Le Manoir de la Famille Belmont

Répondre
Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » lun. 13 janv. 2020 15:08

Incroyable. Impensable. Je vis la scène comme au ralenti : la griffe traverser les chairs molles de l’horreur s’apprêtant à nous dévorer tous crus et ressortir par l’arrière de sa tête immonde, allant se planter dans le bois du mur avec ce qui restait de la cervelle de la goule géante. Son corps énorme fut pris d’un dernier soubresaut, nous relâchant enfin Adam et moi et abandonnant toute vie, si tant est qu’on puisse appeler ça de la sorte.

Hébété, mais indemne, je me relève finalement après toutes ces mésaventures en enfilade, ramassant ma gourde une fois encore avant de la replacer à ma ceinture, qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Le mage est à mon côté, prêt à intervenir de nouveau, quoiqu’un peu désorienté lui aussi. Un éclat de voix, celui d’Eden, parvint jusqu’à moi. Il quémandait l’aide de Fromritt. Nous étions encore tous les quatre vivants. Les quatre embauchés par Mathias. Mais l’était-il encore, lui ? Apparemment oui, mais l’on ne pouvait pas tant dire de son odieux paternel corrompu. Une menace de moins, sans nul doute. Edgar lui aussi semblait être passé de vie à trépas. Des fois, contrarier la nature n’avait pas que du bon : son heure devait être arrivée, cette fois.

Du côté des ennemis, il ne restait plus grand monde : le gros moche en plein combat contre la demi-portion de notre groupe, Le vieux en compagnie de From, et, plus surprenant, l’égorgée revenue d’entre les morts pour détruire les tronches respectives de sa copine et de Edgar. Une tierce menace dont les combattants du tas se seraient bien passés. Aussi ce fut vers elle que je canalisai ma magie pour dessiner un trait meurtrier de magie pure vers cette erreur de la nature. L’égorgée, quel que fut son nom, allait de nouveau périr. Ou tout du moins l’espérais-je.


[HJ: Trait de lumière au niveau 2 sur Morgana]

Avatar du membre
Fromritt Verlorgot
Messages : 49
Enregistré le : mer. 2 janv. 2019 22:13

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Fromritt Verlorgot » lun. 13 janv. 2020 15:10

L’hémoglobine suintait, coulait de ses plaies depuis maintenant trop longtemps. Sa rage rouge dépérissait. Son énergie se volatilisait de plus en plus à chaque seconde. Sa vision s’était troublée, au point qu’il croie avoir une larme haine dans ses yeux. Non, juste la fatigue embrumait sa vue, chassait la colère dans ses veines et ramenait ses pensées petit à petit.


Pas le temps de se morfonde néanmoins. Son cœur s’emballait et l’adrénaline pulsait en lui. Sans plus réfléchir, il s’avança vers Mathias. En cours de route, le chef des bandits pesta, transperça la cage thoracique du père du commanditaire et reporta son attention sur Fromritt. Sa lame voulait goûter le sang, de celui qui avait empêché la mort de deux Belmont ce soir.


Tooooi…. T’es leur putain chef ! Par habitude, il mima une garde sommaire, sans son épée qui gisait plus loin. Meeeerde ! Ses yeux noisette se posèrent sur l’arme de son patron. Laissez-moi finir c’que j’ai commencé. Sans demander son reste, il attrapa le chef d’œuvre entre les mains du noble.


Rapidement, il se plaça de sorte à protéger Mathias, instinctivement. Ses mouvements semblaient plus précis, mais plus lents. Une voix traversait son esprit, une voix qui implorait, pleurait et tremblait. Tant de choses inutiles que le juge, jury et bourreau ignora. Sa survie n’était pas garantie, la faiblesse était donc intolérable, même si elle était en l’état, inéluctable.


Ramène toi, chien ! Cria-t-il, la pointe de l’épée en l’air, la garde au niveau de son ventre.

Avatar du membre
Gamemaster2
Messages : 206
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 15:08

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Gamemaster2 » mar. 14 janv. 2020 14:03

Intervention pour Adam, Eden, Selen et Fromritt


><

Désormais débarrassés de l'ignoble intrus s'écrasant peu à peu sous son propre poids, les deux groupes de mercenaires reprirent la bataille de plus belle. Toujours pris entre deux feux, Eden tente de ruser l'énorme imbécile qui se précipite déjà sur lui, le poing prêt à frapper. Peut-être trop subtil pour un être aux neurones si peu connectés, l'appel à l'aide du filou n'atteint même pas ses oreilles, le laissant libre de battre la viande qui s'agite. Une nouvelle frappe au casque, cette fois-ci plus lourde de conséquences. L'impact est suffisant pour sonner le jeune garçon, ressentant l'onde jusque dans sa colonne vertébrale qui l'oblige à poser genou à terre. Visiblement satisfait, Tête Molle ne découvre qu'après la coupure sur son bras qui se met à saigner sans s'arrêter, lui faisant soudainement réaliser la gravité de la situation. Désastreuse, en effet. Et la vue du cadavre animé achève de le faire paniquer, lui qui recule désormais pour se ranger près de ses alliés.

Aussi morte soit-elle, Morgana tient toujours à goûter la chair qui l'attire tant, désormais attendrie par le boucher. Forcée de ramper sur le cadavre de feu son amie et confidente, elle pose une première main sur le sol et s'apprête à attraper le jeune mercenaire de la deuxième lorsqu'elle s'effondre au sol, son bras appuyé manquant. Le rayon de lumière lancé par Selen a été bref et précis, amputant le trépassé sans pour autant l'empêcher de se nourrir. Toujours à portée, Morgana finit par ramper de son unique bras les derniers centimètres qui la sépare du mollet d'Eden et y plonge ses dents gâteuses, désormais maculées de sang frais.

Entre Fromritt et Evan, la tension monte encore d'un cran. Décidé à purger le Manoir des derniers Belmont présents, le chef des mercenaires n'apprécie pas de trouver obstacle sur sa route. Son sourire narquois en découvrant qu'il ne possède aucune arme, Evan se lance à l'assaut du Verlorgot afin d'achever Mathias, inconscient après avoir subi une sacrée ruée de coups. C'est Fromritt qui en profite pour s'emparer de son chef d'oeuvre, glissant dans la main de celui qui en a le plus besoin. La poignée fermement serrée entre ses phalanges blanchies, le chevalier déchu peut au moins recevoir l'attaque en tout bien tout honneur. La vitesse d'Evan est plus surprenante que prévu et sa cible subit tout de même une vilaine plaie sur le doigt en tentant de parer. La main blessée, il faudra faire montre de tout son talent pour terrasser l'autorité adverse. Le premier, finissant de se relever malgré son bras blessé, rattrape Tête Molle et le "rassure" en lui hurlant de se remettre au travail. Le second, plus observateur, sait déjà vers qui se tourner. Épée à la main, il charge vers un Selen qu'il n'attendait plus sur le champ de bataille, déterminé à le mettre définitivement au tapis. Une fois à portée, il fait montre de la même adresse que ses collègues, un style simple et efficace à la fois. Sa frappe est claire à la moitié de son trajet, mais elle parvient tout de même à toucher l'agile semi-elfe qui est violemment touché à l'épaule, ressentant l'impact qui se diffuse dans son armure sans laquelle il aurait peut-être perdu le bras. En voilà un qui a enfin l'occasion de jouer de son épée après avoir servi de meneur d'otages.

Mais il en est un qui est passé relativement inaperçu. Un qui a presque effacé sa présence aux yeux et aux oreilles des mercenaires présents. Sans trop savoir comment ni pourquoi, sa conscience l'a quitté quelques instants, le forçant à s'approcher le plus discrètement possible des cadavres au centre de la pièce, non loin de la lutte entre Eden et Morgana. Là, le jeune mage put ouvrir les yeux juste au-dessus du visage d'Edgar, défait et figé d'une douleur fatale. Incapable de s'en éloigner, la voix d'Elkezath se fait soudainement entendre, relativement affaiblie.

"Tu ne m'as pas écouté...et par ta faute...*gasp* À cause de toi... j'ai perdu le corps que je désirais. Mon crâne.... brisé..."

La voix s'étouffe dans un gargouillement qui semble la faire souffrir de tout son être désincarné. Il semble clair qu'Elkezath semble mal en point, si cela reste possible. Sa douleur est presque palpable et une saveur de fer chaud se répand dans la bouche d'Adam sans que celui-ci n'y goûte de sang. Après s'être remis de son mal-être, Elkezath reprend, plus faible que jamais.

"Lui...Il est...*gasp*... encore vivant... Donne le moi...*suffoque* vite... sinon... ta récompense... "

Quelques instants après, des images défilent dans la tête du jeune mage. Un processus, certainement celui attendu par Elkezath, qui représente un homme en bure, étrangement similaire à Adam. L'homme pose son front dans le sens inverse de celui d'un autre homme, nu et visiblement dans l'impossibilité de se mouvoir. Il respire fort, paniqué en se doutant de ce qui l'attend. L'ersatz du mage se met alors à psalmodier des paroles en Noir-Parler tout en haussant la voix à chaque fin de phrase, finissant par égorger le pauvre homme qui ne finit même pas de mourir lorsque la vision s'arrête. La formule se répète une nouvelle fois dans la tête d'Adam, vide de sens pour celui qui apprend doucement cet obscur langage.

(N'gha zhro Tsathogguaor gnaiih, Elkezath)

En réalité, seul le nom d'Elkezath était compréhensible tandis qu'Adam redevenait peu à peu maître de ses mouvements. La question demeurait : Fallait-il honorer le contrat du prêtre noir ou était-il plus sage de le rompre ? Le choix était entre les mains du porteur.


Que décidez-vous, aventuriers ?


------------------------------------------

Résultat du sixième round (dans l'ordre d'attaque) :
  • Tête Molle = Blessure grave à la tête sur Eden ! ;)
  • Eden = Blessure légère sur le bras de Tête Molle :)
  • Selen = Blessure incapacitante au bras sur Morgana :D
  • Morgana (Trépassé) = Blessure grave au mollet gauche sur Eden ! ;)
  • Mercenaire = Blessure grave à l'épaule droite (bras) sur Selen ! ;)
Rapport des blessures :
  • Evan = Blessure légère au bras gauche (porteur d'arme)
  • Tête Molle = Blessure grave au flanc (torse) + Blessure grave au menton (tête) + Blessure légère au torse + Blessure légère au bras droit
  • Mercenaire (preneur d'otage) = RAS
  • Mercenaire (lutte avec Mathias) = Blessure incapacitante au bras droit
  • Adam = Blessure légère au cou (tête)
  • Eden = Deux blessures graves à la tête
  • Fromritt = Blessure grave sous l'aisselle droite (torse) + Blessure grave au bras droit + Blessure légère au doigt de la main armée
  • Selen = Blessure grave à la cuisse gauche (jambe) (stabilisée) + Blessure grave à l'épaule (bras)
  • Mathias = Estafilade bénigne sur quelques doigts de la main droite + Blessure grave au torse + Inconscient
► Afficher le texte
"Bwaf Assistance, que puis-je faire pour vous ?"

Image
L'appel au standard "Bwaf Assistance" est taxé à hauteur de 90 Yus suivi d'une tarification de 25 Yus par minute. La discussion est susceptible d'être enregistrée s'il y a un os.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 95
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Adam Von Demorlys » ven. 17 janv. 2020 21:14

La monstruosité gargantuesque avait beau avoir rendu l'âme, les mercenaires n'étaient pas tirés d'affaire pour autant. Les combats se poursuivaient de manière tout aussi intense qu'à leurs départs. Les blessures commencèrent à s'accumuler et les combattants à tomber un à un. A ce stade la victoire n'était encore assurée pour aucun des deux camps, et c'est dans l'objectif d'inverser la tendance que le mage mit en joue de sa baguette le colosse sans neurones. L'étrange matérialisation d'une bague à son annulaire perturba cependant sa concentration. Le bijou, finement ouvragé dans un métal obscur émanait d'une magie étrange, proche de celle qui saturait ces lieux. Stupéfait, Adam comprit sans trop savoir comment le pouvoir du joyau et fit rapidement le lien avec le vœu qui lui avait traversé l'esprit quelques secondes plus tôt. A croire que la magie de ces fêtes allait lui être d'une certaine utilité durant cet étrange périple, merci père No-Hell... Le moment n'était cependant pas à l'examen de cette nouvelle acquisition. Un mercenaire venait de fondre sur Selen, Eden se retrouvait en une fâcheuse posture et Fromritt, en sale état faisait face au chefs de leurs ennemies. Adam commença alors à concentrer une énergie flamboyante à l'extrémité de son arme, mais cette dernière se dissipa avant même qu'il n'en ait conscience.

A vrai dire un voile noir venait lui-même de l'englober. Lorsqu'il ouvrit les yeux le mage ne comprit pas de suite ce qu'il s'était passé. Le cadre qui s'offrait à lui était sensiblement le même, il était toujours allongé sur les dalles de pierre et les fracas l'entourant n'avaient pas changé. Ce n'est qu'en apercevant le corps inerte d'Edgar à à peine quelques centimètres de lui et en sentant une désagréable sensation au niveau de ses genoux, que le jeune bourgeois comprit avec stupeur qu'il avait rampé sur les quelques mètres le séparant du feu homme de main sans s'en rendre compte. Bon sang quelle était cette nouvelle sorcellerie ??? Ses membres, comme engourdis refusaient le lui obéir alors qu'il tentait de se relever instinctivement, et la raison de ce mystère ne tarda pas à se dévoiler par la voix d'Elkezath.

"Tu ne m'as pas écouté...et par ta faute...*gasp* À cause de toi... j'ai perdu le corps que je désirais. Mon crâne.... brisé..."

L'entité était à n'en pas douter dans un sale état, c'était comme s'il faisait corps avec Adam, qui ressentait sans savoir comment comme le goût métallique du sang recouvrir sa langue et son palais. Il eût beau déglutir il réalisa rapidement que le fluide n'était pas le sien et qu'il ne s'agissait là que d'une impression.

"Lui...Il est...*gasp*... encore vivant... Donne le moi...*suffoque* vite... sinon... ta récompense... "

A nouveau, l'esprit qui lui promettait puissance et connaissance en échange de son aide, prit alors à nouveau possession de la conscience du Demorlys et lui imposa la vision de la scène du rituel à suivre. Cette dernière s'arrêta aussi rapidement qu'elle n'avait commencé, enrichissante et accessible. Seul la formulation pouvait poser soucis mais le mage se forcer à se répéter mentalement la formule plusieurs fois d'affilée afin de la graver dans sa mémoire, alors que les images de la vision se dissipèrent tel la fin d'un rêve.

( N'gha zhro Tsathogguaor gnaiih, Elkezath )

( N'gha zhro Tsathogguaor gnaiih, Elkezath )

( N'gha zhro Tsathogguaor gnaiih, Elkezath... )


L'engourdissement de son corps se dissipant alors, Adam serra le poing et redressa la tête vers Edgar qui était déjà aux frontières des Enfers. Il devait faire vite... Récupérant peu à peu la pleine possession de son corps et de ses mouvements, le mage de feu et d'ombre se redressa sur un genou, puis sur un deuxième par des gestes tremblants. Se faisant sa tempe effleura celle du guerrier, et leurs front se frôlèrent tandis qu'il se redressait. Haletant légèrement, il fouilla son sac et sentit rapidement la surface glaciale du crâne de l'entité. Sans perdre plus de temps il posa au sol ce qu'il restait de l'ancien prêtre noir, à quelques centimètres de la proie de ce dernier. Adam rangea ensuite sa baguette et saisit la garde de son épée. Les deux mains sur la poignée, il leva très haut les bras, la pointe de la lame dirigée vers le bas.
C'était maintenant ou jamais, il aurait bien aimé repoussé ce moment mais le fort message de l'entité qui lui promettait plus de puissance ne laissait plus de place à l'hésitation ou la réflexion.

L'extrémité de l'arme en acier s'abattit alors, brutale, implacable. S'en suivit un sinistre craquement qui procura une once de satisfaction au mage de feu et d'ombre. Ce dernier souffla, tandis qu'il remua la lame :

« C'était la dernière fois que tu prenais ainsi contrôle de mon corps... »

Le Demorlys releva à nouveau la lame pour l'abattre une seconde fois.

