Les Habitations

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2410
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Habitations

Message par Yuimen » sam. 6 janv. 2018 13:07

Les habitations

Image


Les maisons de Tahelta sont en grande majorité pourvues d'une grande richesse apparente. Bien que leur taille soit variable, elles sont unilatéralement ornées de mosaïques, d'ornements artistiques en mythril forgé, et ce aussi bien sur les murs que sur les sols.

Au sein même de la ville, il n'y a aucun quartier pauvre. Les plus démunis, quant à eux, résident hors de l'enceinte de la cité, qui reste une vitrine de faste évidente.

Avatar du membre
Aeglos
Messages : 29
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 20:45

Re: Les Habitations

Message par Aeglos » dim. 6 oct. 2019 15:19

Le trajet en cynore jusqu'à la capitale du royaume de Sarindel se déroula sans accrocs, les laissez-passer fournis par la commande de Nessima n'ayant qu'un intérêt limité pour un sindel qui ne se voit guère posé de questions en empruntant les moyens de transports traditionnels. Quelques ithilausters, quelques troupiers étaient présents dans l'appareil comme il fallait s'en douter avec ce risque imminent de guerre entre sindeldi et eruïons, mais rien qui n'était insupportable pour le prêtre. Plus il se dirigeait vers le capital, plus l'angoisse grandissait. A la sortie de l'appareil, toutefois, il ne put s'empêcher d'admirer le palais royal qui se découpait au loin, majestueux bâtiment central où intrigues et banquets faisaient la paire. La richesse omniprésente du quartier noble l'attirait toujours autant, malgré tous ces siècles loin de Tahelta. Voir la capitale l'émouvait plus qu'il ne voulait l'admettre, il en éprouvait un sentiment profond d'appartenance, de fierté.

Pourtant, loin d'être un noble et à défaut d'avoir les mêmes droits qu'eux, Aeglos se rappelait néanmoins de ses débuts à la capitale, flânant dans les rues propres de la cité, admirant la beauté de l'architecture sindel. Les colonnes et autres piliers de pierre blanche, les pavés délicatement posés qui remplaçaient la terre meuble et froide que ses pieds avaient foulé à sa naissance. Ses souvenirs de ses débuts à Tahelta étaient encore frais dans sa mémoire morcelée, c'était comme si son corps connaissait le chemin au milieu des habitations des nobles. La seule différence était qu'il était seul ici, il n'était plus accompagné d'autres amis avec qui il discutait politique et magie à longueur de journées. Ces derniers n'étaient plus à ses côtés pour raconter leurs histoires fantasmagoriques, leurs exploits réels ou fantasmés. Ils n'étaient plus là pour refaire le monde ensemble.

Cette pensée ajoutée à la vue en dehors de l'enceinte protégeant les nobles où les habitations ou plutôt les bicoques de pauvres s'étendaient à perte de vue douchèrent vite son enthousiasme.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Les Habitations

Message par Gamemaster7 » mar. 8 oct. 2019 13:43

Émergence : màj pour Aeglos


Tout semblait tranquille du côté des quartiers nobles et rien, à part peut-être un nombre un peu trop élevé de patrouilles de la milice et de l'armée, ne laissait supposer que des graves troubles agitaient le Royaume de Sarindel. A l'extérieur de la cité, en revanche, là où s'entassaient pêle-mêle les taudis servant d'abris aux démunis, la situation était bien différente. Les passants étaient rares, dans les ruelles terreuses, et tous avaient le visage grave, fermé, alors qu'ils se hâtaient de manière bien inhabituelle.

Pire, à une centaine de mètres de l'endroit où se trouvait présentement Aeglos, de minces colonnes de fumée noire s'élevaient dans le ciel d'azur, évoquant davantage un reste d'incendie que les légères fumerolles issues des foyers domestiques. S'il s'y rendait, le Mage de glace pourrait découvrir qu'une vingtaine de masures achevaient de se consumer et apercevoir, au sol, quelques traînées de sang.

Contrairement aux quartiers situés à l'intérieur de l'enceinte de la cité, nulle patrouille de milice ou de l'armée n'arpentait cette zone. Par contre, l'aventurier put remarquer que, ici et là, de petits groupes de citoyens modestes parcouraient le quartier, armés de bric et de broc. Pillards ou, au contraire, habitants désireux de maintenir l'ordre envers et contre tout? Il était impossible de le dire au premier coup d'œil, mais une chose était claire : la tension était palpable.

Avatar du membre
Aeglos
Messages : 29
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 20:45

Re: Les Habitations

Message par Aeglos » ven. 11 oct. 2019 20:59

Quelques images flottaient dans son esprit lorsqu'il traversa le quartier des nobles aux parures chatoyantes et extravagantes. C'était un autre temps, une autre époque où régnait l'insouciance, le désir de pouvoir et l'aveuglément envers sa propre patrie. Jeune fou, il avait été un jour, pensant qu'en servant sa cité, il accomplirait des miracles et serait finalement anobli pour ses services rendues à la couronne de Tahelta. De banquets publics aux soirées privées, le prêtre de la Dame de Glace s'était élevé au sein de ceux qu'il espérait être ses pairs. Au final, avec l'âge, sa témérité ne devint plus qu'un sentiment amère. Si sa foi était grande envers sa déesse titulaire, si ses convictions envers leur Mère, Sithi n'avaient pas dépéri, et si son dévouement envers son peuple restait intact, Aeglos songea que la tâche devant lui s'avérait immense, presque impossible à accomplir.

