Guilde PJ : La caste des Murènes

Répondre
Avatar du membre
Silmeria
Messages : 161
Enregistré le : sam. 5 janv. 2019 11:39

Guilde PJ : La caste des Murènes

Message par Silmeria » jeu. 25 févr. 2021 03:02

Image
Résumé de l'histoire :

Omyre
Dont la vie n'est qu'un souffle de larves gluantes,
La grande cité nourrit en ses entrailles fumantes
Les enfants parasites qui animent sa chair.



Car c'est bien à Omyre que tout commença. Dans la noirceur des thermes oubliés se retrouvaient mendiants et parias, c'est dans les anciens bains qu'ils réchauffaient leur misère autour d'un feu et d'un maigre repas. Au fil des âges, le lieu connut de nombreuses fréquentations, toutes plus douteuses les unes que les autres. Ce n'est que depuis quelques années que les Thermes reprennent une activité plus classique. On y trouve de quoi s'assoir autour d'un alcool fort et d'un repas chaud, il y a toujours un feu ronflant dans l'âtre et quelques paillasses propres pour y dormir. Au sous-sol, dans les anciens bains, les cuves abritant autrefois les nécessiteux de la ville sont désormais remplie d'eau et contiennent des Murènes, fameux symbole d'une Caste d'assassins.

Ils savent tout le travail que nous accomplissons en silence
Comme la Murène, nous ondulons sans bruit, sans mouvement,
On ne connait ni notre puissance, ni notre longueur,
Dans les ombres, nous nous rétractons comme si nous ne faisions qu'un avec l'obscurité,
Mais quand nous en sortons, nous avons la vivacité de l'éclair,
La Murène ouvre les chemins de la Mort


Ils étaient quatre. Quatre ombres encapuchonnées se glissant comme des serpents dans les Thermes et ils en firent la Caste des Murènes.

Parmi eux, une empoisonneuse de Kendra Kâr, fille unique d'une famille fortunée, rejetée et déchue pour avoir empoissonné l'homme que sa famille avait choisi pour elle. Il fallait reconnaître que depuis son plus jeune âge, la fillette avait une passion maladive pour les plantes et les minéraux. Ses parents avaient fait appel à de nombreuses tutrices Kendranne et l'enfant devenue femme avait appris les us et coutume de l'aristocratie. Noyée dans d'innombrables cours, elle étudiait la musique, l'art de la conversation, l'art de recevoir et tout ce qui ferait d'elle une excellente femme destinée à épouser un parti favorable pour sa famille. Mais lorsque la nuit couvrait le ciel, la jeune Katalina descendait de son lit pour parcourir d'antiques parchemins traitant des sciences curatives et meurtrières. Elle s'exerçait à l'alchimie en secret et essayait ses poisons sur les animaux du domaine, accusant au matin le chat d'avoir tué les oiseaux du jardin. Lorsque sa famille lui présenta un jeune Hafiz, officier de la garde royale, elle entra dans une noire colère. La légende qui entoure Katalina raconte que c'est de ses larmes de rage qu'elle dilua le poison de coquelicot qui emporta son amant d'une crise cardiaque devant les invités de la réception. Depuis ce jour, elle ne s'aventure plus à Kendra Kâr, ville qu'elle méprise par dessus tout, elle voue une haine remarquable à l'aristocratie et ses us qu'elle juge antique. Devenue maître dans l'art des poisons, Katalina la Murène d'Omyre officie dans les Thermes.

Les Fantasmes étranglés
Et voués à disparaître ;
Le désir aveuglé
Dont on n'est point le maître
Se meurt dans la tristesse
D'un désarroi blasé.
Le rêve empoisonné,
Lui seul, tient ses promesses...


La seconde Murène est une archère redoutée, Lydia. Anciennement engagée dans les troupes d'archers de Kendra Kâr, elle fut prise en embuscade par des brigands à la croisée des chemins. Capturée vive, abusée par ses ravisseurs, Lydia portait en elle la vie. Enfermée comme une bête dans un campement de forêt, elle était utilisée comme bétail, nourrie chichement des restes que les malfrats lui laissaient. Bien loin de ses rêves de gloire et de justice, la jeune femme s'accrocha à sa colère pour survivre. Son ventre gonflait semaine après semaine mais un soir, plus ivres que d'ordinaire, ses ravisseurs s'emportèrent sur elle et sous les coups répétés, elle perdit l'enfant au prix d'une douleur sans précédent. Au petit matin, lorsqu'elle ouvrit les yeux, les hommes avaient attaché le défunt enfant sur un arbre et s'entrainaient à tirer à l'arc sur ce petit être.

