Le Sanctuaire des Dieux

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Faëlis » lun. 28 févr. 2022 21:50

Faëlis croisa le regard de son reflet, un spectacle qu'il appréciait toujours autant... sauf que ce dernier le lui rendit avec un sourire caustique. S'animant brutalement, il saisit la main de l'elfe et le tira en avant !

Une intense lumière le força à fermer les yeux. Et lorsqu'il les rouvrit... hé bien en fait la lumière était toujours là. Dérouté, l'elfe regarda autour de lui l'immensité d'un vide qui se répercutait à l'infini. Des images qui se copiaient, se répercutaient de miroir en miroir le long de couloirs à peine visibles et qui se ramifiaient vers on ne savait où...

Faëlis fit un pas hésitant, puis deux... sa tête lui tournait de voir l'image de sa beauté qui bougeait en accord, à l'infini, de tous les côtés. Il dut bientôt s'arrêter, bien examiner autour de lui, refaire un pas... et s’apercevoir soudain qu'un reflet ne suivait pas. Le même reflet qu'il avait vu tout-à-l'heure, avec son sourire hautain. Il leva la main sans que l'original ne le fasse, et proclama d'une voix cynique :

« Toi qui cherches la beauté, affronte donc celle que tu arbores et vantes si arrogamment... »

Dans sa main, de la glace s'était assemblée en un sinistre pic, comme une stalactite de givre qu'il projeta en avant ! Faisant fi du chaos des reflets autour de lui, le vrai Faëlis plongea en avant, et la pointe le frôla avant d'aller fracasser un miroir derrière !

« Attends ! Pourquoi tu fais ça ? » demanda-t-il, avec un début de panique.

« Et pourquoi pas ? Si ton apparence est si importante, alors tu n'as pas besoin du reste... »

Il enchaîna avec un trait lumineux, et l'elfe dut rouler par terre pour l'esquiver. La lumière rebondit et se répercuta dans une série d'explosions de glace brisée, une pluie de morceaux cristallins tintant et se mêlant au rire dément du double maléfique !

Faëlis se releva et s'élança dans le couloir, s'efforçant de ne pas tituber au milieu de ces images en folies. Mais à peine pensait-il s'être éloigné qu'un autre reflet s'anima !

« Tu penses pouvoir m'échapper ? »

Un nouveau pic de glace se forma dans sa main et jaillit en avant ! Faëlis l'esquiva, puis se rua en avant ! Il percuta de plein fouet de miroir avec un « bong ! ». Il se fissura... et l'elfe retomba à terre, sonné ! Le rire se répercuta, diffracté entre les éclats... avant de n'être de nouveau plus qu'un alors qu'il passait dans un autre miroir ! Cette fois-ci, Faëlis se rua en avant, cherchant une issue. Il y avait bien des couloirs, mais ils se ramifiaient à l'infini autour de lui, sans, apparemment, mener nulle part.

Un blizzard se forma autour de lui, et il dut se jeter à terre et rouler pour ne pas être pris dedans. Bon, il fallait répondre ! D'une manière ou d'une autre ! Il se concentra sur la magie qui bouillonnait en lui, et tenta à son tour de matérialiser un pic de glace. Guettant autour de lui, il chercha un reflet différent. La glace hésitait dans sa main, moitié ruisselante et mal formée...


(Allez, vite, vite...)

Un reflet leva la main ! En réponse, il la leva aussi et jeta son arme mal formée. Cela suffit néanmoins à briser le miroir, mais le reflet avait déjà bondi ailleurs. L'elfe en profita pour se remettre à courir. Il devait bien y avoir une issue quelque part ! La voix, sa voix, continuait à le narguer :

« Qu'est-ce que tu crois ? Tu es Nyris avant d'être Kassilian ! Que tu le veuilles ou non, tes ombres te suivront toujours comme ton reflet. Tu ne peux pas m'échapper ! »

Ses mots glacèrent le sang de l'elfe... autant que le sortilège qu'il lâcha en parlant. Sa jambe se raidit, engourdie par une sinistre magie. À ce rythme, il ne tiendrait pas longtemps ! Claudiquant, l'elfe réfléchit à une solution. Il était dans un monde de glace et de miroirs... Devait-il passer à travers l'un d'eux encore une fois ? Mais lequel ? Il continua à s'enfoncer dans les couloirs, rageant contre ce maudit reflet. Il n'y avait pas d'ombre en lui ! Il était l'émissaire de la lumière et il comptait bien le rester !

Un monde de miroir... il songea soudain que la glace pouvait peut-être réfléchir plus que les images. Pensant au sortilège qu'il avait créé pour entrer, il tenta d'en façonner une variante. Il assembla une pellicule de glace miroitante autour de son bras. Trop fine, trop fragile... mais il pouvait la travailler plus... Un nouveau trait de lumière le frôla, bientôt suivi d'un tourbillon de glace. Il chercha autour de lui, juste à temps pour voir le reflet maudit s'échapper encore hors de vue. Un pic de glace jaillit, et il le dévia de son bras. La glace qui le recouvrait se fissura. Elle n'était pas encore parfaite ! Il la remodela avec soin, s'efforçant de respirer et de rester concentré sur son sortilège qui nécessitait toute sa finesse !

Du coin de l’œil, il vit le reflet moqueur qui invoquait un nouveau rayon lumineux. Par un effort de volonté supérieur, il étendit la glace à son maximum jusqu'à former un début de bouclier... et leva le bras au moment où le rayon fondait sur lui ! Il lui opposa un miroir de glace qui était plus qu'un miroir. Une structure qui ne réfléchissait pas que la lumière, mais aussi la magie !