(Sithi, accordez-moi la force de me dépasser, de protéger mon peuple, de guider vos Enfants à travers les ténèbres !)

Il s'était arrêté un instant pour la prier, pour la supplier d'aider tous ses Enfants sur ce monde ou ailleurs. C'était la première fois depuis qu'il était enfant, qu'il priait à nouveau Sithi. Il était au milieu de la rue, marmonnant ses prières, les yeux clos comme si ce simple clignement des yeux lui permettait de l'atteindre. Si la Dame des Neiges restait son unique déesse, il était un des fils de Sithi et quoi de plus normal pour un enfant que de chercher le réconfort d'une mère en des temps si troublés.

Finissant sa prière et ouvrant à nouveau les yeux, il se remit en route et fit face à quelques groupes de soldats qui semblaient encore plus agités que d'habitude. Il savait que les bas-quartiers étaient infestés parfois de voleurs et autres manants, mais était-ce une raison suffisante pour les condamner tous à vivre dans de telles conditions. Sans doute n'y connaissait-il pas grand chose, lui, fils d'un couple d'ingénieurs de cynores, lui, Maenauster de Yuia, mais tous les fibres de son être lui dictaient à présent d'agir pour aider son peuple. Lorsque ses yeux virent les visages fermés et l'allure pressée des badauds, il ne comprit pas tout d'abord, puis son regard se porta au loin et il y vit des panaches de fumée. Les bas quartiers de la capitale étaient en train de brûler et bientôt il ne restera plus que des cendres.

- Non !

Il s'élança, son cri mêlant à la fois colère, désarroi et effroi face à de nouvelles crises agitant son peuple. Le cordonnier ou le tailleur - il ne savait plus quel métier le sindel exerçait - lui avait raconté qu'une émeute avait éclaté à Tahelta, mais voir de ses propres yeux la scène l'horrifia. Sortant de l'enceinte de Tahelta, il courut en direction des ruelles du quartier pauvre, son bâton à la main. Ici nulle troupe, nulle milice pour gérer l'ordre public, seul le chaos et la tristesse étaient les maîtres de ces lieux. Chaotique, voilà un mot qui décrivait fort bien la situation lorsqu'il s'approcha.

La proximité des masures faites de bric et de broc et ignorant toute notion de beauté architecturale, ce qui blessait le prêtre qu'il était, pouvait accentuer les dégâts de l'incendie. Le feu, voilà un élément manié par Meno qui s'avérait destructeur comme souvent. Rien n'y résistait, pas même le précieux coeur de sa Dame. Affolé, il tourna plusieurs fois dans le quartier, zigzaguant entre les détritus et autres immondices éparpillés sur la terre meuble. Au coin d'une ruelle, il aperçut de petits groupements de citoyens qui se formaient, armes à la main. Aeglos ne songea pas une seconde qu'il pouvait s'agir de pillards, puisque tout ce qu'il avait en ce moment à l'esprit était de sauver son peuple. Il les héla après avoir remarqué qu'il était arrivé trop tard, apercevant des traînées de sang près de la vingtaine d'habitations insalubres qui finissaient de se consumer. A ce moment, il usa de son pouvoir, ses doigts traçant de légers et discrets cercles le long de son bâton.

- Par Sithi, vous êtes vivants. Que s'est-il passé ici ? Qui est le responsable de toutes ces atrocités ?

Son visage était impassible, mais ce masque était difficile à conserver. Il y avait là tant de rage, de peur et de désespoir.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Les Habitations

Message par Gamemaster7 » sam. 12 oct. 2019 16:21

Émergence : màj pour Aeglos


Le petit groupe qu'Aeglos venait de héler, constitué d'une demi-douzaine de Sindeldi pauvrement vêtus, s'approcha de lui avec, sur les visages, des expressions ouvertement méfiantes voire, pour deux d'entre eux, carrément hostiles. Peut-être le mage aurait-il été pris à parti, ses vêtements étant bien trop luxueux pour qu'il puisse espérer passer pour un habitant de ce quartier miteux, s'il n'avait employé son pouvoir. Celui-ci, sans parvenir à contrer complètement la suspicion de ses compatriotes, parvint au moins à temporiser leurs ardeurs et leur visible colère, si bien que l'un d'eux lui rétorqua en le fixant sévèrement :

"La milice, qui d'autre? Elle est venue arrêter des gens sous prétexte d'hérésie et la situation a dégénéré. Nous sommes las des arrestations arbitraires et des condamnations injustifiées, cela devait finir par arriver. Ne restez pas là si vous voulez rester en vie, les nantis ne sont plus les bienvenus ici."

Tout comme dans les quartiers pauvres de Nessima, Aeglos déparait trop avec les résidents pour espérer gagner aisément leur confiance. Pour l'heure, l'attroupement ainsi engendré attirait d'autres habitants, presque tous munis d'armes improvisées leurs visages étaient fermés et résolus. Aeglos devrait user de prudence et de diplomatie s'il voulait en apprendre davantage, au moindre faux pas l'ambiance déjà délétère tournerait au nouveau bain de sang.


