Les Rues

Répondre
Avatar du membre
Yuimen
Messages : 2410
Enregistré le : mar. 26 déc. 2017 19:17

Les Rues

Message par Yuimen » jeu. 4 janv. 2018 14:39

Les Rues de la ville
Image

Elles sont claires et sûres, mais très fréquentées à cause du rôle de port maritime important de Lùinwë. On aime à s'y promener, à regarder la diversité des personnes et la beauté de l'architecture elfique. Gardez toute fois une main sur votre bourse, un voleur pourrait malgré tout être en train de vous surveiller...

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » ven. 21 août 2020 02:31

Précédemment...

"Je constate que tout les humains ne sont pas tous prêt à nous attaquer ou nous capturer à la moindre occasion... Cette espèce à peut-être un avenir..."

"Ne soyez pas si pessimiste jeune libellule, je vous ai déjà dit que tous les humains n'étaient pas des salops, mais je comprends que vous ayez encore de la méfiance suite aux évènements récents."

"Hum... Bon, essayons de trouver cette fameuse auberge des limbes, je commence à avoir des courbatures dans le dos à force de voler sans vrai repos... Si seulement Krania était là pour me faire un massage comme après les entrainements..."

"Quoi? Tu fatigues déjà? C'est vrai que tu n'as pas la résistance d'un thorkin mais je pensais qu'en tant que guerrière tu serais plus endurante que cela." puff, puff, puff...

Il laisse échapper un petit rire qui viens me piquer là où il faut à cause de la fatigues accumulée depuis mon départ du nid. Cela ne laisse pas de marbre et je lui fait comprendre en venant gifler sa joue. Seulement, le rapport de force et de taille entre lui et moi que cela lui fait l'effet d'un petit cailloux et moi j'ai l'impression de frapper sur l'eau. En définitive, j'ai mal dans la paume des mains et il rit de plus belle.

"Tu as de la chance que je sois trop fatiguée pour te foudroyer, sinon ta tête aurait déjà pris feu! Et arrête de te moquer de moi, je suis sure que tu ne tiendrais pas face à moi en combat singulier, je suis bien trop rapide et agile pour toi."

Sur ces mots, il continue de rire de moi tout en avançant dans la ville. Je vole alors à la hauteur de sa tête et regarde devant moi en cherchant ou pourrait bien être l'auberge des limbes. Malgré la fatigue, je perçois assez bien mon environnement et je me rends compte que les rues sont calmes et que le soleil est encore bien présent bien que sa course vers l'horizon soit bien entamée. Malger semble suffisamment attentif à ce qu'il se passe, rien ne peut nous arriver et nous allons trouver le port. Je remarque alors qu'il hume l'air comme le ferait une bête.

"Ça à l'air triste comme ville. Tout est carré et rectangulaire et c'est plutôt foncé. Au moins, mon nid est plus agréable, tout en courbes et dans les ton chauds de l'écorce des arbres. Mais qu'est ce que tu fais? On dirait que tu viens de sentir ton diner comme une bête... Ceux de ton espèce manquent de raffinement."

"Tu ne crois pas si bien dire... J'ai sentit l'odeur du poisson mais aussi celui de la bière! C'est par là, suis moi!

Alors que Malger s'élance dans une rue, je le regarde avant de le suivre en prenant un peut de hauteur. Je dois faire attention à des fils tendus entre les bâtiments, comme si des araignées avaient élues domicile dans cette ville et qu'elle étendaient leurs linge dessus. Après m'être perdu dans mes réflexions issues de ma fatigues, je me prends dans un drap ce qui stop nette mon vol. Le temps que je me dépêtre et que je me repère, j'aperçois juste à temps Malger entrer dans un bâtiment et me chercher du regard en tenant la porte. De cette porte émane de la musique, de la lumière, et un savant mélange de levure de bière et de viande grillées. Je commence à saliver et le rejoins. Arrivé à son niveau, je regarde à l'intérieur et j'ai l'impression de voir une taverne aldryde. En moins raffiné.

"Tu t'es perdue jeune libellule?"

"Pas du tout. Pendant que tu écoutais ton estomac, j'ai pris un peu de hauteur et j'ai observé un peu la ville. C'est fou ce que les murs sont grand, mais inutiles face à un ennemi qui vole... Espérons juste que nous pourrons nous reposer correctement dans cet... Établissement."

Malger tend une main pour m'inviter à entrer et je viens me poser dedans et il esquisse un petit sourire en commissure des lèvres. Depuis sa main, je regarde la pièce et l'espace semble relativement grand, ce qui ne me rassure pas. Mais ces doutes sont vite levé quand je m'aperçois que Malger semble à son aise dans cet endroit. Nous entrons ensemble et il se dirige vers le comptoir.

