Les Bateaux Pirates (X1)

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2387
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Bateaux Pirates (X1)

Message par Yuimen » sam. 6 janv. 2018 16:27

Les bateaux pirates

Image


Il y a beaucoup de bateaux pirates, ils mouillent en général dans des villes de très mauvaise réputation (telles que Exech, Gwadh, Dahràm ou encore la grande Tulorim) ou au bord de falaises abruptes, dans des endroits secrets où les pirates établissent parfois leurs repères en toute sécurité et discrétion. Ce sont généralement des bateaux de belle facture, avec un équipage de pirates aguerris toujours à la recherche de nouvelles recrues fiables et obéissantes.

Ils sont redoutés partout, sur tous les continents, et sont chassés par les forces militaires maritimes de bien des villes...


Vitesse : X1

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 88
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Les Bateaux Pirates (X1 à X3)

Message par Adam Von Demorlys » mar. 12 mars 2019 21:23

<-

Le soleil était aussi éblouissant que la mer était calme.
« Eh bien, ça on peut dire qu'on a de la chance ! Pas souvent que j'ai vogué dans ces conditions... Que du bonheur. »

C'est clair, Adam n'avait pas à se plaindre. L'air frais lui fouettait le visage et décuplait un soudain sentiment de liberté. L'étendue d'eau qui les entourait jusqu'à perte de vue lui suscitait une impression aussi déstabilisante qu'enivrante, une curieuse sensation qui lui avait été jusqu'à présent étrangère. Même s'il avait été élevé avec une grande autorité et que le jeune bourgeois avait très tôt participé à des affaires bien peu recommandables, il fallait reconnaître qu'il avait quand même toujours évolué au sein d'un petit cocon et d'un certain confort de vie.

Zack sembla surprendre l'expression du pyromancien car il demanda : 
« Un peu anxieux ? »

« Du tout. » Même si ça avait été le cas Adam ne l'aurait de toute façon jamais avoué.
« Je dirais plutôt curieux. Parle-moi d'Exech, père m'a rapporté que c'était une ville assez anarchique. »

« Tu n'as pas idée. » Répondit Zack d'un air sombre. « Le roi n'a la main sur rien il est juste là comme figurant. A Tulorim le pouvoir réside dans l'argent. Même si celui-ci est très inégalement réparti, on sait qui tient les rênes, qui compose le conseil, qui est riche, qui est pauvre. Tu le vois au premier coup d'oeil. Même si la violence y est extrêmement présente tu sais un minimum à quoi t'en tenir en observant à qui tu as à faire et le quartier dans lequel tu marches. A Exech ce n'est pas du tout pareil. Il n'y a pas de richesses aussi visibles, et donc pas vraiment de pouvoir très visible. Tout réside dans l'ombre et c'est une des choses qui fait que cette satanée ville est aussi dangereuse. En fait tu n'as qu'à imaginer les bas fonds de Tulorim à grande échelle.»

Le jeune noble était perplexe, dans sa cité l'argent avait une place centrale dans le pouvoir. Il essayait d'imaginer ce que se serait si on enlevait toute richesse et si presque tout n'était que misère. Ce serait alors un bain de sang, une suite d'échauffourées sans fin ni pitié pour le pouvoir.

« Donc personne ne tient les rênes, on n'y trouve que des clans qui s'y disputent des quartiers et bâtiments ?»

Zack ne sembla que moyennement d'accord, il ne répondit pas de suite.
« Il y a beaucoup de clans oui.. Mais il y n'en ressort principalement que quatre... Ces derniers sont puissants, très puissants. Je te préviens, si un moment on a à faire à l'un d'eux il faudra faire profil bas. »

Le jeune mage fût quelque peu surpris et intrigué devant l'air craintif de son interlocuteur, lui qui était pourtant rôdé aux escarmouches et règlements de comptes. Que quatre clans pour se partager une ville si grande et si en proie au chaos ? Ces derniers devaient effectivement être relativement influents et importants. 
« Dis-moi en plus. »

« En gros, très gros, le nord de la ville c'est-à-dire là où se trouve le port où on jettera l'ancre, est contrôlé par un clan qui se nomme la Fraternité. Ils sont nombreux et extrêmement soudés, c'est ce qui fait leur force. Ils ont aussi pas mal de contact dans la piraterie... Bref, ensuite il y a la confrérie du Crâne qui règne sur l'ouest de la ville. Ce sont de loin les plus violents, ce qui n'est pas étonnant lorsqu'on sait qu'ils sont étroitement liés au culte de Thimoros. Ensuite, l'est de la cité appartient au clan du Lys noir. Ils ont peut-être le meilleur réseau d'information de la ville et sont dirigés par un certain Mandel, le plus gros taré que j'ai j'avais vu. Et pour finir.. La main rouge, qui domine la partie sur de la ville. A part qu'il s'agit d'un clan un peu tourné vers le matriarcat, je ne sais pas grand chose sur eux. Ils possèdent le plus grand lupanar de la ville, le Serpent rouge, mais je te déconseille d'y aller.
Bref, ces quatre clans se partagent Exech, sauf le centre de la ville qui est considéré comme un territoire neutre. Bien sûr je te conseille de plutôt traîner là-bas. Ces quatre factions ont appris à se tolérer, mais ça ne les empêche pas de parfois s'affronter dans l'ombre ou d'intriguer pour agrandir leurs territoires.  »


Soudain, l'enchanteur fronça les sourcils.

« Ah j'ai failli oublié, on m'a rapporté qu'il y avait depuis quelques années un cinquième clan. Mais là je n'ai que des « on dit ». Ils résideraient plutôt sous terre et se feraient appeler les crocs de l'ombre. J'en sais pas plus, et j'avouerais que je n'ai pas spécialement envie d'essayer d'en apprendre davantage. Moi maintenant cette foutue ville... J'arrive, je fais mes affaires, je repars et basta.»

