Lalle

Répondre
Avatar du membre
Lalle
Messages : 13
Enregistré le : sam. 13 mars 2021 21:24

Lalle

Message par Lalle » dim. 14 mars 2021 16:53

Image


Nom : Lalle
Race et ethnie : Aniathys
Caractéristiques raciales :
  • Pas de respiration :
     Ne possédant pas de poumon, les Aniathys ne sont pas soumises à la nécessité de respirer.
  • Pas besoin de se nourrir :
     N'ayant aucun organe interne, les Aniathys n'ont pas besoin de boire ou de manger.
  • Faible force :
     Les fluides animant les Aniathys et les matériaux les constituant ne leur permettent pas de porter de lourdes charges.
Âge : 1 jour
Classe de départ : Magie


Description physique et de la personnalité :

Taille : 75 cm
Poids : 10kg

Lalle, contrairement aux Aniathys destinés aux enfants, ne possède pas de trais juvéniles, mais du haut de ses 75cm, ressemble à la miniature d'une jeune elfe au sortir de l'adolescence. Son corps est recouvert d'une peau artificielle très claire imitant les épidermes organiques sans parvenir néanmoins à faire parfaitement illusion. Ses cheveux sont entièrement blancs. Cette couleur est très importante pour elle ; elle est le symbole de la pureté. Ce concept a été implanté profondément dans son processeur par Almoriel Kandalaïr, son créateur, qui à la fin de sa vie était obsédé par cette notion. À tel point même, qu'il a décidé de laisser les globes oculaires de sa création entièrement blancs et lisses.
Toutefois, bien que les yeux de la poupée vivante ne possèdent pas de pupilles, les capteurs optiques qu'ils contiennent fonctionnent parfaitement. Lalle voit aussi bien que n'importe qui. En revanche, bien malin celui qui peut dire sur quoi se porte son regard.
Enfin, son corps est élancé et tonique. De plus son visage incarne la douceur et ses traits sont harmonieux. Si elle avait été une elfe de chair et de sang, elle aurait probablement été considérée comme une beauté fatale... à l’exception, naturellement, de ses yeux vides.

Lalle porte une ample robe blanche munie d'une capuche ; l'habit dans lequel elle s'est éveillée à la vie. Si elle parvient à garder la tête sous sa pièce d'étoffe sans trop la relever, elle peut se faire passer pour une fillette sans trop de difficulté.
Elle marche avec une paire de souliers blanc fait de tissu et de gomme d'origine végétale de la même couleur.
Lorsqu'elle parle, l'Aniathys le fait d'une voix tantôt suave, chaleureuse, ou guillerette selon les circonstances. (Elle n'a pas encore expérimenté ce qu'était la tristesse, la haine, ou l'angoisse.) Malgré sa petite taille, son créateur a réglé son synthétiseur vocal pour que la poupée vivante soit en possession d'une large tessiture, pouvant ainsi parler avec une voix aiguë de petite fille comme avec celle bien plus grave d'une femme de grande taille.

Lalle est venue à la vie il y a à peine moins d'un jour, juste avant que son créateur ne décède. Ainsi, son psychisme n'est encore que peu développé. Il ne contient pour l'instant que ce que Almoriel a jugé bon de lui implanter. Et dans la ferveur de ses nouvelles croyances, autant dire qu'il a omis, volontairement ou non, des pans entier de personnalité et qu'il en a renforcé d'autres pour des raisons que lui seul connaissait.
Ainsi le mental et la façon de réfléchir de Lalle est basée sur ses quatre valeurs fondamentales implantées dans son esprit :
  • La pureté : La perfection est dans l'unicité. Toute la complexité multiple du monde est construite sur la simplicité de ses composantes. Elles-mêmes ne sont que des variations du concept unique de l'existence. La pureté brute et primordiale de ce qui est. Telle était la philosophie d'Almoriel qu'il a transmis à sa création.
  • La gloire : C'est la mission de Lalle. Elle est chef-d'œuvre d'Almoriel et ce dernier souhaita qu'elle le prouve au monde entier.
  • Le savoir : Le chemin qui mène à la pureté se trouve le long de la compréhension et de la connaissance.
  • L'émerveillement : Le seul intérêt réel d'une vie qui a du sens. L'émerveillement permet d'entrevoir la beauté du monde à l'état brut, sa pureté par delà des idées préconçues qui la masquent.
Aussi, Lalle est très curieuse, attentive, entreprenante et ressent beaucoup de joie chaque fois qu'elle découvre quelque chose. Elle essaye également de comprendre le monde qui l'entoure en relation avec le principe de pureté.

