Le Conseil de la République d'Ynorie

Avatar du membre
Gamemaster9
Messages : 347
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 18:43

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Gamemaster9 » sam. 30 nov. 2019 13:44

Intervention pour Shirel Benevent.

Les regards des conseillers s’agrandirent distinctement aux nouvelles apportées par Shirel. Le militaire, Shen Muri, frappa de son poing ganté sur la table.

« Bon sang ! Et comment cela se fait-il que nous ne soyons pas déjà au courant ?! »

Le Conseiller Gale, ajustant son monocle d’un air défait, scrutant Shirel avec attention, secoua la tête.

« Hélas, il dit la vérité. Et je crains connaître la réponse à votre question, Instructeur Muri. Même si j’espère me tromper. »

Le milicien se leva aussitôt, prenant les choses en main.

« J’en avise aussitôt nos généraux : il faut qu’une escouade d’éclaireurs aille là-bas pour rendre compte de ce qui s’est passé, et retrouver les éventuels messagers qui nous auraient été envoyés. »

Il regarda Shirel avec un air soupçonneux, puis quitta la salle d’un pas militaire. Le Conseiller Gale reprit la parole pour s’adresser au jeune kendran.

« Dites-moi, jeune homme. Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce que vous avez vu, sur les raisons de votre présence dans un de nos camps avancés ? Nos troupes avaient-elles la moindre chance de vaincre cet ennemi surprise ? »

Il s’éclaircit la gorge, précisant :

« Vous parlez d’un assaut plus important qu’un « simple » raid. Connaissez-vous les raids garzoks, pour ainsi les quantifier ? Et quel nombre placeriez-vous derrière cet assaut… important ? »
Image

Shirel Benevent
Messages : 12
Enregistré le : mer. 25 sept. 2019 20:14

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Shirel Benevent » mar. 3 déc. 2019 18:58

Lorsqu'il eut délivré son rapport, Shirel sursauta alors que l'un des conseillers militaires frappait du poing sur la table. Il exprima la rage de n'être pas déjà au courant, et Shirel baissa les yeux, rougissant un peu. Était-ce un reproche qui lui était adressé ? Il avait un peu badiné en route : il s'était arrêté, il avait pris le temps de déjeuner chez les villageois qu'il avait croisés, puis s'était endormi sur le dos du soldat qui l'avait guidé. Le conseiller Varrockien affirma que c'était bien la vérité et Shirel lui adressa un regard quelque peu terrifié. C'était donc lui, celui qui savait déceler les mensonges ? Il frissonna. Il ne fallait pas commettre la moindre erreur. S'ils l'interrogeaient encore, ils se rendraient compte qu'il n'était qu'un lâche, un faible qui n'avait guère sa place au milieu des troupes ynoriennes. Pourtant, son récit, jusqu'alors, était effectivement sincère...

L'autre militaire indiqua qu'il allait aussitôt en informer les généraux ynoriens et envoyer des éclaireurs pour trouver d'éventuels messagers ultérieurs autant que s'aviser de la situation finale de la bataille, bien que celle-ci ne semblât pas faire de doute aux yeux de certains des conseillers. Après tout, Shirel l'avait décrite avec un subjectivisme assez avancé... Juste avant de partir mettre en place ces escouades, l'Ynorien dévisagea néanmoins le jeune homme avec une méfiance non feinte dans son regard rogue.

Il espérait que l'interrogatoire se terminerait ici : les conseillers étaient des gens d'importance et ils ne pouvaient lui accorder davantage d'attention alors qu'un danger sans pareil menaçait leur capitale. Ils devaient à présent partir organiser la défense de la ville et le laisser libre... non ? Ce n'était visiblement pas l'avis du conseiller Gale qui, réajustant son monocle, lui posa quelques questions supplémentaires, naturellement sur les raisons de sa présence dans un tel camp, ainsi que sur les chances de victoire de leur camp. C'était une question assez directe, à laquelle Shirel ne pouvait rien répondre de bien précis : ses connaissances en stratégie étaient issues de contes ou d'histoires romancées qu'il avait dégotées dans la Bibliothèque de Kendra Kâr, aussi étaient-elles dans l'ensemble inapplicables. Il savait qu'un preux chevalier avait l'avantage contre à peu près n'importe quel ennemi et désignait le camp vainqueur dans une bataille, mais il n'avait pas eu la chance d'en croiser la veille. Mais le monocle du conseiller l'apaisait presque : il brillait d'une lumière douce et Shirel, en réfléchissant, cherchait davantage à exprimer sa pensée le plus justement possible qu'à mentir à son interlocuteur - qui, de toute façon, aurait probablement décelé une telle manœuvre.