« Imbécile, as-tu vraiment cru que j'allais te laisser franchir ces maudites portes vu ta véritable allégeance ? Et en te permettant en plus d'être en pleine possession de tes moyens? »

Tout avait commencé à se dessiner plus clairement dans l'esprit d'Adam, quand Elkezath s'était exclamé telle une groupie écervelée, lors de la manifestation de cette mystérieuse voix d'outretombe plus tôt dans le manoir. Toute fois le mage aurait aimé tirer un maximum d'informations de l'entité avant cette fin inéluctable. Le fait que cela se produise plus tôt que prévu lui laissait un goût amer en bouche. Dans l'idéal le Demorlys aurait aimé dissimuler le crâne dans un lieu plus ou moins sûr pour tenter de le récupérer ensuite. Il l'aurait ensuite amené au nécromancien qui l'avait pris sous son aile et ensemble ils auraient pu tenter de disséquer la mémoire et la conscience de cet être, qui refermaient sans aucun doute un bon nombre de secrets qu'ils n'auraient jamais imaginé. Mais le fait qu'Elkezath ait à ce point voulu forcer les choses, avait abrégé la situation. Jamais Adam ne tolérerait une telle intrusion dans sa conscience et son être, et laisserait encore moins de chance que cela se reproduise. De plus il n'aimait pas qu'un infirme se permette de lui parler sur ce ton. Chaque coup que le mage donnait lui donnait l'impression de mettre feu à une bibliothèque qui refermait des connaissances depuis longtemps oubliées. Mais bon, l'entité lui aura tout de même fait un ultime don avant leur séparation, la démonstration d'un rituel et d'une formule permettant de gagner un nouveau corps... Il n'était pas du tout dans les projets du mage de pratiquer un tel transfert, mais on ne sait jamais ce que l'avenir réserve. Une blessure causant une infirmité ou autre était vite arrivée, à ce moment là Adam serait bien content d'avoir prit le soin de retenir et de noter toute la procédure du rituel. Il lui faudra tout de même faire des recherches à ce sujet entre temps.

Le Demorlys, le souffle un peu court, se releva et souffla :

« Notre rencontre a été des plus intéressante et enrichissante, et je te remercie pour cela Elkezath. Mais nos chemins se séparent là. »

Sa botte s'abattit sur les plus gros morceaux qu'il restait de la boîte crânienne. Il avait perdu de précieuses secondes avec ce contre temps et l'imbécile l'avait rapproché des combats. Adam balaya rapidement les duels en cours du regard ; Eden qui était le plus proche était en fâcheuse position, Fromritt était gravement blessé et Selen était aux prises avec un de leurs opposants. Il fallait vite que le semi-elfe close son duel afin que le mage puisse le prévenir de l'état d'Edgar. Ce dernier n'avait pas encore rejoint les limbes mais vu son état chaque seconde comptait. En attendant le Demorlys concentra à nouveau sa magie, et sentit le fluide flamboyant ronfler dans ses veines.

Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » lun. 20 janv. 2020 13:36

À peine eussé-je eu le temps de voir mon trait magique percuter si violemment le bras de la morte-vivante que ça l’arracha de son corps qu’une ombre masqua ma vision l’espace d’un instant. Et la seconde d’après, une forte douleur me prit à l’épaule, résultat de la charge de l’un des mercenaires. Le choc est tel que je sens que sans mon armure, mon bras aurait pu prendre bien plus cher. En aurais-je eu encore l’usage ? Bon sang, combien en restait-il encore ? Je pestai de n’avoir pas une meilleure vue d’ensemble de ce combat chaotique, reclus dans mon coin par mes plaies dès les premiers assauts.

Nul besoin de magie cette fois pour affronter l’homme qui me fait face : je me saisis de mon épée d’argent pour tenter un estoc brutal droit vers sa gorge, tentant de la transpercer pour mettre au plus vite fin aux jours de ce foutu second couteau. Il est temps de mettre un terme à ce combat sanglant ayant déjà fait trop de victimes, alliées comme adverses. Et de démontrer, une bonne fois pour toutes, qu’on ne menace pas notre petite compagnie impunément.

« Crève, charogne ! »



[HJ : attaque simple en estoc vers la gorge du mercenaire.]

Avatar du membre
Fromritt Verlorgot
Messages : 49
Enregistré le : mer. 2 janv. 2019 22:13

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Fromritt Verlorgot » lun. 20 janv. 2020 14:30

Enhardi par sa véhémence, le Fromritt tenta de parer l’assaut du chef mercenaire d’un moulinet. Un doigt de sa main droite se fit entailler, tirant une grimace au tumultueux. Une vive douleur y pulsait, rendant la prise de son arme incertaine. Ce gars semblait plus rapide que l’avait calculé le Verlorgot. Tout en pestant, il attrapa la fusée de l’épée à deux mains.


Le voile qui embrumait ses pensées se dissipait lentement. Il n’avait plus beaucoup de temps. Se servant encore de sa rage et de sa colère comme principale motivation, le bretteur s’avança légèrement et dans un rugissement, frappa en diagonale, de bas en haut.


Aaaaah !

Avatar du membre
TGM
Messages : 77
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par TGM » lun. 20 janv. 2020 21:15

-----E-----


Con à ce point, je ne l'ai d'abord pas cru. Je n'ai fait que l'envisager sans vraiment y croire, mais c'est bien le cas. Le colosse au crâne creux ignore totalement ma ruse et élance vers moi ses poings épais. J'ai juste le temps de lever mon arme pour intercepter son bras et puis...

Tout est flou. Une douleur insoutenable parcourt ma tête jusqu'en bas de mon dos. Ah ma tête ! Que s'est-il passé ? Pourquoi ai-je l'impression mon cerveau va se répandre au sol si j'enlève mon casque. Où suis-je ? Mes sens sont embrouillés. Je sais juste que je suis un genou au sol et une épée en main. Alors que mon pouls résonne avec fracas contre mon casque, les formes floues ne semblent pas pressées d'être à nouveau claires devant mes yeux.

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !"

Une douleur effroyable me déchire le mollet un m'arrachant un cri. Mes sensations s'éclaircissent alors en l'espace d'un instant, me permettant de voir l'autre connasse ramenée à la vie me mordre la jambe. Je me fous de savoir ou est passé le gros, c'est elle que je vais exploser. Agrippant à deux mains mon arme, je m'apprête alors à la planter à travers le crâne, comme pour l'archer, profitant que sa sale tronche est immobile, accrochée à ma jambe.

"Crève, salope !"

[HRP: Attaque simple sur la tête de Morgana.]

237mots

Avatar du membre
Gamemaster2
Messages : 206
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 15:08

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Gamemaster2 » mar. 21 janv. 2020 23:49

Intervention pour Adam, Eden, Selen et Fromritt


><

La bataille durait depuis plusieurs longues minutes, toujours enhardie d'une nouvelle menace. Mais cette fois-ci, les derniers protagonistes se trouvaient tous au même endroit et il ne restait au groupe d'expédition qu'une poignée d'individus à terrasser pour s'approprier les lieux. Selen l'avait parfaitement compris et ses paroles furent à même de se réaliser d'une cruelle et efficace estoc, transperçant le cœur du malandrin qui se figea l'épée en l'air. Ses lèvres s'imbibèrent de son sang et un long filet s'écoula jusqu'à son menton, laissant l'homme s'imprégner de l'image de son meurtrier avant de s'effondrer sur le sol.

Non loin de là, Eden était toujours aux prises avec le cadavre de la servante, réanimé par une quelconque magie de nécromancien douteux. Quoi qu'il en soit, les dents du trépassé déchiraient toujours la chair du jeune garçon qui tenta de se dégager, mû par une douloureuse panique. Au terme de sa frappe, le crâne de Morgana finit par s'ouvrir et dévoile la cervelle encore battante de la créature, couchée au sol après une telle violence. La jambe d'Eden retrouve sa liberté et le laisse libre d'en finir avec cette abomination ou de rejoindre les siens, trop longtemps loin de lui.

Finalement, le combat de titans qui se déroulait entre Evan et le Verlorgot prit une direction bien inattendue. Les deux hommes laissaient libre court à une rage plus ou moins justifiée et s'échangèrent des coups particulièrement dévastateurs. Du haut de ses un mètre quatre-vingt d'expérience, le chef des mercenaires tenta d'esquiver l'attaque de son adversaire, ne réussissant qu'à moitié. Il parvint à suffisamment se dégager pour attendre le tendon du chevalier déchu, déchirant son nerf et l'obligeant à poser genou à terre. De son côté, Fromritt fit danser Haut-Clair, emportant avec lui la main libre d'Evan qui tomba au sol en lui arrachant un hurlement de douleur. À cet instant, il n'était plus question de batailler et mûr de son vécu à affronter des hommes de tout types, Evan fit montre des premiers ordres de reddition.

"ARGH ! PUT-PUTAIN, MA MAIN !... Je-Je me rends, ça suffit... Je me rends..."

Serrant la base de son moignon pour faire garrot, il pesta contre ses derniers collègues qui semblaient vouloir en découdre une fois encore.

"ARRÊTEZ, BORDEL ! RESTE OÙ T'ES, TOI ! TÊTE MOLLE, COUCHÉ !"

La tension redescendit d'un seul coup, prenant aux tripes comme un coup de poing dans les côtes. La douleur des blessures se raviva maintenant que l'adrénaline s'apaisait et la fatigue revint au galop. Dans un silence perturbé par les jurons d'Evan, la masse volumineuse de Phamot finit par s'effondrer sur elle-même, s'écoulant en un répugnant mélange de tripes et de sang nauséabond dans les couloirs du tunnel emprunté plus tôt par le groupe. Mathias, toujours inconscient et le visage boursouflé par les hématomes, dormait d'un sommeil qu'il n'avait pas demandé. Il aurait surement besoin de soin et de réconfort en apprenant le triste sort de son père, gisant au sol dans son propre sang. Aux pieds d'Adam, Edgar avait déjà rendu son dernier souffle. La vie l'avait quitté en même temps que celle du crâne d'Elkezath, tout deux envoyés vers les Enfers ou dans un endroit encore plus sombre et désolé. Cependant, la voix du chien de garde put émettre un dernier souhait dans l'esprit d'Adam, lui qui était en mesure de l'écouter.

"Retourne-lui en une dans sa sale petite gueule de merdeux. Celle que je n'ai jamais pu lui mettre. Ça me soulagera tellement, où que j'aille..."

Le cadavre de Morgana raclait le sol de sa main restante dans son éternelle quête de chair qui allait certainement se finir au bout d'une épée si quelqu'un acceptait de lui offrir le repos dont elle avait tant besoin. Quant à Tête Molle et le mercenaire restant, ils ne purent que rester immobiles, respectant les ordres de leur supérieur.


Que décidez-vous, aventuriers ?


Récompenses :
  • Adam = 3 (Combat bien hard contre les mercenaires) + 3 (Aux prises avec Phamot) + 2 (Dénouement de l'intrigue avec Elkezath) : 7 XP
  • Eden = 3 (Combat bien hard contre les mercenaires) + 2 (Échauffourée avec Morgana) : 5 XP
  • Selen = 3 (Combat bien hard contre les mercenaires) + 3 (Aux prises avec Phamot) : 6 XP
  • Fromritt = 3 (Combat bien hard avec les mercenaires) + 2 (Duel avec Evan) + 1 (Sauvetage de Mathias) : 6 XP
------------------------------------------

Résultat du septième et dernier round (dans l'ordre d'attaque) :
  • Selen = Blessure létale au cœur du Mercenaire :cry:
  • Eden = Blessure incapacitante au crâne sur Morgana [:bouchcouz2:]
  • Evan = Blessure incapacitante au tendon droit sur Fromritt ! [:bouchcouz2:]
  • Fromritt = Blessure incapacitante à la main droite sur Evan [:bouchcouz2:]
Rapport des blessures :
  • Evan = Blessure légère au bras gauche (porteur d'arme) + Blessure incapacitante à la main droite (main coupée)
  • Tête Molle = Blessure grave au flanc (torse) + Blessure grave au menton (tête) + Blessure légère au torse + Blessure légère au bras droit
  • Mercenaire (preneur d'otage) = Mort
  • Mercenaire (lutte avec Mathias) = Blessure incapacitante au bras droit
  • Adam = Blessure légère au cou (tête)
  • Eden = Deux blessures graves à la tête
  • Fromritt = Blessure grave sous l'aisselle droite (torse) + Blessure grave au bras droit + Blessure légère au doigt de la main armée + Blessure incapacitante au tendon droit
  • Selen = Blessure grave à la cuisse gauche (jambe) (stabilisée) + Blessure grave à l'épaule (bras)
  • Mathias = Estafilade bénigne sur quelques doigts de la main droite + Blessure grave au torse + Blessure grave au visage + Inconscient
► Afficher le texte
"Bwaf Assistance, que puis-je faire pour vous ?"

Image
L'appel au standard "Bwaf Assistance" est taxé à hauteur de 90 Yus suivi d'une tarification de 25 Yus par minute. La discussion est susceptible d'être enregistrée s'il y a un os.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 95
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Adam Von Demorlys » mer. 22 janv. 2020 17:59

Alors qu'une énergie flamboyante se concentrait au bout de sa main, n'attendant qu'une pensée pour fondre sur l'ennemie, une exclamation annonçant une reddition incita le mage à retenir son geste. Les combats venaient d'atteindre leur paroxysme en terme de violence, ce qui se soldait par un autre mort du côté des adversaires et un estropié dans chaque camps. Cela suffit enfin à ramener Evan à la raison et à se rendre.

(Si tu penses vraiment qu'on va te laisser partir d'ici vivant...)

De toute façon vu son état il n'irait pas loin, et même si le Demorlys ne se voyait clairement pas permettre à leurs agresseurs de repartir sagement, il fallait avouer que cette trêve était bienvenue. Même si lui s'en sortait plutôt bien, ce n'était clairement pas le cas des autres membres de l'expédition. Certes ils seraient toujours en mesure de venir à bout des trois survivants, mais à quel prix ?

(Patience, la priorité pour le moment est de prendre soin des blessés, nous aviserons ensuite. Surtout que ce cher Evan a bien des choses à dire avant qu'on en finisse...)

Le mage mit donc fin au sortilège qu'il s'apprêtait à lancer et se pencha sur Edgar. La voix qu'il avait perçue ne laissait pas de place au doute, le combattant venait de succomber à ses blessures. Redressant alors vivement la tête Adam s'exclama en direction du semi-elfe :

« Selen ! Edgar vient à l'instant de mourir, tu penses pouvoir le ramener à nouveau ? »

L'interpellé ne se le fit pas dire deux fois. Il accourut en vitesse, bousculant presque Adam au passage et fit appel à sa magie.
Le laissant oeuvrer, le mage se dirigea vers le cadavre que venait de semer le semi-elfe et dressa à nouveau l'épée qu'il tenait toujours en main. Une nouvelle fois la lame s'enfonça dans une boîte crânienne. Se tournant vers les quelques regards étonnés dirigés vers lui, le Demorlys s'adressa à tous en accompagnant ses propos d'un signe de tête vers Morgana :

« Percez vite le crâne de ceux qui ont été tués, à moins que vous ne souhaitiez les voir se relever et devoir ressortir les armes... »

Adam alla ensuite jeter un coup d'oeil à la trappe, par laquelle s'était affaissé le cadavre grotesque de Phamot. Le mage n'arriva pas à retenir une grimace de dégoût, la chose n'était plus qu'un amas nauséabonde de chaire, de sang et de tripes. C'était en même temps un peu frustrant. L'abomination était tout de même un spécimen rare, si ce n'est unique. Le Demorlys aurait adoré pouvoir prélever quelque chose à étudier ou qui aurait eu son utilité, comme la griffe qui était toujours plantée dans le mur, à quelques mètres de lui. Seulement quoi prendre parmi cet amas visqueux ? Dommage, le jeune bourgeois se dirigea alors vers le doigt du Né-de-sang et entreprit de l'ôter du mur. Il écarquilla cependant les yeux quand il réalisa à quel point cette dernière était enfoncée. Bon sang ! C'était bien ce qu'il lui semblait, Selen ne l'avait pas juste jeté. Ce dernier avait dû faire appel à son étrange magie. Forçant tant bien que mal mais tout en prenant garde de ne pas l'endommager, Adam réussi enfin à dégager la griffe et alla essuyer cette dernière sur les vêtements du mercenaire qu'avait occis le semi-elfe.

Il remballa ensuite son bien engloba la salle du regard. Ses compagnons étaient clairement dans un sale état... Le Demorlys repensa donc au fioles qu'ils avaient trouvées dans le coffre un peu plus tôt. Quand même ! Il devait bien y en avoir dans le lot qui leur serait utile non ?
Tant pis, il n'avait pas vraiment le choix. Adam se dirigea vers Eden qui avait l'air d'avoir la tête salement amochée et se pencha vers lui.

