Les Elevages autour de Saman

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2410
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Elevages autour de Saman

Message par Yuimen » lun. 29 oct. 2018 11:44

Les élevages autour de Saman

Image


L'influence des Mantelet, l'une des familles marchandes principales à Saman, a recouvert les alentours de Saman de pâturages pour moutons, fournissant à la ville une importante production de laine. On y trouve également des élevages de vers à soie ou des plantations de coton, mais les cultures destinées à l'alimentation y sont plus rares.
Par ailleurs, les troupeaux sont souvent gardés par des chiens dressés qui, par habitude, aboient à la vue du moindre étranger, voire passent à l'attaque si celui-ci s'approche trop. On tient à garder les brigands éloignés...

Avatar du membre
Lubie Séguin
Messages : 47
Enregistré le : lun. 23 mars 2020 19:47

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Lubie Séguin » lun. 6 juil. 2020 20:05

Alors que Lubie attendait que la nouvelle venue se présente à eux, un mouvement dans le ciel attira son attention.

Un aigle, réputé comme un excellent chasseur, volait en cercle au-dessus d'un champ destiné au pâturage des bêtes. Jusque là, rien d'anormal. Mais ce qui piqua la curiosité de Lubie et qui sortait par conséquent de l'ordinaire, c'était les deux corneilles qui à tour de rôle, attaquaient l'aigle, afin sans doute pour l'empêcher de descendre plus bas. La vision de Lubie n'était pas assez aiguisée pour qu'elle sache si les corneilles agissait de leur propre chef ou en tant que monture.

Intriguée et curieuse, Lubie pointa les volatiles et dit à ses compagnons :

"Regardez là ! "

Cela dit, elle se mit à courir dans cette direction.

Avatar du membre
Sael Purpuras
Messages : 42
Enregistré le : jeu. 31 oct. 2019 22:50

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Sael Purpuras » mar. 7 juil. 2020 18:24

La demi-femme et la princesse sans nom à la peau cacao acceptent toutes deux d’aller jeter un œil dans les environs, histoire de voir s’il n’y a pas une bonne occasion à saisir, une ruine à piller, une grotte sombre à explorer et purger de ses monstres, ou quelque autre aventure qu’il fera bon de narrer une fois de retour sur la Dague. L’inconnue s’attarde même à préciser qu’elle serait enjouée de rencontrer une créature fantastique. Mais que n’est-elle déjà satisfaite, alors : elle a une naine sous les yeux. Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre un membre des royaumes souterrains. Surtout une sans barbe comme celle-ci. Lubie, elle, précise que rien ne l’attend à Tulorim, confirmant son envie de rester en notre auguste compagnie. Une remarque de la rejetée de Saman me surprend néanmoins, et avant de quitter les alentours de la cité aux suites d’une thorkine bien pressée, je m’attarde sur son commentaire.

« Les eaux de la mort ? Hé bien, j’imagine que ceux que je croise en mer doivent finir par appeler le grand bleu de la sorte. Mais vous avez raison : je n’ai rien à voir avec ces descendants de tritons aux oreilles pointues. Ils ne valent rien à la nage, comparé à nous. »

Pour défendre mon propos, j’écarte les doigts de ma main droite devant son visage, laissant apparaitre les fines membranes de peau nous permettant une aisance aquatique hors-norme. À vrai dire, je n’ai pas tellement croisé d’elfe bleu dans ma vie, ni n’ai comparé mes propres compétences aquatiques à ceux-ci, mais… il ne fait aucun doute que les Sang-Pourpre sont les maîtres inconditionnels des mers, loin devant ces mi-elfes mi-poiscailles.

Mais déjà, Lubie attire notre attention vers les cieux tout en commençant à trottiner dans la direction qu’elle pointe du doigt avec curiosité. Mon regard se lève sur les cieux dégagés nous offrant effectivement un spectacle peu commun : un fier aigle tournoyant au-dessus d’un pré se fait harceler par deux corneilles noires visiblement peu satisfaites de la présence du rapace en ces lieux. Je ne les savais pas si territoriales, et surtout pas assez fières pour s’attaquer à un oiseau de cet acabit. Il est clair que quelque chose ne tourne pas rond, même si l’aigle continue à faire des cercles concentriques.