Une chose que pouvait comprendre Adam. Le tableau qu'avait dépeint son compagnon était tout sauf attrayant. Cependant le jeune bourgeois était de plus en plus intrigué. La cité semblait être un modèle d'anarchie, mais d'une anarchie un minimum organisé pour que qu'un si petit nombre de clans aussi puissants, arrive à dominer des territoires assez vastes. Ce n'était pas le seul paradoxe, on y trouvait aussi une perpétuelle violence, mais avec des guerres de territoires et d'intrigues qui avaient l'air de beaucoup s'effectuer dans l'ombre. Bien qu'Adam était naturellement pris d'une petite appréhension, il était également intrigué. Lui qui avait été élevé au milieu des machinations de Mordred, aurait sûrement beaucoup à apprendre d'une telle cité.
Mais Zack le tira de ses réflexions en changeant soudainement de sujet. :

« Ton père m'a dit que tu voulais te lancer dans la magie, ça avance ? »

« Pas vraiment, j'ai peu de réserve donc cela ne m'aide pas trop à faire des expériences. »

« Peut-être que tu t'y prends mal aussi, comment tu procèdes ? »

Ca pouvait être le cas effectivement . Adam devait reconnaître qu'il était encore un parfait novice en la matière, et il avait la chance de parler avec quelqu'un qui avait plus d'expérience que lui dans le domaine. Donc autant rendre cette conversation productive.

« Le seul sortilège que je connaisse est celui qu'on appelle l'aura de feu. Il me permet de garder des adversaires à distance mais pas vraiment d'attaquer. J'essaye de m'entraîner à projeter mes flammes mais ce n'est pas vraiment évident, et surtout je suis un peu limité par le cadre... »

Effectivement, s'amuser à jouer avec le feu au sein d'une maison n'était pas vraiment des plus intelligents. Quant à faire ça en pleine rue, encore moins.

« Hmmm, viens on va sur la proue. GENAS ! Suis-nous. »

Le nain qui profitait du soleil à plusieurs mètres d'eux tourna la tête.

« Ouaip j'arrive ! »

Les trois compères se dirigèrent alors vers la proue du navire.

->
Modifié en dernier par Adam Von Demorlys le mar. 12 mars 2019 21:28, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 88
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Les Bateaux Pirates (X1 à X3)

Message par Adam Von Demorlys » mar. 12 mars 2019 21:27

<-

« Alors, explique-moi exactement comment tu procèdes pour essayer de projeter tes flammes. »

Adam, qui ne comprit pas vraiment pourquoi Zack avait requis la présence du nain passa outre et répondit, essayant de se remémorer avec exactitude ses précédentes séances d'expérimentation.

« Eh bien je déclenche mon pouvoir, et une fois cela fait j'essaie de diriger les flammes qui m'entourent sur un point se trouvant à quelques mètres de moi. Pour l'instant je n'y arrive pas vraiment et me sens exténué au bout d'à peine deux tentatives. »

Chose frustrante pour le jeune mage, qui avait soif d'entraînement et de pratique. Zack fronça les sourcils, perplexe.

« Quand tu dis que tu enclenches ton pouvoir, c'est-à-dire quand tu utilises l'aura de feu ? »

« Oui c'est ça... J'ai déjà essayé de projeter des fluides directement devant moi, mais cela ne se fait jamais avec suffisamment de force pour infliger de quelconques blessures. Donc j'enclenche l'armure de feu et j'essaie ensuite de modeler les flammes. »

« Mais c'est pour ça que tu te fatigues. Ton pouvoir ne se limite pas à l'aura de feu, ce sort n'est qu'une manière d'utiliser tes fluides parmi tant d'autres. »

Adam, pestant intérieurement contre sa propre stupidité, comprit alors son erreur. Il était né avec une mince réserve de fluide de feu. L'aura de feu avait été sa première manière d'utiliser ces derniers. Au fil des années ce sort était donc devenu comme un réflexe, une référence dans sa manière d'utiliser ses fluides, et qui n'aurait pas dû l'être.

« Il faut que tu repartes de zéro. Si tu veux modeler un sort il faut que tu utilises l'énergie qui est en toi, et non qui t'entoure. Pour commencer en tout cas mais bref on ne va pas rentrer dans ce sujet plus complexe. »

Zack avait raison, le pyromancien avait pris de mauvais réflexes. Il fallait reprendre les bases, et tant mieux ce voyage allait lui permettre de prendre ce temps. Il réfléchit donc à une manière de procéder, ferma les yeux et.... Les rouvrit en se tournant vers l'enchanteur.

« Euh.... Je ne suis pas sûr que se soit une bonne idée de s'entraîner à ça sur un navire. »

L'enchanteur s'esclaffa :

« T'inquiète. Mets-toi bien au bout de la proue, fais face à la mer, fais le vide en toi et ressens tes fluides pour bien puiser dedans. Mais surtout ! N'utilise pas l'aura de feu, au pire si tu le fais Genas interviendra. Il manie bien sa hache mais il utilise également des fluides aqueux. Bref il arrosera tout ça si tu as le malheur de mettre un peu le feu. »

Le nain se gaussa à son tour, se réjouissant visiblement à l'avance d'une telle intervention.

« Hmmm ». L'image ne plu guère au pyromancien mais bon, c'était toujours mieux que d'enflammer bêtement le navire.

« Donc, concentre-toi, sens ton fluide, appelle-le, rassemble le, canalise le, et vise ensuite les vagues. Là au moins ça ne craindra rien. »

« Evite juste de tirer sur une baleine. » Ajouta Genas en s'esclaffant de plus belle.
Adam ne put retenir un sourire en imaginant la scène et se dirigea vers le bout de la proue. Une fois devant le rebord il sortit sa baguette, ferma les yeux et se concentra. Bon... Jusqu'à maintenant il concentrait ses fluides, et s'en revêtait comme on enfile une cape. Cette fois le mage se focalisa intensément. Il sentait les fluides de feu parcourir son être, comme on peut ressentir son sang palpiter au rythme des battements de son cœur, au niveau du cou, des bras, de la poitrine.

