Le Bois aux Aiguilles

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » jeu. 21 janv. 2021 10:44

BIM !

En plein dans son bec ! Celle là il ne l’a pas volé ! Et ll n’est pas prêt de battre des ailes sans croiser quelques étoiles, ce foutu sac de plumes ! Bo peut souffler un peu et il s’adosse à un tronc en brandissant son couteau. J’inspecte rapidement l’allure que prend notre mauvaise rencontre. Le corbeau que le gobelin a touché juste avant est toujours au sol et je doute qu’il se relève. La petite taurionne parvient à faire fuir un volatil en lui soufflant une poudre bleu qui recouvre Cassio. Le gobelin ahuri me surprend encore par la maitrise totale du combat qu’il possède. D’une précision insolite il parvient à abattre en plein vol un corbeau qui s’attaquait à l’aigle au dessus de nos têtes, lui permettant d’assener un coup sévère à l’assaillant restant. Huguette se positionne proche de Bo pour l’assister alors que je remarque qu’un corbeau s’approche de nous.

« Oh toi mon copain... »

Je m’élance vers lui, armant mon bras pour frapper son visage.

((Attaque simple à main nue sur corbeau 4))

Avatar du membre
Tips
Messages : 22
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 14:09

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Tips » ven. 22 janv. 2021 14:35

La pierre pointue partit à une bonne vitesse vers le volatile noir aux yeux surnuméraires. Et quel ne fut pas le ravissement du jeune gobelin lorsque son jet atteint son but ! Ses yeux brillaient de fierté, son sourire s’élargissait encore davantage… Mais soudain, il fit une moue perplexe : l’oiseau sombre venait de se casser la figure au sol. Il ne comprenait pas bien : d’habitude, quand ses pairs de clan caillassaient les oiseaux, ceux-ci avaient plutôt tendance à s’envoler qu’à atterrir. Avait-il raté son coup ? Certes, les oiseaux d’alors étaient bien plus petits que ces espèces de monstres au bec pointu, mais… zut quoi. Fronçant ses deux petits sourcils, il décida de ne pas abandonner son jeu avant que c’eut l’effet escompté : toujours fixé sur le même corbac qui avait lâché Angy suite au jet de pierre, il se concentra à nouveau sur sa main et fit réapparaître, de manière tout à fait naturelle cette fois, comme si c’était un événement normal pas du tout bizarre ou magique, une autre vrille de roc pointue.

Se concentrant, petite langue rose dépassant de ses lèvres entrouvertes, il visa à nouveau le corbeau, dont il remarqua qu’il voulait taquiner Pablo alors que ce dernier préférait faire une sieste, et lui lança le nouveau projectile de toutes ses forces. Si là il ne s’envolait pas, tout oiseau obèse qu’il était, ça allait drôlement frustrer Tips.

« Han ! »


[HJ : utilisation de la capa du cabaliste et envoi du projectile sur le corbeau 5 qui approche de Pablo]
"Le cœur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune..."

Tips, Gobelin

Avatar du membre
Syelsa
Messages : 32
Enregistré le : dim. 23 août 2020 12:40

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Syelsa » sam. 23 janv. 2021 23:15

Comme prévu le corbeau s'envole, effrayé par le pollen bleu qui s'agglutine sur le lutin proche qui est heureusement indemne. Lorsque j'observe les alentours, je vois un corbeau dangereusement s'approcher de la lutine recroquevillée sur le sol. Je cris au lutin non loin de venir avec moi et ramasse deux aiguilles en me mettant à courir vers la lutine. Je me positionne entre elle et le corbeau qui approche et brandit les aiguille vers lui pour l'empêcher d’approcher plus près de celle à l'origine de toute cette expédition. Je ne sais pas me battre comme les autres, mais les corbeaux semblent se focaliser sur les lutins en nous ignorant royalement. Alors si je me mets entre lui et un lutin, cela va probablement l'arrêter. Je crois. J'espère.

***

(((HRP : Se poste entre Dicka et le corbeau qui s'en approche en disant à Cassio de rester derrière elle. Brandit deux aiguilles de pin en direction du poitrail du corbeau.)))

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 901
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Gamemaster8 » dim. 24 janv. 2021 02:59

Événement: On a toujours besoin d'un plus petit que soi
Pour Oljyn, Syelsa et Tips


Le poing d'Oljyn aboutit entre deux yeux du corbeau.... (corbeau 4) c'était à dire dans ce cas précis, en plein dans l'oeil central, tout juste sur l'os pré-frontal qui s'enfonça écrasant le cerveau du corvidé. Ses yeux révulsèrent, il tomba sur le dos et émit un râle encore plus inquiétant que son cri habituel. Il ne pourrait désormais s'en prendre à plus aucun lutin, ni autre chose.

Le projectile de Tips fila à toute vitesse sur le corbeau qui s'apprêtait à picorer le ventre de Pablo affolé, mais trop faible pour éviter l'attaque du corvidé. Le pieu traversa la gorge du corbeau (corbeau5) qui par réflexe ouvrit grand ses ailes avant d'être pris pas de violent spasme. Sans un son, le bec ouvert, le sang giclant de son cou transpercé de bord en bord par le pieu rocheux du gobelin, les ailes ouvertes, il tomba raide mort sur le sol.

En courageuse petite sorcière, Syelsa se place entre le prédateur et ses proies afin de sauver ces prédateurs brandissant comme armes de fortunes deux aiguilles de pin. Le corbeau (corbeau 6) s'arrêta un moment, puis avança vers celle-ci. Ce moment d'arrêt provoqué par Syelsa avait permis à Cassio de découvrir son visage sans y répandre le pollen et de s'élancer contre le corbeau déjà amoché de son épée, d'un coup d'estoc à l'horizontal, il trancha nette les deux pattes du corbeau qui se retrouva cul-de-jatte.

Le dernier corbeau qui pouvait se déplacer, prit la fuite (corbeau 3) C'était terminé ! Un corbeau râlait toujours, deux étaient morts, on pouvait entendre la respiration sifflante de deux autres qui étaient à l'agonie.

Bobo et Huguette, tous les deux sous le choc, demeurèrent près de l'arbre. Angy reprit sa forme lutine. Cassio retira la cape pour voir l'état de Dicka qui était en pleur et apeurée. Son regard hagard cherchait Pablo. Lorsqu'elle le vit sur le dos, elle se précipita sur lui, son ombre devenue si grande, la précédait presque. Ce dernier, rassembla tout ses efforts pour lui dire qu'il allait s'en tirer.

Huguette prit alors la parole :

"Que faisons-nous ? Pablo est trop faible pour continuer ? Les corbeaux pourront revenir encore, l'ombre de Dicka semble les attirer ?.. On retourne au village, ou on est trop loin ? "

Beaucoup de questions et peu de réponses.


(((
  • Action des aventuriers
    • Oljyn: Attaque à mains nues: Réussite.Dégât: corbeau 4: à l'agonie
    • Tips: Attaque de projectile magique : Réussite de justesse. Dégât: corbeau 5:
    • Syelsa: Tenir le corbeau en respect: Échec
      • Cassio riposte : Réussite Dégât corbeau 6: agonie
    • Angy : aucune attaque reprend sa forme lutine.
    • Bilan des corbeaux.
      • Corbeau 1 : aucun changement: neutralisé, agonie
      • Corbeau 2 sur Pablo : MORT
      • Corbeau 3 prit la fuite: Blessé grièvement.
      • Corbeau 4 : à l'agonie
      • Corbeau 5 : MORT
      • Corbeau 6 sur Angy: à l'agonie
      • Bilan des aventuriers: Indemne, les corbeaux ne s'attaquant qu'aux lutins.
      • Bilan des lutins:
        • Bo : blessé.
        • Dicka : indemne
        • Pablo: gravement blessé
        • Cassio: légèrement blessé
        • Angy : légèrement blessé
      3 Xp seront distribués à chacun de vous )))
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » jeu. 28 janv. 2021 08:28

Boum !