Je me joins à la course de la demi-portion, la rattrapant sans peine, pour arriver en bordure dudit pré, clôturé de barrières de bois vermoulus. Et je semble être le premier, peut-être grâce à ma taille, à constater ce qui semble intéresser ce trio de bestioles volantes : au milieu du pré, un véritable charnier vrombit d’une multitude de mouches. Des cadavres d’animaux, des moutons, reposent en tas dans une flaque sordide de leur propre sang. Il doit bien y en avoir une dizaine à y avoir laissé la vie. Le spectacle est peu ragoûtant, et je ne peux qu’imaginer avec horreur l’odeur de charogne qui s’en dégage. Ça ne donne guère envie de s’approcher…

Mais alors que je grimace devant ce sépulcral spectacle, l’aigle tout en haut des cieux fait retentir son plus aiguisé piaillement et nous fond dessus à toute allure, dans un piqué ostensiblement agressif. Je n’ai que le temps de crier à mes compagnons : « à terre !! » avant de moi-même me lancer sur le sol. Pour me protéger de l’assaut aquilin, échappant de peu à ses serres, alors que les deux corneilles semblent le suivre dans sa charge, non pas pour nous menacer mais pour continuer leurs agressions sur le grand volatile. L’assaut passé, je relève la tête vers ce spectacle aérien, et reste bouche-bée de surprise…

Avatar du membre
Izel
Messages : 10
Enregistré le : mar. 9 juin 2020 21:21

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Izel » mar. 7 juil. 2020 22:09

Comme la petite dame lui demandait qui elle était, Izel se présenta le plus simplement possible :

« Izel Ilhuicoatl, l'Unique Serpent céleste. Je fais partie de l'oianid Maktiuelti d'Eniod. »

L'homme bleu, de son côté, semblait plutôt qualifier l'océan de « grand bleu ». Il n'était pas un earion, effectivement, mais ses mains n'étaient pas moins palmées. La jeune femme curieuse, demanda :

« Pourrais-je vous décrire dans mon codex ? Cela ferait un ajout intéressant. Je n'avais jamais entendu parler d'un peuple comme le vôtre... »

Mais à cet instant, la petite femme s'élançait vers un groupe d'oiseaux dans le ciel. Un aigle et des oiseaux noirs inconnus, semblait-il. Curieuse, Izel s'élança à son tour, rattrapant Lubie de ses longues et puissantes foulées. Le fait d'avoir courut sur une bonne partie du trajet l'avait rendue encore plus rapide !

L'homme bleu les suivis. Les oiseaux se battaient dans le ciel, ce qui devait signifier qu'ils se disputaient pour quelque chose. Ils virent bientôt quoi : un charnier d'animaux mort était assemblé plus loin, environné d'un nuage de mouches et de puanteur. C'était tout simplement répugnant, ils n'étaient ni enterrés ni brûlés, ce qui était le meilleur moyen de laisser les épidémies se propager. En plus, ces corps entassés témoignaient d'un manque de respect si consternant que la jeune femme resta figée de dégoût. Cela faillit se retourner contre elle, et il fallut un avertissement de l'homme bleu pour qu'elle voit l'aigle qui fondait sur eux ! Elle s'écarta bien vite et esquiva la créature, toujours poursuivie par les oiseaux noirs.

Le combat aérien se poursuivait, inlassablement, et elle resta un moment à regarder, avant d'entendre un bruit derrière eux. Une charrette approchait, menée par un homme à l'air revêche :

« Écartez-vous au lieu de bailler aux corneilles ! Littéralement, semble-t-il... On a encore des cadavres à jeter... Foutue peste ovine... »

Un peu surprise, Izel s'écarta, tout en gardant un œil sur l'aigle et demanda :

« Une peste ? J'ignore le nom que vous lui donnez... »

« Une foutue maladie qui frappe certains pâturages, comme la foudre : soudaine et sans prévenir. Les moutons, surtout, mais pas que... saloperie... »

Il ne dit rien de plus, il les avait déjà dépassés et se dirigeait, sans un regard vers les oiseaux, vers le charnier pour y jeter son chargement, qui se révéla effectivement être cinq cadavres de ces « moutons ». Izel jeta un regard interrogateur à ses compagnons. Elle ne savait pas trop quoi penser de tout ceci...