La rayon rebondit et repartit en arrière, désintégrant aussitôt le miroir ! Pour une fois, ce fut au reflet de laisser échapper un cri de surprise et de colère, qui se répercuta en une multitude de piaillements alors que son support tombait en morceaux minuscules !

Mais Faëlis n'était pas dupe : il reviendrait dans quelques instants. Mais au moins, il profita de l'effet de surprise pour reprendre sa course en boitillant, continuant à chercher une issue dans ce redoutable labyrinthe.
Image

Avatar du membre
Gamemaster5
Messages : 430
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 23:11
Localisation : Chasse la galinette cendrée

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Gamemaster5 » jeu. 3 mars 2022 16:13

Ordalie de Faëlis


Ta course effrénée semble durer un temps infini. Il n'est plus question que d'une fuite en avant, dans un milieu où tout se ressemble et où les seuls marqueurs temporels sont les courtes pauses que tu prend, ici et là, afin de recouvrir ton souffle. S'est-il écoulé une heure ? Un jour ? Une poignée de minutes ? Ton double continue de te harceler, et il n'en reste pas moins tenace alors que les blessures s'accumulent.

Puis vient enfin quelque chose qui change ton environnement : alors qu'un énième miroir se brise, un reflet lointain se répercutant de miroir en miroir t'atteint. Un reflet lumineux qui n'émane ni de toi, ni de ton adversaire retors. Le dédale rend une nouvelle fois l'entreprise risquée mais au prix de nombreux efforts, tu parviens enfin à la source de cette lumière nouvelle. Une lumière qui s'échappe d'une porte entrouverte, accompagnée d'une musique. La même, tu réalises alors, que celle qui perçait la nuit lorsque tu étais à l'extérieur. Vraisemblablement, un bal une réception ou une quelconque mondanité se déroule derrière cette porte, que tu n'as d'autres choix de franchir si tu veux t'extirper du labyrinthe.


Image


Tu débouches alors dans une large salle de bal telle que tu as pu en voir par le passé. Le fast et le luxe ici n'a rien à envier avec les plus belles réceptions auxquelles tu as pu assister, qu'elles soient de la noblesse Hinïonnes ou des Amants de la Rose. Un large buffet occupe tout le pan de mur gauche et est garni d'un nombre ahurissant de mets fins bien connus de ton palais comme de plus exotiques dont tu ne connaissais pas l'existence jusqu'à maintenant. Aucun serveur n'est présent pour le service, peut-être la raison pour laquelle aucun des plats n'a été entamé. A moins que ce soit car la soirée ne fait que commencer ?
Evidemment, que serait une salle de bal sans ses invités, et ils ne manquent pas. Tous son richement habillés et tu en vois de toutes tailles, de tout âges. Quelque chose te frappe très vite, cependant. Les hommes, adultes ou dans la fleur de l'adolescence, sont tous des Hinïons. Tous sont blonds, la plupart habillé de blanc. Dans des tenues que tu connais bien. Chacun de ces dizaines d'Hinïons ressemblent traits pour traits à toi à différentes époques de ta vie. Tu devais être comme ce jeune homme lors de ton premier gala, et la première soirée passée en compagnie des Amants, tu arborais cette tenue...

Les femmes, elles, ne sont pas en restes. Aucune ne te ressemblent, mais toutes te sont familières et tu reconnais en chacune d'elle une amante, la cible d'une étreinte brève et passionnée, celle d'un fantasme inassouvi. Dansant avec des images de toi.

Ton arrivée est bien entendu peu discrète et les danseurs comme les serveurs les plus proches se tournent vers toi et ton état des plus épouvantables après l'enfer du dédale miroir. Si certaines versions les plus proches de toi semblent hésiter, elles finissent par simplement te guérir avant de t'éviter du regard. D'autres qui sont plus jeunes te jettent des regards moqueurs, on murmure mais les discussions sont masquées par la musique. Tu es au moins sûr qu'aucune de ces discussions n'est particulièrement flatteuse à ton égard.

Pourtant, une étrange sensation de malaise t'oppresse. Quelque chose ne va pas. Ou du moins, quelque chose ne va PAS aller. Mais quoi ?

"Asifel a déjà commencé son plan. Toi et les tiens êtes en danger : trouve en la source et purifie la."



Consignes : Suite de ton Ordalie. Aucun de tes doubles ne se montrera hostile à ton égard, mais aucun ne cherchera à t'aider. Tous ne sont là que pour s'amuser, et la venue d'un de leurs semblables en guenille n'est pas quelque chose dont ils ont envie de se mêler. Néanmoins, une menace se trouve ici : à toi de la découvrir.
Allez, viens mon copain ! Si tu as des questions n'hésite pas !



Image

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Faëlis » jeu. 3 mars 2022 20:54

Combien de temps passa-t-il à fuir au milieu de cet étrange cauchemar ? Impossible à dire. Il perdit la notion du temps, s'efforçant sans cesse d'échapper à son double maléfique tout en cherchant une issue. Il commençait à penser qu'il allait errer pour l'éternité dans ce lieu quand... oui ! Là-bas ! Une porte illuminée ! Il se rua à travers et...

… il était maintenant dans une vaste salle de réception, où planait la musique qu'il avait entendue plus tôt. Il avait réussi à trouver son chemin ! Il se tenait maintenant dans une salle dorée, entourée de tables aux mets exquis. Au centre, un espace semblait prêt à accueillir les danses raffinées des hinïons. Faëlis regarda un des convives et cligna des yeux en croisant son propre regard.