Il fit appel à une petite partie de cette énergie et la concentra dans sa main droite. La baguette fit le reste, Adam se surprit encore de l'efficacité d'un tel catalyseur. L'étincelle qui brilla au bout de l'arme lui signala qu'un minimum d'énergie était prêt à être utilisé.

Adam ouvrit alors les yeux et fouetta l'air la baguette. Un mince filet de feu jaillit alors en direction des vagues, mais s'estompa au bout de deux mètres à peine.

« Il est arrivé à balancer quelqu'chose ? »

« Je sais pas, j'ai pas bien vu... »

Loin de se décourager, Adam referma les yeux et se concentra à nouveau. Inconsciemment il avait peut-être fait usage que d'une infime partie de ses fluides, de crainte d'invoquer une aura de feu et dégrader ainsi le bateau.
(Détends-toi... Genas est juste derrière, prêt à joyeusement t'inonder si tu venais à te rater.)

Le jeune mage ressentit à nouveau les fluides qui parcouraient son corps. Effectivement il avait à peine pioché dedans. Cette fois il se concentra, requérant la même quantité qu'il utilisait pour son aura de flamme. Sauf que cette fois ci ,Adam la garda concentrée au bout de sa baguette. Ca lui procurait une sensation bizarre car nouvelle. C'est la première fois qu'il concentrait autant d'énergie sans l'employer de suite. Luttant contre ce réflexe qu'il avait depuis de nombreuses années, qui était de « revêtir » ces flammes, le pyromancien fendit à nouveau l'air avec sa baguette. Une quantité de flamme, cette fois bien plus grande jaillit de l'arme, en direction de la mer. Cependant ces dernières s'éparpillèrent rapidement dans les airs et s'éteignirent.

Zack le rejoignit :

« C'est pas mal, mais tu sais ce qu'il te manque ? »

« Oui, faut que je les concentre. Il faut que je trouve un moyen de les concentrer en un point. »

« Exact.. Viens arrêtons là pour aujourd'hui sinon tu vas t'épuiser, on recommencera demain. »

Genas sembla presque déçu de ne pas avoir pu « apporter son aide ».
La nuit venue, Adam observa seul les étoiles. De Tulorim jamais il n'avait eu l'occasion d'observer un ciel aussi beau. Le jeune bourgeois aurait donné tellement cher pour que sa sœur, Sevenissia, puisse aussi profiter d'un tel spectacle. Il alla se coucher un peu tard et passa sûrement une des plus mauvaises nuits de sa vie. Sa couchette était si mince qu'il avait l'impression de dormir à même le sol. Mais le pire était les ronflements sonores du nain qu'il avait pour voisin. Jamais Adam n'aurait pensé qu'on puisse ronfler aussi fort. Le mage se faisait d'ailleurs violence pour ne pas reprendre son entraînement, et ce directement sur la barbe ou la couchette de Genas. Le lent mouvement des vagues finit petit à petit par le bercer, et il sombra dans un sommeil profond.

->
Modifié en dernier par Adam Von Demorlys le mar. 12 mars 2019 21:30, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adam Von Demorlys
Messages : 88
Enregistré le : ven. 22 févr. 2019 13:36

Re: Les Bateaux Pirates (X1 à X3)

Message par Adam Von Demorlys » mar. 12 mars 2019 21:30

<-

Dès le lendemain matin le jeune mage reprit l'entraînement, sous l'oeil attentif de ses deux compagnons et du capitaine pirate qui faisait de nombreux allers retours. Ce dernier, d'abord plus que réticent, avait fini par les laisser faire. Le sang pourpre avait un très bon niveau dans la maîtrise des fluides aqueux, et se faisait une joie de pouvoir intervenir sur le pyromancien si besoin. Bref, avec deux énergumènes qui n'attendaient que la première occasion pour l'arroser copieusement, Adam n'avait plus à s'en faire s'il commettait une erreur lors de ses exercices. Mais curieusement cela ne le satisfaisait qu'à moitié.

Adam se retrouva au même emplacement que la veille, au bout de la proue. Il avait réfléchi à un moyen de concentrer ses fluides lors d'un « lancer », et pensait avoir trouvé une solution. Plutôt que d'amasser bêtement une quantité de fluide pour ensuite tout relâcher d'un coup, le mage prévoyait de modeler cette énergie une fois qu'elle serait rassemblée. Lui imposer un mouvement de rotation afin de lui donner la forme d'une boule, qui sera alors bien plus compacte lorsqu'il la relâchera. Cette dernière aura alors bien moins tendance à se disperser.
Mais plutôt que d'utiliser la même quantité de fluide nécessaire à l'aura de feu, comme il l'avait fait la veille, le jeune bourgeois commença à se faire la main en concentrant une infime partie de son fluide au sommet de sa baguette. Grâce à ce catalyseur il arrivait à vraiment visualiser l'énergie qu'il mobilisait.
Après quelques secondes de concentration, le jeune mage vit donc la petite quantité de fluide briller au bout de sa baguette. Celle-ci était semblable à une petite flammèche, mais en un peu plus intense. Adam se focalisa alors sur cette énergie qui flamboyait légèrement au bout de son arme. Le jeune mage se sentit rapidement connecté à elle et tenta de la modeler. Il la fit tourner autour d'elle-même, décrivant des ronds qui partaient dans toutes les directions mais ayant toutes le même centre. Une petite boule prit alors forme au bout de plusieurs longues secondes. Satisfait, le pyromancien effectua un mouvement du poignet et envoya la minuscule boule dans l'océan. Même si elle n'atteignit pas les vagues, l'attaque était quand même allée plus loin que la veille, car plus concentrée et plus dense.
Tout d'abord content de lui, Adam sût qu'il pouvait mieux faire. Il répéta donc l'opération, mais prit le temps d'accélérer la rotation des fluides au bout de sa baguette. Il fallait en fait imaginer un point rouler sur lui-même, et ce dans diverses directions. Le mage se concentra ainsi. Au bout de quelques minutes, il fût satisfait de la forme qu'il avait donnée à la petite quantité d'énergie. Cette dernière formait une toute petite sphère flamboyante. Sans perdre de temps, il visualisa un point imaginaire parmi la vaste étendue d'eau et y lança le projectile. Cette fois-ci ce dernier alla bien plus loin, s'écrasant même sur l'eau, disparaissant ainsi dans un « pchhhh » de fumée.