Suite dans l'auberge des limbes.
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le jeu. 17 sept. 2020 22:09, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Gamemaster6
Messages : 169
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 17:36
Localisation : Prêt à plonger

Re: Les Rues

Message par Gamemaster6 » mar. 1 sept. 2020 16:35

Intervention pour Héliodrianna

De nuit, la ville semblait paisible pour les yeux de l'Aldryde. Çà et là, des torches offraient parfois un peu de lumière dans l'obscurité à peine percée par la lumière blafarde de la Lune. Le vent était relativement fort, malmenant la petite femme ailée tandis que l'odeur des embruns parvenait jusqu'à ses narines. Au loin on pouvait entendre le bruit des vagues et parfois le rumeur légère de quelques groupes de personnes vaquant à leurs occupations nocturnes. Rien ne semblait anormale au premier abord. Une ville parmi tant d'autres, qu'elle pouvait visiter à loisir, à condition de se montrer prudente.

Car le danger n'est jamais loin dans ce monde, et la silhouette à la peau bleue en fait malheureusement les frais ce soir. Ses longs cheveux volent derrière elle tandis qu'elle cherche visiblement à fuir. Qui ? Quoi ? Héliodrianna ne peut le savoir, mais peut-être est-ce là le signe qu'elle attendait. Ou bien n'est-ce qu'un tromperie ? À elle de faire le bon choix.
Image

Quand on l'appelle, il apparaît !!
Et il reste, alors gare !

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » mer. 2 sept. 2020 01:01

Précédemment...

La nuit me parait paisible avec ces torches qui apportent des point d'éclairages en complément des timides rayons de la lune ici et là dans l'obscurité. Le vent me ballotte dans l'air et commence à me faire perdre le contrôle tout en m'apportant l'embrun. Je décide de réduire l'altitude de deux mètres pour échapper au contrôle que semble m'imposer le vent. Il est bien actif le vent ce soir, à m'apporter à la foi l'odeur et le bruit des vagues, mais aussi le léger murmure des conversations de quelques groupes qui semblent veiller tard dans la nuit.
Hormis le vent, rien ne me semble menacer sérieusement, je continue de me balader à l'air frais tout en observant cette ville elfique depuis ma position privilégiée en vol.


"Saleté de vent, je ne pensais pas qu'il serait si fort si haut et si frais. Obligée de me mettre à portée des armes de jet et des sorts...Moi qui voulais rester en sécurité, de toute façon, à part des soûlards, des gardes et des gens qui discutent, rien ne se passe, peut-être que cette nuit sera tranquille comme l'a dit l'aubergiste."

Comme si le monde voulait me donner tort, mon regard est soudain attiré par une forme qui se déplace rapidement dans les rues et je décide alors de la suivre. Étant plus basse en altitude qu'au début de ma balade nocturne, je suis assez proche du toit des bâtiments les plus hauts dans cette zone de la ville, ce qui m'offre une bonne vue sur les rues que je survolle. De plus, ma taille me permet de voler sans trop faire de bruit, comme le ferait un hibou. Cependant, habillée de rose et de blanc, je me dissimule assez difficilement dans cet environnement bien que je puisse être facilement confondu avec un petit oiseau au premier coup d'œil.
Ma poursuite de cette forme porte ses fruits et j'arrive à voir une silhouette à la peau bleue et aux cheveux qui volent derrière elle dans sa course effrénée. En quelques battements d'ailes, je me retourne pour voir si une forme la suit ou la poursuit, mais je ne vois rien et décide de continuer à suivre la silhouette.


{On dirait qu'elle fuit quelque chose ou quelqu'un mais il n'y a qu'elle dans la rue, et moi par extension. Si ça se trouve, c'est une des futures ou actuelles victimes de ces enlèvements, ou alors, ce n'est pas la proie, mais le chasseur que je suis en train de suivre. En tout cas, je vais rester en hauteur et continuer de la suivre tant que je peux. Si elle sort de la ville ou entre dans un bâtiment, j'aviserai, en attendant, elle cours vite comme si elle avait le diable au corps.}

C'est sur cette pensée que je continue de suivre la silhouette dans la nuit en espérant ne pas tomber dans un piège qui me vaudrait un : "Je t'avais prévenue !" de Malger. Dans le cas contraire, je pourrais bien tenir une piste sur ces enlèvements alors que la garde fait chou blanc depuis un moment. Cette situation me donne un frisson déjà initié par le froid de la nuit et le vent qui accompagne plus mon vol qu'il ne le perturbe.

{Voyons où ta course nous emmène, peau bleue...}

La suite...
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le jeu. 17 sept. 2020 22:08, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » lun. 14 sept. 2020 01:32

Précédement...

Après quelques dizaines de mètres à courir très vite, la forme bleue bifurque sans hésiter dans une ruelle à droite, non éclairée et étroite. Je réduis alors ma hauteur de vol à 1.5 mètres au-dessus et moins d'un mètre derrière elle pour la garder en vue et je m’engage dans la ruelle à mon tour.
Après quelques mètres dans la ruelle, elle s'arrête et reprend visiblement son souffle, les mains sur les genoux, avant de regarder derrière elle.
Je m'arrête également et tente de trouver un recoin qui me permettrait de me dissimuler et garder un œil sur elle, mais je vois que son regard, qui se porte plutôt sur l’entrée de la ruelle, ne m’a pas remarqué. Elle recule doucement, mais sans courir.