*****


Hrp: on peut poursuivre la discussion en aparté sur discord afin d'avancer, si tu le souhaites.

Gains et récompenses :

Aeglos : rp du quotidien : 0,5xp ; interaction avec le cordonnier : 0,5xp ; Total : 1xp

Avatar du membre
Aeglos
Messages : 29
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 20:45

Re: Les Habitations

Message par Aeglos » sam. 19 oct. 2019 00:00

Colère, peur, souffrance, tant d'émotions négatives émanaient de son peuple et du groupuscule qui s'amassait à présent près de lui. L'incertitude quant à leur situation créait ce climat d'effroi. Les visages étaient crispés, méfiants tout comme l'était celui du cordonnier dans le quartier pauvre de Nessima. Aeglos ressentait leur douleur comme si c'était la sienne, leur haine pénétrait son corps, ses os mais ne toucha pas son âme. Il était resté calme, attentif aux propos de celui qui avait lancé avec hargne que la milice de Tahelta avait enlevé leurs voisins, leurs frères ou leurs soeurs les accusant alors d'hérésie. Ces accusations étaient bien entendues grotesques, mais il fallait toujours justifier l'injustifiable. Les siens souffraient encore de ces accusations anonymes ou non d'être des hérétiques. Les Maenausters ont été de sorte relégués au rang de vermines par les Ithilausters, ces derniers redoutant leur pouvoir magique et leur goût pour d'autres divinités que leur Mère, Sithi.

A la fin de son discours, il jeta un regard grave en direction de la flaque du précieux liquide carmin. Serait-il condamné à assister impuissant à la destruction des siens pour l'éternité ? Yuimen, Izurith, les autres mondes reliées aux leurs, Eden, voilà tant de mondes où les siens étaient disséminés, terrifiés et en colère. Ils n'étaient plus les jeunes étoiles éclairant le marin dans l'obscurité la plus totale. Ils n'étaient plus que des étoiles devenues supernova.

Son regard bleu glace regarda la foule qui s'était réunit et qui grossissait à vue d'oeil. Sans le savoir, ils attendaient sans doute que le prêtre de la Dame de Glace s'exprime, donne son opinion ou confirme les clichés sur ceux qu'ils appelaient "nantis". Laissant son sort toujours actif, il s'approcha légèrement du groupe sans paraître un instant menaçant, ne cherchant pas à occuper leur espace vital. Il reporta son attention sur son colérique interlocuteur.

- Je ne peux vous empêcher de me faire du mal, enfants de Sithi et je ne suis pas là pour vous assommer de propos abscons ou vous mépriser d'aucune façon. Me tuer ou les tuer ne vous rendra pas les vôtres cependant, et j'ai vu trop des nôtres mourir au fil des siècles pour simplement fuir devant mes responsabilités.


Il reprit d'un ton calme, mais inflexible :

- Je ne souhaite pas que notre peuple s'entre-déchire surtout en pareils moments, mais je constate que votre colère est justifiée tout comme celle des habitants du quartier pauvre de Tahelta que j'ai quittée il y a quelques heures. Les accusations d'hérésie par la milice, le retard sur la rénovation de ce quartier, le mépris généralisé à votre égard, tout cela ne peut effectivement plus durer. Si vous me laissez vous aider, je participerai financièrement et physiquement à la reconstruction de ce quartier et je m'engage présentement à utiliser tous mes pouvoirs pour libérer les vôtres. Si j'étais venu voir l'Ithilauster en charge de ce quartier pour parler de ces problèmes, je pense que ces problèmes sont suffisamment urgents pour ne pas attendre une telle entrevue.


Il les regarda pour jauger leur réaction, puis rajouta :

- L'urgence actuellement c'est de s'assurer qu'il n'y a pas d'autres blessés et d'exiger de la milice la libération des sindeldi injustement détenus. Ce sont deux choses sur lesquelles je peux vous être utile, mais pour cela il faut que vous me donniez une chance de me faire confiance.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Les Habitations

Message par Gamemaster7 » sam. 19 oct. 2019 13:44

Émergence : màj pour Aeglos


Les paroles d'Aeglos engendrèrent diverses réactions au sein de la foule grandissante : certains manifestèrent simplement leur assentiment d'un hochement de tête, d'autres le clamèrent haut et fort, appelant à une téméraire action contre la milice voire contre certains Ithilausters prétendument responsables de la situation. Un nom en particulier fut prononcé à plusieurs reprises : Fergaim, un prêtre influent que beaucoup semblaient associer à ce qui s'était produit. Plus nombreux furent ceux qui haussèrent simplement les épaules ou eurent un petit geste dédaigneux, l'interlocuteur du prêtre de Yuia faisant partie de ces derniers exprima d'ailleurs à haute voix le sentiment prépondérant au sein de la populace :

"Exiger la libération de nos frères et sœurs? Vous n'y pensez pas sérieusement, j'espère, sieur? Ils sont en route pour Raynna à l'heure actuelle. La milice est à la solde des puissants, tout ce que nous gagnerions à tenter d'exiger cela d'elle, c'est une impitoyable répression."