Encore une fois, il était au milieu de reflets de lui-même. De divers âges, mais tous magnifiquement habillés, ils dansaient avec des femmes resplendissantes qu'il croyait reconnaître aussi. Là, se tenait la prêtresse Tilwin. Et ici, une version plus jeune de lui dansait avec Célimène, et cette vision faillit lui tirer une larme. Il croisa également le regard de Néolia. Il frémit en sentant un voile blanc le frôler, et osa se retourner. Sa mère, Faëlina, se hâtait en compagnie d'un autre lui-même. Il préféra détourner le regard, honteux.

Sa tenue était lamentable, à moitié déchirée, et les regards qui lui étaient adressés étaient réprobateurs. Il décida donc d'invoquer des aurores de lumière pour se draper dedans, dans l'espoir de cacher un peu la catastrophe. Mais déjà, la voix des déesses résonnait dans son esprit :

« Asifel a déjà commencé son plan. Toi et les tiens êtes en danger : trouve en la source et purifie la. »

Il regarda autour de lui. Apparemment, personne d'autre ne semblait l'avoir entendue. Il tenta donc de se joindre aux conversations pour demander si quelqu'un avait connaissance d'un certain Lord Asifel, mais sa tenue lamentable n'attirait guère les conversations. Il croisa un autre lui-même engagé dans une discussion pleine de sous-entendus avec Aliéna, et ils se détournèrent aussitôt. Bon, en même temps, à la place de son double, il aurait fait de même...

Que pouvait donc préparer ce Lord Asifel ? Avec un nom comme ça, il ferait un bon elfe, et même un parfait membre des familles Nyris et Kassilian... Cela attira aussitôt l'attention du jeune elfe. Quel genre de manœuvre sordide pourrait ourdir sa famille en une telle circonstance ? La réponse était évidente. Personne n'avait encore touché au buffet...

Il sourit, lâchant à voix haute, comme pour lui-même, alors qu'il réalisait un détail :

« Très cher Asifel, tu es peut-être déjà ici. M'est d'avis que tut e camoufle très bien dans cette foule, mais tu me ressembles un peu trop pour pouvoir me tromper. »

Il s'approcha d'une table et invoqua sa magie anti-poison. Il attendit un instant le temps que le sortilège se répande en lui... puis, il se saisit d'une grappe de raisin pour la manger. Si elle était empoisonnée, il le saurait aussitôt, et son sortilège agirait dans la foulée pour le sauver.
Image

Avatar du membre
Gamemaster5
Messages : 430
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 23:11
Localisation : Chasse la galinette cendrée

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Gamemaster5 » ven. 4 mars 2022 15:29

Ordalie de Faëlis



Dans un premier temps, seul le silence te répond. Personne ne t'adresse un regard car tous sont bien trop occupés par leurs minauderies, danses et autres activités plus... Sensuelles. Tu finis donc par manger ton raisin dans l'indifférence général, et en ressens les premiers effets. Un poison violent, insidieux, qui progresse à travers en toi et qui paralyse ta magie. Peut-être en as tu déjà entendu, de ce terrifiant Brise magie. Mais un autre semble aussi présent : ne lésinant pas sur les moyens pour te neutraliser, l'Etreinte de Yuïa fige peu à peu ton corps frigorifié dans une cruelle ironie. Et pour assurer le coup, un dernier poison ronge peu à peu tes veines et les transforment en torrent de feu pour s'en prendre directement à ta vie.

Malheureusement pour Asifel, tu as vu clair dans son jeu : la sensation désagréable disparait bien vite, et tu reprends contrôle de ton corps alors qu'un applaudissement sarcastique se met à résonner dans la salle de bal, couvrant la musique sans que ça ne gêne qui que ce soit, pas même les musiciens. Personne ne semble même à l'origine de cette clameur bien que tu tournes la tête en tout sens. Jusqu'à ce que ton regard tombe à tes pieds : sur le sol poli, lustré, il est aisé de voir un pâle reflet de soi-même. Seul toi a un reflet qui ne te ressemble pas exactement : c'est toi, à la simple différence que les habits ne sont pas abîmés et qu'un arc pend dans son dos. Asifel t'observe sarcastiquement et entre ses mains meurt peu à peu les applaudissements.

"Sous ce "beau" minois on dirait qu'il y a quelque intelligence, en fin de compte. Mais désormais, que vas-tu faire pour me le ravir, mon petit Hinïon ?"

Suivant ces mots, il sort de l'intérieur de sa veste une petite boite en bois précieux, aussi large qu'une tête humaine. Il l'agite narquoisement à ton intention d'une main avant de claquer des doigts de l'autre. Comme un seul homme, tous les convives se dirigent alors vers le buffet et ceux les plus proches commencent déjà à mordre à belles dents dans les mets qui parsèment les tables dressés. Asifel te quitte alors, te privant de ton reflet qui n'existe plus : ni dans le sol, ni dans les fenêtres, ni dans l'argenterie.

"Décide toi vite, très cher. Oh oh, on dirait que Célimène est déjà en train de déguster une délicieuse pâtisserie."

Et à ton double de s'en aller d'un pas moqueur, en direction de l'autre bout de la salle, te laissant devant un choix. Protéger ceux à qui tu tiens au risque de te faire semer ? Ou les abandonner à leur triste sort ?



Consignes : Nouvelle épreuve, on ne peut plus clair : soit tu décides de partir à la poursuite d'Asifel, soit tu tentes de sauver toute ou partie de tes clones et souvenirs. Sachant que si tu décides de les aider, tu n'es pas tenu de tous les sauver. La quantité que tu choisiras d'aider aura bien entendu un impact sur le reste de l'épreuve.
Allez, viens mon copain ! Si tu as des questions n'hésite pas !



Image

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Faëlis » ven. 4 mars 2022 21:32

Il avait correctement deviné : les plats étaient empoisonnés ! Il n'avait que de vagues connaissances en la matière, mais devina un puissant cocktail contenant du Brise-magie ! Une brûlure terrible se répandit en lui alors que ses pouvoirs le fuyaient et qu'une sensation glacée figeait son corps... heureusement qu'il avait utilisé son anti-poison avant ! En quelques secondes, les effets se dissipèrent...