« Je peux jeter un coup d'oeil aux potions que tu as ramassées tout à l'heure ? Il devrait y en avoir qui pourrait vous soigner. »

L'adolescent les sortit une à une :

« Vas-y. Et s'il y en a une de soin, je la veux bien pour ma tête. »

Le Demorlys acquiesça tout en s'emparant de la première fiole, celle contenant un liquide orange :

« Ca marche, merci. »

Il la déboucha, renifla le contenu et une fois encore le mage se demanda si c'était là une bonne idée.

(Allez... Même si c'était quelque chose de dangereux, en une quantité aussi infime ça ne te fera pas grand chose. Sinon alors la fiole ne serait pas aussi grande. Du moins j'espère...)

Adam posa alors l'extrémité de son index dans l'embouchure du flacon, et inclina légèrement cette dernière de manière à ce que le liquide touche sa peau mais sans en reverser. Une fois cela fait il porta son doigt à ses lèvres, les yeux clos. S'il se concentrait pour voir comment réagissait son corps au contact du breuvage, le but premier n'était pas là. Ayant consommé depuis qu'ils s'étaient engagés dans le manoir des potions permettant de refermer leurs plaies et de redonner de la magie, le mage se concentra surtout pour parvenir à reconnaître les goûts et les odeurs, spécifiques à ces deux potions.

Le Demorlys reboucha ensuite la fiole et fit de même avec la suivante, essayant d'identifier par le biais de ses souvenirs les deux potions qu'il avait déjà consommées et qui leur serait bien utile.

A la suite de la fiole orange il était donc en train de tester celle contenant un liquide vert. Vint ensuite celle au contenu rouge, puis blanc, bleu et enfin violet.




[ HRP - Préviens Selen de l'état d'Edgar.
- Perce le crâne d'un des morts tout en invitant les autres à faire de même.
- Récupère sa griffe de Né-de-sang.
- Goûte de manière infime chaque potion ramassée par Eden un peu plus tôt, et essaie de reconnaître par le goût, l'odeur et le peu d'effet qu'il ressent, celles rendant de la magie et la santé.]

Avatar du membre
Fromritt Verlorgot
Messages : 49
Enregistré le : mer. 2 janv. 2019 22:13

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Fromritt Verlorgot » lun. 27 janv. 2020 12:41

Une douleur digne des plus chauds fourneaux enflamma sa jambe droite, retenant à la fois un grognement du Verlorgot et son souffle discontinu. Son genou droit percuta le sol sans retenu, tandis qu’il tenait la lame magnifique droit vers Evan. Il était proche du point de rupture, toute la douleur accumulée faisait pulser son corps entier. Sa tête paraissait nager ou plutôt se noyer dans un bruit sourd, perpétuel, hypnotisant.


L’énergumène en face du bourreau cria, un liquide rougeâtre semblait gicler de quelque part. Le reste était flou, trouble et à certains endroits trop lumineux pour le Juge. Son souffle s’apaisa étrangement et ses râles s’amplifièrent autant en son qu’en fréquence. Pour les plus proches, des larmes commencèrent à perler aux coins de ses yeux puis il entendit des voix se mélanger.


Quelqu’un parlait de se rendre, l’autre de ramener un mort et de percer le crâne des menaces. Ce dernier ordre se figea l’espace d’un instant, faisant réaliser à Fromritt que oui, il était là pour cela. Détruire les menaces pour protéger une personne et celui lui faisant face demeurait la plus grande menace. Réunissant ses toutes dernières forces, dans un élan d’hystérie soudaine sa jambe valide porta à elle seule son poids, ses bras reculèrent violemment et il bondit sur le chef des mercenaires en donnant son dernier estoc, visant la tête du condamné, pour en finir une fois pour toute.


Aaaaaaaaaaah !


La frappe envoyée, le reste ne fut plus qu’une vision sombre, froide et un silence de mort.


[HRP :

Tente un dernier estoc dans la face d'Evan en se propulsant de sa jambe valide puis tombe inconscient.]

Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » lun. 27 janv. 2020 15:28

L’estoc porté le fut avec précision, et ma lame perça le cœur de mon adversaire, qui tituba un peu, le regard empli à la fois d’incompréhension et de résignation hargneuse, avant de choir définitivement, mort. Non loin, le vieux bouc qui semblait mener cette bande de débiles hurlait qu’il se rendait désormais, et un soupir soufflé, rassuré, me sortit des bronches. Bon sang, il était temps. Et maintenant, ce vieillard allait pouvoir parler, nous dévoiler ses plans, cracher ses informations. Je relevai vers lui un regard déterminé. Il était en proie au Verlogot, qui saurait sans doute le maîtriser sans peine.

C’est alors qu’Adam intervint, s’exclamant qu’Edgar venait à peine de mourir, et me demandant si je pouvais encore le sauver. Bon sang, Edgar ! Je le croyais définitivement éteint, et j’ignore d’où le jeune mage peut tenir son information, mais je dois essayer de le sauver. Ça serait trop con, après tout ça, de le perdre là en affrontant ces abrutis bas du front. N’hésitant pas à bousculer le nobliau sur mon passage, je me ruai vers le cadavre d’Edgar, me laissant glisser à genoux à son côté, infusant ma magie en mes mains, faisant fi de toute douleur personnelle : la morsure de la mort, je devais l’atteindre et la chasser de son corps. Rappeler son âme, sa vie. Mes fluides devaient rattraper l’ombre de son esprit vaquant avant qu’il n’atteigne la porte des Enfers, et je les laissai faire, concentré et ignorant ce qui se passait d’autre autour de moi… Rien ne pouvait me perturber, dans cette ultime concentration.


[HJ : utilisation du sort « Retour à la vie » au rang 2 sur Edgar]

Avatar du membre
TGM
Messages : 77
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par TGM » lun. 27 janv. 2020 21:20

-----E-----


Ma lame frappe durement le crâne de Morgana qui s'ouvre sous l'impact, la faisant immédiatement lâcher prise. Au même moment, Evan hurle à ses hommes de cesser le combat de reculer. On a gagné. De soulagement, à présent libéré de toute emprise, je me laisse tomber sur mes fesses pour souffler. J'entends alors Adam appeler Selen pour ressusciter Edgar. Une fois de plus ? Il ne préfère pas soigner les vivants ? Ma tête aurait bien besoin de cette magie guérisseuse.

Le mage conseille ensuite de percer le crâne des cadavres pour éviter qu'ils ne se relèvent en pointant Morgana. Suivant son doigt, je remarque que l'horreur bouge encore. Envoyant qu'elle n'arrive pas à relever sa face du sol, je lève une de mes jambes en l'air avant de laisser retomber lourdement mon talon sur sa cervelle qui se répand. Lorsqu'il s'approche de moi pour me demander d'inspecter les potions ramassées plutôt, j'ouvre mon sac et les confie toute à Adam en répliquant :

"Vas-y. Et s'il y en a une de soin, je la veux bien pour ma tête."

Ah ! Ma tête me fait si mal que je suis obligé de retirer mon casque tant il me fait l'effet d'un étau. Alors que j'entends Fromritt continuer de gueuler dans son coin et vois Selen s'approcher d'Edgar, je fais l'effort de me relever pour atteindre la table proche. Là je prends la première bouteille à portée de main et me la vide sur le crâne en espérant que la fraîcheur soulage temporairement ma douleur.

L'effet n'est malheureusement que très limité en dehors des frissons qui me secouent lorsque le liquide dégouline dans mes cheveux puis sous mon armure. Me laissant tomber dans une chaise en ramassant une seconde bouteille, je demande à Adam :

"Alors ça vient ? Saloperie ! Il m'a fait mal le gros !"

En parlant du gros, je me tourne vers le groupe des bandit en train de se faire charger par l'espadonneur et leur gueule :

"Et vous ? Z'attendez quoi ? Envoyez nous les potions soins si vous vous rendez vraiment !"

Sur ces mots, je vide la bouteille que j'ai en main dans mon gosier afin que l'alcool m'anesthésie en attendant les potions.

[HRP: passe ses potions à Adam pour inspection + demande des potions aux ennemis + se verse une bouteille sur le crâne et en boit une autre pour atténuer la douleur en attendant les soins.]

387mots

Avatar du membre
Gamemaster2
Messages : 206
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 15:08

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Gamemaster2 » mer. 29 janv. 2020 22:25

Intervention pour Adam, Eden, Selen et Fromritt


><
Le combat terminé, chacun était libre de célébrer la victoire comme il le désirait. Mais pour certains, elle gardait un goût amer tant que l'opposait respirait toujours. c'était le cas de Fromritt qui faisait peu fi de la reddition d'Evan, préférant l'achever sans ménagement avant de s'effondrer, inconscient. L'épée passa sans sommation dans la joue du mercenaire, remontant jusqu'à l'arrière de son crâne en déchirant une partie de son cerveau par la même occasion. Un dernier hoquet et c'en était fini du chef des brigands, ces derniers particulièrement intimidés par la mise à mort de leur autorité. Le mercenaire au bras blessé semblait vouloir s'en indigner, mais la perte de conscience du chevalier déchu coupa court à ses remontrances, préférant rester aux côtés d'un Tête Molle apeuré.

Autour des vainqueurs, sang et corps inertes décoraient la garnison qui devait auparavant leur servir de point de repos. Les servantes n'étaient plus, jonchant désormais le sol parmi leurs ravisseurs. Adam et Eden venait de s'assurer de la mort de Morgana en lui perçant et défonçant le crâne, mais d'autres n'avaient pas encore subi le même sort. Fallait-il s'en inquiéter comme le recommandait le jeune mage ? Seul le temps pouvait répondre à la question. À ses côtés, Selen s'affairait à ressusciter Edgar une nouvelle fois, décidé à rentrer à Tulorim avec lui. À quelques reprises, il lui semblait entendre sa respiration, mais ses sens lui jouaient des tours. Au bout de quelques minutes d'acharnement, il allait falloir se rendre à l'évidence : Edgar ne reviendrait pas, son corps plus silencieux que jamais.

Lorsque Eden quémanda aux survivants adverses, il fallut quelques instants au mercenaire pour s’exécuter. De sa main valide, il détacha sa ceinture et la déposa au sol d'un regard courroucé. Un butin qui s'ajoutait à tout ce qui se trouvait dans la garnison, n'attendant que d'être fouillé par les mercenaires. Mais peut-être préférait-il s'inquiéter du sort de leur commanditaire, toujours évanoui après la rasade de coups de poings dégustée plus tôt ? Nul doute qu'il aurait bien besoin de soins et de savoir ce qu'il s'est passé, certainement avec un peu de tact compte tenu du destin de son paternel. Quant à Adam, sa petite séance de dégustation lui apprit des choses intéressantes sur les potions récupérées dans la cave. Les rouges semblaient être ce qu'elles étaient, des potions de soins pour les blessures et autres plaies graves. Les bleus possédaient un lien avec les fluides, s'éveillant lorsque les lèvres du jeune mage effleurèrent le liquide. L'orange le fit cligner des yeux plusieurs fois, soudainement frappé par un puissant coup de fouet. Quant aux vertes, blanches et violettes, il n'apprit rien d'intéressant à leur sujet. Peut-être faudrait-il les présenter à un alchimiste compétent, à même de leur indiquer leurs effets respectifs ?


Que décidez-vous, aventuriers ?


Récompenses :
  • Adam = 0,5 (Conseils et prévention de l'équipe) : 0,5 XP
  • Selen = 0,5 (Tentative de résurrection) : 0,5 XP
  • Fromritt = 0,5 (Exécution d'Evan) : 0,5 XP

Récompenses matérielles :
  • Adam = Récupération de la griffe de Né-Du-Sang
  • Eden = 2 moyennes potions de soin
Butin à ramasser sur les corps des mercenaires :
► Afficher le texte
Butin à ramasser sur les corps de Morgana et Laudine :
► Afficher le texte
Butin à ramasser dans la garnison :
► Afficher le texte
"Bwaf Assistance, que puis-je faire pour vous ?"

Image
L'appel au standard "Bwaf Assistance" est taxé à hauteur de 90 Yus suivi d'une tarification de 25 Yus par minute. La discussion est susceptible d'être enregistrée s'il y a un os.

Avatar du membre
TGM
Messages : 77
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par TGM » ven. 31 janv. 2020 17:38

-----E-----


Voyant son chef se faire perforer le crâne par un Fromritt ivre de rage, juste avant qu'il ne s'effondre au sol, le bandit blessé au bras, seul survivant avec l'abruti, détache sa ceinture et la pose au sol, avec les deux potions qui y sont attachées. Au moment de me lever pour aller les récupérer, je suis pris de vertige et me retiens de justesse à la table. Cela ne peut venir de l'alcool, je n'ai bu qu'un fond de bouteille ! Bon sang, ma tête me fait si mal. Utilisant mon épée à la manière d'une canne pour me stabiliser, malgré les vertiges, je ramasse une bouteille sur la table et fait un crochet pour voir l'état de mes compagnons avant de ramasser les potions du brigand.

Proche d'Adam toujours occupé à goûter les potions de la caverne, je trouve Selen les mains plaquées sur le corps d'Edgar légèrement luisantes. Il me semble que son sort avait duré moins longtemps la dernière fois qu'il l'a ramené à la vie, et sa poitrine ne bouge pas. Je reste un instant à regarder la scène. Je ne me sentirai pas coupable. Cette ordure voulait me tuer et j'en suis débarrassé. Même si ce "Père No-Hell" n'était pas venu me déranger en plein combat, j'aurais probablement préféré la servante. Et même si j'avais attaqué le gros, ç'aurait plus été pour me débarrasser facilement du monstre que pour sauver ce prétendu allié qui n'a toujours cherché qu'à me faire la peau. Il faudra tout de même que je trouve une excuse s'ils posent des questions. Après ces histoires de crânes maudit, mieux vaut ne pas leur dire que j'ai entendu des voix. Au moment de me diriger vers Mathias, puisqu'Edgar ne semble pas se réveiller, j'avertis Selen :

"Ça n'as pas l'air de marcher... Garde tout de même un peu de magie pour les vivants, on est tous dans un sale état."

Mathias est inconscient au sol, le visage marqué par des coups que je n'ai vu, trop occupé de mon côté par le combat. Ne le voyant pas baigner dans une mare de sang, j'en conclus qu'il a sans doute été assommé et lui verse une partie de la bouteille de vin au visage pour tenter de le réveiller.

"Debout Belmont ! On vous a déjà assez porté comme ça !"

Que cela marche ou pas, je ne peux rien faire de plus dans mon état et m'approche de Fromritt sans attendre de réaction de notre commanditaire. Si le noble m'a semblé en bon état, ce n'est pas le cas de l'espadonneur qui pisse le sang, et pas qu'un peu. Vu son état, je veux bien le laisser être soigné avant moi. On vient de perdre un combattant, un deuxième serait vraiment fâcheux, surtout qu'on ne sait pas ce qui nous attend.

"Selen! Fromritt est vraiment dans un sale état, je doute que des potions lui suffisent."

Avant de m'éloigner pour ramasser lesdites potions, j'offre au grand brun le même réveil qu'au noble en lui versant une partie de la bouteille au visage. Et dépose la bouteille à côté de lui avant de m'en aller ramasser les potions en titubant.

"T'auras besoin de ça si tu te réveilles. Ça va piquer."

Nouvelle crise de vertiges au moment de ramasser les potions. Il s'en faut d'un cheveu que je tombe lamentablement au pied du prisonnier. Mes appuis retrouvés, je glisse une des potions à ma ceinture et bois l'autre devant lui en regardant ostensiblement sa blessure. Cela ne change rien. Mon mal de tête ne diminue pas et je subis de nouveaux vertiges. J'ai beau me dire que l'effet n'est peut-être pas immédiat, je finis par m'énerver après une longue minute sans effets.

"Tu t'es foutu de ma gueule, c'est ça ? Tu m'a refourgué du jus de groseille ou une connerie du genre? Comment ça se fait que je sente rien ? J'ai toujours aussi mal ! Y'a aucune amélioration !"

Commençant à m'emporter, ma colère ayant grandi à chaque phrase, je vais jusqu'à brandir mon arme, prêt à frapper. Je finis cependant par me raviser en voyant qu'il n'y a lus que lui et l'abruti en vie... En comprenant qu'il est donc le seul capable de nous fournir la moindre information s'il est interrogé. Je ne manque pas de lui rappeler sa chance en m'éloignant pour rejoindre la chaise d'où je m'étais levé un peu plus tôt.

"T'as de la chance que ton chef soit mort... On a plus que toi à interroger. L'autre étant clairement trop con."

À peine me suis-je laissé tombé dans ma chaise, les vertiges aidant, le mage me rapporte mes potions, en désigne une rouge comme étant une potion de soin et demande s'il peut en garder une autre, bleue, apparemment liée à la magie. Mon regard passe rapidement de lui à la potion, puis enfin à Selen.