Personne ne sait vraiment comment Lydia a survécu à ce cauchemar, mais il serait de très mauvais goût de lui poser la question. Quelques rumeurs couraient cependant, aux alentours des bois. Un chasseur aurait trouvé un camp sauvage composé de nombreuses cabanes de bois. Tout ses occupants avaient été égorgés et émasculés. Une cache en bois, vide quant à elle, dont les liens fermant la porte semblaient être rongés. Un loup captif ? Une créature maléfique ? Qui aurait pu faire le rapprochement. Aujourd'hui Lydia a définitivement enterré ses secrets, elle est à Kendra Kâr, au dispensaire des Pivoines et aide les malades et les femmes ayant subit le même malheur qu'elle jadis. On dit qu'elle n'a rien perdu de sa maîtrise à l'arc et qu'elle est toujours capable de décocher une flèche dans l'oeil d'un écureuil à cent pas.

Après quelques efforts,
Après trois mille cris,
L'amour devient la mort,
L'amour devient la vie.

Il se contracte et jouit,
Et déverse en son corps
Tout un torrent de vie,
Tout un torrent de mort.

Ainsi, la voilà mère,
Radieuse et enviée.
Et lui, devenu père,
Le voici meurtrier.

Hélas, ma belle amie,
Toi aussi meurtrière,
Sous un leurre de vie,
La mort tu as offert.


La troisième Murène est à Darhàm. Moins fine et souple que les précédentes, sa morsure n'en reste pas moins cruelle, ses crocs, aussi dure que son cœur de pierre. Le Capitaine de la Laide-les-Maines, Von Klaash était autrefois un jeune mousse embarqué à bord d'un navire commerçant. Mais les jours en mer sont longs et l'ennui créée parfois chez l'homme des vices singuliers. Le dévolu de vieux loups de mer se porta un soir sur un jeune marin inexpérimenté, en riant aux éclats sous un ciel étoilé, ils extirpèrent le jeune marin de son sommeil en le trainant par les chevilles, après avoir lié ses jambes et ses mains, ils entreprirent de le plonger à l'eau. Brimade pour fêter son premier voyage en mer, les marins alcoolisés avaient mal accrochés la corde qui maintenait le jeune homme et saouls qu'ils étaient, ils ne parvinrent pas à retenir la corde qui glissait contre le bastingage comme un serpent apeuré.
Le jeune Von Klaash aspiré par une langue salée s'enfonça dans la noirceur de l'océan. Le croyant perdu, les marins se regardèrent en coin, jurant d'oublier cette histoire, ils garderaient le lourd secret de la disparition de ce jeune mousse. Des années plus tard, un navire noir abordait le navire de ces loups de mer. Un homme rejeté par la mer avait reconnu la voilure et le nom du navire qui l'avait vu disparaître des années plus tôt. Laissé plusieurs jours à la dérive, son équipage mort disparu au grés des tempêtes et des intempéries.



A son sang se mêlent l'urine,
La sueur, les larmes, les excréments.
La douleur atteint sa poitrine
Et monte inexorablement.

Affaibli, il ne peut hisser
Ma tête hors du bain transvaseur .
Suffoquant, seul, à mort blessé,
Les secondes lui semblent des heures.



La dernière Murène...

Une petite Ombre silencieuse, moqueuse, cruelle, infernale, ne faisant pas beaucoup de place à l'honneur ou à la pitié. La dernière Murène ne s'occupe pas d'un lieu officiel, elle arpente le monde et accompli ses missions avec zèle, laissant dans son sillage de nombreux corps sans vie. Anciennement amoureuse de la musique, elle échoua à Tulorim sous la coupe de vendeurs d'esclaves. Ne trouvant personne pour acheter une Sindel étonnamment petite et frêle, elle se retrouva vite seule dans les caves humides des esclavagistes. Ses oreilles cherchaient sans cesse la musique du dehors, la clameur des vendeurs, les cris de joie des marins alcoolisés et leurs chants paillards...

Un soir, elle trouva la liberté en se glissant à travers les enclos à bestiaux jusqu'au dehors. La lune brillait, elle était pleine et éclairait son chemin comme si les Dieux lui accordaient une bénédiction nouvelle. Mais la musique avait changé, elle n'était plus la même, les sons devenaient plus hostiles, seule, pauvre et perdue, les ombres se faisaient menaçantes et les regards des poivrots chanteurs avaient quelque chose de malsain. C'est grâce à la ruse qu'elle parvint à survivre, d'abord grâce au vol, aux menus larcins auprès des passants les jours de marché. Plus tard, elle goûta au meurtre. A ce moment là, la jeune femme amoureuse de musique délaissa les notes chantantes pour embrasser la voie des assassins. Profitant de son visage délicat et de sa carrure fine, elle désarmait sans mal la méfiance de ses infortunées victimes. Aujourd'hui, elle offre ses services à Xenair, le Général de la Reine Noire et ne s'embarrasse pas d'autres commanditaires.