Ca y est ! Adam manqua presque de brandir le point. Enfin il avait trouvé l'astuce, ne lui restait plus qu'à travailler sa technique pour la faire gagner en puissance et rapidité d'exécution. Il entendit Zack applaudir derrière.

« Voilà ! Comme ça ! Essaie avec plus de fluide maintenant. »

Adam hocha et fit à nouveau le vide. Cette fois il concentra au bout de son arme la quantité de fluide qu'il utilisait d'habitude pour l'aura de feu. La quantité d'énergie était soudain plus conséquente, et donc moins facile à modeler. Il fallut à Adam plus de temps pour former une sphère flamboyante, bien que la forme n'était pas parfaitement ronde. L'exercice était bien moins aisé car exigeait une plus grande maîtrise et donc concentration. Sentant cependant sa tête commencer à tourner, il projeta de suite la boule par dessus bord. La petite boule de feu fonça vers l'océan mais se dissipa cette fois avant d'atteindre les flots.

Se sentant perdre l'équilibre, le mage s'accrocha fermement au rebord du navire afin de ne pas chuter. Il se sentait vidé bien qu'il lui restait une toute petite quantité de fluide. C'était la première fois qu'il en modelait une si grande quantité, et cela avait nécessité bien plus d'application qu'il n'aurait crue.

Il entendit Zack et Genas accourir derrière lui afin de le soutenir chacun par un bras. Le jeune bourgeois leva cependant les mains dans un geste rassurant.

« Ca va ça va... Juste un coup de fatigue rien de méchant, j'ai peut-être un peu trop puisé. »

« C'est pas grave tu reprendras demain, en tout cas bravo t'as fait un très bon pas en avant. Continue comme ça maintenant travaille juste la vitesse et la précision. »

Adam hocha la tête, on ne peut plus d'accord. Il alla ensuite grignoter un morceau pour se requinqua et donna un coup de main à l'équipage le restant de la journée. Tous avait pas mal d'années de piraterie derrière eux et avait pas mal à raconter, que ce soit en souvenir du bon vieux temps ou pour la frime.
Le voyage se passa relativement bien. Il n'y eut aucune échauffourée avec d'autres embarcations et le temps était plus que clément, hormis juste une nuit où la mer fût assez agitée. Mais à part cela ils n'auraient pu rêver mieux.

Le lendemain Adam reprit l'entraînement, utilisant exactement le même procédé que la veille mais en prenant le temps de mieux modeler la forme de l'énergie puisée en boule. Pour se faire il accélérait la rotation au maximum et la relâchait lorsque cette dernière avait une une belle forme sphérique. Il fit deux mini tentatives histoire de se faire la main, et puisa ensuite la quantité de fluide nécessaire pour une aura de feu. Il réussit alors à projeter une petite boule de feu, plus concentrée que la veille qui s'évapora au contact des vagues. Cependant le jeune mage dût attendre le lendemain avant de faire un nouvel essai tant l'exercice l'avait épuisé.

Le jour suivant, maintenant qu'il avait acquis la manière de faire pour modeler une quantité de fluide en boule, le pyromancien travailla sur la vitesse d'exécution. Comme la veille il s'échauffa avec deux mini projectiles. Satisfait, il constata qu'il gagnait de plus en plus en rapidité au fil de ces exercices pratiques. Lorsque vint le tour du fameux troisième tour, celui où il puisait la quantité de fluide nécessaire à un sort, Adam s'étonna presque lui-même quand il réussit à modeler une boule de feu en une trentaine de secondes seulement. Gagnant en aisance, le jeune bourgeois arrivait désormais à faire tourner l'énergie concentrée au bout de sa baguette, bien plus rapidement et intensément. Ce fût alors une belle boule de feu qui s'écrasa sur les vagues, sous le regard enjoué du mage et les applaudissements de ses compagnons. Vidé, Adam avait cependant fait une bonne sieste de plusieurs heures pour se remettre un minimum sur pied. Le pyromancien avait l'impression de bien progresser et cela le motivait encore plus, restait maintenant à voir ce que vaudrait cet exercice en situation de combat réel.

Mais le cinquième jour, le jeune bourgeois ne s'entraîna pas. Il économisa ses réserves de magie car le soir même ils jetteraient l'ancre à Exech. Au fur et à mesure qu'ils approchaient, les nuages se firent de plus en plus sombres et menaçants. Le soleil disparaissait lentement derrière un horizon brumeux, et au loin de petites bâtisses commençaient à devenir visibles. Alors qu'ils préparèrent leurs affaires, le jeune mage remarqua que Zack se faisait moins bavard qu'à l'accoutumé.

->

Avatar du membre
TGM
Messages : 69
Enregistré le : mer. 6 mars 2019 15:17
Localisation : Le Manoir Déchu

Re: Les Bateaux Pirates (X1 à X3)

Message par TGM » lun. 8 avr. 2019 13:25

-----E-----


"Debout là-dedans ! Il est temps de bosser."