En pleine tête ! Mon point écrase son crâne, provoquant un craquement sinistre suivi d’un râle de corbac à l’agonie. Une saleté de moins ! Mais il ne faut pas beaucoup de temps pour que les volatiles abandonnent leur attaque. Il n’en reste que un en état de voler et il ne se fait prier pour prendre la fuite.

Le combat se termine est le constat est plutôt préoccupant. Nous, aventuriers, sommes tous indemnes ainsi que Dicka qui pourtant semblait être la cible principale de cette attaque. L’état des autres lutins est moins bon. Cassio et Angy souffrent de blessures légères mais l’état de Bo et surtout Pablo est plus grave. C’est Huguette qui prend la parole pour demander ce que nous devons faire maintenant, poursuivre la route avec Pablo gravement blessé ou retourner au village ?

« Il ne pourra pas survivre si il n’obtient pas de soins. »

Dis-je en désignant Pablo avant de me tourner vers la Taurionne.

« Comme tu as l’air de t’y connaître en aiguille de sapin et en fleur de teinture tu sais peut être où trouver une plante qui peut le soigner ? Sinon je propose de nous séparer. »

Je décroche la gourde à ma ceinture et m’approche de Cassio pour lui proposer de boire dedans, lui expliquant qu’elle contient une potion lui permettant de soigner ses blessures avant de poursuivre.

« Les corbeaux semblaient en avoir après Dicka, je propose de l’escorter jusqu’à Tanasun si elle est le noeud de tout ce bordel. Le gobelin pourrait m’accompagner. »

Je me tourne vers lui avec un regard sévère bien que moins inquisiteur qu’auparavant.

« Je t’ai peut être mal jugé. Tu as clairement une tête d’ahuri mais ta maîtrise du combat est impressionnante. »

Puis je reporte mon attention vers les autres.

« Vous, vous ramenez les blessés au village puis vous nous retrouver plus tard. Qu’en pensez vous ? »

(( propose une potion moyenne de soin à Cassio pour soigner sa blessure légère.))

Avatar du membre
Tips
Messages : 22
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 14:09

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Tips » ven. 29 janv. 2021 19:45

Tips lorgna avec intérêt la trajectoire intéressante de son projectile, qui frappa le corbac de plein fouet avec une violence inouïe. Non, il ne fit pas trop attention au sang de l’immonde bestiole à trois yeux qui gicla dans tous les sens alors que l’oiseau finissait sa course en s’écrasant mort sur le sol, comme un vieux caca. Non, pour Tips, le corbeau avait encore triché. Il poursuivit sa cible jusqu’à la surmonter. Il voulut un instant lui faire un câlin pour la remercier d’avoir joué avec lui, mais une purulente odeur de déjection maladive émanait de la chose emplumée immobile. Il se contenta donc de lui mettre quelques coups de pied, sans pouvoir la réveiller, hurlant comme un goret :

« HEY ! TU DORS ? HEIN ? TU DORS, C’EST CA ? OH, ON SE REVEILLE ! »

En vain hélas, la créature ayant rendu l’âme avec une violence sans nom. Faisant la moue, il se tourna vers le reste de ce qui fut sans qu’il s’en rende compte un véritable champ de bataille. Lutins et oiseaux noirs gisaient au sol dans tous les coins. Était-ce l’heure de la sieste ? Il avait cru comprendre, avec l’intervention du gros berger benêt, que c’était un peu le sport national, ici. Il n’y avait que Dicka, encore en pleur cette madeleine, qui secouait Pablo le pas-beau (même que c’était pour ça qu’il se cachait) dans son sommeil. Quel toupet, de déranger ainsi un être ensommeillé. Surtout en lui faisant autant d’ombre que si elle avait subitement pris vingt-cinq mille kilogrammes. Fallait qu’elle fasse attention, sinon on l’appellerait bien tôt « Big-Black-Dicka ». Un nom qui sonna bien aux oreilles du gobelin, sans qu’il sache vraiment pourquoi.

Huguette la guillerette pas guillerette tonna de questions imprévisibles : elle voulait retourner au village. Et puis quoi encore, ils avaient marché jusque-là juste pour jouer avec les oiseaux ? Il fronça les sourcils et approcha de la scène, alors qu’Oljyn le palot répondait avec une intelligence inouïe à la double hacheuse. Il lui affirma que malgré tous ses tsoins tsoins, il fallait continuer avec Dicka jusque sous le Tana. Même que l’homme au chapeau pointurlututu se tourna vers Tips pour le gratifier d’un compliment : Il avait selon lui une tête d’ahuri. Sans doute voulait-il parler d’un être supérieurement intelligent, bon et dosé dans l’art subtil du jeu d’équipe. Le gobelin opina vivement du chef, sans tenir compte de la fin de sa phrase qui parlait de maîtrise acrobate ch’sais pas trop quoi. Et il répondit, vaillant et souriant.

« Oui, même qu’il a raison le lutrin jaune ! Et puis on doit pas oublier la boite d’anguilles ! »

Subrepticement, son attention fut détournée par le retour de Angèle parmi eux. Ou Angine ? Angy, voilà, Angy. Il le darda d’un regard impressionné plein de magie et d’émerveillement. Puis il tira la manche du lutin plus grand que lui et lui demanda, implorant et la voix pleine d’espoir.

« Dis, dis, tu m’apprends à faire l’oiseau, dis ? »
"Le cœur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune..."

Tips, Gobelin

Avatar du membre
Syelsa
Messages : 32
Enregistré le : dim. 23 août 2020 12:40

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Syelsa » sam. 30 janv. 2021 21:06

Me placer devant le corbeau l'arrête un instant et la lutine en profite alors pour lui couper les pattes, le faisant choir sur le sol. Une bonne chose de faite. Je regarde autour de moi pour voir que le combat semble terminé. Le petit gobelin est en train de hurler sur un corbeau mort alors que Halatir se dirigeait sur le lutin grièvement blessé auprès duquel la lutine à l'ombre grandissante pleurait à chaudes larmes. Je m'écarte du corbeau à l'agonie, non sans lorgner avec intérêt sur les autre douce féerie avant que la voix de l'humain ne me fasse tourner la tête vers lui. Il me demande avec mépris si je connais une plante capable de soigner le blessé. Je soupire face à son manque évident de connaissances.

- Je vous déconseille d'utiliser cette plante en teinture, son pollen est mortel passé une certaine dose. Je vais voir ce que je peux faire pour le lutin, mais je ne fais pas de miracles.

Les blessures du lutin sont préoccupantes, mais je ne compte pas le laisser dans cet état. J'ouvre ma sacoche de plante et farfouille à l'intérieur, sortant de la consoude et de l'achillée ramassées juste avant de venir. Je mâche la consoude tout en appliquant les feuille d'achillée sur les plaies les plus ouvertes avant d'y appliquer l'espèce de pâte de consoude obtenue en la mâchant.

- Ce n'est pas un remède miracle, mais ça va aider la guérison. Il va falloir du temps et du repos, mais j'ai déjà vu pire, il va s'en tirer et pourra gambader comme avant.

J'offre un sourire rassurant à la lutine en pleurs avant de continuer à traiter une à une les plaies du lutin blessé. Je demande à un autre de lui rafraîchir le front et les tempes avec de l'eau claire, tout en entendant Halatir proposer d'escorter la lutine avec l'aide du gobelin tandis que les autres retournent au village. Une idée plutôt bonne, mais que Aiwë ignore complètement, demandant plutôt au lutin de lui apprendre à voler comme un oiseau lui aussi. Sa transformation en aigle m'a surprise, mais après tout Isqua se transforme bien en chat, ça n'est pas si étonnant. En revanche, je n'aime pas que Halatir me mette clairement à l'écart et m'envoie vers le village avec les autres. Aussi fais-je semblant de ne pas avoir compris ce qu'il voulait dire, comme s'il ne s'adressait qu'aux lutins. Je ne compte pas faire demi-tour.

- Halatir a raison, vous devriez retourner au village. Le blessé passe avant tout et plus vite nous aurons régler le problème de l'ombre avec la Panseuse, plus vite elle viendra s'occuper de lui. Plus on est nombreux, plus les créatures du bois risquent de venir, c'est aussi pour sa sécurité.

