de soin, suffisamment puissante pour stopper l’hémorragie presque fatale et réduire la plaie. (potion de soin grave et majeur)De son côté, la bête fonce de nouveau sur lui, mais titube et manque de peu de le percuter, s’il n’avait pas bougé d’un pas sur le côté. Le rhox s’arrête cependant avant de percuter le mur. Il avance un peu, posant sa grosse patte sur l’épée de l’elfe noir et près du bouclier.

(T’es peut-être moins con que tu n’en as l’air !)

Fini de jouer pour le shaakt. Délester de son bouclier et ses capacités amoindries par son désir de cacher ses réelles aptitudes, il dégaine finalement l’outrage à Phaïtos et le brandit devant le monstre. Celui-ci s’approche rapidement de l’elfe noir, sans le charger inutilement. Il ralentit à l’approche de l’humanoïde qui le défie depuis trop longtemps et cherche à le perforer à l’aide de ses imposantes cornes à l’arrière de sa tête. Comprenant que trop tard l’intention de son adversaire, Relonor se contente de parer la corne qui le vise. La corne affronte le tranchant d’une dent de dragon, travaillée par un illustre forgeron et connu d’une poignée de mortels. Rhox comme shaakt, les deux opposants sont surpris par la tournure de cet échange. Aucun ne pensait qu’une simple lame serait en mesure de couper un appendice aussi solide que la corne du quadrupède. L’elfe noir profite de cet instant de confusion pour porter des coups à la tête, mais la bête se dresse sur ses pattes arrières et s’écrase de tout son poids au sol, forçant Relonor à reculer, tandis qu’un important nuage de poussière obscurcit la visibilité.

(Il est plus que temps d’en finir !)

Concentrant ses fluides sombres sur l’intégralité de son corps, il fait appel aux âmes environnantes, grâce au sort inséré dans ses épaulettes. Un sort avec lequel il commence à avoir une certaine affinité, à moins que les âmes ayant perdues contre la créature ne se manifeste pour se venger. Toujours est-il que son corps est désormais imprégné d’un pouvoir supérieur. Il recule par crainte de recevoir un coup par malchance dans cet amas de poussière, de la bête qui donne des coups au sol, alors qu’autour de lui le public craint de ne pas voir le final.

(Je vais me faire une réputation légendaire en te tranchant en deux !)

L’efficacité de son arme et son sort de renforcement ne sont pas les seuls atouts de Relonor. Il puise dans ses fluides la magie nécessaire pour modifier ses muscles afin de les rendre plus puissants qu’ils ne le sont. (Hélas, non seulement il ne parvient pas à user de ce nouveau sort avec efficacité, mais le contrecoup du sortilège précédent se fait sentir. L’utilisateur parvient à obtenir une puissance supérieure, mais se doit d’infliger une douleur physique, sous peine de recevoir une blessure maudite qui s’aggrave avec le temps.

Il boit rapidement une potion de mana, pour regagner ses ressources magiques, afin de relancer son sortilège. Cette fois-ci, la magie opère et modifie le corps du guerrier qui jouit d’une puissante supérieure, d’une aggravation de sa blessure maudite eEt de la fureur du rhox. La bête finit par avoir raison du nuage de poussière et empale le shaakt avec sa deuxième grosse corne encore intacte. Elle brandit le corps de l’elfe noir comme le ferait un humain avec un trophée. La foule hurle de joie de voir ainsi un de ses préférés abattre un nouvel opposant.

Pourtant, rien n’est fini, car l’elfe noir vit encore. Puisant dans sa rage les forces nécessaires pour tenir le choc d’une telle blessure, il abat sa lame sur le coup du monstre qui voit son cou tranché sur une large portion, avant qu’un second coup ne vienne terminer le travail et sectionne le reste, alors que la partie la plus importante du rhox ne tombe inerte au sol. Stupéfaite par ce changement de situation, le public s’est tu devant ce spectacle, avant de rugir de plaisir avec une telle victoire, acclamant ce nouveau challenger.

Fort heureusement, le casque lourd de l’elfe noir dissimule son visage. Il a ainsi la possibilité de cacher à tous, la douleur qui l’accable. Il use cependant d’une potion, pour guérir la blessure qui l’aurait empêché de quitter le sol de l’arène vivant. Il brandit cependant son arme pour galvaniser la foule à son avantage, avant de récupérer ses équipements au sol. Une bonne réputation, nécessite un excellent retour du public. Ainsi, il se saisit de la corne coupée et la lève en l’air, avant de la lancer aux spectateurs près de lui. Il sectionne la seconde corne et se dirige vers la sortie. A voir les bras tendus de la foule, le cadeau a visiblement fait des envieux. Relonor nargue en faisant semblant de lancer la seconde corne, puis alors que les appels se font plus insistants, au fur et à mesure que la sortie se rapproche, il remarque un petit humain qui s’est placé un peu à part, grâce à son petit gabarit. L’elfe noir sait que les humains ont une sorte de liens particuliers avec leur progéniture. Il décide donc de lui lancer la corne qui satisfait particulièrement l’enfant, sautillant sur place. C'est sur ce dernier geste, que l'elfe noir quitte l'arène.

Répondre

Retourner vers « Tulorim »