{Si elle regarde derrière elle, c'est qu'elle est poursuivie}

Je me rapproche et l'interpelle doucement pour essayer d'attirer son attention.

"Hé! Tout va bien?"

Elle sursaute violemment, à la limite du bond, se retourne en pointant frénétiquement une arme étrange devant elle : un Katar.
Comme elle ne semble voir personne, elle ouvre la bouche, paniquée :


“Qui va là ?”

Je recule légèrement par sécurité et me mets au niveau de son regard en mettant les mains devant moi pour montrer que je ne suis pas hostile.

"Je ne suis pas une ennemie, je suis une Aldryde et je vous suis depuis un moment, vous semblez avoir le diable au corps, je me trompe ?"

Elle me fixe en plissant les yeux, sans pour autant baisser son arme.

“Tu me suis ? Pour qui tu travailles ? Hein ? Fous le camp !”

Elle continue à reculer en jetant des coups d'œil frénétiques autour d'elle.

Soupire"Je ne travaille pour personne, je me baladais, je t'ai vu et j'ai décidé de te suivre. Je peux t'aider, mais sinon, je peux aussi faire demi-tour et attirer l'attention pour qu'on te retrouve..."

Je continue à me maintenir à son niveau en faisant du surplace.

“Tu te baladais en pleine nuit ? Ben voyons. Tu m'as prise pour une débile ? Personne se balade de nuit par les temps qui courent, trop dangereux. Et je t'en prie, fais donc du bruit, ça attirera l'attention sur toi plutôt que sur moi, je t'en serai grée. Maintenant si tu permets, j'aimerais ficher le camp avant que les hurluberlus encore dans le coin nous tombent dessus, d'accord ? Et si vraiment tu veux m'aider, tu ferais mieux d'pas traîner.”

"Je fais ce que je veux quand je veux, et je pourrais en dire autant de toi. De plus, loin de moi l'idée d'attirer l'attention sur moi et tu as de toute évidence besoin d'aide, laisses moi t'accompagner, l'elfe."

Je soupire à nouveau et me rapproche d'elle pour qu'elle me voie et elle grogne davantage qu'elle ne répond.

“Me baladais pas…”

Elle redresse la tête, le menton fièrement dressé.

“Tu proposes ton aide ? Parfait. Mais je ne te dois absolument rien, vu que tu as décidé ça toute seule. Sur ce, fichons le camp, les murs ont des oreilles ici.”

Sur ces paroles, elle reprend sa route dans la ruelle, vérifie que la rue suivante est libre avant de s'y engager en rasant les murs.

"Tu ne me dois rien..." {Pour l'instant...} "D'accord."

Je laisse échapper un petit rire et la suis de près en vérifiant de temps à autre nos arrières.

{Dans quoi est-ce que je viens de m'embarquer? Je pense que je vais bien vite le découvrir.}

Après des tours et des détours dans les ruelles de la ville, la lumière vacillante d'une torche accompagnant l'ombre d'un individu approche, figeant l'elfe qui te fait aussitôt signe.

“On se cache. Pas un bruit, ne respire même pas !”

Avisant un renfoncement entre deux maisons, elle s'y réfugie, se fondant dans le décor en arrêtant presque de respirer.
Je sursaute légèrement et viens me caler contre elle, sur son épaule pour replier mes ailes. Ma tenue et mes ailes sont très voyantes dans le noir. Je me plaque une main sur la bouche pour m'empêcher de parler et tenter de camoufler ma respiration qui est rapide à cause du stress qui monte en moi parce que je ne sais pas ce qui va se passer. J'attends de voir ce qui se passe. J'aperçois la lueur de la torche et mon cœur commence à s'emballer.


{Tu vas te faire capturer et tu vas finir en cage, mais certainement pas sans te défendre}

Je pose mon autre main sur mon grimoire, prête à lancer un sort.
Les pas se rapprochent avant de finalement dévoiler la haute stature d'un garde de la ville.
Maintenant que je suis proche d’elle, je distingue caché sous ses cheveux le bout pointu d’une l'oreille. C’est une elfe bleue.
Cachée, elle ne bouge pas et se tend même légèrement avant que le garde ne passe, qui fait probablement sa ronde. Elle patiente, le souffle tendu, avant de jeter un œil aux alentours.


“C'était moins une..."

Elle se lève, jette un dernier coup d'œil, et reprend ses déambulations nocturnes.
Je hoche la tête et je souffle, le danger imminent étant passé. Je regarde derrière nous et reprends mon envol pour me placer légèrement au-dessus de l'elfe tout en la suivant.


"Apparemment les gens ne lèvent pas les yeux dans cette ville, je vais te suivre d'au-dessus et je me rapprocherais quand je te verrais moins bien."

Je garde néanmoins la main sur mon grimoire, par précaution.

"Qui est ce que tu fuis ? J'aimerais bien le savoir. Tu t'es fait enlever ?"

Elle hausse les épaules à ma première remarque avant de tourner la tête vers moi et de difficilement retenir un gloussement qui s'étrangle dans sa gorge.

“Oui.. Oui, c'est ça, pauvre de moi qui me suis faite enlever. T'es pas du coin pas vrai ? T'es arrivée quand ?”