Alors qu'il reprenait son souffle, un applaudissement théâtral retentit. Il n'en détermina pas tout de suite l'origine, mais son regard s'abaissa enfin... sur son sinistre reflet. Celui-ci était toujours là, sardonique, s'amusant de voir une pointe d'intelligence. Il sortit une boite magnifiquement ouvragée, demandant à Faëlis comment il allait la récupérer. C'était donc cela, le trésor qu'il cherchait ici ? Mais comment le prendre à son propre reflet, à peine visible sur le sol lustré ?

Il n'eut pas le temps de se poser davantage de questions, car à ce moment-là, l'apparition claqua des doigts et, en réponse, tous les convives se dirigèrent vers le buffet ! Aussitôt, elle disparut, et il ne resta aucun reflet du jeune elfe. Il devait le poursuivre... mais comme l'avait pointé cette ordure, Célimène était déjà en train de manger ! Même si ce n'était à priori que des illusions nées du pouvoir des déesses, Faëlis ne pouvait se résoudre à les abandonner ! Il se précipita pour leur administrer des sorts d'antipoison en criant :

« Arrêtez ! Asifel à tout empoisonné ! »

Il se précipita vers Célimène, car cette fois-ci, au moins, il comptait bien réussir à la sauver ! Il enchaîna avec les autres, encore et encore. Sauver des vies pour rendre le monde meilleur avait toujours été son credo, plus encore que de haïr et détruire ses ennemis, et il n'allait pas y renoncer aussi facilement. C'était là une chose qui était claire pour lui : il ne sacrifierait pas ses principes pour le pouvoir !
Image

Avatar du membre
Gamemaster5
Messages : 430
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 23:11
Localisation : Chasse la galinette cendrée

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Gamemaster5 » mer. 9 mars 2022 14:30

Ordalie de Faëlis



Tu t'efforces, sans cesse, de guérir amis comme amants, famille comme clones; le surnombre est néanmoins trop important et malgré ta détermination tu vois plusieurs attroupements se former ici et là autour des corps sans vie ou agonisants. Tu en as sauvé la majorité : est ce que ce sera suffisant pour toi ? Nul autre ne le sais... Si ce n'est les dizaines de tes semblables qui t'entourent. La musique meurt peu à peu et un silence pesant seulement troublé par le son du vent faisant trembler les vitres sous les bourrasques du blizzard s'abat dans la salle de bal. Les convives se tournent alors un à un vers toi, te jetant des regards indifférents. Le clone qui dansait auparavant avec Célimène, le toi de l'époque, lève alors lentement la main et te pointe du doigt. Puis vient celui qui accompagnait ta mère. Puis un autre. Et un autre encore.

Tu te retrouves dès lors désigner de l'index par les Tiens. Est-ce un doigt impérieux ? Vengeur ? Accusateur ? Leurs visages neutres n'est pas pour t'aider mais aucun ne semble vraiment reconnaissant. Leur port de nacre vire ainsi petit à petit au blanc bleuté, sous tes appels restant sans réponses. Et ce n'est pas seulement leur peau qui voit sa couleur s'altérer : cheveux, vêtements et parures blanchissent eux aussi à vue d'oeil, avant que ce phénomène ne se propage aux autres souvenirs présents, puis à la pièce elle-même. Une longue minute plus tard et te voilà entouré d'une réplique exacte de la scène, taillée dans un mélange de glace et de neige. Il ne se passe que peu de temps avant que cette dernière ne s'effrite et qu'un puissant vent souffle autour de toi : te voilà entourer d'une tempête de givre qui désagrège tout en de petits cristaux de glace, qui se condensent, s'entrechoquent, hurlent à tes oreilles.

Et tandis que tu te sens investi d'une toute nouvelle sensation de puissance et d'une parfaite maîtrise de la cryomancie à mesure que le blizzard meurt, la voix des déesses résonnent de nouveau à ton oreille.

"Beauté du geste, bonté de l'intention, s'accompagne toujours d'une récompense en proportion."

Te voilà maintenant dans une pièce de glace parfaitement symétrique, taillée à même ce qui semble être un glacier. Colonnades, lustres, tout semble translucide et fait miroiter la lumière qui semble émaner de partout et nul part. Mais ce n'est pas la lueur douce, rassurante et bienfaitrice dont tu as l'habitude : celle-ci est froide, crue, et expose d'une manière blafarde une silhouette que tu connais bien pour l'avoir vu des centaines, des milliers de fois dans le reflet du miroir. Asifel se tient au milieu de cette pièce, penché au dessus de quelque chose qu'il range dans son écrin de bois avant de se tourner vers toi. Son regard dur te fixe tandis qu'à l'extrémité de son majeur perle une goutte de sang, causée par la pointe d'une flèche.


Image


"Tu es donc là, mon cher moi ;tu as mis du temps à sauver ces personnes. Enfin, personnes, de qui je me moque : tu n'as sauvé que toi. Que de pâles copies de ta si grandiose beauté dont tu te targues, que tu exposes et dont tu uses pour écraser les autres. Tu pensais aider des êtres chers ? Tu sais aussi bien que moi que ces simulacres ne sont en rien réels, que des souvenirs que tu utilises pour soigner ton orgueil. Rendre le monde plus beau en sauvant des gens ? Ils ne sont qu'un de tes moyens pour gonfler ton ego : peu importe qui ils sont, tant que tu récoltes la louange. L'hypocrisie personnifiée, voilà ce que tu es."

