Le Temple de Sithi

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2407
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Le Temple de Sithi

Message par Yuimen » sam. 6 janv. 2018 13:20

Le temple de Sithi

Image


Sur les hauteurs de la ville, pure merveille que le Temple de Sithi qui surplombe côtes et mers. La vue et y est magnifique et l'architecture époustouflante. On y prie les divinités des îles et on y apprend l'histoire du monde, mais certains préfèrent simplement venir sur ses aplombs rocheux pour admirer le cadre ou un coucher de soleil sur l'eau.

Sous le Temple réside une étrange combe. C'est un lieu fascinant d'où s'écoule lentement une source pure et claire.

Beaucoup de prêtres viennent y prier pour se faire pardonner de leurs péchés et une légende raconte que, comme le buisson ardent, elle s'illuminerait parfois de mille flammes, faisant résonner un mystérieux son semblable à une triste complainte que certains prennent pour la voix de la Créatrice des Sindeldi...

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gurth Von Lasch » ven. 20 déc. 2019 23:30

La Grande Traversée - 3

L’ogre, de son pas lourd et lent, ne tarda pas à gravir l’espace qui le séparait du fameux temple de Sithi de Tahelta, cet édifice plus grand et majestueux que tous les autres alentours, signifiant l’occurrence d’une société surtout basé sur la religion et les croyances envers leur déesse tutélaire, ridicule amalgame d’ombre et de lumière. Arrivé à proximité du bâtiment, il nota la présence de nombreux elfes en arme, engoncés avec leur suffisante fierté dans des armures bleutées. Lui se présentait en robe noire simple, inoffensif habit d’érudit tendu sur son énorme bedaine. Et pourtant, il se sentait plus dangereux que tous ces poteaux obéissant comme des clébards à leur puisant maître. Quelle inutilité, de planter des gardes de la porte, quand on peut les faire se battre et récolter la gloire, l’or et le sang ?

Gurth ne tint pas compte d’eux, s’avançant tel un pèlerin vers l’entrée du temple, d’un pas lent. Il n’allait pas leur demander, à eux, qui était son contact. Il avait fait l’expérience des elfes armés un peu plus tôt, et ça lui suffisant amplement. Il tenta donc innocemment d’entrer dans le temple, pour voir ce qui s’y tramait.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gamemaster7 » sam. 21 déc. 2019 13:22

Émergence : màj pour Gurth


Le soldat, à la remarque de Gurth, sourit avec hauteur et rétorqua, légèrement narquois :

"Vous surveiller ? A quoi bon ? Vous êtes aussi repérable qu'une mouche dans un bol de lait, sieur."

Et de fait, en allant son chemin le colosse put constater qu'il attirait immanquablement les regards des Sindeldi, peu accoutumés à voir des humains dans la région, à plus forte raison s'agissant d'un géant comme Gurth. Il parvint néanmoins sans encombres jusqu'au fastueux temple de Sithi, nul ne s'avisant de l'aborder en route, où il tenta "innocemment" de franchir le barrage des gardes en armures bleutées.

Mais les choses n'allaient visiblement pas être aussi simples car ces derniers s'interposèrent aussitôt, nerveux, prêts à dégainer leurs sabres pour empêcher toute intrusion non désirée si nécessaire. L'un d'eux, muni d'une armure plus ornementée que ses confrères, s'avança et toisa sévèrement le géant, d'un air disant presque aussi clairement qu'avec des mots que l'allure du visiteur ne lui plaisait pas, en déclarant sèchement :

"Passez votre chemin, humain, les étrangers n'ont rien à faire ici."

De l'intérieur de l'édifice s'élevaient des clameurs issuss vraisemblablement de toute une foule, interrompues parfois par une voix plus forte modulée avec un art certain, de celles capables de manipuler les masses avec de simples mots. Nul doute qu'une cérémonie, ou quelque chose du genre, se déroulait actuellement, expliquant peut-être la présence de ces gardes en armure d'apparat qui n'avaient clairement rien à voir avec la piétaille surveillant la zone d'embarcation. Ils filtraient par ailleurs avec vigilance les Sindeldi eux-mêmes, ne laissant entrer que quelques-uns d'entre eux, les plus richement vêtus semblait-il.


*****


HRP : l'XP sera attribuée à la fin de la présente situation. Apartés possibles avec les gardes et/ou les visiteurs Sindeldi présents.

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gurth Von Lasch » ven. 10 janv. 2020 23:11

La Grande Traversée - 4

Aux aguets, les péronnelles en armure bleutée semblèrent aussitôt trembler devant la large avancée de ce monstre ne passant pas inaperçu. Ils étaient prêts, les paranoïaques pédants, à dégainer leurs lames à dix contre un et sans raison. Leur capitaine, ou tout du moins le semblait-il au vu de son armure plus ornementée que celle des autres, apostropha l’Ogre d’un ton peu amène, lui indiquant que les étrangers n’avaient rien à faire ici. L’humain, comme ils l’appelèrent, s’arrêta net et regarda dans les yeux cet impudent. Une toux formelle monta de la gorge de l’être sombre.