Avatar du membre
Lubie Séguin
Messages : 47
Enregistré le : lun. 23 mars 2020 19:47

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Lubie Séguin » mer. 8 juil. 2020 05:33

Sans réfléchir Lubie s'était précipitée sur la scène qui d'instinct lui semblait louche. Un aigle fier, au bec imposant et accéré, au magnifique plumage brun, possédant une envergure d'ailes déployées impressionnante, se faisait attaquer par deux corneilles de tailles moyennes. Sans pour autant être expertes en ornithologie, n'en connaissant même pas le mot, Lubie savait les corneilles douées d'un intelligence supérieure à bien des espèces animales. Elle avait même entendu dire que certaines corneilles par ruse pouvaient imiter le cri de d'autres animaux afin de se sauver d'un mauvais pas. Elle se gardait tout de même une réserve avant de croire ces affirmations, qui avaient été proférées dans une taverne ou les breuvages alcoolisés coulaient à flot, ou le coude se levait facilement, et des nains debout sur les tables poussaient facilement la chansonnette sans se soucier des notes discordantes qui sortaient de leur gorge enrouée.

Pendant que la naine accourait donc vers le pâturage afin de voir ce qui expliquait une telle scène acrobatique dans le ciel, la jeune femme s'était présentée.

( Izel Il lui coule ? ... un serpent du ciel ? mais c'est quoi ce charabia ? )

Et le pirate lui, avait précisé qu'il était habileté à la nage en lui dévoilant ses doigts palmés et préférait parler de la mer comme étant la grande bleue plutôt que les eaux de la mort.

(Bien qu'elle soit étrange cette Izel, j'avoue que sur ce coup là, je suis d'accord avec elle... pour moi, la mer représente une mort assurée. )


Ses deux compagnons de route l'eut rejoint facilement à la course et l'avait même dépassée. Il faut croire que ses réflexions l'avaient ralenties. Quoi que la longueur de ses jambes y était peut-être aussi pour quelque chose.

Ils arrêtèrent leur course à une vieille clôture de bois défraichie et à moitié pourrie. Et c'est là qu'ils virent en plein centre du champ des cadavres d'animaux en putréfaction avancée. Les mouches se gavaient de ce festin plus qu'abondant alléchées sans doute par une désagréable odeur qui se dégageait des dizaines de cadavres.

Alors que les trois compagnons, surpris par la vue de cette scène morbide sinon par l'odeur, demeuraient immobile, un cri retentit du ciel. Le plus gros des trois volatiles, ayant cessé de tourner en rond, fonça en piqué sur les trois aventuriers. Heureusement, le pirate les avertit à temps et ils plongèrent tous au sol.

Les oiseaux reprirent ensuite de l'altitude et les corneilles poursuivirent leur attaque à l'encontre de l'aigle, laissant Lubie perplexe.

(Un aigle, c'est pas un charognard... Pourquoi veut-il descendre vers les cadavres ? )

Le bruit de sabots et de roues sur la terre durcie la sortit de ses réflexions. Derrière eux, un fermier assis sur le devant d'une charette tirée par un énorme cheval à la robe blanche marbrée de gris, leur demanda abruptement de faire de la place, afin de le laisser entrer dans le pré.

Cela dit, le fermier qui était d'une taille similaire à Lubie, non pas qu'il était nain, mais plutôt parce qu'il était vieux et rabougri, ouvrit la barrière, fit passer sa charette et rajouta sur le tas, cinq autres cadavres de moutons. Le vieil homme au crâne dégarni et à la barbe grise d'une dizaine de centimètres expliqua qu'une peste, espèce de maladie qui rendait les animaux malades, avait attaqué une bonne partie de leurs troupeaux.