"C'est vrai que j'ai l'air du coin... Tu as vu beaucoup de gens de mon espèce récemment ? Je me demande si je fais bien de venir en aide à quelqu'un qui ne sait pas réfléchir. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a eu des enlèvements mystérieux."

Je soupire et lève les yeux au ciel à son gloussement.

"Et peu importe quand je suis arrivée."

Néanmoins, le début de sa phrase me met la puce à l'oreille. Elle ne s'est pas fait capturer et si elle se cache de quelqu'un qui se balade avec une torche, comme un garde, c'est qu'elle a des choses a se reprocher. Je dois être plus prudente. Beaucoup plus prudente.
Elle fronce les sourcils, visiblement agacée.



“T'es sacrément arrogante pour un truc de ta taille. Tu devrais te méfier. Et puis des Aldrydes on en voit peu, mais ça arrive. Elles font pas long feu par contre, je serai toi, je ferais gaffe.”

Elle reprend sa route sans se soucier d'une éventuelle réponse, une main sur son arme et l'autre sur la sacoche qu'elle porte en bandoulière.
J'aperçois son mouvement et esquisse un léger sourire
.

{Bien, on se méfie l'une de l'autre, ça évitera peut-être un geste stupide de sa part. Mais son conseil me trouble un peu, je me demande bien qui elle est et ce qu'elle fait. Et que va dire Malger s'il ne me voit pas demain matin?}

Dans son sommeil à l'auberge des limbes, le thorkin éternue avant de se rendormir profondément.

"C'est encore loin ?"

La suite...
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le jeu. 17 sept. 2020 22:04, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » jeu. 17 sept. 2020 11:16

Précédement...

Elle se tourne vers moi, les sourcils levés en une expression étonnée.

"Encore loin ? Non mais c'est pas un voyage d'agrément que je fais là ! Si ça t'ennuie, tu peux aussi te barrer, j'ai pas demandé que tu me suives ! Sans blague..."

Elle marmonne un grognement en se détournant et fixe un point en hauteur avant de courir vers le mur d'une maison qu'elle commence à escalader avec une agilité redoutable.
Je soupire encore une fois tout en me demandant si je fais bien de la suivre. Mais mon cœur qui bat me convaincs de la suivre. En la voyant escalader, je me contente de me mettre à sa hauteur au long de son escalade.
Finalement parvenue en haut, elle avance silencieusement sur les tuiles, puis saute sur le toit d'en face, grimaçant au bruit que fait une tuile en tombant.


"Et merde..."

Je tressaillis légèrement à cause du bruit de la tuile qui s'éclate au sol et elle reprend sa route, rapide. Arrivée en haut du bâtiment, je retrouve l'embrun de la mer et un vent un peu plus frais et vole à la hauteur de l'elfe et je m'arrête en même temps qu'elle, une dizaine de maisons plus loin. Un sourire triomphant sur le visage, son regard passe finalement sur moi et se plisse

{Plutôt agile pour une garce...}

"Tu vois la maison, là ? Tu saurais entrer par la fenêtre ouverte en haut et ouvrir la porte ? À tout hasard ?"

Je m'arrête en même temps qu'elle, regarde la dites fenêtre et regarde l'elfe à mon tour, un léger sourire provocateur aux lèvres accompagné d'un ricanement sarcastique.

"Je croyais que tu n'avais pas besoin de moi ?"

Elle hausse les épaules."Ca ira plus vite, c'est tout."

"Tsss... Je t'ai proposé mon aide de toute façon. Je vais voir ce que je peux faire. Il n'y a personne dans la maison ? J'ai pas envie de me faire attraper."

"Normalement, il y a un type, mais vu l'heure, il dort"

"Manquerait plus qu'il fasse nuit blanche...

Je m'approche de la maison en direction de la fenêtre qu'elle m'a montrée pour jeter un œil à l'intérieur de la maison.
Elle est plongée dans l'obscurité et seul le silence m'accueille alors que je m'en approche.
Avant d'entrer dans la pièce, je viens me poser sur le rebord froid de la fenêtre en délicatesse, du bout des pieds puis j'attends quelques instants pour que ma vision s'accoutume à l'obscurité en repliant mes ailes. Cela fait, je tente de découvrir le plus de choses possibles sans bouger de ma position, en priorité s'il y a un lit, une personne dedans, l'emplacement de la porte et si elle est ouverte.
La pièce est visiblement un bureau, plutôt cossu.Il y a des meubles en bois lustrés : un bureau bien rangé, un fauteuil, une malle, des décorations tels que des peintures et une sculpture. Porte fermé, maisimpossible de savoir si c'est à clé ou non avant d'avoir essayé de l'ouvrir.


{J'espère que la porte est ouverte, sinon je vais devoir me débrouiller. Bien, qu'est ce que nous avons dans cette pièce ?}

Comme il ne semble y avoir personne, je me dirige vers la serrure de la porte en quelques battements d'ailes pour regarder au travers, mais je ne vois rien d'autre que l'obscurité. Ensuite, je monte au niveau de la poignée et tire dessus d'un coté et de l'autre pour essayer d'ouvrir la porte, mais sans autre résultat que l'échec. Visiblement, je ne suis pas capable d'ouvrir la porte seule.