En revanche l'Aniathys ne dispose que d'une conception assez floue du bien et du mal. Même si son créateur l'a enjoint de bien agir, par souci de pureté et de minimalisme, les seules pistes qu'il lui a fournies pour faire ses choix sont les suivantes :
  • Ce qui cause de la souffrance est généralement mauvais, mais peut parfois être nécessaire, voire intéressant ou même fascinant.
  • Ce qui apporte de la joie est généralement bon, mais la perversité des espèces intelligentes les fait parfois jouir de choses mauvaises, par exemple la souffrance.
Conséquemment, Lalle a une vision très utilitariste des actions qu'elle entreprend. Ainsi, même si elle est d'un naturel sincère, elle peut tout à fait mentir comme une arracheuse de dents pour apporter de la joie ; ou encore, elle peut éliminer un être vivant (en lui causant le moins de souffrance possible) afin de simplement poursuivre sa mission. Tout cela, sans que ça ne lui pose aucun problème de conscience.

Toute fois, depuis sa venue au monde, elle s'est longtemps interrogée (une bonne dizaine d'heures alors qu'elle patientait dans le solarium) sur la présence de fluide d'obscurité en elle. Le contraire du blanc pur qui guide ses pas. Prenant en considération que tout n'est au final qu'un, elle considère le noir comme la plus sombre des nuances de blanc. Elle se félicita d'ailleurs de sa réflexion et s'en émerveilla.

Pour finir, en raison de sa neuve vie et de son manque d'expérience, Lalle peut se montrer extrêmement naïve ou inconsciente du danger. Ce qui lui vaudra tôt ou tard probablement des ennuis.


Biographie générale :

La nuit du chef-d'œuvre.

En cette nuit de vie et de mort, Almoriel Kandalaïr, l'un des plus grands maîtres Niraëls en matière de création d'Aniathys parachevait son ultime créature, son chef-d'œuvre. Il s'était fait ce dernier cadeau avant que son esprit ne sombre dans le sommeil sans fin le jour de son deux millième anniversaire.
Après avoir vécu une vie de découverte et de célébrité, il s'était retiré dans le Manoir de Faronia ; dans les appartements secrets logés dans les soubassements du manoir. Là, il avait installé son laboratoire où il menait ses expériences à l'abri de tout regard indiscret.
Ces dernières décennies, il ne sortait presque plus, tout absorbé qu'il était dans ses créations. De ces dernières, certaines sortaient parfois de son atelier pour aller rejoindre les quelques richissimes collectionneurs qui pouvaient se payer le luxe de les commander au maître. Parallèlement, le grand âge et l'expérience d'une vie millénaire avaient fini par instiller chez l'elfe les doutes sur les grandes questions de la vie, de la mort et des dieux.
Lui qui avait fait naître de ses mains des centaines de poupées qui leur avait imprégné sa volonté n'était-il pas leur dieu ? Il était dit que les Aniathys n'avaient pas d'âme et pourtant il les avait vu naître et mourir, rire et même parfois pleurer. Comment des sans-âmes pourraient-elles faire cela ? En ont-elles finalement une ? Ou est-ce nous qui n'en possédons aucune en réalité ? Ne sommes-nous pas qu'un agencement, une machine complexe de fluide et de matière ? Y a-t-il quelque chose au-delà ?
Au terme d'une longue introspection, de questions, de réponses et de remises en cause, Almoriel avait fini par développer une philosophie toute personnelle. Une philosophie qu'il ne partageait avec personne. Une philosophie dangereuse, car hérétique.