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 901
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Gamemaster8 » dim. 31 janv. 2021 02:22

Événement: On a toujours besoin d'un plus petit que soi
Pour Oljyn, Syelsa et Tips
La situation angoissante, amplifiée par une musique de fond constitué d'un râlement morbide, des respirations sifflantes et saccadées et des pleures de Dicka,rendait les lutins nerveux...

Huguette, inquiète, celle-là même qui avait posé les questions, écoutait les non-lutins avec une attention toute particulière. Cette attention qui vient de la foi, ou du désespoir... .celle à laquelle, elle s'accrochait autant qu'elle le pouvait afin de ne pas sombrer dans la dépression.

La constatation d'Oljyn quand à l'état de Pablo ne fit que provoquer un cri de la part de Dicka.... qui ajoutait une atmosphère glauque à celle qui existait déjà... sans oublier les cris du gobelin qui ordonnait aux corbeaux morts de se réveiller.

Cassio accepta la gourde, mais n'en but point et la tendit à Angy. Ce dernier, la refusa à son tour.

"Tu en as davantage besoin que moi, pour protéger Dicka." Cassio consentit alors.

"Merci. " Dit-il à l'adresse d'Oljyn

Bien que silencieux, la mimique de Bo en dit beaucoup sur son état d'esprit. Il est d'abord inquiet lorsque Syelsa affirme que les plantes dans la forêt ne les aideraient pas, son visage redevient calme lorsqu'elle se penche vers Pablo et sort des herbes de sa saccoche.

À ce moment, Huguette dit à l'intention de Bo, mais entendu de tous.

"Crois-tu qu'elle est une apprentie-panseuse ? "

Les plantes appliquées sur les plaies de Pablo semblèrent le soulager. Il trouva la force de prendre la main de Dicka. Puis, même à l'agonie, se sacrifiant pour sa bien-aimé, avec difficulté, il se mit à chantonner. Dès qu'elle entendit cette chanson familière, elle cessa de pleurer. Puis, Huguette ayant compris, chanta elle aussi pour Dicka, donnant un répit à Pablo qui laissa prendre la relève, tout en épongeant son front.

Lorsque Oljyn annonça qu'il partait avec Tips pour amener Dicka à Tanasun, Cassio et Angy, répondirent à l'unission qu'ils faisaient eux aussi partis de l'expédition.

Angy préoccupée par la situation étaient perdu dans ses pensées et il y serait encore, si ce n'était du gobelin tout excité qui l'en sortit brsuquement. Il se détourna vers lui, il le regarda un peu ahuri avant que sa mine ne s'illumine...

"Faire l'oiseau ! Oui, tu es un génie.... Je ne sais pas comment te montrer, mais je t'emporterai avec moi dans les airs, une fois que Dicka sera en sécurité."

Puis se tournant vers les autres. Angy traduisit sa pensée.

"C'est moi qui va transporter Pablo jusqu'au village sous ma forme ailé. Et je vais avoir besoi de l'un de vous pour tenir Pablo. Ce sera toi Bo. Cassio est le meilleur combattant d'entre nous et Huguette ne risque rien avec ces corbeaux."

Cela dit, il prit sa forme ailée. Ils vous laissa aider Bo à mettre Pablo sur son dos. Dicka criait de plus belle, son ombre qui avait rapetissé reprit du volume.

C'est ainsi que Angy, Pablo et Bo partirent vers le village.

La journée avait bien avancée, le soleil avait décliné. Cassio entoura ses bras autour de sa soeur, turlutant doucement pour la calmer, ce qui fonctionna un peu... La pénombre avait envahit les bois, il faisait sombre, et il commençait à être difficile d'avancer plus loin dans les bois. Même l'ombre de Dicka n'était plus perceptible, faute de lumière pour la mettre en valeur.

Huguette vous questionna alors:

"Serait-il plus sage de passer la nuit ici ?" Puis regardant les corbeaux que la Mort avait enfin rendu silencieux, elle rajouta... " Pas tout à fait ici, un petit peu plus loin... il sera impossible de s'orienter dans le noir."


La question était posée, c'était à vous trois de faire consensus et de vous décider.

((( 0.5 xp chacun : pour avoir pris part d'une façon ou d'une autre à la protection de Pablo ( décision de le renvoyer au village, choix du moyen de locomotion, et soins prodigués. )))
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » ven. 5 févr. 2021 22:54

Je me désintéresse rapidement des pleurnicheries et des gémissements, si certains d’entre nous on souffert nous sommes loin du pire scénario possible. J’achève les bêtes agonisantes à l’aide de ma lame, agacé d’entendre leurs râles douloureux. J’écoute d’une oreille distraite la Taurionne qui me déconseille d’utiliser le pollen en teinture, celui-ci étant empoisonné.

« Je note ça dans un coin de ma tête pour mon prochain thé merci. »

Rétorquais-je avec cynisme avant de lever la tête vers le sommet des arbres. Comme le fait remarquer Huguette la nuit va bientôt tomber et le cas du blessé semblant réglé nous devions maintenant nous occuper du notre. La Taurionne propose de trouver un coin un peu à l’écart entre des racines pour se reposer. Elle assure même pouvoir garder le coin pendant la nuit mais demande à ce qu’on rassemble les cadavres. Je hausse les épaules et commence à faire ce qu’elle demande avant que l’obscurité ne recouvre la forêt. J’attrape les volatiles par les pattes pour les traîner et en faire un tas. J’ai du mal à comprendre la raison de ceci. C’est une mise en garde ? Un moyen d’éloigner les charognards ou de les attirer ?

Ce qui est sûr c’est une qu’une elfe des bois sait mieux qu’un homme de la mer dans ce genre de situation alors je me contente de lui accorder une maigre confiance en attendant de pouvoir me reposer.

Avatar du membre
Syelsa
Messages : 32
Enregistré le : dim. 23 août 2020 12:40

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Syelsa » ven. 5 févr. 2021 23:48

Les plantes ont toujours été utiles pour soigner maux et petites douleurs désagréables, mais soigner de telles blessures prend toujours du temps et même si cela le soulage un peu, il est loin d'être guéri. Je m'applique pourtant à faire de mon mieux et traite toutes ses plaies une à une, entamant sérieusement mes réserves. Avec la taille normale des feuilles j'aurai pu le soigner trois fois, mais en étant rétrécies ainsi, elles étaient juste suffisantes. Toutefois cela semble le soulager et je termine de recouvrir une de ses plaies en entendant soudainement une mélopée quitter ses lèvres. Je vais pour le réprimander quand je comprends que cela calme la lutine n'ayant jusque là pas cessé de pleurer. Il arrête rapidement et c'est la non-lutine qui prend le relais tandis que je termine de faire mes soins. C'est vers elle que je me tourne ensuite.

- Si vous pouvez m'apprendre la chanson pour la calmer, je vous aiderai.


Je lui offre un sourire avant de me tourner vers les lutins qui décident de partir à dos d'oiseau. En voilà une bonne idée ! J'aide les lutins à mettre le blessé sur le dos du shaman-aigle, veillant à ne pas empirer ses blessures et lui posant une dernière feuille humidifiée sur le front, pour le voyage. Une fois cela fait, je regarde l'oiseau partir, écoutant sans savoir quoi faire les pleurs de la jeune lutine. Elle finit par se calmer, heureusement, et il nous faut rapidement trouver un coin pour passer la nuit. Visiblement, eux ne peuvent pas se mouvoir comme je le peux de nuit. Quant à quoi faire des corbeaux...

- Il faut mettre les oiseaux ensemble et mieux vaudrait ensuite s'éloigner. S'il nous faut passer la nuit en forêt, il faudrait nous placer entre les racines d'un arbre. Je peux m'occuper de veiller la nuit, je vois parfaitement bien dans l'obscurité, il me faudra juste quelques heures de repos avant.


Contre toute attente, c'est l'humain qui bouge en premier, sans poser de question, s'occupant de rassembler les corps morts des oiseaux en un tas informe. Malgré ses remarques cyniques qui ont sans doute le don d'énerver la plupart des gens, il met du cœur à l'ouvrage. Je l'aide du mieux que je peux mais je suis loin d'égaler sa force. Une fois fait, je m'approche et inspire. Isqua m'a toujours dit que l'instinct suffisait souvent pour la magie la plus simple, j'espère que ça va marcher. Je pose la main sur le sol , grattant les aiguilles jusqu'à atteindre la terre même. Je ferme les yeux, laissant la magie pulser dans le sol avant de doucement entamer la mélopée pour l'éveiller.