Dans un murmure"Et merde... Je vois rien et je peux pas ouvrir... C'est peut-être verrouillé, et logiquement, ça le serait de l’extérieur de la pièce. C'est louche, elle pourrait le faire elle même cette elfe, elle doit bien se douter que je ne puisse pas ouvrir une porte seule... Je l'ai peut-être surestimée."

Je vais au bureau, voir si une clé est posée dessus ou dans un potentiel tiroir. Je ne vois rien et les tiroirs ne renferment rien de plus que des papiers et des objets qui ne me sont d'aucune utilité.

"Pas le choix, je dois retourner voir l'elfe, ça me saoule... Il fait froid dehors... Je me demande encore si je fais bien de rester avec elle alors que je ne suis même pas capable d'ouvrir une foutue porte..."

Je sors de la pièce par la fenêtre, mais l'elfe n'est plus sur le toit. L'air, toujours aussi frais, me frais frissonner et me donne la chair de poule et le vent, qui a un peu forcis, me déstabilise dans mon vol.


"Merde... Elle est où ? Surement descendue dans la rue et proche de la porte d'entrée de la maison. Soit ça, soit elle s'est servie de cette fenêtre ouverte pour me fausser compagnie. La garce"

La colère monte légèrement en moi et à grands coups de battements d'ailes que je me dirige vers le bas de la rue (le sol) par laquelle on est montée sur le toit.
Après un rapide coup d'œil de chaque côté de la rue et vers la maison, je soupire en l'apercevant devant la porte de la maison et la rejoins.


"Eh!"

Elle lève les yeux vers moi, pousse un soupir et ouvre sa besace, sortant des outils avant de se mettre à triturer la serrure de la porte.

"Je vois pas pourquoi j'espérais quelque chose..."

"Une porte fermée, c'est hors de mes compétences, mais apparemment tu n'es pas assez maligne pour t'en douter. C'est chez qui en fait ? Pas chez toi visiblement."

Je sers les poings pour tenter de contenir un énervement grandissant et je lève les yeux au ciel. Pendant qu'elle triture la serrure, je surveille les alentours pour voir si personne n'arrive.

La suite...
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le dim. 20 sept. 2020 18:43, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » dim. 20 sept. 2020 18:42

Précédemment...

Elle continue de faire son affaire à la serrure en me répond d'un murmure :

"Tu verras bien assez vite chez qui on est. T'es toujours sûre de vouloir m'aider ?"

Je commence à douter de ce que j'ai vraiment envie de faire et ce que je prenais pour une personne en détresse n'est peut-être qu'une voleuse sans scrupule qui allait se faire attraper. Sinon, pourquoi se serait elle cachée d'un garde en patrouille ? Il n'y a pas de couvre-feu en ville, sinon on nous l'aurait dit. C'est vraiment louche.

"Je crois que je me suis trompée sur ton cas depuis le début et que tu en as joué. Tu n'es pas une jeune femme en détresse qui fuyait un potentiel agresseur. Tu es..."

Les mots restent bloqués derrière mes dents car j'ai peur de sa réaction si je les prononcent. Je pourrais me défendre, mais je n'ai pas vraiment envie d'être bannie d'une ville maintenant pour ça, mais plutôt d'être remerciée pour ce que j'aurais fait, ou au moins, partir sans faire d'histoires... J'ai la chair de poule, les mains moites... C'est le signe d'un mauvais pressentiment.
Elle hausse les épaules avant qu'un sourire n'orne son visage lorsqu'un cliquetis annonce l'ouverture de la porte.


"Tu as choisi de me suivre sans demander ce que je faisais alors que je te demandais de partir, ne t'en prends pas à moi. Tu n'as pas entièrement tort, ni entièrement raison. J'ai une raison pour faire ce que je fais, et je n'ai pas de temps à perdre. Donc si tu veux bien m'excuser..."

Elle entre dans la maison après avoir doucement poussé la porte.
Me voilà pris dans mon propre piège. J'ai été négligente et j'ai cru que toutes les informations viendraient à moi comme par enchantement. Quelle naïveté.


{Elfe bleue de malheur. Me voilà maintenant doublement piquée : au vif et de curiosité. Je dois absolument savoir ce qui l'a poussée jusqu'ici. Peut-être que j'aurais des informations sur les enlèvements vu qu'elle suggère qu'il y a une partie de vérité dans ce que je pensais d'elle.}

Sur cette pensée qui m'a paru être une éternité, j'entre à la suite de l'elfe et entreprends de la suivre pour espérer avoir le fin mot de l'histoire.
Elle se retourne en me sentant la suivre et lève les yeux au ciel avant d'avancer à pas de loup dans la demeure plongée dans l'obscurité. La première pièce est vaste et richement décorée. Des breloques valant leur pesant de yus sont exposés dans de somptueuses vitrines, des tableaux de maître sont accrochés au mur, mais rien ne semble intéresser l'elfe bleue qui ne fait que jeter un œil rapide à la pièce, un regard empli de dégoût.