La perle sanguine finit par chuter et s'écraser sur le sol de glace, mais ne se brise pas. Car de cette sphère, un être jaillit. Parfaite copie d'Asifel, dans une reproduction poussée à l'extrême du don de régénération de la lumière que ton statut d'Emissaire t'octroie. L'original se saisit alors de son arc, quand son semblable lui tend une flèche autour de laquelle un dragon lumineux s'enroule, dardant ses yeux serpentins dans ta direction.

"Il est temps d'en finir avec cette mascarade, Faëlis Nyris'kassilian. Tu vas mourir ici, et maintenant."



Consignes : L'ultime (?) combat libre de cette Ordalie, où tu vas devoir affronter deux Asifel qui sont les parfaits doppelgangers du Faëlis de Yuimen, autant sur les capacités que les armes et artefacts. Toi de ton côté, tu disposes temporairement de l'ensemble des sorts de glace jusqu'au rang 3, avec toujours cette règle de modération. Tes sorts Anti poison à répétition ont en revanche bien entamer tes "réserves" de lumière, et tu ne disposes que de tes 14 PM. SI la menace est double, le corps n'est qu'un : chaque blessure infligée au double se répercutera sur Asifel, et vice versa. Si tu décides de le défaire, tu devras arrêter ton RP alors qu'il est mourant.
Allez, viens mon copain ! Si tu as des questions n'hésite pas !



Image

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Faëlis » mer. 9 mars 2022 20:30

Personne ne l'écoutait, et déjà, certains tombaient, mais s'activant avec constance, sans perdre la raison, il soigna d'innombrables copies, maîtresses et autre... Si bien qu'à terme, la majorité était encore debout. Un à un, ils se tournèrent vers lui, avec l'inexpressivité autant que la beauté de la glace. Une main se leva, puis une autre, puis encore une autre... jusqu'à ce que des dizaines de doigts le pointent... pour désigner leur sauveur ? Leur bourreau ? Les deux ? Un frisson parcouru l'elfe alors qu'autour, l'assistance se chargeait de blancheur, se muant en statues de glaces. Une tempête de givre s'éleva et les dispersa en échardes, un tourbillon glacé qui changea le monde autour de lui, jusqu'à donner naissance à un nouveau paysage.

Il était face à un palais de glace et d'aurore, une lumière sinistre de beauté cynique, une ode à ce qui aurait du être beau, mais ne pouvait pas l'être... et au milieu, il y avait lui-même. Faëlis, Asifel... peu importait son nom, il était là, le regard lourd de rejet, une flèche à la main.

« Tu es donc là, mon cher moi ; tu as mis du temps à sauver ces personnes. Enfin, personnes, de qui je me moque : tu n'as sauvé que toi. Que de pâles copies de ta si grandiose beauté dont tu te targues, que tu exposes et dont tu uses pour écraser les autres. Tu pensais aider des êtres chers ? Tu sais aussi bien que moi que ces simulacres ne sont en rien réels, que des souvenirs que tu utilises pour soigner ton orgueil. Rendre le monde plus beau en sauvant des gens ? Ils ne sont qu'un de tes moyens pour gonfler ton ego : peu importe qui ils sont, tant que tu récoltes la louange. L'hypocrisie personnifiée, voilà ce que tu es. »

Faëlis frissonna, et ce n'était pas à cause de froid. Il rêvait d'être admiré, c'était un fait. Sa fuite, sa volonté d'aider... n'était-ce rien d'autre qu'une volonté d'être apprécié pour autre-chose que son physique ? C'était la vérité : ses actes restaient, d'une certaine manière, fondamentalement égoïstes...

Une goutte de sang perlait de son doigt. Elle tomba au sol, et la lumière s'assembla autour, régénérant non pas une blessure, mais un être entier de cette simple goutte ! Un autre Asifel, mais armé d'un arc, cette fois. Le premier lui tendit la flèche qui s'entoura d'un dragon lumineux, sinistre réplique de ce qui avait abattu Gadory.

Faëlis se secoua. Il sentait la puissance des glaces en lui, et, avisant l'archer, il attendit e dernier moment pour invoquer le sortilège qui lui avait permis d'entrer. Un mur de glace se forma devant lui au moment où la flèche arrivait ! Un sortilège encore un peu maladroit, hélas. La glace se brisa et le dragon lumineux disparu, mais la flèche affaiblie le blessa quand même. En retour, l'elfe invoqua un pic de glace et le projeta vers l'archer, qui l'esquiva sans mal. Qu'importe, Faëlis en profita pour fondre vers eux.

Une nouvelle flèche le frappa, lui éraflant le bras. En retour, il appela sa magie de soin pour se guérir, mais déjà, l'Asifel original ricanait, profitant de cet instant pour invoquer un rayon de lumière qui réinfligea la blessure tout juste disparue au jeune homme. Au même moment, une autre flèche le manqua de peu ! Que pouvait-il, seul contre deux ?

Il infléchit sa trajectoire jusqu'à rouler et se cacher derrière un pilier, le temps de se soigner encore. Si le pouvoir de glace était encore intense en lui, il sentait également que la magie de lumière avait été durement entamée par ses précédents anti-poisons. Il ne pourrait pas se soigner éternellement !

Un rire retentit et il bondit de derrière le pilier, juste avant que celui-ci n'explose sous l'impact d'un sortilège meurtrier ! Le pouvoir de la glace, en revanche, était plus fort que jamais. C'était là sa récompense pour avoir fait preuve d'altruisme : un accès presque illimité aux pouvoirs des cryomanciens ! La capacité à accomplir des exploits qu'il ne pourrait sans doute pas reproduire avant longtemps !