« Hrm… C’est sans doute là ce que les habitants de ces contrées se disaient à votre arrivée. Et pourtant, vous comme moi, nous sommes là. »

De l’intérieur du Temple, des clameurs montaient, signe d’une activité si pas inhabituelle, au moins d’une certaine importance. Cela expliquait une présence militaire accrue, sans doute. De grandes choses se passaient là-dedans, et Gurth n’en avait cure. Il le fit aussitôt savoir, afin d’enrayer toute méprise.

« Je n’ai cure de ce qui se trame dans votre grand temple, ni ne compte y apporter la moindre contribution. L’on m’a chargé de venir ici rencontrer une personne qui doit s’y trouver. Aussi vous rendrez-vous compte qu’il vaut mieux pour chacun que me laisser passer serait la meilleure idée que vous puissiez avoir. Il serait, je crois, déshonorant d’être à l’origine de troubles malvenus. »

Le ton était pincé, et lui arrachait la bouche à chaque mot trop poli pour être honnête. Oui, bien entendu qu’il singeait la préciosité pernicieuse de ces elfes prétentieux et hautains. Le bien-parlé n’avait pas été omis de son éducation, mais il vouait à ces pirouettes langagières une hargne féroce qui pouvait sans doute se lire dans son regard sans âme, alors que son visage se faisait marbre glacial.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gamemaster7 » lun. 13 janv. 2020 11:07

Émergence : màj pour Gurth


Aux premiers mots de Gurth, l'officier s'assombrit quelque peu, mais le géant humain n'en resta pas là et ses paroles suivantes firent briller un éclat de colère méprisante dans le regard du Sindel qui rétorqua avec hauteur :

"Où vous croyez-vous, humain? Tentez de semer le moindre trouble ici et vous connaîtrez le même destin que les sauvages qui hantaient ces terres avant notre venue. Allons étranger, je vais être bon prince et vous le répéter gentiment une dernière fois : passez votre chemin."

La tension devenait palpable et plusieurs gardes s'approchèrent, pas ouvertement menaçants mais prêts à intervenir si besoin. Et à en juger par leur nervosité, il n'en faudrait pas beaucoup pour que la situation vire à l'aigre. Gurth serait alors en fâcheuse posture, malgré sa puissance, seul humain au milieu d'un peuple qui n'avait que mépris pour les siens, voulait-il vraiment prendre ce risque?

Cependant, en y regardant bien, il n'était pas le seul à s'offusquer de ne pouvoir entrer dans le fastueux temple ; bon nombre de Sindeldi d'apparence modeste observaient la scène avec une visible colère qui n'était pas dirigée vers l'humain, mais bien vers les gardes qui les empêchaient d'aller prier leur divinité tutélaire. Allaient-ils pour autant se ranger aux côtés de Gurth s'il décidait de provoquer une altercation ? Rien n'était moins sûr car, dans tous ces regards emplis de rancœur, brillait aussi une crainte presque palpable, révélatrice sans doute de l'impitoyable joug plurimillénaire que le Clergé faisait peser sur le peuple Sindel.

A cet instant, un Sindel noiraud d'assez petite taille par rapport à la moyenne des siens, il devait mesurer un peu moins de deux mètres, vêtu très simplement d'une sorte de toge grisâtre salie et muni d'un vieux bâton sur lequel il s'appuyait, s'adressa à Gurth avec un calme dénotant notablement dans l'ambiance tendue qui régnait :

"Tu ne gagneras rien à provoquer les gardes royaux, voyageur, viens plutôt parler avec moi."


*****


HRP : l'XP sera attribuée à la fin de la présente situation. La discussion peut se faire en aparté le cas échéant.

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gurth Von Lasch » ven. 17 janv. 2020 14:52

La Grande Traversée - 5

Cette fois, l’ogre ne prit pas bien l’intervention du garde, qui ne comprenait de ses mots que ce qu’il voulait bien y entendre. Maussade, secouant lentement la tête de gauche à droite, il lança :

« De ce que je vois, il n’y a que vous qui semez le trouble, ici. »

Et il se détourna de l’homme d’armes et de son projet d’entrer dans ce foutu temple, pour l’heure du moins. Au moins réalisait-il une chose : les gardes elfiques n’étaient guère plus malins que les gardes humains. Le surplus de métal, si noble soit-il, sur la caboche semblait fameusement la ramollir. Alentours, la nervosité était omniprésente, mais pas que du fait de sa présence à lui. Les citoyens plus humbles, qui devaient sans doute avoir habituellement accès au temple, se faisaient eux aussi recaler à l’entrée. Il fallait bien que ça tombe sur lui : arriver pile au moment le plus inopportun. La bêtise du garde en bleu méritait sans doute que le monstre attise les flammes de la révolte qui brûlaient dans les yeux des citoyens alentours, mais il doutait y parvenir en sa qualité d’humain. Il préféra sauter sur l’opportunité d’un des leurs, noiraud de cheveux, plus petit que la moyenne des siens, et plus petit que lui, pour rompre totalement le contact des gardes et répondre à son invitation de parler avec lui plutôt qu’avec eux. Sombre, il entama la discussion.