"La pièce en haut, c'était un bureau ? À tout hasard ?"

En entrant dans la maison, je rattrape l'elfe en quelques battements d'ailes, presque aussi silencieuse qu'une chouette tout en observant le luxe intérieur en m'approchant tantôt des vitrines, tantôt des tableaux en essayant de comprendre pourquoi ils ont été placés là. Je me risque même à poser la main sur une vitrine où une petite figurine en forme d'oiseau attire mon attention. J'ignore sa question à cause de l'effet que me fait la décoration chargée de la pièce.


"C'est impressionnant. Au nid, je n'ai jamais rien vu de tel. D'ailleurs, pourquoi les murs et les meubles sont remplis d'autant de choses ?"

Elle me jette un regard surpris et se retient visiblement de rire avant de reprendre son sérieux.

"C'est un moyen d'étaler sa richesse. Tout ceci vaut une fortune que le commun des mortels ne peut s'offrir, même en une vie entière de labeur. Quand je pense que mes frères crèvent de faim... Bon, la pièce en haut ?"

Face à la vitrine, dos à elle et fascinée par la figurine, je ne sens pas son regard sur moi et sort de mon admiration avec un léger sursaut qui me fait perdre quelques centimètres d'altitude et que j'étouffe en plaquant mes deux mains sur ma bouche quand elle me répond.

{Ses frères ? Alors, ce n'est pas une simple voleuse, elle doit sûrement chercher à libérer d'autres elfes bleus qui seraient retenus ailleurs, je tiens peut-être une piste pour les enlèvements.}

Je reprends de la hauteur pour pas qu'elle ne me prenne de haut et me tourne face à elle, d'abord en lui faisant oui de la tête. Et quand je me souviens de sa dernière question je lui répond en chuchotant.

"Oui, c'est un bureau. Porte fermée, à clé peut être. Il y avait une tête en pierre, des peintures comme ici, un coffre et un bureau avec des papiers. Qu'est-ce que tu cherches?"

Elle prend un air pensif en hochant la tête.

"Ce que je cherche ? Des preuves. Mais je doute que tu ais envie de te mêler de tout ça. Je vais fouiller cette pièce. ne fais pas de bruit, mais si un truc te tente... bah sers-toi."

Sa réponse me laisse sans voix.

"Se servir? Mais si je prends ne serait-ce qu'une figurine je ne pourrais plus voler? Ca à l'air d'etre en métal massif. J'ai beau avoir de la force, je ne suis pas faites pour ca... Si seulement je connaissais plus de sort utile..."

Je range la dernière partie de ma phrase dans la catégorie "Choses à faire" et continue de suivre l'elfe. En réalité, ce qui m'intéresse vraiment, c'est ce qu'elle ne me dit pas. Je ressent un besoin important de connaître la suite, d'autant plus que des vies ont l'air de dépendre de ces preuves.

"Est ce que la personne qui vit ici est un mage ?"

Elle hausse les épaules, sans vraiment s'attarder davantage dans la pièce, se dépêchant de monter les escaliers tout en restant silencieuse. Elle rase les murs, vérifiant les pièces en regardant par le trou de la serrure. Ma question la détourne un instant sa recherche.

"Pas que je sache. De toute façon, il est pas là normalement. Sinon jamais je serai entrée. Ah, c'est là."

Elle trouve le bureau et s'active devant la serrure, comme devant celle de la porte d'entrée.

"Les mages te font peur ?"

Je croise les bras, un peu déçue, mais pas contrariée. Ça aurait été trop simple de toute façon. Je change de sujet.

"Dommage..." Soupire "Et non, pas vraiment. Comment tu fais pour ouvrir une porte comme ça ? Tu mets tes doigts dans la serrure ? Même moi, je ne passe pas au travers."

Elle interrompt son travail et me montre ses outils de crochetage.

"Avec beaucoup d'entraînement et de doigté. Enfin, en ayant la clé, se serait plus simple, mais pas le temps de fouiller toute cette satanée baraque."

Elle retourne à ses outils, s'acharnant visiblement sur la porte pendant quelques minutes avant qu'elle ne s'ouvre enfin. Après un soupir de soulagement, elle entre et commence à fouiller, ouvrir les tiroirs du bureau, mettant tout sens dessus dessous.
Je jette un regard à ses outils et hoche la tête pour montrer que j'ai compris et entre dans le bureau pour aller m’asseoir sur le rebord de la fenêtre après avoir vérifié que personne n'est sur le toit avant de la regarder faire son investigation.


"Tu aurais mieux fait de venir avec moi. Tu as dû ouvrir deux portes alors que tu pouvais passer par une fenêtre."

Un petit rire sarcastique m'échappe alors que je la vois faire voler les papiers et autres objets dans la pièce.
Elle s'arrête un instant.


"Je ne pouvais pas être sûr que c'était la bonne pièce. De plus, les murs de cette maison ne sont pas aussi pourris que les autres, y grimper est plus difficile, et je ne vais pas risquer de me casser quelque chose. Pas si proche du but."