Lubie regarda le combat céleste un moment, puis reporta son attention sur le fermier portant une chemise à carreaux qui, son chargement déversé, revenait vers eux.

Secouant la tête négativement, elle savait que quelque chose clochait.

"Les aigles ne sont pas des charognards !! " Dit-elle d'une voix ferme tout en passant la barrière et se dirigeant vers le tas de cadavres... Peut-être que cette fois-ci ses deux compagnons la dépasserait aussi puisqu'elle s'arrêta après une dizaine de pas, prit par une violente nausée.

Elle tourna dos à l'amas puant, reprit une bonne respiration, la retint, puis reprit son avancée. Arrivée au tas, elle en fit le tour, puis s'arrêta et elle poussa, du bout du pied, une patte de moutons, se pinça le nez et rebroussa chemin en courant.

Elle dégobilla son dernier repas, puis leur dit ce qu'elle avait vu :

"Sous ce mouton là, ça brillait, c'était doré... je ne suis pas restée assez longtemps pour savoir si c'était une armure, un bijou ou autre... cétait presque tout recouvert par l'animal... C'est peut-être ce que l'aigle cherche à récupérer... mais moi, je veux reprendre mon souffle avant d'y retourner."
Modifié en dernier par Lubie Séguin le ven. 10 juil. 2020 02:48, modifié 4 fois.

Avatar du membre
Sael Purpuras
Messages : 42
Enregistré le : jeu. 31 oct. 2019 22:50

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Sael Purpuras » mer. 8 juil. 2020 20:28

La surprise ne dure pas, cependant, à mesure que les oiseaux reprennent leur envol vers les cieux, soulignant l’arrivée subite d’un vieux bonhomme aux airs paysans et à la barbiche grise qui nous gueule de nous carapater loin de l’entrée de ce qui semble être son pré pour qu’il puisse poursuivre sa sépulcrale tâche : celle d’amener ces cadavres de moutons qui, si on en croit ses grommellements, sont morts à cause d’une peste ovine. Maladie que celle donc je connais désormais le nom - enfin, dont j’ai entendu le nom et n’ai retenu que les deux premières syllabes, Izel – se fait expliquer par le vieux bougre en chemise à carreaux.

Alors que ce dernier revient vers nous sans un mot, carriole vidée de son morbide chargement, je me questionne sur la situation, qui m’apparaît de plus en plus étrange : Pourquoi ce vieillard viendrait-il entasser là ces corps d’ovins morts de maladie, risquant la propagation de cette dernière à tous les lieux qu’il traverse avec sa charrette, plutôt que de les cramer directement dans son propre pré, ou dans son enclot ? Pourquoi ces oiseaux se chamaillent-ils ce tas de cadavres malsains alors que, comme le précise Lubie fermement, les aigles ne sont pas des charognards ? Et surtout, pourquoi restons-nous tous trois face à cette insoluble énigme qui semble hors de notre portée ?

À ces questions, je n’obtiens aucune réponse. Pire : le mystère s’intensifie alors que la naine s’approche de la scène sépulcrale. Elle dégobille le contenu de son estomac, oppressée sans doute par l’odeur immonde qui doit s’en dégager, mais c’est surtout les paroles qui suivent qui me mettent encore davantage en déroute. Elle explique avoir aperçu quelque chose de brillant, de doré, sous les corps sans vie, sans avoir pu déterminer de quoi il s’agit. Et je n’ai le temps de dire « ouf » que la scène s’enchaîne avec rapidité : revenant des cieux par un nouveau piqué, l’aigle ne se jette plus sur nous, mais en direction du pré, entre notre trio et les cadavres, pour y atterrir avec grâce et… changer de forme sous mon regard ébahi. En lieu et place du noble volatile se tient désormais un homme d’âge moyen, à la dense chevelure noire et au nez aquilin, tenant à la main un long bâton de bois noueux. Ses yeux, surprenamment jaunes, se fixent sur nous avec intensité alors qu’il prend la parole d’une voix ferme :