Ainsi avait-il compris que les dieux n'avaient de divin que la puissance. Pour Almoriel, ils n'étaient que des mages et des savants tout comme lui, à cela près que leur puissance, leur savoir, de même que leur ego, étaient en tous points démesurés. Il chercha alors, par la suite, un principe supérieur, une réelle divinité. C'est de cette manière qu'il développa le concept de pureté primordiale dont tous les fluides et toute la création seraient selon lui issus. En conséquence, il s'intéressa de près aux occultistes et à leur capacité à manier la magie pure. Durant les décennies qui suivirent, il créa de nombreuses Aniathys en cherchant à parfaire sa compréhension de la pureté magique, sans parvenir toutefois à ses fins.
Ses nombreux échecs et sa vie qu'il considérait lui-même comme déjà bien trop longue le firent peu à peu se sentir prêt à quitter le monde des vivants pour celui du songe éternel, cherchant ainsi une autre voie pour appréhender la pureté primordiale.

Une fois cette étape de son existence acceptée, cela lui donna de nouvelles idées. Avant de sombrer dans son dernier sommeil, il allait construire une ultime Aniathys. Celle-ci ne serait pas un effort de plus pour créer un être pur, mais au contraire une entité pleine de paradoxes et de contradictions qu'il mettrait sur le chemin de la pureté ; une graine imparfaite qui germerait pour atteindre la perfection ultime par ses propres moyens.

Ainsi, dérogeant à tous les principes inculqués par le clergé, il dota sa créature d'une éthique minimale basée sur des concepts d'une simplicité extrême tout en les contrebalançant par des principes opposés. Il lui fit endosser la pureté du blanc tout en implantant en elle la noirceur de l'ombre, car selon Almoriel, la pureté primordiale était un tout universel qui se devait d'embrasser l'entièreté de l'existant. De même, la joie, la colère, la paix et la violence lui furent données. Rien ne devait être épargné à sa créature s'il la voulait complète. D'autre part, il la dota d'une soif de connaissance, de puissance et de gloire sans limites afin que le monde entier entende parler de ses hauts faits comme de ses plus basses exactions. Ainsi la philosophie de la pureté primordiale aurait une chance de se répandre.
Dans ce but, il la fit libre de tout maître, même de lui-même, elle ne serait guidée que par sa liberté, sa curiosité et son émerveillement. Celui qu'on se laisse la possibilité de ressentir lorsque les vérités primordiales parviennent jusqu'à la conscience. Elle n'aurait ainsi nul désir de servir, contrairement à ses congénères.

C'est ainsi en bafouant tous les interdits religieux des Sindeldis qu'Almoriel insuffla la liberté dans son chef-d'œuvre. C'est ensuite la vie qu'il lui octroya.

En prévision des instants qui allaient suivre, le mage était remonté avec sa créature sous le bras dans son solarium privé qu'il n'avait pas occupé depuis des lustres. À travers la verrière il voyait l'astre circulaire et argenté monter dans le ciel de cette nuit sans nuages.

Une fois confortablement installé dans son fauteuil pour savourer ses derniers instants, l'elfe gris termina le rituel d'animation de sa poupée debout devant lui. Alors, de son propre chef, celle-ci battit des paupières et posa ses yeux entièrement blancs sur lui.
— Bonsoir, dit-elle à son créateur. Qui suis-je ?
— Tu es ma plus grande réussite, l'apogée de mon art, créée avant que ne s'achève mon voyage sur Yuimen pour le monde suivant, celui du rêve sans retour.
— Qui êtes-vous ? demanda-t-elle alors.
— Je suis Almoriel Kandalaïr. Je suis ton créateur et le révélateur de la pureté primordiale. Et toi tu seras l'instrument de ma gloire pour les siècles à venir.
À la grimace qu'elle lui rendit, l'Aniathys ne semblait pas satisfaite de ses réponses. Le Niraël la regarda alors avec compassion et fierté, il avait bien réussi sa psyché alerte et sa recherche de savoir. L'émerveillement et le contentement se lisaient sur son visage, il pouvait s'abandonner à la douce mort l'esprit tranquille. Il regarda ainsi la Lune pleine qui continuait son ascension. Le moment était venu.
Mais c'est à cet instant que la poupée vivante reposa sa question.
— Qui suis-je ? Quel est mon nom ? ajouta-t-elle.
— Tu es la... llll...
Mais avant qu'il n'ait pu répondre, les paupières du mage se closirent pour la dernière fois.
— Je suis Lalle, compris l'Aniathys. Enchanté, Créateur, déclara-t-elle accompagnant ses mots d'un sourire charmant et d'une courbette.
Elle attendit ensuite qu'il lui rendît la politesse... Elle attendit... Elle attendit toute la nuit. Prise d'ennui, elle fouilla ses poches pour y trouver une fiole sans intérêt immédiat qu'elle y rangea aussitôt. Elle fouilla alors son être pour en chercher toutes les sensations. La découverte du fluide obscure en son sein la surprit. Mais elle trouva finalement une explication satisfaisante à force d'y réfléchir ; qu'avait-elle de mieux à faire tant que son créateur ne daignait pas lui répondre, de toute manière ?