Elle continue ses recherches avant de se tourner vers la malle qu'elle ouvre avant de fouiller à nouveau, vérifiant les papiers qu'elle contient.
Je tente un coup de bluff pour lui tirer les verts du nez.


"Tu ne veux toujours pas me dire ce que tu cherches et pourquoi tu le cherches ? Peut-être que je l'ai vu quand je suis venu la première fois"

De toute façon, je n'ai pas perdu mon temps à chercher dans cette pièce, alors c'est quitte ou double.

"Tu sais lire ? Parce que chercher, c'est bien, mais si tu comprends pas ce que tu as sous les yeux, ça ne servira à rien."

Me voilà bien embêtée, je ne sais lire que l'aldryde vu que je n'étais pas destinée à quitter le nid.

"Bien sûr que je sais lire, tu me prends pour qui ? Je ne suis pas analphabète. À quoi ressemble le papier que tu cherches ? Il y a un signe distinctif ? Un sceau ? Un dessin ? Je ne sais pas moi..."
{Je dois tout donner sur ce coup de bluff, sinon, je risque de perdre sa confiance qui ne tient, à mon avis, qu'à un maigre fil.}

La suite...
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le dim. 20 sept. 2020 20:08, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » dim. 20 sept. 2020 20:07

Précédemment...

"Je te connais pas, je me renseigne juste, pas la peine de monter sur tes grands chevaux. Savoir lire ce n'est pas si courant... Et je cherche une liste de noms."

Elle continue de fouiller dans la malle, jetant au sol chaque papier qui ne l'intéresse pas.
Je suis surprise, je ne pensais pas que mon coup de bluff passerait, noyé dans la vérité. Il faudra que je me souvienne de cette technique.


"D'accord, je vais regarder au niveau du bureau."

En me dirigeant vers celui-ci, je tente de me souvenir si j'ai aperçu sur ou dans le bureau un papier. Malheureusement, ma recherche est infructueuse sur le bureau, de plus, les tiroirs ont déjà été inspectés par l'elfe. Par la puissance du phénix, un rayon de la lune vient éclairer l'intérieur d'un tiroir ouvert et cette lumière mon attention. En regardant attentivement le contenu du tiroir et écarté des baguettes qui doivent servir à écrire et un pot sombre, une encoche se révèle sur le fond du tiroir, qui semble attendre qu'on introduise quelque chose de fin. N'ayant pas sur moi rien qui correspondre à ce que l'encoche nécessite, j'interpelle l'elfe.

"Hé, tu aurais un objet fin ? Je crois que je trouvé quelque chose..."

Elle relève la tête et s'approche, une moue intriguée sur le visage. Un sourire orne alors son faciès avant qu'elle ne tire une lame de sa ceinture. Elle l'introduit dans l'encoche et s'en sert de levier. Le fond se soulève alors, révélant un double-fond où d'autres papiers sont cachés.

"Pas mal. Voyons ce que ce cher notable cache donc de si précieux...."

Elle me présente un parchemin noircie d'encre dont le contenu m'est impossible à déchiffrer.
Elle fouille rapidement les papiers des yeux et un sourire encore plus large ourle alors ses lèvres alors qu'elle prononce d'une voix victorieuse.

"Oui ! Oui ! Je n'ai pas fait tout ça pour rien. Tu vois ce papier ?"

"Oui?"

"Ceci, c'est la preuve que je cherchais. Ou en tout cas ça peut servir comme tel. Il y a tout. La liste, les lieux de livraisons, les acheteurs... Et les lieux où tout est gardé... C'est... Il faut qu'on s'en aille, vite !"

Je lui laisse la place en la voyant dégainer son couteau tout en me disant que ca pourrait me servir si j'en avais un et observe l'émotion évoluer sur son visage. En regardant le parchemin, je fais mine de bien comprendre de quoi il s'agit, bien que je sois incapable de le déchiffrer. Heureusement qu'elle m'explique ce que c'est. Je me serait mis dans un grand flou sans ça.

"Bon, je crois qu'il est temps de mettre les choses à plat et qu'on se donne chacune des explications, qu'est ce que tu en dis ?" Dis-je en me dirigeant vers la fenêtre ouverte.

Elle roule le parchemin et le met dans sa besace avant de me fixer un instant et de hausser les épaules.

- On verra ça plus tard. Fichons le camp d'abord.

Ne perdant pas de temps, elle descend aussitôt au rez-de-chaussée avant de sortir dans la rue, souhaitant visiblement s'éloigner rapidement du lieu. Je sors par la fenêtre, ne voulant pas risquer d'être vue à l'intérieur de la maison ou à sa porte, puis je la rejoins.

"Tu as un lieu ou aller ?"
{Je peux toujours lui proposer de venir à l'auberge, je suis sûr que ça ne dérangera pas Malger}

Le thorkin éternue de nouveau dans son sommeil.
Elle m'observe une seconde.


- Oui, j'ai un lieu où aller. Et c'est ici que nos chemins se séparent, parce que je ne peux pas t'y amener. Tu es une étrangère et mieux vaudrait que tu ne te mêle pas plus de tout ça.