Mais le conseiller Gale n'en avait pas fini. Il s'enquit sur les connaissances de Shirel en matière de raids Garzoks et sur les forces en présence. Shirel écarquilla les yeux et demanda d'une voix blanche :

« Parce que... lors des raids Garzoks, il y a des créatures, des fauves comme ceux-là ? »

C'était inimaginable. Les Ynoriens avaient déjà bien du courage de se battre contre les terribles Garzoks : mais Shirel croyait entendre le conseiller sous-entendre que ce n'était pas si extraordinaire. En y réfléchissant, il n'avait vu aucun d'entre eux frémir lorsqu'il avait évoqué les bêtes oaxaciennes qui avaient sévi sur le champ de bataille, et il se demandait si c'était parce qu'ils étaient habitués à de tels rapports ou parce qu'ils n'avaient pas saisi l'horreur de la situation. Il avait ramené ses mains devant lui, recroquevillées l'une sur l'autre et s'efforçait de contenir un tremblement, pour garder la face devant ces hauts magistrats de la République.

« Je... je ne sais pas... Vous pensez que c'était un raid... normal ? »

Il baissa les yeux.

« J'ai vu... des dizaines de Garzoks sur notre camp. Il y en avait visiblement également qui s'attaquaient à tous les camps voisins... Puis ils ont sonné la retraite et sont repartis sous le couvert des arbres de la forêt. Je n'ai... je n'ai pas pris le temps d'observer leur fuite pour déterminer leur nombre. »

Il déglutit et chercha immédiatement à se justifier :

« J'essayais de soigner les blessés. »

C'était peut-être sa seule contribution notable à la bataille, aussi avait-il besoin d'en rendre compte, au moins une fois.

« Je viens de Kendra Kâr, comme je vous l'ai dit... Le Temple m'a envoyé à Luminion et, là, j'ai reçu la mission de venir servir comme messager en Ynorie. Ah, tenez... »

Il sortit le vieux papier froissé et tavelé, son ordre de mission, pour le tendre au conseiller Gale. Si ce n'était pas là la preuve qu'il était honnête ! Il observait le Varrockien avec une mine pleine d'espoir, attendant son verdict. Il crut bon de préciser, en attendant :

« Je venais d'arriver dans le camp, le matin même, lorsque l'assaut a eu lieu... Je suis désolé, mais je ne saurais pas trop estimer vos chances de victoire. Il faisait déjà sombre... La défense était bien organisée, pourtant, il y avait cette grande flamme au milieu du camp pour prévenir les voisins... »

Il ne savait pas trop comment continuer. Il n'avait pas vu grand-chose, à vrai dire, et donnait ces quelques éléments de bonne foi, espérant que cela informerait suffisamment ses interlocuteurs, ou qu'ils y trouvent des questions ultérieures à lui poser.

Avatar du membre
Gamemaster9
Messages : 347
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 18:43

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Gamemaster9 » dim. 15 déc. 2019 10:22

Intervention pour Shirel Benevent.


Les trois conseillers restants écoutèrent avec attention le moindre des mots de Shirel. Alors que Gale parcourait le parchemin tendu par le jeune homme, le militaire murmura d’horreur lorsqu’il entendit parler du grand feu…

« Le signal… Rana ait pitié… »

Gale se détourna du parchemin, le rendant à son propriétaire en arborant un air grave.

« Il est fort à parier que vous ayez raison et qu’il ne s’agisse pas d’un simple raid. Ceux-ci peuvent prendre bien des formes, et contenir les plus terribles horreurs des Treize de la déesse noire. Mais là… ça semble plus conséquent. Plus urgent. Le fait que vous soyez seul ici ce jour n’augure rien de bon. »

Il secoua la tête, un peu défait, et poursuivit.

« Nous nous chargeons de prendre le relais, jeune messager. Merci de ces informations cruciales. Nul doute que Luminion dans son haut col sera ravi d’avoir ces informations également. Priez-les, s’il vous plait, de venir à notre secours : nous enverrons un de nos messagers ce jour-même pour Kendra Kâr et une demande officielle d’aide au Roi Solennel IV, mais je crains que tout cela ne soit trop long, aussi appuyez, si vous le voulez, sur l’urgence de notre appel auprès du Duc de Luminion. »

Il tripota un instant sous la table et sortit une bourse qu’il tendit à Shirel.