« Suivez cet homme, arrêtez-le ! C’est un meurtrier et un voleur ! »

Il pointe du doigt le vide laissé par le vieillard et sa charrette, déjà plus loin sur la route, hors de portée de voix. Je fronce aussitôt les sourcils : cherche-t-il à nous leurrer pour nous éloigner de la scène, ou dit-il la vérité ? Je m’en enquiers aussitôt, soupçonneux :

« Et pourquoi nous ferions-vous confiance ? »

L’homme, au lieu de répondre, se retourne prestement : derrière lui, plus loin dans le pré, les corneilles se sont à leur tour posées et métamorphosées, révélant deux silhouettes humanoïdes encapées de noir, aux traits dissimulés sous de sombres capuches. Immobiles pour l’instant, elles semblent tout de même menacer l’homme-aigle qui prend une position défensive, bâton à la main, nous tournant désormais le dos sans crainte pour faire face à cette potentielle menace. Ne sachant que faire, je guette les réactions de mes deux compagnons de route. Peut-être ont-ils une analyse plus fine de la situation…

Avatar du membre
Izel
Messages : 10
Enregistré le : mar. 9 juin 2020 21:21

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Izel » jeu. 9 juil. 2020 18:41

Lubie semble estimer que les aigles ne devraient pas s'intéresser aux cadavres, n'étant pas de charognards. Cette vérité est sujette à caution pour Izel, qui a connaissance de bien des rapaces ne dénigrant pas un bon cadavre, mais elle ne connaît pas les aigles de la région, après tout...

Par contre, elle est légèrement écœurée lorsque la petite femme se précipite vers le tas de cadavres pour fouiller dedans, malgré les risques évidents d’attraper des maladies. Izel va lui signaler que cela pourrait être dangereux lorsqu'elle crie avoir vu quelque chose de brillant dessous ! Elle ne parvient cependant pas à le ramasser, prise d'un haut-le-cœur.

À cet instant, un spectacle extraordinaire se produit : l'aigle descend à terre et prend forme humaine ! Izel s'étrangle de surprise et de respect :

« Un tzantak ! Je... quel honneur... »

Mais elle est coupée par l'homme qui proclame que le fermier est un meurtrier et un voleur et qu'il faut l'arrêter. À peine a-t-il lâché ces mots que les deux autres oiseaux se posent... et se révèlent aussi être des tzantaks ! Izel ne sait trop quoi penser, mais les mots du sage changeur de forme résonnent dans son esprit. Ces hommes sont formés à la sauvagerie mais aussi à la sagesse de la nature ! Mais qui sont les autres ? Pas le temps de réfléchir plus ! Elle crie à Lubie :

« Récupérez l'objet ! C'est peut-être un bien volé ! »

Et, déjà, s'élance à la poursuite de la charrette. Ses foulées s'allongent de plus en plus, et elle atteint bientôt sa vitesse de pointe. Bien que l'attelage se délace rapidement, il n'a aucune chance de la distancer ! Elle le rattrape bientôt, saisie sa lance et, au moment où elle le dépasse, frappe de l'extrémité de bois !

L'homme n'a que le temps de lui dédier un regard surpris avant d'être assommé pour son compte. Elle arrête aussitôt la charrette, pose la main sur le museau du cheval et lui murmure des paroles apaisantes. Si l'effet est moindre que parmi les animaux bien dressés de son peuple, elle parvient tout de même à le garder calme et à le retourner, de façon à ce qu'il ramène la charrette et son conducteur évanouie vers ses compagnons. Il ne reste qu'à espérer que le tzantak lui fera l'honneur de la remercier...

