Les Eleveurs de Poneys Boffin

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2410
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Eleveurs de Poneys Boffin

Message par Yuimen » ven. 29 déc. 2017 12:05

Les éleveurs de poneys Boffin
Les poneys les plus robustes de tout Nirtim !
Un peu plus profondément dans les terres, là où la terre est riche, fertile et verdoyante, se situe le bâtiment des frères Boffin, éleveurs de poneys. Entamé il y a à présent quarante-six ans, leur troupeau compte maintenant une bonne cinquantaine de poneys.

Tandis que Till, l'aîné, s'occupe tendrement de leurs bêtes, Pimpernel, le cadet, accueille les visiteurs. Son sourire sera bien sûr d'autant plus large que sera arrondi le ventre de votre bourse!

Ils ont l'habitude des voleurs et ne se laisseront pas faire facilement. De même, ils connaissent leurs poneys à leur juste valeur et, s'ils sont durs en affaire, ils n'acceptent pas de marchander. Si vous n'avez pas les moyens d'acheter un poney, ils peuvent vous en louer pour une très modique somme.

De même, n'espérez pas trouver ici de chevaux de grande taille. Les Boffin ne s'occupent que de poneys. Mais ils sont si robustes et si bien soignés qu'ils peuvent, sans rougir, tenir la distance face à un cheval.

Hébergement de montures :
Vous pouvez ici laisser en pension votre monture (uniquement celles du même type que celles vendues). Ce service coûte 50 yus, peu importe le nombre de temps que la monture reste.

Montures hébergées :
Fonctionnement :

Avatar du membre
Krulax Ur'tialb
Messages : 8
Enregistré le : sam. 22 août 2020 19:43

Re: Les Eleveurs de Poneys Boffin

Message par Krulax Ur'tialb » mer. 16 sept. 2020 01:28

Sur le chemin depuis la caserne des gardes de Shory, Krulax avait pu récolter des fleurs qu'il avait tressé en une couronne qu'il avait posé sur sa tête. La journée était belle et le soleil n'était caché que par de rares nuages. Rien n'annonçait ce qui attendait le garzok à une lieu de la caserne. Sauf peut-être un cri. Un cri perçant la tranquillité de ce qui aurait pu être comparé à une balade champêtre de deux amoureux par un après-midi de printemps. Ce son, reconnaissable entre tous les chants d'oiseaux, était celui d'une créature humanoïde dotée d'intelligence. Krulax empoigna le manche de son marteau à deux mains dont la tête était vers le bas et le dégaina pour le tenir devant lui et se mit à presser le pas de plus en plus, jusqu'à atteindre une foulée entre la course et la marche rapide, et pris la direction de ce cri, coupant à travers un champ de blé en maturation.
À mesure qu'il se rapprochait, il put identifier le cri comme celui d'une femme, mais également un deuxième son : un grognement. Fronçant les sourcils, il grogna à son tour et accéléra le pas pour atteindre le lieu de détresse au plus vite. Comme il s'y attendait, c'était bien une femme, une Sinaris qui criait, et qui cachait derrière elle deux enfants face à une créature dotée d'une arme et menaçant les trois personnes.
Plus il se rapprochait, moins le doute était possible sur l'identité de la source de la menace.

- Un gnoll ? Mais le capitaine m'a pourtant parlé de la montagne ! Qu'est-ce qu'il fait dans une ferme ?

Ni une, ni deux, le garzok entame ce qui ressemble à une charge en direction du gnoll accompagné d'un cri pour tenter d'attirer son attention.
Le gnoll tourna la tête en direction de Krulax, mais réussit à esquiver la charge qui avait été entamée tellement tôt qu'elle était facile à anticiper. Arrivé plus ou moins entre les sinaris et le gnoll, Krulax freinât sur un peu plus d'un mètre à cause de l'inertie générée par son action. Une fois arrêté, il regarda autours de lui pour ne pas se tromper de cible, identifia les sinaris et le gnoll, ce mettant face à ce dernier, arme en avant.

- Ne vous n'inquiétez pas, les renforts sont là! (Woaw! J'ai toujours rêvé de dire ça!)

Reprenant ses esprits - Les renforts ? Mais... Mais vous... Vous êtes seul !

- Ca va all...

Krulax, qui avait tourné la tête vers la femme pour tenter de la rassurer, n'avait pas fait attention au gnoll qui s'était rapproché et qui s'apprêtait à asséner un coup de masse à pointe sur lui. La femme poussa un cri qui fit tourner sa tête dans l'autre sens pour voir l'arme descendre sur lui. Il entama alors un coup vers l'avant, frappant avec le bout de son marteau en direction du torse du gnoll à découvert, pour le repousser. Le coup de marteau projette le gnoll en arrière sur deux mètres après lui avoir enfoncé la cage thoracique et cassé quelques côtes, coupant la respiration de la bête qui est étendue sur le sol, les bras écartés.
Krulax tient encore la position finale de l'attaque pendant quelques courtes secondes avant que la tête du marteau, la partie la plus lourde, ne touche le sol. Il relève la tête et son arme, prêt à tout. Il regarde le gnoll qui ne bouge pas.

- Attention, restez derrière moi, il pourrait se relever ou ne pas être seul. Tout le monde va bien ?

Au-dessus des pleurs des enfants apeuré, la femme réussit à dire un petit "- O-Oui...". Krulax, arme en avant, s'approche pas à pas du gnoll pour vérifier son état. Arrivé à son niveau, il découvre le creux causé par son arme dans le torse de la bête, ainsi qu'il filet de sang coulant légèrement de la gueule. Un léger sifflement est perceptible, signe que les poumons ne font pas correctement leur travail.

- Je dois l'achever avant qu'il n'attire ses congénères.

Marteau tête en bas, il le soulève au-dessus de la bête mourante avant de l'abbatre avec force pour ecraser sa tête. Dans un son terrible, mélange d'os qui se casse et de cerveau qui se comprime, la bête meurt, sans un dernier souffle. En relevant son arme, le sang dégouline de cette dernière, mais il se contente de revenir vers le trio de sinaris en jetant des coups d'œils aux alentours pour surveiller la venue d'une ou plusieurs autres bêtes.

Répondre

Retourner vers « Comté de Shory »