« Voilà pour votre paiement, messager. Merci de votre célérité. »

La bourse contenait 5 pièces d’argent, 500 yus au total. Shirel, s'il n'avait plus rien à dire, fut aussitôt congédié.


[HJ : yus validés sur la fiche]
Image

Shirel Benevent
Messages : 12
Enregistré le : mer. 25 sept. 2019 20:14

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Shirel Benevent » jeu. 2 janv. 2020 18:35

Ce fut lorsqu'il évoqua la grande flamme allumée que les conseillers finirent par donner du crédit à son récit. Le conseiller Gale, ensuite, lui rendit l'ordre de mission de Luminion, tout en constatant que le fait qu'il soit le seul survivant indiquait bien l'urgence de la situation. Shirel sentit le bout de ses joues rosir. Sous-entendait-il qu'ils avaient à faire à un couard ? Il baissa les yeux, rangeant rapidement le papier dans son sac. Mais le conseiller Gale ne s'arrêta pas là : en le congédiant, il lui demanda d'appuyer leurs demandes à Luminion d'envoyer des renforts pour protéger l'Ynorie, craignant que ses propres messagers, qui s'adresseraient notamment au roi lui-même, ne mettent trop longtemps à les convaincre, puis il lui tendit une bourse.

Le jeune homme récupéra la bourse, qu'il trouva d'un poids équivalent à celle qu'il possédait déjà. C'était heureux : cinquante yus de plus, ça lui servirait bien. Il s'inclina devant les conseillers, gauchement certes, mais en essayant de respecter l'usage - il avait lu que c'était la façon avec laquelle les Ynoriens se saluaient et, bien que cela lui semblât très étrange, il n'était pas en mesure de le reprocher aux Conseillers d'Ynorie. Puis il sortit.

Dehors, rien n'avait changé. La nouvelle avait éclaté au sein du palais, mais pas dans les rues, qui restaient animées d'une joie douce, atténuée par la fraîcheur de l'automne qui faisait rentrer les gens chez eux plus tôt. Il ouvrit alors la bourse récupérée en marchant sur les pavés, pour la déposer dans sa propre bourse, et s'aperçut que l'éclat de ces pièces-là était légèrement différent. Des pièces d'argent.

Il s'arrêta net en plein milieu de la rue, les yeux écarquillés. Des pièces d'argent.

Il les mit tranquillement dans sa bourse et reprit sa route, l'air toujours aussi éberlué. Il était devenu riche, d'un seul coup, sur le bon vouloir de la République d'Ynorie. Après tout, ces Conseillers étaient l'équivalent du Roi de Kendra Kâr, songeait-il : il était naturel qu'ils voient une telle somme comme une bagatelle, alors que lui y voyait de longs mois de dur labeur au Temple de Kendra Kâr.

Pourtant, il sentait que cela n'était pas si bon. Tant d'argent, ça attirerait les voleurs et les tire-laines ; tant d'argent, ça attiserait la convoitise de ses camarades au Temple ; tant d'argent, ça risquait de faire naître chez lui une tentation pour l'avarice et la luxure qui déviaient dangereusement de la voie de Gaïa. Il ne savait qu'en penser. C'était une belle récompense, mais il fallait l'employer à une fin honnête. Curieusement, le souvenir des soldats ynoriens qu'il avait abandonnés sur le champ de bataille lui revint en mémoire et il songea que la récompense, si elle était belle, n'en était pas moins sale.

Il avait honte de lui. Pourtant, ses pas continuaient à l'éloigner du siège du Conseil d'Ynorie. S'il avait été courageux, ou même seulement honnête, il serait revenu en arrière, il aurait avoué qu'il avait fui la bataille, qu'il avait eu peur et qu'il avait cédé à la panique... mais il sentait qu'il n'en avait pas la force. C'était un remords qui s'installait, comme un chancre qui se creuse un nid. Il continuait donc sa route, la bourse plus lourde et la conscience aussi.

Avatar du membre
Tergeist
Messages : 185
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 14:26

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Tergeist » dim. 10 janv. 2021 16:46

Dans le chapitre précédent...

Troisième Arc : Encre de feu, Ancre de sang.

Chapitre XXI.3 : L'appel du devoir.