Avatar du membre
Lubie Séguin
Messages : 47
Enregistré le : lun. 23 mars 2020 19:47

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Lubie Séguin » ven. 10 juil. 2020 04:05

Lubie reprenait encore son souffle, le corps penché vers l’avant et les mains sur ses genoux, lorsqu’une fois de plus, l’aigle cessa de tourner en rond pour exécuter à nouveau un piqué. Heureusement cette fois-ci, ils n’étaient pas la cible du rapace à la vue acérée. En fait, il n’avait aucune cible en vue puisqu’il se contenta d’atterrir dans le pré se plaçant entre le tas de moutons morts et les trois compagnons.
Lubie, têtue autant qu’un nain pouvait l’être, avait en tête de repartir en direction de l’horrible puanteur afin cette fois d’y extirper l’objet doré.

Mais bien avant qu’elle se mette à l’action, elle vit l’aigle se déformer, s’agrandir, perdre ses plumes pour devenir un être humain de sexe masculin.

Surprise la bouche ouverte, la tête légèrement penchée sur le côté, Lubie le détailla.

(Ses cheveux sont plus foncés que ses plumes l’étaient. Son nez par contre a gardé un certain aspect de bec par sa courbure. )

Elle n’eut le temps de pousser plus loin sa réflexion, car l’aigle transformé pointa de son long bâton la charrette qui s’éloignait. Et cria d’arrêter l’homme qui en tenait les rênes l’accusant d’être assassin et voleur.

Alors que la jeune Izel tombait en pâmoison devant cet homme qui avait tout d’un sorcier, Sael semblait plus méfiant et demanda pourquoi ils devraient lui faire confiance.

Lubie, les sourcils froncés, réfléchit.

( Hum… ces yeux jaunes me foutent la trouille… et puis il a tenté de nous sauter dessus… il tournait autour des cadavres. Il veut l’objet doré ! )

Obnubilé par cet aigle-sorcier, Izel tomba dans le panneau et courut arrêter la charrette tout en priant Lubie de récupérer l’objet.

« Balivernes ! »

Cria Lubie sans vraiment s’adresser à qui que ce soit. Mais l’aigle transformé, ne les redoutant aucunement, ne s’occupait plus d’eux et s’était retourné vers les deux corneilles. Tout comme lui, elles s’étaient posées dans le pré et elles s’étaient transformées. Ces deux entités encapuchonnées et recouvertes de noir de la tête aux pieds défiaient l’homme aux iris jaunes et au long bâton.

Mais Lubie courrait déjà, bien décidée cette fois à récupérer l’objet convoité par tous ces volatiles. Tout comme l’avait demandé Izel, elle voulait récupérer l’objet, mais n’avait aucunement l’intention de ne le remettre à aucun de ces oiseaux de malheur.

Cette fois personne ne la dépassa. Une fois rendue à destination, la respiration retenue, elle se pencha et tendit la main vers l’objet doré.
À ce moment, un éclair fusa et lui brûla les doigts de ses gants.

«Ouch ! » Hurla-t-elle.

Jetant un bref coup d’œil, elle vit que les 3 volatiles transformés s’étaient sensiblement rapprochés d’elle, mais ne pouvait savoir qui l’avait ainsi attaquée.

Mais ses compagnons eux sauraient.

Prise de nouveau de nausée, mais n’ayant plus rien à expulser, son estomac se rétractait sans que rien ne sorte de sa bouche.
Décidée plus que jamais à découvrir qu’elle était cet objet, elle prit sa pioche à deux mains et tenta d’extirper l’objet du cadavre qui le recouvrait. Ce n’était pas une légère brûlure aux doigts qui allait l’arrêter.
Modifié en dernier par Lubie Séguin le mer. 16 sept. 2020 02:42, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Izel
Messages : 10
Enregistré le : mar. 9 juin 2020 21:21

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Izel » lun. 14 sept. 2020 18:07

Alors qu'elle revenait, Izel remarqua bientôt qu'il y avait beaucoup trop de mondes ici. Le tzantak faisait face à deux hommes en noir, et la jeune femme réalisa qu'il s'agissait peut-être des corneilles. Chez son peuple, elle était habituée à rencontrer des changeurs de forme, mais c'était la première fois qu'elle en voyait autant dans un pays étranger ! En même temps, elle n'avait jamais été si proche d'une ville...