"Vois avec Selen. S'il nous soigne tous, il en aura sans doute besoin. Je préfère perdre une potion inutile que la vie."

Je commence alors à comparer la fiole d'Adam avec celle du bandit. Le liquide est rouge dans les deux, mais dans celle récupérée dans la caverne, il est un peu plus sombre. Serait-elle plus puissante et en mesure de me soigner ? Je ne connais qu'un moyen de le savoir et je l'applique en la buvant. Cette fois, je ressens bien un effet. Les douleurs s'atténuent un peu, mais restent tout de même présentes. Je propose alors à Adam :

"Merci, au moins elle fait de l'effet celle-là. Par contre c'est pas encore assez. Si tu m'en trouves une deuxième aussi puissante, je te filerai celle-ci qui me sert à rien. Elle sera peut-être suffisante pour ton épaule, on dirait que t'as pris un coup avec ta tunique déchirée."

En attendant une autre potion ou les soins de Selen, je reste à économiser mes forces au fond mon siège, surveillant nos deux prisonniers et prêt à gueuler s'ils tentent quoi que ce soit. Cette attente n'a pas duré longtemps car Adam revient assez vite vers moi m'invitant à la suivre car Selen aurait un plan. Je me passe de détaille et commence à me relever lorsque je suis à nouveau pris de vertige.

"Ok, ok. J'crois que j'aurai tout de même besoin d'un coup de main."

Je le laisse alors passer son bras sous mon aisselle et l'accompagne docilement près du semi-elfe pour voir sa magie à l'oeuvre.

[HRP: bois une potion du bandit (inutile) + bois la potion identifée par adam pour stabiliser une des blessures + échange la potion moyenne contre une meilleure si Adam en trouve une + réveil de mathias et from avec la vinasse + pose la bouteille en partie vide vers from.]

1151mots
Modifié en dernier par TGM le ven. 31 janv. 2020 18:56, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 95
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Adam Von Demorlys » ven. 31 janv. 2020 18:40

Un sursaut secoua légèrement le mage alors qu'il goûtait le contenu d'une des fioles. Dans un ultime élancement, Fromritt venait de pourfendre le chef de leur adversaire malgré la reddition de ce dernier. Guettant alors la réaction des deux survivants, le Demorlys vit avec un certain soulagement que l'exécution les avait définitivement inciter à rendre les armes. L'un des mercenaires s'exécuta même lorsqu'Eden lui demanda de quoi se soigner, même si ce n'était bien sûr pas de bonne volonté. Le Verlorgot s'écroula cependant, inconscient et dans un état qui laissait présager rien de bon.

Ne pouvant venir efficacement en aide au guerrier dans l'immédiat. Adam continua rapidement à goûter les contenues des autres fioles. Ces derniers effleurèrent une à une les lèvres du mage, certaines livrant ainsi un certain aperçu de leurs effets, d'autres pas du tout. Ainsi celles de couleur rouge, bleu et orange s'avérèrent d'une certaine utilité dans le cas présent et les moments à venir. Reconnaissant dans le breuvage écarlate les saveurs de la potion de soin qu'il avait avalée quelques heures plus tôt, le mage se redressa et posa ses yeux sur l'Omyrien, qui avait poussé une gueulante sur l'un des deux prisonniers et arrosé leurs deux compagnons inconscient avec de la vinasse. Visiblement, même si sa tête avait gagné en volume et en couleur l'adolescent restait assez en forme... Adam, lui tendit la fiole comme promis.

« Tiens, celle-ci devrait t'aider pour ta tête. »

Adam examina ensuite du regard la celle contenant un liquide orangé. Il avait ressenti comme un intense regain d'énergie en la goûtant, quelque chose qui aurait été utile s'il avait été amené à disputer de violents combats au corps à corps, mais ce n'était pas son cas. Le jeune bourgeois avait par contre reconnu sans peine la potion aux reflets bleus, pour avoir bu un breuvage similaire quelques minutes pus tôt. Il rendit alors les autres potions tout en terminant par celle orange et en prenant la parole, mais garda la fiole bleue en main.

« La dernière te donnera un peu de vigueur si jamais tu venais à fatiguer lors d'un combat. Par contre puis-je garder celle là ? Elle rend de la magie donc ne te sera pas vraiment utile. »

Eden l'invita à voir directement cela avec le semi-elfe, vu que ce dernier allait utiliser beaucoup de ressources pour les remettre sur pieds. Et il fallait reconnaître la pertinence de cet argument. Le Demorlys tourna les yeux vers le semi-elfe, et visiblement cette fois Edgar venait de les quitter pour de bon. Adam sentit son cœur s'alourdir, non qu'il s'était attaché au rustre combattant, mais ce dernier avait été jusqu'alors un allié de poids. Et vu leur nombre déjà restreint cette perte pouvait bien compliquer les choses pour la suite. Ils avaient deux autres compagnons à terre, leur commanditaire qui était salement amoché mais dont les jours n'étaient pas en danger, et Fromritt qui demandait une prise en charge assez urgente. Adam se redressa alors tout en montrant la fiole bleue au semi-elfe. Ce dernier ayant pris les autres fioles qu'ils avaient trouvées, avoir ces informations pouvaient l'intéresser s'il ne les connaissait pas encore.

« Selen, la fiole rouge que tu as ramassée tout à l'heure peut refermer l'une des blessures de Fromritt. La bleue remplira un peu tes réserves de magie. Auras-tu aussi besoin de celle-là pour les soins ou puis-je la garder pour que je sois en mesure de recharger ma magie tout seul si besoin ? »

Le semi-elfe l'invita donc à la garder afin de ne pas dépendre de sa gourde, chose que ne pouvait qu'approuver le Demorlys. Selen lui demanda ensuite de l'aider à vite rassembler les compagnons autour de Fromritt, en se chargeant d'Eden. Tout d'abord étonné par la requête le mage s'exécuta cependant sans perdre de temps.

Adam se tourna vers le jeune Omyrien et lança tout en lui faisant signe de les rejoindre :

« Eden ! Viens vite, Selen a quelque chose en tête. »

Le Demorlys alla au devant de l'adolescent afin de le soutenir si besoin. Il avait bien remarqué que la démarche de ce dernier n'était plus vraiment assurée, chose qui n'était pas étonnant en soit vu les blessures qu'il portait au crâne. Au passage Adam prit quand même soin d'enfoncer la pointe de sa lame dans les crânes de Laudine, et d'Edgar. Alors qu'un sinistre craquement résonna tandis qu'il venait de s'arrêter devant ce dernier, le jeune bourgeois adressa une pensée respectueuse au feu homme de main.

(Puisses-tu trouver le repos dans le royaume de Phaïtos Edgar).

Il n'avait cependant pas vraiment le temps de s'attarder plus que ça en hommage. Eden arrivait à son devant mais avec la démarche d'un ivrogne qui s'était enfilé 3 bouteilles. Le mage approcha donc pour le soutenir et un haut-le-coeur le prit à la gorge à son contact. C'est que l'Omyrien empestait toujours autant ! Cependant ce n'était pas le moment de faire le sensible, surtout qu'Adam n'était pas non plus dans un état reluisant. Du sang séché recouvrait toujours une partie de sa robe ainsi que des restes du cerveau de Phamot. Passant un bras sous une aisselle d'Eden tous deux arrivèrent à proximité de Selen et de leurs deux compagnons.




[ HRP : -Redonne les potions à Eden mais garde la fiole bleue.
- Perce les crânes de Laudine et Edgar.
- Soutiens Eden pour rejoindre les autres. ]

Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » jeu. 6 févr. 2020 15:15

Mes mains sur le corps encore tiède d’Edgar, je donnai tout. Tout, la magie, la volonté, la ferveur… Mais rien ne vint. Comme un comédien mourant en scène, Edgar tirait sa dernière révérence, au terme d’un combat. Le constat amer se fit lorsqu’une voix nasillarde vint ponctuer mes tentatives, arguant que je devais garder ma magie pour les vivants. Petite crapule opportuniste jusqu’au bout, Eden me reléguait à un rôle de distributeur de médi-packs. Il mériterait presque que je l’exclue de mes soins. Je trouvai fort désagréable cette impression d’être considéré comme le soigneur officiel de l’équipe. C’était en tant que mercenaire que je m’étais engagé dans cette aventure, pas en tant qu’infirmier. Certes mes capacités et aptitudes étaient variées et riches dans le domaine de la survie, entre autre grâce à la magie qui m’habitait, mais il était hors de question qu’un jeunot à peine capable de lacer ses braies seul me limite à quelques pouvoirs curatifs. Une nouvelle remarque de sa part ponctua avec une crispation de visage mes songes à son propos. From allait mal, et il m’enjoignait à le soigner, alors qu’il en arrosait le visage d’une rasade de vinasse. Tentait-il de le noyer ? Conférait-il au vin des vertus curatives ? Je le regardai d’un air défait. Se rendait-il seulement compte de ses actes et paroles ?

Je me relevai, laissant Adam s’occuper de planter froidement les têtes des morts, fouillant les poches des macchabées pour en soutirer l’argent. Je ne gardai de la fouille que les pièces d’argent, laissant aux autres le loisir de s’amuser des petites sommes restantes. Le reste des équipements, je n’en avais cure : à part l’armure fastueuse de Mathias, dont je ne pouvais le déparer, rien ne m’intéressait ici-bas.

Tout ceci fut interrompu par Adam qui venait de faire une expérience bien risquée, tentant de remettre un effet sur chacune des potions pillées plus tôt. Il m’expliqua l’utilité de la bleue et de la rouge. De la puissance magique et du soin. Comme celles de ma gourde. Je laissai ses potions à Adam, même lorsqu’il me proposa la bleue, et bus ma propre fiole de potion bleue, avant de me servir d’une goulée de ma gourde, pour augmenter encore plus mon mana, au cas où la première fiole ne suffise pas. Car j’allais avoir besoin de ma magie. Une idée m’était venue, inspirée de cet acharnement d’Eden à me considérer comme une gourde de potions médicinales : si j’étais capable, de par ma magie, de soigner une personne, peut-être que cela était possible pour plusieurs, si je m’y prenais d’une certaine manière. Cela ne me semblait guère infaisable, en tout cas. Je soufflai à Adam :

« Aide-moi à rassembler tout le monde autour de From. »

Sans en demander plus, il obtempéra et alla quérir Eden qui s’était entre-temps affalé sur un siège. De mon côté, je me trainai jusque Mathias Belmont, que je traînai de mon seul bras valide vers le corps saignant du brovalier dans les pommes. Notre équipée était sacrément arrangée… Je posai le corps armuré de notre commanditaire tout contre celui de From, et Eden se plaça à son tour tout à côté, semblablement pour Adam. Je me mis debout au milieu de ce petit tas d’êtres, jetant un regard sévère aux deux zigotos qui avaient fini par se rendre, l’air de dire que s’ils bougeaient, je les écumerais sans hésiter de ma lame d’argent. Oui, tout le monde était rassemblé, et pour une bonne raison : j’imaginais pouvoir soigner non pas une personne, mais tout un groupe de personnes, en augmentant la puissance de magie induite pour le soin.

Je me concentrai, fermai les yeux et tentai de percevoir l’aura vitale de tous ceux qui m’encerclaient. J’inspirai et soufflai lentement, ralentissant volontairement mes battements de cœurs pour être dans la plus absolue concentration. Je pouvais presque percevoir leurs plaies, leur souffrance… Et la mienne également. Un peu rapidement, je rassemblai mes fluides et les relâchai autour de moi, comme pour un simple sort de soin. Cela suffirait peut-être ? Hélas, telle fut ma première erreur : le soin que je fis n’atteignit que moi. Un simple sort qui ne prit pour cible que ma seule personne, sans toucher celles qui m’entouraient. Non. Non, je n’y étais pas. Je me reconcentrai rapidement, tâchant cette fois de sortir de ma propre enveloppe, métaphoriquement, pour englober dans ma pensée chacun des êtres présents : Adam, Eden, Mathias, From… From, bon sang. Il était en danger et je devais le sauver. Pour lui, je devais parvenir à lancer ce sort que je ne maîtrisais pas, dont je doutais même de l’existence. Une fois encore, je rassemblai mes fluides en une inspiration et les relâchai, encore une fois un peu rapidement. Cette fois, le sort ne me toucha guère, mais alla tout droit vers Fromritt. Vers lui et uniquement lui. Je crispai les mâchoires. Ce n’était pas un mal, non, mais mon attachement envers ce grand bonhomme généreux avait fait foirer ma tentative.

Je compris que si je voulais être efficient, je devais me détacher des personnes soignées. D’imaginer non pas plusieurs individus entassés, mais une zone complète. Problème : j’avais trop de ressentis pour chacun des membres de notre expédition. Qu’ils soient positifs ou négatifs. L’affect était trop fort pour les dépersonnaliser. Pour l’instant en tout cas. Aussi eus-je une idée. J’ouvris les yeux vers les deux bandits en reddition, et les apostrophai froidement :

« Vous. Rappliquez-vous aussi. J’espère que vous avez compris que nous sommes votre seule chance de sortir vivants de ce merdier. Alors tant que vous vous tenez à carreau, je vous considérerai comme des nôtres. Ne me faites pas regretter cette décision. »

J’attendis qu’ils obtempèrent : pourquoi refuseraient-ils une aide magique, dans leur état ? Je leur offrais une voie honorable de sortie, et des soins en prime. Il ne restait qu’à espérer qu’ils soient moins bêtes qu’ils n’aient l’air. Qu’ils soient ou non venus, je me reconcentrai. Il y avait plus de monde, autour de moi, maintenant. Les individualités se fondaient les unes dans les autres, les respirations de chacun, leurs battements de cœur, les bruits spongieux de leurs plaies. Tout se confondait comme un immense magma. Cette fois, je concentrai ma magie en tentant d’englober tout ce beau monde, mais sans la relâcher. Juste pour la sentir autour de moi, autour d’eux, sans qu’elle fasse effet. Je retentai une fois, deux fois, trois fois l’expérience jusqu’à sentir une sorte de routine se former, jusqu’à confondre ces individualités en une zone d’action de ma magie. SI bien que je n’avais plus à me concentrer aussi longtemps ou durement pour la ressentir. Cette zone, j’en étais le centre, mais guère plus qu’un point parmi d’autres, un point désincarné, sans importance. Si bien que j’aurais très bien pu n’en pas être. Je tentai d’ailleurs de porter ailleurs cette zone, dans la salle. Vers les lits, vers les escaliers où le cadavre de Phamot suait d’horreur, vers les corps des autres bandits morts. Je parvenais naturellement à me projeter vers eux, sans les impliquer personnellement. Au sein d’une zone, d’un cercle magique.

Après ces quelques exercices, je ramenai sur nous ce cercle. Il s’agissait désormais d’infuser dans cet orbe de conscience magique la dimension du soin. Comme je l’avais fait avec mon corps, puis la blessure de Fromritt. Mais je ne devais pas me hâter, non. Je ne devais pas perdre le fil. Pas tout lâcher trop tôt en perdant cette concentration. Par chance, mes petits exercices de maîtrise de la zone magique firent effet, et je parvins à la visualiser sans peine, presque automatiquement, et sans plus me soucier des individualités. J’inspirai, je soufflai, lentement. Puis, lentement, je distillai le soin dans la zone de magie, afin que tous soient touchés. Toute la zone. La dernière épreuve, en conditions réelles, pour vérifier la théorie, appliquer la pratique et, enfin, espérer que cela fonctionne.


[HJ : Pillage des pièces d’argent du butin.
Absorption de la potion bleue + d’une gorgée de potion de mana de ma gourde.
Tentative d’apprentissage et de lancer du sort « bénédiction concentrique » au rang 1 dans une zone touchant tous les vivants : Mathias, From, Eden, Adam, les deux bandits et moi-même.
Pendant l’essai-erreur de l’apprentissage, je lance malgré moi un souffle de Gaïa rang 2 sur mon bras, et un souffle de Gaïa rang 2 sur la blessure incapacitante de From.]