La traversée de la ville se fit dans un silence entre les deux hommes, et sous les épais nuages d’un printemps orageux. Il ignorait ce que pouvait bien penser le milicien, mais lui était en proie aux multiples suppositions qui pouvaient mener les dirigeants non seulement de la capitale, mais aussi de la République tout entière, à les quérir. Il écarta rapidement le cas d’Yliria de l’équation : si sa présence gênait réellement, ils l’auraient fait expulser manu militari au lieu de le faire venir lui. De plus, il doutait qu’une convocation par le Conseil nécessitant la présence d’un des membres les plus éminents de la milice se fasse pour un événement aussi « trivial ». Quels choix restaient-ils ?

(Le siège… Ca aura sûrement un rapport avec la guerre contre Omyre.)

En sa qualité de Porteur de la Kizoku-Rana, il avait un devoir de protection envers la République. Et s’il était conscient et volontaire pour aider les siens et protéger sa patrie, il émettait quelques réserves quant à son poids dans une bataille engageant des milliers de combattants. Une mission spéciale ? De reconnaissance ? Un objectif ciblé était envisageable, mais les possibilités étaient tellement nombreuses… En fin de compte, il décida d’enfin s’adresser à son silencieux compagnon, en quête de réponse. Car il apercevait déjà la pierre éclatante et massive du siège du Conseil s’élever au-dessus des toits, au bout de la rue.

« Excusez-moi, Sergent… Est-ce que vous savez pour quoi le Conseil nous convoque-t-il ?

- Non, je l'ignore. Probablement des directives liées à la situation actuelle, déclara après un instant de réflexion le milicien, avant de rajouter : plus concrètes que de jouer les messagers pour les miliciens sous ma responsabilité, je l'espère. »

Cherock acquiesça. Le Dragon ne semblait pas avoir plus d’informations que lui, mais en était venu au même point. Il vit aussi son regard s’arrêter sur son équipement, sans qu’il puisse savoir lequel. Mais il n’eut pas le temps de s’interroger plus longtemps car la le caractère majestueux du bâtiment abritant le Conseil se dévoila enfin devant ses yeux. Même malgré le ciel noir d’orages, il restait imposant et fort d’un symbole marquant l’indépendance et la ténacité dont les Ynoriens avaient dus faire preuve pour bâtir leur nation indépendante. Cherock n’était venu qu’en de rares occasions dans ce lieu, et la plus récente était sa rencontre avec Hatsu Okâmi, lorsqu’il l’avait intercepté après le procès de Talabre pour le mener à son frère. Un événement récent mais qui lui semblait si loin…

(Concentre toi Cherock.) le rappela à l’ordre sa Faëra.

Les grandes marches menant à l’entrée du bâtiment furent gravies en de rapides enjambées par les deux hommes, qui passèrent les gardes postés sans difficulté. Le prestige du duo n’était pas à sous-estimer, raison pour laquelle ils furent exempts de contrôle. Ou alors avaient-ils été prévenus de leur arrivée ?

Une nouvelle fois, Cherock chassa de sa tête les pensées et les questions superflues. Elles étaient nombreuses et causées par la nervosité grandissante en lui, aussi se focalisa-t-il sur son environnement. L’intérieur du bâtiment était empli d’une ambiance lourde, et d’une activité frénétique dans un silence de chuchotements et de cliquetis d’armures. Il n’en était pas sûr, mais Cherock jugeait qu’il devait y avoir au moins deux fois plus de soldats que d’ordinaire. Quelque chose se préparait.
Puisque le milicien était celui qui avait été mandaté pour les mener tous deux au Conseil, il le laissa s’exprimer avec la jeune femme aux prunelles noisette chargée de l’accueil des personnes souhaitant s’entretenir avec le Conseil -s’il avait bien saisit sa fonction. Celle-ci fit un signe à un Samouraï posté en retrait, et lui demanda de les escorter jusqu’à la chambre du Conseil. Dans un signe de tête, il les invita à le suivre, ce que firent les deux hommes. Ils montèrent un des deux grands escaliers de marbre menant à l’étage supérieur, avant de prendre le couloir central qui s’enfonçait rapidement dans les profondeurs du bâtiment. Au bout, une double porte d’un bois argenté frappée du blason de la ville, attestant de l’importance de la pièce qui se trouvait derrière. Le Samouraï, après un regard jeté en arrière, frappa à la porte deux coups lents, puis trois coups rapides, avant d’ouvrir les doubles battants en les annonçant.