Alors, il concentra ce pouvoir et invoqua toute la fureur de Yuia ! Les particules de givre du pilier brisée, semblables à celles des doubles qu'il avait vu dans la salle de bal, se mirent à tournoyer, à se condenser, jusqu'à former une tornade de grêle qu'il projeta sur ses ennemis ! Avec des cris de douleur, ils durent se séparer pour se mettre à couvert, et Faëlis en profita pour monter les escaliers de l'étrange palais de glace. De là, il avait une vue d'ensemble et espérait bien les surprendre...

Le silence retomba. Ils ne faisaient plus un bruit non plus, conscients qu'ils étaient eux aussi en danger. Faëlis tenta de se glisser doucement de côté, cherchant un angle de vue où il pourrait repérer un de ses adversaires. Hélas, son pied glissa sur la glace et laissa échapper un petit bruit, parfaitement audible dans le silence ! Aussitôt, il vit une nouvelle tornade de grêle se former, cette fois au-dessus de lui ! Il se précipita pour lui échapper, jusqu'à arriver à un autre escalier qui redescendait. Le sol était si glissant qu'il s’étala dessus et retomba en bas ! Une flèche siffla au-dessus de sa tête et percuta le mur.

Il se releva tant bien que mal. Une étrange somnolence commençait à se répandre en lui, un froid sournois qui voulait l'épuiser... Hors de question ! Il se mordit la main et cherchant des yeux autour de lui, il remarqua Asifel qui incantait son sortilège. Il riposta par un pic de glace qui lui érafla le visage. Cela lui fit perdre sa concentration, mais lui arracha aussi un cri de rage et de désespoir. Apparemment, malgré ses moqueries, il se souciait de son apparence autant que son ennemi !

Mais avant de pouvoir pousser son avantage, Faëlis vit l'archer surgir de sous l'escalier. Bizarrement, il était lui aussi blessé au visage, et son regard vengeur accompagna un trait qui se planta dans la jambe du jeune homme ! Impossible de marcher. La douleur lui tordait le visage alors qu'il saisissait la hampe pour la retirer de force. Dans la foulée, il invoqua de nouveau sa magie pour se soigner...

Heureusement, ses deux adversaires avaient également été plus prompte à vouloir se soigner qu'à l'achever. Par l'enfer, comment était-il censé venir à bout d'une telle opposition ! Déjà, Asifel s'était repris et invoquait une nouvelle magie.

« Tu sais toi-même que tu n'as rien d'un héros, non ? Alors disparais ! » hurla-t-il.

De petites particules de glace se formèrent autour de lui, tombant doucement en scintillant, et il devina qu'il ne devait pas rester ici... de fait, avant qu'il n'ait pu s'éloigner assez, les particules touchaient le sol et provoquèrent plusieurs explosions ! Il ressentit une brûlure glaciale au côté et roula au sol. Par réflexe il se mit en boule pour rouler plus loin, et cela le sauva d'une nouvelle flèche.

« Combien de temps vas-tu fuir la vérité ? » se moqua Asifel.

Il avait raison, fuir ne menait à rien. Il devait tenter le tout pour le tout. Il se redressa et leur fit face, invoquant un miroir de glace autour de sa peau dans l'espoir de se protéger au moins un peu.

« Tu ferais mieux de renoncer, se moqua Asifel. Retourne à ta médiocre existence, à mendier l'approbation des autres ! »

Une pointe de glace lui perfora le flanc ! Avec un cri de douleur, Faëlis plongea devant lui... et sa main atteignit enfin l'archer. Alors, il mobilisa tout le pouvoir de la glace... et alors que l'archer tentait de reculer, déjà, la glace montait le long de ses jambes. Il poussa un cri de rage, banda de nouveau son arc... mais il était trop tard. Il était prisonnier du bloc de glace.

Faëlis se retourna alors vers son double maléfique, qui frissonnait de froid, comme s'il avait lui-même été pris dans la glace. Apparemment, les deux restaient liés... mais ne l'étaient-ils pas tous ? Il y avait quelque chose de familier dans toute cette haine. Elle parlait jusqu'aux tréfonds de l'elfe.

Il s'approcha de son ennemi qui cracha, en même temps qu'un nouveau rayon de lumière :

« Tu es pathétique ! Tu crois m’impressionner ? Il n'y a personne pour te voir ici ! Tu peux bien échouer, non ? »

Une haine... ou peut-être une peur ? Faëlis invoquait déjà sa magie lumineuse pour soigner la blessure. Il marchait maintenant tranquillement vers son alter-ego. Il encaissa encore une attaque, sans ralentir, soutenu par sa magie. Il s'enveloppa d'un miroir de protection et continua à marcher calmement. Asifel recula d'un pas, puis de deux... mais pas assez vite. Faëlis était sur lui... et le prit dans ses bras. Il y avait des fois où il aurait aimé que quelqu'un fasse ça. Des fois où il n'avait personne.

« Lâche-moi ! »

Ce n'était pas de la haine, non. Ce n'était pas tout à fait de la peur non plus. C'était des doutes. Ses doutes.

« Est-ce si terrible ? »

« Quoi ? »

« Est-ce si terrible de recevoir l'approbation des autres ? Oui, c'est vrai, j'aime ça... et ensuite ? Recevoir signifie-t-il que l'on a rien donné ? Cela rabaisse-t-il la qualité de ce qu'on a accompli ? »

« C'est de l'égoïsme ! »

Sa voix semblait presque désespérée. Dans sa main, un pic de glace mortel se formait. Derrière, le bloc qui emprisonnait l'archer commençait à se fissurer.