« A quoi bon servent des gardes royaux dans un royaume sans roi ni reine ? »

L’elfe lui avouaqu’ils protégeaient les régents, ainsi que les grands prêtres de Sithi, les Ithil Aenors. Une réponse lâchée avec aisance, mais qui ne fut pas sans prix : en échange, il attendait que Gurth lui dise ce qu’il faisait lui-même ici, aux portes du Temple. L’obèse inspira profondément, regardant sur son épaule, et invita l’elfe à s’écarter un peu de la foule pour lui répondre, ce que ce dernier accepta sans difficulté, apparemment curieux. L’ogre lui servit alors un mensonge au moins aussi gros que lui, avec une certitude dans le ton qui empêchait toute mise en doute.

« L'une des vôtres, sur son lit de mort en mon pays, m'a confié la mission de rendre à Sithi ses dernières paroles, ici au Temple de Tahelta. Elle m'avait prévenu qu'un humain ne serait pas le bienvenu, mais je ne m'attendais tout de même pas à me faire traiter comme un malpropre. Que se passe-t-il donc dans ce Temple ? »

L’elfe haussa légèrement les épaules et répondit que les étrangers n’étaient habituellement pas tellement bienvenus, mais que c’était pire encore en cette période trouble. Il avoua que la raison de la cérémonie en cours avait pour but d’atteindre les bonnes grâces de leur fausse déesse pour bénir les armées grises qui s’apprêtaient à la guerre, projetant de se déployer sur l’île de Sansstrya. Gurth pesta de ne rien connaître de la géographie de ce maudit archipel. Il préserva cependant toute question derrière son oreille pour l’heure, allant au plus urgent dans sa sombre réponse :

« La guerre, et contre quoi ? Ne régnez-vous pas en maître sur ces terres depuis des siècles ? Et eux, ne craignent-ils pas attiser sa colère, à empêcher son peuple de venir la consulter, plutôt que d'atteindre son approbation ? »

L’elfe parla alors des Eruïons, restés maîtres du Désert de Sarnissa, région aride de peu d’intérêt où ils vivaient reclus. Mais depuis peu, ils se rassembleraient et formeraient des menaces d’invasion contre les gris. La fameuse guerre dont l’elfe d’Omyre lui avait parlé. Apparemment, sa tâche serait d’une facilité incroyable, pour jeter la haine et la violence entre ces deux peuples qui semblaient se détester. Il répondit aussi à propos des Ithilausters, les accusant d’hérésie dans leur propre culte, se servant de la parole de leur déesse comme d’un outil de manipulation. Voilà un point où semer la discorde au sein-même du peuple gris serait un bon angle d’approche. Il joua la carte de l’innocence pour demander :

« Mais... Si vous savez cela, d'autres que vous doivent bien se rendre compte de leurs manipulations ? Pourquoi vous laisser faire ? »

La réponse habituelle à ce type de question : ils étaient puissants, et le peuple redoutait leur punition. Gurth lança, d’un air faussement étonné, comme une provocation :

« Un peuple entier, n'en craignant que quelques uns ? Par chez nous, la force du nombre fait loi... »

Il cligna des yeux lentement, avant de poursuivre sur un discours qui, à première vue, le concernait plus directement, bien qu’il se délectait de chaque information ainsi glanée.

« Enfin... Cela ne me regarde pas, bien entendu. J'aurais encore quelques questions pour vous, qui êtes le premier à accepter de me parler ici depuis mon arrivée : Chez les miens, je suis prêtre de notre Dieu des Morts, raison pour laquelle j'étais au chevet de votre compatriote à son trépas, et que j'ai récolté ses dernières volontés. Plus que Sithi et ce Temple, c'est à l'une des personnes y résidant qu'elle voulait faire passer un message, un certain... Aëkar. Le connaîtriez-vous ? Ou connaîtriez-vous un moyen de le contacter malgré cette... cérémonie ? »

Il leva une de ses lourdes mains pour préciser qu'il n'avait pas fini.

« Autre chose, encore : je représente également notre dieu de la Guerre, et il serait un grand honneur pour moi de relater à mon peuple les exploits militaires récent des vôtres. Sauriez-vous m'indiquer qui contacter pour obtenir légalement ce rôle ? Ou comment me débrouiller pour rejoindre ce désert et cette île que vous citiez plus tôt ? »

Il informa l’ogre que les riches et les puissants n’avaient pas d’intérêt à ce que les choses changent. Dommage, c’eut été plus aisé si la révolte était dans le cœur de chacun. Elle devait sans doute quand même bouillir chez certains, et je commentai :

« Et vous, le peuple, ne semblez pas prêts à faire changer les choses... Pourtant, ce pouvoir, vous l'avez. J'en suis intimement persuadé. Surtout face à des maîtres aussi bouffis orgueil que les vôtres. Et puis, avec cette guerre monopolisant les troupes, quel autre moment serait plus opportun pour votre cause ? »

Les graines de la haine, de la révolte. Il fallait espérer que cet elfe soit un bavard parmi les siens, et les fasse pousser jusqu’à ce qu’elles éclosent. Il confirma la présence d’Aëkar dans le temple, qui serait accessible une fois la cérémonie terminée, et me donna toutes les informations pour me rendre sur le front, dont le nom d’un nouveau contact : Sylenn’tar Ithil, commandante de la garde militaire. Le fanatique des dieux sombres leva une nouvelle fois la main pour poursuivre.