- Cemen, entend mon appel,
Que terre et roche soit mienne,
Que ma magie t'éveille,
Immuable est la Roche,
Nourricière est la Terre,
Offerte est ma magie,
Offrande à toi,
Entend mon appel,
Cemen♪♫



Sous mes doigts, je sens la terre peu à peu bouger, puis s’affaisser sous le tas de corbeau qui s'enfonce dans le creux qui se forme peu à peu sous mon chant. Une fois le trou assez profond, j'expire et me redresse, retournant vers les autres avec un grand sourire, plutôt fière de moi. La forêt ici est si vivante que la terre pulse de vie et la magie me semble si naturelle à utiliser dans cet environnement. Je reprend un air plus sérieux, ce n'est pas le moment de me féliciter, mais j'ai hâte de raconter ça à Isqua.

- Cela devrait attirer les charognards, donc mieux vaut ne pas rester trop près. Trouvons un endroit et je me reposerai deux heures pour ensuite veiller cette nuit. Il me reste un peu de pain aux herbes et quelques baies, mais pas assez pour tout le monde, il aussi trouver de quoi manger avant la nuit complète.


***

(((Hrp : Utilisation du sort RP de terre Terraformation pour créer un creux et y entasser les corbeaux.)))

Avatar du membre
Tips
Messages : 22
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 14:09

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Tips » sam. 6 févr. 2021 16:49

Tips ne comprenait pas bien l’ambiance morose et criarde de gémissements écœurants qui se posa alors sur le petit groupe. Ne venaient-ils pas de s’amuser un grand coup avec les zoziaux ? La petite sorcière au chapeau trop grand crachouillait une sorte de pate verte un peu bizarre qu’elle étala sur la peau marquée du lutin qui faisait une sieste au sol. C’était pas très ragoutant, et le gobelin détourna le regard d’un air dégouté. Le temps pour lui de trouver en Angy la réponse à sa proposition de lui apprendre à voler comme un oiseau. Celui-ci sembla tout à coup plus motivé que les autres, et félicita le sekteg qui leva un sourcil d’incompréhension. Bien sûr que c’était trop cool de pouvoir faire l’oiseau : ne s’en était-il jamais rendu compte ? Il fit une promesse au petit vert, mais ne s’y tint pas de suite, et très vite, il partit en volant, embarquant le Bo au bois dormant et le Pablo de service.

Ils se retrouvèrent donc en plus petit comité. Ça valait la peine d’avoir fait tout ce trajet ensemble si c’était pour abandonner en plein milieu du chemin. À moins qu’ils n’aient prévu cette petite fête d’emplumés dès le départ ? Une surprise fort réussie qui gonflait le petit cœur de Tips de joie et de félicité.

Huguette et ses hachettes demanda alors s’il n’était pas venu pour eux le temps de passer la nuit-là. Un peu à l’écart des corbacs, sans doute pour les laisser récupérer eux aussi. Tips n’était pas contre l’idée, et répondit suggestivement par un énorme bâillement.

« Woaaaaaaaaaah ! »

Il se gratta le haut du crâne, soulevant son petit casque pour lisser ses trois longs cheveux, et alla ramasser arme et bouclier. Il était prêt à suivre les autres pour trouver un endroit où pioncer. Une racine, un rocher moussu ou le tapis épineux du sol de la forêt. Il était coutumier à l’inconfort. Mais avant qu’ils s’en aillent, Tips fut témoin d’un curieux rituel : invoquant le pouvoir du cérumen, la gentille dame verte ensevelit sous terre les corbeaux fatigués, rassemblés là par le pêcheur à la peau presque-jaune. Il les regarda faire sans rien dire, se demandant quelle sorte d’idée leur était passée par la tête. Il se laissa cependant entraîner par la douce voix mélodieuse de la cantatrice improvisée. Elle conclut son spectacle en parlant de charognards. Et Tips eut l’une de ses premières paroles sensées de l’aventure :

« Nan, personne va venir les becqueter : ils puent du cul ces becs-noirs. »

L’odeur qu’ils dégageaient, Tips en avait fait les frais pendant leur amusement. Ça ne devait pas attirer grand monde. Ou alors c’est qu’ils avaient des goûts de merde.

S’en vint alors le souci de la nourriture. Tips n’en avait pas vraiment cure : il avait dévoré des baies et un pain géant il n’y avait pas si longtemps. Lui, ce qu’il voulait, c’était de trouver le sommeil. Il se jucha sur un petit caillou moussu en marge de la scène, s’y lova et ferma ses grands yeux, prêt à passer la nuit là.
"Le cœur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune..."

Tips, Gobelin

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 901
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Gamemaster8 » dim. 7 févr. 2021 16:31

Événement: On a toujours besoin d'un plus petit que soi
Pour Oljyn, Syelsa et Tips
Huguette fit un signe de tête positif à Syelsa, elle lui apprendra à la chanson qui était toute simple en fait. Une chanson qui était passé de génération en génération dans la famille de Pablo. Elle ne fit que ralentir le rythme permettant à Syelsa de ce rappeler ce simple refrain.
"Une chanson douce que me chantait ma maman.
Encore petit mousse
J'écoutais en m'endormant
Cette chanson douce
Je veux la chanter pour toi
Car ta peau est douce
Comme la mousse des bois"


Une fois, les bêtes agonisantes mortes sous la main d'Oljyn, la forêt devint silencieuse... Enfin, comme une forêt l'est d'ordinaire. Donc assez bruyante lorsqu'on se tait et qu'on prête attention à tous les bruits furtifs des petits animaux, et au bruissement du vent dans les feuilles. Un bruit bien agréable comparé à celui des corbeaux plus tôt.
A la demande de Syelsa, Cassio aida Oljyn à transporter les corbeaux à l'endroit indiqué.

Sous les yeux ébahis de Carmine et de Cassio, mais surtout de Carmine qui avait les yeux ronds et la bouche ouverte, les corbeaux s'enfoncèrent dans le sol.

Cassio enveloppa Dicka de ses épaules et la conduisit non loin de Tips. Dicka se coucha au sol et Cassio s'étendit près d'elle.

Carmine qui les avait regarder prendre place, fit le commentaire suivant à Syelsa et aussi aux autres. Tout en se grattant la tête, avec une incertitude dans la voix.

"Je me trompe peut-être, mais je pense que votre surveillance ne sera peut-être pas nécessaire. Vous voyez, son ombre ? Ou plutôt, vous voyez qu'on ne la voit plus ? Sans lumière pour la mettre en évidence, les corbeaux de la forêt ne la retrouverons pas... On peut donc."

Elle s'arrêta et regarda le petit gobelin qui semblait déjà dormir.

"... dormir sur nos deux oreilles..." conclut-elle.

Hésitante, Carmine demeura debout à les regarder. Elle attendait peut-être que l'un de vous la rassure ? Avait-elle peur de se salir sur la mousse humide des bois. Cherchait-elle la cape de Pablo ? Ou avait-elle une autre idée en tête.


((( 0.5 xp pour Oljyn et Syelsa pour les actions respectives: Transport des corbeaux, créant d'une fosse pour les cadavres.
J'ai arrêté la maj ici pour le moment. je vous laisse décider si vous avez l'intention de converser avec Carmine ou pas. Si ce n'est pas le cas, je poursuivrai alors la maj qui se poursuivra au petit matin. Mais c'est un pensez-y bien ;) )
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Syelsa
Messages : 32
Enregistré le : dim. 23 août 2020 12:40

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Syelsa » dim. 7 févr. 2021 19:26

Chacun semble se préparer pour la nuit. Le petit gobelin est le premier à s'allonger après un long bâillement, suivi de deux autres lutins qui s'allongent l'un près de l'autre, la plus jeune protégée par l'autre. Je fixe un instant la plus jeune et le refrain de la chanson chantée par Huguette me revient en tête, me tirant un sourire. Une chanson douce en effet, qui ont bien calmée la jeune lutine qui s'endort paisiblement alors que la nuit commence à tomber. Un autre lutin vient discuter, assurant que monter la garde n'est pas nécessaire puisque l'ombre n'est plus visible. Je secoue la tête.