Peut-être Aeglos, qui avait quitté le Naora depuis des années, avait-il quelque peu oublié la manière dont les choses se passaient dans son pays? A moins que le joug du clergé ne se soit alourdi depuis lors mais, quoi qu'il en soit, bon nombre de cris fusèrent pour approuver les paroles de l'interlocuteur du mage tandis que d'autres s'offusquèrent de ce qu'ils qualifièrent de honteuse lâcheté. Visiblement, les avis divergeaient notablement sur ce qu'il convenait de faire mais, alors qu'à nouveau la foule s'agitait au gré des contradictions, un Sindel fendit l'assemblée pour s'approcher d'Aeglos et, au vu de la manière dont tous s'écartaient pour le laisser passer, il devait être passablement respecté dans le quartier. Doté de longs cheveux blancs et vêtu simplement - quoique avec une certaine élégance - d'habits aux divers tons de vert, il dégageait une impression de tranquille assurance.


Image


Il examina brièvement Aeglos des pieds à la tête puis, imposant le silence d'un simple geste de la main, il s'adressa à lui d'une voix grave et emplie d'autorité :

"Vous vouliez voir l'Ithilauster de ce quartier? Me voici, sieur. Je me nomme Ephedym, pour le cas où cela vous intéresserait. Vous prétendez vouloir agir en notre faveur, gagner notre confiance peut-être? Alors permettez que je vous donne un conseil : n'attisez pas une situation déjà explosive par vos paroles subversives. Regardez autour de vous."

Il désigna la foule d'un geste large avant de reprendre :

"Vous croyez qu'il n'y a ici que de pauvres gens ayant besoin d'aide? Réfléchissez donc, l'ami. Ceux qui ont été arrêtés ces derniers temps ont tous été dénoncés, tenez-vous donc tant à être le suivant sur la liste?"


*****


Hrp: on peut poursuivre la discussion en aparté sur discord afin d'avancer, si tu le souhaites.

Gains et récompenses :

Aeglos : l'xp sera attribuée une fois la situation présente arrivée à son terme.

Avatar du membre
Aeglos
Messages : 29
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 20:45

Re: Les Habitations

Message par Aeglos » ven. 25 oct. 2019 22:44

Il observa les réactions de tous et toutes, et elles étaient fort diverses, même s'il lui semblait qu'une majeure partie de la population n'adhérait pas à ses paroles. Aeglos ne s'en offusquait nullement, il comprenait ou tout du moins il sentait leur désarroi et leur haine grandissante envers les autorités sindeldi. Aeglos avait aperçu l'envers du décor, il avait infiltré le système politique de Tahelta, avait vécu quelques décennies dans l'opulence et le faste de la cour royale. Si les courbettes et les délégations diplomatiques étaient un atout négligeable dans l'atmosphère feutré de la cour, ces armes s'avéraient inefficaces pour calmer une populace en proie à leurs passions les plus primaires. A mesure que ses mots portés, il sentait qu'il ne déclenchait nullement de liesse, et si certains semblaient s'être réveillés face à son discours haut en couleur, la majorité silencieuse restait d'avis qu'il valait mieux faire profil bas en attendant que la tempête se calme.

Son interlocuteur parla pour tous ceux qui les écoutaient depuis un moment désormais. Le dépit et le dédain suintaient de sa voix cassée. Le prêtre de la Dame de Glace l'écoutait néanmoins sérieusement, arborant toujours un air neutre. La réplique n'était pas dénuée de toute logique ni fondement. La répression était un mot qui lui parvenait en boucle depuis qu'il visitait les quartiers pauvres de Nessima et de Tahelta. Avait-il été si obnubilé par sa gloire personnelle, son honneur pour oublier la misère ambiante de ceux vivant à l'écart des ors du royaume de Sarindel ? Avait-il perdu de vue sa mission en désirant égoïstement devenir l'un des conseillers des défunts roi et reine des sindeldi ? Son masque de neutralité se fissura légèrement et la consternation déforma de manière passagère les traits de son visage aux proportions adéquates. Leur peuple semblait plus occupé par la capture de prétendus hérétiques plutôt qu'à chercher à arrêter cette guerre à tout prix. Les prisonniers mettraient toutefois du temps avant d'arriver à Raynna, mais il savait qu'il arrivait trop tard pour les délivrer avant leur entrée dans le bagne.

Son interlocuteur eut à subir quelques quolibets de la part de ceux qui désiraient faire payer leurs tyrans. Ses mots avaient ranimé une volonté de se battre chez certains sindeldi, mais cette volonté était trop faiblement partagée pour être exploitée. C'est alors que dans le chaos ambiant surgit un sindel élégamment vêtu aux habits arborant plusieurs tons de vert et qui fendait l'assemblée comme un navire fendant les flots. L'individu l'examina et Aeglos lui rendit la politesse, puis il imposa le silence d'un simple geste de la main. Sa voix ne souffrait d'aucun manque d'autorité. Elle était claire comme de l'eau roche : tranquille mais puissante.

Les premières paroles lui confirmèrent son identité, il s'agissait d'Ephedym, l'allié des Ithil, qui lui conseillait de ne pas propager ses paroles subversives. Aeglos manqua de froncer les sourcils. Les Ithilausters étaient mal placés pour donner ce genre de conseil à un Maenauster.