« Honorables Conseillers, le sergent D'Esh Elvohk Kiyoheiki, de la Milice d’Oranan et Dragon d’Or d’Ynorie, accompagné du Porteur de la Kizoku Rana, Cherock O’Fall. »

Avatar du membre
Kiyoheiki
Messages : 33
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 16:09

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Kiyoheiki » dim. 10 janv. 2021 19:44

~Auparavant~

~3~


Après une poignée de minutes, le jeune homme et moi nous dirigeons vers le bâtiment du Conseil. Je jette brièvement un coup d’œil au ciel nuageux. Le temps est grisé, comme se préparant à peindre un sombre voile sur mes terres natales. Pourvu que le temps n'empire pas trop, les conditions sont déjà suffisamment difficiles comme cela.

Nous progressons en silence, et je ne m'étonne pas vraiment de la chose. Ce Cherock O'Fall m'a rendu mon salut militaire de la même manière et m'a respectueusement appelé par mon grade. Cela ne m'étonnerait guère qu'il fréquente des miliciens et connaisse les us de l'organisation. Toutefois, alors que nous voyons poindre notre destination, mon interlocuteur rompt ce silence et me demande si je sais pour quelles raisons le Conseil nous convoque. J'ai bien une petite idée à mon endroit, ayant participé à nombre de conflits de grande ampleur par le passé. Mais lui ? Mes yeux violets l'intègrent à mon champ de vision, s'attardant sur sa tenue et plus particulièrement sur ses armes. J'ai la sensation qu'une idée est sur le point de me venir, mais elle demeure floue.

Je reporte mon attention devant nous, fronçant légèrement les sourcils.

"Non, je l'ignore. Probablement des directives liées à la situation actuelle."

La guerre est à nos portes, mais je n'ai pour le moment eu comme consignes que de faire passer le message et m'assurer que les combattants sous mon commandement soient prêts au combat, voire de rappeler leur devoir à qui semblerait frileux. Certains de ceux que je considère encore comme mes apprentis se sont même montrés plus résolus que leurs aînés. Je me demande encore quelle est la part d'imprudence et celle de courage dans leur attitude. Lentement, mes doigts resserrent leur étreinte sur un pan de mon heaume.

"Plus concrètes que de jouer les messagers pour les miliciens sous ma responsabilité, je l'espère."

Aussitôt ces paroles émises, je serre la mâchoire. De quel droit suis-je en train de me plaindre ? Mes supérieurs doivent avoir une bonne raison de ne pas m'avoir fait connaître d'autres ordres que ceux-ci. Je tente de raisonner posément, mettant cette absence d'instructions sur la nécessité d'organiser les forces armées avant la celles de la milice. Et si je suis ici, à gravir les marches de l'édifice, c'est pour une bonne raison.

Les gardes aux portes nous laissent passer, certainement informés de notre venue. Je leur adresse brièvement un signe de tête en avançant puis me dirige vers une jeune femme, la saluant avant de décliner nos identités respectives. Après lui avoir exposé les raisons de notre venue, elle fait signe à un samouraï présent un peu plus loin. Pendant un court instant, je revois une autre pièce où un nombre impressionnant de ces guerriers d'élite étaient postés. Je chasse vivement ce souvenir, me concentrant sur la direction prise par l'homme dans le bâtiment.

Le samouraï nous conduit à une double porte sur laquelle il tape une série de coups lents puis rapides, avant d'ouvrir et de nous annoncer. Quelque part, entendre l'homme me désigner par mon titre de Dragon me laisse perplexe. C'est ce que je suis, je le sais, mais j'ai encore un peu de mal à m'y identifier totalement. Mon regard se dirige presque impoliment sur mon voisin quand il est présenté ensuite en tant que Porteur de la Kizoku Rana. Je comprends mieux la raison de sa venue. Qui d'autre que celui maniant une lame de légende serait plus à même d'être reçu par le Conseil ? J'espère toutefois pour lui qu'il a les épaules pour jouer de cette arme si symbolique aux yeux de mon peuple et, qu'en parallèle, il n'alourdit pas son fardeau par un besoin de prouver en être digne. Les attentes de ceux plaçant leurs espoirs en des symboles peuvent s'avérer bien lourdes à ne pas décevoir.

Cela me rend toutefois curieux à son endroit et de la façon dont Kizoku Rana est entrée en sa possession. Mais ce sont là des considérations pour plus tard. Qu'il possède un objet aussi célèbre ou non, j'attends de le voir agir et raisonner avant de me faire une opinion. L'histoire et la notoriété d'un artefact ne sont pas celles de son détenteur et ne sauraient décemment s'y substituer.