- C'est la nuit que la forêt devient la plus dangereuse. Le calme est trompeur et quelqu'un doit veiller sur ceux qui dorment. Sans abri, il faut rester vigilant.

Je l'observe rester debout malgré tout et hausse un sourcil. Elle semble avoir quelque chose à dire ou faire. Peut-être a-t-elle peur ?

- Tout va bien ? Si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas à nous le dire.

Je jette un œil à Halatir. Il n'a rien dit depuis un moment, ce qui m'étonne un peu, je l'imaginais déjà grogner quelque chose vu l'insouciance des lutins et d'Aiwë partis dormir sans plus s'occuper du reste alors que la nuit tombe. Je lui souris néanmoins. Sale caractère, mais c'est un humain sur qui on peut compter, je n'en doute pas une seconde.

- Halatir, seriez-vous d'accord pour veiller deux petites heures avant le réveil des autres, en fin de nuit ? Je peux surveiller cette nuit, mais il me faudra un peu de repos moi aussi et... - J'observe un instant les autres membres du groupe, endormis.- je vous fais confiance pour ce genre de choses.

Avatar du membre
Tips
Messages : 22
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 14:09

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Tips » ven. 12 févr. 2021 14:33

La tête posée, le corps lové, Tips s’endormit sous les paroles douces d’une chanson pour enfants. Il partit vite vers un monde de rêves oniriques où il se changeait en oiseau, jouant avec le lutin jaune, le lutin noir et la dame verte à se faire caillasser par ces derniers avec un amusement non feint. Il recevait les pierres en riant, piaillant joyeusement de ses ailes aux plumes vertes, les roches rebondissant sur son petit casque de fer. Il avait beau avoir l’air d’une victime, ce rêve était agréable pour lui. Détendant. Reposant. Ainsi commença-t-il sa nuit, dans l’insouciance la plus totale de ce qui l’entourait.
"Le cœur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune..."

Tips, Gobelin

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » sam. 13 févr. 2021 09:51

Je comprends l’utilité d’entasser les oiseaux morts quand la Taurionne les fait s’enfoncer dans le sol par magie en entamant un chant. Je hausse des sourcils surpris avant de laisser passer un mince sourire sur mes lèvres. C’est plus perplexe que j’observe le gobelin et quelques lutins s’endormir comme si ils étaient chez eux, dans le confort et la sécurité d’une maison. J’ignore si ils sont inconscient, je ne sais rien des forêts si ce n’est quelques rumeurs sur des plantes mangeuses d’hommes et d’autres créatures dangereuses. La mer je connais et il n’est pas rare de devoir se défendre contre des monstres marins voulant voler le contenu d’un filet de pêche et il ne me viendrait jamais à l’idée de passer une nuit en pleine mer dans ma barque de pêcheur. Mais visiblement, à voir les lutins habitués aux forets, il est moins dangereux de s’endormir au pied d’un arbre. Je reste toutefois prudent et ramasse de quoi faire un feu pour nous tenir au chaud et conserver un peu de lumière avant de m’adosser à une racine alors que l’obscurité camoufle doucement les alentours. L’un des lutins semble néanmoins plus inquiet que les autres à fermer l’oeil malgré sa théorie sur les ombres. Je darde un oeil vers les ombres dansantes à la lumière des flammes, peu convaincu, mais garde tout de même le silence, essayant de chasser de ma tête la mélodie qu’il a chantonné plus tôt.

La Taurionne vient me voir en souriant, me demandant si j’accepte de veiller en fin de nuit pour qu’elle puisse se reposer, ajoutant qu’elle me fait confiance pour ce genre de choses. J’accepte d’un hochement de tête, préférant veiller moi même que de laisser ce rôle à un lutin.

Je mange donc un morceau près du feu avant de me blottir contre les racines pour me reposer en attendant que l’elfe me réveille pour prendre mon tour de garde.

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 901
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Gamemaster8 » dim. 14 févr. 2021 17:01

Événement: On a toujours besoin d'un plus petit que soi

Pour Nhaundar et Eden

Une fois à l'orée du bois, le chien s'arrêta. Il commençait à faire noir et il semblait hésitant. Lorsque Nhaundar mit pied à terre pour planter la balise de départ, il se coucha délicatement au sol, pour ne pas faire tomber Eden.

Une fois la balise plantée au sol,.... il ne se passa rien.

Nhaundar de nouveau sur son dos derrière Eden, il ne suffit que d'un: " Va chercher Dicka" pour qu'il se remit en route après avoir, bien entendu, reniflé un peu partout, et après deux marquages de territoire. (autrement dit, il leva sa patte sur deux arbres afin de vider sa vessie.)
Corgy partit donc à toute allure, zigzaguant habilement entre les arbres.

Au bout d'une heure ou deux, il s'arrêta, se coucha, et s'endormit. Il avait beau avoir un bon odorat pour se diriger à défaut d'une vision nocturne comme ses deux cavaliers, il avait besoin de dormir.

Après quelques heures de repos, un peu avant que le soleil ne se lève, il se tourna la tête pour s'assurer que vous étiez toujours sur son dos et repartit en courant.

Ce n'est que dans les dernières minutes, qu'un rayon de lumière horizontal apparut. Et bien entendu, Corgy le suivit.

Quelques minutes plus tard, vous purent voir de loin, ce qui ressemblait à d'autres lutins. Corgy accélèra son allure.


Pour Oljyn, Syelsa et Tips
Huguette s'approcha un peu de la petite sorcière lorsque celle-ci lui répondit et peu honteuse de ce qui lui trottait dans la tête, elle répondit:

"Oh... les autres créatures de la nuit....Je n'y avais pas pensé... je pensais... pas d'ombre la nuit,.. vous voyiez dans le noir..." Mais elle ne poursuivit pas son idée. Et un peu honteuse, elle s'éloigna un peu, ramassa la cape de Pablo, en recouvrit Dicka et alla se coucher non loin d'eux.

Grâce au feu et au tour de garde de Oljyn et Syelsa, aucun animal n'osa les approcher. Par contre, autant Oljyn et Syelsa entendirent à quelques reprises des bruits suspect un peu plus loin dans les bois.

Au réveil le lendemain, Cassio distribua petits pains frais et fromages à tous, puis partagea un gourde d'eau qui était bien pleine.
Tout en fouillant dans son sac, il dit:

"Il est temps, d'indiquer notre position... je n'ai pas pensé à le faire au point de départ... et je n'ai que 2 balises avec moi. C'est Gino et Angy qui ont les autres."

Cela dit, il sortit ensuite un drôle de petit bâton brun et vert. Ça ressemblait à une branche sans l'être. Il le planta au sol et aussitôt, il s'éclaira et deux rayons horizontaux apparut. Le premier dans la direction d'où ils arrivaient, et le second dans une direction perpendiculaire, plus profondément dans les bois.

Huguette commenta:

" Ce premier rayon correspond à l'endroit d'où nous arrivons... Gino et les autres sont enfin sur le chemin pour nous rejoindre... Mais l'autre, serait-ce la panseuse qui l'aurait mis l'a pour nous indiquer la direction ?" Dit-elle la voix plein d'espoir

Allaient-ils revoir la panseuse et pouvoir enfin savoir ce qui se passait ? Mais avant qu'ils puissent partager leur impression, le sol se mit à trembler.

À trembler sous les pas d'un énorme canidé qui arrivait à toute allure vers eux la bouche toute grande ouverte.

A cette vision, Cassio et Huguette s'écrièrent ensemble : " CORGY !"

Ce cri réveilla Dicka, qui déplaça la cape qui la dissimulait et qui regardait dans cette direction, les yeux grands ouverts, la bouche ouverte de surprise.