Avatar du membre
Gamemaster2
Messages : 206
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 15:08

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Gamemaster2 » jeu. 6 févr. 2020 23:33

Intervention pour Adam, Eden, Selen et Fromritt


><

Lorsque le semi-elfe grogna ses ordres aux mercenaires restants, ces derniers ne se firent pas attendre. Privés de leur chef, ils comprirent rapidement que la soumission était la seule option possible et à entendre leur plausible bourreau, le groupe qui les avait vaincu était la seule porte de sortie hors du Domaine. Leurs pas grinçants sur le parquet, surtout ceux de Tête-Molle, ils avancèrent sans dire mot, si ce n'est les complaintes étouffées du gros balourd qui semblait intimidé par la situation. Comme le reste des aventuriers, ils observèrent les machinations surnaturelles de Selen et ce en silence comme, comme des élèves bien élevés. Leurs yeux paraissaient exorbités en constatant du meilleur état des blessures du semi-elfe, puis du guerrier allongé au sol, inconscient. Tête-Molle semblait s'exciter, mais le mercenaire survivant lui incita à nouveau de se taire pour ne pas perturber la concentration du lanceur de sort. Un phénomène qu'ils avaient du mal à comprendre, mais qui les fascinait malgré tout.

Finalement, un dôme de lumière éphémère engloba l'ensemble des vivants de la garnison. La lumière était douce, apaisante et atténua la blessure de chacun, éloignant la mort d'à portée de toucher. La chair du bras ouvert du mercenaire blessée se contractait sur elle-même jusqu'à paraître moins désagréable à regarder, ne cessant pas pour autant de saigner. Mais le progrès était incontestable lorsque ce dernier se mit à le mouvoir malgré la douleur, riant de l'agréable surprise. Tête-Molle, lui, put sentir la douleur sous son menton s'apaiser jusqu'à se manifester sous la forme de petits picotements gênants, mais peu douloureux. Là aussi, le géant béat s'exclamait en dansant ridiculement jusqu'à se calmer sous les injonctions de son partenaire. Selen, qui baignait au centre de la lumière, sentait sa blessure à l'épaule se calmer, la seconde à sa cuisse déjà soignée par sa tentative ratée. Le Verlorgot sortait peu à peu de l'inconscience, d'abord soigné au tendon par une tentative infructueuse, puis au bras par une plus réussite. À ses côtés, le visage de Mathias semblait se lisser à mesure que les hématomes disparaissaient sous le vin qui lui avait été renversé au visage. Eden vit l'une de ses blessure à la tête cesser de lui hurler sa douleur, laissant la seconde poursuivre son concert en solo. Quant à Adam, il ressentit la douleur à son cou s'amoindrir jusqu'à quasiment s'éteindre, ne laissant qu'une marque qui s'effacerait d'ici une heure ou deux sans problème.

Le groupe reconstruit, il allait pouvoir investir les lieux comme il le fallait. Les deux mercenaires survivants avaient perdus toute volonté de combattre, remis sur pieds par ceux qu'ils auraient du tuer. Ils acceptèrent toutes les conditions de reddition, tant qu'elles ne demandaient pas de se laisser tuer par quelques lames sous la gorge. Mathias dormait toujours d'un sommeil forcé, visiblement incapable d'avancer avec le groupe s'il prenait la décision de quitter la garnison. Nul doute qu'un des lits lui ferait le plus grand bien pour récupérer de cet éprouvant combat dont il ne connait toujours pas l'issue. Quant aux morts, ils le restèrent, abandonnant avec eux un butin qui ne demandait qu'à être pillé. Au dehors, l'éternelle complainte des morts était bien plus audible sans le tintamarre de la bataille, s'intéressant parfois aux accès barricadés avant de s'éloigner en gémissant. La nuit s'annonçait réparatrice de corps, mais peut-être pas d'esprit.


Image


Vous avez quartier libre jusqu'au réveil de Mathias, c'est-à-dire au matin. Vous pouvez disposer des lieux comme vous l'entendez, ils vous appartiennent comme abri temporaire. Comme indiqué dans la liste du butin, vous y trouverez des torches réparties ici et là ainsi qu'une quantité non négligeable de nourriture à votre disposition. Les malles aux pieds des lits sont toutes vides et les tonneaux qui barricadent la porte d'entrée de la garnison sont remplis de sable et de terre pour peser lourd contre ceux qui tenteraient d'entrer sans y être invité. La petite pièce dans le coin en bas à droite de la garnison est assez spéciale. L'odeur qui s'en dégage est pestilentielle, bien plus que celle d'Eden. L'âme courageuse qui en ouvrira la porte découvrira qu'elle a été utilisée comme latrines pour les mercenaires qui vivaient ici, avant de vomir (obligatoirement) sans pouvoir se retenir. Quant aux deux mercenaires, ils deviennent jouables à votre bon vouloir le temps de cette màj. Ils seront néanmoins très peu bavards, ne resteront pas séparés longtemps et se méfieront de vous et de votre gentillesse après un tel combat. Si vous avez d'autres questions ou des choses à tenter, n'hésitez pas à venir m'en parler !


Récompenses :
  • Adam = Récompense d'XP à la fin de l'événement.
  • Eden = Récompense d'XP à la fin de l'événement.
  • Selen = 2 (RP d'apprentissage du sort "Bénédiction concentrique" validé) : 2 XP + Récompense d'XP à la fin de l'événement.

Récompenses matérielles :
  • Selen = 1200 Yus en pièces d'argent.

Rapport des blessures :
  • Evan = Mort
  • Tête Molle = Blessure grave au flanc (torse) + Blessure légère au menton (tête) + Blessure légère au torse + Blessure légère au bras droit
  • Mercenaire (lutte avec Mathias) = Blessure grave au bras droit
  • Adam = Estafilade bénigne au cou (tête)
  • Eden = Une blessure grave à la tête + une blessure légère à la tête
  • Fromritt = Blessure grave sous l'aisselle droite (torse) + Blessure légère au bras droit + Blessure légère au doigt de la main armée + Blessure légère au tendon droit
  • Selen = Blessure légère à la cuisse gauche (jambe) + Estafilade bénigne à l'épaule (bras)
  • Mathias = Estafilade bénigne sur quelques doigts de la main droite + Blessure grave au torse + Blessure légère au visage + Inconscient
► Afficher le texte
"Bwaf Assistance, que puis-je faire pour vous ?"

Image
L'appel au standard "Bwaf Assistance" est taxé à hauteur de 90 Yus suivi d'une tarification de 25 Yus par minute. La discussion est susceptible d'être enregistrée s'il y a un os.

Avatar du membre
Fromritt Verlorgot
Messages : 49
Enregistré le : mer. 2 janv. 2019 22:13

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Fromritt Verlorgot » ven. 7 févr. 2020 16:01

Son esprit était entre l’inconscient et le conscient, une base de données informe assaillait son cerveau. Des piqûres et brûlures le lançaient de parts et d’autres.
Il était un et pourtant deux versions de lui-même marchaient dans un univers onirique. Un de ces mondes était noir et rouge, l’autre blanc et vert. Ils faisaient les mêmes pas, comme s’ils marchaient sur les deux faces d’un miroir.
L’un était calme et paisible, un sourire traversant son visage amical. L’autre avait les traits déformés par la haine, la colère et la rage et son rictus à lui faisait froid dans le dos.


Ils marchèrent tout deux pendant un moment, sans montrer aucun intérêt à son alter ego. Les êtres vagabondaient dans ces terres vides de toute nuance.
Alors, apparut une lumière tourbillonnant dans le lointain, elle grandissait et plus elle grandissait, plus les ombres de couleur avec conscience d’elles-mêmes. Finalement, le vert regarda l’écarlate et fut comme tétanisé. Il voyait son exact opposé, une chose animée par tout ce qu’il réfutait.
La peur le gagna, de la sueur et des frissons apparurent sur son corps émeraude, tandis que son homologue désirait détruire le miroir les séparant avec une fureur et une hargne dépassant l’entendement.


La lueur devint aveuglante, elle englobait tout le ciel est une partie du sol ainsi que la majeure étendue du paysage. Le verdâtre s’enfuit à vive allure, la face étirée par la panique.
Il détalait vers la lumière éblouissante.
Une douleur à l’aisselle droite émergea et gagna en intensité. Son bras droit picota, montrant lui aussi des signes de douleur mineure et sa jambe droite également, bien qu’il semblait qu’elle lui fasse affreusement moins souffrir qu’une époque semblant lui paraître une éternité.
L’ersatz de Fromritt arriva à la frontière, aux limites de ce monde bizarre. Il ne savait pas pourquoi, mais il était convaincu qu’au bout de chemin se trouvait l’issue qu’il désirait tant.


Cependant, juste avant de sortir de ces méandres, de ces limbes colorés, le monde sembla se renverser. Les faces du miroir se mirent à la verticale, les reflets se firent face et le coléreux brisa le verre qui les séparait.
L’ombre sanguine attrapa la silhouette verte. Sa main, grosse, inhumaine, serra puissamment son cou, au point qu’elle pensait sentir sa nuque doucement se briser. Elle voulut crier, hurler, néanmoins aucun son ne sortit de sa gorge. Ses yeux se révulsaient, bien qu’ils n’étaient qu’une sclère couleur émeraude.
Bientôt, un froid mordant se diffusa dans son corps puis enfin les ténèbres abyssales l’engloutirent dans son intégralité.


Soudain, les paupières de l’espadonneur s’ouvrirent, les yeux exorbités, la bouche s’ouvrant petit à petit jusqu’à être complètement béante. Son cœur battait la chamade, ses tempes se recouvraient de sueur et ses membres inférieurs et supérieurs tremblaient.
Les événements récents apparaissaient comme des flashes dans son esprit, lui remémorant son inhumanité de la manière la plus cruelle qui soit. Chaque meurtre, chaque action monstrueuse et chaque pensée impropre à son idéologie primaire le rongeait de l’intérieur, jusqu’à dévorer chaque once d’innocence en lui


Aaah ! Aaaaaaaah ! Reculez, fuyez-moi ! Cria-t-il, le souffle coupé par sa propre terreur.


Ses yeux noisette, humides, regardèrent, terrifiés, chaque personne autour de lui.
Apeuré, il se servit de ses mains pour s’extraire du groupe. Il se cogna à droite, à gauche et se rétama quelques mètres plus loin. Instinctivement, ses bras enveloppèrent sa tête alors qu’un léger balancement investit son corps.
Il n’arrivait pas à être rationnel, son souffle tressaillait et sa cage thoracique s’affolait. Ses ongles grattaient frénétiquement son cuir chevelu, peut-être même jusqu’au sang, il ne fit pas attention à ça, ses pensées trop occupées à le cribler de culpabilité assassine.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 95
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Adam Von Demorlys » lun. 10 févr. 2020 21:15

Quelques secondes après s'être rassemblés, Adam sentit la magie du semi-elfe entrer en action. Les fluides scintillèrent au niveau du bras de ce dernier, et le jeune bourgeois vit la profonde blessure qui marquait le membre se résorber partiellement. Cependant Selen n'avait pas l'air satisfait et réitéra le sortilège. L'énergie magique ayant cette teinte grisâtre si troublante voleta alors autour de lui et se dirigea ensuite vers Fromritt.
Le Demorlys fronça légèrement les sourcils devant la légère expression d'insatisfaction qu'il vit passer sur les traits fins de son compagnon d'expédition. Visiblement ce dernier tentait quelque chose, mais même s'il deux blessures venaient de se refermer, ce n'avait pas l'air d'être là son objectif. Adam en sût plus une fois qu'un dôme de magie les engloba tous. Le jeune mage vit ensuite avec un étonnement grandissant les blessures de chacun se refermer en partie. Lui-même sentit comme une douce chaleur au niveau de sa nuque, et passa son index sur la légère marque qu'avait laissé la flèche plusieurs minutes plus tôt. Cette dernière avait fait place à une très légère croûte qui disparaîtrait sûrement d'ici plusieurs heures. Décidément les capacités du mercenaires étaient vraiment étonnants... Bien que le combattant semblait plus favoriser la maîtrise des armes avec lesquelles il était d'une efficacité redoutable, ses compétences magiques n'avaient pour autant rien de ceux d'un novice, loin de là.

(Après tout est-ce étonnant ? Vu ses origines il peut profiter d'une longévité qui ne peut être que la bienvenue pour développer ses talents.)

Effectivement, il ne savait pas quel âge avait son compagnon d'expédition, mais ce dont il était tout de même certain, c'est qu'à l'âge que devait avoir Selen, lui-même serait alors sur le déclin, si ce n'est déjà mort. Un tel constat lui fit ressentir un petit pincement au cœur, et il envia alors le semi-elfe de pouvoir jouir d'une telle longévité. Pouvoir passer les siècles à découvrir les secrets de ce monde, de la magie et à approfondir ses connaissances ainsi que son répertoire... C'était un rêve. Le mage s'humecta les lèvres tandis qu'une foule de réflexions se bousculèrent dans sa tête suite à cette dernière pensée.
Le brusque réveil de Fromritt le ramena cependant très vite les pieds sur terre. Ce dernier, comme prit d'une crise de panique se mit à hurler et s'extirpa vivement du groupe. Comme possédé ses ongles raclèrent son cuir chevelu et il leur cria de ne surtout pas l'approcher.

Bon sang mais quelle mouche l'avait-il donc piqué ? Depuis le début des combat l'épéiste ne lui avait plus semblé être lui-même. Un instant Adam se surprit même à se demander si l'âme d'Elkezath n'avait pas tenté de s'accrocher au colosse lorsqu'il avait brisé son crâne mais il écarta vite cette hypothèse. Perplexe, le jeune mage lança alors un regard inquiet en direction de Selen. Ce dernier s'avança en direction de leur compagnon, sûrement dans le but de le calmer. Ne voyant pas vraiment comment apporter son aide dans une telle situation et faisant confiance au semi-elfe pour apaiser le colosse, le regard du Demorlys se posèrent sur les deux survivants. Ces derniers n'avaient pas vraiment l'air de savoir sur quel pied danser, ce qui pouvait aisément se comprendre, mais ils ne semblaient plus nourrir d'intentions belliqueuses et c'était l'essentiel. Comme leur avait bien fait comprendre Selen ils étaient leur seule chance de sortir ici en vie. Le grand abruti avait certes occis Edgar, mais ce dernier était trop bête pour penser par lui-même et faire vraiment preuve de malveillance. Il avait été comme un outil, rien de plus. Un outil cependant bien efficace...

Adam baissa ensuite les yeux sur Mathias et fit le point dans sa tête. Tous à part lui avaient été relativement éprouvé par les combats. Fromritt et Mathias étaient dans l'incapacité de reprendre de suite la route et Selen avait utilisé beaucoup de magie au cours des derniers événements. Le jeune mage balaya la salle du regard et fit rapidement un tour tout en fouillant quelques caisses.

(L'endroit est assez clos, il n'y a que deux issues et la trappe n'est pas facilement atteignable. De plus on a la chance d'avoir des vivres dans ces caisses ainsi que de bons lits.... Oui, c'est sûr qu'on aura pas de meilleures opportunités de bien récupérer. Surtout que le pire reste encore à venir.)

Adam se re-dirigea vers le groupe :

« On ferait bien de rester ici pour se reposer. On peut facilement protéger l'endroit et on a de quoi bien se remettre. Aller plus loin dans nos états serait de la folie. Vous deux aidez-moi s'il vous plaît on va bloquer la trappe pour éviter les mauvaises surprises.»

D'un geste de la main il somma les deux survivants à le suivre et ensemble ils retirèrent la petite échelle de la trappe, refermèrent cette dernière et placèrent dessus trois tonneaux remplis de terre. Ceci fait, Adam planta les têtes des cadavres dont il ne s'était pas encore occupé. Il se pencha ensuite sur l'un d'eux et commença à le fouiller. Le mage saisit donc une petite bourse et l'ouvrit. Cette dernière contenait un anneau usé en or, 5 pièces de cuivre et une pierre à l'aspect étrange.

(Qu'est-ce que c'est que ça ?...)

Le Demorlys fronça les sourcils et retourna entre ses doigts une étrange petite pierre sur laquelle scintillait un symbole qui lui était totalement inconnu. Il avait déjà entendu parler de tels objets mais n'en avait encore jamais vu.

(C'est une rune ?... J'en ai encore jamais vu, je ne saurai pas dire si c'est bien le cas ou pas.... Il faudra que je fasse un tour dans une boutique de magie pour vérifier ça, si déjà je sors vivant d'ici...)

Adam rangea ses trouvailles dans sa propre bourse, se pencha à nouveau sur le cadavre et commença à défaire les attaches de l'armure en cuir de ce dernier. Sa robe était dans un sale état et était d'une bien piètre protection, il fallait l'avouer. Quand il jetait un coup d'oeil à toutes les personnes se trouvant dans la vaste pièce, il ne pouvait que se dire qu'il avait eu énormément de chance lorsque la flèche l'avait éraflé. Le mage se débarrassa alors de son vêtement et revêtit l'armure en cuir. Porter un tel équipement avait quelque chose de désagréable, il se sentait moins à l'aise dans ses mouvements, mais bon il fallait reconnaître qu'il se sentait un peu plus protégé à l'intérieur. Le jeune bourgeois jeta ensuite son épée au sol, saisit celle qui traînait non loin et la glissa à sa ceinture. Ses yeux se posèrent ensuite sur la côte de maille d'un des cadavres. Après un temps d'hésitation il se décida, et se pencha pour la glisser dans son sac :

(Je ne me vois pas porter ça, mais ne sait-on jamais, ça peut avoir son utilité. Au pire ça me permettra de remplir un peu ma bourse dans un magasin, ça ne lui ferait pas de mal.)