Les paroles suivantes jetèrent le trouble dans son coeur meurtri.

(Oh Sithi, qu'avons-nous fait du cadeau que tu nous a offert ?)

- Aeglos est mon nom, Ithilauster Ephedym. Je ne cherche nullement à organiser une révolte, au contraire, j'essaye d'aider à régler les choses au sein de notre royaume. Longtemps, j'ai fui mes responsabilités et il n'est pas question que j'abandonne à nouveau notre peuple, peu importe que notre époque soit glorieuse ou au contraire sombre. Je ne prétends rien toutefois. Je ne prétends ni connaître leur douleur, ni connaître un unique moyen pour effacer les stigmates. Je sais néanmoins qu'une guerre se prépare, que nos ancestraux ennemis, les Eruïons, ne reculeront devant rien pour se venger de notre peuple et qu'une division au sein des nôtres ne ferait que nous affaiblir davantage et leur permettre de faire plus de dégâts. Je ne peux que vous nous demander une seule chose Ephedym, aidez-moi à faire ce qui est juste pour tous les enfants de Sithi, demanda-t-il humblement.

L'Ithilauster semblait piqué aux vifs alors qu'il haussait un sourcil, et demanda, circonspect qu'il n'était pas certain de savoir ce qui était juste.

(Au moins est-il humble.)

- Personne ne sait ce qui est juste jusqu'à ce que cette personne prenne des initiatives et prenne la responsabilité des conséquences qui s'en suivent. Si je ne sais ce qui est parfaitement juste, je sais, par contre, ce qui est injuste. Ce qui est injuste, ce sont des quartiers dévastés par la misère, la peur et le mépris. Ce qui est injuste, c'est que nos voisins nous dénoncent, parfois sans preuve, oubliant de fait ce que c'est d'être sindel. Ce qui est injuste, ce sont que des sindeldi se retrouvent à Rayna pour avoir seulement accordé leur attention à une autre divinité, alors même qu'ils restent des enfants de Sithi. J'ai vu au fil des siècles des sindeldi massacrés, d'autres planètes détruites et j'ai vu mon lot de souffrance. Refuser d'agir, c'est déjà une prise de décision, et cette dernière n'aidera pas à calmer leur colère ni leur terreur. Je ne souhaite aucune rébellion, je souhaite agir envers la milice pour leur montrer que les habitants de ce quartier ne sont pas des criminels, des gens que l'on peut mépriser.

L'Ithilauster ne démordait pas et ces paroles l'agacèrent légèrement. Ne voyait-il pas ce qu'il observait ? Il ne cessait d'affirmer que la milice étant aux mains des puissants, agir contre elle ne ferait qu'accroître les troubles dans ce quartier.

- Le sang a déjà coulé, Ephedym, les quartiers pauvres de Nessima sont tout autant concernés par ce qu'il se passe ici. La milice boucle les quartiers pour éviter d'autres incidents. Pensez-vous vraiment qu'il n'y aura pas de nouvelle répression même si vous décidez tous de ne pas agir ? Laissez-moi au moins essayer de leur parler et de les convaincre. La guerre, que nous la désirons ou non, est à nos portes et elle concerne tant Nessima qui m'a recruté à cette effet, que Tahelta. Je doute que tous les miliciens soient en accord avec la décision de réprimer leur propre peuple, si ?

Ephedym lui montra les masures en ruine, fumantes encore, stigmates de la récente répression. Il lui rétorqua qu'il était conscient de cela, que les blessés qu'il avait guéris, les morts qu'il avait enterrés, étaient encore frais dans son esprit. Il lui conseilla de parler aux Ithil Aënor et à l'Ithil Taerym s'il désirait tant changer les choses.

Aeglos soupira, las et triste: "Si cela est nécessaire alors j'essaierai de réussir cela et de les convaincre que nous n'avons guère besoin de plus de divisions au sein de notre société alors que la menace me semble sérieuse. Mais avant de partir, j'aimerai savoir si je peux vous être d'une quelconque utilité."

Ne répondant guère à sa question, il lui demanda s'il venait de Nessima et qui l'envoyait.

- Un ami à vous, à ce qu'il semblerait. Mais cette discussion nécessite que nous soyons seuls.

Aeglos ne désirait pas dévoiler ses cartes tant que la foule était présente. Ephedym comprit immédiatement et demanda à la foule de se disperser, ce qu'elle fit sans souci. Il avait un sacré pouvoir sur ces gens. C'en était presque terrifiant.

- J'imagine que vous connaissez l'héritier des Ithil et sa femme, commandante de Nessima. Elle m'a conseillé de venir vous voir pour avoir plus d'informations sur qui pourrait gouverner nos troupes pour attaquer les eruïons et qui serait le plus intéressé à déclencher une telle guerre. Je ne crois pas aux coïncidences et cette guerre me semble être curieusement opportune.

Il lui fit remarquer qu'il connaissait le seigneur Ithil, mais non Sylënn, même s'il savait qu'elle avait résidé à Tahelta pendant un certain temps. Il lui confia qu'elle était prochaine de son oncle, cette information pouvait lui servir à demander une audience auprès de son oncle, une fois retourné à Nessima. Plus étrangement, il lui parla d'une dirigeante au fin fond d'une forteresse qui pourrait détenir une mine d'informations pertinentes. C'était une piste à suivre.