Qui était ce Corgy ? Une bête féroce qui hantait les bois et qu'ils redoutaient ? Ou bien tout simplement un animal inofensif qu'ils connaissaient bien... Quoiqu'il en soit, il se dirigeait vers eux. Rien dans l'intonation de Cassio et Huguette ne permettait de deviner si la venue de cet animal était une bonne chose ou non.


Pour Eden, Nhaundar, Oljyn, Syelsa et Tips

(((Je vous laisse rp cette rencontre et pour certains "les retrouvailles")))
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » sam. 20 févr. 2021 09:11

La petite Taurionne vient me réveiller comme convenue et je prends mon tour de garde dans une nuit tranquille malgré quelques bruits suspects qui se font entendre un peu plus loin. Je ne m’en inquiète pas spécialement, sans doute des créatures nocturnes qui chassent. Le feu les tient suffisamment à l’écart. J’y rajoute d’ailleurs une bûche pour le raviver et profiter de sa chaleur et lumière réconfortante jusqu’au petit matin où je profite d’un petit déjeuner offert par un des lutins, un bout de pain, du fromage et un peu d’eau. Il utilise ensuite une étrange tige qu’il nomme balise et la plante dans le sol. Deux rayons horizontaux en sortent alors, l’un pointant en direction d’où nous venons et le second une autre position, perpendiculaire à la notre que Huguette suppose être une autre balise que la panseuse aurait planté pour montrer la voie.

« Quoi ? »

Grondais-je en fronçant les sourcils.

« Vous voulez dire que nous avions le moyen de prendre la bonne direction dès le départ ?! »

Je me redresse, prêt à rouspéter de si bon matin quand un tremblement me retient. Je me tourne vers son origine, la main sur le manche de mon sabre. L’origine n’est rien d’autre qu’un chien galopant vers nous la gueule grande ouverte, dévoilant ses crocs en dégoulinant de bave. Je me jette sur le sac de Cassio pour lui prendre un gros bout de fromage et l’agite pour attirer l’attention du canidé avant de le jeter de côté, espérant détourner son attention pour ne pas qu’il nous dévore.

((Cherche à détourner l’attention du corgy avec un bout de fromage.))

Avatar du membre
Syelsa
Messages : 32
Enregistré le : dim. 23 août 2020 12:40

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Syelsa » sam. 20 févr. 2021 13:51

Alors que tout le monde se couche, je m'installe un peu plus en hauteur, sur une racine recouverte d'une mousse sèche qui fait un matelas confortable. Finalement, Halatir a accepté sans poser de question et La non-lutine, Huguette, semblait plus surprises qu'autre chose. J'observe un instant les corps endormis avant de reprendre ma garde vigilante, percevant çà et là les cris et bruissements faits par les créatures sorties en même temps que l'astre lunaire qui éclaire juste assez pour que quelques rayons pâles percent à travers la forêt de pins. Je peux sentir avec encore plus de force la vie s'écouler dans ces bois alors que les autres âmes endormies près de moi sont silencieuses. Cela manque cruellement dans le bois où je vis. Je veux redonner à ma maison cette jeunesse et cette vie que la corruption a anéanti en pourrissant le sol et l'écorce, en tarissant les cours d'eau et tuant les animaux. Peut-être que la Panseuse aura une idée de quoi faire, une chose à laquelle Isqua n'aura pas pensé.

Je glisse le long de la racine lorsque l'heure tarde et réveille doucement Halatir qui prend son poste sans un mot. Je vais m'installer dans un coin créé par deux racines et me ressource, le dos contre l'arbre et une main plongée dans cette forêt débordante de vie. Lorsque j'ouvre les yeux, le soleil a entamé son réveil et les autres s'affairent déjà. J'observe avec curiosité les petit morceau de repas qu'offre un des lutin en accompagnement du pain. Fromage qu'il appelle ça, du fromage de chèvre. Je n'ai jamais vu ce genre de chose dans la forêt et goûte avec une certaine curiosité. Je ne retiens pas une grimace perplexe face au goût prononcé et pose discrètement ce fromage un peu plus loin avant de me rincer la bouche. Sans compter la consistance étrange et un peu pâteuse, le goût ne me sied guère.

C'est avec de grands yeux curieux que je vois un des lutins sortir un étrange bâton et le planter dans le sol. Lorsqu'un trait de lumière part dans les deux directions, je ne retient pas un cri de surprise et saute sur mes jambes pour m'approcher et étudier le bâton appelé balise avec intérêt. Lorsque j'entends qu'il indique la direction vers une autre balise, je relève la tête, pas vraiment surprise de voir Halatir s'indigner de ne pas avoir été prévenu plus tôt. Je m'approche également et pointe la balise.

- Comment ça fonctionne ? Vous dîtes qu'il y en d'autres qui...

Je suis coupée dans ma phrase part une secousse annonçant l'arrivée d'une créature courte sur patte, gueule ouverte et fonçant dans notre direction. J'entends deux lutins s'exclamer, nommant l'animal « Corgy » et penche la tête, un peu perplexe. Je n'ai jamais vu ce genre de créature qui nous dépasse de peu à notre taille actuelle, ce ne doit pas être un gros animal à la base. Je vois Halatir jeter un morceau de fromage pour l'attirer ailleurs, mais c'est voir la lutine sortir de sa couverture avec un air de totale surprise sur le visage qui me fait me dire que tout va bien. Elle est surprise, pas terrifiée, ce ne doit donc pas être un danger. Je me contente de laisser l'animal approcher, curieuse de voir ce qui l'amène par ici.

Avatar du membre
Tips
Messages : 22
Enregistré le : ven. 11 janv. 2019 14:09

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Tips » sam. 20 févr. 2021 15:28

La nuit passa. Tips, le lendemain, eut l’impression de se réveiller d’un drôle de rêve où des lutins farceurs avaient agrandit la réalité entière autour d’eux pour leur faire une blague. Lorsque Cassio, le frère de Dicka (était-ce bien ça ?) s’approcha pour lui donner des vivres, pain et fromage, il resta un instant muet de trouble. C’était donc la vérité ? Encore plus qu’hier, il avait du mal à y croire. Quel pouvoir fantabuleux ! Ou illusion réussie, en tout cas. Le gobelin ne croyait pas cela possible en vérité. Il devait y avoir un truc. Une astuce.

Observant les alentours d’un œil endormi, il enfourna dans sa bouche pain et fromage, avec un appétit vorace. Après avoir distribué ses vivres, il sortit une sorte de bâton qu’il planta dans le sol. Aussitôt, des lueurs en sortirent, sous forme de rayons horizontaux pointant deux directions différentes. Tips, ajustant son casque de fer sur la tête, se gratta l’arrière de celle-ci en se demandant quelle était encore cette magie insensée. Il parla de Gino et des autres, mais aussi de la panseuse. C’était à n’y rien comprendre.

Mais ils n’eurent pas tant le temps d’épiloguer. La terre se mit subitement à trembler, sous les pas d’un horrible monstre qui déboula vers eux avec toute sa rage, écumant de la bave autour de ses lèvres. Une créature immonde, véritable boudin géant sur pattes courtes à la gueule munie de dents acérées se ruait vers eux avec force vitesse. Tips sursauta lorsque ses alliés lutins crièrent communément une sorte d’incantation terrifique : CORGY. Cela déclencha chez lui le reste de sa frayeur, et il se mit à hurler, mains tendues vers l’assaillant.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh ! »

Quelque chose se passait en lui. Quelque chose qu’il ne contrôla pas. Un pouvoir enfoui si profond qu’il n’en avait même pas connaissance… De la magie, sans doute. Brutale, intuitive, instinctive. Involontaire.

La terreur lui ôta toute autre perception.


[Lancement du sort de « Secousse » au rang 2]
"Le cœur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune..."