Au matin, avec une moue de résignation, Lalle décida de sortir la pièce pour explorer le reste du manoir, la politesse, la sienne, avait aussi ses limites. Elle reviendrait demander celle de son créateur plus tard, peut-être... À présent, c'était le désir de découverte qui était le plus fort. Mais alors qu'elle commençait à se mouvoir, elle sentit se balancer à son cou un gros pendentif. Le sortant de sous sa robe, elle eut la joie de découvrir une petite sphère noire enchâssée dans un crâne bien blanc. Elle le remit sous sa robe, au contact de sa peau, avant de reprendre son mouvement.
Au sortir du solarium, dans le couloir, posé sur une chaise, elle trouva un curieux plumeau dont le long manche était fait d'os sculpté et gravé d'entrelacs. Il lui sembla joli, alors le fit sien et en arracha les plumes jaunes qui ne lui plaisaient par contre pas du tout.

Heureuse de sa belle trouvaille, elle se sentit de taille à affronter le monde et ses dangers. L'exploration allait pouvoir commencer.


Croyances :
Lalle a hérité des croyances de son créateur. Les dieux n'existent pas vraiment en tant que déité. Elle croit en l'existence de la pureté primordiale et cherche à la comprendre et à en découvrir ses secrets.


Compétence/Sort de combat de départ :
Cruelle obscurité


Objets de Départ :
  • Un vieil et petit orbe de ténèbres enchâssé dans le crâne blanchi d'un lutin. Il est porté en pendentif sous la large robe blanche grâce à une chaînette accrochée au crâne.
  • Bâton de marche taillé dans le fémur d'un grand bovin et tenu à la main.
  • Petite potion de mana dans l'une des poches de la robe. (rend 2PM)

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 946
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Lalle

Message par Gamemaster8 » dim. 14 mars 2021 17:43

Je m'occupe de ta fiche Lalle ! :)

Je vais d'abord lire ta biographie et ta description, au cas-ou que quelque chose n'irait pas.

Ce qui est peu probable puisque tu sembles avoir bien fait tes recherches et posé des questions. ;)

Mais je vérifie tout de même.
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Avatar du membre
Gamemaster8
Messages : 946
Enregistré le : sam. 20 oct. 2018 14:38

Re: Lalle

Message par Gamemaster8 » dim. 14 mars 2021 19:17

Voilà c'est fait ! :)

Désormais, c'est ici que tu retrouveras ta fiche

Ce sujet est celui de ton perso, il t'est possible d'y rajouter des informations à ta guise en faisant: répondre. Tu peux consulter les fiches des joueurs plus anciens afin de te donner des idées si tu veux.

Dans une minute ou deux, je vais t'envoyer un mp t'expliquant un peu plus le jeu et te donnant aussi le lien vers le serveur discord de Yuimen.
https://discord.gg/sQ93jtE

Avant de pouvoir répondre au mp envoyé, il te faut faire quelques posts, donc réponds quelques fois ci-bas, et ça marchera pour la suite.

Pour terminer, je te souhaite bien du plaisir à rp sur Yuimen en notre compagnie. :)
Image
À votre service, pour le plaisir de rp !

Répondre

Retourner vers « Nouveaux arrivants »