- Je connais Illyan'tar Thinel avant même la naissance de Sylënn, mais je doute qu'il soit facile d'obtenir une audience auprès de lui. Je me dois d'être discret, en tout cas j'essaye de l'être la plupart du temps... Quant à cette dirigeante, vous avez d'autres détails comme le chemin à emprunter pour y arriver par exemple ou son nom ? Vous autres Ithilausters ne nous appréciez déjà pas tellement, alors j'aimerai être certain de mon chemin. Pourquoi cette soudaine répression dans les quartiers pauvres alors que la guerre gronde ? J'ai entendu parlé de réfugiés de nos colonies, ce sont eux qui ont été majoritairement arrêtés par la milice ?

L'ithilauster ne semblait guère apprécier être traité comme les siens, pourtant un Maenauster avait largement le droit de se plaindre du sort que les siens leur réservait quotidiennement. Il l'informa que des meneurs d'une révolte près du Palais avaient été arrêtés et comme il l'avait suspecté, il s'agissait principalement des réfugiés de Sor-Tini. Aeglos essaya par la suite d'apaiser les débats avec son interlocuteur.

- Si je mettais les vôtres dans le même panier, messire, je ne serais pas venu vous parler. Vous êtes sage et je ne doute pas que vous ayez l'affection du seigneur Ithil. J'ai connu des Ithilausters qui se sont battus honorablement pour ce royaume, d'autres ont été corrompus par des forces qui nous dépassent vous et moi. Je comprends leur volonté de ne pas se soumettre et je connais suffisamment bien le régent actuel pour savoir qu'il n'aime pas que son autorité soit bafouée, encore plus par des gens pauvres. Si vous pouvez me trouver un guide de confiance alors je m'y rendrais. Concernant ce quartier, j'essaierai de jouer de mes "relations" pour améliorer un peu les choses, je ne peux rien promettre mais tout du moins je tenterai toujours d'éviter un nouveau bain de sang.

A la mention du régent, il remarqua le mépris affiché de l'Ithilauster. C'était un mépris qu'il partageait connaissant fort bien le personnage et sa vanité légendaire. Ephedym lui demanda quand est-ce qu'il désirait que le guide devant le guider vers la mystérieuse dirigeante devait arriver.

- Le plus rapidement possible si possible, car je sens des jeux politiques qui dépassent totalement Sylënn. Je ne suis pas certain qu'elle sache véritablement ce que cette mission implique.

Ephedym lui proposa de se retrouver demain à l'aube près de la sortie nord de la ville, chose à laquelle Aeglos consentit sans problème. Il s'inclina légèrement devant lui, puis partit dans la direction indiquée. Il préférait s'y rendre présentement, quitte à dormir à proximité de l'endroit pour éviter tout piège qui lui serait tendu. Il avait de bonnes raisons d'être paranoïaque à Tahelta. Le manque de confort n'allait pas le gêner, lui qui a dû emprunter un passage secret situé dans les latrines à Izurith.

(Se dirige vers l'endroit et s'y repose avant d'attendre Ephedym et son guide)

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Les Habitations

Message par Gamemaster7 » sam. 1 févr. 2020 08:39

Émergence : màj pour Gurth


Outre le fait d'héberger l'allié de Gurth, le temple de Sithi avait un autre avantage : situé en hauteur, il offrait une vue imprenable sur la tentaculaire Tahelta. En son centre, un immense palais bleu et blanc se dressait orgueilleusement, tel une ville dans la ville. Contrairement à la cité elle-même, qui ne possédait ni murailles ni défenses d'aucune sorte, ce haut-lieu du pouvoir Sindel était fortifié, quoique n'ayant rien d'une véritable citadelle. La capitale semblait toute entière ordonnée autour de cet édifice, dont partait une immense avenue bordée de nombreux arbres traversant la cité du nord au sud. Aisément repérables, les quartiers pauvres formaient une excroissance miteuse contrastant de manière flagrante avec le reste de la ville, sorte de camp de fortune dépourvu de toute trace d'urbanisation réfléchie plus que vrai quartier que l'Ogre de Tulorim l'atteignit sans mal après une vingtaine de minutes de marche.

Nulle rue pavée en ces lieux, le sol était de terre battue et des nuages de poussière saturaient l'atmosphère au passage des quelques chariots et des rares chevaux. Nulle belle demeure de pierre non plus, il n'y avait là que taudis et masures, faites de bric et de broc, révélatrices d'une profonde misère. Les habitants étaient à l'image du coin : ternes et misérables, vêtus pour beaucoup de vieilles hardes rapiécées, quand elles n'étaient pas trouées. Malgré cela, tous n'avaient pas perdu leur fierté et, Gurth le remarquerait sans doute, passablement d'entre eux avaient conservé l'allure martiale propre aux soldats de métier. Certains, armés chichement, parcouraient les ruelles en groupes compacts, probablement pour essayer de maintenir un semblant d'ordre dans un quartier que la milice ne devait guère fréquenter. Autre fait remarquable, les regards que les résidents posaient sur l'humain étaient bien différents de ceux qu'il avait subi jusque là. Certes, il y avait de la méfiance, la tension générale était palpable, mais la curiosité était somme toute bien plus fréquente que le dédain plus ou moins méprisant manifesté par leurs compatriotes plus aisés.