Tips, Gobelin

Avatar du membre
TGM
Messages : 95
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par TGM » sam. 20 févr. 2021 20:28

-----E-----


Au moment de monter sur le chien, je remarque deux lutins sortir de la maison avec un air surpris. Après un échange de regards, le lutin nous encourage, moi et Nhaundar, à partir avec Corgy tandis que lui et la dénommée Carmine nous rejoindront après être passés prendre des montures au village. Après nous avoir assuré que la bête trouverait son chemin, il tend à l'aventurier un bâton à planter à l'entrée du village puis, une fois que nous sommes tous deux sur l'animal, lui ordonne de chercher Dicka. L'animal se met alors brusquement à courir à travers tout le village, évitant miraculeusement les maisons et habitants. Quant à moi, je ceinture Nhaundar de toutes mes forces pour éviter de tomber, tant la bête dandine des fesses dans sa course, en espérant que le lutin s’agrippe fermement au pelage pour que l'on ne se fasse pas éjecter de notre monture.

Cette course terrifiante se termine lorsqu'il s'immobilise à l'entrée du village, comme s'il s'agissait de la fin de son territoire. Nhaundar descend de l'animal, qui s'allonge pour l'y aider, afin de planter le bâton dans le sol, sans que cela ne fasse quoique ce soit. Mon compagnon remonte alors sur la monture et nous voici repartis pour une ou deux heures de slalom entre les arbres avant que Corgy ne décide de s'arrêter pour dormir le reste de la nuit. Devant le fait accompli, le lutin noir propose de dresser une tente pour y dormir à tour de rôle tandis que l'autre monte la garde. J'approuve sa proposition et le laisse dormir en premier, puisqu'il prétend n'avoir besoin que de deux heures de sommeil. Avant qu'il ne rentre dans sa tente, je lui demande, en prenant mon meilleur visage de pauvre petit garçonnet, s'il n'a pas quelque chose à manger, n'ayant guère envie de monter la garde le ventre vide.

"Au fait... Je suis équipé... Sauf niveau nourriture. T'as pas quelque chose à grignoter? Je dors mal le ventre vide."

Je récupère alors une portion qu'il accepte de me donner et le laisse aller dormir. De mon côté, je me blottis contre Corgy pour que sa fourrure me protège du froid et commence à manger en surveillant les environs. Lorsque je me réveille en sursaut, au petit matin, je commence par m'excuser auprès de mon compagnon, accusant le chien d'avoir le poil trop confortable et essaye de lui gratter encore un peu de nourriture. Corgy, qui a semblé nous attendre, repart à toute vitesse dès que nous sommes sur son dos. Après un long moment à rester accroché aussi fort que je peux pour ne pas me faire éjecter par le popotin dandinant, je remarque un rayon de lumière que l'animal se met à suivre immédiatement. Lorsque j'entends des voix appeler l'animal, je sors la tête de derrière Nhaundar et aperçois un groupe de lutins. Corgy se met alors à accélérer comme s'il avait reconnu les lutins en questions. Sur le point de lâcher prise tant je suis ballotté, je ne peux que crier :

"Ralentis, Corgy, ralentis !"

538mots

Avatar du membre
Nhaundar
Messages : 96
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 20:08

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Nhaundar » sam. 20 févr. 2021 21:13

Alors que nous nous apprêtons à partir, Gino explique que malgré la robustesse de Corgy, quatre sur son dos est un nombre trop important de passager à porter. Il fait ensuite référence à un certain Grégoire pour obtenir une autre monture pour lui et Carmine. Cette dernière déclare profiter de l’absence de Gino pour s’inquiéter de Nadine aux grands pins et lui propose de l’y rejoindre. Gino approuve de la tête et nous encourage à partir sur-le-champ.

"Et ne vous inquiétez pour Corgy, il trouvera Dicka sans peine....Grégoire était content que je le prenne, Corgy voulait sortir." Poursuit-il avant de s’intéresser au chien, puis de revenir à moi, après ce qui semble être un rappel de sa mémoire. "C'est la balise de départ pour la voie lutine... N'oublie pas de la planter au sol à l'entrée du bois."

Il me confie une étrange branche qui ne semble pas en être une après une inspection plus attentive. Je range l’objet dans mon dos et monte sur le dos de Corgy. Je m’installe à la suite d’Eden, mais celui-ci insiste pour que je prenne la place devant, comme je connais déjà les aventuriers. Je tique un peu sur l’emploi du terme de mercenaire, mais qu’importe. Une fois sur place, Corgy s’adresse au chien et l’envoie chercher Dicka. S’ensuit une claque sur une fesse du chien comme pour un cheval, qui part à une telle vitesse qu’il me faut m’accrocher fermement à ma monture.

Lorsque nous atteignons la sortie du village, Corgy s’arrête. Je ne m’étais pas aperçu que la nuit était déjà là et cela risque de rendre notre voyage plus compliqué. Je ne suis pas gêné par une obscurité plus forte, tant un brin de lumière est présent. Je m’inquiète de mon camarade, mais celui-ci semble tout aussi à l’aise que moi. Nous serons donc capables de voyager de nuit et positionné à l’avant, il me sera possible d’agir avec ma magie si un élément extérieur venait nous interrompre. Avant de partir, j’ai une chose à faire. Je descends du chien qui se couche pour me laisser descendre et plante au sol, la balise de Gino. Rien ne se passe, mais s’il m’a indiqué de le faire, il doit avoir ses raisons. Dans un coin de ma tête je m’attends à une mauvaise farce des lutins, mais là non plus rien ne se passe.

Une fois de nouveau en selle, nous nous enfonçons dans le bois aux aiguilles pour rejoindre les autres en donnant le même ordre que Gino, en caressant Corgy pour attirer son attention.

"Dicka, va chercher Dicka !"

Il se remet en route, mais avant cela, un marquage de territoire lui paraît être un moment propice. Ce n’est que lorsque son affaire est terminée qu’il repart à pleine vitesse au milieu des arbres. Corgy se dépense avec plaisir, tandis que je me cramponne pour ne pas être envoyé valser par un mouvement trio brusque. Cela continue un bon moment avant que le chien ne se fatigue et s’arrête pour se reposer. Le coin ne semble pas trop mauvais pour se reposer et je me tourne vers Eden pour le proposer la ronde de cette nuit.

"Je dispose d’une tente. Laisse-moi le temps de méditer deux heures et je te laisse le reste de la nuit."

Ma proposition lui paraît acceptable et après que la tente soit montée, je prends le temps de me restaurer avec mes provisions. Mon compagnon semble intéressé par ce que je mange, car s’il est bien équipé, il ne dispose d’aucune nourriture pour le trajet. N’étant pas de nature avare et après mon passage à Tulorim et au village lutin, j’ai de quoi voir en termes de ressources alimentaires.

(Je ne vais tout de même pas laisser celui qui surveille les alentours, pendant que je dors, avec le ventre vide !)

Avant de méditer, je génère un feu pour éloigner les nuisibles et monte la température pour une ambiance plus agréable pour la méditation. Une fois bien reposé, j’échange de place avec lui, mais il semble bien dormir blotti contre Corgy. J’aimerais profiter de ce moment pour parfaire ma maîtrise magique, mais je ne peux décemment pas attirer l’attention d’un prédateur. Le mieux reste de se préparer pour un éventuel affrontement. Dans mon arme magique je transfère le sort de torture mentale. Cela me permettra de perturber l’ennemi en lui faisant croire qu’il a reçu une blessure particulièrement grave. Sur mon chapeau et mes braies j’ajoute le sort de transe, qui me permet de faire appel aux esprits pour recouvrer mes réserves magiques. L’avantage d’utiliser cette magie via un transfert de sort me permet de préparer un sort à son plein potentiel. D’ailleurs, je pourrais utiliser cette technique pour générer des sorts de zones, particulièrement gourmand en ressources magiques. Mais ceux que je possède sont de l’élément feu et pourraient générer un brasier au cœur de la forêt. Ce qui n’est pas le but recherché. A la place, ma tunique acquière le sort de bouclier de pierre, pour l’importante protection qu’elle m’offre malgré la gêne occasionnée et mes gants recevront quant à eux auront la possibilité de perturber les capacités de combat avec le sort corruption. Transférer un sort puissant me coûte presque la moitié de mes ressources magiques à chaque fois. C’est la raison pour laquelle à chaque fois je regagne mon mana en faisant appel aux esprits, que mon transfert soit une réussite ou non, jusqu’à atteindre un maximum de ressources magiques possibles avant de recommencer. Travailler ainsi est particulièrement long, mais non seulement j’ai le temps, mais en plus le résultat sera très avantageux.