Je croise les bras et fronce les sourcils, contrarié qu'elle m'écarte de la suite des évènements et commence à faire un scandale dans la rue.

"Tu oses me faire un coup pareil?! Je t'ai certes offert mon aide sans que tu ne me demandes rien. Sans moi, tu serais soit encore en train de fouiller la maison, soit tu serais repartie bredouille. Alors l'étrangère pourrait très bien te dénoncer à la garde, je pense que le propriétaire serait ravis ! Ou alors, tu me laisses venir avec toi et tu expliqueras à tes amis que tu as une alliée."

Elle ricane. "Va donc te plaindre à la garde, je suis sûre que tu sauras leur expliquer pourquoi tu es également entrée avec moi, pas vrai ? Et j'allais te proposer de te remercier en te rencontrant de jour, mais visiblement, tu préfères être désagréable. Donc soit tu retournes là d'où tu viens sans faire d'histoire."

Elle tire à demi sa lame.

"Soit on retrouve ton corps coupé en deux au beau milieu de la ruelle. Je n'ai pas le droit à l'erreur et je ne te fais pas assez confiance. À toi de voir."

En la voyant commencer à mettre sa lame au clair, je pose la main sur mon grimoire et grince des dents.

{C'est donc si sérieux que ça son histoire?}
"Tu veux vraiment risquer ta vie ?"

Puis je me ravise et tente de prendre une posture neutre, passive.

"Mais soit, retrouvons nous de jour. 10 heures, sur les quais? Enfin si l'offre tiens toujours..."

Elle prend une pose moins agressive et hoche la tête en rangeant prudemment sa lame.

"C'est noté. Rendez-vous près du port de pêche, ce sera plus tranquille."

Je m'efforce de garder un ton sérieux alors que je suis en train de libérer une grande partie de la tension qui avait gagné mon corps l'instant d'avant.

"Je serais accompagnée d'un thorkin, mais il restera en retrait. C'est une simple mesure de sécurité."

J'attends qu'elle accepte avant de prendre le chemin du retour vers l'auberge des limbes mais elle hausse simplement les épaules.

"S'tu veux. Pas que ça changerait grand chose si on décidait de te faire la peau, m'enfin. Allez, j'y vais."

Elle se détourne et commence à avancer avant de tourner la tête.

"Et merci."

Puis elle s'élance, disparaissant dans la nuit.

À l'instant ou elle disparais, e souffle, faisant retomber la pression et je sens un grand coup de fatigue m'envahir. L'adrénaline redescend, donc j'ai toute l'a fatigué accumulée depuis la forêt qui me tombe dessus comme si on me mettait une grosse charge sur le dos. Ce coup me fait tomber au sol, à quatre pattes.

"Merde... J'aurais peut-être pas tenu face à elle en fait... Mais je dois absolument rentrer pour me reposer... Mes ailes sont si lourdes... Hélio... Pourquoi t'es aussi téméraire..."

Je tente de me relever pour marcher vu que mes ailes ne me porteront pas tout de suite, mais je m'écroule sur le ventre, à la limite du sommeil, en plein milieu de la rue.
Après quelques minutes allongée sur le sol, je tente une nouvelle fois de me lever grâce à l’énergie que j'ai récupérée et je m'envole sans prendre trop de hauteur, j'aurais du mal à lutter si le vent vient me souffler dessus. Je parcours les rues à la recherche de l'auberge des limbes en essayant de me souvenir du chemin que j'ai pris pour en arriver là. Mais je me perds dans le dédale des rues de Lùinwë.


"C'est pas possible ça... Mais je suis où ? "

À contrecœur, je reprends de la hauteur pour avoir une vue plus globale de la ville, et surtout situer la mer et les quais, car je sais que l'auberge des limbes en est proche.

La suite...
Modifié en dernier par Héliodrianna Mulcibur le mer. 23 sept. 2020 01:05, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Héliodrianna Mulcibur
Messages : 27
Enregistré le : sam. 21 déc. 2019 03:12
Localisation : En plein vol

Re: Les Rues

Message par Héliodrianna Mulcibur » mer. 23 sept. 2020 00:51

Précédemment...

Par chance, je parviens à me repérer grâce à la mer, car comme le garde l'avait dit, l'auberge des limbes est près des quais. Volant alors en rase motte au niveau des toits en direction des quais, je sens que je me rapproche dangereusement du toit que je survolé avant de m'écraser dans un roulé boulé qui viens de terminer contre le rebord. Je reste quelques instant allongé sur le côté, haletante avant de me relever en grimaçant a cause d'une légère douleur dûe à de multiples dermabrasion superficielle sur mes membres. Je m'assois et me claque les joues.

"Merde... Aller, t'as vu pire que ça, tu dois juste rentrer a l'auberge et dormir... Tu vas y arriver."

Sur ces paroles, je reprends le chemin en direction de l'auberge qui ne tarde pas à apparaître. Je constate avec soulagement que la fenêtre de la chambre que j'occupe avec Malgré est toujours ouverte. J'y pénètre donc.

Suite dans l'auberge des limbes.

Répondre

Retourner vers « Lúinwë »