Dans l'obscurité des cales où l'on m'a jeté, le borgne descend en hurlant avec une chandelle à la main. Tandis que je me relève du coin dans lequel je me trouve, je sens une intense douleur au niveau du crâne et réalise, en posant ma main sur la zone sensible, que j'ai une bosse douloureuse. Ces brutes m'ont jeté là comme un prisonnier, assommé contre le premier tonneau que ma tête a rencontrée, et voici qu'ils veulent me faire travailler. Sitôt qu'il me voit, le pirate m'attrape par le col et m'entraîne à l'étage supérieur. De part et d'autre d'une allée centrale, des rameurs manient par deux de longs manches en bois disparaissant hors de la coque pour sans doute se jeter dans l'eau. Vu d'ici, et cela se confirmera lorsque je le verrai de l’extérieur, le navire semble faire une vingtaine de mètres de longueur pour six ou sept de largeur. Très vite, je suis jeté sur un banc et le borgne m'ordonne de ramer, me menaçant du fouet. Ne sachant pas nager, je me devine bloqué sur ce rafiot jusqu'à la prochaine escale et préfère obéir plutôt que d'être fouetté durant des jours.

Nous n'avons besoin de ramer que deux heures avant que le vent dans les voiles ne soit redevenu assez puissant pour que nos efforts ne soient plus utiles, mais ces heures ont été largement suffisantes pour me vider de mes forces. On ne me laisse cependant pas me reposer, sitôt que nous cessons de ramer, chacun est envoyé à une autre tâche, la mienne étant de briquer le pont. Arrivé à l'extérieur, je reste stupéfait du spectacle qui s'offre à moi. Je ne vois que la mer à l'horizon, aucune terre, aucun repère. Les marins ne semblent pourtant pas inquiets et j'aperçois ce traître vicelard d'Ed Tatch utiliser ce qu'on m'indiquera être un sextant, que je devine être un outil de navigation dans ce désert maritime. J'ai l'impression d'être traité comme un esclave, mais les marins alentours, eux aussi affectés à diverses tâches pénibles, semblent s'en satisfaire. Loin d'avoir l'envie de sympathiser avec eux, je tends l'oreille pour récupérer la moindre information sur notre voyage. L'une des premières choses que j'apprends, c'est que les deux pirates qui ont partagé leur table avec moi et le capitaine Tatch, le borgne et celui à la peau sombre, sont ses seconds. J'apprends aussi que nous nous dirigeons vers Tulorim, cité qui m'est inconnue, et que nous en avons pour dix ou vingt jours de mer selon les vents. Avant la fin de la journée, je suis "invité" dans la cabine du capitaine, une véritable chambre sur le navire, un luxe auquel je pense qu'il est le seul à avoir droit. Lorsque j'entre, Tatch est assis à son bureau penché sur une carte.

"C'est pas tout près Tulorim, dommage que personne à Dahràm n'offre un bon prix pour ce que nous avons en cales."

Le capitaine pirate lève ensuite les yeux vers moi et me demande si j'apprécie mon premier jour en mer. Il n'a eu pour toute réponse qu'un regard noir et un silence entendu. Sa réaction me surprend, au lieu de s'énerver, il éclate de rire et déclare que "c'est bien normal" et que, comme la plupart de son équipage, je suis entré malgré moi dans la piraterie, mais cela me plaira et que je resterai dans cette nouvelle famille. Une famille, en ais-je seulement déjà eu une ? Depuis trop d'années pour que je les compte, je suis livré à moi-même, condamné à survivre seul, même si j'ai pu profiter de la sympathie de quelques êtres comme Kurgoth, Koërn ou plus récemment Deldrach. Il me raconte qu'en ce qui le concerne, il est entré dans la piraterie à mon âge, il y a bien des années, son navire de pêche ynorien ayant été attaqué par des pirates. Il a alors choisi de les rejoindre plutôt que de mourir et a réussi à devenir l'un des pirates les plus influents de Dahràm grâce à la bienveillance de Moura à son égard. Il me raconte également comment le borgne, son cuisinier, et aussi le seul capable d'utiliser ses casseroles en pleine tempête sans embraser un navire, l'a rejoint pour payer ses dettes et n'a plus voulu le quitter depuis, même s'il reste caché lors des combats à cause de sa blessure handicapante. Son autre second à la peau sombre, a été traducteur entre son peuple et des explorateurs du grand nord avant que le navire ne soit capturé par des pirates sur le chemin du retour. Il passe ainsi la fin de journée à me raconter comment chaque membre de son équipage a fini par choisir de vivre sur la mer et en vient enfin à moi. Il prétend avoir décidé de me piéger en m'entendant parler d'Omyre à Meredith comme si j'en arrivais. Je me contente de lui répondre d'un hochement de tête. Il déclare alors qu'il n'y est jamais allé, mais a entendu beaucoup d'histoire à son propos, qu'il a également vu comment les garzoks ont traité Darhàm lors du retour d'Oaxaca. Même s'il admet que les histoires exagèrent sûrement la cruauté qui imbibe la ville, il considère que si j'y ai survécu, alors j'ai "toutes les qualités et sans doute tous les défauts requis pour être un bon pirate". Voyant que je ne souhaite pas lui répondre, il rit de nouveau, me souhaitant de vite m'acclimater à ma "nouvelle famille" et de ne pas trop m'en faire, que j'y prendrais très vite goût, comme tous les autres.