En poursuivant sa fouille Adam tomba ensuite sur un petit sac contenant six fioles, dans lesquelles luisait un liquide écarlate qu'il reconnut rapidement. Ca... C'était sûr que ça allait leur être d'une grande utilité pour les événements à venir. Deux étaient plus sombres que les autres. Il saisit alors une des quatre et une plus sombre, remplit sa gourde avec et alla poser le petit paquetage non loin du groupe.

« Il y a de quoi se soigner là-dedans, 5 potions au total j'en ai déjà pris une. Servez-vous. Il y a aussi de quoi manger dans la caisse qui se trouve là-bas, et il y a des torches dans celle d'à côté. On ferait bien de reprendre des forces et de prendre le reste de ce qu'il restera avant de partir demain matin. Vu vos états je suis celui qui a le moins besoin de sommeil, donc je prends le premier tour de garde. Eden ? Après moi tu es le moins blessé de nous tous, Selen est dans un meilleur état que Fromritt et Mathias mais je pense qu'il aura besoin d'une nuit complète pour récupérer toute la magie qu'il a déjà utilisé. N'est-ce pas ?»

Adam glissa un regard vers le concerné pour avoir confirmation, puis reprit ensuite la parole.

« Je pense donc qu'il vaut mieux que se soit toi qui prenne le deuxième tour, au pire tu peux te coucher bien avant nous si tu veux être sûr de bien te reposer. »

Le Demorlys n'en revenait pas qu'il propose au filou de veiller sur eux et leurs affaires pendant qu'ils dormaient, mais bon ils n'avaient pas vraiment le choix. Puis il était hors de question de donner cette tâche à l'un des deux survivants. Il ajouta donc avec un petit rire :

« Si certains n'ont pas confiance je vous invite juste à faire un inventaire de ce qui se trouve dans votre sac avant de dormir. »

Et c'était certain qu'il allait appliquer ce conseil. Adam prit ensuite le temps de manger une portion de vivre et questionna les deux « nouvelles recrues » :

« Je pense que c'est le bon moment pour nous en dire plus sur tout ça. Que vouliez ? Pourquoi êtes-vous ici et que savez-vous sur tout ce qu'il se passe en ce moment? Ne soyez pas avare en détails, on a tout le temps devant nous, et comme ça on sera sûrs de votre coopération. Que voulait Evan ?»

Le Demorlys écouta donc silencieusement les deux mercenaires tout en finissant sa ration. Une fois que tous furent couchés, il alla s'asseoir sur un tonneau, dos au mur et entama son tour de garde. Tout était calme... Un silence lourd et étonnant régnait, seulement parfois ponctué par des râles de zombies qui rôdaient en-dessous de la trappe, puis qui s'estompaient ensuite. Se poser ainsi fit le plus grand bien à son corps, mais pas à son esprit. Maintenant que l'action était retombée depuis un moment, ses pensées étaient moins focalisées et s'emmêlaient. Les violentes scènes de combat qui avaient eu lieu un peu plus tôt semblèrent se re-dérouler devant ses yeux. Il revit avec netteté Phamot saisir son mollet, son crâne exploser, Edgar hurler avant que les craquements de ses os ne le fassent taire définitivement. Il sentit à nouveau le crâne d'Elkezath se briser sous sa botte, l'odeur du sang qui emplissait ses narines tandis qu'alliés et ennemies tombaient un à un autour de lui.
Certes le jeune bourgeois avait déjà été confronté à la violence, surtout dans une cité comme Tulorim, et baignant depuis des années dans les machinations de son paternel. Mais jamais il n'avait encore été confronté à une telle violence. Il avait eu de la chance, beaucoup de chance. Et le pire restait à venir

Adam s'aperçut alors que ses mains tremblaient légèrement et il essaya de se reprendre. Lui qui s'était rendu à Exech et avait choisi d'y rester plusieurs jours afin de sortir de sa zone de confort, c'était réussi. Maintenant que l'adrénaline était retombée la peur lui tordait les tripes.

(Calme-toi, souffle un coup... Vu tout ce à quoi on a fait face on s'en est quand même assez bien tiré. Il faudra juste faire preuve de plus de jugeote pour la suite et de plus de discrétion...)

Se forçant à faire le vide dans son esprit, le Demorlys se concentra sur tous les bruits qui les entouraient, mais ces derniers étaient rares et infimes, incitant les pensées noires du mage à refaire surface. Adam soupira alors et essaya de focaliser ses réflexions sur autre chose. Autre chose.. Autre chose mais quoi ? Pas facile de songer à autre chose dans un tel lieu et dans de telles circonstances !

(Reprends-toi, que ferais-tu en temps normal si tu avais du temps à tuer pendant plusieurs heures?)

La réponse ne se fit pas vraiment attendre, elle s'imposa à lui, automatique, tandis que ses yeux se posèrent un peu plus sur l'ombre de lui-même, que projetait une torche située à un peu plus d'un mètre sur le côté.

(Expérimenter...)

Il ne s'agissait bien sûr pas pour autant de négliger son tour de garde. Mais vu comme ils avaient sécurisé les deux issues, il y avaient peu de chance pour que des zombies réussissent à entrer, et si c'était le cas il aurait vite fait de les entendre. Oui, le mage avait plusieurs heures en face de lui, donc autant les utiliser à bon escient.
Adam fixa donc son ombre qui était projeté un peu plus loin. Il leva machinalement sa main, et observa celle-ci faire de même. Le mage pensa alors à ses pouvoirs liés aux fluides obscurs, qu'il avait senti se développer en lui depuis sa présence sur ces terres. Etait-ce du à la magie sombre qui imprégnait ces lieux ? Allez savoir. Quoiqu'il en soit le Demorlys sentait désormais une certaine proximité avec les ombres. Même si c'était loin d'être spectaculaire, il sentait qu'il était capable d'agir sur certaines zones d'ombre par le biais de la sienne. Comme pour le vérifier il ferma le poing qu'il avait levé et sollicita une petite partie de son pouvoir. En réponse, cinq doigts se rouvrir du côté de son ombre, alors qu'il les avait toujours repliés contre sa paume. Un léger sourire détendit ses traits. Il se sentait de plus en plus à l'aise avec cette branche de magie obscure. D'ailleurs le mage maîtrisait même un sortilège qu'il avait appris juste avant de débuter l'expédition, qui permettait de lier une épaisse ombre à une cible afin d'entraver sa vue. Et s'il essayer de l'améliorer ou d'en créer une variante ?

Le Demorlys réfléchit quelques instants. Tuer avec une ombre ? Pour l'instant il n'en était pas capable, et il n'avait pas le temps d'expérimenter une telle chose qui n'avait rien à voir avec ce qu'il savait pour l'instant faire avec cette branche de magie. Non, ce dont il était capable, c'était de générer des ombres afin d'obstruer le champs de vision d'un adversaire...

(Et si j'essayais de les modeler pour leur donner une forme spécifique ? Ca aurait l'avantage de leur mettre plus la pression en plus de les gêner.)

Oui, plus il y pensait et plus l'idée lui plaisait. Cependant comment procéder ? Il était certes capable de modeler une ombre mais de la taille de sa main, rien de très effrayant en soit.

(Non, il faut plutôt que je me base sur la manière dont je procède pour les crépuscules ciblés. Sauf que cette fois il faudrait que je me concentre sur un aspect précis à donner).

Adam sortit alors sa baguette et se concentra. Il imagina alors un spectre, doté d'une longue cape flottante et encapuchonnée. Une image qui avait le mérite de ne pas demander trop de détails pour en constituer la forme tout en restant assez reconnaissable. Le mage focalisa alors son attention et visualisa l'apparition. Plusieurs secondes après, une fois cela fait, il brandit son artefact et relâcha le fluide obscur qu'il avait canalisé à ce dessein. Une forme noire jaillit alors, obscure mais indistincte. Sa forme large pouvait faire penser à un petit rapace fait de ténèbres qui étendait ses ailes, mais ça n'allait pas plus loin. Rien de très effrayant en soit.

(Il faut que je revois ma manière de faire... Je n'ai aucun mal à produire l'image d'une main parce que certes c'est plus petit... Mais peut être aussi parce que j'ai plus de facilité à la visualiser?)

Ca devait sans aucun doute y jouer en effet. Adam n'avait après tout jamais pu observer de vrais spectres. La seule image qu'il s'en faisait, était celle qui circulait dans le folklore, parmi les dessins d'une silhouette encapuchonnée et armée d'une faux, qui illustraient certains ouvrages de contes et de légendes. Mais ça n'allait pas plus loin.
Le Demorlys se concentra alors sur des visions de son vécu et qui pourraient faire l'affaire, et vu les derniers événements qu'il avaient traversés, il fallait reconnaître que ce n'était pas les sources d'inspirations qui manquaient... Adam visualisa alors avec précision un crâne, puis un squelette dans son ensemble. Pour s'aider il se força même à ressentir sous ses doigts le froid de la boîte crânienne d'Elkezath. Une fois qu'il se sentit prêt le mage relâcha sa magie et l'envoya plus loin. Son sort prit alors un aspect un peu plus distinct, il reconnut la forme d'un crâne avec une cage thoracique et des membres squelettiques qui se mouvaient derrière. Mais l'image demeurait tout de même grossière, sans âme et s'estompa au bout de quelques courtes secondes à peine. On aurait dit l'oeuvre d'un pseudo artiste n'ayant aucunement mis cœur à l'ouvrage et ayant bâclé son travail.

Adam poussa un léger soupir, et prit le temps de réfléchir. Cette manière de faire n'allait pas plus, il devait en trouver une autre. Au bout de plusieurs minutes de réflexion il en vint à la conclusion que l'image projetée manquait sûrement trop de ressenti pour faire un réel effet. Une fois encore en prenant l'exemple d'un peintre, ne dit-on pas que les plus grands artistes sont ceux capables de poser directement leurs émotions et leurs réflexions sur leurs toiles ?
Le mage ferma donc les yeux et se concentra sur les dernières heures qui avaient été riche en horreur. Il pensa par exemple au gouffre béant de Phamot, qui avait été à deux doigts de se refermer sur lui. Et re-visualisant sans aucune difficulté la scène, Adam sentit un frisson glacé lui parcourir le dos. Il se concentra et visualisa l'image avec netteté. Mais il ne rassembla pas encore sa magie. Non, le Demorlys se focalisa aussi sur ce qu'il avait ressenti à ce moment là, sur ce que lui avait inspiré la monstruosité.

Une fois qu'il se sentit prêt, Adam rouvrit doucement les yeux et projeta le sort d'un geste sec de la main. Il libéra alors le fluide qu'il avait concentré. Il libéra l'image qu'il avait visualisé avec netteté. Il libéra toute l'horreur que lui avait inspiré Phamot, et toute la peur qu'avait engendré les rencontres toutes aussi funestes les unes que les autres qu'ils avaient faites depuis qu'ils avaient pénétré sur ces terres maudites. Ce geste exorcisa tout ce ressenti qu'il avait accumulé et qui le tourmentait dès qu'il fermait les yeux. Une forme noire jaillit alors en face de lui. La tête de Phamot, deux fois plus gros que ce qu'il devait être, fila alors droit devant lui. Ce dernier ouvrit sa gueule béante, composée de ténèbres plus noires encore qu'une nuit sans lune. Puis à l'intérieur s'anima un crâne qui lui fit étrangement pensé à Elkezath. La projection semblait étrangement vivante, ce qui provoqua sur le coup un sentiment quelque peu désagréable à Adam. Mais il fut tout de même satisfait du résultat. D'un mouvement de baguette il mit alors fin au sortilège et fit le point.

(Pour le début il faudra donc que je prenne soin de me concentrer sur une image qui me parle, lié à un fort ressenti. Après une fois que je gagnerai en aisance peut être que se ne sera plus nécessaire et que je pourrai laisser libre cours à un peu plus de fantaisie.. Je verrai bien. Il faudra déjà que je vérifie plus tard si je suis toujours capable de produire un tel effet, et si surtout je serai en mesure de l'utiliser en situation de combat.)

Adam se sentait soudainement un peu plus léger, comme si cet entraînement lui avait aussi permis d'évacuer une partie de sa peur. Il continua à monter la garde et alla silencieusement réveiller Eden quelques heures plus tard, non sans avoir au préalable fait le compte de ce qu'il se trouvait dans son sac et sa bourse.

« Psss, c'est à ton tour. Il n'y a rien eu à signaler de ton côté. »

Une fois couché, bien que très fatigué le Demorlys eût tout d'abord du mal à fermer les yeux. L'épuisement ne tarda ensuite pas à le faire faire sombrer dans un sommeil agité peuplé de monstruosité en tout genre.




[ HJ : - Condamne la trappe avec les deux mercenaires.
- Perce le crâne des autres cadavres.
- Jette son épée, sa robe ainsi que les bottes qui sont dans son sac.
- S'équipe d'une armure de cuir et d'une des épées des mercenaire, met une côte de mailles dans son sac, prend un anneau usé en or, deux des 6 potions rouges (1 sombre et 1 plus claire puis remplit sa gourde avec), la rune « aot », 5 pièces de cuivre, 4 torches et une portion de vivre.
- Questionne les deux mercenaires.
- Prend le premier tour de garde et début d'apprentissage de « Silhouette terrifiante ».
- Réveille Eden pour le deuxième tour et se repose. ]
Modifié en dernier par Adam Von Demorlys le jeu. 13 févr. 2020 19:37, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » lun. 10 févr. 2020 21:24

Le sort ayant miraculeusement fonctionné tel qu’imaginé, je sentis une puissante lassitude s’emparer de mon être. Mes soins avaient éveillé Fromritt, qui subissait toujours la rage du combat comme s’il était encore en plein milieu. Il cria de le fuir tout en nous regardant : il paniquait. J’usai de ma magie, plus pour un sortilège cette fois, mais pour en extraire ses propres vertus apaisantes, et m’approchai de l’homme, lui tapotant l’épaule.

« Allez, allez… C’est terminé. C’est tout. »

Je parlais doucement, d’une voix qui tentait aussi d’apaiser sa crise.

Je ne restai cependant pas proche de lui très longtemps : il était temps pour tout le monde de tourner la page de ce combat, et pour ma part de m’allonger et de me reposer. Je me détournai du Verlogot et approchai des deux bandits en reddition. Je les avais soignés comme des frères d’armes, et j’espérais que cela signifie quelque chose pour eux. Je m’apprêtais à leur faire confiance, tout en ne leur laissant pas trop le choix.

« On va se reposer, maintenant. Vous deux, vous vous partagerez la nuit pour surveiller la salle. Gagnez notre confiance et vous aurez une chance de la quitter en vie. »

Il se tourna brièvement vers Adam et Eden pour leur signifier :

« Si vous voulez établir des tours de gardes en parallèle, libre à vous. Moi, je dors. Et si quelqu’un touche à mes affaires, je le bute. »

C’est en réponse à Adam que j’avais lancé la dernière remarque. Pour ma part, je ne pensais plus que de telles vilenies soient possibles après tout ce qu’on avait dû traverser ensemble en tant que groupe. Je nous estimais au-dessus de ça.

Exténué par toute cette utilisation gratuite de magie bienveillante, par les combats et les blessures, je m’approchai du lit le plus à l’extrémité de la salle et m’allongeai dessus, bazardant mon paquetage près de la tête du meuble, à mon côté. Je déposai tout contre mes armes, mon bouclier, mais n’ôtai aucune pièce d’armure : les morts rodaient toujours et je devais être prêt à combattre sitôt qu’ils apparaîtraient, s’ils venaient à apparaître. On n’était jamais trop prudents. Très vite, je laissai le sommeil m'envahir.

Avatar du membre
TGM
Messages : 77
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par TGM » mer. 12 févr. 2020 09:37

-----E-----


Arrivé, grâce à Adam, près de Selen, j'entends ce dernier ordonner aux prisonniers de s'approcher pour se faire également soigner. Pourquoi pas, ils seront peut-être plus enclins à parler après ça. Une boule de lumière apparaît alors autour du semi-elfe, puis grossit jusqu'à tous nous englober. La lumière est apaisante, agréable. Je sens ma douleur baisser d'intensité, comme si l'une des blessures s'était grandement amoindrie. Je resterai bien plus longtemps dans cette bulle guérisseuse, mais elle disparaît rapidement, avant de me soigner complètement. À peine la bulle dissipée, Fromritt se réveille en hurlant, mais Selen s'occupe déjà de le rassurer.