« Non, répondit Faëlis. Tu as peur que les gens le croient, mais au fond, peu importent ce qu'ils pensent. Les gens sont libres de leur pensées et tu es libre des tiennes. Ce qui compte, c'est de s'aimer soi-même. Un acte de bonté attire l'approbation, cela ne signifie pas que l'acte n'existe plus, quoiqu'en disent les cyniques. »

La main qui levait le pic à glace tremblait légèrement alors qu'elle se levait pour porter le coup de grâce. Derrière, l'archer était libre lui-aussi, son arc bandé pointé vers sa cible pour lâcher un trait fatal.

« Asifel, tu me comprends assez bien, je le reconnais. Et je te comprends aussi. Nos doutes ne font que nous empoisonner la vie. Cesse de te soucier du regard des autres, et concentre toi à faire ce qui te plaît : être quelqu'un de bien. Les remerciements sont un supplément appréciable, mais le meilleur remerciement viendra toujours de toi... »

Il le serra un peu plus fort, alors que les deux attaques allaient le tuer.

« ... Tu n'as plus à douter, je suis là, avec toi... Faëlis. »

Il n'aurait su dire si le mouvement venait de lui ou de son double, mais est-ce que ça avait vraiment de l'importance ? N'était-ce pas un peu la même chose ? Leurs deux corps enlacés pivotèrent d'un coup, au même moment où la flèche sifflait. Un choc. Leurs yeux qui se croisent...

Derrière, l'archer voyait avec horreur le sang qui teintait sa tenue, comme s'il avait lui-même reçu la flèche. Il s'effondra... alors que Faëlis soutenait, les larmes aux yeux, le corps ensanglanté de son autre lui-même pour l'accompagner sur le sol de glace.
Image

Avatar du membre
Gamemaster5
Messages : 430
Enregistré le : dim. 27 janv. 2019 23:11
Localisation : Chasse la galinette cendrée

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Gamemaster5 » sam. 12 mars 2022 00:32

Ordalie de Faëlis



Asifel git au sol, haletant. Exhalant une à une ses dernières bouffées d'oxygène qui forment de petits nuages au dessus de lui. Le sang qui s'épanche sous lui coule lentement sur la glace, avant de rapidement geler en un disque couleur rubis. Sa voix se fait frêle. Emplie de mélancolie, peut être même de regrets.

"Je n'ai finalement... Pas réussi à t'avoir... Faëlis. Je t'ai suivi si longtemps, je pensais tout savoir de toi... La fange qui se cachait sous le parterre... de roses... Urgh !"

Il crache une gorgée de sang, avant de continuer à s'adresser à toi dans un borborygme que même toi penché sur lui a du mal à entendre. Son corps se disperse en d'innombrables étincelles de lumières, ne laissant rien de plus que ses vêtements et à l'intérieur, le petit coffret de bois. Miraculeusement, il ressort du combat presque intact, à peine éraflé en quelques endroits. A l'intérieur, se trouve... Un miroir. Un miroir à main dont la surface réfléchissante est faite de la glace la plus pure qui t'ai été donné de voir. Dans lequel tu contemples ton reflet. Le vrai. Jusqu'ici, Asifel avait toujours été ton double, ton toi à travers cette parois réfléchissante, observant tes faits et gestes. Mais désormais, c'est toi que tu aperçois. Un toi blessé, sale, ensanglanté. Qui n'est peut être pas si éloigné du portrait que faisait ton jumeau de toi. Un toi qui réintègre finalement ton reflet dans ce palais de glace qui réfléchit enfin les premières lueurs de l'aurore, noyant la scène dans un déluge lumineux.

Douleur et froid disparaissent, et te voilà haletant au milieu du sanctuaire des dieux. Contrairement au monde de l'Ordalie, ici c'est le crépuscule qui éclaire d'orange les colonnes de marbre et les deux déesses qui t'observent.

"Mon enfant, te revoilà parmi nous. L'Ordalie n'a pas été des plus simples, mais tu as su triompher des obstacles à ta façon. Prouvant ta maîtrise accomplit de mes fluides... Et ton potentiel dans ceux de ma soeur.

- Humpf. J'espère que ce que tu as vécu dans cette épreuve t'auras mis sur la voie de la Vraie beauté. Même si la tienne n'est pas dénuée d'intérêt."

La main douce et dédaigneuse des deux déesses s'élèvent une nouvelle fois, avant de se diriger l'une vers l'autre, projetant un concentré d'énergie glaciale et lumineuse. Au point de collision, une sphère se forme, grossit de plus en plus jusqu'à faire plusieurs mètres de diamètre, véritable maelstrom de givre et de photon. Le spectacle est grandiose, mais rapidement sous la force des deux déesses il commence à se résorber, se concentrer, jusqu'à ne former plus qu'une bille de la taille d'un oeil. Sphère qui vient voler vers toi, flottant doucement dans l'ambiance crépusculaire, puis percute ton front. Dès lors, tout devient clair en toi. Tu n'avais jamais exploité ton plein potentiel magique. Il te reste tant à découvrir, c'est désormais une évidence. C'est une nouvelle compréhension de toi-même que les déesses t'offrent, alors qu'un symbole en forme d'oeil brille faiblement là où la sphère t'as touché.




Consignes : Voilà, c'est donc une Ordalie réussie pour toi, cher Faëlis. Malgré le temps que j'ai pu mettre à te répondre, j'espère que tu as pris plaisir à RP mon petit scénario. SI tu souhaites discuter avec les déesses, je reste à ta disposition sur Discord. Le symbole en forme d'oeil lui n'est que temporaire et disparaitra au bout de quelques heures, le temps que ton corps s'adapte au changement drastique qui s'opère en lui. Un changement assez fatiguant, il va de soit, et qui mérite un bon sommeil pour s'effectuer dans les meilleures conditions.
Félicitations !
Allez, viens mon copain ! Si tu as des questions n'hésite pas !