Je reporte mon attention devant moi, jette un bref regard à la pièce puis salue les présents respectueusement.


Modifié en dernier par Kiyoheiki le lun. 11 janv. 2021 13:33, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cromax
Messages : 267
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Cromax » dim. 10 janv. 2021 20:50

Intervention pour Kiyoheiki et Cherock

Les deux « célébrités » d’Oranan furent donc accueillies dans la vaste salle du Conseil de la République. Vaste, et passablement vide, au passage. Il n’y avait là pour tous conseillers que deux d’entre eux, sur la petite vingtaine qui le constituait. Mais pas n’importe lesquels, et cela put donner la puce à l’oreille des deux visiteurs. Il s’agissait de nul autre que Hoga Tirama, haut capitaine de la milice de la ville, et la non moins célèbre Nora Shimi, combattante émérite de l’armée ynorienne. Tous deux responsables prioritaires de la protection de la cité et de ses alentours. Dame Shimi prit la parole en premier, avenante malgré la situation, ce que n’était en rien son comparse du jour, sévère et impénétrable.

« Merci d’avoir répondu si rapidement à notre convocation, Hīrō. Soyez tous deux bienvenus dans l’Antre du Conseil d’Ynorie. »

Elle salua posément les deux invités, puis poursuivit.

« Comme vous le savez, cela fait des semaines que les troupes d’Omyre ont encerclé la cité, menaçant d’un siège notre capitale. Seul l’accès maritime est préservé, mais nous attendons sous peu l’armada ennemie qui tentera de nous couper du reste du monde. »

Son sourire avait disparu sous une mine plus grave, soucieuse.

« Les rapports récents indiquent que l’armée terrestre de la Déesse Noire gonfle encore ses rangs sur nos terres, dévastées et pillées. Oranan subira bientôt le courroux d’une nouvelle bataille, sur deux fronts cette fois. Le Royaume de Kendra Kâr et ses alliés seront heureusement présents. Leur flotte est actuellement en cheminement vers la capitale, et leurs troupes se rassemblent au Sud, près de Viskori. Une lueur d’espoir à laquelle nous devons tous nous raccrocher en ce jour sombre… »

Le Capitaine Tirama toussota de la gorge pour empêcher sa collègue de s’étendre davantage. Il prit la parole d’un ton plus sec, quoique toujours poli.

« Ce qui nous amène à la raison de votre présence ici. Sa Majesté le Roi Solennel IV fait appel à des aventuriers indépendants pour des missions spéciales tenues secrètes. Nous ne pouvons nous départir du moindre soldat dans nos rangs, nécessaires pour la défense de la ville. Ainsi, vous avez été désignés, si vous acceptez cette mission pour le bien de la République, pour représenter Oranan et l’Ynorie au sein de cette force indépendante. Afin de veiller sur nos intérêts et notre sauvegarde. »

Nora Shimi reprit la parole.

« C’est une nécessité qu’Oranan y soit représenté, et nous plaçons énormément de confiance en vous en vous attribuant cette tâche. J’espère de tout cœur, au nom de l’Ynorie, que vous accepterez cette tâche. »

Et tous deux observèrent les « élus », dans l’attente de leur réponse.

Avatar du membre
Tergeist
Messages : 185
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 14:26

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Tergeist » dim. 10 janv. 2021 23:03

Dans le chapitre précédent...

Troisième Arc : Encre de feu, Ancre de sang.

Chapitre XXI.4 : L'appel du devoir.

La salle qui s'offrit à Cherock et au milicien n'était autre que la salle du Conseil lui-même. Pour en avoir entendu sans jamais la voir, il reconnaissait sans mal cette longue table en arc de cercle qui faisait face aux personnes venant quérir les Conseillers, qui siégeaient à cette même table. Mais aujourd'hui, seules deux des têtes pensantes de l'Ynorie étaient présentes. La première était Hoga Tirama, chargé de la sécurité de la ville et de sa défenses. Un homme droit, fier et faisant de l'honneur Ynorien et le peuple sa priorité. Non moins célèbre, Dame Shimi était elle à la tête des opérations de défense sur tout le territoire en dehors des murs de la capitale. En un mot comme en cent, c'était les Conseillers qui en temps de guerre, avaient le plus de poids.