Lorsqu'il me congédie, je remarque sur son bureau une petite bourse en cuir ouverte, à l'intérieur, non pas des yus, mais six dés, trois noirs et trois blancs. C'est en franchissant la porte de sa cabine que je suis percuté par une révélation : la couleur des dés, il a commencé la partie avec les blancs et n'a joué qu'avec les noirs après que la prostituée lui ait "porté bonheur". Ces dés me semblent alors être un formidable moyen de manger à ma faim et je me décide, lorsque nous arriverons à bon port, à m'en emparer et m'éclipser, après tout, je ne leur ai rien demandé à ces pirates. Ce soir-là et tous les autres, nous mangeons du pain sec avec de l'alcool et une soupe à base des poissons péchés dans la journée et des légumes achetés en ville avant le départ. Nous installons ensuite des hamacs dans la pièce où nous nous sommes assis pour ramer à mon réveil, puis certains se sont mis à jouer aux dés dans un coin pendant que les plus fatigués se sont endormis. Pendant le voyage qui a duré une douzaine des jours, j'ai également été de corvée de nuit, obligé de rester jusqu'au matin sur le pont en compagnie de quelques camarades sous les ordres d'un des seconds et du capitaine qui se sont relayés pour super viser les manœuvres que nous avons, tant bien que mal, effectuées dans le noir pour que le voyage se poursuive de nuit, malgré les dangers. Heureusement pour moi, ou peut-être parce qu'ils me savent inexpérimenté, les nuits ont été calmes et ils ont préféré me remplacer lors d'une nuit agitée. En si peu de temps, je n'ai pas encore bien compris comment fonctionnent les voiles avec toutes ces poulies. La plupart du temps, on m'a envoyé aider le chef en cuisine, briquer le pont ou aider à raccommoder les voiles durant mes tâches journalières.

1338mots

Avatar du membre
Eldros Rougine
Messages : 15
Enregistré le : lun. 7 janv. 2019 14:57

Re: Les Bateaux Pirates (X1)

Message par Eldros Rougine » jeu. 19 mars 2020 22:01

<<<


Le navire fend les flots à pleine vitesse, bercé par l’océan peu agité. Nous filons vers le continent glacé de Nosveris, poursuivant l’hiver et ses froides températures. La Baliste est comme neuve, le pont dénué d’échardes et de clous qui dépassent des planches de bois neuves. La coque est lisse et brillante, tranchant les vagues comme un couteau tranche la chair. Les voiles sont blanches, éclatantes comme des draps neufs, gonflés par le vent.

Nous naviguons depuis dix jours sous un vent favorable et Laeten n’a pas cessé de chercher des moyens de gagner de la vitesse. Néanmoins l’équipage ne montre pas de signe de fatigue, les équipes de gabiers s’échangent au moment des repas copieux et savoureux, repas qui participent au moral ascendant des hommes qui luttent contre le froid sans se plaindre malgré la destination précise inconnue. Pour ma part je tiens scrupuleusement l’inventaire, à la patate près, profite de mes temps de repos pour feuilleter le livre sur les légendes du monde et essayer d’en apprendre plus sur la magie qui me possède.

J’avais d’ailleurs découvert quelque chose d’assez intéressant. Le prêtre de Phaïtos avait parlé d’une légende concernant une larme de Thimoros transformée en pierre. Depuis ce jour je ne cessais de me demander ce qui pourrait faire pleurer le dieu du mal. La tristesse ? La colère ? La douleur ? Ou se pourrait-il que ce soit une larme venant d’un fou rire devant un massacre ? Plusieurs légendes concernaient Thimoros et certaines histoires seraient capables de tirer des larmes à n'importe quel mortel. Le bannissement de sa fille, les nombreuses batailles qu’il a dû livrer et dont les plus difficiles auraient pu lui tirer une larme de douleur comme dans le désert du Naora ou contre les créatures de son frère lors de sa quête de l’origine du dragon noir. Je ne pouvais mettre de côté aucune piste dans mon investigation. Cependant, une légende concernant le désert de Sarnissa avait plus qu’attiré mon attention. Les mythes en avaient malheureusement grignoté une partie mais les mots restants m’avaient indiqué qu’après la bataille, les Dieux versèrent tous des larmes sur le désert. Un indice plus qu’alléchant et suffisant pour me mener sur l’archipel de Naora.

Hélas, je suis pour l’instant coincé sur ce navire qui vogue vers une destination que je ne connais même pas, loin des navires de mon père. Laeten m’avait tout de même assuré que son attaque ne serait pas sans représailles mais que nous avions pour l’instant plus important à gérer. Une chose était tout de même certaine. Pour poursuivre ma propre quête à travers le monde, je devais avoir mon propre navire, mon propre équipage et cela pouvait se faire grâce à Oaxaca. Je mettais donc du cœur à l’ouvrage pour me faire remarquer, feintant la solidarité et l’entraide pour m’attirer une bonne réputation de la part de l’équipage. J’aidais au briquage du pont, au nettoyage du sous pont et même à l’épluchage des légumes. Des tâches indignes mais nécessaire pour venir à bout de ma mission. Je poursuivais également mon entraînement au sabre, assisté par un Varrockien, désigné par Dolvan, aux cheveux courts teintés par le soleil, prenant le même aspect mat que sa peau. La nuit tombée, j’étudiais un autre livre parlant de magie sombre que j’avais subtilisé à la bibliothèque du Mat d’Or. Les capacités que peuvent me fournir cette magie sont incroyables mais vont me demander beaucoup d’entraînement et de temps. Si seulement je pouvais m’y atteler durant mes journées au lieu de devoir faire semblant d’apprécier les matelots de Laeten.

« Capitaine ! »

Le cri de la vigie me fait lever les yeux vers le sommet du grand mat.

« Navire à tribord ! »

Je me tourne en suivant la direction qu’il indique avec son bras. Je met ma main en visière et en plissant les yeux je peux en effet apercevoir loin à l’horizon des voiles sombres qui disparaissent régulièrement derrière les vagues. Jiat s’approche du bord et jette un œil dans sa longue vue. Le silence se fait à bord le temps de son observation jusqu’à ce qu’il baisse sa longue vue et qu’un mince sourire fend sa joue.

« Messieurs. Voilà notre cible. »

Des cris de joies s’élèvent sur le pont, rapidement atténué quand un gabier hurle au capitaine qu’il voit un autre navire à tribord arrière. Les marins étonnés se dirigent vers le bord tribord pour observer d’eux même ce curieux intrus mais ils sont vite repris par le second.