Mais les hommes semblaient agressifs et le premier se préparait manifestement à les combattre. Alors que Lubie tentait de fouiller dans la fange, un éclair lui brûla les doigts. Aussitôt, le peau-bleue se précipita en avant. Voulait-il la défendre ? Impossible à savoir, car un des tzantak noirs para son coup de son bâton avant de l'assommer pour son compte !

L'homme aux yeux d'or se rua en avant et frappa l'adversaire, engageant un combat féroce, mais Izel décida de ne pas l'aider : il semblait bien s'en sortir, et l'autre ennemi se dirigeait déjà vers Lubie ! La jeune femme se dirigea donc vers la naine, se plaçant à ses côtés pour la protéger alors qu'elle donnait de furieux coups de pioches pour sortir l'objet qu'elle avait trouvé. Peu rassurée, car cet hommes semblait bien plus fort qu'elle, Izel tendit sa lance, prête au combat...
Modifié en dernier par Izel le mer. 16 sept. 2020 17:56, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Lubie Séguin
Messages : 47
Enregistré le : lun. 23 mars 2020 19:47

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Lubie Séguin » mer. 16 sept. 2020 02:25

Lubie n’avait aucune idée de qui avait tenté de la brûler, mais ce geste ne l’avait pas découragé. Au contraire, elle était plus que jamais décidée à ramasser cet objet tant convoité.

Sael se précipita à la rencontre de Lubie, probablement pour lui assurer la protection. Mais il n’eut pas le temps de se rendre qu’il fut intercepté par un des hommes encapés qui l’assomma d’un coup de bâton. Lubie s’inquiétait pour le sort de son compagnon, mais elle ne pouvait arrêter sa tâche, elle la devinait plus importante qu’elle ne l’aurait pensé au départ. La pointe de sa pioche avait atteint la chose dorée et tranquillement, elle l’attirait vers elle. Elle se permit un regard sur ses compagnons et vit que l’homme corneille se défendait contre l’homme-aigle plus décidé que jamais. Alors que l’autre corneille sans plume se dirigeait vers Lubie, Izel se précipitait devant celle-ci afin de le protéger.

Lubie réussit enfin à extirper l’objet qui s’avérait être une pièce d’armure de torse pour un être de petite taille… mais vraiment de petites tailles, au point que la naine aurait l’air d’un géant à côté du porteur de ladite armure.

« Ça va, je l’ai ! » Dit Lubie qui s’adressait tant à Izel à l’homme encapuchonné.

Ce dernier non violent et non menaçant s’adressa calmement à Lubie.

« Cette armure est précieuse, elle ne doit pas être entre les mains de l’aiglon… Je ne vous demande pas de me la remettre… mais ne la lâchez surtout pas. Tant que vous la tenez, il ne pourra vous l’arracher. »

Perplexe, Lubie réfléchit. Depuis le début de leur courte aventure, Izel et elle avaient pris une position différente. Alors que la naine se méfiait de l’homme aux yeux d’aigles qui les avait d’abord attaqués pour ensuite les lancer sur la fausse route du fermier, Izel pour sa part semblait le prendre pour un dieu et se méfier des deux hommes à l’aspect de corneilles.

Toutefois méfiante, elle lui répondit :

« Je veux bien la garder en ma possession en attendant d’y trouver son propriétaire, mais vous devez d’abord me dire de quoi il s’agit, qui vous êtes et qui est cet homme aux yeux jaunes. »

Pendant ce temps, les deux autres se battaient toujours. Ayant été distrait par Lubie qui venait d’extirper l’objet doré du tas de cadavres, l’homme aux yeux d’aigles était légèrement en désavantage.

Avatar du membre
Izel
Messages : 10
Enregistré le : mar. 9 juin 2020 21:21

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Izel » dim. 20 sept. 2020 20:17

Finalement, la naine extirpa un objet brillant du fumier. Cela ressemblait à une armure, mais bien trop petite. Qui donc pourrait porter une telle armure ? Un rat ? Cette histoire était décidément bien étrange !