« Enfin, enfin, pardonnez-moi, je ne sais rien de ce qui se passe ici, ce ne sont là que réflexions d'un étranger. »

Une lueur glaciale de détermination brillait cependant dans son regard. Il poursuivit :

« Sylënn'tar Ithil, à Nessima. Bien. Merci de ce renseignement. Quant à Aëkar, j'attendrai donc la fin de la cérémonie. Vous avez tous mes remerciements, cher... ? Mon nom à moi est Gurth Von Lasch. Les vôtres gagneraient à être un peu plus comme vous. »

Il répondit en parlant d’émeutes récentes, de colère profonde et intense renforcée encore plus par une présence de nombreux réfugiés venus des colonies. Il évoqua une vieille loi empêchant un sindel de tuer un autre sindel. Il était certain que s’ils ne se débarrassaient pas de telles lois ancestrales, ne se rebellaient pas contre des dogmes si hypocrites, ils n’iraient pas bien loin. Il donna son nom : Saël, et précisa pour conclure que les siens gagneraient à rencontrer d’autres peuples, accusant le prix exorbitant des aynores. L’ogre opina du chef. Les informations récoltées ici auprès de ce pauvre elfe pourraient lui être utiles à l’avenir. Il laissa tranquille le sindel, se planta là sur le parvis du Temple et attendit, immobile, yeux perçants dirigés vers les gardes en bleun que la cérémonie soit terminée.

Une fois que celle-ci prit fin, quelques dizaines de minutes plus tard, il se mettrait en quête de cet Aëkar au sein du Temple.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gamemaster7 » sam. 18 janv. 2020 20:47

Émergence : màj pour Gurth


La cérémonie s'acheva une vingtaine de minutes plus tard, avec la sortie d'une phalange compacte de gardes royaux qui se déploya pour contenir la foule si nécessaire. De celle-ci montèrent des huées, mais le petit peuple recula sagement devant les soldats lourdement équipés qui précédaient l'aristocratie de Tahelta et lui dégageaient le passage. Celle-ci sortit à son tour, et si Gurth avait trouvé les Sindeldi qu'il avait rencontré jusque là hautains, il pouvait découvrir là une toute autre dimension à ce mot. Vêtus avec faste, arborant pour la plupart de précieux bijoux, bien peu jetèrent seulement un regard vaguement dédaigneux sur la foule. Bien peu aussi étaient remarquables dans cette cohorte de nobles, mais certains sortaient tout de même de la masse. Le premier était un mince Sindel rivalisant de taille avec l'Ogre de Tulorim, entouré de toute une cohorte de courtisans et de flagorneurs, tout en lui, des vêtements à l'attitude, respirait la puissance et l'autorité.

Derrière lui venait un couple de royale apparence, pareillement ceints de délicates couronnes d'argent leur attitude différait en revanche passablement :l'homme posait sur ce qui l'entourait un regard d'ennui mortel, tandis que la femme, une rousse sculpturale, observait la foule avec gravité et répondait d'un léger hochement de tête à ceux qui la saluaient.

La procession ne tarda pas à s'éloigner, libérant ainsi l'accès au temple à toute la foule qui attendait devant, ainsi qu'à Gurth qui put enfin se mettre à la recherche de son contact. Il lui fallut quelques minutes, et l'aide d'un prêtre serviable, pour le conduire jusqu'à ce dernier qu'il trouva dans une petite chapelle annexe où trônait une statue de Sithi en marbre noir, en train de prier vraisemblablement. A l'arrivée de Gurth, le Sindel d'allure indubitablement guerrière avec son armure lamellaire et les deux superbes sabres entrecroisés dans son dos se retourna vivement et riva son étrange regard d'améthyste dans celui de Gurth :

"Que puis-je pour vous, voyageur ?"


Image

*****


HRP :La discussion peut se faire en aparté le cas échéant.

Gains d'XP : interaction avec Saël : 0,5XP

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gurth Von Lasch » mer. 29 janv. 2020 14:57

La Grande Traversée - 6

La sortie de la cérémonie officielle excluant le petit peuple du Temple de Sithi fut fastueuse et un peu trop rangée au goût de Gurth. Quelques huées chez les pauvres, à peine, marquant leur désaccord avec les méthodes hautaines prises par les nobles têtes de la cité qui défilaient là sans même rétorquer ni réagir à ces cris de protestation. Quelques huées, mais guère de révolte : chacun resta sagement derrière la colonne de garde en armure bleutée, ceux-là mêmes auquel Gurth s’était frotté quelques instants plus tôt. Trois visages attirèrent son regard, car il leur devina une certaine importance, sans toutefois la connaître précisément. Le premier était un être sévère et grand, au visage taillé à la lame tant il était dur dans son expression. Les autres furent un couple, qu’il devina comme les régents du Royaume de Sarindel. Si le régent semblait ne pas réagir au mécontentement de la foule, sa compagne y semblait plus sensible, et arborait un visage grave plus que fier. C’étaient, en tout cas, la plus belle bande de pédants qu’il ait été donné de voir à l’Ogre, dépassant de loin les seconds dans le domaine : les soldats et nobles kendrans. Cette fierté mal placée, il ne la connaissait guère par chez lui, à Tulorim, ni même dans les rangs et rues d’Omyre.