Cherock pénétra dans la salle et fut soudainement pris d'un doute : comment devait-il saluer ces imminents personnages ? C'était une situation sans précédent pour lui, et il doutait qu'une simple courbette suffirait. Imiter le sergent ne lui semblait pas une bonne idée non plus, car si lui était un gradé de la milice, l'enchanteur n'était pour sa part qu'un citoyen lambda, Kizoku ou non. C'était des militaires, aussi décida-t-il de marquer son respect de la manière qu'il jugea la plus appropriée : renouvelant le salut militaire effectué plus tôt envers le Dragon d'or, il y ajouta également une légère inclinaison du torse et posa un genou à terre. La voix claire et emprunte de politesse de la célèbre archère résonna dans la salle, une fois le claquement discret de la porte dans son dos.

« Merci d’avoir répondu si rapidement à notre convocation, Hīrō. Soyez tous deux bienvenus dans l’Antre du Conseil d’Ynorie. »

Prenant ce salut comme une invitation à se redresser, Cherock s'exécuta et prêta une oreille attentive au discours de la jeune femme. En l'observant alors qu'elle expliquait la situation d'Oranan qui se dégradait de jour en jour, il comprit pourquoi son père racontait que ses sorties sur le champ de bataille faisait souvent des émois parmi les Samouraïs et les patrouilles frontalières : elle était d'une saisissante beauté. Puis ce fut au tour du capitaine Tirama, qui avait été le supérieur de son Samouraï de père, d'entrer dans le vif du sujet.

« Ce qui nous amène à la raison de votre présence ici. Sa Majesté le Roi Solennel IV fait appel à des aventuriers indépendants pour des missions spéciales tenues secrètes. Nous ne pouvons nous départir du moindre soldat dans nos rangs, nécessaires pour la défense de la ville. Ainsi, vous avez été désignés, si vous acceptez cette mission pour le bien de la République, pour représenter Oranan et l’Ynorie au sein de cette force indépendante. Afin de veiller sur nos intérêts et notre sauvegarde.

- C’est une nécessité qu’Oranan y soit représenté, enchaîna dame Shimi, et nous plaçons énormément de confiance en vous en vous attribuant cette tâche. J’espère de tout cœur, au nom de l’Ynorie, que vous accepterez cette tâche. »

Ayant fini d'exposer leurs attentes, les conseillers posèrent un regard attentif sur les deux guerriers, attendant une réponse. La main de Cherock se serra autour de la lame Ynorienne pendant à sa taille. Il fit un pas en avant, se collecta, avant de déclamer sa résolution d'une voix profonde, affirmée.

« Honorables membres du Conseil, vous dire que j'accepte en ma qualité de Porteur de la Kizoku-Rana serait tronquer la vérité. Si je suis conscient du devoir qui m'incombe pour être en possession de cette lame, je reste avant tout un Ynorien. Et si mon coeur me pousse à vouloir défendre la ville qui m'a vu grandir et les personnes qui me sont chères, j'irai là où ma présence sera la plus nécessaire. Je m'en remets à vous pour la défense de notre cité et représenterai de mon mieux la fierté Ynorienne dans cette force indépendante. »

Avatar du membre
Kiyoheiki
Messages : 33
Enregistré le : dim. 6 janv. 2019 16:09

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Kiyoheiki » lun. 11 janv. 2021 13:32

~Auparavant~

~4~

J'aurais du m'y attendre, et pourtant je suis un brin surpris que des membres du Conseil, seuls deux soient présents. Le premier est mon supérieur hiérarchique, le respecté Hoga Tirama, Haut Capitaine de la milice. C'est la première fois que je le rencontre, et il cause une impression plus forte encore que celle du Capitaine Atsuhiko. Le gigantesque espadon et l'armure de samouraï qu'arborent son impressionnante taille y sont certainement pour beaucoup. À ses côtés se tient son pendant en lien avec les armées ynoriennes, la reconnue Dame Nora Shimi. Elle passe son vif regard entre les présents, se montrant aussi ouverte que son voisin est sévère.

Elle nous souhaite la bienvenue dans l'Antre du Conseil, puis nous fait un résumé de la situation actuelle. Les troupes d'Omyre encerclant la cité une nouvelle fois depuis des semaines, se préparant à un siège. La voie terrestre est coupée, et si celle des eaux ne l'est pas encore, la noble Dame indique la venue d'une armada ennemie sous peu. Si d'aucun se bercerait encore d'illusions quant à une issue pacifique, force est de constater que les chances sont des plus minces. La Conseillère Shimi partage ensuite les informations récentes, indiquant que les troupes terrestres continuent de se rassembler sur nos terres, tout comme celles de Kendra Kâr. En résumé : la menace d'un siège, et une bataille regroupant une partie non dérisoire des forces de tout Nirtim. Quoi qu'il advienne, aucun camp n'en sortira indemne.