Image

Avatar du membre
Faëlis
Messages : 150
Enregistré le : ven. 4 janv. 2019 17:20

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Faëlis » dim. 13 mars 2022 10:39

Le sang coulait à flots, gelant à même le sol en un rubis mortel. Agonisant, Asifel lâcha avec une pointe de tristesse qu'il avait vraiment cru tout comprendre de son original, déterrer la fange qu'il y avait sous le parterre de rose... mais il avait échoué, et, déjà, son corps se désintégrait en particules de glaces, laissant apparaître... le coffret de bois qu'il avait emporté.

Les mains tremblantes et encore encroûtées de sang, Faëlis ouvrit le coffret. À l'intérieur, un miroir. Et dans ce miroir... son reflet. Juste son reflet. Le véritable. Ni le bien, ni le mal, juste Faëlis, avec ses qualités et ses défauts. Les particules de glaces tourbillonnaient autour de lui, toujours plus vite, tandis qu'il contemplait avec une pointe de mélancolie ce spectacle à la fois beau et simple. Elles tourbillonnaient, encore et encore, autour de son corps, autour de ses pensées, autour de son être, et emportaient avec elle ce monde de glace qui s'illumine d'une aube nouvelle...

… pour faire reparaître le sanctuaire des dieux et les deux déesses. Gaïa souriait tandis que Yuia, fidèle à elle-même, restait de glace. Il avait démontré sa maîtrise, ou au moins son potentiel, dans la maîtrise des fluides de la lumière et de la glace. Pour marquer cela, elles firent naître deux orbes lumineux, l'un de givre et l'autre de lumière. Les deux pouvoirs se rapprochèrent, d'abord doucement, puis de plus en plus vite, jusqu'à se percuter et fusionner dans un jaillissement d'énergie. Un pouvoir nouveau était né, et Faëlis, émerveillé, écarta les bras pour accueillir cette nouvelle énergie qui vint se placer contre son front.

La lumière l’inonda, le submergea, et il eut l'impression que quelque chose s'ouvrait en lui. Non un nouveau pouvoir, mais un nouveau potentiel qui s'était éveillé. Il ne restait plus qu'à le cultiver, et il pourrait enfin pleinement développer son talent. La glace pour sculpter, la lumière pour éclairer... les deux pour rendre le monde plus beau.

L'elfe se leva et salua les déesses :

« Soyez sûr que je vous rendrais honneur au mieux... Votre don ne sera pas gâché, j'en fais le serment ! »

Comme dans un rêve, il s'éloigna des visions merveilleuses des déesses qui, comme le sanctuaire, semblait autant s'éloigner que disparaître comme un songe. Il avait rencontré les dieux, il avait triomphé... et d'une certaine manière, le monde en serait à jamais changé à ses yeux.
Image

Avatar du membre
Xël
Messages : 221
Enregistré le : mar. 25 déc. 2018 14:50

Re: Le Sanctuaire des Dieux

Message par Xël » mer. 30 mars 2022 09:02

<<<


Je ressens le silence qui suit à mon discours comme une victoire. La réflexion qui fait place à l’hystérie de la provocation. Je pousse un profond soupir rassuré qui se mue en un souffle de vent qui emporte tout autour de moi dans un tourbillon de cendres et de poussières, faisant disparaître cette vision d’un monde parallèle où Rana m’a conduit pour me mettre à l’épreuve.

Je sens mon corps et mon esprit s’alourdir par le poids de l’Ordalie alors que je me retrouve à genou au centre du sanctuaire que je n’ai jamais quitté. Je sens également une douce brise qui m’entoure, l’aura bienfaisante qui en émane et qui me murmure :

« Tu es encore jeune, mais ton esprit porte en lui les graines du changement. Tu as affronté les épreuves avec brio et remis en question ce qui te poussait à agir avec déraison. »

Elle a raison, elle m’a sauvé, m’a empêché de plonger dans les abysses de la vengeance. Je sens mon esprit remonter vers la surface, voir la lumière qui perce les flots rancunier qui m’engloutissaient depuis des années. Il y a eu assez de destruction, je dois mettre ma magie au service de la reconstruction et de la paix.

Devant mon sourire béat provoqué par ce nouveau but se forme un orbe qui se rapproche de moi. Le don de Rana qu’elle me confie en me conseillant d’en user avec sagesse et discernement. Les contours de la sphère deviennent nettes, cercle vibrant d’une magie d’air que je peux percevoir avant que dans un souffle elle s’infiltre dans mon torse pour me secouer. Une chose étrange se passe en moi, comme si un barrage cédait et laissait couler tout le potentiel magique que je possède depuis des années. Je ne ressens aucune douleur, au contraire, je ressens sérénité et harmonie avec cette force qui se déchaîne dans ma chair. Je profite de ce court moment qui engloutit toutes les autres sensations que j’éprouve avant de disparaître. Pareil au moment où je consomme un fluide magique et où chaque parcelle de magie trouve sa place pour s’immobiliser en attendant de devoir agir.

Je pousse un long soupir satisfait alors que Rana m’invite à quitter le sanctuaire. Je sens une présence m’effleurer l’épaule avant de disparaître alors que j’essaie de m’en saisir pour la remercier. Trop tard, la présence de Rana a disparue mais je lui suis reconnaissant de m’accorder sa confiance et de m’avoir sauvé de ce qui m’aurait conduit vers la tombe.

Je me redresse et quitte ce lieu divin que j’ai eu l’honneur et la chance de pouvoir fouler du pied pour suivre le dernier conseil de la Déesse du vent en rejoignant le repos du maître pour me reposer avant d’affronter de nouvelles épreuves.

>>>

Répondre

Retourner vers « Nyr'tel Ermansi »