Aussi, ce fut sans grande difficulté que Gurth obtint le renseignement qu'il cherchait, quasiment tout le monde ici semblant connaître cet Ephedym qu'Aëkar lui avait conseillé de rencontrer, et qu'il trouva le prêtre de Sithi en train de palabrer avec quelques-uns de ses compatriotes sur une espèce de petite place ou, du moins, d'espace libre de masures. A l'arrivée du géant, tous se tournèrent vers lui d'un air intrigué, vaguement méfiant aussi mais pas davantage qu'ils l'auraient sans doute été avec n'importe quel inconnu. L'Ithilauster, quant à lui, jaugea Gurth avec une tranquille assurance puis lui demanda aimablement :

"Vous seriez-vous perdu, messire ?"


Image

*****


HRP :La discussion peut se faire en aparté si tu le souhaites.

Gains d'XP : interaction avec Aëkar : 0,5XP

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Les Habitations

Message par Gurth Von Lasch » ven. 7 févr. 2020 21:47

La Grande Traversée - 7

Les pas lourds de l’Ogre de Tulorim résonnèrent dans les ruelles grises de la capitale du Royaume de Sarindel. Une marche lente, pesante, qui n’était pas désagréable, toute en descente vers les bas quartiers. Et l’être dédié aux dieux sombre les atteint bien vite, excroissances poisseuses en marge de la gloire sindel, qui faisait presque penser aux taudis d’Omyre de par la pauvreté organisationnelle des lieux. La terre battue au sol se soulevait au rythme de ses pas, sous ses sandales aux lanières de cuir. Les regards se teintaient de méfiance, mais plus guère de fierté mal placée. Un environnement bien plus coutumier du géant au ventre rond.

Quelques renseignements aisément engrangés le menèrent jusqu’à une petite place où devisaient plusieurs elfes, dont l’un était la personne qu’il cherchait ici-bas : Ephedym, servant de Sithi. Ce fut lui qui, d’ailleurs, ou tout du moins le conclut-il, l’apostropha pour lui demander s’il était perdu. Gurth s’approcha en silence, jusqu’à atteindre les abords de l’elfe à la peau anthracite, plus foncée que la plupart de ses compatriotes, et répondit alors à sa question.

« Si vous êtes bien l’Ithilauster Ephedym, ser, je suis bien moins perdu que semblables ne semblent l’être. »

Il engloba la petite place d’un regard froid, avant de reprendre la parole.

« On dit que vous prenez en affect le sort des habitants de cette partie oubliée de la ville. Quels que soient les services que vous leur rendez, ceux-ci ne semblent guère suffire. »

Il plaçait cela là comme un constat terrible plus que comme une accusation. Il poursuivit de sa sombre voix gutturale.

« Je suis Gurth Von Lasch, et je viens de loin pour donner à vos protégés le coup de pouce dont ils ont besoin pour sortir de cet obscure période de disette. Consentez-vous à cette aide, prophète des miséreux ? »

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Les Habitations

Message par Gamemaster7 » sam. 8 févr. 2020 18:25

Émergence : màj pour Gurth


Lorsque Gurth s'approcha du petit groupe de Sindeldi de son pas pesant, ces derniers, à l'exception de l'Ithilauster, reculèrent instinctivement d'un pas ou deux, visiblement pas tranquilles du tout. Quant à Ephedym, car c'était bien lui ainsi qu'il le confirma d'un petite signe de tête à la demande de Gurth, s'il éprouvait une quelconque peur il la dissimulait fort bien et se contenta d'écouter avec une attention soutenue l'Ogre de Tulorim. Lorsque ce dernier eut terminé, le prêtre de Sithi lui rétorqua pensivement :

"Je n'ai rien d'un prophète, messire Von Lasch, mais vous dites vrai : mon aide est bien insuffisante. Mais dites-moi plutôt, de quelle manière vous proposez-vous de nous épauler ?"


*****


HRP :La suite de la discussion peut se faire en aparté si tu le souhaites. L'xp te sera attribuée à la fin de la présente situation.

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Les Habitations

Message par Gurth Von Lasch » ven. 14 févr. 2020 15:17

La Grande Traversée - 8

Gurth faisait son petit effet en arrivant parmi ces oubliés des Gris. Il en avait l’habitude. Celui qu’il était venu voir, en revanche, ne montrait guère de crainte ou d’inquiétude dans son comportement. Il répondit poliment à mes mots et avoua la nécessité d’une aide supplémentaire pour subvenir aux besoins des nécessiteux du cru. Il le questionna sur la manière que l’Ogre aurait de les aider. Ce dernier découvrit ses dents immaculées bordées de gencives rouge-sang pour répondre, d’une voix assez forte pour que tous ceux présents entendent :

« Alors vous savez que l’aide d’un seul ne suffit pas à changer votre situation. Leur situation. C’est par mon message que je viens vous aider, si vous êtes prêts, tous, à l’entendre. »

Si les sindeldi alentours restèrent méfiant, ce ne fut pas le cas du prêtre qui invita le sombre religieux à parler.