« Restez à vos postes ! » Crache-t-il.

Il n’a pas besoin de plus pour se faire obéir. Situé sur le gaillard arrière, en haut de l’escalier de bois, observant le pont du haut de sa stature de sang pourpre grande et musclée avec son visage dur et son regard féroce.

« Capitaine ! Un troisième à bâbord ! » Annonce la vigie.

Les visages se tournent vers le troisième navire qui fonce droit vers nous avant que nos regards se croisent tous avec inquiétude. Le Maître d’équipage, Thekus Dolvan, le Whielois grand et fort aux yeux bleus et aux cheveux foncés jette lui aussi un regard vers son capitaine qui calmement observe les deux bâtiments en vue. Il replie ensuite sa longue vue pour descendre de la dunette et rejoindre son second qui s’écarte pour lui laisser la place.

« On dirait que nous avons de la concurrence. » lâche il avec un fin sourire.


>>>
Modifié en dernier par Eldros Rougine le ven. 20 mars 2020 22:52, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Eldros Rougine
Messages : 15
Enregistré le : lun. 7 janv. 2019 14:57

Re: Les Bateaux Pirates (X1)

Message par Eldros Rougine » ven. 20 mars 2020 22:52

<<<


La Baliste est en effervescence alors qu’elle vogue à toute vitesse sur notre cible, large navire à trois mats et aux voiles noires. Sur la grande voile est dessinée un écu mauve coupé en deux par une large bande cyan, d’un côté de cette bande se trouve une araignée tandis que deux autres araignée sont de l’autre côté. La voile de misaine arbore le dessin d’une femme au corps d’araignée. Un tel engouement pour ces créatures à huit pattes me laisse penser qu’il s’agit d’un navire venant d’un port Shaakt. L’autre navire à tribord, semblable au notre au niveau de la taille, bien que plus usé, qui semble aussi l’avoir pris pour cible est identifié comme l’Intrépide, navire pirate du Capitaine Richard que Laeten avait définit, en le reconnaissant, comme excentrique mais honnête.

« Autant qu’un pirate puisse l’être en tout cas. »

Avait il précisé avec un sourire. Le bâtiment qui semble être à nos trousses le fait, en revanche, moins rire. C’est d’ailleurs sa préoccupation première et si nous cherchions à raccourcir la distance entre nous et le bateau Shaakt c’était surtout pour éviter de le perdre le temps de se défaire de notre poursuivant. L’Etincelle est un petit navire à deux mats, pensé et façonné pour la vitesse et la maniabilité. Sous le commandement de deux frères Gobelins la taille importait peu car les Sektegs étaient capables de s’y entasser pour monter un équipage d’une cinquantaine de ces foutues créatures. Mais Laeten nous avait surtout mis en garde contre les pyromanciens qui font partie intégrante de l’arsenal du navire.

Nous nous acharnons donc depuis à remplir des seaux d’eau que nous hissons jusqu’aux gabiers pour qu’ils puissent agir rapidement sur les flammes qui pourraient atteindre les voiles. La deuxième équipe a d’ailleurs rejoins le sommet des mats, de même que six moucheurs qui ont pris positions sur les plateformes en hauteur pour abattre rapidement les mages adverses. En ce qui concerne notre propre réserve de magie, j’étais étonné d’apprendre que nous avions peu de manieurs de fluide. Notre chirurgien possède des fluides de lumières, ainsi qu’un matelot possédant des fluides d’eau, portant le nom de Sanken Chelly, un Kendran d’âge mur qui passait son temps à mâcher de la chique et rafistoler les tonneaux.

Le Maître Artilleur beugle à travers le navire qu’ils seront bientôt à portée de tir. Notre capitaine incline la tête et son second nous ordonne immédiatement de nous tenir à notre poste. Nous rejoignons tous le bord bâbord alors qu’une première boule de feu s’écrase dans l’océan en provoquant un nuage de fumée et de vapeur.

« Attendez. »

Clame simplement haut et fort le Sang Pourpre qui est venu nous rejoindre avec le Maître d’équipage. Seul Laeten demeure sur la dunette avec le timonier qui tient le cap. Thekus Dolvan me bourre l’épaule en passant derrière moi.

« Accrochez vous monsieur Rougine, ça va secouer. »

L’Etincelle ne cesse de gagner du terrain et nous pouvons maintenant entendre les ricanements Sektegs alors que d’autres boules enflammées percutent le navire sans, heureusement, provoquer d’incendie.

« Qu’est-ce qu’on attends ?! » s’inquiète un matelot.

« On va finir carbonisés ! » s’insurge un autre.

« Silence imbéciles ! » rugit le Second avant de poursuivre. « Arbalètes ! Tenez vous prêts ! »

La Baliste est abruptement secouée, je suis forcé de m’accrocher à d’autres marins pour ne pas tomber sur le sol. Mon dégoût décuple ma rage déjà difficilement contrôlable. Le Capitaine hurle finalement de remonter la toile et de virer à bâbord. Les gabiers font leurs offices, assistés des matelots toujours à leurs postes malgré les violentes secousses. Ils tirent sur les ficelles jusqu’à s’en brûler les doigts alors que le navire effectue un virage qui renverse plus d’un tonneau. Les marins tiennent bon, arrimés aux mats, aux filets ou à la balustre. L’Etincelle se trouve un instant face au flanc alors que le navire pivote encore, évitant de justesse l’éperon du sloop. Nous sommes bord à bord, espacés de quelques mètres à peine. Manor Haath hurle de tirer et nos salves d’arbalètes répondent à leurs projectiles usées et leurs traits de feu. Les flammes sont rapidement éteintes par les nombreux seaux d’eau mis à disposition, assisté par l’aquamancien de l’équipage. Une secousse brutale agite les deux navires au point de faire tomber deux de nos moucheurs de leurs plateformes. Emporté par son élan, la proue de La Baliste venait de percuter l’Etincelle avec fracas, projetant des éclats de bois qui perforent les corps de nombreux Gobelins. Fort heureusement, la coque toute neuve de notre navire n’en a pas trop souffert mais à présent les deux navires se touchent et la mêlée allait commencer.