La Dame se laisse aller à exprimer ses sentiments, en misant sur la lueur d'espoir que les troupes de Kendra Kâr représentent. Il est vrai que, cette fois, nos voisins et régents ancestraux vont se battre ouvertement à nos côtés. Ils auraient pu abandonner la République à son sort, mais je ne suis pas entièrement dupe. Sans ma Patrie pour faire grandement barrage, le royaume kendrain devra encaisser les assauts lancés depuis des terres bien plus propices. Ils agissent aussi bien par conviction contre la Demie-Déesse que par logique pragmatique. Je n'exprime nullement cette pensée, mais ne me voile pas pour autant la face à son sujet. C'est un simple fait, et je l'accepte.

Le Capitaine Tirama se manifeste, interrompant d'une toux discrète les paroles un peu trop sentimentales, pour donner la raison de notre présence. Le Roi Solennel IV fait appel à des aventuriers pour effectuer des missions tenues secrètes. Les soldats de la cité ne pouvant être dépêchés, ce sera à nous de représenter Oranan et ma Patrie au sein de ces éléments. Je fronce légèrement les sourcils, écoutant la Conseillère ajouter qu'il est nécessaire que la Capitale soit représentée. Et je le comprends. Des voix au nom de la ville qui pourrait, si la guerre tend vers notre défaite, servir de monnaie symbolique dans la négociation d'une reddition, sont indispensables.

À côté de moi, le jeune Cherock donne sa réponse, insistant sur la conscience du devoir lié à sa lame légendaire et à son ascendance. Il est donc, comme moi, en partie ynorien. Il s'exprime avec assurance, se montrant prêt à représenter au mieux notre fierté. Il a grandi ici, et son cœur y a ses racines, ce qui est une pensée rassurante. Mais cela ne me conforte pas dans l'idée que je puisse me fier totalement à lui. L'expérience. J'ai déjà vu des individus se retourner contre les leurs malgré des racines communes, sans parler des traîtres vivant et servant pourtant l'Ynorie depuis des années.

Après son petit discours dont j'ai l'impression que j'aurais pu en être à l'origine moi-même, je pince légèrement les lèvres avant de m'exprimer.

"Honorables Conseillers, je vous suis également gré de votre confiance à mon endroit et comprends vos intentions."

Je lisse un pan de mon casque du pouce en parlant, laissant mon regard se faire un brin plus froid.

"Ainsi que la nécessité de se trouver à proximité des indépendants dans des situations aussi complexes. Être l'une des voix des ynoriens est un très grand honneur pour cet humble citoyen. En tant que fils de l' Ynorie, pour notre Peuple, la République et notre Patrie, j'accepte cette tâche."

Je ponctue ma réponse d'un respectueux signe martial, me montrant plus déterminé que jamais. L'Ynorie m'a accordé ma chance et sa foi, elle n'aura pas affaire à un ingrat.

Modifié en dernier par Kiyoheiki le mar. 12 janv. 2021 23:14, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cromax
Messages : 267
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 20:51

Re: Le Conseil de la République d'Ynorie

Message par Cromax » lun. 11 janv. 2021 15:39

Intervention pour Kiyoheiki et Cherock

Si l’attitude du Haut capitaine ne laissa rien transmettre, une expression de soulagement souligna les traits de Nora Shimi. Elle s’adressa d’un ton soulagé aux deux représentants de l’Ynorie dans la bataille qui allait venir.

« Soyez honorés de cette décision. Le Conseil compte sur vous, serviteurs de l’honneur et d’Oranan. Puisse le sort vous être favorable. »

Et elle plaça deux doigts sur le cœur avant d’en saluer les deux aventuriers. Hoga Tirama commenta, lui, plus sombrement :

« Tâchez d’être dignes de votre serment, et de ces armes et titres que vous portez. Un navire marchand a été affrété pour vous transporter jusqu'au camp kendran. Il partira ce soir au plus tard. »

Le rendez-vous était prêt. Il les salua d’un signe de tête poli, inclinant sommairement celle-ci, et laissa les visiteurs repartir avec une mission en poche… A moins qu’ils n’aient d’autres interrogations.

Répondre

Retourner vers « Oranan »