La procession s’éloignant, il put accéder sans plus de souci au temple, partant finalement à sa recherche du dénommé Aëkar. Il dut pour se faire demander l’aide d’un prêtre, qui lui indiqua où le trouver, dans une petite chapelle à l’écart, où il fut mené. Un elfe gris, guerrier d’apparence, semblait en révérer à sa déesse, sculptée de marbre noir. À l’arrivée de l’Ogre, peu discrète, il tourna vers lui deux yeux d’améthyste avant de le questionner sur les raisons de sa venue.

L’unique fils de la famille Von Lasch baissa la tête en signe de salut, avant de s’adresser à l’elfe d’une voix grave et profonde, semblant venir des profondeurs insondables de ses entrailles vastes.

« Aëkar, c’est bien cela ? Je suis Gurth Von Lasch, et j’ai été envoyé ici par l’un de vos contacts sur Nirtim. En le lieu le plus sombre de la plus sombre cité, une de vos concitoyenne m’a assuré que vous me serviriez de contact, ici sur le Naora, pour faire en sorte que les choses tournent bien selon la vision de nos divinités des ombres. »

Son regard blanc accrocha la statue noire, comme pour l’indiquer elle-même dans sa noirceur. L’elfe acquiesce un instant, vérifiant nerveusement si quelqu’un n’était pas en train d’écouter, puis le questionna à nouveau sur les raisons de la venue de Gurth à son côté. L’ogre répondit d’une voix sombre :

« L'on m'a dit que vous sauriez m'orienter ici, sur le Naora, pour que notre action sur les événements en cours soit la plus pertinente. La guerre gronde, la révolte aussi, bien qu'elle semble faiblarde et discrète. Où me faut-il frapper, pour un impact majeur ? Qui devrais-je rencontrer, pour mettre le feu aux poudres ? »

Aëkar avoua percevoir plusieurs possibilités, mais prévint le monstre de l’inadéquation de son apparence quant à la réalisation de telles missions. Amer, Gurth grogna :

« J'ai pu remarquer l'accueil que les vôtres font aux miens, oui. »

Il indiqua alors les différentes causes de la révolte : l’absence de souverains, les régents actuels étant des pantins plantés là par le dirigeant religieux suprême, l’Ithil Taërym, cet elfe sec au visage tranchant aperçu un peu plus tôt à la sortie de la cérémonie. Il fit part de l’existence de deux héritiers : Naémin, un prince déchu par sa mère, à Kendra Kâr, et une petite fille trop jeune pour régner, à Xaorahn. L’autre cité lui ayant été recommandée. L’autre raison d’une probable grogne populaire était la politique de terreur des détenants du pouvoir, s’enrichissant là où d’autres s’appauvrissent, en particulier des réfugiés des bas quartiers, amassés dans une pauvreté crasse et insalubre. L’ogre médita un instant avant de poser les premières bases d’une réponse :

« Cette enfant ne doit donc pas accéder au trône pour le moment : cela apaiserait les esprits. Mais elle peut être un étendard pour soulever le peuple contre le clergé. Le nœud de la révolte peut aisément être créé dans le chaos d'une pauvreté forcée, ces bas-quartiers squattés par les réfugiés pourraient être amenés à être les premiers à s'embraser... Mais je n'ai pas d'influence sur eux, à part celle des mots. Je doute que cela suffise. »

Songeur, se grattant la barbe de ses larges mains, il poursuivit.

« Il faudrait que la sédition porte le nom d'un ou plusieurs meneurs reconnus par la foule. Le vôtre ? J'ai entendu aussi celui d'une commandante de forces spéciales à Nessima qui employaient des étrangers pour résoudre une affaire interne au pays, pourrions-nous en faire une marionnette de la révolution ? Et puis... la petite elle-même, de son plein gré ou non, pourrait aider. Sa disparition pourrait attirer les foudres du peuple sur les responsables vraisemblables, ces religieux du clergé. Sa mort également. Ou sa résolution à prendre par la force la tête d'un contre-pouvoir. Qu'en dites-vous ? »

Résolu, il répondit qu’il ne serait guère complexe d’embraser les bas quartiers : il suffirait de les priver de leurs vivres, tous originaires d’une cité secondaire, Cyniar. Utiliser Faryë semblait possible également, mais pas sans l’intervention d’une personne de grande influence Sylënn Tar’Ithil, par exemple, ayant des soutiens dans la capitale comme son oncle, Ithil Aenor. Un grade de noblesse, sans doute. Gurth renchérit encore, rebondissant sur les propos du sombre sindel.