Tandis que je bois la seconde potion du bandit, espérant qu'elle soit assez puissante pour faire disparaître la blessure en partie guérie par le semi-elfe, Adam propose de se reposer pour le reste de la nuit. Je regarde autour de moi. Toutes les entrées du bâtiment sont barricadées et, vu l'état du groupe, ce repos ne nous fera aucun mal. Lorsqu'il propose de monter la garde à tour de rôle lui et moi, les deux moins blessés, j'approuve d'un simple hochement de tête. J'aurais tout le temps qu'il me faut pour ramasser ce qu'ils n'auront pas pris lorsqu'ils dormiront et, assoupis, je n'aurai à souffrir ni leurs regards désapprobateurs, ni leurs remarques désobligeantes. Lorsqu'il dit que je peux aller dormir avant eux, je file aussitôt en direction des lits pour choisir le plus confortable et, une fois celui-ci trouvé, fait l'inventaire de mes affaires avant même qu'il ne le suggère. J’aligne soigneusement le contenu de mon sac à dos dans la malle au pied du lit, afin que le moindre objet manquant se remarque immédiatement. Je remarque quelque chose d'étrange, une sorte de fruit jaune et allongé, mais ne m'attarde pas dessus, et me glisse sous les draps. J'aurai bien le temps de l'inspecter durant ma garde, pour l'instant, je dois récupérer en espérant que mon mal de tête se dissipe pendant la nuit avec le repos.

Après un sommeil reposant, mais un peu trop court tout de même, le mage me réveille en m'annonçant qu'il ne s'est rien passé durant sa garde. Je me lève alors et commence à rassembler mes affaires posées dans la malle. Heureusement, tout est là. J'entends toujours les râles des trépassés à l’extérieur, mais ils ne semblent pas chercher à forcer les barricades. Je crois que je vais finir par m'habituer à leur complainte qui n'est, tout compte fait, guère plus angoissante que les bruits de conflits permanents dans la cité noire. Je comprends donc rapidement que pour tuer l'ennui, je ne pourrai qu'inspecter le fruit étrange et récupérer ce qui n'a pas encore été pillé. À choisir, j'aurais préféré piller les vivants et en particulier le semi-elfe. L'occasion de lui dérober l'acte d'héritage et fuir dans les ténèbres pour le ramener à Gadrius est trop belle, si seulement ils n'avaient pas également barricadé la trappe par laquelle nous sommes arrivés. Impossible pour moi de la dégager seul et en silence. Demander l'aide des bandits ne me semble pas non plus une option viable. Au-delà de la méfiance naturelle entre eux et moi, ils ont tous deux un bras blessé et je ne peux pas prendre le risque que l'un d'eux lâche un tonneau et réveille le reste du groupe. Impossible également de voler le parchemin et de fausser compagnie au groupe plus tard. Selen me semble clairement être du genre à refuser de quitter les lieux avant d'avoir retrouvé à la fois le document et le voleur. Je déteste ce genre de situation où tout semble me sourire à l'exception d'un unique point insolvable et pourtant central.

Je respire profondément, inutile de s'énerver pour rien. Je devrais profiter de ce moment d'accalmie et apprécier les progrès de la situation. Mes blessures ont guéri, Edgar est mort sans qu'il ait été possible de le ramener, ce qui me débarrasse de lui pour de bon, et j'ai sûrement bien plus de temps devant moi qu'il ne m'en est nécessaire pour dérober ce fichu papier après lequel tous les frères Belmont courent. Je m’attelle donc à l'inspection du fruit offert par le père No-Hell, n'y trouvant rien de particulier à première vue. Si ce truc est vraiment en mesure de m'aider, il doit forcément avoir des propriétés magiques. Je le glisse donc à ma ceinture, prêt à être utilisé en cas d'urgence. Arrive enfin le temps du pillage, enfin presque. Juste avant de me jeter sur le cadavre le plus proche, je remarque une silhouette tremblante dans un coin de la pièce. En m'approchant, je reconnaît rapidement Fromritt, prostré pathétiquement dans ce coin en position fœtale. Les autres l'ont-ils abandonné ainsi? Il m'a pourtant semblé voir Selen le réconforter avant de m'endormir. Je m'approche donc pour lui demander la raison de sa présence ici, dans cet état:

"Fromritt ? Qu'est-ce que tu fais là ? Tu dors pas ? Ça va ?"

Pour toute réponse, le grand brun me gueule dessus, m'ordonnant de ne pas approcher. Surpris, je recule sans demandé mon reste, puis le fixe un instant. Quelque chose semble lui avoir totalement ravagé l'esprit. Ce n'est pas Phamot, ce dernier ne s'en est pris qu'à Selen et Adam depuis notre arrivée ici. Est-ce le fait d'être passé à deux doigts de la mort ? Ses blessures ont été plus terrifiantes que l'horreur gigantesque ? Peut-être, j'espère juste que la magie du semi-elfe saura le remettre en état de combattre pour la suite, puisque je ne peux leur fausser compagnie ici. Tout en gardant un œil sur l'espadonneur prostré, j'entreprends de rassembler sur la table centrale tout ce que je trouve, dépouillant chaque cadavre jusqu'à ne leur laisser que leurs sous-vêtements, après avoir bien sûr vérifié qu'ils n'y cachaient rien de valeur, ouvrant et récupérant le contenu de chaque coffre et fouillant chaque pièce de la garnison. Je mets tant de cœur à l'ouvrage et me méfie si peu, jugeant que tout danger est écarté, que je finis par regretter mon enthousiasme en ouvrant la dernière pièce. À peine l'ai-je ouvert, qu'une odeur absolument insupportable m'étouffe, pire que tout ce que j'ai pu sentir de cadavre à Omyre. Avant même de réaliser que ce cagibi a servi de toilettes aux bandits reclus ici, je participe à l'immonde édifice en relâchant une galette de gerbe par-dessus leur tas de merde. Sans même attendre de voir si une seconde vague me traverse ou non l'œsophage, je referme la porte et m'éloigne rapidement vers la table sur laquelle se trouve tout le butin qui s'offre à moi.

Avant toute inspection je me rince à plusieurs reprise la bouche avec le vin disponible pour faire disparaître le goût de gerbe de ma bouche. Suite à cela, je profite de la profusion de nourriture pour me remplir l'estomac, et me débarrasser la portion impropre préparée pour Edgar. Voyant deux anneaux dorés et quelques pièces d'étain et de cuivre, je glisse le tout dans ma bourse, tant pis pour ceux qui de les ont pas vu. Je remarque également un étranger caillou marqué, semblable à d'autres que j'ai déjà trouvé. Quoi que ça puisse être, je le prends aussi. Viens maintenant le temps de se servir en équipement. Je commence par mettre de côté tout le matériel trop endommagé pour être utilisable, puis réfléchi comment répartir au mieux ce qu'il reste entre moi et Fromritt. Je commence par lui mettre de côté des bottes, des gants et une cotte de mailles. J'hésite un instant à m'équiper du même matériel, un peu réticent à me débarrasser de l'équipement puant qui m'a permis de me fondre parmi les morts. Choix difficile. Finissant par me dire qu'avec tout le groupe à mes trousses, j'aurai plus de chances en courant à perdre haleine qu'en essayant d'imiter les morts, je me décide à remplacer mon matériel en prenant de nouvelles bottes, de nouveaux gants et un plastron de cuir. Les deux cottes de mailles restantes sont attirantes et je décide de les glisser dans mon sac pour les revendre plus tard, préférant garder sur moi une protection me permettant de me déplacer sans cliquetis intempestifs. Je m'attarde ensuite sur les quatre épées étalées devant moi. L'une d'entre elle semble absolument magnifique, mais il me semble bien qu'elle était auprès de Fromritt lorsqu'il était inconscient, tout comme celle qui semble porter des symboles magique, à l'instar du caillou ramassé. Avec un pincement au cœur, je les place avec les affaires destinées à l'espadonneur et prend pour moi les deux autres qui restent de meilleur facture que mes armes actuelles. Je m'attarde ensuite sur les potions de soin et les transvase, ainsi que celles déjà à ma ceinture, dans ma gourde jusqu'à la remplir en commençant par les plus puissantes. Celles restantes finissent à ma ceinture, avec les potions colorées identifiées.

Considérant avoir récupéré tout ce qui me serait utile à coup sûr, il me faut maintenant choisir quels équipements récupérer dans le seul but de les revendre. Ayant déjà deux côtes de maille dans mon sac, je choisis de m'emparer des armes à distances que mes camarades ont apparemment boudées et qui, malgré mon inexpérience en la matière, me sembleront toujours préférable à l'utilisation d'une épée si l'on croise un autre monstre comme Phamot. Mon butin à présent rangé empaqueté, je n'ai plus qu'à attendre le réveil du groupe. Une longue attente durant laquelle je combats le sommeil en marchant en rond dans la garnison, sans pour autant trop m'approcher du traumatisé, veillant à ce que les bandits endormis ne se réveillent pas pour tenter de s'en prendre à nous et ressentant un pincement au cœur à chaque fois que je vois Selen et Adam. Oh, comme j'aimerais que cette trappe ne soit pas barricadée pour m'enfuir avec le document d'héritage... Soyez maudits, vous deux qui vous trouvez sans cesse à me compliquer la vie. Pourquoi faut-il que j'aie encore besoin de vous ? Et pourquoi faut-il que mon seul soutien ait fini par péter les plombs ?

[HRP: bois la 2e potion du bandit (soigne la blessure légère)
+ récupère les potions non prises et verse les plus puissantes (sienne comprises) dans la gourde
+ s'équipe d'épées/gants/bottes/plastron
+ ramasse 2 cottes de maille dans son sac
+ récupère les anneaux et yus restant
+ récupère rune aom
+ consomme une ration
+ l'arc et les couteaux de lancer en armes rangées
+ carquois plein à la ceinture
+ met de côté pour from: bottes/gants/cotte de mailles/épée d'evan/épée de mathias]

1791mots
Modifié en dernier par TGM le jeu. 13 févr. 2020 17:26, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Fromritt Verlorgot
Messages : 49
Enregistré le : mer. 2 janv. 2019 22:13

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Fromritt Verlorgot » jeu. 13 févr. 2020 17:01

La peur et le froid tétanisaient ses muscles congestionnés. La garde gelée d’une épée était plaquée sur son crâne. Sa respiration inconsistante changeait d’un souffle irrégulier à un grognement animal. Sa vision diminuée se concentrait sur le noir de son pantalon, son environnement se résumait à des bruits lointains ainsi qu’à des voix inintelligibles.
Seul un cri de rage résonnait dans son crâne. Un être d’une violence pure désirait contrôler son corps ainsi que son esprit embrouillé, sans partage, aucun. Son sang bouillonnait toujours d’une soif insatiable de barbarie. Ses doigts parfois se resserraient si fort qu’ils en faisaient blanchir ses articulations.


Il se marmonnait des excuses, des insultes, des pardons à répétition.
De temps en temps, une voix plus dure, similaire à un aboiement, crachait sur ses victimes passées d’une véhémence sans-nom. De la salive coulait aux commissures de ses lèvres ouvertes, à ses dents compactées.


Le brave chevalier devait paraître fou aux yeux extérieurs. Cependant, il menait là le plus compliqué des combats ; une bataille interne. Il se battait avec une entité qui semblait toujours avoir été là, qui voulait regagner sa place au sein de la psyché de l’espadonneur. Plus que jamais, Fromritt luttait pour ne pas sombrer dans la sauvagerie.
Une main et des mots doux, presque susurrés, tentèrent de le calmer. La voix lui rappelait une personne lumineuse pour lui, mais son intervention fugace ne fut d’aucun secours. Sa lueur d’espoir partit, s’évada alors que les abysses dansaient autour du Verlorgot.


Le sommeil ne vint pas dans ce climat de paranoïa et de guerre personnelle.
La sclère striée de rouge témoignait d’une fatigue profonde, tout comme ses cernes béantes. Mais il devait faire taire les voix qui lui disaient tout bas, comment trancher les mains d’Eden, énucléer Adam, décapiter Mathias et briser la nuque de Selen.


Les autres dormaient autour, peut-être pas tous car des bruits légers s’entendaient. Des grognements et des râles venaient de l’extérieur, se mêlant aux songes du grand brun.
Soudain, la présence rassurante resurgit des ombres. Il semblait s’être déroulé une éternité entre ses quelques mots et sa réapparition. Bienveillant, il dit à Fromritt de le suivre d’un ton rassurant le Verlorgot, au moins assez pour qu’il ose regarder Selen dans les yeux.
Tremblant, il se fit relever et reçu les instructions nécessaires pour qu’il remette son sac, récupère quelques affaires rangées pour lui avant de partir. Juste à l’orée de la pièce, il marcha sur une lame qu’il regarda par réflexe, effrayé du petit bruit métallique. Cette arme portaient des initiaux qui semblaient liés à son histoire. Instinctivement, il rangea l’épée dans sa main au niveau du fourreau dans son dos et agrippa son espadon familial.


HRP : Fromritt part, comme lobotomisé, il suit les instructions de Selen, seul être capable de l'apaiser. Il a l'épée de Mathias dans son fourreau et son espadon en main, il a récupéré la cottes de mailles machinalement quand Selen lui a dit de le faire. Le regard terrifié et les muscles prit de spasmes irréguliers, il s'en va.

Keurkeur sur vous, Adam et Mad, ce fut un plaisir d'RP avec vous !

Avatar du membre
Gamemaster2
Messages : 206
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 15:08

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Gamemaster2 » dim. 16 févr. 2020 21:11

Intervention pour Adam, Eden, Selen et Fromritt


><

Aux questions d'Adam, le mercenaire se racle la gorge et répond sans réflechir. D'abord hésitant, il finit par s'expliquer sans ménagement.

"'Vec Evan et les autres, on était à la r'cherche d'un papier pour not' commanditaire. Un papier qu'il voulait qu'on vole à son frère qu'il pensait mort. On a r'çu l'ordre de trouver son cadavre et d'le récupérer à tout prix, mais on a trouvé qu'son père qui s'cachait dans l'manoir. On l'a gardé avec nous en pensant l'rançonner, mais on a fini par s'faire submerger par les morts qui marchent, donc on a eu l'idée d'se planquer dans la garnison, là où y'avait deux servantes qui avaient eu la même idée qu'nous. On a fini par rester cloîtrés là pendant un bout d'temps et... Ba vous savez, faut bien s'occuper, quoi... Enfin, bon, voilà."

Après un court silence pendant lequel il semble gêné de ses dernières déclarations, il rajoute quelque chose.

"Ah au fait, moi c'est Danal et lui Rodoh, mais tout l'monde l'appelle Tête-Molle."

Finalement, à la lumière mourante des torches, chacun chasse le sommeil à sa façon. Certains y parviennent haut la main, d'autres se résolvent à garder les yeux ouverts pendant la nuit. Finalement, le soleil se réappropriera le ciel après une nuit plutôt calme et réparatrice malgré les complaintes incessantes des morts qui marchent près de la garnison. Un coup d’œil aux fenêtres montrera un temps moins clément qu'auparavant par de gros nuages gris et une pluie fine audible en tendant l'oreille.

Le réveil est lent et fastidieux tant le confort avait manqué à ces aventuriers de l'extrême. Ce n'est donc qu'après un rassemblement matinal que la disparition de deux membres de l'expédition est révélée, sans explication aucune. La trappe est toujours obstruée et les accès ne semblent pas avoir été débarrassés des lourds tonneaux qui en gênaient l'entrée. Le secret de leur départ reste inconnu, mais leur absence est pourtant un fait non négligeable que souligne Mathias après s'être difficilement réveillé.

"Où sont-ils ?... Bon sang, ma tête... Que s'est-il passé ?"

Son sang ne fait qu'un tour lorsqu'il découvre les lieux, théâtre d'un carnage sans nom. Il finit par découvrir le corps de son père et se rue à ses côtés, d'abord abasourdi, puis accablé par la nouvelle.

"Non ! NON ! PÈRE, NON !"

Il prend le temps de s'agenouiller et de lui rendre de silencieux hommages, murmurant et étouffant parfois quelques sanglots discrets. L'homme ne semble pas vouloir être dérangé, sauf peut-être pour des mots de réconfort. Non loin de là, Tête Molle et son camarade pansé en bandoulière s'approchent d'Adam et Eden, laissant le commanditaire pleurer son père comme il se doit. C'est le mercenaire blessé qui prend la parole, plus apte à articuler que le géant.