L'homme en noir fit alors une déclaration des plus surprenante : il ne voulait pas prendre d'armure, mais demandait à Lubie de la garder, car, alors, l'homme aux yeux d'or ne pourrait la lui prendre. Comme elle demandait pourquoi, ce dernier parvint à blesser son adversaire et le repousser à terre. Il se tourna alors vers eux et se mit à avancer doucement :

« Quelle absurdité. Allons, donnez-moi cet objet. Il n'est pas à vous. Vous ne pourriez même pas l'utiliser. Il faut le remettre à son vrai propriétaire... »

L'autre brandit son arme en proclamant :

« Je ne suis qu'un humble membre d'un cercle shamanique. Nous l'étions tous. Mais lui... Vous auriez tort de le considérer encore comme un homme, en réalité, c'est... »

Soudain, l'homme aux yeux d'or bondit en avant, avec une vivacité inouïe. Son bâton frappa, et fut bientôt rejoint par un poignard de pierre. Le tzantak aux cheveux noirs poussa un hoquet de douleur avant de s'effondrer dans son sang. Izel laissa échapper une exclamation de surprise et braqua son arme sur l'homme aux yeux d'or... Elle ne savait plus quoi penser. Des yeux d'or...

« Vos yeux... vous ressemblez à un homme de mon peuple... Qui êtes-vous ? »

« Donnez-moi l'armure. Ou je la prendrais sur votre cadavre. » Fut sa seule réponse.

Avatar du membre
Lubie Séguin
Messages : 47
Enregistré le : lun. 23 mars 2020 19:47

Re: Les Elevages autour de Saman

Message par Lubie Séguin » mer. 23 sept. 2020 01:50

Avant que l’homme-corbeau ne répondit, celui aux iris jaune blessa et rejeta son adversaire noir au sol avant de s’avancer vers eux et se joindre agressivement à la conversation. Il nia ce que le premier encapuchonné noir venait de dire. Il réclama l’objet prétendant qu’il n’était pas à eux et qu’ils ne pourraient pas s’en servir, qu’ils devraient le remettre à leur propriétaire.

Mais l’homme corbeau brandit son bâton en expliquant être un membre du cercle shamanique. Qu’ils en faisaient tous partis. Il tenta ensuite d’expliquer ce qu’était l’être aux iris jaune, mais il n’en eut pas le temps. En moins de temps qu’il fallut pour le dire, son adversaire bondit sur lui et le frappa d’abord de son bâton puis d’un poignard de terre. Surpris, celui qui les avaient mis en garde, s’effondra dans son sang.


Izel, courageuse, brandit son arme vers l’assassin et lui demanda qui il était. Ce dernier ignora la question, exigeant l’armure, les menaçant qu’il allait la récupérer coûte que coûte.

(Il est plus fort que nous. Il a assommé Sael, et il est plus fort que les deux shamans… Izel est courageuse, mais ce n’est pas suffisant pour rester en vie…mais on a pas d’autres choix.)

Lubie enfouie à vitesse la petite armure sous sa tunique, celle-ci se mit à briller au travers ses habits. Puis elle se plaça aux côtés de Izel et empoigna sa pioche à deux mains. Si elle allait mourir, au moins elle le ferait bravement et avec dans ses mains, un instrument digne des nains.

Malgré ses dires, l’aigle aux yeux jaunes ne semblait pouvoir s’approcher de Lubie… c’est alors que le premier homme corbeau, celui qui n’était qu’assommer prit la parole :

« L’armure vous protégera un certain temps, mais elle est trop forte pour vous, elle va finir par vous affaiblir avec le temps. Il va vous falloir vous rendre à la ville de son propriétaire, il s’agit de Tuil-… »

Mais il n’eut le temps d’en dire plus que le prédateur aux yeux jaunes transformé en aigle venait de lui arracher le cœur de son bec acéré.
« Courrons ! » Hurla Lubie à Izel tout en lui prenant la main, croyant ainsi que l’armure les protégerait toutes les deux.

Répondre

Retourner vers « Fédération de Wiehl »