« Comment faire en sorte que les livraisons ne se fassent plus ? Ça n'est guère le travail d'un seul homme, tout énorme soit-il. Je pensais plutôt à un discours motivant... qui ferait petit à petit son chemin dans leurs caboches. Avez-vous des hommes, des forces pour enrayer ces livraisons ? La manipulation de la Tar'Ithil me semble déjà plus à ma portée. Je commence à comprendre comment les choses tournent, ici. Si je parviens à lui arracher un brin de sédition, je pourrais m'engouffrer dans la faille ainsi créée. Si tant est qu'elle se laisse dévoiler aisément, ce qui n'est pas gagné. Elle ou son oncle manifestent-ils des travers séditieux, sont-ils connus pour des propos anti-clergé ? »

Il affirma pouvoir compter sur quelques comparses, le cas échéant, mais précisa que les attaques ne sauraient être que brèves avant que l’armée ne protège ces livraisons. Ils devraient frapper une fois, un gros coup, une livraison majeure de denrées nécessaires. Il livra à Gurth de nouvelles informations concernant Sylënn : son mari serait un hérétique, et elle s’opposerait à son supérieur hiérarchique à Nessima. Son oncle, lui, est un des membres influents du clergé, et assez ambitieux pour convoiter la place actuelle du chef suprême. Une place qui ramènerait l’ordre… Mais l’on peut promettre à un être une chose qu’on ne lui donne pas ensuite. Faire miroiter une ambition, ce n’est pas forcément la mener à bien. Et faire d’une pierre deux coups en faisant abattre l’un et l’autre serait une fort bonne chose. Il aurait un point faible aisément exploitable, en plus : l’affection qu’il entretient pour sa nièce. Voilà qui pouvait se montrer utile. Des plans naquirent dans l’esprit tortueux du géant obèse. Il resta pendant quelques seconde coi, muré dans un silence réflexif. Puis, d'une voix sombre et calme, parla :

« Ce soir, je discourrai dans les bas quartiers pour faire gonfler un vent de révolte. J'en profiterai pour me procurer les informations sur les livraisons attendues. Ils doivent être au courant de ça... En attendant, sauriez-vous m'arranger une entrevue "officieuse" avec ce cher Illyan'tar Thinel ? Il doit bien se retrouver seul à certains moment pour communier avec sa déesse, n'est-ce pas ? »

Il acquiesça de nouveau, précisant qu’il venait prier tous les jours vers l’aube. Il mit Gurth en garde contre l’individu, intelligent et habitué aux manipulations et complots complexes.

« Alors je ne manquerai pas ce rendez-vous. Et d’Ici là, je tâcherai de faire au mieux pour dénicher les informations sur les transports de marchandise. Me mêler un peu à la basse populace, celle qui fait son pouvoir par son nombre. Dites-moi, Aëkar. Où ces réfugiés se rassemblent-ils pour oublier leur condition ? Avez-vous connaissance de quelque véreux troquet misérable ? »

Hélas, il ne connaissait que mal ces quartiers moisis. Il partit du principe qu’étant sindeldi, ils devaient souvent se réunir pour prier Sithi. Une intervention religieuse, pas forcément ce que l’ogre avait en tête. Mais Aëkar amena une nouvelle pièce dans la balance : un prêtre nommé Ephedym qui défendrait ardemment les miséreux, au point d’avoir déjà fait tomber un Ithilauster pour quelques trafics. Un être manipulable qui saurait ouvrir des portes au monstre. Opinant du chef, Gurth conclut la discussion.

« Bien, je vais voir ce que je peux en tirer. Veillez à ce que l’Ithil Aenor soit bien là demain matin. »

Alors que l’ombre massive du Von Lasch s’écartait, il entendit Aëkar l’assurer sur ce point. Il était temps maintenant de baigner dans la marmaille grouillante et nécessiteuse. Un bain de malheur que Gurth se faisait un plaisir de prendre, d’avance. Il prit la direction des bas quartiers, et tenta de dénicher un certain Ephedym, n’hésitant pas à questionner les bougres qui trainaient sur son passage.

Avatar du membre
Gamemaster7
Messages : 137
Enregistré le : sam. 14 sept. 2019 21:19

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gamemaster7 » sam. 15 févr. 2020 19:26

Émergence : màj pour Gurth


De retour au temple de Sithi, Gurth put, cette fois, y entrer sans problème, bien que sous les regards oscillants entre surprise, mépris et curiosité des Sindeldi présents. Une fois à l'intérieur, il lui fut aisé de repérer son contact Aëkar, qui se trouvait en grande discussion avec l'un des compatriotes dans un endroit autrement désert de la vaste nef. Un compatriote à la longue chevelure noire que Gurth avait déjà pu fugacement apercevoir dans la cohorte de nobles qui avait quitté le temple un peu plus tôt et qui, contrairement à beaucoup de ses pairs, était vêtu avec une inhabituelle sobriété. Malgré tout, un regard attentif discernerait sans mal que le tissu noir composant sa toge était d'une rare qualité et qu'il était rehaussé de discrètes mais somptueuses broderies de fil d'argent. Sensiblement de la même taille que l'Ogre de Tulorim, arborant un diadème fait d'un métal que Gurth ne pouvait que reconnaître, puisqu'il constituait la majeure partie des remparts d'Omyre, ce fut lui qui remarqua en premier l'approche du géant humain. Aëkar, lorsqu'il découvrit à son tour la venue de Gurth, s'exclama en souriant :