"Dites, vos copains, là... Pas sûr qu'on les revoit d'sitôt. Tête-Molle m'a dit qu'il a entendu bouger dans la pièce au beau milieu d'la nuit, mais il avait trop peur pour vérifier. Y' devait penser qu'c'était des cadavres qu'avaient réussi à rentrer. 'Fin bon, on sait toujours pas c'que vous faites ici. Pourquoi l'Belmont est revenu et pourquoi vous l'accompagnez ?"


Que décidez-vous, aventuriers ?

--------------------------

Récompenses :
  • Adam = 0,5 (Interactions avec le groupe) + (XP du RP d'apprentissage une fois terminé) : 0,5 XP
  • Eden = 0,5 (Pillage et interactions) : 0,5 XP
  • Selen = Récompense à la fin de l'événement[/color]
  • Fromritt = Récompense à la fin de l'événement
Rapport des blessures :
  • Tête Molle = Blessure grave au flanc (torse) => Stabilisée
  • Danal = Blessure grave au bras droit => Stabilisée
  • Adam = RAS
  • Eden = Une blessure grave à la tête => Stabilisée
  • Mathias = Blessure grave au torse => Stabilisée
► Afficher le texte
"Bwaf Assistance, que puis-je faire pour vous ?"

Image
L'appel au standard "Bwaf Assistance" est taxé à hauteur de 90 Yus suivi d'une tarification de 25 Yus par minute. La discussion est susceptible d'être enregistrée s'il y a un os.

Avatar du membre
Selen
Messages : 51
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 16:10

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Selen » lun. 17 févr. 2020 12:21

Je m’éveillai en pleine nuit, terrassé par des sueurs nocturnes anxieuses. Il faisait encore nuit noire et nul ne bougeait dans la salle, mis à part Fromritt qui geignait nerveusement une mélopée incompréhensible. Il avait été plus que marqué par ce combat et les horreurs qui y avaient été perpétrées. Je nous vis, là, petit groupe perdu au milieu de ce vaste domaine perclus de morts-vivants. Nous avions réussi à récupérer les documents recherchés par Mathias, nous avions vaincu une majeure menace, cette Faim-Sans-Fin, Phamot, ce monstre répugnant. Qu’est-ce que le Belmont pouvait encore vouloir de nous ? Nous étions épuisés, blessés, au bout du rouleau pour certains. Poursuivre m’apparut désormais comme une tentative de suicide collectif organisée. Jamais ceux qui s’enfonceraient plus profondément dans ce manoir n’en ressortiraient en vie, j’en avais maintenant la certitude. Je n’avais pu ramener Edgar, cette fois. Je ne pourrais pas être toujours là pour les soigner. S’en rendaient-ils compte, Adam, Eden, Fromritt et même Mathias, que sans moi ils ne seraient pas même arrivés là ? Qu’ils seraient en train d’errer, blessés à mort, dans un manoir sans vie ? Ou qu’ils auraient été laissés à moitié dévorés sur un coin de salle.

Non, il n’y avait plus aucun espoir pour cette expédition, et la récompense promise sonnait désormais faux. C’était un allez sans retour, et il était hors de question que j’y participe. Il était hors de question que je laisse l’esprit de Fromritt sombrer plus profondément encore dans les limbes de la folie, du trauma. Nous devions nous en aller. Mais je ne voulais pas confronter Mathias à ce choix. Il devait s’en rendre compte lui-même. Tout comme je n’allais pas réveiller Adam et Eden. Peut-être auraient-ils conscience des dangers trop grands pour eux s’ils poursuivaient aveuglément à suivre le Belmont.

Je rassemblai mes affaires et me déplaçai doucement dans la pièce, jusqu’au lit où l’on avait posé Mathias. Je glissai sous son oreiller son acte d’héritage et ses notes sur la porte. Je n’en avais plus besoin. Son destin reposait désormais sur ce qu’il ferait de tout ça. Je l’abandonnai rapidement pour retrouver From. Je posai une main douce sur son épaule pour le tirer de sa douloureuse léthargie. Je plantai mon regard dans le sien et lui signifiai de me suivre, d’une voix rassurante. Il n’avait pas besoin de savoir ce que j’avais en tête : je devais le tirer de là, et puis c’était tout. Je l’encourageai à rassembler ses affaires, à se munir de ce qui lui revenait de droit de ce sanglant combat, puis le menai vers une issue, que nous franchîmes sans nous retourner.

Nous profitâmes des ombres nocturnes pour nous glisser entre les groupes de corps animés qui badaudaient dans les alentours du manoir, puis quittâmes le territoire des Belmont, laissant un Valendro assoupi dans sa carriole sans le réveiller.

Je soutenais le Verlogot par les épaules, sans le relâcher, l’abreuvant de paroles rassurantes, le supportant de mots qui ne signifiaient qu’une chose : C’était terminé, pour de bon.

[HJ : Sic transit gloria ludi]

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 95
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Le Manoir de la Famille Belmont

Message par Adam Von Demorlys » lun. 17 févr. 2020 21:40

Adam sombrait dans un sommeil agité, composé d'errances sans fin et peuplé de créatures dont la monstruosité défiait l'imagination. Ce fût des cris qui l'arrachèrent -ou le délivrèrent- de ce tourment onirique. Il ne prit pas de suite conscience de la scène qui l'entourait, dans l'immédiat ce qu'il remarqua plutôt était le fait qu'il était trempé de sueur... Les souvenirs de la veille et de leur effroyable périple s'emboîtèrent rapidement dans son esprit tandis que son regard balaya la vaste salle. Le mage vit un Mathias atterré se prostrer sur le corps de son père. Ce brusque réveil et la mine de ses compagnons d'expédition l'incitèrent à rapidement saisir la baguette qu'il avait placée sous son oreiller. Rapidement cependant, alors que ses yeux fouillaient la pièce à la recherche de la moindre menace, il constata qu'aucune ne pointait le bout de son nez, mais fait tout aussi inquiétant, le Demorlys remarqua alors l'absence de deux de leurs compagnons d'expédition...

Un constat tout d'abord tout aussi étrange qu'inexplicable, et qui incita le jeune bourgeois à sortir prestement du lit. Tu parles d'un réveil ! Que diable s'était-il passé pendant qu'il dormait ? Comment Fromritt et Selen avaient-ils pu se volatiliser ainsi ? Les tonneaux condamnaient toujours les deux seules issues du lieu. Adam posa donc un regard interrogateur sur Eden, mais il n'eût pas besoin d'attendre sa réponse ou juste d'attendre que ce dernier ne le remarque, l'expression de l'adolescent laissé facilement penser qu'il n'avait pas réponse à la question. Le Demorlys se retint de lever les yeux au ciel et alla faire le tour de la salle pour mieux comprendre ce qui avait pu se passer, mais le dénommé Danal s'adressa alors aux deux mercenaires d'origine restants.

(Ainsi Tête-molle les aurait entendu bouger ? Il est impossible qu'on les ait emmené de force. Sauf si une étrange magie les aurait transporté hors de cette pièce, mais dans ce cas Tête -molle aurait perçu tout autre chose...)

Ayant enfin reprit pleinement possession de ses moyens après ce brusque réveil, le Demorlys détailla du regard chaque recoin de la pièce tout en songeant aux informations transmises par leurs nouveaux alliés d'infortune. Il se dirigea ensuite vers l'une des fenêtres, pensif, et jeta un coup d'oeil à l'extérieur. Le soleil s'était levé mais était dissimulé par d'épais et sombres nuages, qui semaient une pluie fine contre la vitre.

(Tout indique qu'ils seraient partis d'eux-même, sûrement par une de ces fenêtres j'imagine. Mais pourquoi donc ? Et surtout pourquoi sans rien dire à personne?)

Fromritt n'avait plus été lui-même depuis l'échauffourée. Le combattant en était ressorti tout aussi meurtri physiquement que mentalement.

(Cela a sûrement du jouer dans leur décision... Ou peut-être qu'ils ont eu une idée concernant cette expédition, et sont allés voir ou vérifier quelque chose de leur côté ?... Quoi qu'il en soient on ne peut pas se permettre de parcourir le manoir à leur recherche. Ils savent très bien où on se rend, si nous rejoindre fait parti de leur plan ils sauront où nous trouver.)

Suite à ces pensées Adam posa les yeux sur Mathias qui se trouvait à plusieurs mètres de lui et qui sanglotait sur le corps de son père. Il se décida alors à répondre à Danal sans trop élever la voix.

« Nous sommes des mercenaires engagés par Mathias afin de comprendre ce qu'il se passe dans ce domaine, et si possible y mettre fin... »

Pas besoin de plus rentrer dans les détails, à vrai dire il n'y avait pas grand chose à rajouter. Les yeux du mage se tournèrent à nouveau sur le dos voûté de leur commanditaire et il s'adressa à nouveau au duo.

« Mathias vient de perdre son père et un précieux compagnon suite à cette stupide échauffourée. Je ne suis pas sûr qu'il verra d'un bon œil le fait que vous vous joignez à nous, mais je pourrai plaider en votre faveur. Comme vous l'aurez vite compris si on ne se sert pas les coudes aucun de nous ressortira vivant de ces murs. Combien vous a payé son frère... Gadrius c'est ça ? Pour prendre ces documents ?... Montrez-vous utile auprès de Mathias et il pourra sûrement vous payer encore plus cher. Après tout deux places viennent de se libérer dans l'expédition, ce qui fait deux bonnes primes à prendre. Et même si son frère vous propose plus, Mathias s'est engagé à faire la renommée des services de mercenaire pour ceux qui auront remplis à bien la mission. »

Adam haussa vaguement les épaules, il se devait de totalement convaincre les deux niais au cas où si Gadrius ou l'un de ses sbires venait à surgir plus tard et n'inverse à nouveau la tendance.

« Avec une telle réputation les contrats ne pourront que pleuvoir ensuite, surtout que la famille Belmont est aussi implantée dans la grande cité de Tulorim, où passent énormément de marchands et d'aventuriers en tout genre. De quoi multiplier des gains bien juteux et ce pour les années à venir. Un bon investissement en soi vous ne pensez pas ? »

L'hameçon était jeté, cela sera t'il suffisant pour ferrer ces poissons ? Il l'espérait. En tout cas les deux ostrogoths leur avaient prouvé qu'ils étaient un minimum dignes de confiance. Deux des leurs avaient quitté le navire en pleine nuit, tandis que les trois autres étaient plongés de leur sommeil. Ils auraient très bien pu profiter de cette occasion en or mais n'en avaient rien fait, ce qui suffisait à rassurer le mage.
Adam s'écarta ensuite, prenant le temps de réfléchir à la nouvelle situation tout en laissant à Mathias le temps de pleurer son paternel. Et plus il pensait à ces brusques changements, et plus il sentit ses tripes se serrer. Deux grands combattants venaient de les quitter, dont un qui maniait une magie qui les avait tous sauvé un bon nombre de fois. Et qui restait-il maintenant ? Ses yeux pâles se posèrent sur chacun des membres de l'expédition, un à un.

(Un grand ahuri, un combattant presque estropié, un ado des rues dont la priorité est de garnir son sac, un noble totalement instable émotionnellement... Et un mage complètement novice, qui a écrasé sous sa botte l'un des fanatique de la chose qui est derrière tout ça.)

Un sourire jaune se dessina légèrement sur les traits du Demorlys, et s'évanouit presque tout aussi rapidement.

(Qui a écrasé sous sa botte peut-être sa seule chance de quitter ce foutu lieu en vie...)

C'était certain, déjà que leur périple était à la base extrêmement périlleux, maintenant il devenait totalement suicidaire. Adam dût se faire violence pour contrôler sa respiration et maîtriser l'angoisse qui lui dévorait les entrailles.

(Allez, on est déjà arrivés jusque là, on est venus à bout de deux monstruosités. Le but n'est pas de venir à bout de ce qui est à la source de tout ça mais juste de comprendre ce qu'il s'est passé. Il faut surtout que l'on revoit notre technique d'approche, y aller de manière moins frontale... Et à ce niveau là c'est vrai qu'Eden peut être un bon atout. Je ne connais pas exactement le passé de cette fripouille, mais ce qui est sûr c'est qu'il a dû évoluer depuis gamin dans un univers totalement hostile. La réputation d'Omyre n'est plus à refaire. Il a dû rapidement apprendre des combines pour survivre et qui pourront nous être utiles.)

Puis il fallait l'admettre, même si la peur le faisait remettre en question sa présence ici, un petit côté de lui-même, animé par sa soif insatiable de connaissances, voulait comprendre ce qu'il se passait ici et ne pouvait que l'inciter à aller plus loin.

Les mains moites, le mage se fit violence pour se calmer et se tourna vers Eden, affichant sa mine impassible habituelle.

« On dirait que ça se corse pour nous... Au fait, tu es le seul d'entre nous hormis eux bien sûr à être tombé sur Gradius. Que t'avait-il dit ? »

L'adolescent lui répondit simplement que ce dernier l'avait remercié, s'était présenté, puis était parti quand Eden l'avait voulu l'emmener. L'Omyrien lui demanda ensuite pourquoi il lui posait cette question et s'il avait une idée derrière la tête.
Le mage secoua légèrement celle-ci par la négative.

« Non du tout, je me posais juste la question vu que tu le seul d'entre nous à être tomber sur lui depuis qu'on est là. »

A vrai dire la réponse du blondinet ne surprit pas le mage, pas étonnant que le concerné ait préféré prendre la poudre d'escampette vu ce qu'il complotait. Par contre c'était particulièrement stupide de sa part de donner son nom... Peut-être voulait-il juste être sûr de faire bonne impression à l'adolescent, au moment où ce dernier l'avait trouvé et qu'il lui avait demandé son aide ? Bref, restait à espérait qu'il était maintenant parti loin. L'aspiration du jeune Belmont leur avait coûté cher et cela aurait pu être encore pire...

« Il faut qu'on reste sur nos gardes. Gadrius a l'air déterminé à récupérer ce document, il n'en restera peut-être pas là et on a vraiment pas besoin de ça. Au moins ces morts auront le mérite de garder une certaine distance entre lui et nous pour le moment.»

Adam rejoignit ensuite leur commanditaire et s'accroupit lentement à côté de lui. Le Demorlys patienta quelques secondes et prit la parole d'une voix calme, qu'il voulait apaisante.

« Il va falloir qu'on reprenne bientôt le chemin. ... Les deux hommes qui nous ont rejoint ont jeté les armes dès que Fromritt a vengé la mort de votre père, c'était Evan le responsable. Je me doute que ça vous coûtera de les accepter avec nous mais on n'a pas le choix. A trois nous n'aurons quasiment aucune chance de mener votre expédition à bien et à repartir d'ici. Avec eux au moins nous mettons plus de chance de notre côté, on ne peut pas se permettre de passer à côté de ça. Ils auraient très bien pu nous exécuter pendant notre sommeil mais ils n'en ont rien fait. Votre frère les a engagé pour une histoire de document, proposez leur plus et vous vous assurerez leur loyauté pour cette expédition. Les primes de Selen et Fromritt cherchent maintenant de nouvelles bourses non ? » 

Le mage marqua un petit temps de pause, la suite devenait sensible mais ils devaient passer par là. Le moment n'était peut-être pas bien choisi, mais qui sait ce qui les attendait plus loin. Si ça se trouve ils n'auraient plus l'occasion de pouvoir prendre le temps d'échanger aussi tranquillement. Ainsi reprit-il la parole tout en s'efforçant d'adopter un ton compréhensif et apaisant. Il haussa un peu plus la voix pour être cette fois audible par tout le monde.

« Je sais que vous en savez plus que ce que vous nous en avez dit concernant ce qu'il se passe ici, j'ai vu votre carnet. Il y a peut être des choses dont vous n'êtes pas fier dans tout ça, mais qu'on soit clair, je ne suis pas ici pour vous juger et je m'en contre-fous. Ce qui m'importe c'est de comprendre ce qu'il se passe sur votre domaine pour mieux vous apporter mon aide. Mais pour ça il faut que j'en sache un maximum sur ce qu'il se passe et s'est passé ici. Plus nous en saurons, et plus cela augmentera nos chance de survie et de percer ce mystère. Nous n'aurons peut être pas d'autres chance de pouvoir discuter tranquillement une fois que nous reprendrons le chemin... Donc je vous écoute, que savez-vous sur ces portes ? Quelle était la messe noire dont vous parlez et qu'est-ce qu'un Todesrad ? »

Répondre

Retourner vers « Royaume d'Exech »