Devenue la petite Plume Noire d'Omyre, la quatrième Murène répond à plusieurs noms et surnoms. Autant de personnalité qu'il est difficile de l'approcher, elle qui aime la solitude. Mais ce que toutes ses facettes ont en commun ? Un vestige d'amour pour la musique.

Je suis bien lasse de jouer au piano de mon âme,
Ce piano lourd et froid que l'ennui désaccorde ;
De faire vibrer encore à l'unisson les cordes
Sensorielles de mon être que le tambour enflamme.
Si mon âme est piano, ma proie est violoncelle
Et l'archet de métal ouvre la symphonie,
Soufflant la mélodie dernière qui sera celle
Du grand vacarme du silence de l'agonie.

Sous le fil de la lame l'artère devenue hydre
Expulse à gros bouillons ses pituites de sang.
Sur le carreau glacé, peu à peu faiblissant,
Elle se me métamorphose en lugubre clepsydre.


Condition d'accès aux Murènes :

Les héros scintillants font de splendides mausolées. Les Murènes elles, n'en ont cure des héros et des bons samaritains. Leurs yeux préfèrent se porter sur les déchus, les exilés, les meurtriers.

Exemple des tâches proposées :
  • Rafles de villageois en vue de leur déportation au Camp d'Omyre.
  • Assassinat d'opposant, politiques, marchands, clercs...
  • Protection des intérêts de la ville d'Omyre : esclaves, fluides sombres, personnalités importante.
  • Espionnage
  • Mise à sac des lieux de culte autre que Thimoros et Phaïthos
  • ...
Alignement des Murènes :

Chaotique - Chaotique. Chaotique - neutre.

Recrutement via Silmeria
La petite plume de la Mort.

Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
Au milieu des cercueils,
Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


Avatar du membre
Silmeria
Messages : 161
Enregistré le : sam. 5 janv. 2019 11:39

Re: Guilde PJ : La caste des Murènes

Message par Silmeria » lun. 1 mars 2021 21:17

Livre des comptes
  • Création de la guilde : 20.000
  • Correction de Silmeria : 22.040
  • Correction de Gurth : 22.950
  • Correction de Silmeria :25.240
  • Achat : Chevalière de la Murène : Bague d'argent ciselé ornée d'une murène aux yeux d'onyx. (for+13) : 23.240
  • Correction d'Ashen : 23.378
  • Achat : Pendentif de la Murène aux yeux d'améthyste. (for+4) 23.088
  • Achat : Soutien des criminels (appliqué à Omyre) : 1500 yus.
    La guilde est réputée dans le milieu pour être bienveillante envers les voleurs, trafiquants ou assassins. On parle d'elle sous le manteau et elle intéresse plus de monde. Ajoute +10 au Potentiel de Guilde.
    Condition : La guilde doit posséder dans la ville ciblée un lieu de guilde qui peut servir d'abri, de cachette, de lieu de recel et de trafic ou encore un lieu de rassemblement de malfaiteurs. et au moins un rp d'un membre de la guilde dans ce lieu doit évoquer cette fonction.
  • Achat : Informateurs et Espions (appliqué à Omyre) : 1500 yus.
    La guilde commence à être connue des quartiers chics/des bas fonds d'une ville et grâce à cela elle s'est constitué un important réseau d'informateurs/espions. La connaissance c'est le pouvoir, par l'intermédiaire de ces personnes la guilde obtiendra des informations plus rapidement. Ajoute +10 au Potentiel de Guilde.
  • Achat : Prestige (appliqué sur Silmeria) : 5000 yus.
    Un membre de la guilde est célèbre et des personnes suivent ses traces ou voient en son adhésion à la guilde la preuve qu'elle est de valeur. Le niveau du perso passe de x3 à x4. Peut être acheté plusieurs fois, mais sur un membre différent à chaque fois.
    Condition : le membre ciblé doit avoir au minimum 20 en renommée ou en infamie dans une ville ayant un lieu de guilde.
  • Compte de guilde : 15.088
  • Correction de Beorth : 15.163
  • Correction de Silmeria : 15.872
  • Achat de lieu de guilde Dispensaire des Pivoines 14.872
  • Correction de Beorth: 14.914
  • Achat : Sac sans fond : 14.314
  • Achat : Cheval Condor : 13.984

Matériel
  • 6 fioles de fluide d'ombre 1/16
La petite plume de la Mort.

Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
Au milieu des cercueils,
Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


Répondre

Retourner vers « Guildes »