"Ah! Messire Von Lasch, vous tombez à pic ! Permettez-moi de vous présenter le seigneur Illyan'tar Thinel, j'étais justement en train de vous arranger ce rendez-vous dont nous avons parlé ! Messire tar'Thinel, je vous présente Gurth Von Lasch."

L'Ithil Aënor inclina légèrement le visage à l'adresse de Gurth, le détaillant brièvement d'un regard acéré - mais dépourvu de toute trace de mépris - aussi noir que sa chevelure avant de le saluer avec courtoisie :

"Messire Von Lasch. C'est toujours un plaisir d'accueillir des voyageurs en notre beau pays. Vous désiriez me parler, si j'en crois mon vieil ami Aëkar. Que puis-je donc pour vous, sire ?"


*****


HRP : La suite de la discussion peut se faire en aparté si tu le souhaites.

Gains d'XP : interaction avec Ephedym : 0,5XP

Avatar du membre
Gurth Von Lasch
Messages : 22
Enregistré le : lun. 18 nov. 2019 15:34

Re: Le Temple de Sithi

Message par Gurth Von Lasch » jeu. 20 févr. 2020 19:01

La Grande Traversée - 9

Le retour au temple se fit sans subir les déboires de la première fois. Nul garde ne l’ennuya, et il trouva rapidement Aëkar, palabrant avec un de ses semblables, noblement vêtu. Il disait de loin quelque chose à l’Ogre : peut-être l’avait-il aperçu depuis le début de la journée. Dans la suite des nobliaux fermés d’esprit ayant investi le Temple plus tôt. Sa chevelure d’ébène était rehaussée d’un diadème d’Olath qui ne laissait que peu de doute sur l’importance de sa fonction. Alors que l’Ogre approchait, il détourna le regard de son vis-à-vis. Aussitôt, Aëkar m’aperçut à son tour et s’empressa en un sourire de me présenter le personnage. Un certain Illyan’tar Thinel, à qui je fus présenté en retour. Le noble, poli et sans marque de dédain, détailla Gurth d’un regard noir comme les cendres avant de le saluer poliment, avec une amabilité presque déroutante si on la comparait à l’attitude des soldats et nobles de la cité jusqu’ici.

« Messire Tar’Thinel, j’aimerais partager avec vous le plaisir de cette rencontre, hélas l’heure est grave en ces nobles contrées… Vous n’êtes pas sans savoir qu’une guerre se profile à vos horizons, n’est-ce pas ? L’on dit même qu’elle pourrait trouver le cœur-même de votre capitale, par de vifs soulèvements… »

L’Ogre laissa le silence se faire, pour à laisser l’Ilthil Aenor le soin de commenter librement le sujet sans trop paraître s’y intéresser. Il répondit de manière assurée qu’il ne s’agissait que de quelques escarmouches et qu’une révolte du peuple serait sévèrement traitée. Gurth resta grave et sévère.

« Quelques escarmouches… pour l’heure, oui. Mais les murmures disent que vos ennemis se rassemblent pour frapper d’une force vengeresse votre peuple. Quant à une révolte, je ne doute pas que vos soldats y mettraient un terme rapide… j’ai pu être témoin de leur zèle. Il n’empêche que les rues de Tahelta seront alors tâchées du sang des vôtres. C’est quelque chose qu’une personne telle que vous pourrait éviter, en usant des bons arguments. Vous ne pensez pas ? »

Il ânonna que les dirigeants prendraient les mesures qui s’imposeraient, mais quelque chose sonnait faux dans son ton. Il questionna alors Gurth sur la nature des ennemis dont il était question. Gurth se renfrogna : il n’en savait guère long sur le sujet. La discussion pouvait lui échapper, il se devait de réattaquer sans attendre.

« Oh, je n’oserais pas mettre en doute l’efficacité de vos gouvernants. Mais… ne sont-ce pas les mêmes qui plus tôt aujourd’hui se sont enfermés ici en empêchant le peuple d’accéder au Temple ? J’étais présent, j’ai senti la grogne de la populace. Je me suis rendu dans leurs quartiers en bordure de cité : ils vivent dans des conditions horribles, meurent de faim ou par la maladie et l’inconfort. Parlez-vous bien des régents qui laissent faire cela, quand vous en appelez à vos dirigeants ? Je crains, hélas, qu’ils n’aient pas l’absolue confiance du peuple. Il se dit même que certaines nobles lignées pourraient les soutenir… Je n’ose que le murmurer, mais l’on dit… »

Il baissa d’un ton, sa voix se faisant murmure carverneux :