« J’aimerais préalablement savoir si vous trouviez légitime et normal que certains de vos semblables se pâment dans l’opulence alors qu’ici, tous n’ont pas de quoi vivre sereinement. J’aimerais savoir si vous étiez conscient qu’un meilleur partage des ressources est la solution à vos maux. »

Des exclamations percèrent dans la foule, se plaignant des nantis, mais Ephedym les fit taire d’un geste, en précisant que le partage n’était, nulle part, la préoccupation des puissants. L’ogre le regarda d’un air carnassier pour répondre :

« Précisément. Ils sont eux aussi conscients de votre situation, et s’en moquent éperdument. Pourquoi ? Vous demandez-vous peut-être. La réponse est simple : parce que vous vous laissez faire. Ils vous ont relégués à un rôle de mendiants, sans tenir compte de votre passé, de votre vécu, de vos qualités. Et ce rôle, en ne réagissant pas, vous l’avez accepté. Mon message est simple, peuple reclus de Tahelta, peuple souillé par ses dirigeants, oubliés par ceux qui les représentent : Révoltez-vous. Prenez ce qui vous revient de droit, nourriture, abris, sécurité. Faites vous-mêmes ce partage qu’ils vous refusent. Vous en avez le pouvoir. Vous avez le nombre : ils ne peuvent pas tous vous envoyer au Bagne, ils ne sont pas assez forts pour cela. Pas assez nombreux. Mais j’imagine que vous y avez déjà songé, dans vos moments les plus obscurs et nécessiteux. Alors voilà ma question, Sindeldi déchus : Pourquoi n’agissez-vous pas ? »

De nouveaux quolibets fusèrent dans la foule, et cette fois le prêtre de Sithi eut plus de mal à ramener le calme. Il défendait l’inaction, et prévint même Gurth de la présence possible, voire même probable, d’espions qui mettraient aisément fin à ses jours, puisqu’il n’était pas elfe, lui. Il soupira, puis se tourna vers l’Ithilauster, pointant vers lui un doigt accusateur.

« Oh je vois. Voilà toute l’aide que vous apportez ici : vous êtes le berger qui garde les moutons pendant que les loups festoient. Depuis combien de temps survivez-vous ici de cette manière ? Combien de morts n’ont-ils déjà pas causés en vous laissant dans de telles conditions d’insalubrité ? Et sitôt que les voix se lèvent, vous les calmez avec des menaces, ces mêmes menaces que vous me servez. Et pourtant je parle. Vous laisseriez un simple humain avoir plus de courage et de foi en votre survie que l’entièreté de votre peuple ? »

Il cracha au sol.

« Les espions, ça se débusque et ça se contraint. Les vivres, ça se pille, et si pas directement dans leurs réserves, lors de l’approvisionnement. Je n’appelle pas au meurtre, j’appelle à ce que chacun ici prenne ce qu’il devrait légitimement avoir. Quand à cette armée que vous craignez, elle sera bientôt forcée de se concentrer sur d’autres ennemis séculaires, qui fomentent leur guerre. Là, ce sera l’unique chance que vous aurez d’agir réellement : d’empêcher ceux qui vous méprisent d’agir impunément, et de dresser un contre-pouvoir qui équilibrera les choses. Oui, le sang coulera à flot, mais au moins vous serez plus que les moins-que-rien en quoi ils essaient de vous transformer. »

Les paroles de l’Ogre, si elles eurent un effet vif, ne récoltèrent pas l’effet souhaité. Les pauvrets présents prirent la défense de leur berger, accusant l’humain de ne rien connaître de leur situation. Foutu esprits faibles endoctrinés. L’Ithilauster poursuivit, posément, lui, en disant vouloir ramener les brebis perdues dans le rang de grandeur de leur peuple décadent. Gurth en était écœuré au plus haut point. Un tel discours de paix allait à l’encontre de toutes ses convictions. Il regarda Ephedym dans les yeux, d’un regard de défi, et répondit cette fois sans porter la voix, d’un souffle audible uniquement du prêtre et des quelques personnes les plus proches.

« Alors, si vous n’agissez guère, je gage que vous vous souviendrez de mes mots quand les vôtres mourront de faim, délaissés par tous. Vous êtes bien naïf de croire en un contre-pouvoir qui naitrait d’une période de calme. Les choses ne changent pas, si personne n’est apte à les faire bouger un peu. »

Et il se détourna de la place, fendant la foule pour se retrouver dans les rues adjacentes, s’arrêtant un instant pour voir si son discours n’avait pas toutefois fait des émules qui souhaiteraient en deviser en privé avec lui. Aucun ne vint, cependant, même s’il eut le loisir d’écouter les prémices d’un débat naissant au sein de la caste souffreteuse de Tahelta. Les graines de la rébellion étaient plantées, resterait à voir ce qu’elles donneraient, si elles fleuriraient en gerbes de sang ou si elles se feraient étouffer par le conformisme lâche d’Ephedym. Sans perdre plus une minute, l’Ogre se dirigea à nouveau vers les hauteurs plus respirables de la cité, de son lourd pas lent et pesant, jusqu’à atteindre le Temple de Sithi et le prêtre sombre qu’il y avait croisé plus tôt dans la journée.

Répondre

Retourner vers « Tahelta »