Comme il me reste un peu de temps, j’ai enfin l’opportunité de réfléchir à l’emploi assez différent de ma magie. A mon arrivée par bateau à Tulorim, j’ai remarqué des enfants jouant ensemble à tirer sur une créature marine. La pauvre bête était enfermée dans une sorte grande nasse d’où il lui était impossible de s’échapper. Ce qui a titillé mon esprit c’est l’avantage que procurait cette espère de zone qu’ils avaient érigée. Suis-je en mesure d’accroître également mes chances de toucher avec ma magie ?

(Je doute que certains de mes éléments soient capables de m’y aider. Le feu en est un bon exemple. L’usage de la terre pourrait altérer le terrain, comme l’eau, mais ce n’est pas ce que je souhaite. Face à un adversaire volant ou aquatique, cela ne fonctionnera pas. L’élément lumineux éventuellement à moins que mes aptitudes psychiques pourraient m’être utiles ? J’ai déjà manipulé l’esprit de mes adversaires, mais je n’ai jamais tenté sur moi-même ! Il me faudra essayer lorsque j’aurais rejoint les autres. Mais dans l’éventualité où cela ne fonctionnerait pas ? Il faut dire qu’en règle générale, mes idées ne se concrétisent qu’après des modifications mineurs…voir majeurs par moment.)

Je me frotte le visage avant d’aller me décrasser les jambes en tournant un peu avant de regarder notre petit campement en me massant la nuque.

(Dans l’idéal, il faudrait que mon sort puisse atteindre d’autres individus.)

Je m’arrête un instant, repensant aux gamins et au poisson.

(Et pourquoi pas ? Si au lieu d’accroître mes propres capacités, j’érigeais une zone de contrôle ? Il faut que je tente ça à la première occasion !)

Finalement Eden et Corgy se réveillent tous deux. Le petit déjeuner devra être particulièrement léger si notre monture s’élance à nouveau avec le même entrain que la veille. Je prends le temps de ranger correctement mes affaires avant de me remettre à la place avant. Dans la direction où nous nous dirigeons, nous apercevons un rayon lumineux sur la route, enfin le chemin que l’on prend. Dès son apparition, Corgy le suis immédiatement. Comme moi, il est attiré par lui, mais probablement pas pour les mêmes raisons. Qu’est-ce que ceci ? D’où vient-il, qu’elle est sa source et surtout son but ? Rapidement, je perçois d’autres lutins, très certainement le groupe partis avant nous. Ils paraissent nous appeler et craignant qu’ils puissent être en danger, je fais accélérer le chien.

"Plus vite Corgy, plus vite !"
*Prémière rélfèxion du sort Vague psychique

*Utilisation du sort transfert magique pour
Bâton : torture mentale Niv 3
Tête : Transe Niv 3
Jambes : Transe Niv 3
Torse : Bouclier de terre Niv 3
Gants : Corruption Niv 3

A chaque tentative je recharge mes batteries avec le sort transe et je multiplie l'action jusqu'à avoir le résultat escompté.

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 901
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Gamemaster8 » dim. 21 févr. 2021 13:44

Événement: On a toujours besoin d'un plus petit que soi
Pour Eden, Nhaundar, Oljyn, Syelsa et Tips
Corgy ralentit le rythme lorsqu’Eden lui demanda, mais il le reprit aussitôt que Nhaundar lui fit la commande inverse.
Le pêcheur réussit quant à lui son lancer de fromage et le Corgy en fut aussitôt attiré, sa gourmandise ainsi stimulée, plus rien ne pouvait l'arrêter. Contrairement à la petite sorcière, il semblait apprécier ce fromage légèrement parfumé d'herbes

Le corgy dévia donc sa trajectoire, fit un petit saut pour attraper le morceau de fromage au vol pour retomber sur ses pattes... mais c'était sans compter l'intervention de Tips. Puisque lorsque les pattes du Corgy touchèrent le sol, ce dernier trembla. Les cavaliers qui déjà peinaient à rester sur leur monture agitée furent projetés dans les airs. Le corgy perdit pied et se retrouva les quatre fers en l'air. Mais la secousse du sol fut si puissante que tous ceux autour de Tips en furent secouer également. Seul Tips demeura debout.

Dicka étant déjà assise au sol ne fut pas trop affecté par la secousse, seulement un peu secouée, les larmes coulant sur ses joues et son ombre grandissant.

Eden tomba sur la tête, mais heureusement, le tapis de mousse et son casque le protégèrent, il fut à peine secoué. Nhaundar n'ayant que ses habits pour le protéger tomba aussi sur le tapis de mousse, par contre, un petit bout de racine fit une déchirure dans sa tunique et lui fit une longue écorchure dans le dos, teintant de rouge sang sa tunique bleue. Cassio s'en sortit indemne, ses armures le protégeant, alors que Huguette fut blessée légèrement au coude droit. Syelsa chuta vers l'avant et s'écorcha l'oreille gauche qui se mit à saigner considérablement.. Oljyn tomba sur les fesses et si ses pantalons demeurèrent intacts, il eut pour sa part, une douleur persistante au coccyx

Et ils se retrouvèrent enfin tous,... avec même un aventurier supplémentaire. Ils avaient donc considérablement de choses à se raconter, un chemin balisé à explorer. Dicka pour sa part, gratta affectueusement le ventre de Corgy, qui gardait sa position couchée profitant des caresses de sa maîtresse.

Les sourcils froncés, Cassio questionna :

"Gino et Carmine ? "

((( 0.5 Xp du quotidien pour tous : dodo, repos, petit déjeuner
0.5 Xp pour Nhaundar, Eden, Oljyn, Tips: tentative de contrôler Corgy
Effet du sort secousse: 3 blessure légère... grâce à son casque de métal, Eden s'en sort un peu mieux.)))
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Oljyn
Messages : 95
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 20:11

Re: Le Bois aux Aiguilles

Message par Oljyn » mar. 23 févr. 2021 14:16

Ma diversion fonctionne et le chien se jette sur le bout de fromage. Mais une malchance impensable s’abat alors, un tremblement de terre. Une secousse qui me fait perdre l’équilibre et tomber en arrière sur une racine qui dépasse du sol. Je pousse un râle proche d’un rugissement, balançant quelques jurons entre mes mâchoires serrées. Rapidement je me redresse pour m’assurer premièrement que je peux encore bouger et secondement pour faire bouger mes fesses et faire passer la douleur. Je frotte vigoureusement mon derrière en boitant tout en agrémentant mes pas de jurons bien audibles cette fois, mélange de ce que j’ai pu entendre tout au long de mes fréquentations des quais que ce soit à Tulorim ou Oranan. Autrement dit des mots qui ne sont pas bienvenue chez des oreilles chastes, à propos de maman ou de fils de maman, des insultes, des pratiques peu recommandables et douloureuses et parfois des mélanges de tout cela. Tout ça pour remarquer que le chien semble appartenir à cette pleurnicheuse de Dicka et qu’il servait de monture au Shaakt rencontré au village et un gringalet en haillons.

Je continue de marcher avant de m’appuyer au tronc de l’arbre pour m’étirer les jambes et faire partir la douleur. Je ne pense pas avoir quelque chose de cassé étant donné que je peux toucher la zone qui me fait mal juste en bas de mon dos sans sentir une douleur virulente mais ça fait mal, oh que oui. Hors de question de me mettre assis d’ailleurs et je remarque que mon bas du dos me lance quand je me baisse pour ramasser mon sac. A priori je ne suis pas le seul à m’être fait mal mais autant dire que pour le moment je n’en ai rien à faire. Je jette un regard courroucé aux nouveaux arrivants comme si ils étaient responsables du séisme et ignorant totalement le Shaakt qui demande comment nous allons avant de m’approcher de Dicka et de son animal de compagnie.

« Tu crois qu’il peut tous nous porter sur son dos jusqu’à notre destination ? Sinon autant se mettre en route tout de suite, pas besoin d’attendre ici que d’autres corbeaux nous tombent dessus. »

Répondre

Retourner vers « Fédération de Wiehl »