« … que votre propre nièce serait associée à cela, ne faisant plus confiance pour ses enquêtes qu’à des étrangers comme moi. Il se dit qu’elle serait liée de près ou de loin à des révolutionnaires. Je crains pour elle si de telles rumeurs parvenaient jusqu’à vos si compétents dirigeants. »

Puis, reprenant plus fort, sur le ton de la conversation, mais toujours sombrement :

« Je ne sais hélas que peu sur ces ennemis qui vous menacent. Mais l’on n’est à l’abri de rien, n’est-ce pas ? Qui veut la paix prépare la guerre… »

Il ne semble pas s’alarmer plus que de raison, et cela agaça l’Ogre. Allait-il avoir réponse à tout ? Cet elfe avait l’air désengagé de tout, inquiet de rien, à se demander pourquoi Aëkar avait trouvé pertinent de m’en parler. Gurth perdait peu à peu sa patience, et se fit plus incisif.

« Quelle habile manœuvre pour mener loin du Naora un élément perturbateur. Votre régente a au moins cette qualité. Elle n’en est pas moins détestée, que vous le vouliez ou non. Alors je vous en prie, ne voyez pas en moi qu’un sombre prédicateur, mais promettez-moi d’agir pour vous protéger : le nerf de la guerre, pour ces révoltés des bas quartiers, c’est la nourriture. Profitez d’une prochaine livraison de nourriture dans la capitale pour faire de vous une figure populaire en leur donnant ce qu’ils veulent. L’opulence de la noblesse ne s’en trouvera pas changée, et vous aurez derrière vous une nette popularité. Ça peut sauver la vie, la popularité… Mais je ne vous l’apprends guère. »

Il laissa une seconde filer, avec un regard entendu, puis reprit ténébreusement :

« Voyez les détails de ceci avec notre ami commun, le sieur Aëkar. Nul doute qu’il saura vous épauler dans cette tâche qui ne devra pas arriver aux oreilles de vos régents : sans doute ne comprendraient-ils pas votre générosité et penseraient alors à de la sédition. Œuvrez discrètement, pour vous faire ces alliés de demain. Et si cela empêche la révolte, vous serez vu comme un héro, même de vos pairs de la noblesse. Quant à moi, permettez-moi de me mettre au service de votre nièce pour ses enquêtes, donnez-m’en les moyens, et je vous assure lui accorder toute la protection qui lui est due. »

L’esquisse d’un sourire amusé perça sur ses lèvres, et il complimenta la suggestion de l’Ogre en promettant d’y accorder toute son attention. Fort bien. Gurth devrait compter sur Raëkar pour partager les informations sur la venue de la précieuse caravane, que l’Ogre puisse agir selon… ses plans propres. Le Tar’Thinel conclut en affirmant que sa nièce n’aurait aucune peine pour trouver au servant des dieux sombres une utilité. Il inspira avant de conclure à son tour.

« Puisse Sithi veiller sur vos actes, messire Tar’Thinel. Et les couvrir de son ombre lorsque ça sera pertinent. Peut-être aurai-je le plaisir de vous croiser de nouveau, plus tard. Nous aurons alors le loisir de constater du bienfondé de mes prédictions, ou de la pertinence de votre optimisme. »

Et il baissa la tête pour saluer, en guise d’au revoir. L’elfe fit mine de s’en aller, précisant qu’il n’oubliait jamais de qui venaient les conseils que l’on lui prodiguait. Bon, ou mauvais. Une pointe de menace ? Gurth ne la releva pas, et laissa partir l’intéressé, se tournant vers Aëkar et commentant :

« Aurez-vous besoin de mon aide pour détruire la cargaison de nourriture en question avant qu’elle n’atteigne Tahelta ? »

La destruction de ces vivres aurait donc une double action : encolérer encore plus les populaces des bas-fonds, et mettre dans l’embarras cet allié du pouvoir qui aurait le pouvoir d’équilibrer les choses s’il le voulait. Il affirma pouvoir s’en charger… Une bonne chose en soi pour permettre à l’Ogre d’atteindre rapidement le Naora. Gurth opina du chef.

« Parfait, alors. Ce plan semble bien huilé. J’espère pouvoir compter sur vous. Je vais effectivement me rendre au plus vite à Nessima pour prouver à ce cher Tar’Thinel que mes menaces étaient réelles. Savez-vous quand l’une de vos machines volantes s’y rend ? »

Il indiqua à Gurth qu’un vol ne tarderait pas, précisant qu’une partie des troupes mobilisées dans la capitale étaient appelées à Nessima. Une bonne nouvelle : ils déforçaient la capitale. La menace d’une guerre était donc bien sérieuse. Gurth inclina la tête, précisant :

« Que l’ombre de votre protectrice soit sur vous, seigneur. »

Et pour le bien de toutes les ombres de Yuimen… Sur ces paroles, l’Ogre quitta le temple pour me rendre dans un lieu qu’il connaissait déjà : la zone d’embarquement afin de me renseigner sur le prochain vol vers Nessima... Et le prendre sans tarder.

Répondre

Retourner vers « Tahelta »