Nos tireurs d’élites font feu, abattant les Sektegs pyromanciens. Cinq d’entre eux s’effondrent mais d’autres continuent d’incanter leur magie infernale. Notre baliste de proue projette son carreau, brisant les deux mats du navire adverse d’un seul tir. Les grappins sont envoyés, l’un d’eux blesse le pirate à côté de moi tandis qu’un carreau d’arbalète frôle mon épaule. Je pousse un juron entre mes dents alors que les deux bâtiments de bois se rapprochent encore et encore. L’Etincelle, plus petit, disparaît de ma vision alors que les pirates adverses s’élancent sur notre navire. Ils sont cueillis par nos lames mais leur nombre et leur agilité permet de passer. La mêlée commence sur le pont alors que des flammes continuent d'atteindre les voiles. Je combats férocement, usant des techniques j'ai appris en compagnie du désormais Maïtre d'équipage. Un Sekteg hideux surgit devant moi, accompagné d'un second. Son sabre frappe le mien tandis que son acolyte tente de me prendre à revers. Je pivote pour ne pas offrir mon dos et parviens à esquiver une charge d'estoc guidée par la rage de ne pas être parvenu à réussir son déplacement qu'un imbécile aurait compris. Mon pied s'écrase sur sa face de porc, projetant son corps frêle contre le grand mât. Un carreau d'arbalète abat le gobelin qui me faisait face pour laisser sa place à un autre qui m'assaille de frappe avec deux sabres. J'esquive, je pare, j'esquive, les pied espacés, ma lame en avant, une main en retrait. Je remarque la différence avec mon premier abordage. Je me sens presque à l'aise, moins effrayé, un sentiment de plaisir parcours mon corps alors que je parviens à saisir une occasion de trancher une main imprudente du Sekteg qui à force de frapper commençait à ramollir l'allure. Il lâche son second sabre pour tenir son membre tranché juste avant que ma lame ne frappe son petit cou dans l'espoir de le décapiter. Malheureusement, séparé une tête d'un corps demande plus d'entraînement que je l'aurais cru. Un cri attire mon attention avant qu'un choc ne percute ma poitrine, m'envoyant valser au sol. Un autre Sekteg se dresse au dessus de moi avec un rictus mauvais, il se baisse soudainement pour éviter l'attaque d'un membre d'équipage venant à ma rescousse juste avant de l'éventrer. Je sens ses pieds poilus marteler mon torse, son regard pernicieux se plonge dans le mien alors qu'il s'amuse à écraser mes côtes. Je la sens à nouveau, cette force obscure qui s'agite dans mon sang. Je dresse ma main, projetant cette magie sombre contre cet être abject. La fumée ténébreuse frappe le visage du Sekteg qui s'écroule avec effroi. J'en profite pour me redresser et ressaisir mon sabre. Le gobelin se remet de mon sort pour éviter mon attaque. Nous croisons le fer, son agilité me fait perdre patience, le voir sauter à droite, à gauche. Je cherche en moi la manière de lancer un autre sort. Je canalise ma rage, ma haine et je sens la magie gonfler en moi. Je perçois ma main se recouvrir d'une brume sombre, je me concentre sur mon adversaire, qui fonce sur moi, profitant de mon manque de concentration sur l'épée pour la magie. Mon sort le frappe à nouveau, recouvrant son visage pour absorber sa vie. Sa charge est arrêtée, il recule, me laissant l'occasion de le toucher à l'épaule. Il réplique, entaillant ma cuisse. Je peste, je jure, je me jette sur lui alors que mon sort fait encore effet. Je le plaque au sol et le frappe. Le manche de mon sabre s'écrase sur son nez déjà déformé. Il peste à son tour, me crache sa salive jaunâtre au visage avant de m'envoyer valser d'un coup dans l'estomac. Il se retourne pour ramper sur le sol et rejoindre le bord du navire alors que son capitaine ordonne la retraite. Les marins exclament leur joie à travers des cris de victoire en voyant la fuite de ses êtres hideux.

« Coupez les liens ! Ouvrez moi grandes ces voiles ! Nous devons rattraper notre cible. »

Je me redresse et essuie la salive puante de mon visage avant de me servir de mon sabre, tranchant le lien entre les deux navires. Je remarque alors mon adversaire, pris au piège dans le filet qui descend sur son navire. Il m'observe comme un chiot laid qui implore la pitié, ma lame s'enfonce doucement dans sa gorge avant de s'en retirer pour le laisser doucement suffoquer dans son propre sang. Je l'observe avec fascination, le plaisir de le voir ainsi souffrir est indescriptible et j'en profite pleinement car l’équipage de l’Etincelle ne riposte pas à nos tirs, trop occupé à sauver ce qu’ils peuvent de leur navire tandis que La Baliste se remet lentement en mouvement.

« Conservez vos munitions ! Rechargez la baliste ! Remettez de l’ordre sur ce navire ! »

Les matelots se remettent rapidement au travail au rugissement du Sang Pourpre, amenant les blessés chez le chirurgien ou manipulant les voiles pour reprendre une vitesse capable de rattraper le navire qui parait maintenant inatteignable alors que l’Intrépide semble être à deux doigts de le croiser. Laeten est toujours sur la dunette, observant les deux navires au loin à travers sa longue vue. Ignorant totalement l’Etincelle qui présentait avant pour lui un risque important mais qui s’était avéré n’être qu’un obstacle rapidement surmonté.

Répondre

Retourner vers « Voyages maritimes »